DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 18:11

http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

Citation :
Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.

--------------

Sans commentaires de ma part et juste pour information.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 19:49

WAKE UP Régis!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 20:42

Et si;il avait raison cet abbé ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 20:49

Julienne a écrit:
http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.


--------------

Sans commentaires de ma part et juste pour information.

Monsieur l'Abbé, lisez juste Vatican II.

Ce Concile ne dit pas que toutes les religions se valent.

Ce Concile admire comme le christ le fait, ce qui est juste et bon dans ces religions et qui les dispose à la bvenue du Christ, en son heure :

Lisez l'Evangile, cher Abbé :

Jean 10, 16 J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos (= dans d'autres religions) ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ;

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 20:50

TOBIE a écrit:
Et si;il avait raison cet abbé ?

Oui il a raison!

Mais il ne va pas jusqu'au bout.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 20:58

Arnaud Dumouch a écrit:
Julienne a écrit:
http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.


--------------

Sans commentaires de ma part et juste pour information.

Monsieur l'Abbé, lisez juste Vatican II.

Ce Concile ne dit pas que toutes les religions se valent.

Ce Concile admire comme le christ le fait, ce qui est juste et bon dans ces religions et qui les dispose à la bvenue du Christ, en son heure :

Lisez l'Evangile, cher Abbé :

Jean 10, 16 J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos (= dans d'autres religions) ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ;

bonsoir Arnaud

alors pourquoi l'EGLISE a-t-elle mise 2000 ans pour comprendre ce passage ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 21:02

TOBIE a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Julienne a écrit:
http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.


--------------

Sans commentaires de ma part et juste pour information.

Monsieur l'Abbé, lisez juste Vatican II.

Ce Concile ne dit pas que toutes les religions se valent.

Ce Concile admire comme le christ le fait, ce qui est juste et bon dans ces religions et qui les dispose à la bvenue du Christ, en son heure :

Lisez l'Evangile, cher Abbé :

Jean 10, 16 J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos (= dans d'autres religions) ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ;

bonsoir Arnaud

alors pourquoi l'EGLISE a-t-elle mise 2000 ans pour comprendre ce passage ?

Cher Tobie, l'Eglise a toujours compris ce message !!!

Je m'étonne que tu te laisse si vite impressionner.....

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 21:09

Julienne a écrit:
TOBIE a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Julienne a écrit:
http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.


--------------

Sans commentaires de ma part et juste pour information.

Monsieur l'Abbé, lisez juste Vatican II.

Ce Concile ne dit pas que toutes les religions se valent.

Ce Concile admire comme le christ le fait, ce qui est juste et bon dans ces religions et qui les dispose à la bvenue du Christ, en son heure :

Lisez l'Evangile, cher Abbé :

Jean 10, 16 J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos (= dans d'autres religions) ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ;

bonsoir Arnaud

alors pourquoi l'EGLISE a-t-elle mise 2000 ans pour comprendre ce passage ?

Cher Tobie, l'Eglise a toujours compris ce message !!!

Je m'étonne que tu te laisse si vite impressionner.....


bonsoir julienne I love you

je ne me laisse pas impressionné,je cherche a comprendre pourquoi l'Eglise a été violente pendant un temps et toute douce aujourd'hui

cela me fait penser a l'ancien et nouveau testament

mais tu as raison ;l'image de l'Eglise conquerante me plait beaucoup

mea culpa :|
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 21:11

Disons qu'elle l'a oublié 1700 ans. C'est l'effet de la puissance. Mais dans les phases de faiblesses et d'humilité, elle s'en souvenait toujours puisque ce message est partout dans l'évangile.

Je vous en mets quelques passages :

- Dieu se sert de l'astrologie pour conduire au christ :

Citation :

Matthieu 2, 1 Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem
Matthieu 2, 2 en disant : "Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu, en effet, son astre à son lever et sommes venus lui rendre hommage."

- Jésus montre la bienfaisance de Dieu sur des païens :
Citation :
Luc 4, 25 "Assurément, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Elie, lorsque le ciel fut fermé pour trois ans et six mois, quand survint une grande famine sur tout le pays ;
Luc 4, 26 et ce n'est à aucune d'elles que fut envoyé Elie, mais bien à une veuve de Sarepta, au pays de Sidon.
Luc 4, 27 Il y avait aussi beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; et aucun d'eux ne fut purifié, mais bien Naaman, le Syrien."
Luc 4, 28 Entendant cela, tous dans la synagogue furent remplis de fureur.

Jésus enseigne à des grecs, des païens, le secret de sa croix :
Citation :

Jean 12, 20 Il y avait là quelques Grecs, de ceux qui montaient pour adorer pendant la fête.
Jean 12, 21 Ils s'avancèrent vers Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et ils lui firent cette demande : "Seigneur, nous voulons voir Jésus."
Jean 12, 23 Jésus leur répond : "Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'homme.
Jean 12, 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.

Jésus indique que des gens qui ne le connaissaient pas, sont justes à ses yeux :
Citation :

Matthieu 25, 37 Alors les justes lui répondront : Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer,
Matthieu 25, 38 étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir,
Matthieu 25, 39 malade ou prisonnier et de venir te voir?
Matthieu 25, 40 Et le Roi leur fera cette réponse : En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.

D'autre part, l'Eglise ne l'oublia pas complètement puisque, durant le Concile de Trente, 6° session, elle reconnait que la bonne volonté, la foi etc. si elles ne sauvent pas, disposent cependant au salut qui se fait par la charité.





_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 21:58

TOBIE a écrit:
Julienne a écrit:
TOBIE a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Monsieur l'Abbé, lisez juste Vatican II.

Ce Concile ne dit pas que toutes les religions se valent.

Ce Concile admire comme le christ le fait, ce qui est juste et bon dans ces religions et qui les dispose à la bvenue du Christ, en son heure :

Lisez l'Evangile, cher Abbé :

Jean 10, 16 J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos (= dans d'autres religions) ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ;

bonsoir Arnaud

alors pourquoi l'EGLISE a-t-elle mise 2000 ans pour comprendre ce passage ?

Cher Tobie, l'Eglise a toujours compris ce message !!!

Je m'étonne que tu te laisse si vite impressionner.....


bonsoir julienne I love you

je ne me laisse pas impressionné,je cherche a comprendre pourquoi l'Eglise a été violente pendant un temps et toute douce aujourd'hui

cela me fait penser a l'ancien et nouveau testament

mais tu as raison ;l'image de l'Eglise conquerante me plait beaucoup

mea culpa :|

bonsoir Tobie, I love you

Je vois que notre cher Arnaud a fort bien répondu à la question ...

Tu as raison et c'est bon ta comparaison avec l'ancien et le nouveau testament, voilà un éclairage nouveau auquel je n'avais pas pensé, tu vois que tu es lumineux Very Happy sunny

Y a pas à faire de mea culpa car alors moi ici je dois en faire combien avec mon caractère lol!

I love you :bisou: heureux
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:41

R. P. Emmanuel, Etude sur l'Eglise - le drame de la fin des temps a écrit:


II est très croyable que

l'Antéchrist ménagera, pour s'élever, tous les partisans des fausses religions.


Il s'annoncera comme plein de respect pour la liberté des cultes, une des maximes et un des mensonges de la bête révolutionnaire [...]


Malheur aux chrétiens qui supportent sans indignation que leur adorable Sauveur soit mis,

pêle-mêle avec Bouddha et Mahomet, dans je ne sais quel panthéon de faux dieux !



Tous ces artifices, pareils aux caresses du cavalier qui veut monter en selle, gagneront insensiblement le monde à l'ennemi de Jésus-Christ ; mais une fois affermi sur les étriers, il fera jouer le frein et les éperons ; et la plus épouvantable tyrannie pèsera sur l'humanité. [...].

Ainsi, quand l'Antéchrist aura asservi le monde, quand il aura placé partout ses lieutenants et ses créatures, quand il pourra faire jouer à son profit tous les ressorts d'une centralisation poussée à son comble :

il lèvera le masque, il proclamera que tous les cultes sont abolis, il se donnera comme le Dieu unique et,

sous les peines les plus affreuses et les plus infamantes, voudra forcer tous les habitants de la terre à adorer, à l'exclusion de toute autre, sa propre divinité.

C'est là que viendra aboutir la fameuse liberté des cultes, dont on fait tant d'étalage ; la promiscuité des erreurs exige logiquement cette conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Ghalloun



Masculin Messages : 5
Inscription : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:45

Je trouve ça un peu facile d'expédier un millénaire de chrétienté au rebut de l'histoire (ils n'ont pas compris pendant 1700 ans) au motif que le seul dialogue envisagé était missionnaire. Cette période avait sa logique propre, et n'oublions pas qu'e la chrétienté avait en face d'elle l'islam, religion qui a nié le christianisme, combattu et envahi la chrétienté. A toute fin utile, je rappelle que les Croisades étaient une réponse (juste ou pas, on peut en débattre) à l'invasion musulmane. Il ne s'agit pas pour moi de dire que la chrétienté, c'était parfait, loin de là. Il y a pour moi une analogie forte avec la vie publique du Christ.

Aujourd'hui, nous sommes face à une conscience planétaire, qui nécessite un dialogue nourri entre les religions, dont nous savons qu'elles peuvent toutes engendrer la violence. Le vicaire du Christ peut-il aller vers des hommes en leur disant de prier selon leur conscience, sans leur annoncer explicitement Jésus? Si l'on considère que le pape est aussi un chef d'Etat, la question est plus simple à régler. Mais la solution n'est pas très satisfaisante à mon goût. Je pense à Jésus enfant qui discute avec les docteurs. Peut-on accepter que le pape taise Jésus afin qu'un bien temporel, la paix mondiale, puisse grandir? Pour moi, et là est le noeud du problème, le monde actuel est tellement déchiré, que l'Eglise se déchire aussi, et cette question est un tiraillement qui entre dans une logique de Passion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.samarie.net
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:50

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.

Avertis par la conscience de notre charge apostolique de ne pas laisser circonvenir par des erreurs pernicieuses le troupeau du Seigneur, nous faisons appel, vénérables frères, à votre zèle pour prendre garde à un tel malheur.

Dans ces conditions, il va de soi que le Siège Apostolique ne peut, d'aucune manière, participer à leurs congrès et que, d'aucune manière, les catholiques ne peuvent apporter leurs suffrages à de telles entreprises ou y collaborer; s'ils le faisaient, ils accorderaient une autorité à une fausse religion chrétienne, entièrement étrangère à l'unique Eglise du Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:51

Citation :
Je pense à Jésus enfant qui discute avec les docteurs

Il les instruisait, cher Ghalloun.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:55

Ghalloun a écrit:
Je trouve ça un peu facile d'expédier un millénaire de chrétienté au rebut de l'histoire (ils n'ont pas compris pendant 1700 ans) au motif que le seul dialogue envisagé était missionnaire. Cette période avait sa logique propre, et n'oublions pas qu'e la chrétienté avait en face d'elle l'islam, religion qui a nié le christianisme, combattu et envahi la chrétienté. A toute fin utile, je rappelle que les Croisades étaient une réponse (juste ou pas, on peut en débattre) à l'invasion musulmane. Il ne s'agit pas pour moi de dire que la chrétienté, c'était parfait, loin de là. Il y a pour moi une analogie forte avec la vie publique du Christ.

Aujourd'hui, nous sommes face à une conscience planétaire, qui nécessite un dialogue nourri entre les religions, dont nous savons qu'elles peuvent toutes engendrer la violence. Le vicaire du Christ peut-il aller vers des hommes en leur disant de prier selon leur conscience, sans leur annoncer explicitement Jésus? Si l'on considère que le pape est aussi un chef d'Etat, la question est plus simple à régler. Mais la solution n'est pas très satisfaisante à mon goût. Je pense à Jésus enfant qui discute avec les docteurs. Peut-on accepter que le pape taise Jésus afin qu'un bien temporel, la paix mondiale, puisse grandir? Pour moi, et là est le noeud du problème, le monde actuel est tellement déchiré, que l'Eglise se déchire aussi, et cette question est un tiraillement qui entre dans une logique de Passion.

Durant ces 1700 ans de puissance, l'Eglise insistait sur quelque chose qui reste vrai : les erreurs dans les autres religions.

Mais durant les 250 ans de ses début et depuis 50 ans, l'Eglise insiste sur un autre aspect tout aussi vrai : ce qui est beau, bon et vrai, ce qui PREPARE le salut dans les autres religions.

Eh bien ces deux aspects (le verre à moitié vide et le verre à moitié plein) sont la vérité toute entière.

Je garde les deux.

Les intégristes ne veulent que le verre vide.

Les progressistes disent que le verre des autres religions est plein.

La vérité n'est ni l'un ni l'autre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:57

C'est l'abomination dans le lieu saint! Ecoutons un Père de l'Eglise, Saint Jérôme:

Saint Jérôme a écrit:
« En outre, 70 hommes, des anciens de la maison d'Israël, étaient debout devant les images, Jézonias fils de Saphan se tenant au milieu d'eux, et chacun avait un encensoir en sa main, et une vapeur nébuleuse en sortait.».

Quand il dit que 70 des anciens de la maison d'Israël tenaient en mains un encensoir, il donne à entendre que beaucoup d'autres prêtres, qui ne le faisaient pas, étaient pourtant tenus par la conformation aux péchés des autres [cf. Rom. 1,32].

L'un d'entre eux, nommé Jézonias fils de Saphan, se tenait au milieu d'eux comme présidant à leur crime,
et au sacrilège de ceux qui, abandonnant la Religion de Dieu, vénéraient des idoles, et dans le Temple,
n'adoraient pas Dieu, dont c'était le Temple, mais les peintures des parois.


C'est fort convenablement qu'il est dit qu'il se tenait, ce qui est son jugement et sa condamnation au milieu des prêtres se tenant debout, car lui, le chef, et ceux dont il était le chef, se tenaient fermement dans l'accomplissement de ces crimes, ils ne fluctuaient point dans le mal mais y persistaient très robustement : aussi une vapeur nébuleuse , qui sortait de l'encens, démontrait les sacrilèges de ceux qui l'offraient.

Cela a eu lieu à la lettre, en ce temps.» (Saint Jérôme in Ez. 8,10s)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 22:58

maxime a écrit:


Je ne savais pas que Bouddha et Mahomet étaient adorés en tant que Dieu(personnel) par respectivement les bouddhistes et les musulmans?
Il avait l'air de bien savoir de quoi il parle le R P Emmanuel. :rabbit:

On peut même dater son texte sans le connaître : C'est entre 1880 et 1930, comme tous les auteurs des Sédévacantistes ! Laughing

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 23:02

Chris Prols a écrit:
C'est l'abomination dans le lieu saint! Ecoutons un Père de l'Eglise, Saint Jérôme:

Saint Jérôme a écrit:
« En outre, 70 hommes, des anciens de la maison d'Israël, étaient debout devant les images, Jézonias fils de Saphan se tenant au milieu d'eux, et chacun avait un encensoir en sa main, et une vapeur nébuleuse en sortait.».

Quand il dit que 70 des anciens de la maison d'Israël tenaient en mains un encensoir, il donne à entendre que beaucoup d'autres prêtres, qui ne le faisaient pas, étaient pourtant tenus par la conformation aux péchés des autres [cf. Rom. 1,32].

L'un d'entre eux, nommé Jézonias fils de Saphan, se tenait au milieu d'eux comme présidant à leur crime,
et au sacrilège de ceux qui, abandonnant la Religion de Dieu, vénéraient des idoles, et dans le Temple,
n'adoraient pas Dieu, dont c'était le Temple, mais les peintures des parois.


C'est fort convenablement qu'il est dit qu'il se tenait, ce qui est son jugement et sa condamnation au milieu des prêtres se tenant debout, car lui, le chef, et ceux dont il était le chef, se tenaient fermement dans l'accomplissement de ces crimes, ils ne fluctuaient point dans le mal mais y persistaient très robustement : aussi une vapeur nébuleuse , qui sortait de l'encens, démontrait les sacrilèges de ceux qui l'offraient.

Cela a eu lieu à la lettre, en ce temps.» (Saint Jérôme in Ez. 8,10s)

On sait bien ! Les évangéliques utilisent aussi ces textes, qu'ils puisent même dans l'AT pour prouver que la sainte Eglise est la grande prostituée. Ben oui : on se prosterne devant des images de saints alors que le troisième commandement de Moïse l'interdit formellement.

Tout cela est de la pratique Sophistique, cher Chris Prols, et les Juifs faillirent tuer Jésus pour avoir dit la même chose que Vatican II :


Citation :

Luc 4, 25 "Assurément, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Elie, lorsque le ciel fut fermé pour trois ans et six mois, quand survint une grande famine sur tout le pays ;
Luc 4, 26 et ce n'est à aucune d'elles que fut envoyé Elie, mais bien à une veuve de Sarepta, au pays de Sidon.
Luc 4, 27 Il y avait aussi beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; et aucun d'eux ne fut purifié, mais bien Naaman, le Syrien."
Luc 4, 28 Entendant cela, tous dans la synagogue furent remplis de fureur.
Luc 4, 29 Et, se levant, ils le poussèrent hors de la ville et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline sur laquelle leur ville était bâtie, pour l'en précipiter.

Luc 4, 30 Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin...

Vous auriez tué Jésus, Chris Prols. Vous l'auriez détesté : trop miséricordieux, trop ouvert aux méprisables autres religions !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 23:04

I Machabées 1,12-16 a écrit:
En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité qui persuadèrent un grand nombre, en disant :

Allons, et faisons alliance avec les nations (païennes) qui sont autour de nous ;

car, du fait que nous nous tenons à l'écart d'elles, résultent pour nous beaucoup de maux.

Et ce discours paru bon à leurs yeux. Et ils choisirent certains parmi le peuple qui allèrent trouver le roi (Antiochus Epiphane) : et il leur accorda le pouvoir d'établir la manière de vivre des nations (païennes).

Et ils édifièrent un gymnase à Jérusalem à la manière des nations :

et ils se firent un prépuce, et ils s'écartèrent de la Sainte Alliance (du Saint Testament) et se joignirent aux nations,

et en sorte de faire le mal ils se vendirent.


Dernière édition par Chris Prols le Lun 12 Sep 2011, 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 23:10

Citation :
Vous auriez tué Jésus, Chris Prols. Vous l'auriez détesté : trop miséricordieux, trop ouvert aux méprisables autres religions !

Gardez donc vos jugements crétins et vos considérations stupides pour vous.


Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Lun 12 Sep 2011, 23:14

Citation :
« Et il arriva, la 6e année, le 6e mois, au 5e (jour) du mois, j'étais assis en ma demeure, et les anciens de Juda siégeaient devant moi,

et là tomba sur moi la Main du Seigneur Dieu, et je vis :

et voici comme une forme de feu ; depuis ses reins et en-dessous, un aspect de feu, et depuis ses reins et au-dessus comme l'aspect d'une splendeur, comme une vision électrique.

Et tendant ce qui ressemblait à une main, il me saisit par la chevelure de ma tête, et un esprit m'éleva entre terre et ciel

et me conduisit dans Jérusalem, en une vision de Dieu,

à l'intérieur, près de la porte qui regardait l'Aquilon, où il y avait la statue d'une idole de rivalité, propre à provoquer la jalousie.

Et voici que là, il y avait la gloire du Dieu d'Israël, selon la vision que j'avais eu dans la plaine.

Et il me dit : Fils d'homme, lève tes yeux vers la voie de l'Aquilon. Et j'ai levé mes yeux vers la voie de l'Aquilon :

et voici, à l'Aquilon de la porte de l'autel , à l'entrée même, l'idole de jalousie.

Et il me dit : Fils d'homme, penses-tu voir, toi, en ce que font ceux-ci, les plus graves abominations que la maison d'Israël fait ici,

en sorte que je m'éloigne de mon sanctuaire ?


Pourtant, tournes-toi encore, tu verras des abominations plus grandes !

Et il m'introduisit à l'entrée du parvis : et je vis, voici un trou dans la muraille. Et il me dit : Fils d'homme, creuse la muraille.

Quand j'eus percé la muraille, parut une porte.

Et il me dit : Entre, et regarde les abominations pires que ceux-ci font ici.

Une fois entré, voici l'abomination de toute sorte de représentations de reptiles animaux,

et toutes les idoles de la maison d'Israël étaient peintes sur la paroi tout autour.


En outre, 70 hommes, des anciens de la maison d'Israël, étaient debout devant les images,

Jézonias fils de Saphan se tenant au milieu d'eux,

et chacun avait un encensoir en sa main, et une vapeur nébuleuse en sortait.

Et il me dit : Assurément, tu vois, fils d'homme, ce que les anciens de la maison d'Israël font dans les ténèbres, chacun dans le secret de sa chambre ;

car ils disent : Le Seigneur ne nous verra pas, le Seigneur a quitté la terre.


Et il me dit : retournes-toi encore, tu verras des abominations encore pires que font ceux-ci ! »

(Ezéchiel, 8,1-13)
Revenir en haut Aller en bas
Ghalloun



Masculin Messages : 5
Inscription : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 00:28

@Maxime
Je pense : au moment où il parle avec les autres représentants religieux de prier pour la paix.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.samarie.net
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 05:04

Je crois que Benoît XVI , avant de demander à chacun une prière silencieuse à Assise , devrait réciter publiquement la prière de la dame de tous les peuples :

" Seigneur Jésus-Christ ,
Fils du Père ,
envoie à présent ton Esprit sur la terre .
Fais habiter l'Esprit Saint
dans les coeurs de tous les peuples ,
afin qu'ils soient préservés
de la corruption , des calamités
et de la guerre .
Que la Dame de tous les Peuples ,
la bienheureuse Vierge Marie , *
soit notre Avocate .
Amen .


* Cette prière , qui trouve son origine en 1951 à Amsterdam , a reçu jusqu'à ce jour de nombreux imprimaturs . La Congrégation pour la Doctrine de la Foi , après en avoir délibéré avec l'évêque ordinaire , a approuvé le texte de la prière en demandant toutefois ,
afin d'éviter d'éventuels malentendus , de remplacer l'incise initiale " qui fut un jour Marie "
par " la bienheureuse Vierge Marie " ( 30 octobre 2006 ) " .

" En suivant Marie , on ne dévie pas ,
en la priant , on ne désespère pas ,
en pensant à elle , on ne se trompe pas . "
( Saint Bernard , qui vivait lui aussi dans une période d'intense confusion religieuse : 1090-1153 ) .

Merci à tous pour les échanges musclés mais sincères du présent fil .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 07:35

boudo a écrit:
Je crois que Benoît XVI , avant de demander à chacun une prière silencieuse à Assise , devrait réciter publiquement la prière de la dame de tous les peuples :

" Seigneur Jésus-Christ ,
Fils du Père ,
envoie à présent ton Esprit sur la terre .
Fais habiter l'Esprit Saint
dans les coeurs de tous les peuples ,
afin qu'ils soient préservés
de la corruption , des calamités
et de la guerre .
Que la Dame de tous les Peuples ,
la bienheureuse Vierge Marie , *
soit notre Avocate .
Amen .


* Cette prière , qui trouve son origine en 1951 à Amsterdam , a reçu jusqu'à ce jour de nombreux imprimaturs . La Congrégation pour la Doctrine de la Foi , après en avoir délibéré avec l'évêque ordinaire , a approuvé le texte de la prière en demandant toutefois ,
afin d'éviter d'éventuels malentendus , de remplacer l'incise initiale " qui fut un jour Marie "
par " la bienheureuse Vierge Marie " ( 30 octobre 2006 ) " .

" En suivant Marie , on ne dévie pas ,
en la priant , on ne désespère pas ,
en pensant à elle , on ne se trompe pas . "
( Saint Bernard , qui vivait lui aussi dans une période d'intense confusion religieuse : 1090-1153 ) .

Merci à tous pour les échanges musclés mais sincères du présent fil .

Encore une fois, la réunion d'Assise ne reconnait pas les autres religions comme donnant le salut.

Elle les reconnaît comme portant en elles des dispositions qui préparent le salut à venir par Jésus Christ.

Et c'est donc prophétique de voir une telle réunion organisée par la religion qui montre Jésus Christ comme le sauveur UNIVERSEL, CATHOLIQUE. Personne n'aurait pu le faire sauf elle. Car toutes les autres religions mettent les autres (ceux qui ne partagent pas leur foi) en enfer.

Au contraire, le catholicisme proclame : Dieu proposera son salut à tout homme !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 09:45

Et les adorateurs du veau d'or (j'en connais, ils se réclament d'une très ancienne tradition hébraïque), ils vont venir, eux aussi?

La religion des adorateurs du veau d'or, (que Moïse a détruit, ainsi que des milliers de ces adorateurs, sur ordre divin) prépare-t-elle au salut à venir?

La religion sataniste, fondée par un certain Lavey, prépare-t-elle au Christ?

Depuis la première réunion à Assise, y a-t-il eu beaucoup de vaudous convertis au catholicisme? Combien d'animistes se sont convertis? Combien de bouddhistes?

Mais est-ce possible seulement pour eux de se convertir, puisque même Ratzinger leur conseille explicitement d vivre plus profondément « leur foi religieuse »?!

Moi, ce qui me fait de la peine, c'est Notre-Seigneur, mis encore, et par celui qui se prétend son vicaire, à égalité avec Barabbas.

ça me ferait bien marrer si la terre s'ouvrait et engloutissait tout ce beau monde!!!

Seigneur ayez pitié de nous!

Parce nobis Domine!

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous!

Saint Joseph, terreur des démons, priez pour nous!

Saint Michel Archange, défendez l'Eglise de Notre Seigneur baffouée, abreuvée d'absinthe et de crachats!

Kyrie eleison.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 09:55

La religion qui adore un veau d'or prépare au salut dans le même sens que l'hindouisme. Voilà ce qu'en dit le Concile Vatican II :

A travers la multitude des mythes, c'est la soif du coeur de l'homme envers une réponse, un au-delà qui s'exprime.

Lors de son retour, le Christ fera disparaître ce qui est superstition dans cette religion.

Mais la soif qui s'exprimait à travers elle, il l'étanchera.

Il y aura sans doute beaucoup de Naaman le Syrien qui, guéris par le Christ, vous regarderont du haut du paradis et prieront pour vous tandis que vous, bardé de vos prétentions, vous aurez énormément de mal à vous convertir au Christ, en découvrant son amour de tous les hommes et son humilité extrême devant le chemin tortueux de chacun.

En effet, à quoi sert l'Evangile si il se transforme en un système dogmatique rigide, tandis que le coeur oubli l'essentiel : l'amour de ce Dieu mort pour tous ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 10:48

Chris Prols a écrit:

Depuis la première réunion à Assise, y a-t-il eu beaucoup de vaudous convertis au catholicisme? Combien d'animistes se sont convertis? Combien de bouddhistes?

Finalement vous êtes, plus que n'importe quel autre membre de ce forum, imprégné de l'esprit matérialiste du temps. Vous dites "Assise, combien de convertis ?" comme le moustachu géorgien s'interrogeait sur le nombre de divisions du pape. Vous recherchez de la performance à court terme, vous voyez l'Eglise comme un Hedge Fund spirituel. Il faut faire du chiffre : Mère Teresa aurait dû baptiser tous les petits enfants de passage sans leur demander leur avis. Il faut gonfler les bilans.
Or les bulles spirituelles sont comme les bulles financières, elles éclatent. A force d'Inquisition, on a obtenu la Réforme comme à force de crédit on a eu les subprimes, et aujourd'hui les dettes souveraines.

Vous ne vous posez jamais la question de savoir si la montée historique du danger athéiste n'impliquait pas justement une première mesure drastique de célébration de la nature religieuse de l'homme.
Vous ne vous demandez pas si, comme le dit fort justement Arnaud, l'attitude de l'Eglise catholique ne la place pas précisément au-dessus de toutes les autres et lui promet des fruits immenses à long terme.

Non, vous regardez l'Eglise avec l'esprit étriqué d'un petit comptable doublé d'un agressif trader, pour lequel l'important c'est de faire des opérations juteuses, sans se soucier des conséquences à moyen et long terme.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 10:59

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 11:11

Rmq: la citation de Julienne était incomplète. voici le texte complet.
Citation :
Le renouvellement du scandale d'Assise
Errare humanum est, perseverare diabolicum.
Abbé Régis de Cacqueray

Que va-t-il se passer en ce 27 octobre 2011 ? Une simple rencontre amicale entre gens de bonne foi ? Une discussion à bâtons rompus sur la divinité du Christ et de son Église ? Non, le renouvellement, par le pape régnant, Benoît XVI, du scandale sans précédent commis par son prédécesseur, Jean-Paul II, le 27 octobre 1986.

Qu’arrivera-t-il en ce 27 octobre 2011 ? L’appel à la conversion à la foi catholique ? Les déclarations du pape laissent clairement entendre ce que sera cette journée: la réunion des représentants de toutes les fausses religions, appelés par le pape en personne, à une journée de réflexion où tous sont invités à prier (1) pour la paix.

Certes, à la différence de la première réunion d’Assise, la prière semble devoir rester silencieuse, quoique très présente. Mais quel dieu prieront en silence ces représentants de toutes les fausses religions ? Quel dieu prieront-ils sinon leurs faux dieux, puisque le pape les invite explicitement à vivre plus profondément « leur foi religieuse »(2) ? Vers qui se tourneront alors les musulmans sinon vers le dieu de Mahomet ? À qui s’adresseront les animistes sinon à leurs idoles ? Comment donc peut-on concevoir qu’un pape appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle ? Cet acte du souverain pontife constitue par le fait même un effroyable blasphème envers Dieu ainsi qu’une occasion de scandale pour les hommes du monde entier.



Une offense au Dieu trinitaire et incarné

Comment pourrait-on qualifier autrement cette foire des religions qui offense gravement le premier commandement : « Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et tu ne rendras de culte qu’à Lui seul »(3) ?

Comment s’imaginer que Dieu se plaira dans les prières de Juifs fidèles à leurs pères qui ont crucifié Son Fils et nient le Dieu Trine ?

Comment pourrait-il exaucer des prières adressées à Allah dont les disciples, ne cessent de persécuter les chrétiens ?
Comment pourrait-il agréer les suffrages de tous les hérétiques, schismatiques et apostats qui ont renié Son Église, née du côté ouvert de son Fils ?

Comment pourrait-il être honoré du culte offert aux idoles par tous les animistes, panthéistes et autres idolâtres ?

Comment pourrait-il entendre ces prières quand Son Fils nous a clairement indiqué le contraire : « Nul ne va au Père sans passer par moi »(4) ?

Que des âmes de bonne foi prient Dieu dans l’hérésie ou l’infidélité est une chose ; Dieu reconnaîtra les siens et les guidera vers la seule véritable Église. Mais qu’on invite ces hommes à prier, en tant que représentants des fausses religions, selon « leur foi religieuse », n’est-ce pas le signe manifeste qu’on les invite à prier selon l’esprit et les formules de leur fausse religion ?

Comment alors ne pas y voir l’injure suprême jetée à la face du Dieu trois fois saint ? Comment ne pas être profondément indigné à la vue d’un tel scandale ? Comment se taire sans se montrer complice ?



La paix du Christ dénaturée

Ce péché gravissime offense tout autant la paix de Jésus-Christ. Le pape appelle à prier pour la paix. Mais quelle est cette paix demandée par le pape ? Est-ce la cessation des conflits qui ensanglantent le monde ? Mais croit-on véritablement que la prière aux faux dieux va nous mériter, non le châtiment, mais le bienfait d’une paix toute humaine ? A-t-on oublié le déluge des premiers temps ? A-t-on perdu le souvenir de la destruction de Sodome et de Gomorrhe dont le crime fut moins grave que celui des âmes incrédules ? (5) A-t-on effacé de l’Évangile et de l’Histoire la destruction sanglante de Jérusalem, prix des péchés de Son peuple ?

Au reste, à quoi nous servirait d’acheter une paix temporelle si l’on vient à perdre notre âme ? « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus (…) craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne. »(6) Par ailleurs, comment ne pas voir dans cette prière pour la paix, un détournement sans doute inconscient mais perfide et à des fins œcuméniques, de l’aspiration légitime de tout homme à la paix civile ? Non, la paix apportée par le Christ ne saurait être cette paix du monde, cette paix maçonnique scellée par la liberté de conscience.

Car en réalité, la paix appelée de tous ses vœux par le pontife actuel, n’est pas la seule paix temporelle, c’est surtout la liberté religieuse,(7) la liberté de conscience, condamnée tant de fois par les papes.(8) Voici l’intention de prière donnée par le pape, voici la paix demandée par le pape : la paix temporelle obtenue par la liberté de conscience.

Est-ce là la paix de Jésus-Christ ? De celui qui est mort sur une Croix pour affirmer sa divinité ? La paix du Christ est tout autre, aussi éloignée de cette paix maçonnique que la charité l’est de la fraternité. La paix du Christ, c’est la paix avec Dieu, fruit du rachat des âmes par le Sang de Son Fils et de l’abandon du péché par les hommes. Quant à la paix civile communiquée par le Christ, elle n’est autre que le fruit d’une civilisation chrétienne, toute pétrie de la foi et de la charité catholiques.



Une odieuse humiliation de l’Église

Mais si le Dieu trinitaire et l’humanité du Christ sont gravement offensés par cette invitation au péché, l’Épouse immaculée du Christ, son unique Église catholique, est humiliée publiquement. Bafoué l’enseignement des Apôtres, des papes, des Pères de l’Église, des saints, des martyrs, des princes et des héros catholiques.Bafoué l’enseignement du psalmiste selon lequel « tous les dieux des nations sont des démons »(9) ; bafoué l’ordre formel de saint Jean de ne pas saluer les hérétiques(10) , bafoué l’enseignement d’un Grégoire XVI ou d’un Pie IX(11) pour lesquels la liberté de conscience est un « délire », bafouée la défense formelle des papes Léon XIII (12) et Pie XI(13) d’organiser ou de participer à des congrès interreligieux ; bafoué le martyre d’un Polyeucte refusant de sacrifier aux idoles, bafoué l’exemple d’un saint François de Sales écrivant ses Controverses afin de convertir l’hérétique protestant, bafoués ces milliers de missionnaires ayant tout abandonné pour sauver l’âme des infidèles, bafouée la geste héroïque d’un Charles Martel arrêtant l’Islam à Poitiers, d’un Godefroy de Bouillon forçant l’entrée de Jérusalem par sa lance et son épée, bafoué l’honneur d’un saint Louis punissant le blasphème.

Comment le catholique pétri de l’esprit d’Assise pourrait-il souscrire encore au dogme « Hors de l’Église, point de salut » ? Comment verrait-il dans l’Église catholique, la seule et unique arche de salut ? Qui plus est, ce scandale vient de la plus haute autorité sacrée qui soit sur terre, du vicaire de Jésus-Christ lui-même, comme si la gravité d’une telle réunion ne suffisait pas. N’est-ce pas faire du pape présidant cette réunion, non le chef de l’Église catholique, mais le chef d’une « Église » de l’O.N.U., le primus inter pares d’une religion de toutes les religions, essentiellement identique au culte maçonnique du Grand Architecte de l’Univers ? N’est-ce pas là une perversion satanique de la mission de Pierre ? Alors que le Christ a solennellement ordonné à Pierre de « confirmer ses frères dans la foi» et de paître Ses brebis, le successeur de Pierre va de fait confirmer ses frères dans l’indifférentisme et le relativisme.



Un immense scandale

Car au-delà d’un terrible blasphème, cette décision personnelle du pape va engendrer un immense scandale dans l’âme des catholiques et des non-catholiques. Devant l’image d’un pape réunissant les représentants de toutes les fausses religions, la réaction de la majorité des hommes sera de relativiser un peu plus la vérité et la religion. Quel homme, peu au fait de la doctrine catholique, ne sera-t-il pas tenté de se rassurer sur le sort des non-catholiques lorsqu’il verra le pape inviter ces derniers à prier pour la liberté de conscience ? Quel non-chrétien verra dans la religion catholique la seule vraie religion à l’exception de toute autre, quand il saura que le chef de l’Église catholique réunit un panthéon des religions ? Comment interprétera-t-il l’exhortation du pape à ne pas céder au relativisme, (14) sinon en pensant qu’il s’agit non pas d’être dans le vrai, mais d’être sincère ?

Comment, au contraire, n’interpréterait-il pas dans un sens relativiste cette invitation explicite du Saint-Père à pratiquer du mieux possible sa religion : « …je me rendrai au mois d’octobre prochain comme pèlerin dans la ville de saint François, en invitant à s’unir à ce chemin nos frères chrétiens des diverses confessions, les autorités des traditions religieuses du monde, et de manière idéale, tous les hommes de bonne volonté, dans le but (…) de renouveler solennellement l’engagement des croyants de chaque religion à vivre leur foi religieuse comme service pour la cause de la paix. » (15) ? En 1986, un journaliste publiait cette conclusion significative : « Le pape invente et préside l’O.N.U. des religions : ceux qui croient en l’Éternel, ceux qui croient en mille dieux, ceux qui ne croient en aucun dieu précis. Vision stupéfiante ! Jean-Paul II admet spectaculairement la relativité de la foi chrétienne qui n’est plus que l’une entre les autres. »(16) Comment imaginer que ce jugement ne soit pas partagé par de nombreux hommes au soir du 27 octobre 2011 ?

C’est pourquoi il nous paraît singulièrement étrange de vouloir excuser le pape d’un tel péché au motif qu’Assise 2011 serait différent d’Assise 1986. Tout concourt au contraire à nous convaincre d’une étonnante continuité entre la réunion d’Assise de 1986 et celle de 2011 :

La nature de la réunion : une invitation aux représentants des fausses religions à se réunir ensemble pour réfléchir et prier pour la paix.

Le motif : la paix civile promue par l’O.N.U. En 1986, Jean-Paul II avait invité toutes les religions « en cette année 1986 choisie par l’O.N.U. comme année de la paix, pour promouvoir une réunion spéciale de prière pour la paix en la cité d’Assise. » (17) Lors de son message pour la paix en date du 1er janvier 2011, jour de l’annonce de la réunion d’Assise le 27 octobre 2011, Benoît XVI signait ces lignes révélatrices : « Sans cette expérience originelle [des grandes religions], orienter les sociétés vers des principes éthiques universels s’avère pénible et il devient difficile de mettre en place des règlements nationaux et internationaux où les droits et les libertés fondamentaux peuvent être pleinement reconnus et mis en œuvre comme se le proposent les objectifs – malheureusement encore négligés ou contredits – de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948. (…) Tout cela est nécessaire et est cohérent avec le respect de la dignité et de la valeur de la personne humaine, respect garanti par les Peuples de la terre dans la Charte de l’Organisation des Nations Unies de 1945.» (18)

Comme l’écrivait Monseigneur Fellay à Jean-Paul II lors du deuxième scandale d’Assise en 1999 : « les thèmes humanistes, terrestres, naturalistes de ces rencontres font déchoir l’Église de sa mission toute divine, éternelle et surnaturelle, au niveau des idéaux maçonniques d'une paix mondiale en dehors de l'unique Prince de la Paix, Notre Seigneur Jésus-Christ. »(19)

La date : Benoît XVI prend cette initiative 25 ans jour pour jour après la fête d’Assise : « En 2011 sera fêté le 25ième anniversaire de la Journée mondiale de prière pour la paix, convoquée en 1986 (…) à Assise (…). Le souvenir de cette expérience est un motif d’espérance en un avenir où tous les croyants se sentent et deviennent effectivement artisans de justice et de paix » (20) N’est-ce pas là le signe clair d’une évidente continuité ? N’est-ce pas une manière de vouloir faire revivre à nos esprits le souvenir pénible des scandales du Bouddha sur le tabernacle de l’église saint-Pierre ; des poulets sacrifiés aux dieux sur l’autel de Sainte-Claire ; du vicaire du Christ encadré du Dalaï-Lama et d’un Patriarche orthodoxe à la botte du KGB ? Faut-il donc célébrer solennellement l’anniversaire d’un événement si l’on veut s’en démarquer nettement ? Pourquoi proclamer Urbi et Orbi que « Le souvenir de cette expérience est un motif d’espérance » ? Seule la trahison des bien-pensants peut permettre de se voiler ainsi la face.(21)

Le rappel de son prédécesseur comme s’il voulait dissiper toute équivoque possible et rappeler à qui veut l’entendre sa fidélité à l’esprit du premier Assise : « …en cette année 2011, l’on fêtera le 25e anniversaire de la Journée mondiale de prière pour la paix que le vénérable Jean-Paul II convoqua à Assise en 1986. »(22)

Il n’est pas jusqu’aux défenseurs du pape qui utilisent les mêmes arguments pour tenter de justifier l’injustifiable. Jadis on défendait Assise en distinguant subtilement « être ensemble pour prier » et « prier ensemble ». Dira-t-on aujourd’hui qu’il n’y aura pas de prière commune mais une journée commune de prière ? À défaut même de nier la concomitance des prières silencieuses, dirons-nous que chacun prie séparément selon sa religion ? Comme si ces distinctions spécieuses n’étaient pas forgées pour les besoins de la cause. Comme si ces subtilités étaient immédiatement comprises par l’ensemble des hommes qui ne retiendront qu’une chose : un rassemblement des toutes les religions pour prier chacun la divinité, abstraction faite de toute Révélation.

En définitive, et comme la plupart des gestes du pape actuel par rapport à son prédécesseur, le scandale d’Assise 2011 sera substantiellement le même mais moins spectaculaire qu’Assise 1986. Aussi à ceux qui nous accuseraient une nouvelle fois de manquer de charité par ces lignes véhémentes, nous leur rappellerons les paroles du Christ : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes tes forces et ton prochain comme toi-même ». Sera-ce aimer le Christ d’un amour ardent que de ne pas dénoncer le blasphème et de critiquer ceux qui s’en offusquent ? ? Sera-ce aimer son prochain que de ne pas l’avertir du grave scandale qui le menace ? Est-ce là l’amour demandé par le Christ ? Non, comme le rappelait saint Pie X en des heures sombres : « La doctrine catholique nous enseigne que le premier devoir de charité n’est pas dans la tolérance des convictions erronées, quelque sincères qu’elles soient, ni dans l’indifférence théorique ou pratique pour l’erreur ou le vice où nous voyons plongés nos frères, mais dans le zèle pour leur amélioration intellectuelle et morale non moins que leur bien être matériel. Cette même doctrine nous enseigne aussi que la source de l’amour du prochain se trouve dans l’amour de Dieu, père commun et fin commune de toute la famille humaine, et dans l’amour de Jésus-Christ. Non, Vénérables frères, il n’y a pas de vraie fraternité en dehors de la charité chrétienne. »(23)

Alors de quelle Église sommes-nous ?

De l’Église de saint Polycarpe de Smyrne, qui répondit à l’hérétique Marcion lui demandant s’il le reconnaissait : « Oui, je te reconnais pour le fils aîné du diable » ?

Sommes-nous de l’Église de saint Martin qui brisait les idoles et les arbres sacrés de nos campagnes ?

Sommes-nous de l’Église de saint Bernard qui prêchait la croisade à nos pères ?

Sommes-nous de l’Église de saint Pie V, qui, ne se contentant pas de prier le rosaire, appela les princes chrétiens à guerroyer vigoureusement contre les mahométans ?

Sommes-nous de cette Église des saints et des martyrs ou de l’Église des Pilate, des Cauchon, des Lamennais, des Teilhard de Chardin toujours prompts à courtiser le monde et à livrer le Christ et ses disciples à ses détracteurs ?

Jugerons-nous Assise avec les yeux de la foi, des papes et des martyrs, ou avec les yeux du mondain, du libéral et du moderniste ?

C’est pourquoi, nous ne pouvons pas nous taire, et, tandis que le pape se prépare à l’un des actes les plus graves de son pontificat, nous clamons vigoureusement et publiquement notre indignation, espérant et suppliant le Ciel que ce malheur si bien préparé ne puisse avoir lieu. Enfin, comment ne pas songer à ces paroles de Mgr Lefebvre rappelées par Mgr Fellay en 1999 dans sa lettre au pape : « Mgr Lefebvre reconnut dans le funeste événement d'Assise un des "signes des temps" qui permettaient de procéder légitimement à des sacres épiscopaux sans Votre consentement et de Vous écrire que « ‘le temps d'une franche collaboration n'était pas encore venu’. » (24) L’heure est au contraire venue de réparer ce scandale, de faire pénitence en gardant au cœur la ferme espérance que malgré les progrès du Mystère de l’Iniquité, « Les portes de l’enfer ne prévaudront point contre l’Église ».

Abbé Régis de Cacqueray, Le 12 septembre 2011, en la fête du Saint Nom de Marie, jour anniversaire de la victoire des armées catholiques sur les troupes musulmanes à Vienne le 12 septembre 1683.



Notes

(1) Le déroulement de la journée et le communiqué du Saint-Siège ne laissent aucun doute sur la dimension religieuse de l’événement : « …le Saint-Père entend convoquer, le 27 octobre prochain, une Journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la paix et la justice dans le monde. (…) Un temps de silence suivra pour la prière et la réflexion de chacun. Dans l’après-midi, tous ceux qui seront présents à Assise participeront à un chemin qui serpentera vers la Basilique de Saint François. Ce sera un pèlerinage auquel prendront part pour la dernière étape également les membres des délégations ; ainsi, on entend symboliser le chemin de chaque être humain dans la recherche assidue de la vérité et dans la construction active de la justice et de la paix. Il se déroulera en silence, laissant la place à la prière et à la méditation personnelle » Communiqué de presse du Saint-Siège du 2 avril 2011 : Une journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la paix et la justice dans le monde - « Pèlerins de la vérité, pèlerins de la paix » (Assise, 27 Octobre 2011).
(2) Le but annoncé par le pape est de « renouveler solennellement l’engagement des croyants de chaque religion à vivre leur foi religieuse comme service pour la cause de la paix » Benoît XVI, angélus, Place Saint-Pierre, Samedi 1er janvier 2011.
(3) Deut 6, 13 ; Mat 4, 10.
(4) Jn 14, 6. Cf également 1 Jn 2, 23 : « Quiconque nie le Fils, n'a pas non plus le Père ».
(5) « Lorsqu’on ne vous recevra pas et qu’on n’écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds. Je vous le dis en vérité : au jour du jugement, le pays de Sodome et Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là » Mat 5, 15.
(6) Lc 12, 4-5
(7) « …c’est la Journée mondiale de la paix, une occasion propice pour réfléchir ensemble aux grands défis que notre époque pose à l’humanité. L’un d’eux, dramatiquement urgent de nos jours, est celui de la liberté religieuse ; c’est pourquoi, j’ai voulu cette année consacrer mon Message à ce thème : « La liberté religieuse, chemin vers la paix (…) dans le Message d’aujourd’hui pour la Journée mondiale de la paix, j’ai souligné la manière dont les grandes religions peuvent constituer un facteur important d’unité et de paix pour la famille humaine, et j’ai rappelé à cette occasion, qu’en cette année 2011, l’on fêtera le 25e anniversaire de la Journée mondiale de prière pour la paix que le vénérable Jean-Paul II convoqua à Assise en 1986. C’est la raison pour laquelle, je me rendrai au mois d’octobre prochain comme pèlerin dans la ville de saint François, en invitant à s’unir à ce chemin nos frères chrétiens des diverses confessions, les autorités des traditions religieuses du monde » Benoît XVI, angélus, Place Saint-Pierre, Samedi 1er janvier 2011.
(8) « De cette source empoisonnée de l’indifférentisme, découle cette maxime fausse et absurde ou plutôt ce délire : qu’on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience » Grégoire XVI, Mirari vos, 1832.
(9) Ps 95, 5.
(10) « Si quelqu'un vient à vous et n'apporte point cette doctrine [du Christ], ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! Car celui qui lui dit : Salut ! participe à ses œuvres mauvaises » Jn 2, 10-11.
(11) Cf. le Syllabus, 1864, proposition condamnée n°79, DS 2979 : « Il est en effet faux que la liberté civile de tous les cultes, de même que le plein pouvoir laissé à tous de manifester publiquement et au grand jour leurs opinions et leurs pensées, conduise plus facilement à corrompre les mœurs et les esprits, et à propager la peste de l'indifférentisme ».
(12) À l’occasion du congrès des religions de Chicago en 1893.
(13) « Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission. De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée » Pie XI, Mortalium animos, 6 janvier 1928.
(14) Cela pourra se faire « sans renoncer à sa propre identité ou céder à des formes de syncrétisme » Communiqué de presse du Saint-Siège du 2 avril 2011 : Une journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la paix et la justice dans le monde - « Pèlerins de la vérité, pèlerins de la paix » (Assise, 27 Octobre 2011).
(15) Benoît XVI, angélus, Place Saint-Pierre, Samedi 1er janvier 2011.
(16) Le Figaro magazine, 31 octobre 1986, p. 69.
(17) Observatore Romano, 27-28 janvier 1986.
(18) Message de Sa Sainteté Benoît XVI pour la célébration de la journée mondiale de la paix, 1er janvier 2011, n°12.
(19) Lettre de Mgr Fellay à Jean-Paul II protestant solennellement contre le renouvellement du scandale d’Assise à Rome le 28 octobre 1999.
(20) Message de Sa Sainteté Benoît XVI pour la célébration de la journée mondiale de la paix, 1er janvier 2011, n°7 et 11.
(21) « Il est beau de s’élever au-dessus de la fierté. Encore faut-il l’atteindre. Je n’ai pas le droit de parler librement de l’honneur selon le monde, ce n’est pas un sujet de conversation pour un pauvre prêtre tel que moi, mais je trouve parfois qu’on fait trop bon marché de l’honneur. Hélas ! nous sommes tous capables de nous coucher dans la boue, la boue paraît fraîche aux cœurs épuisés. Et la honte, voyez-vous, c’est un sommeil comme un autre, un lourd sommeil, une ivresse sans rêves. Si un dernier reste d’orgueil doit remettre debout un malheureux, pourquoi regarderait-on de si près ? ». Bernanos, Journal d’un curé de campagne, Plon, 1936, p. 245.
(22) Benoît XVI, angélus, Place Saint-Pierre, Samedi 1er janvier 2011. Cf. également le Communiqué de presse du Saint-Siège du 2 avril 2011 : Une journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la paix et la justice dans le monde - « Pèlerins de la vérité, pèlerins de la paix » (Assise, 27 Octobre 2011) : « L'image du pèlerinage résume donc le sens de l'événement qui sera célébré, fait observer le communiqué : on fera mémoire des étapes qui ont jalonné le parcours, de la première rencontre d'Assise, à celle de janvier 2002 et, dans le même temps, on regardera vers l'avenir avec l'intention de continuer, avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté, à marcher sur le chemin du dialogue et de la fraternité, dans un monde en mutation rapide ». Déjà en 2007, lors des journées interreligieuses de Naples, Benoît XVI dissipait toute illusion d’une volonté de repentance de la première réunion d’Assise : cette réunion « nous ramène en esprit en 1986, lorsque mon vénéré Prédécesseur Jean-Paul II invita sur la colline de saint François les hauts Représentants religieux à prier pour la paix, soulignant en cette circonstance le lien intrinsèque qui unit une authentique attitude religieuse avec une vive sensibilité pour ce bien fondamental de l’humanité (…) Dans le respect des différences des diverses religions, nous sommes tous appelés à travailler pour la paix » Benoît XVI, « Discours aux chefs religieux participants à la rencontre internationale pour la paix, le 21 octobre 2007 » dans DC, n° 2391 (2 décembre 2007), p. 1037-1038..
(23) Saint Pie X, Lettre encyclique Notre Charge apostolique à l’épiscopat français, 25 août 1910, in Documents pontificaux de S.S. Saint Pie X, tome II, Publications du Courrier de Rome, 1993, p. 259.
(24) Lettre de Mgr Fellay à Jean-Paul II protestant solennellement contre le renouvellement du scandale d’Assise à Rome le 28 octobre 1999.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12288
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 11:29

Or les bulles spirituelles sont comme les bulles financières, elles éclatent.

C'est comme les vieilles boîtes de conserves... elles gonflent, gonflent, gonflent et font pschiiiiit :beret:

Courage Arnaud... Le mécréant (selon l'église romaine) que je suis soutient... bien que j'y voie moi aussi une certaine forme de relativisme. Je préfère cependant voir les religieux prier ensemble selon leur coeur pour la paix que de les voir se faire la guerre parce que "Dieu le veut (voudrait)".
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 11:38

Mode douceur on.

Philipe, mon cher, vous dites:

Citation :
Finalement vous êtes, plus que n'importe quel autre membre de ce forum, imprégné de l'esprit matérialiste du temps. Vous dites "Assise, combien de convertis ?" comme le moustachu géorgien s'interrogeait sur le nombre de divisions du pape. Vous recherchez de la performance à court terme, vous voyez l'Eglise comme un Hedge Fund spirituel. Il faut faire du chiffre : Mère Teresa aurait dû baptiser tous les petits enfants de passage sans leur demander leur avis. Il faut gonfler les bilans.
Or les bulles spirituelles sont comme les bulles financières, elles éclatent. A force d'Inquisition, on a obtenu la Réforme comme à force de crédit on a eu les subprimes, et aujourd'hui les dettes souveraines.

Vous ne vous posez jamais la question de savoir si la montée historique du danger athéiste n'impliquait pas justement une première mesure drastique de célébration de la nature religieuse de l'homme.
Vous ne vous demandez pas si, comme le dit fort justement Arnaud, l'attitude de l'Eglise catholique ne la place pas précisément au-dessus de toutes les autres et lui promet des fruits immenses à long terme.

Non, vous regardez l'Eglise avec l'esprit étriqué d'un petit comptable doublé d'un agressif trader, pour lequel l'important c'est de faire des opérations juteuses, sans se soucier des conséquences à moyen et long terme.

Ce n'est pas une question de chiffres (encore que... car la fin du monde arrivera lorsque le corps Mystique du Christ sera au complet) ni de bilan, c'est une question d'apporter le salut à un maximum de personnes. Parce que comme le disait l'apôtre, la charité nous presse!

Dans ce cas précis d'Assise, il n'y a aucun fruit de vie qui soit semé, car Ratzinger ne dit pas que seul le Christ sauve, et qu'il est nécessaire à tous de s'appliquer les mérites du Christ pour être sauvé. Au contraire, il incite les non catholiques à approfondir leur spiritualité dans leur religion, et pas d'abandonner leurs erreurs pour entrer dans la Vérité qu'est l'Eglise.

Maintenant, pour reprendre votre exemple de la déforme luthérienne. L'inquisition ecclésiastique n'y est pour rien. Dans ma ville de Genève, l'inquisition calviniste cramait tout ce qui bougeait.

Lorsque le luthérianisme arrachait par pans entiers des fidèles à l'Eglise, dévastant certaines contrées européennes, l'attitude de l'Eglise ne fut pas d'aller vers le protestantisme, de voir ce qu'on avait en commun; bien au contraire, elle a fait le Contre réforme et le Concile de Trente, pour bien mettre l'accent sur les vérités niées par les protestants. Et la grâce agit, puisque la Providence donna plus de nouveaux enfants à l'Eglise que ceux qu'elle avait perdu: l'évangélisation des Amériques.

Plus avant, lors de l'arianisme, ce fut pareil.

L'Eglise ne peut faire taire la vérité. Elle se doit au contraire de la propager, la proposant à un maximum de monde, car le Bon Dieu ne veut pas qu'un de ses petits ne se perde.

Mais là, à Assise, ce n'est pas l'exposition de la vérité qui est faite, mais au contraire la braderie de la vérité, pour que tout le monde soit plus ou moins content.



Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 11:58

Chris Prols a écrit:

Ce n'est pas une question de chiffres (encore que... car la fin du monde arrivera lorsque le corps Mystique du Christ sera au complet) ni de bilan, c'est une question d'apporter le salut à un maximum de personnes. Parce que comme le disait l'apôtre, la charité nous presse!

Dans ce cas précis d'Assise, il n'y a aucun fruit de vie qui soit semé, car Ratzinger ne dit pas que seul le Christ sauve, et qu'il est nécessaire à tous de s'appliquer les mérites du Christ pour être sauvé. Au contraire, il incite les non catholiques à approfondir leur spiritualité dans leur religion, et pas d'abandonner leurs erreurs pour entrer dans la Vérité qu'est l'Eglise.

Vous n'en savez rien, si aucun fruit de vie n'est semé. Au contraire : l'attitude amicale favorise, à long terme, la discussion, et dans la discussion la vérité de l'Eglise sera alors un avantage décisif.

Maintenant, pour reprendre votre exemple de la déforme luthérienne. L'inquisition ecclésiastique n'y est pour rien. Dans ma ville de Genève, l'inquisition calviniste cramait tout ce qui bougeait.

Lorsque le luthérianisme arrachait par pans entiers des fidèles à l'Eglise...

Vous ne réfléchissez pas dans le bon sens pour ce dont je vous parlais. Que le luthérianisme ait fait du mal soit hérétique, etc... je le sais, j'en suis convaincu. Mais pour être tout cela, il a d'abord fallu qu'il émerge. Or un mouvement aussi puissant n'émerge pas seulement sous l'impulsion d'un illuminé.
Pendant des siècles il y a eu des avertissements, des hérésies, certes excessives et parfois meurtrières, mais dont les premiers succès étaient dûes à un contexte favorable, à des causes que l'on a préféré ignorer, en particulier l'attitude scandaleuse d'une partie du clergé et ses richesses. Pas besoin de noircir le tableau pour se dire que, même si le phénomène n'était pas aussi grand que certains l'ont dit, il y avait des attitudes qui prêtaient le flanc aux critiques des hérésiarques. Face à ce phénomène il y a eu une réaction authentiquement chrétienne, qui a eu un gros succès : les ordres mendiants.
Mais il y a eu aussi l'inquisition.
Peu sont aussi bien placés que moi, de par ma profession, pour savoir que l'Inquisition n'était pas l'horreur qu'on a pu dire. Mais il y avait quand même quelque chose de gênant dans son principe. En fait l'Inquisition était faite pour soigner les symptômes au lieu de s'attaquer aux causes. Au lieu de promouvoir à la tête de l'Eglise la pauvreté évangélique, ou ne serait-ce qu'un peu plus de raison dans les fastes, on a établi un corps judiciaire pour traquer ceux qui faisaient remarquer les abus. C'est la même chose que s'endetter au lieu de réduire ses dépenses : c'est un expédient qui ne fait que retarder les conséquences, que tendre un peu plus l'élastique qui vous pète au nez avec encore plus de force.
Je ne vous donnerai qu'un élément historique qui est frappant : le Grand Schisme a eu pour élément déclencheur la volonté du pape Urbain VI (qui est un vrai pape, pas un antipape !) de ramener un peu de pauvreté évangélique dans le train de vie des cardinaux. Et c'est en réaction à cette volonté qu'ont fleuri les antipapes. Pour vous dire à quel point autour de la tête de l'Eglise il y avait de corruption.
Et finalement ce n'est pas l'idéal d'Urbain VI qui a triomphé, mais celui de ses ennemis : en sortie du Grand Schisme, on s'est rapidement trouvé avec un débauché, Alexandre VI, un ambitieux, Jules II. Et là, après plusieurs avertissements historiques la bulle a éclaté.
Les ordres mendiants avaient retardé le phénomène, mais ils n'ont pas suffi.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12288
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 12:18

la fin du monde arrivera lorsque le corps Mystique du Christ sera au complet

Waaaaoouu!!!
On dirait un remake du mythe d'Osiris!!!
En plein paganisme qu'il est le petit pain suédois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 12:55

Arnaud Dumouch a écrit:

Encore une fois, la réunion d'Assise ne reconnait pas les autres religions comme donnant le salut.

Elle les reconnaît comme portant en elles des dispositions qui préparent le salut à venir par Jésus Christ.



Bonjour a tous

et cela va dans le sens de votre theologie;n'est ce pas Arnaud ?
pour la grande majorité des Musulmans ;la conversion ne pourra se faire ici bas

et donc Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 13:33

Tous les dogmes de l'Eglise vont dans le sens de leur clef de voûte, qui les explique et leur donne sens : le retour du Christ BIENTÔT.

C'est lui seul qui rétablira l'unité et prêchera à toutes les Nation de telle manière que sera damné celui qui refusera de croire car, face à son apparition, on ne pourra refuser QUE LIBREMENT.

Finies donc la théorie de la damnation des cohortes de musulmans, de Juifs et d'hindouistes. Tous pourront devenir chrétiens, face au Christ.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:06

S. Paul, seconde lettre aux Corinthiens a écrit:
14 Ne vous attachez pas à un même joug, avec les infidèles. Car quelle société y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'a de commun la lumière avec les ténèbres?

15 Quel accord y a-t-il entre le Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?

16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et des idoles? Car nous sommes, nous, le temple du Dieu vivant, selon ce que Dieu lui-même a dit :

" J'habiterai au milieu d'eux et j'y marcherai; je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. "

17 " C'est pourquoi sortez du milieu d'eux et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur et moi je vous accueillerai.

18 Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. "

Apocalypse, chap. 18 a écrit:
4 Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait : " Sortez du milieu d'elle, ô mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de n'avoir point part à ses calamités

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:24

un des problèmes d'Assise est le suivant : "nous prions pour la paix".

On prie toujours pour "la paix" en général. Mais quelle paix ?
La véritable Paix procède de la conversion.
Donc soit on prie pour une fausse paix, c'est à chaque fois un espoir strictement terrestre, -je dis bien "strictement"- et Dieu ne veut pas de cette paix. Si Dieu la voulait, sinon nous l'aurions.
Soit on veut prier Dieu en tant que multi-religion pour qu'il nous donne tous la paix selon les différentes voies "spirituelles". Donc là, on prie carrément Satan.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:25

Philippe Fabry a écrit:
Chris Prols a écrit:

Ce n'est pas une question de chiffres (encore que... car la fin du monde arrivera lorsque le corps Mystique du Christ sera au complet) ni de bilan, c'est une question d'apporter le salut à un maximum de personnes. Parce que comme le disait l'apôtre, la charité nous presse!

Dans ce cas précis d'Assise, il n'y a aucun fruit de vie qui soit semé, car Ratzinger ne dit pas que seul le Christ sauve, et qu'il est nécessaire à tous de s'appliquer les mérites du Christ pour être sauvé. Au contraire, il incite les non catholiques à approfondir leur spiritualité dans leur religion, et pas d'abandonner leurs erreurs pour entrer dans la Vérité qu'est l'Eglise.

Vous n'en savez rien, si aucun fruit de vie n'est semé. Au contraire : l'attitude amicale favorise, à long terme, la discussion, et dans la discussion la vérité de l'Eglise sera alors un avantage décisif.

Maintenant, pour reprendre votre exemple de la déforme luthérienne. L'inquisition ecclésiastique n'y est pour rien. Dans ma ville de Genève, l'inquisition calviniste cramait tout ce qui bougeait.

Lorsque le luthérianisme arrachait par pans entiers des fidèles à l'Eglise...

Vous ne réfléchissez pas dans le bon sens pour ce dont je vous parlais. Que le luthérianisme ait fait du mal soit hérétique, etc... je le sais, j'en suis convaincu. Mais pour être tout cela, il a d'abord fallu qu'il émerge. Or un mouvement aussi puissant n'émerge pas seulement sous l'impulsion d'un illuminé.
Pendant des siècles il y a eu des avertissements, des hérésies, certes excessives et parfois meurtrières, mais dont les premiers succès étaient dûes à un contexte favorable, à des causes que l'on a préféré ignorer, en particulier l'attitude scandaleuse d'une partie du clergé et ses richesses. Pas besoin de noircir le tableau pour se dire que, même si le phénomène n'était pas aussi grand que certains l'ont dit, il y avait des attitudes qui prêtaient le flanc aux critiques des hérésiarques. Face à ce phénomène il y a eu une réaction authentiquement chrétienne, qui a eu un gros succès : les ordres mendiants.
Mais il y a eu aussi l'inquisition.
Peu sont aussi bien placés que moi, de par ma profession, pour savoir que l'Inquisition n'était pas l'horreur qu'on a pu dire. Mais il y avait quand même quelque chose de gênant dans son principe. En fait l'Inquisition était faite pour soigner les symptômes au lieu de s'attaquer aux causes. Au lieu de promouvoir à la tête de l'Eglise la pauvreté évangélique, ou ne serait-ce qu'un peu plus de raison dans les fastes, on a établi un corps judiciaire pour traquer ceux qui faisaient remarquer les abus. C'est la même chose que s'endetter au lieu de réduire ses dépenses : c'est un expédient qui ne fait que retarder les conséquences, que tendre un peu plus l'élastique qui vous pète au nez avec encore plus de force.
Je ne vous donnerai qu'un élément historique qui est frappant : le Grand Schisme a eu pour élément déclencheur la volonté du pape Urbain VI (qui est un vrai pape, pas un antipape !) de ramener un peu de pauvreté évangélique dans le train de vie des cardinaux. Et c'est en réaction à cette volonté qu'ont fleuri les antipapes. Pour vous dire à quel point autour de la tête de l'Eglise il y avait de corruption.
Et finalement ce n'est pas l'idéal d'Urbain VI qui a triomphé, mais celui de ses ennemis : en sortie du Grand Schisme, on s'est rapidement trouvé avec un débauché, Alexandre VI, un ambitieux, Jules II. Et là, après plusieurs avertissements historiques la bulle a éclaté.
Les ordres mendiants avaient retardé le phénomène, mais ils n'ont pas suffi.


Philippe, vous ne seriez pas un peu en train de dire que c'est l'Eglise qui est responsable des hérésies et des hérésiarques?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:26

Non, ce sont
1) des personnes
2) la nature humaine
3) Satan
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:28

nilamitp a écrit:
un des problèmes d'Assise est le suivant : "nous prions pour la paix".

On prie toujours pour "la paix" en général. Mais quelle paix ?
La véritable Paix procède de la conversion.
Donc soit on prie pour une fausse paix, c'est à chaque fois un espoir strictement terrestre, -je dis bien "strictement"- et Dieu ne veut pas de cette paix. Si Dieu la voulait, sinon nous l'aurions.
Soit on veut prier Dieu en tant que multi-religion pour qu'il nous donne tous la paix selon les différentes voies "spirituelles". Donc là, on prie carrément Satan.

Alors là, je suis soufflé!

Bravo mon p'tit loup!
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:29

nilamitp a écrit:
Non, ce sont
1) des personnes
2) la nature humaine
3) Satan

On est d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 14:48

Chris Prols a écrit:
S. Paul, seconde lettre aux Corinthiens a écrit:
14 Ne vous attachez pas à un même joug, avec les infidèles. Car quelle société y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'a de commun la lumière avec les ténèbres?

15 Quel accord y a-t-il entre le Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?

16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et des idoles? Car nous sommes, nous, le temple du Dieu vivant, selon ce que Dieu lui-même a dit :

" J'habiterai au milieu d'eux et j'y marcherai; je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. "

17 " C'est pourquoi sortez du milieu d'eux et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur et moi je vous accueillerai.

18 Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. "

Apocalypse, chap. 18 a écrit:
4 Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait : " Sortez du milieu d'elle, ô mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de n'avoir point part à ses calamités


Tous ces textes là doivent s'interpréter avec Vatican II et non contre Vatican II sous peine de tomber dans le sectarisme. Car Dieu fait briller son soleil sur tout homme.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 15:03

nilamitp a écrit:
un des problèmes d'Assise est le suivant : "nous prions pour la paix".

On prie toujours pour "la paix" en général. Mais quelle paix ?
La véritable Paix procède de la conversion.
Donc soit on prie pour une fausse paix, c'est à chaque fois un espoir strictement terrestre, -je dis bien "strictement"- et Dieu ne veut pas de cette paix. Si Dieu la voulait, sinon nous l'aurions.
Soit on veut prier Dieu en tant que multi-religion pour qu'il nous donne tous la paix selon les différentes voies "spirituelles". Donc là, on prie carrément Satan.

Il me semble que l'on prie d'abord pour la paix entre les religions, justement. De ce point de vue, Assise est un peu une prière auto-réalisatrice.

En fait, il s'agit plutôt d'une réunion pour pacifier les rapports entre les religions, afin de les sortir du simple rapport de force, et cette réunion, on la place sous le regard de Dieu.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 15:13

Chris Prols a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Chris Prols a écrit:

Ce n'est pas une question de chiffres (encore que... car la fin du monde arrivera lorsque le corps Mystique du Christ sera au complet) ni de bilan, c'est une question d'apporter le salut à un maximum de personnes. Parce que comme le disait l'apôtre, la charité nous presse!

Dans ce cas précis d'Assise, il n'y a aucun fruit de vie qui soit semé, car Ratzinger ne dit pas que seul le Christ sauve, et qu'il est nécessaire à tous de s'appliquer les mérites du Christ pour être sauvé. Au contraire, il incite les non catholiques à approfondir leur spiritualité dans leur religion, et pas d'abandonner leurs erreurs pour entrer dans la Vérité qu'est l'Eglise.

Vous n'en savez rien, si aucun fruit de vie n'est semé. Au contraire : l'attitude amicale favorise, à long terme, la discussion, et dans la discussion la vérité de l'Eglise sera alors un avantage décisif.

Maintenant, pour reprendre votre exemple de la déforme luthérienne. L'inquisition ecclésiastique n'y est pour rien. Dans ma ville de Genève, l'inquisition calviniste cramait tout ce qui bougeait.

Lorsque le luthérianisme arrachait par pans entiers des fidèles à l'Eglise...

Vous ne réfléchissez pas dans le bon sens pour ce dont je vous parlais. Que le luthérianisme ait fait du mal soit hérétique, etc... je le sais, j'en suis convaincu. Mais pour être tout cela, il a d'abord fallu qu'il émerge. Or un mouvement aussi puissant n'émerge pas seulement sous l'impulsion d'un illuminé.
Pendant des siècles il y a eu des avertissements, des hérésies, certes excessives et parfois meurtrières, mais dont les premiers succès étaient dûes à un contexte favorable, à des causes que l'on a préféré ignorer, en particulier l'attitude scandaleuse d'une partie du clergé et ses richesses. Pas besoin de noircir le tableau pour se dire que, même si le phénomène n'était pas aussi grand que certains l'ont dit, il y avait des attitudes qui prêtaient le flanc aux critiques des hérésiarques. Face à ce phénomène il y a eu une réaction authentiquement chrétienne, qui a eu un gros succès : les ordres mendiants.
Mais il y a eu aussi l'inquisition.
Peu sont aussi bien placés que moi, de par ma profession, pour savoir que l'Inquisition n'était pas l'horreur qu'on a pu dire. Mais il y avait quand même quelque chose de gênant dans son principe. En fait l'Inquisition était faite pour soigner les symptômes au lieu de s'attaquer aux causes. Au lieu de promouvoir à la tête de l'Eglise la pauvreté évangélique, ou ne serait-ce qu'un peu plus de raison dans les fastes, on a établi un corps judiciaire pour traquer ceux qui faisaient remarquer les abus. C'est la même chose que s'endetter au lieu de réduire ses dépenses : c'est un expédient qui ne fait que retarder les conséquences, que tendre un peu plus l'élastique qui vous pète au nez avec encore plus de force.
Je ne vous donnerai qu'un élément historique qui est frappant : le Grand Schisme a eu pour élément déclencheur la volonté du pape Urbain VI (qui est un vrai pape, pas un antipape !) de ramener un peu de pauvreté évangélique dans le train de vie des cardinaux. Et c'est en réaction à cette volonté qu'ont fleuri les antipapes. Pour vous dire à quel point autour de la tête de l'Eglise il y avait de corruption.
Et finalement ce n'est pas l'idéal d'Urbain VI qui a triomphé, mais celui de ses ennemis : en sortie du Grand Schisme, on s'est rapidement trouvé avec un débauché, Alexandre VI, un ambitieux, Jules II. Et là, après plusieurs avertissements historiques la bulle a éclaté.
Les ordres mendiants avaient retardé le phénomène, mais ils n'ont pas suffi.


Philippe, vous ne seriez pas un peu en train de dire que c'est l'Eglise qui est responsable des hérésies et des hérésiarques?

Non. Ce que je dis c'est que certaines moeurs cléricales (installées principalement dans les élites du clergé, phagocytées par une aristocratie mondaine) ont permis le succès des hérésies en leur donnant des armes par le scandale provoqué. Et qu'une très mauvaise politique, à savoir préférer la répression (inquisition) des effets plutôt que la correction (rapprochement de l'idéal évangélique) des causes, a entraîné le succès des hérésies.
Si ces scandales n'avaient pas eu lieu, les hérésies seraient toujours restées le fait de marginaux et d'agités. Or elles n'ont pas gagné sans raison des tas de gens sincères et pas spécialement révolutionnaires, mais bien parce qu'une partie du clergé prêtait trop le flanc à la critique.
De la même façon que beaucoup (intégristes, lefebvristes, sédévacantistes) ont quitté l'Eglise après Vatican II à cause des abus d'une partie du clergé, dont la conduite a fait scandale, et a fait dire à ces gens, sincères : "ce n'est plus l'Eglise".
Voyez aujourd'hui les scandales de pédophilie et comment en usent les ennemis de l'Eglise. Les manquements dans le clergé sont toujours un pain béni pour les hérésiarques.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 15:30

On me dit que Vatican 2 avait "dépolitisé" le catholicisme romain.

Je n'y crois pas une seule seconde. En tout cas ce fruit, pas le plus important, mais le plus symbolique, me semble être au contraire une bombe ultra-politisée. Les discours, pendant ou autour, sont toujours gonflés de doctrines violemment immigrationnistes doublées d'idéologie multi-culturaliste, et souvent -alors que ça tombe sous le coup d'un anathème- multi-religieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 15:42

nilamitp a écrit:
On me dit que Vatican 2 avait "dépolitisé" le catholicisme romain.

Je n'y crois pas une seule seconde. En tout cas ce fruit, pas le plus important, mais le plus symbolique, me semble être au contraire une bombe ultra-politisée.

Pour moi ni l'un, ni l'autre.

Les discours, pendant ou autour, sont toujours gonflés de doctrines violemment immigrationnistes doublées d'idéologie multi-culturaliste, et souvent -alors que ça tombe sous le coup d'un anathème- multi-religieuse.

Là tu parles de certain catholiques, les progressistes . Cela n'a jamais été un discours officiel de l'Eglise.
En revanche on peut noter que le corps épiscopal français est assez marqué par cette tendance.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 16:34

Sainte Martine, Vierge Martyre

« Armée du signe de la Croix, elle fit sa prière à Jésus-Christ.

A peine l'eut-elle achevée, qu'il survint un effroyable tremblement de terre par toute la ville ;

une grande partie de ce temple d'Apollon tomba ;

et la statue de l'idole, se brisant en pièces, tua tous les prêtres qui étaient présent avec plusieurs autres infidèles..» ;

ce qui se reproduisit peu après dans le temple de la déesse païenne Diane.

(Petits Bollandistes, 30/1 ; cf. a. Brév. Rom.)

La terre a aussi tremblé à Assise, après le grand raout à Lolek. la voûte de la Basilique profanée s'est écroulée.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise   Mar 13 Sep 2011, 16:37

Saint Thomas, in II Cor. 6,14 a écrit:
L'Apôtre dit donc : "Ne portez point le joug avec les infidèles.".

Il faut savoir que l'on nomme "joug" tout ce qui lie plusieurs, en vue de faire quelque chose.

C'est pourquoi, comme il arrive que plusieurs s' unissent pour accomplir une bonne oeuvre qui est selon Dieu,

et d'autres se réunissent pour faire quelque chose de mauvais qui est selon le diable, on parle de joug de Dieu et de joug du diable.


Le joug de Dieu est la charité qui lie l'homme au service de Dieu :

"Prenez mon joug... car mon joug est suave" (Mt. 11,29,30).


Tandis que le joug du démon est l'iniquité qui lie au mal et en vue de faire le mal :

"le joug de son fardeau" (Is. 9,4)
Revenir en haut Aller en bas
 
Selon Monsieur l'abbé de Cacqueray et la réunion d'Assise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le nouvel outrage d'Avignon - Abbé de Cacqueray
» Main tendue à Monsieur l'abbé Guy Pagès
» L'avenir selon Monsieur N
» Les Vertus - par monsieur l'abbé Lucien Arène
» Un prêtre refusé de messe au Pays Basque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: