DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Sam 30 Juil 2011, 13:46

Crise de la dette : "Il faudra briser la politique de change de la Chine"


La crise conjointe des finances
publiques des pays occidentaux est due, selon Antoine Brunet, à la
stratégie de déstabilisation de la Chine à travers sa politique de
change non coopérative depuis 1989 comme à travers son appartenance à
l’OMC obtenue en 2001. La solution à la crise actuelle des finances
publiques occidentales imposerait une levée de boucliers mondiale contre
la politique du yuan manipulé et sous-évalué.




Préambule : Antoine Brunet expliquait dans une tribune publiée hier dans Atlantico
comment la politique de change chinoise était à l'origine, selon lui,
de la crise de la dette occidentale qui aurait dû mener les économies
occidentales à tomber en récession prolongée dès 2002/2003.
A
deux reprises, les mêmes dirigeants occidentaux qui prêchaient à
tort une patience renouvelée à l’égard de la Chine et du yuan,
ont prétendu avoir découvert une parade qui permettait selon
eux d’assurer une croissance honorable et durable des économies
occidentales
en dépit des dégâts colossaux que leur infligeait
la politique du yuan. Tout d'abord la dynamisation de leurs économies
par l'immobilier et l'envolée de ses prix, ensuite une dynamisation par
la relance.
Première parade, celle proposée et
appliquée aux Etats-Unis entre 2002 et 2006 par l’apprenti-sorcier
Greenspan, alors président de la Fed : une politique prolongée de taux bas pour décourager les ménages de l’épargne et pour les inciter à l’achat de logement à crédit. Expédient désastreux !
Pendant quatre ans, l’économie américaine connut certes une évolution
honorable du PIB et de l’emploi. Mais, après ce succès très limité et
très momentané, l’euphorie dans l’immobilier américain induisit des
excès qui aboutirent, comme on le sait, à des dégâts très supérieurs à
l’avantage initial : à compter de mi-2007, éclatent aux
Etats-Unis et en Europe une crise immobilière qui s’avéra d’une ampleur
historique, une crise bancaire et une crise boursière, une récession et
une explosion du chômage qui toutes aussi s’avérèrent d’une ampleur
historique.

Pire qu’un simple fiasco, la première parade s’est donc en réalité retournée contre l’économie américaine
pour lui infliger un redoutable effet-boomerang. Fin 2008, au cœur de
la crise occidentale, après avoir rétabli la confiance des ménages et
des investisseurs par quelques mesures exceptionnelles, les dirigeants
occidentaux renoncèrent une nouvelle fois à extraire de la Chine la
forte réévaluation du yuan qui aurait pourtant redressé durablement leur
commerce extérieur et leur croissance. D’autres bons apôtres surgirent
avec une autre proposition...

La dynamisation par la relance budgétaire : un désastre

Deuxième
parade, celle proposée et pratiquée depuis fin 2008 par d’autres
apprentis-sorciers, Geithner, secrétaire au Trésor d’Obama, et Bernanke,
nouveau président de la Fed : une politique de relance budgétaire massive (déficit égal à 10% du PIB en 2009, 2010 et 2011) assortie
de taux courts et de taux longs maintenus très bas. Et simultanément,
les autres pays occidentaux se livraient eux aussi à une relance massive
en 2009 et encoreen 2010.
Cette fois encore, le succès fut de courte durée.
Cette relance budgétaire sortit certes les pays occidentaux de leur
récession franche à compter du troisième trimestre 2009. Mais, après
quelques trimestres, l’expérience montra que cette relance
budgetaro-monétaire n’induisait qu’une reprise décevante, une reprise
trop molle pour embrayer une croissance autoentretenue
.
Désormais il est vrai, la croissance se trouvait pénalisée non seulement
par le commerce extérieur et par l’investissement des entreprises mais
aussi par l’investissement immobilier et par une hausse inopportune de
l’épargnedes ménages. Face à de tels vents contraires, l’énorme relance
ne pouvait produire qu’une reprise décevante.
Mais
il y a pire. Cette relance budgétaire trop longtemps trop forte a fini
par enclencher une crise des finances publiques occidentales. Certes,
l’étincelle a surgi en Grèce en octobre 2009
après qu’un
nouveau gouvernement a avoué une sous-estimation antérieure majeure du
déficit budgétaire et de la dette publique. Mais si la crise grecque a
autant retenu l’attention, c’est parce que la Grèce n’est de loin pas le
seul pays occidental dont les finances publiques sont préoccuppantes : depuis
2009, le Portugal et l’Irlande, l’Espagne et l’Italie, la Belgique,
l’Autriche, la France et par ailleurs le Royaume Uni et les Etats-Unis
partagent tous une dynamique très inquiétante de leurs finances
publiques (et par ailleurs une croissance très modeste de leur PIB).

En accumulant les déficits budgétaires consécutifs, tous
ces pays occidentaux en sont arrivés à ce que leurs ratios dette
publique/PIB viennent tangenter les seuils limites au-delà desquelles
les agences de rating viennent s’inquiéter publiquement de la
remboursabilité de la dette publique émise.
En réponse, les
investisseurs réduisent leur expositionà ces dettes publiques en se
portant vendeurs des obligations d’Etat sur le marché secondaire. Cela
fait alors baisser les cours et monter les rendements de ces
obligations. La crise de confiance s’enclenche. Cette deuxième parade s’avère donc, elle aussi être un fiasco et finit, elle aussi, par enclencher un effet boomerang, redoutable et déstabilisateur :une crise conjointe des finances publiques occidentales.

Briser la politique de change que mène la Chine depuis 1989

On l’aura compris, à
deux reprises, les dirigeants occidentaux ont pris le risque
d’entériner la politique de change de la Chine et de mener une politique
compensatoire aventuriste pour tenter de maintenir une croissance
honorable du PIB et de l’emploi en dépit de la politique dechange
anti-coopérative de la Chine.

A chaque fois, les pays occidentaux en sont ressortis davantage affaiblis et déstabilisés
: la politique aventuriste 2002-2006 de dynamisation de l’immobilier a
fait fiasco en 2007-2008 et a provoqué un effet-boomerang délétère, une
grave crise immobilière, bancaire et boursière ; la politique
aventuriste 2009-2011 de dynamisation par la relance budgétaire vient de
faire fiasco en 2011 et a provoqué à son tour un effet-boomerang
délétère, une crise ouverte des finances publiques occidentales.
Le moment est venu de tirer le bilan. Les
politiques occidentales trop pacifiques qui entérinent la politique de
change unilatérale et agressive de la Chine et qui cherchent à s’en
accommoder ont à deux reprises échoué lamentablement.
Et cela a déjà coûté très cher aux économies occidentales et à leurs populations.
L’heure n’est plus aux tergiversations. La seule issue est une confrontation avec la Chine pour obtenir d’elle une modification substantielle de sa politique de change.
Si les dirigeants des pays occidentaux ne se ressaisissent pas et ne
constituent pas autour d’eux un large front face à la politique de
change de la Chine, ils s’enfermeront dans une spirale de déclin
économique et financier qui in fine les amènera à se
retrouverd urablement asservis à la Chine.


http://www.atlantico.fr/decryptage/chine-crise-dette-europe-usa-yuan-evalue-152960.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12248
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Sam 30 Juil 2011, 13:55

Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Sam 30 Juil 2011, 17:39

adamev a écrit:
Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Sam 30 Juil 2011, 19:41

adamev a écrit:
Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).


Adamev qui fait l'apologie des idées du Front...pas le front de gauche mais le national.
:beret:


Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12248
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Sam 30 Juil 2011, 23:21

Alexis232 a écrit:
adamev a écrit:
Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).


Adamev qui fait l'apologie des idées du Front...pas le front de gauche mais le national.
:beret:

J'ai seulment l'humilité de croire que même ceux dont je ne partage pas les idées ne disent pas que des co..nneries.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mar 02 Aoû 2011, 20:12

adamev a écrit:
Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).

Évidemment, dès lors qu'il y a un problème qui se pose en France, c'est pas l'imagination qui manque pour inventer des impôts nouveaux, par contre, quand il s'agit de comprendre la mondialisation et la création de richesse telles qu'elles ont lieu aujourd'hui c'est une autre paire de manches ... Rolling Eyes

Citation :
Adamev qui fait l'apologie des idées du Front...pas le front de gauche mais le national.

Ca confirme simplement que le FN est socialiste, tout comme Adamev.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mar 02 Aoû 2011, 20:55

Alexis232 a écrit:
adamev a écrit:
Ca me parait en effet assez juste. Avis auquel il faudrait imposer la taxation de tous les produit "made in..." qui ne répondent pas aux normes techniques et sanitaires occidentales (voir la pratique protectionniste des USA par la norme).


Adamev qui fait l'apologie des idées du Front...pas le front de gauche mais le national.




L'un comme l'autre ne devraient pas s'appeler Front mais Biais, car ils prennent les problèmes de travers. Laughing

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12248
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mar 02 Aoû 2011, 23:36

quand il s'agit de comprendre la mondialisation et la création de richesse telles qu'elles ont lieu aujourd'hui c'est une autre paire de manches ...

Vu vos raisonnements pas sûr que vous en ayez compris beaucoup plus. Pour l'instant la mondialisation c'est le dumping monétaire (voir le yuan), la rente (voir pétrole), les transferts de charges (voir déficit étasunien), la mise en concurrence des producteurs (délocalisations) et j'allais oubliez la spéculation à tout va.

Autant de freins réels à la création de richesses... quelle richesse d'ailleurs??? De celles qui permettront à près de 4 milliards d'individus de satisfaire leurs besoins vitaux ou les besoins de réprésentation de quelques-uns???

Et vous avez un train de retard... car on parle de plus en plus de "démondialisation".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mer 03 Aoû 2011, 18:03

Citation :
Et vous avez un train de retard... car on parle de plus en plus de "démondialisation".


C'est affligeant de débilité. :jevole:


Dernière édition par Dromaeosaurus le Mer 03 Aoû 2011, 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mer 03 Aoû 2011, 18:04

adamev a écrit:

Et vous avez un train de retard... car on parle de plus en plus de "démondialisation".

Elle viendra en effet.

Comme à la chute de Rome.

Et on pleurera le bon temps de l'Empire.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mer 10 Aoû 2011, 10:17

Je mets ceci car en lien avec la Chine :

Citation :
Le premier porte-avions chinois a pris la mer






Le premier porte-avions chinois, une ex-coque soviétique nommée Varyag, au port de Dalian, le 4 août 2011

© AFP/Archives



PEKIN (AFP) -
(AFP) - Le premier porte-avions chinois, incarnant les ambitions navales
de Pékin, a effectué mercredi son baptême en mer, officiellement pour
des "essais" même si le navire est selon des experts pratiquement prêt
pour le combat.

Le bâtiment long
de 300 mètres, une ex-coque soviétique nommée Varyag, rachetée en 1998 à
l'Ukraine puis entièrement rénovée et équipée en Chine, a quitté le
port de Dalian (nord-est) où il était en chantier depuis des années.

Cette première
sortie au large, annoncée par une courte dépêche de l'agence Chine
nouvelle, s'est déroulée sans tambour ni trompette: Pékin est inquiet de
l'image belliqueuse inévitablement véhiculée par les porte-avions,
forces de projection par excellence.

Les essais en mer
ne dureront pas longtemps, selon des sources militaires chinoises citées
par l'agence officielle, le navire amiral devant revenir ensuite à son
port d'attache pour y subir d'autres travaux.

"Le Varyag fera
d'abord l'objet de nombreux essais et il servira à des exercices
d'entraînement de son escadrille aérienne, mais le navire est
pratiquement prêt à soutenir des missions de combat", explique à l'AFP
Rick Fisher, de l'International Assessment and Strategy Center.





Le premier porte-avions chinois, une ex-coque soviétique nommée Varyag, au port de Dalian, le 4 août 2011

© AFP/Archives


Pour l'Armée populaire de
libération (APL) --la plus grande du monde-- ce porte-avions est d'abord
un enjeu de prestige, alors que des voisins tels que l'Inde ou la
Thaïlande en possèdent déjà.

"Les Chinois
peuvent fièrement mettre en avant le Varyag, ainsi que d'autres
composantes de leurs nouveaux équipements, et se convaincre qu'ils font
désormais partie des armées modernes", souligne Dennis Blasko, un expert
militaire.

La dimension
stratégique est également évidente: les intérêts de la Chine s'étendent
dans le monde, elle a besoin d'intervenir plus loin, notamment sur les
voies maritimes d'approvisionnement en hydrocarbures.

Des experts
indépendants sont persuadés que le ministère chinois de la Défense a
déjà engagé, sans le dire, un programme de construction d'un, voire deux
autres porte-avions.

Enfin la Chine
espère bien grâce au Varyag un effet psychologique régional. Plusieurs
différends territoriaux l'opposent à ses voisins, notamment le Japon et
le Vietnam, avec des pics de tension chroniques.

"La Chine veut
surtout intimider ses rivaux en Mer de Chine méridionale. Cela sera
probablement sa première grande zone de patrouille pour ses nouveaux
sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, et la protection de ces
sous-marins sera l'une des premières missions des porte-avions chinois",
prédit M. Fisher.

Plus largement, en
se dotant d'un groupe aéronaval à terme opérationnel, la Chine tente de
résoudre son problème majeur d'accès à l'océan Pacifique, verrouillé
par un arc de puissances rivales: Corée du Sud, Japon, Taïwan, plus les
bases américaines.

Reste que ce
premier porte-avions (qui doit encore être baptisé en chinois) risque
d'écorner l'image que la Chine veut donner d'elle-même: celle d'un pays
qui s'arme uniquement pour se défendre, sans prétendre à l'hégémonie.

Après avoir durant
des années tu l'existence du chantier du Varyag, l'armée chinoise se
garde aujourd'hui de claironner. C'est aussi tactique. "La Chine a
besoin de temps pour opérer un groupe aéronaval et adopte délibérément
un profil bas", analyse Arthur Ding, de l'Institut des relations
internationales de l'université de Chengchi (Taipei).

Au début du mois,
Tokyo a exprimé ses inquiétudes concernant les ambitions militaires
croissantes chinoises. Pékin avait réagi en exprimant son "vif
mécontentement".

La Chine mène
pourtant bien de front une modernisation à bouchées doubles de ses
forces sur terre, air et mer, avec d'autres programmes emblématiques,
comme celui de son chasseur-bombardier furtif J-20. Elle développe aussi
un missile balistique pouvant frapper à des milliers de kilomètres les
navires de guerre.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12248
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?   Mer 10 Aoû 2011, 10:35

F'raient bien de réviser leur monnaie à la hausse ceux-là.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Yuan est-il une cause profonde de la crise ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROPOS DE MGR ATHANASIUS SCHNEIDER la blessure la plus profonde de la crise actuelle de l’Église est
» Venue de Lopeun Tseten à Bruxelles: Le flambeau de la voie profonde
» MARTHE ROBIN : UN CHEMIN DE PROFONDE UNION AVEC LE CHRIST...
» Meditation courte mais profonde
» Troc / euro / dollars / yuan / or / argent... que mettre de coté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: