DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chrysostome



Masculin Messages : 28036
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 13:32

Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?

Les cardinaux et évêques réunis à Cracovie-Lagiewniki pour le IIe congrès mondial de la Miséricorde divine ont adressé à Benoît XVI une lettre demandant l’ouverture de la cause du dossier de doctorat de Sainte Faustine, ce qui serait une façon de promouvoir dans le monde le message de la Miséricorde divine.

La sainte polonaise, Faustine Kowalska, serait la quatrième femme à être proclamée docteur de l’Eglise, après Thérèse d’Avila, Catherine de Sienne et Thérèse de Lisieux. Son enseignement est considéré comme particulièrement important pour le IIIe millénaire et il est connu dans le monde entier grâce à son « Petit journal ».

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 13:37

Ce serait justice.

Sainte Faustine est une immense sainte, et son "chapelet à la Divine Miséricorde" est un cadeau de Dieu dont nul ne saurait se passer I love you

Deo Gratias !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 15:51

Mais c'est surtout sa théologie de l'heure de la mort et de l'illumination finale. Dire qu'elle fut mise à l'index en 1950 pour cela !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 17:48

J'ignorai que les femmes avaient le droit d'enseigner dans l'église catholique romaine ?? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 18:08

Fox77 a écrit:
J'ignorai que les femmes avaient le droit d'enseigner dans l'église catholique romaine ?? Shocked

Vous ignorez beaucoup de chose sur l'Eglise fondée par les Apôtres.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 18:18

Nous attendons aussi la béatification de Marthe Robin. Son " dossier" sur le sujet est à Rome. Certainement, si elle est béatifiée puis canonisée, sa cause influencera grandement la théologie du XXIème siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28036
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 18:30

Fox77 a écrit:
J'ignorai que les femmes avaient le droit d'enseigner dans l'église catholique romaine ?? Shocked

Nous avons fait du progrès en 2000 ans. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 18:37

Simon1976 a écrit:
Fox77 a écrit:
J'ignorai que les femmes avaient le droit d'enseigner dans l'église catholique romaine ?? Shocked

Nous avons fait du progrès en 2000 ans. Mr.Red


comment ? Question du temps de Jésus, il y avait des femmes Very Happy Very Happy

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 19:56

Arnaud Dumouch a écrit:
Mais c'est surtout sa théologie de l'heure de la mort et de l'illumination finale. Dire qu'elle fut mise à l'index en 1950 pour cela !

???

Que veut tu dire de par sa théologie à l'heure de la mort et de l'illumination finale ? La seule chose qu'elle a écrit sur la mort c'est lorsque Jésus lui a demandé de prier pour une personne qui était entrain de mourir (et non déjà mort ) .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 19:59

L'heure de la mort et l'illumination finale :


Citation :
« Petit journal 1697. J’accompagne souvent les âmes agonisantes et je leur obtiens la confiance en la miséricorde divine. Je supplie Dieu de leur donner toute la grâce divine, qui est toujours victorieuse. La miséricorde divine atteint plus d’une fois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. A l’extérieur, nous croyons que tout est fini, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. Elle ne nous donne à l’extérieur aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagit plus aux choses extérieures. Oh ! Que la miséricorde divine est insondable !
Mais horreur! Il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment, rejettent cette grâce et la dédaignent. C’est déjà le moment même de l’agonie. Mais Dieu, dans sa miséricorde, donne à l’âme dans son for intérieur ce moment de clarté. Et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu.
Mais parfois, il y a des âmes d’une telle dureté de cœur qu’elles choisissent consciemment l’enfer. Elles font échouer non seulement toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, mais même aussi les efforts divins. »



Il faut remarquer que Faustine Kowalska fut mise à l'index par le Saint Office en 1959 à cause de ses œuvres suspectes d’hérésie. Après une tentative avortée de convaincre le pape Pie XII de signer une condamnation, le cardinal Alfredo Ottaviani du Saint-Office a inclus ses livres sur une liste qu'il a présenté au pape Jean XXIII. Le pape a signé le décret qui a placé ses œuvres dans l'index des livres interdits et ils y sont restés plus de 20 ans. Le Père Polonais Sopoćko a été durement réprimandé, et tout son travail de publication de Faustine a été supprimé. Toutefois, Mgr Eugeniusz Baziak, l'archevêque de Cracovie, a permis aux religieuses de maintenir l'image du Christ miséricordieux dans leur chapelle pour que ceux qui voulaient continuer à prier avant de pouvoir le faire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Index_Librorum_Prohibitorum
Le motif de cette mise à l'index n'a pas été clairement précisé par le saint Office mais tout indique que c'est dans la ligne de celle du Père espagnol Luis G. Alonso Getino sur l'illumination finale dans la mort :
Citation :
« Le 5 mars 1936, le Saint-Office inscrivait dans l'Index des livres prohibés le livre de Luis G. Alonso Getino, Del gran numero de los que se salvan y de la mitigación de las penas eternas (Madrid, f.e.d.a., 1934). Le 6 mars 1936, l'Osservatore Romano commentait ainsi cette mise à l'Index :
« Cette condamnation mérite qu'on y attache une importance particulière et qu'on la signale tout de suite à l'attention des fidèles pour le tort très grave que pourrait leur causer la lecture du livre en question (…)
Dans ladite publication, on défend en outre, ex professo une étrange théorie concernant une prétendue illumination spéciale que les âmes humaines recevraient de Dieu au moment de leur séparation du corps, et grâce à laquelle elles se convertiraient intimement et parfaitement au Créateur et seraient ainsi justifiées et sauvées. Il n'est pas nécessaire, certes, de beaucoup de paroles pour faire comprendre combien grave est le danger caché sous ces théories qui, non seulement n'ont aucun fondement dans la Révélation, mais sont même en contradiction avec elle et avec le sentiment commun de l'Église. »

Canonisée par Jean-Paul II le 30 avril 2000, sainte Faustine Kowalska est avec Marthe Robin, une de celle qui VOIT DE SES YEUX, la mort comme un passage. Il y a parfois d’intéressants de retournements de l'histoire.
Sainte Faustine est donc réhabilitée et, dès 1985, dans l’édition en Français de son « petit journal », il est écrit :
Citation :
« En présentant ici l'édition du Petit Journal de Sœur Faustine Kowalska, j’ai pleine conscience de présenter un document de la Mystique catholique d'une valeur exceptionnelle, et cela, non seulement pour l'Église de Pologne, mais aussi pour l'Église universelle.
Il s'agit de l'édition critique et authentique (digne de foi) faite par la Postulation de la cause de Sœur Faustine, sous la compétence territoriale de l'Archevêché de Cracovie.
Le Petit Journal dont le contenu concerne la dévotion à la Miséricorde Divine est devenu ces derniers temps extrêmement actuel pour deux raisons.
Premièrement, parce que la Congrégation de la Doctrine de la Foi a annulé, il y a deux ans (1983), les griefs et les réticences soulevés jadis par la Congrégation du Saint-Office contre les écrits de Sœur Faustine ; cette annulation de la Notification a eu pour résultat le renouveau de la Dévotion à la Miséricorde Divine sur tous les continents, dévotion présentée dans le Journal mentionné, ce que confirment sans cesse les témoignages qui parviennent à la Postulation et à la Congrégation à laquelle appartenait Sœur Faustine. [...]
Rome, le 20 décembre 1980 Andrzej Maria Deskur
Archevêque »

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 20:03

Fox77 a écrit:
J'ignorai que les femmes avaient le droit d'enseigner dans l'église catholique romaine ?? Shocked
il y a plus de docteurs de l'église hommes que femmes. mais ça ne veut pas dire qu'il n'y en ait pas.
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 20:17

[quote="Arnaud Dumouch"]L'heure de la mort et l'illumination finale :


Citation :
« Petit journal 1697. J’accompagne souvent les âmes agonisantes et je leur obtiens la confiance en la miséricorde divine. Je supplie Dieu de leur donner toute la grâce divine, qui est toujours victorieuse. La miséricorde divine atteint plus d’une fois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. A l’extérieur, nous croyons que tout est fini, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. Elle ne nous donne à l’extérieur aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagit plus aux choses extérieures. Oh ! Que la miséricorde divine est insondable !
Mais horreur! Il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment, rejettent cette grâce et la dédaignent. C’est déjà le moment même de l’agonie. Mais Dieu, dans sa miséricorde, donne à l’âme dans son for intérieur ce moment de clarté. Et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu.
Mais parfois, il y a des âmes d’une telle dureté de cœur qu’elles choisissent consciemment l’enfer. Elles font échouer non seulement toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, mais même aussi les efforts divins. »


Si ce passage concerne les personnes mort cliniquement alors je ne vois pas ce qui est nouveau théologiquement parce que s'il y a une chose dont l'Eglise a conscience depuis 2000 ans c'est de prier pour les personne décédé.

Mais malheureusement ces paroles ne concernent pas les personne mort cliniquement mais des agonisants :" J’accompagne souvent les âmes agonisantes..."
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 20:30

Vous ne voyez pas ce qui est nouveau là dedans ?

Mais ça bouleverse toute la scolastique ! Une conversion est possible dans le passage qu'est la mort !

finie la damnation éternelle et fatale des suicidés dont l'abbé Pagès parle en s'appuyant sur l'ancienne scolastique où tout est fini, même s'il y a repentir, juste après le dernier arrêt du coeur.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 21:08

Arnaud Dumouch a écrit:
Vous ne voyez pas ce qui est nouveau là dedans ?

Mais ça bouleverse toute la scolastique ! Une conversion est possible dans le passage qu'est la mort !

finie la damnation éternelle et fatale des suicidés dont l'abbé Pagès parle en s'appuyant sur l'ancienne scolastique où tout est fini, même s'il y a repentir, juste après le dernier arrêt du coeur.


Si tu y vois une grande nouveauté c'est que tu veux absolument voir l'agonie dont parlé Faustine comme quelque chose qui ressemble à ce que tu as appelé "le passage de la mort " Or ce n'est pas la même choe . Lorsque sainte faustine parle de l'agonie ,elle veut dire le moment qui précède immédiatement la mort clinique autrement dit visible et mesurable et lorsque toi ,tu parle du passage de la mort tu n'es plus dans le domaine réelle mais dans le domaine surnaturelle .
Quant aux suicide on est sur une crête parce qu'il faut tenir deux choses sans exagérer une au profit de l'autre :
1er chose :le suicide ( quelle que soit la raison) est un péché grave autrement dit mortel
2 eme chose : La miséricorde de Dieu est au dé là de tout péché même du péché mortel sauf le blasphème contre l'Esprit saint .

Et depuis Vatican II l'Eglise a autorisé qu'on célèbre une messe pour un défunt qui a mis fin à sa propre vie sans pour autant diminuer le fait que c'est un péché mortel . Et l'abbé Pagès le sait mais je pense dans notre société qui ne voit plus aucun mal dans l'euthanasie il a choisi délibérément d'insister plus sur le fait que c'est un péché mortel que sur la miséricorde de Dieu en espérant réveiller les consciences . C'est un positionnement pastorale comme un autre je ne suis pas sûr qu'elle soit efficace mais au moins il ose le dire ce qui n'est pas le cas de tous les prêtres. Est-il normal par exemple qu'en Belgique où l’euthanasie est légal que les prêtres ne s'indignent pas ? C'est devenu tout à fait normal et comment dissuader un enfant de mettre fin à sa vie lorsqu'un état légalise le suicide ? Abbé Pages a choisi de choquer les consciences en leur disant ce qu'ils risquent en faisant ce geste
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 21:16

A L'EXTERIEUR, TOUT SEMBLE FINI" : Cela veut dire que les apparences de la vie ont disparu.

Votre interprétation remet toute l'espérance qu'apporte cela dans la nuit. Si vous dites que cela se passe avant le dernier battement du coeur, alors vous êtes contraint de mettre en enfer, comme l'Abbé Pagès, toute personne qui n'a pas la grâce durant la partie consciente de sa vie. Toute la théologie de sainte Faustine sur la miséricorde de Dieu jusque dans la mort s'écroule et vous retombez dans l'ancienne théologie que défend saint Padre Pio ici :


Citation :
« Les gens du monde qui ne sont plongés que dans leurs problèmes matériels vivent dans l'obscurité et dans l'erreur.
Ils ne se soucient pas des réalités spirituelles, ne pensent guère à leur salut éternel et n'ont aucune hâte de connaître ce Messie dont la venue est attendue par toutes les nations.
Quand notre dernière heure aura sonné, quand les battements de notre cœur se seront tus, tout sera fini pour nous, le temps de mériter et le temps de démériter. Nous nous présenterons au Christ-Juge tels que la mort nous trouvera.
Nos cris de supplication, nos larmes, nos remords, qui sur la terre encore, auraient touché le cœur de Dieu et auraient pu, grâce aux sacrements, nous faire passer de l'état de pécheurs à celui de saints, n'auront alors plus aucune valeur.
Le temps de la miséricorde sera terminé, celui de la justice commencera.
Le Seigneur révèle et appelle ; mais bien souvent nous ne voulons ni voir ni répondre, car nous préférons nos vues personnelles. Ne te décourage pas s'il t'arrive de beaucoup travailler et de récolter si peu. Si tu savais combien une seule âme coûte à Jésus, tu ne te plaindrais jamais ! »

Dans cette hypothèse, toute la théologie que je défend ici avec Marthe Robin devient une parfaite horreur, un piège à dampnation puisque j'annonce aux gens une possibilité de salut qui n'existe pas.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mar 04 Oct 2011, 22:32

Arnaud Dumouch a écrit:
A L'EXTERIEUR, TOUT SEMBLE FINI" : Cela veut dire que les apparences de la vie ont disparu.
Mais NON L'EGLISE CATHOLIQUE n'a jamais cru que tout s’arrête après le dernier battement du coeur puisque elle fait célébrer la messes pour ses defunt et qu'elle prie pour eux durant toutes les messes en implorant la miséricorde divine . Lorsque Ste Faustine dit :"A l’extérieur, nous croyons que tout est fini,..." ,elle veut dire lorsque nous désespérons de la conversion d'un pécheur qui se trouve dans l'agonie , notre prière (notamment le chapelet de la misericorde divine) peut incliner la miséricorde divine.

Citation :
Votre interprétation remet toute l'espérance qu'apporte cela dans la nuit. Si vous dites que cela se passe avant le dernier battement du coeur, alors vous êtes contraint de mettre en enfer, comme l'Abbé Pagès, toute personne qui n'a pas la grâce durant la partie consciente de sa vie. Toute la théologie de sainte Faustine sur la miséricorde de Dieu jusque dans la mort s'écroule et vous retombez dans l'ancienne théologie que défend saint Padre Pio ici :


Citation :
« Les gens du monde qui ne sont plongés que dans leurs problèmes matériels vivent dans l'obscurité et dans l'erreur.
Ils ne se soucient pas des réalités spirituelles, ne pensent guère à leur salut éternel et n'ont aucune hâte de connaître ce Messie dont la venue est attendue par toutes les nations.
Quand notre dernière heure aura sonné, quand les battements de notre cœur se seront tus, tout sera fini pour nous, le temps de mériter et le temps de démériter. Nous nous présenterons au Christ-Juge tels que la mort nous trouvera.
Nos cris de supplication, nos larmes, nos remords, qui sur la terre encore, auraient touché le cœur de Dieu et auraient pu, grâce aux sacrements, nous faire passer de l'état de pécheurs à celui de saints, n'auront alors plus aucune valeur.
Le temps de la miséricorde sera terminé, celui de la justice commencera.
Le Seigneur révèle et appelle ; mais bien souvent nous ne voulons ni voir ni répondre, car nous préférons nos vues personnelles. Ne te décourage pas s'il t'arrive de beaucoup travailler et de récolter si peu. Si tu savais combien une seule âme coûte à Jésus, tu ne te plaindrais jamais ! »

1er chose : Padre Pio est contemporains de sainte Faustine alors comment deux saints qui avaient une si grande proximité avec le surnaturel aurait pu dire deux chose opposé ? C'est impossible .En réalité ces paroles de Padre pio sont parfaitement évangélique ,ce sont les pleurs et des grincements de dents mais elles sont dans la ligné droite du Catechisme . l'Eglise n'ENSEIGNERA JAMAIS QU'ON PEUT DEMANDER EXPLICITEMENT PARDON A DIEU APRES NOTRE MORT CLNIQUE . Elle confie tous les mort à la miséricorde divine avec une grande confiance mais JAMAIS ,ELLE N'ENSEIGNERA AUTRE CHOSE QUE CES PAROLES DU CEC :1035 " Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer"

Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 00:47

La question que je me pose est: est-ce que pour certaines âmes cela ne se passerait pas comme Sainte Faustine le dit, tantdis que pour d'autres, non.

N'y a-t-il pas des niveaux de pureté de l'âme ? De sorte que certaines âmes vivent dans la crainte de l'Esprit-Saint et d'autres dans la joie de L'Esprit-Saint, et d'autres fifty/fifty. Le passage de la mort est forcément différent pour chacune d'elle
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 02:53

Conversation de Dieu miséricordieux
avec l'âme pécheresse


- Jésus: Ne redoute pas ton Sauveur, âme pécheresse, c'est moi qui fais les premiers pas, car je sais que tu n'es pas capable par toi-même de t'élever jusqu'à moi. Enfant, ne fuis pas ton Père, veuille entrer en conversation, seul à seul, avec ton Dieu de miséricorde qui veut lui-même te dire une parole de pardon et te combler de ses grâces. Oh! combien ton âme m'est chère. Je t'ai inscrite sur mes mains. Et tu t'es gravée en mon coeur d'une profonde blessure.

- L'âme: Seigneur, j'entends Ta voix qui m'appelle afin que je m'écarte du mauvais chemin, mais je n'en ai ni le courage ni la force.

- Jésus: Je suis ta force, je te donnerai le pouvoir de lutter.

- L'âme: Seigneur, je connais Ta sainteté et je Te redoute.

- Jésus: Pourquoi redoutes-tu, mon enfant, le Dieu de miséricorde? Ma sainteté ne n'empêche pas d'être miséricordieux pour toi. Regarde, âme, c'est pour toi que j'ai institué le trône de la miséricorde sur la terre, ce trône c'est le tabernacle, et de ce trône de miséricorde, je désire descendre en ton coeur. Regarde, aucune suite se m'entoure, aucun garde, tu as accès à moi à tout moment, à chaque heure du jour je veux parler avec toi et je désire t'accorder des grâces.

- L'âme: Seigneur, je redoute que Tu ne me pardonnes pas un si grand nombre de péchés, ma misère me remplit de frayeur.

- Jésus: Ma miséricorde est plus grande que ta misère et celle du monde entier. Qui a pris la mesure de ma bonté? Pour toi je suis descendu du ciel sur la terre, pour toi je me suis laissé clouer à la croix, pour toi j'ai permis que mon très saint coeur soit ouvert d'un coup de lance et je t'ai ainsi ouvert la source de miséricorde; viens et puise les grâces de cette source avec le vase de la confiance. Je ne rejette jamais un coeur humble, ta misère a sombré dans l'abîme de ma miséricorde. Pourquoi devrais-tu te disputer avec moi au sujet de ta misère? Fais-moi plaisir, abandonne-moi toute ta pauvreté et ta misère et je te comblerai d'un trésor de grâces.

- L'âme: Tu as vaincu mon coeur de pierre, ô Seigneur, par Ta bonté: et voici qu'avec confiance et humilité je m'approche du tribunal de Ta miséricorde, absous-moi Toi-même, par la main de celui qui tient Ta place. Ô Seigneur, je sens comme la grâce et la paix se sont déversées en ma pauvre âme. Je sens que Ta miséricorde, Seigneur, m'a envahie de part en part. Tu m'as plus pardonné que je n'aurais osé l'espérer ou même que je n'étais capable de le penser. Ta bonté a sur-Passé tous mes désirs. Et maintenant je T'invite en mon coeur, saisie de reconnaissance pour tant de grâces. Je m'étais égarée comme l'enfant prodigue quittant le droit chemin, mais Tu n'as cessé d'être un Père pour moi. Multiplie en moi Ta miséricorde, car Tu vois combien Je suis faible.

- Jésus: Enfant, ne parle plus de ta misère, car je l'ai déjà oubliée. Écoute, mon enfant, ce que je désire te dire: blottis-toi dans mes plaies et puise à la source de vie tout ce que ton cœur peut désirer. Bois à longs traits à la source de vie et tu ne t'arrêteras pas en chemin. Contemple l'éclat de ma miséricorde et ne redoute pas les ennemis de ton salut. Rends gloire à ma miséricorde. (1485)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 06:59

fredsinam a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
A L'EXTERIEUR, TOUT SEMBLE FINI" : Cela veut dire que les apparences de la vie ont disparu.
Mais NON L'EGLISE CATHOLIQUE n'a jamais cru que tout s’arrête après le dernier battement du coeur puisque elle fait célébrer la messes pour ses defunt et qu'elle prie pour eux durant toutes les messes en implorant la miséricorde divine . Lorsque Ste Faustine dit :"A l’extérieur, nous croyons que tout est fini,..." ,elle veut dire lorsque nous désespérons de la conversion d'un pécheur qui se trouve dans l'agonie , notre prière (notamment le chapelet de la misericorde divine) peut incliner la miséricorde divine.

Citation :
Votre interprétation remet toute l'espérance qu'apporte cela dans la nuit. Si vous dites que cela se passe avant le dernier battement du coeur, alors vous êtes contraint de mettre en enfer, comme l'Abbé Pagès, toute personne qui n'a pas la grâce durant la partie consciente de sa vie. Toute la théologie de sainte Faustine sur la miséricorde de Dieu jusque dans la mort s'écroule et vous retombez dans l'ancienne théologie que défend saint Padre Pio ici :


Citation :
« Les gens du monde qui ne sont plongés que dans leurs problèmes matériels vivent dans l'obscurité et dans l'erreur.
Ils ne se soucient pas des réalités spirituelles, ne pensent guère à leur salut éternel et n'ont aucune hâte de connaître ce Messie dont la venue est attendue par toutes les nations.
Quand notre dernière heure aura sonné, quand les battements de notre cœur se seront tus, tout sera fini pour nous, le temps de mériter et le temps de démériter. Nous nous présenterons au Christ-Juge tels que la mort nous trouvera.
Nos cris de supplication, nos larmes, nos remords, qui sur la terre encore, auraient touché le cœur de Dieu et auraient pu, grâce aux sacrements, nous faire passer de l'état de pécheurs à celui de saints, n'auront alors plus aucune valeur.
Le temps de la miséricorde sera terminé, celui de la justice commencera.
Le Seigneur révèle et appelle ; mais bien souvent nous ne voulons ni voir ni répondre, car nous préférons nos vues personnelles. Ne te décourage pas s'il t'arrive de beaucoup travailler et de récolter si peu. Si tu savais combien une seule âme coûte à Jésus, tu ne te plaindrais jamais ! »

1er chose : Padre Pio est contemporains de sainte Faustine alors comment deux saints qui avaient une si grande proximité avec le surnaturel aurait pu dire deux chose opposé ? C'est impossible .En réalité ces paroles de Padre pio sont parfaitement évangélique ,ce sont les pleurs et des grincements de dents mais elles sont dans la ligné droite du Catechisme . l'Eglise n'ENSEIGNERA JAMAIS QU'ON PEUT DEMANDER EXPLICITEMENT PARDON A DIEU APRES NOTRE MORT CLNIQUE . Elle confie tous les mort à la miséricorde divine avec une grande confiance mais JAMAIS ,ELLE N'ENSEIGNERA AUTRE CHOSE QUE CES PAROLES DU CEC :1035 " Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer"


Cher Frédéric,

Tout est venu de la théologie scolastique et de son application du dogme du pape Benoît XII (Benedictus Deus) :

Citation :

BENOIT XII Constitution dogmatique « Benedictus Deus », Op. cit. Dumeige 510. [/center]
[5° Aussitôt après leur mort, les âmes mortes en état de péché mortel sont en enfer][/b]
Nous définissons encore ce qui suit : d'après la disposition générale de Dieu, les âmes de ceux qui meurent coupables de péché mortel actuel, descendent aussitôt après leur mort en enfer, pour y subir les peines infernales ; et néanmoins au jour du jugement tous les hommes comparaîtront avec leurs corps devant le tribunal du Christ, pour rendre compte de leurs actes personnels, afin que chacun soit récompensé en son corps suivant qu'il aura fait le bien ou le mal.


aussitôt après leur mort : les scolastique (donc tous les saints jusqu'à sainte Faustine définissent la mort comme la séparation de l'âme et du corps, donc comme un instant précis, où il ne peut rien se passer. Voilà pourquoi, avec une certitude venant de leur raisonnement théologique, ils mettaient en enfer les enfants non baptisés, les païens et même les chrétiens s'ils meurent au moment oµù ils commettent un péché mortel de faiblesse.
Ex : Vous regardez une femme pour la désirez comme en parle Jésus dans ce texte : "Matthieu 5, 28", et vous avez un infarctus au même moment, vous êtes avec certitude damné pour l'éternité. C'est sur cette théologie traditionnelle issue du thomisme que fonctionne le saint Curé d'Ars mais aussi Padre Pio etc.
Si cette théologie est vrai, je comprends les agressions que je subis sur le net comme "théologien-loup". De même, je comprends pourquoi la loi de gradualité qui dit que Dieu est patient et qu'on peut progresser est vigoureusement rejetée; En effet, on doit être parfait dès le premier instant et toute théologie qui dit l'inverse est un piège infernale pour les âmes.


Et voilà que soeur Faustine voit de ses yeux que la mort est un passage, qu'on s'est trompé dans la définition de la mort, que Dieu permet à ceux qui sont dans l'ignorance et dans la faiblesse d'être sauvés (le blasphème contre l'Esprit Saint seul étant sans rémission). Cela bouleverse toute la théologie et, tout d'un coup, et sans terreur de l'enfer, on comprend pourquoi Dieu patiente avec nous tous qui sommes des hommes mauvais. C'est un retournement total de la compréhension du Christianisme, et le dogme de Benoît XII est éclairé d'une nouvelle lumière qui explique pourquoi Jésus a toujours patienté, sans les effrayer, avec les pauvres pécheurs.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 10:10

fredsinam dit : mort clinique
arnaud dumouch répond sur : battement de cœur

j'aimerais dire que la mort clinique n'est pas le moment du dernier battement de cœur. Mais bien après.

Après l'arrêt cardio-respiratoire, il y a la mort cérébrale, qui "dure" puisque l'activité cérébrale va déclinante jusqu'au fameux "EEG plat", et où on considère que la personne est cliniquement morte.

Et là, lorsque le corps est biologiquement mort, l'âme descend "immédiatement" en Enfer. Le mot "immédiatement" caractérise justement le fait que l'âme ne va pas flotter dans un entre-deux monde un certain temps.

Donc l'âme descend immédiatement dans les enfers évangélisés par le Christ, elle maudit immédiatement le Christ et va en Enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 10:55

nilamitp a écrit:


Donc l'âme descend immédiatement dans les enfers évangélisés par le Christ, elle maudit immédiatement le Christ et va en Enfer.

Le dogme dit : "immédiatement après la mort".

INTERPRETATIONS :


Au Moyen âge, certains inféraient : "immédiatement après l'arrêt du coeur".

Avec saint Thomas cela devient : "immédiatement après la séparation de l'âme et du corps" (déf Aristotélicienne de la mort).
Vous dites : "immédiatement après l'EEG plat".

Et moi je dis, en m'appuyant sur sainte Faustine, Marthe Robin, en en trouvant un signe fort dans les NDE et surtout dans la Bible : "immédiatement après le passage de la mort, passage qui peut durer plusieurs jours, voire 40 ans comme pour le peuple Hébreux dans le désert".

Car la mort au sens Biblique, c'est un passage ou un séjour qu'on appelle le shéol.

Ce qui est ESSENTIEL, au de là de ces débats, c'est que l'âme qui va en enfer ou au paradis est tellement éclairée et maîtresse d'elle-même qu'elle ne reviendra jamais en arrière.

Et vous le voyez, cela CHANGE TOUT, quoiqu'en dise Fredsisam. Ce n'est pas un "détail".

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 11:24

Arnaud Dumouch a écrit:
Car la mort au sens Biblique, c'est un passage ou un séjour qu'on appelle le shéol.

Ce qui est ESSENTIEL, au de là de ces débats, c'est que l'âme qui va en enfer ou au paradis est tellement éclairée et maîtresse d'elle-même qu'elle ne reviendra jamais en arrière.

Et vous le voyez, cela CHANGE TOUT, quoiqu'en dise Fredsisam. Ce n'est pas un "détail".
là je vous suis.

mais il y a des formulations, ou descriptions, qui sont plus ou moins heureuses. c'est ça le truc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 11:25

Arnaud Dumouch a écrit:
Au Moyen âge, certains inféraient : "immédiatement après l'arrêt du coeur".
Avec saint Thomas cela devient : "immédiatement après la séparation de l'âme et du corps" (déf Aristotélicienne de la mort).
Vous dites : "immédiatement après l'EEG plat".

Et moi je dis, en m'appuyant sur sainte Faustine, Marthe Robin, en en trouvant un signe fort dans les NDE et surtout dans la Bible : "immédiatement après le passage de la mort, passage qui peut durer plusieurs jours, voire 40 ans comme pour le peuple Hébreux dans le désert".
Celle du Moyen-Âge, de S.Thomas et la "mienne", sont la même.
La "votre", ça dépend de ce qu'on en fait, et ce qu'on lui fait dire après !

l'EEG n'est que le prolongement technologique des yeux et des mains du médecin lors de la constatation du décès biologique.
quand au détachement de l'âme et du corps, c'est la définition de la mort. Elle intervient à la fin de la mort physique.

Pour reprendre une de vos références, c'est exactement ainsi aussi que le décrit Innocent III, il dit "avant que l'âme ne sorte du corps".

http://docteurangelique.forumactif.com/t10953-lotaire-futur-pape-innocent-iii-et-l-apparition-du-christ-a-l-heure-de-la-mort
Philippe Fabry a écrit:
Et voici ma traduction :
Citation :
Au sujet de la venue du Christ au jour de la mort de chaque homme.

Aussi tant le bon, que le mauvais voit, avant que l’âme ne sorte du corps, le Christ en croix. Le mauvais le voit à sa confusion, pour rougir de ne pas être racheté par le sang du Christ, sa faute l’exigeant. D’où que du méchant est dit dans l’évangile : « ils verront celui qu’ils ont transpercé »(Jn, 19, 37) , parce qu’il est compris au sujet de la venue du Christ au jugement et de sa venue au jour de la mort de chaque homme. Le bon en revanche le voit à son exultation,ce que nous avons dans les paroles de l’Apôtre qui affirme : « jusqu'à l’avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ » (I Tim, 6, 14),c’est-à-dire au jour de la mort, quand le Christ apparaîtra en croix tant aux bon qu’aux méchants, et de même le Christ de l’évangéliste Jean affirme :« Ainsi je veux que celui-ci demeure, jusqu’à ce que je vienne »(Jn,21, 22), c’est-à-dire « jusqu’à ce que je vienne à sa mort ». De fait, sont lues quatre venues du Christ ; deux visibles et deux invisibles.
La première venue visible fut dans la chair, quand il est né de la Vierge ; l’autre venue visible est au Jugement, quand il jugera lesbons et les méchants, quand il établira ses brebis à sa droite, les boucs à sa gauche.
La première venue invisible fut dans l’esprit des justes,par grâce ; d’où que le Christ dit de l’homme juste : « Nous viendrons chez eux, et nous y ferons notre demeure » (Jn, 14, 23). Donc l’âme des justes est le siège et la demeure de Dieu, ainsi qu’il est écrit : « l’âme des justes est le trône de Dieu », parce que Dieu siège en eux par la grâce. La deuxième venue invisible est au trépas de chaque fidèle ; d’où que Jean, dans l’Apocalypse : désirant être libéré de la prison du corps il demande au Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap, 22, 20), c’est-à-dire à ma mort ; d’où il est dit qu’au jour de sa mort, le Christ vint à sa rencontre.

En fait, dans mon commentaire, je ne prétendais parler que des damnés. Ceux qui descendent immédiatement en Enfer après la mort.

Nul besoin de laisser errer 40 ans leur âme dans un "Entre-deux", DIEU sait qu'ils sont fermés à Lui.
Il peut les laisser errer 1 heure, 1 jour ou mille ans, ça ne changera rien.

Et là, vous dites quelque chose de fabuleux: oui mais DIEU va "tout tenter".

"tout tenter" dans le sens de "tout essayer dans l'espoir d'arriver à un but, cette entreprise pouvant réussir ou échouer".

mis-à-part mourir pour tous les pécheurs, et annoncer l'Evangile, je ne vois pas ce que DIEU pourrait "tenter" ici, c'est-à-dire pour les (futurs) damnés.

Avouez que je soulève là un point qui est légitime ! Votre description de la mort et ces vaines et ultimes tentatives semble aller à la fois contre la Foi et la Raison !
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 11:53

Arnaud Dumouch a écrit:

Ex : Vous regardez une femme pour la désirez comme en parle Jésus dans ce texte : "Matthieu 5, 28", et vous avez un infarctus au même moment, vous êtes avec certitude damné pour l'éternité. C'est sur cette théologie traditionnelle issue du thomisme que fonctionne le saint Curé d'Ars mais aussi Padre Pio etc.

Encore que. Le Curé d'Ars a montré qu'il avait l'intuition que les choses étaient plus complexes : "il se passe beaucoup de choses entre le moment où le suicidé se jette du pont et celui où il arrive en bas", également voir le sermon publié par notre néanmoins ami Chris Prols.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 11:56

nilamitp a écrit:

Celle du Moyen-Âge, de S.Thomas et la "mienne", sont la même.
La "votre", ça dépend de ce qu'on en fait, et ce qu'on lui fait dire après !

l'EEG n'est que le prolongement technologique des yeux et des mains du médecin lors de la constatation du décès biologique.
quand au détachement de l'âme et du corps, c'est la définition de la mort. Elle intervient à la fin de la mort physique.

Pour reprendre une de vos références, c'est exactement ainsi aussi que le décrit Innocent III, il dit "avant que l'âme ne sorte du corps".

http://docteurangelique.forumactif.com/t10953-lotaire-futur-pape-innocent-iii-et-l-apparition-du-christ-a-l-heure-de-la-mort
Philippe Fabry a écrit:
Et voici ma traduction :
Citation :
Au sujet de la venue du Christ au jour de la mort de chaque homme.

Aussi tant le bon, que le mauvais voit, avant que l’âme ne sorte du corps, le Christ en croix. Le mauvais le voit à sa confusion, pour rougir de ne pas être racheté par le sang du Christ, sa faute l’exigeant. D’où que du méchant est dit dans l’évangile : « ils verront celui qu’ils ont transpercé »(Jn, 19, 37) , parce qu’il est compris au sujet de la venue du Christ au jugement et de sa venue au jour de la mort de chaque homme. Le bon en revanche le voit à son exultation,ce que nous avons dans les paroles de l’Apôtre qui affirme : « jusqu'à l’avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ » (I Tim, 6, 14),c’est-à-dire au jour de la mort, quand le Christ apparaîtra en croix tant aux bon qu’aux méchants, et de même le Christ de l’évangéliste Jean affirme :« Ainsi je veux que celui-ci demeure, jusqu’à ce que je vienne »(Jn,21, 22), c’est-à-dire « jusqu’à ce que je vienne à sa mort ». De fait, sont lues quatre venues du Christ ; deux visibles et deux invisibles.
La première venue visible fut dans la chair, quand il est né de la Vierge ; l’autre venue visible est au Jugement, quand il jugera lesbons et les méchants, quand il établira ses brebis à sa droite, les boucs à sa gauche.
La première venue invisible fut dans l’esprit des justes,par grâce ; d’où que le Christ dit de l’homme juste : « Nous viendrons chez eux, et nous y ferons notre demeure » (Jn, 14, 23). Donc l’âme des justes est le siège et la demeure de Dieu, ainsi qu’il est écrit : « l’âme des justes est le trône de Dieu », parce que Dieu siège en eux par la grâce. La deuxième venue invisible est au trépas de chaque fidèle ; d’où que Jean, dans l’Apocalypse : désirant être libéré de la prison du corps il demande au Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap, 22, 20), c’est-à-dire à ma mort ; d’où il est dit qu’au jour de sa mort, le Christ vint à sa rencontre.

Quand l'âme se détache du corps, c'est qu'elle ne peut plus y revenir. Or les NDE montrent nettement pour de nombreuses personnes la persistance d'un lien, le concept d'une limite à franchir (barrière, rivière...) au-delà de laquelle le lien sera définitivement rompu. Mais les témoins de NDE, finalement réintègrent leur corps. C'est-donc que l'âme, tout en en étant sortie, n'en était pas séparée.

Or la mort, c'est semble-t-il cette séparation. Séparation invisible à l'oeil nu pour l'observateur extérieur.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:17

Arnaud Dumouch a écrit:
aussitôt après leur mort : les scolastique (donc tous les saints jusqu'à sainte Faustine définissent la mort comme la séparation de l'âme et du corps, donc comme un instant précis, où il ne peut rien se passer. Voilà pourquoi, avec une certitude venant de leur raisonnement théologique, ils mettaient en enfer les enfants non baptisés, les païens et même les chrétiens s'ils meurent au moment oµù ils commettent un péché mortel de faiblesse.
Ex : Vous regardez une femme pour la désirez comme en parle Jésus dans ce texte : "Matthieu 5, 28", et vous avez un infarctus au même moment, vous êtes avec certitude damné pour l'éternité. C'est sur cette théologie traditionnelle issue du thomisme que fonctionne le saint Curé d'Ars mais aussi Padre Pio etc.
Si cette théologie est vrai, je comprends les agressions que je subis sur le net comme "théologien-loup". De même, je comprends pourquoi la loi de gradualité qui dit que Dieu est patient et qu'on peut progresser est vigoureusement rejetée; En effet, on doit être parfait dès le premier instant et toute théologie qui dit l'inverse est un piège infernale pour les âmes.

C'est incroyable comment vous caricaturez tous et maintenant même la pensée des saints . En réalité vous êtes quelque part un prêcheur de l'herméneutique de la discontinuité que le Pape combat. Padre Pio comme le Curé d'Ars ont prêché de manière exceptionnel et magnifiques la miséricorde divine sans diminuer la conséquence du péché comme vous avez tendance de le faire .Le grand prédicateur dominicain le Père Molinié a écrit un livre dont je vous conseille la lecture "Le courage d’avoir peur" et dans un interview à propos de ce livre il dit : "Le courage de regarder en face ce qui doit nous faire peur d’après l’Evangile : « Craignez celui qui peut perdre votre âme ». Le courage de croire à l’enfer. Les chrétiens ne supportent plus ce dogme parce qu’ils refusent d’avoir confiance, ils exigent des garanties et des sécurités. Il ne faut pas confondre la confiance théologale avec optimisme. La condition de la vraie confiance, c’est d’avoir peur." . Si vous êtes attaqué c'est qu'au lieu d'inviter les croyants à faire confiance à la miséricorde divine ,vous passez votre temps à leur donner des garanties et des sécurités qu'ils ne seront pas damné .C'est cela qui dérange dans votre théologie

Prétendre que le curée d'Ars et Padre Pio ont limité la miséricorde divine et qu'ils ont damné toute personne qui meurt en étant de péché mortel est une aberration totale c'est tout de même au curé d'Ars qu'on attribue cette réponse à une femme qui pleurait et craignait la damnation d'un suicide : "Entre le pont et l’eau, il a eu le temps de se tourner vers la miséricorde de Dieu ".
Citation :
Et voilà que soeur Faustine voit de ses yeux que la mort est un passage, qu'on s'est trompé dans la définition de la mort, que Dieu permet à ceux qui sont dans l'ignorance et dans la faiblesse d'être sauvés (le blasphème contre l'Esprit Saint seul étant sans rémission). Cela bouleverse toute la théologie et, tout d'un coup, et sans terreur de l'enfer, on comprend pourquoi Dieu patiente avec nous tous qui sommes des hommes mauvais. C'est un retournement total de la compréhension du Christianisme, et le dogme de Benoît XII est éclairé d'une nouvelle lumière qui explique pourquoi Jésus a toujours patienté, sans les effrayer, avec les pauvres pécheurs.

J'ai lu le petit journal de Sainte Faustine , j'ai lu les analyses que les spécialistes ont fait de ce journal ,il n'y a que vous qui a réussi à trouver que Sainte faustine a montré que la mort est un passage (dans le sens où vous l'entendez) . Sainte Faustine parle des âme du purgatoire, des âmes damné ,des âmes bienheureux et des âmes en agonie mais RIEN ENTRE LES DEUX .

Exemple :
Citation :
808. Dans la nuit, je fus soudainement éveillée et je compris qu’une âme avait grand besoin de prières. En peu de mots, mais de toute mon âme, je priai le Seigneur de lui accorder la grâce.

809. Le lendemain après-midi en entrant dans la salle, je vis une personne mourante et j’ai appris que l’agonie avait commencé pendant la nuit. J’ai constaté que c’était au moment où l’on me demandait des prières. Tout à coup, j’entendis dans mon âme une voix : « Dis ce chapelet que Je t’ai enseigné ! » Je courus chercher mon rosaire. Et je m’agenouillai près de l’agonisante et je commençai avec toute l’ardeur de mon âme à dire ce chapelet. Soudain la moribonde ouvrit les yeux. Elle me regarda et je n’eus pas le temps d’achever le chapelet qu’elle était morte dans une étrange paix. Je priais ardemment le Seigneur de tenir la promesse qu’Il m’avait faite pour la récitation de ce chapelet. Le Seigneur me fit connaître que cette âme avait reçu la grâce que le Seigneur m’avait promise. Cette âme était la première qui ait obtenu la promesse du Seigneur. Je sentais la force de la miséricorde qui entourait cette âme.

810. En rentrant dans ma solitude, j’entendis ces mots : « Je défends chaque âme à l’heure de la mort comme Ma propre gloire. Que l’on récite ce chapelet soi-même, ou bien que d’autres le récitent pour l’agonisant, l’indulgence est la même. Quand on le récite auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, la miséricorde insondable s’empare de son âme et les profondeurs de Ma miséricorde sont émues par la douloureuse Passion de Mon Fils. »
Oh ! Si l’on pouvait comprendre combien est grande la miséricorde du Seigneur et que nous en avons tous besoin, surtout à cette heure décisive !
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:25

Philippe Fabry a écrit:

Quand l'âme se détache du corps, c'est qu'elle ne peut plus y revenir. Or les NDE montrent nettement pour de nombreuses personnes la persistance d'un lien, le concept d'une limite à franchir (barrière, rivière...) au-delà de laquelle le lien sera définitivement rompu. Mais les témoins de NDE, finalement réintègrent leur corps. C'est-donc que l'âme, tout en en étant sortie, n'en était pas séparée.

Or la mort, c'est semble-t-il cette séparation. Séparation invisible à l'oeil nu pour l'observateur extérieur.

Ce n'est pas un argument serieux d'utiliser les NDE , on peut les citer mais seulement comme un exemple probable après avoir donné d'autre argument .Or là vous en parlez comme si c'était un fait indiscutable. Les NDE sont des expériences mystérieuse comme il en existe des millier dans le monde ,s'en servir comme Arnaud pour réfuter ou argumenter quelque chose ça me semble très très léger .



Dernière édition par fredsinam le Mer 05 Oct 2011, 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:27

Bonjour Philippe,
en gros tu dis il y a les séparations temporaires (les "sorties") et les séparations définitives (la "séparation" proprement dite).

Je veux bien.
les sorties temporaires semblent être une hypothèse simple et efficace pour expliquer les NDE. (de mêmes que les âmes errantes pour d'autres choses.) ce ne sont pas forcément les seules).

Admettons.

Mais à cause de la Résurrection, toutes les séparations sont en définitive temporaires. (que le corps ressuscité soit ou non composé de la même matière que le premier).

Bref, si toute séparation est temporaire, on commence à avoir du mal à définir proprement "l'instant de la mort" ou "le dernier instant de la mort si c'est un passage".

Si tout est dans la Mort et la Résurrection de Jésus-Christ, mais qu'on ne sait même pas ce que c'est que la mort ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:31

Pour moi les NDE sont de l'ordre de la grâce et non de ce qui a lieu systématiquement lors de la mort .Prétendre que c'est ce qui se passe lors de la mort c'est comme si on disait que tout personne qui boira l'eau de lourdes sera guéri parce qu'un ou deux personne ont été guéri par l'eau de lourdes .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:36

je ne le vois pas comme ça. je le vois plutôt comme une expérience de ce que vit la conscience d'une personne dans un coma avancé. cette expérience proprement dite, je ne le vois donc ni comme une expérience mystique, ni comme un miracle. donc plutôt universelle que particulière.

Mais je suis d'accord avec vous, que ce n'est pas un argument sérieux d'utiliser les NDE, si ça semble remettre en cause, ou renouveler de fond en comble tout un tas de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:40

Bref, Philippe, la nouvelle définition de l'instant de la mort devient ceci:

c'est l'instant qui précède immédiatement le Jugement individuel.

le passage de la mort durant de l'agonie à cet instant-là (donc y compris la mort clinique puis la décorporation puis la descente aux enfers puis le retour du Christ)
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 12:53

nilamitp a écrit:
je ne le vois pas comme ça. je le vois plutôt comme une expérience de ce que vit la conscience d'une personne dans un coma avancé. cette expérience proprement dite, je ne le vois donc ni comme une expérience mystique, ni comme un miracle. donc plutôt universelle que particulière.

Mais je suis d'accord avec vous, que ce n'est pas un argument sérieux d'utiliser les NDE, si ça semble remettre en cause, ou renouveler de fond en comble tout un tas de choses.

Je trouve que vous passez (Arnaud et Philippe aussi ) vite des ces cas rare à une expérience universelle c'est cela qui me dérange . Je veux bien que vous me disiez que c'est votre conviction personnelle mais on ne peut pas généraliser une expérience surnaturelle à tous les hommes sans une explication rationnelle ou sans une révélation divine .
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 13:02

Entre l'heure de la mort vers..... il y a un temps, celui du Passage.

Comme un enfant quitte le ventre de sa mère, vers une nouvelle vie, il y a un passage, jusqu'au moment où l'on coupe le cordon ombilical.
Qu'est-ce qui se passe dans ce passage douloureux?

la Pâque est une mort à une ancienne vie, qui demande ce passage de la mer morte, vers une nouvelle vie.

Tous comme les sacrements.
Tout comme une conversion, n'est-ce pas déjà, un passage d'une mort à nous-même, d'une ancienne vie vers l'Amour?

Ce passage (VOIE) de la mort, est le temps "Miséricorde" de Dieu où Il se révèle à tout homme, croyant ou non-croyant (VERITE) vers la VIE proposée, que l'homme choisira ou pas, en toute liberté, lucidité. (orgueil ou humilité)

Je l'ai vu ce passage, un jour (physique) après la mort de mon papa, avant sa sépulture.

"TOUT PASSE" DIEU SEUL SUFFIT!

C'est ma méditation, bien maigre, avec sûrement quelques petites erreurs, mais je crois qu'elle n'est pas en contradiction avec ma Mère l'Eglise.
La thèse d'Arnaud, j'adhère pleinement. flower
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 13:27

Arc-en-Ciel a écrit:
Entre l'heure de la mort vers..... il y a un temps, celui du Passage.

Comme un enfant quitte le ventre de sa mère, vers une nouvelle vie, il y a un passage, jusqu'au moment où l'on coupe le cordon ombilical.
Qu'est-ce qui se passe dans ce passage douloureux?

la Pâque est une mort à une ancienne vie, qui demande ce passage de la mer morte, vers une nouvelle vie.

Tous comme les sacrements.
Tout comme une conversion, n'est-ce pas déjà, un passage d'une mort à nous-même, d'une ancienne vie vers l'Amour?

Ce passage (VOIE) de la mort, est le temps "Miséricorde" de Dieu où Il se révèle à tout homme, croyant ou non-croyant (VERITE) vers la VIE proposée, que l'homme choisira ou pas, en toute liberté, lucidité. (orgueil ou humilité)

Je l'ai vu ce passage, un jour (physique) après la mort de mon papa, avant sa sépulture.

"TOUT PASSE" DIEU SEUL SUFFIT!

C'est ma méditation, bien maigre, avec sûrement quelques petites erreurs, mais je crois qu'elle n'est pas en contradiction avec ma Mère l'Eglise.
La thèse d'Arnaud, j'adhère pleinement. flower

Que Dieu fasse miséricorde au délà de la mort clinique ou biologique est une évidence c'est d'ailleurs pour cette raison que nous prions pour les morts contrairement aux protestants mais pretendre comme Arnaud savoir la grâce que fait Dieu à tout à âme pour qu'il se convertisse est prétentieux pacqu'elle n'est jamais la même . A certains la grâce consistera peut-etre à renoncer à la haine d'une personne précise , à d'autre à la jalousie , à d'autre ...et cette grâce est accordé en prenant en compte la singularité de chaque âme .
En réalité ce qui se passe après notre dernier battement du cœur nous est absolument INCONNU ,celui qui prétend le contraire est un menteur ce dont est sûr et certain c'est que la misericorde de Dieu est infini et que tout âme qui se damne le fait contre la volonté de Dieu.


Dernière édition par fredsinam le Mer 05 Oct 2011, 15:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 13:39

Arnaud Dumouch a écrit:
Vous ne voyez pas ce qui est nouveau là dedans ?

Mais ça bouleverse toute la scolastique ! Une conversion est possible dans le passage qu'est la mort !

finie la damnation éternelle et fatale des suicidés dont l'abbé Pagès parle en s'appuyant sur l'ancienne scolastique où tout est fini, même s'il y a repentir, juste après le dernier arrêt du coeur.


J'y crois aussi et c'est pour cela que je me demandais sur un autre fil comment on peut être sûrs que Judas soit "perdu" ?

Et comme vous dites, Arnaud, pour tous les suicidés et leurs familles à qui l'on a refusé pendant si longtemps des obsèques religieuses !

Merci à vous de nous faire partager et réfléchir là-dessus ange1

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 14:46

Comment peu-on être sûr que Judas est perdu ?

parce qu'il serait plus-que-téméraire d'aller contre l'Écriture, la Tradition et le Magistère.

Voici ce qu'affirme le Catéchisme de Trente sur Judas :

(judas est certainement en Enfer)
Citation :
il arrive quelquefois que les hommes n’ont pas un repentir proportionné à leurs péchés ; et même, comme le dit Salomon [6]: « Il y en a qui se réjouissent, lorsqu’ils ont fait le mal. » D’autres, au contraire, s’abandonnent à tel point au chagrin et à la désolation, qu’ils viennent à désespérer entièrement de leur salut. Tel semble avoir été Caïn, qui disait [7]: « Mon crime est trop grand pour obtenir le pardon. » Et tel fut certainement Judas [8] que « le repentir de son crime conduisit à se pendre lui-même, » perdant ainsi la vie et son âme tout ensemble. La vertu de Pénitence nous aide donc à garder une juste mesure dans notre douleur.

(le fruit du sacerdoce de judas a été sa perte éternelle)
Citation :
Ce sont ceux-là que notre Sauveur appelle des mercenaires, et dont le Prophète Ezéchiel disait: [5] « Ils se paissent eux-mêmes, et non leurs brebis. » Leur bassesse et leur avidité a déshonoré l’Etat ecclésiastique aux yeux des Fidèles, qui le regardent maintenant presque comme la profession la plus vile et la plus méprisable. Aussi ne tirent-ils point d’autre fruit de leur Sacerdoce, que celui que recueillit Judas de son apostolat, c’est-à-dire leur perte éternelle.

(judas n'a jamais voulu voir la Bonté et la Miséricorde infinie de Dieu)
Citation :
Les Pasteurs ont donc à prévenir les Fidèles que celui qui veut s’approcher de Dieu pour Lui faire cette demande, est obligé d’abord de reconnaître ses propres fautes, puis de ressentir une véritable douleur de les avoir commises, et en même temps d’être bien persuadé que Dieu a la volonté de pardonner à tous les pécheurs qui sont dans les dispositions que nous venons de rappeler. Autrement, le souvenir plein d’amertume et la vue effrayante de tous nos péchés pourraient nous jeter dans le désespoir de Caïn et de Judas, qui ne voulurent voir en Dieu qu’un Vengeur et un Justicier, et non point la Bonté même de la Miséricorde infinie.

(judas n'a pas bénéficié du fruit de la Rédemption)
Citation :
Et c’est l’Eglise qui, inspirée par l’esprit de Dieu, les a réunis. Ils servent à exprimer les fruits et les avantages de la Passion. Si nous en considérons en effet la vertu et l’efficacité, nous sommes obligés d’avouer que le Sang du Seigneur a été répandu pour le salut de tous. Mais si nous examinons les fruits que les hommes en retirent, il est évident que plusieurs seulement, et non pas tous, en profitent. Lorsque Jésus-Christ dit: pour vous, Il entendait par là, à l’exception de Judas, ceux qui étaient présents, et à qui il parlait, ou bien les élus d’entre les Juifs, tels que ses disciples. En ajoutant: « pour plusieurs », Il voulait désigner tous les autres élus, soit d’entre les Juifs, soit d’entre les Gentils. Ainsi c’est avec raison qu’il n’a pas été dit: pour tous, puisqu’il s’agissait en cet endroit du fruit de la Passion, qui n’a procuré le salut qu’aux élus seulement. C’est dans ce sens qu’il faut entendre ces paroles de l’Apôtre: [31] « Jésus-Christ n’a été immolé qu’une fois pour effacer les péchés de plusieurs » ; et ce que dit Notre-Seigneur dans Saint Jean: [32] « Je prie pour eux, je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que Vous m’avez donnés, parce qu’ils sont à vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 16:05

nilamitp a écrit:
Bonjour Philippe,
en gros tu dis il y a les séparations temporaires (les "sorties") et les séparations définitives (la "séparation" proprement dite).

Je veux bien.
les sorties temporaires semblent être une hypothèse simple et efficace pour expliquer les NDE. (de mêmes que les âmes errantes pour d'autres choses.) ce ne sont pas forcément les seules).

Admettons.

Mais à cause de la Résurrection, toutes les séparations sont en définitive temporaires. (que le corps ressuscité soit ou non composé de la même matière que le premier).

Bref, si toute séparation est temporaire, on commence à avoir du mal à définir proprement "l'instant de la mort" ou "le dernier instant de la mort si c'est un passage".

Si tout est dans la Mort et la Résurrection de Jésus-Christ, mais qu'on ne sait même pas ce que c'est que la mort ! Very Happy

Justement le corps ressuscité, le corps glorieux, n'est plus le corps mort, tout en l'étant pourtant. Parler de séparation temporaire n'est donc pas pertinent.

Mais surtout je pense que l'on peut définir les choses autrement : la mort est le moment où l'âme ne peut, seule, revenir habiter le corps. Et cela règle le problème de la résurrection, puisqu'à ce moment c'est une intervention divine qui raccroche l'âme au corps, rétablit un lien qui avait effectivement disparu.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 16:07

nilamitp a écrit:
Bref, Philippe, la nouvelle définition de l'instant de la mort devient ceci:

c'est l'instant qui précède immédiatement le Jugement individuel.

le passage de la mort durant de l'agonie à cet instant-là (donc y compris la mort clinique puis la décorporation puis la descente aux enfers puis le retour du Christ)

On peut toujours discuter le vocabulaire.

On peut dire ce que tu dis ou bien dire que la mort est un passage dont la sortie est l'instant qui précède immédiatement le Jugement individuel. Mais ce ne sont alors, il me semble, que des questions de mots : l'idée est la même.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 20:22

[quote]
fredsinam a écrit:

C'est incroyable comment vous caricaturez tous et maintenant même la pensée des saints . En réalité vous êtes quelque part un prêcheur de l'herméneutique de la discontinuité que le Pape combat.


Il n'y a pas discontinuité pour les dogmes. Il y a discontinuité pour la théologie faillible :

Et cet extrait du saint padre Pio le prouve. Lisez :

Citation :

« Les gens du monde qui ne sont plongés que dans leurs problèmes matériels vivent dans l'obscurité et dans l'erreur.
Ils ne se soucient pas des réalités spirituelles, ne pensent guère à leur salut éternel et n'ont aucune hâte de connaître ce Messie dont la venue est attendue par toutes les nations.
Quand notre dernière heure aura sonné, quand les battements de notre cœur se seront tus, tout sera fini pour nous, le temps de mériter et le temps de démériter. Nous nous présenterons au Christ-Juge tels que la mort nous trouvera.
Nos cris de supplication, nos larmes, nos remords, qui sur la terre encore, auraient touché le cœur de Dieu et auraient pu, grâce aux sacrements, nous faire passer de l'état de pécheurs à celui de saints, n'auront alors plus aucune valeur.
Le temps de la miséricorde sera terminé, celui de la justice commencera.

Le Seigneur révèle et appelle ; mais bien souvent nous ne voulons ni voir ni répondre, car nous préférons nos vues personnelles. Ne te décourage pas s'il t'arrive de beaucoup travailler et de récolter si peu. Si tu savais combien une seule âme coûte à Jésus, tu ne te plaindrais jamais ! »

Padre Pio, sermon du 29 décembre 1960.



Citation :

J'ai lu le petit journal de Sainte Faustine , j'ai lu les analyses que les spécialistes ont fait de ce journal ,il n'y a que vous qui a réussi à trouver que Sainte faustine a montré que la mort est un passage (dans le sens où vous l'entendez) . Sainte Faustine parle des âme du purgatoire, des âmes damné ,des âmes bienheureux et des âmes en agonie mais RIEN ENTRE LES DEUX .

Il y a aussi le cardinal Ottaviani qui, du coup, mit sainte Faustine à l'Index ! Laughing


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 22:35

Je mets ici le témoignage de Mme Gloria Polo, bien connu aujourd'hui.

Quiconque a frôlé la mort (comme moi) reconnaîtra la véracité des faits relatés ici avec une remarquable précision.

Théologiquement, tout est conforme à la Sainte doctrine catholique.

Après un jugement particulier où elle est questionnée sur les dix commandements, qu'elle a négligés pendant sa vie, Gloria finira par être sauvée de l'enfer et par vivre SUR L'INTERCESSION D'UN PAUVRE PAYSAN QUI NE LA CONNAISSAIT ¨MEME PAS;

extraits

"Mais à cet instant, là, dans la salle d’opération, j’étais vraiment terrifiée !

Je voyais des démons venir vers moi car j’étais leur salaire.

Des murs du bloc opératoire, je vis surgir beaucoup de monde.
Au premier abord, ils semblaient normaux, mais en fait, ils avaient des visages haineux, affreux.
À ce moment-là, par une certaine perspicacité qui me fut donnée, je réalisais que j’appartenais à chacun d’entre eux.
Je compris que le péché n’était pas gratuit et que le mensonge le plus infâme du démon, c’était de faire croire qu’il n’existait pas.
Je les voyais tous venir me chercher.
Imaginez ma frayeur ! Mon esprit intellectuel et scientifique ne m’était d’aucun secours.
Je voulus regagner l’intérieur de mon corps, mais celui-ci ne me laissait pas entrer.
Je courus alors vers l’extérieur de la pièce, espérant me cacher quelque part dans le couloir de l’hôpital, mais en fait je finis par sauter dans le vide.

Je tombais dans un tunnel qui me tirait vers le bas.
Au début, il y avait de la lumière et cela ressemblait à une ruche d’abeilles.
Il y avait beaucoup de monde.
Mais bientôt je commençais à descendre en passant par des tunnels complètement sombres. Il n’y a aucune commune mesure entre l’obscurité de cet endroit et l’obscurité la plus totale de la terre que l’on pourrait comparer à la lumière astrale.
Cette obscurité-là suscitait la souffrance, l’horreur et la honte.
L’odeur était infecte.
Quand enfin j’eus fini de descendre le long des ces tunnels, j’atterris lamentablement sur une plateforme.
Moi qui avais l’habitude de clamer que j’avais une volonté d’acier et que rien n'était de trop pour moi… là, ma volonté ne me servait de rien ; je ne parvenais pas à remonter.
À un certain point, je vis au sol comme un gigantesque gouffre s’ouvrir et je vis un vide immense, un abîme sans fond.
Le plus horrible concernant ce trou béant était que l’on y ressentait l’absence absolue de l’amour de Dieu et ce, sans le moindre espoir.
Le trou m’aspira et j’étais terrifiée.
Je savais que si j’allais là-dedans, mon âme en mourrait :
J’étais tirée vers cette horreur, on m’avait saisie par les pieds.
Mon corps entrait désormais dans ce trou et ce fut un moment d’extrême souffrance et d’épouvante.
Mon athéisme me quitta et je commençais à crier vers les âmes du Purgatoire pour avoir de l’aide.
Tandis que je hurlais, je ressentis une douleur très intense car il me fut donné de comprendre que des milliers et des milliers d’êtres humains se trouvaient-là, surtout des jeunes.
C’est avec terreur que j’entendais des grincements de dents, d’horribles cris et des gémissements qui m’ébranlèrent jusqu’au tréfonds de mon être.
Il m’a fallu des années avant de m’en remettre car, chaque fois que je me souvenais de ces instants, je pleurais en pensant à leurs indicibles souffrances.
Je compris que c’est là où vont les âmes des suicidés qui, en un instant de désespoir, se retrouvent au milieu de ces horreurs
. Mais, le tourment le plus terrible, c’était l’absence de Dieu. On ne pouvait pas sentir Dieu.


La suite ici http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/article-26833324.html
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Mer 05 Oct 2011, 22:39

julia a écrit:
Je mets ici le témoignage de Mme Gloria Polo, bien connu aujourd'hui.

Quiconque a frôlé la mort (comme moi) reconnaîtra la véracité des faits relatés ici avec une remarquable précision.

Théologiquement, tout est conforme à la Sainte doctrine catholique.

Après un jugement particulier où elle est questionnée sur les dix commandements, qu'elle a négligés pendant sa vie, Gloria finira par être sauvée de l'enfer et par vivre SUR L'INTERCESSION D'UN PAUVRE PAYSAN QUI NE LA CONNAISSAIT ¨MEME PAS;

extraits

"Mais à cet instant, là, dans la salle d’opération, j’étais vraiment terrifiée !

Je voyais des démons venir vers moi car j’étais leur salaire.

Des murs du bloc opératoire, je vis surgir beaucoup de monde.
Au premier abord, ils semblaient normaux, mais en fait, ils avaient des visages haineux, affreux.
À ce moment-là, par une certaine perspicacité qui me fut donnée, je réalisais que j’appartenais à chacun d’entre eux.
Je compris que le péché n’était pas gratuit et que le mensonge le plus infâme du démon, c’était de faire croire qu’il n’existait pas.
Je les voyais tous venir me chercher.
Imaginez ma frayeur ! Mon esprit intellectuel et scientifique ne m’était d’aucun secours.
Je voulus regagner l’intérieur de mon corps, mais celui-ci ne me laissait pas entrer.
Je courus alors vers l’extérieur de la pièce, espérant me cacher quelque part dans le couloir de l’hôpital, mais en fait je finis par sauter dans le vide.

Je tombais dans un tunnel qui me tirait vers le bas.
Au début, il y avait de la lumière et cela ressemblait à une ruche d’abeilles.
Il y avait beaucoup de monde.
Mais bientôt je commençais à descendre en passant par des tunnels complètement sombres. Il n’y a aucune commune mesure entre l’obscurité de cet endroit et l’obscurité la plus totale de la terre que l’on pourrait comparer à la lumière astrale.
Cette obscurité-là suscitait la souffrance, l’horreur et la honte.
L’odeur était infecte.
Quand enfin j’eus fini de descendre le long des ces tunnels, j’atterris lamentablement sur une plateforme.
Moi qui avais l’habitude de clamer que j’avais une volonté d’acier et que rien n'était de trop pour moi… là, ma volonté ne me servait de rien ; je ne parvenais pas à remonter.
À un certain point, je vis au sol comme un gigantesque gouffre s’ouvrir et je vis un vide immense, un abîme sans fond.
Le plus horrible concernant ce trou béant était que l’on y ressentait l’absence absolue de l’amour de Dieu et ce, sans le moindre espoir.
Le trou m’aspira et j’étais terrifiée.
Je savais que si j’allais là-dedans, mon âme en mourrait :
J’étais tirée vers cette horreur, on m’avait saisie par les pieds.
Mon corps entrait désormais dans ce trou et ce fut un moment d’extrême souffrance et d’épouvante.
Mon athéisme me quitta et je commençais à crier vers les âmes du Purgatoire pour avoir de l’aide.
Tandis que je hurlais, je ressentis une douleur très intense car il me fut donné de comprendre que des milliers et des milliers d’êtres humains se trouvaient-là, surtout des jeunes.
C’est avec terreur que j’entendais des grincements de dents, d’horribles cris et des gémissements qui m’ébranlèrent jusqu’au tréfonds de mon être.
Il m’a fallu des années avant de m’en remettre car, chaque fois que je me souvenais de ces instants, je pleurais en pensant à leurs indicibles souffrances.
Je compris que c’est là où vont les âmes des suicidés qui, en un instant de désespoir, se retrouvent au milieu de ces horreurs
. Mais, le tourment le plus terrible, c’était l’absence de Dieu. On ne pouvait pas sentir Dieu.


La suite ici http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/article-26833324.html

thumleft thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Pierre75



Messages : 937
Inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 02:42

Bonsoir,
ce témoignage est très curieux car il y a une première expérience de NDE classique, avec la rencontre de l'être de lumière, et une seconde expérience infernale - sans cohérence entre les deux!
A lire ce récit, si cette personne était morte lors de la première expérience, elle aurait été dans la lumière ; et si elle était morte dans la seconde, elle allait en enfer...
Et aucune explication sur ce qui l'envoyait en enfer, puisqu'elle-même a fait du bien, a été catholique etc.
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 05:04

julia a écrit:
Ce serait justice.

Sainte Faustine est une immense sainte, et son "chapelet à la Divine Miséricorde" est un cadeau de Dieu dont nul ne saurait se passer I love you

Deo Gratias !

Exactement, j'apprécie beaucoup de réciter ce chapelet et je ne manque JAMAIS l'heure et les dévotions de la Miséricorde tous les jours à 15h.

J'ai son petit journal qui est un trésor de compassion divine.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 10:16

Pierre75 a écrit:
Bonsoir,
ce témoignage est très curieux car il y a une première expérience de NDE classique, avec la rencontre de l'être de lumière, et une seconde expérience infernale - sans cohérence entre les deux!
A lire ce récit, si cette personne était morte lors de la première expérience, elle aurait été dans la lumière ; et si elle était morte dans la seconde, elle allait en enfer...
Et aucune explication sur ce qui l'envoyait en enfer, puisqu'elle-même a fait du bien, a été catholique etc.

C'est au contraire très cohérent, et il y a des explications point par point (sur la base des dix commandements) sur ce qui l'a précipitée en enfer (c'était une très mauvaise catholique, de ces catholiques "de facade")

Lisez la totalité du récit, tout est très clair.

Lorsqu'on a frôlé la mort, on sait que ces choses existent, les démons attendent comme des charognards leur proie qui sont les pécheurs comme vous et moi.

Ce n'est pas pour rien que la Sainte Eglise demande aux fidèles la fréquentation assidue des sacrements, en particulier la confession fréquente et la communion, pendant leur vie, et administre les derniers sacrements aux agonisants !!!!

Une pratique qui doit absolument revenirt et être administrée le plus possible
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 11:44

étant catholique (même de façade peut être), elle croyait au Christ mais donc aussi à l'enfer et ses démons.

Est ce qu'un athée, éduqué dans une famille sans religion, qui ne croit ni en Dieu et donc ni aux démons de toute sorte aurait la même vision?

existe t'il des témoignages plus ou moins ressemblant, de personnes "étrangères"à la foi catholique (ou d'autres religions = les boudhistes parlent aussi d'une traversée d'un royaume des esprits mauvais)
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 15:55

cath1250 a écrit:
étant catholique (même de façade peut être), elle croyait au Christ mais donc aussi à l'enfer et ses démons.

Est ce qu'un athée, éduqué dans une famille sans religion, qui ne croit ni en Dieu et donc ni aux démons de toute sorte aurait la même vision?

existe t'il des témoignages plus ou moins ressemblant, de personnes "étrangères"à la foi catholique (ou d'autres religions = les boudhistes parlent aussi d'une traversée d'un royaume des esprits mauvais)

Oui Cath1250, il y a par exemple le mien. J'étais athée, bien que baptisé bébé. D'abord une très longue descente aux enfers, qui dure, qui dure, et qui dure. Et puis la lumière. Il faut la lumière pour réaliser que l'on vient de traverser ses propres enfers, sinon on ne le réalise pas forcément. Je croyais voir, mais j'étais aveugle, la lumière m'en fait prendre conscience.

Ces expériences sont toutes différentes, en fonction du niveau de pureté de l'âme. Les plus pures voyent directement ce tunnel vers la lumière, et l'expérience est merveilleuse, pour les moins purs, comme moi par exemple, bin il y a un petit passage en enfer d'abord. C'est pas n'importe lequel enfer, c'est mon enfer, avec les démons dont je suis porteur. Mais pour le réaliser il faut la lumière ensuite. Je pense que si le Christ ne s'était pas incarné, mort, descendu aux enfers, et ressuscité, il ne serait jamais venu me chercher là, il le peut car, depuis sa mort et resurrection, il est au creux de mon âme et de chaque âme, et qu'ainsi il m'a donc accompagné dans ma chute à mon insu à l'époque. Je ne le savais pas, je l'ai découvert grâce à cette expérience, difficile et douloureuse pour moi. Sans le Christ je serais resté dedans, car même par ma simple force ou volonté, je ne peux rien faire. IL n'y a pas d'Hercule qui tienne. Seul le Christ peut, relever un pécheur d'entre les morts.

Bien sûr, d'athée, je suis passé à Chrétien.


Dernière édition par lion-des-bois le Jeu 06 Oct 2011, 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28036
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 16:12

thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 20:14

Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise :


http://fr.gloria.tv/?media=202675

Simon1976 a écrit:
Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?

Les cardinaux et évêques réunis à Cracovie-Lagiewniki pour le IIe congrès mondial de la Miséricorde divine ont adressé à Benoît XVI une lettre demandant l’ouverture de la cause du dossier de doctorat de Sainte Faustine, ce qui serait une façon de promouvoir dans le monde le message de la Miséricorde divine.

La sainte polonaise, Faustine Kowalska, serait la quatrième femme à être proclamée docteur de l’Eglise, après Thérèse d’Avila, Catherine de Sienne et Thérèse de Lisieux. Son enseignement est considéré comme particulièrement important pour le IIIe millénaire et il est connu dans le monde entier grâce à son « Petit journal ».

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/

Hier à 20.45 h, il y avait une émission sur KTO télé concernant Sainte Faustine, quel bonheur de regarder cette émission, de voir les lieux où elle a vécu et entendre témoigner du message de la Miséricorde divine.
Surtout après la messe du soir !
Depuis l'âge de 14 ans, je vénère cette image de Jésus Miséricordieux et j'ai attendu avec grande impatience et reçu avec grande joie l'institution de la fête de la Miséricorde divine premier dimanche après Pâques, la canonisation de Faustine et c'est la Providence qui nous a suscité notre Bienheureux Pape Jean-Paul II issu de la Pologne.

Ceci dit, pardonnez moi de mes rares visites pour le moment mes amis, j'étais en Normandie pour les fêtes thérésiennes, que du bonheur à Lisieux, je rentre demain au pays et donc vous me reverrez plus souvent !

Sainte Faustine mérite d'être proclamée Docteur de l'Eglise et j'en serai très heureuse sunny cheers sunny
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28036
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 20:15

Rebienvenue, Julienne ! Very Happy :hello:
Revenir en haut Aller en bas
Pierre75



Messages : 937
Inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?   Jeu 06 Oct 2011, 23:33

Bonsoir Julia,
le récit me semble incohérent parce qu'il a DEUX récits. Cela signifie que la même personne d'abord va directement au Paradis, puis va directement en enfer. Où est la cohérence? Relisez bien ce témoignage in extenso, de A à Z.
Franchement on ne comprend pas la logique de cette histoire : il y a un témoignage de NDE classique, au début, puis un retour dans le corps, puis un témoignage de NDE infernale. Il n'y a aucune raison que le destin post-mortem soit d'abord paradisiaque puis infernal.


Dernière édition par Pierre75 le Jeu 06 Oct 2011, 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sainte Faustine, Docteur de l'Eglise ?
» Sainte Catherine de Sienne Docteur de l'Eglise et co-patronne de l'Europe, commentaire du jour "Jésus était là, sur le rivage"
» Livre - SAinte Faustine.
» Saint Grégoire Le Grand Pape et Docteur de l'Eglise et commentaire du jour "L'Epoux est avec eux"
» Sainte Faustine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: