DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cardinal Ratzinger : "grandeur et mystère de la Sainte Messe traditionnelle"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Cardinal Ratzinger : "grandeur et mystère de la Sainte Messe traditionnelle"   Ven 07 Oct 2011, 20:59

--------------------------------------------------------------------------------

Derniers commentaires
+serge, je vous demande de me donner les modalités pour la composition du dossier pour votre siège apostolique
Par P. Pierre , le 12.07.2011

nous serions peut-être prêts à vous accueillir +s erge
Par ++Serge, le 07.07.2011

au cameroun nous sommes les vrais thuc, les autres réclament la succession de mgr thuc hors ils sont entrain d
Par P. Pierre, le 07.07.2011

nous sommes de l'église catholique romaine traditionnelle indépendante affiliés par mgr patrick taylor, supéri
Par Père Pierre Marie, le 30.06.2011

faites-vous partie de l'eglise catholique romaine (le vatican) ?
Par + Serge, le 29.06.2011



MESSE TRADITIONNELLE ST PIE V


"Le sacrifice de la Messe est substantiellement le même que le sacrifice de la croix en ce que dans l’un et l’autre, Jésus Christ est à la fois le prêtre et la victime ; il en diffère cependant par la manière dont il est offert.

"Sur la croix Jésus Christ s’est offert en répandant son sang et en méritant pour nous ; tandis que sur les autels, Il se sacrifie sans effusion de sang et nous applique les fruits de sa Passion et de sa mort. " St Pie X

Le saint Sacrifice de la messe est donc le renouvellement non sanglant du sacrifice de la croix.

Il faut par conséquent que la liturgie exprime cela, il faut qu’en assistant à la messe les fidèles comprennent cela.

C’est pour cette raison que la liturgie catholique joint paroles et gestes.

Si le prêtre désigne les offrandes par des signes de croix, nous dit saint Thomas d’Aquin, c’est "pour évoquer la Passion du Christ qui a eu la croix pour terme " Somme IIIa pars, Q.85, art.5, ad 3.

La messe dite de saint Pie V en est une excellente expression pour différentes raisons : par son origine, par ce qu’elle dit, et par ce qu’elle montre.

L’origine.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la messe de saint Pie V n’est pas de saint Pie V.

Ce pape, dans le prolongement du Concile de Trente, n’a fait que codifier ce qui existait déjà.

On peut par exemple noter que l’ensemble du canon remonte au Vème siècle, et qu’il n’a pas été modifié depuis lors (seuls 26 mots ont été changés).

Quant au reste de la messe, il existe pratiquement dans la forme sanctionnée par saint Pie V dès le pontificat de saint Grégoire (540-604).

Il n’y eut après ce pape que quelques modifications qui ne constituèrent pas de véritables évolutions.

On peut cependant noter que l’offertoire n’aura sa forme définitive qu’au XIVème siècle et que le rite vénérable de l’élévation ne se répandit de façon commune qu’après les attaques de Bérenger de Tours (998-1088) contre la présence réelle.

Mais comme on peut le remarquer, il s’agit d’enrichissements et non pas d’évolutions.C’est ce qui fait dire au concile de Trente :

" Comme il convient que les choses saintes soient administrées saintement, et comme ce sacrifice est la chose sainte par excellence, afin qu’il fut offert et reçu avec dignité et respect, l’Eglise catholique a institué depuis de longs siècles le saint canon. Il est tellement pur de toute erreur qu’il ne contient rien qui ne respire le parfum de la plus grande sainteté et piété et qui n’élève à Dieu l’âme de ceux qui offrent le sacrifice. En effet il est formé des paroles mêmes du Seigneur, des traditions des apôtres et des pieuses institutions des saints pontifes. " Concile de Trente (Session 22° ch.4)


Enfin les rites qui avaient une existence de plus de 200 ans furent maintenus.

Ce qu’elle dit.

La liturgie catholique nous dit la théologie de la messe, bien sûr il ne faut pas voir dans la messe un cours de théologie, mais la doctrine se trouve exprimée dans les différentes prières.
On retrouve ainsi clairement exprimées les quatre fins du saint sacrifice : Adoration, action de grâce, propitiation, demande.


Il est normal que les prières de la messe soient orientées vers l’adoration, parce que l’homme en tant que créature doit d’abord reconnaître sa totale dépendance vis-à-vis de Dieu, et que c’est là la fin première du sacrifice.

Ensuite toutes les oraisons sont orientées vers les demandes de grâces ainsi que différentes prières de l’offertoire et du canon, la première étant que Dieu daigne accepter ce sacrifice.

Les prières de l’offertoire montrent bien le caractère propitiatoire de l’offrande qui est faite ; Jésus Christ immolé pour nos fautes, afin que la Rédemption s’accomplisse.
Le saint sacrifice de la messe en tant que renouvellement non sanglant du saint sacrifice de la croix est orienté vers l’aspect propitiatoire qui est explicité par l’offertoire traditionnel.

De plus le prêtre parlant en son nom propre avant d’entrer dans la grande prière eucharistique et sacrificielle implore le pardon de ses fautes, et il insiste opportunément sur le caractère sacrificiel de l’offrande qu’il va faire in persona et virtute Christi.

Dom Tirot dans l’histoire des prières d’offertoire dans la liturgie romaine du VII au XVI siècle à la page 135 déclare qu’avec la suppression des prières de l’offertoire dans le missel de 1970 nous subissons une perte inestimable.

Et enfin l’action de grâce. Cette action de grâce se retrouve après la consécration et surtout après la communion. Il est naturel après avoir demandé et reçu de remercier.

ce qu’elle montrela liturgie traditionnelle exprime le mystère de l’eucharistie.

Elle exprime le renouvellement non sanglant du sacrifice de la croix.

Elle oriente notre âme vers Dieu et témoigne de notre adoration envers sa présence réelle.

Tous les gestes toutes les cérémonies sont orientées vers ce but.

L’orientation de l’autel, les gestes d’adoration, le mystère et le silence sacré qui entourent la consécration, la langue sacrée, la distinction entre l’action du prêtre et celle des fidèles, les prières de la consécration qui ne sont pas un récit mais une action (en effet à la consécration le ton change : ici le prêtre ne supplie pas, il agit in persona Christi.).

Tous ces aspects manifestent bien le caractère sacré de la messe, qui comme le déclarait le pape Jean Paul II dans la lettre aux évêques pour le Jeudi Saint 1980 " n’est pas une ajoute de l’homme à l’action du Christ au cénacle…mais une sacralité institué par Lui(par le Christ) "

Le latin est la langue universelle : " La langue de l’Eglise doit non seulement être universelle mais immuable.

Si en effet les vérités de l’Eglise catholique étaient confiées à certaines ou à plusieurs langues humaines changeantes dont aucune ne fait davantage autorité sur une autre, il résulterait une telle variété que le sens de ces vérités ne serait ni suffisamment clair ni suffisamment précis pour tout le monde. " Jean XXIII, Veterum Sapientiae. (Un exemple prouvera ceci : consubstantialem Patri est parfois traduit de même nature que le Père ce qui est une grave déficience par rapport à la précision du latin.)

L’orientation de l’autel est d’une grande importance, l’assemblée se tourne vers Celui auquel le sacrifice est destiné.

En mettant l’autel face au peuple, l’assemblée se renferme sur elle-même.

De plus l’orientation traditionnelle permet mieux de saisir l’aspect théocentrique de la messe. " Nous nous sommes tellement tournés vers l’assemblée que nous avons oublié de nous tourner ensemble, peuples et ministres, vers Dieu ! Or sans cette orientation essentielle, la célébration n’a plus aucun sens chrétien. " Cardinal Decourtray, 23 AVRIL 1992.


Le silence est quant à lui, l’expression la plus belle de notre adoration envers le Dieu qui descend sur nos autels.

Il est de plus très expressif du mystère qui se réalise. Le silence accompagne le mystère : " La virginité de Marie, son enfantement et la mort du Seigneur sont trois mystères éclatants que Dieu opéra dans le silence. " St Ignace d’Antioche, Ephésiens, 19/1.

Le silence au moment du canon est ce qui favorise le mieux une participation vraiment profonde, personnelle et intérieure au mystère de l’autel. " La proclamation du canon à haute voix appelle à grands cris des variétés à laquelle la multiplication des prières eucharistiques, si grande soit-elle, ne saurait suffire…La variété elle aussi devient à la longue ennuyeuse " Cardinal Ratzinger, La célébration de la Foi 1984


" La liturgie n’est pas un show, un spectacle qui ait besoin de metteurs en scène géniaux, ni d’acteur de talent. La liturgie ne vit pas de surprises sympathiques, de trouvailles captivantes mais de répétitions solennelles. Elle ne doit pas exprimer l’actualité et ce qu’elle a d’éphémère, mais le mystère du sacré "

Cardinal Ratzinger,Entretien suR LA FOI
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Cardinal Ratzinger : "grandeur et mystère de la Sainte Messe traditionnelle"   Ven 07 Oct 2011, 20:59

Pardon pour les messages recopiés malencontreusement en début de texte !
Revenir en haut Aller en bas
 
Cardinal Ratzinger : "grandeur et mystère de la Sainte Messe traditionnelle"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cardinal Ratzinger : "grandeur et mystère de la Sainte Messe traditionnelle"
» propos du cardinal Ratzinger
» cardinal ratzinger et persécution des prophètes
» Le Cardinal Ratzinger rattrapé par son passé : il aurait protégé des pédophiles
» « Pourquoi je reste dans l'Eglise ? » (Cardinal Ratzinger)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: