DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent01



Masculin Messages : 1283
Inscription : 09/02/2009

MessageSujet: La souffrance    Mar 19 Juil 2011, 17:45

Bonjour, dans le livre de Job, il est question de la souffrance, il est vrai que sur terre nous sommes conviés à plusieurs types de souffrances cela peut être de la souffrances morales, physiques; les maladies, le moral, l'absence de quelque chose, un manque dans nos vies, le désir, la passion, etc...

Il existe différentes souffrances et certaines nous poussent à nous rebeller alors que d'autre nous abaisse.

Dans le livre de Job, il est difficile de comprendre pourquoi Job un homme juste souffre, et c'est aussi pourquoi j'écris ici.

Je viens de finir de lire le livre de Job et je crois avoir compris plusieurs choses, je voudrais avoir votre avis, sur le sens de la souffrance dans le livre de Job, je cherche la Vérité :

Tout d'abord voilà ce qu'il me semble avoir compris dans le livre de Job :
- Dieu ne fait pas le mal
- Dieu permet au Satan de le tourmenter, sans toucher à sa vie
- Dieu à la maîtrise sur les forces du mal, il est victorieux sur les ténèbres et face à lui aucune créature ne peut avoir le dessus
- La délivrance vient de Dieu


Il me semble avoir compris aussi dans le livre de Job, que l'homme juste peut aussi pécher par orgueil en croyant par sa vertu être "mieux", voir être sauvé par sa propre justice.
Hors c'est Dieu qui sauve, et non les actes.

Il me semble aussi que les épreuves enduré par Job permettent d'éviter de plus grand péchés, bien plus grave.

Il est aussi parlé des méchants ceux qui ce détourne de Dieu, et des justes qui suivent Dieu, hors les deux catégories semblent souffrir, pour le méchant c'est par son refus de Dieu, tôt ou tard il souffre que cela soit en Enfer ou par d'autres épreuves (pour lui faire ouvrir les yeux ?).
Pour le juste les épreuves, peut-on pensé qu'étant donné que spirituellement le juste veut se rapprocher de Dieu, il souffre d'épreuves qui veulent le ralentir dans son cheminement ?
Ou alors les épreuves sont plus fortes, pour que la victoire soit plus belle, grâce à Dieu, car c'est Dieu qui donne la victoire.

Citation :
[8] L'Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n'y a personne comme lui sur la terre; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. [9] Et Satan répondit à l'Éternel

Au début du livre de Job, il semble que L’Éternel soit content de Job, mais alors pourquoi Job souffre t-il ?
Alors est ce un signe donné par Dieu pour être victorieux avec les humains qui le suivent ?


Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La souffrance    Mar 19 Juil 2011, 20:13

Cher Vincent, la souffrance peut frapper un homme vertueux et orgueilleux afin de le rendre humble.

Mais le cas de Job est tout à fait différente : Il est vertueux mais aussi très bon et humble. Et pourtant il est frappé comme un injuste. Et c'est ce que ne veulent pas admettre ses amis qui disent : "Dieu est forcément juste. Donc, s'il frappe Job, c'est qu'il a péché secrètement".

Or ces amis ont tort.

Une prise de conscience comme cela fera considérablement évoluer la réflexion théologique du peuple Juif, comme d'ailleurs la mort surprenante de leur plus saint roi, Josias.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La souffrance    Mar 19 Juil 2011, 20:33

Vincent01 a écrit:
Pour le juste les épreuves, peut-on pensé qu'étant donné que spirituellement le juste veut se rapprocher de Dieu, il souffre d'épreuves qui veulent le ralentir dans son cheminement ? Ou alors les épreuves sont plus fortes, pour que la victoire soit plus belle, grâce à Dieu, car c'est Dieu qui donne la victoire.

Ecoute ce que dit l'Apôtre Pierre à propos des épreuves que l'on doit supporter, alors qu'on est "juste" :

2 19 Car c'est une grâce que de supporter, par égard pour Dieu, des peines que l'on souffre injustement.
2 20 Quelle gloire, en effet, à supporter les coups si vous avez commis une faute? Mais si, faisant le bien, vous supportez la souffrance, c'est une grâce auprès de Dieu.
2 21 Or, c'est à cela que vous avez été appelés, car le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle afin que vous suiviez ses traces,
2 22 lui qui n'a pas commis de faute --et il ne s'est pas trouvé de fourberie dans sa bouche;
2 23 lui qui insulté ne rendait pas l'insulte, souffrant ne menaçait pas, mais s'en remettait à Celui qui juge avec justice;
2 24 lui qui, sur le bois, a porté lui-même nos fautes dans son corps, afin que, morts à nos fautes, nous vivions pour la justice; lui dont la meurtrissure vous a guéris.
2 25 Car vous étiez égarés comme des brebis, mais à présent vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes.


C'est une grâce de supporter, PAR EGARD POUR DIEU, des peines que l'on souffre injustement.

C'est ce que dit Ste Thérèse de l'Enfant Jésus. Elle qui s'était consacré totalement à Dieu, qui s'était totalement livré à Lui, elle va souffrir terriblement en sa chair touchée par la maladie. Voici le témoignage de son agonie :

Jeudi 30 septembre 1897, jour de sa mort :
(recueilli par ses soeurs)

Le matin je la gardai pendant la Messe. Elle ne me disait pas un mot. Elle était épuisée, haletante ; ses souffrances, je le devinais, étaient inexprimables. Un moment, elle joignit les mains et regardant la statue de la Sainte Vierge :

- Oh ! je l'ai priée avec une ferveur ! Mais c'est l'agonie toute pure, sans aucun mélange de consolation.

Je lui dis quelques paroles de compassion et d'affection et j'ajoutai qu'elle m'avait bien édifiée pendant sa maladie.
- Et vous, les consolations que vous m'avez données ! Ah ! elles sont bien grandes !

Toute la journée, sans un instant de répit, elle demeura on peut le dire sans exagération, dans de véritables tourments.
Elle paraissait à bout de forces et cependant, a notre grande surprise, elle pouvait se remuer, s'asseoir dans son lit.

- Voyez, nous disait-elle, ce que j'ai de force aujourd'hui ! Non, je ne vais pas mourir ! J'en ai encore pour des mois, peut-être des années !
- Et si le bon Dieu le voulait, dit Notre Mère, l'accepteriez-vous ?

Elle commença à répondre, dans son angoisse :
Il le faudrait bien...
Mais se reprenant aussitôt, elle dit avec un accent de résignation sublime en retombant sur ses oreillers :
Je le veux bien !
J'ai pu recueillir ces exclamations, mais il est bien impossible d'en rendre l'accent :
Je ne crois plus à la mort pour moi... Je ne crois plus qu'à la souffrance... Eh bien, tant mieux !
O mon Dieu !...
Je l'aime le bon Dieu !
O ma bonne Sainte Vierge, venez à mon secours !
Si c'est ça l'agonie, qu'est-ce que c'est que la mort ?
Ah ! mon bon Dieu !... Oui, il est bien bon, je le trouve bien bon...
En regardant la Sainte Vierge :
- Oh ! vous savez que j'étouffe !
A moi :
- Si vous saviez ce que c'est que d'étouffer !
- Le bon Dieu va vous aider, ma pauvre petite, et ce sera bientôt fini.
- Oui mais, quand ?
... Mon Dieu, ayez pitié de votre pauvre petite fille ! Ayez-en pitié !
A Notre Mère :
- O ma Mère, je vous assure que le calice est plein jusqu'au bord !...
...Mais le bon Dieu ne va pas m'abandonner, bien sûr...
...Il ne m'a jamais abandonnée.
... Oui, mon Dieu, tout ce que vous voudrez, mais ayez pitié de moi !
...Mes petites soeurs ! mes petites soeurs, priez pour moi !
...Mon Dieu ! mon Dieu ! Vous qui êtes si bon ! ! !
...Oh ! oui, vous êtes bon ! je le sais...

Après Vêpres, Notre Mère posa sur ses genoux une image de N. D. du Mont Carmel.
Elle la regarda un instant et dit, quand Notre Mère lui eut assuré qu'elle caresserait bientôt la Sainte Vierge comme l'Enfant Jésus sur cette image :
- O ma Mère, présentez-moi bien vite à la Sainte Vierge, je suis un bébé qui n'en peut plus !... Préparez-moi à bien mourir.
Notre Mère lui répondit qu'ayant toujours compris et pratiqué l'humilité, sa préparation était faite. Elle réfléchit un instant et prononça humblement ces paroles :
- Oui, il me semble que je n'ai jamais cherché que la vérité ; oui, j'ai compris l'humilité du coeur... il me semble que je suis humble.
Elle répéta encore :
- Tout ce que j'ai écrit sur mes désirs de la souffrance. Oh ! c'est quand même bien vrai !
...Et je ne me repens pas de m'être livrée à l'Amour.
Avec insistance :
Oh ! non, je ne m'en repens pas, au contraire !

Un peu plus tard :
Jamais je n'aurais cru qu'il était possible de tant souffrir ! jamais ! jamais ! Je ne puis m'expliquer cela que par les désirs ardents que j'ai eus de sauver des âmes.

Vers 5 heures, j'étais seule près d'elle. Son visage changea tout à coup, je compris que c'était la dernière agonie.
Lorsque la Communauté entra dans l'infirmerie, elle accueillit toutes les soeurs avec un doux sourire. Elle tenait son Crucifix et le regardait constamment.
Pendant plus de deux heures, un râle terrible déchira sa poitrine. Son visage était congestionné, ses mains violacées, elle avait les pieds glacés et tremblait de tous ses membres. Une sueur abondante perlait en gouttes énormes sur son front et ruisselait sur ses joues. Elle était dans une oppression toujours croissante et jetait parfois pour respirer de petits cris involontaires.
Pendant ce temps si plein d'angoisse pour nous, on entendait par la fenêtre - et j'en souffrais beaucoup - tout un ramage de rouges-gorges, et d'autres petits oiseaux, mais si fort, si près et si longtemps ! Je priais le bon Dieu de les faire taire, ce concert me perçait le coeur et j'avais peur qu'il fatigue notre pauvre petite Thérèse.
A un moment elle semblait avoir la bouche si desséchée que Sr Geneviève, pensant la soulager, lui mit sur les lèvres un petit morceau de glace. Elle l'accepta en lui faisant un sourire que je n'oublierai jamais. C'était comme un suprême adieu.

A 6 heures, quand l'Angelus sonna, elle regarda longuement la statue de la Sainte Vierge.
Enfin. à 7 heures et quelques minutes, Notre Mère ayant congédié la communauté, elle soupira :
- Ma Mère ! N'est-ce pas encore l'agonie ?... Ne vais-je pas mourir ?...
- Oui, ma pauvre petite, c'est l'agonie, mais le bon Dieu veut peut-être la prolonger de quelques heures.
Elle reprit avec courage :
- Eh bien !... allons !... Allons !...
Oh ! je ne voudrais pas moins longtemps souffrir
...
Et regardant son Crucifix :
Oh ! je l'aime...
Mon Dieu... je vous aime !......



Thérèse avait compris que de la souffrance injuste on pouvait tirer du bien ; qu'en supportant la souffrance, Dieu nous faisait la grâce de nous unir aux souffrances de Jésus, non pour nous mettre à l'épreuve, mais pour que nous sauvions des âmes avec Lui ; pour que tout l'amour offert au coeur même de ces souffrances, pour réparer les péchés de nos frères, puisse compenser l'offense faite à Dieu par le péché des hommes.

Thérèse, sachant qu'en souffrant par amour elle sauvait des âmes, ne demandait pas à moins souffrir, au contraire.

Thérèse est persuadé que c'est parce qu'elle s'est livré à l'Amour pour être uni au Coeur de l'Eglise, au Coeur de Dieu, qu'elle a beacoup souffert ; uni qu'elle était au coeur de Jésus, blessé par tous nos péchés qu'il prenait sur Lui.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: La souffrance    Mar 19 Juil 2011, 21:00

Ce passage de Ste Thérèse est d'une force incroyable, et m'a toujours profondément bouleversé...
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: La souffrance    Mer 17 Aoû 2011, 23:21

Si nous nous abandonnons à Dieu notre souffrance personnelle est transformée. Elle reste une souffrance mais elle est en même temps une joie. En réalité, en Dieu on est au delà de la souffrance et de la joie. Notre souffrance devient participation à la souffrance du Christ c'est à dire à la souffrance de tous les hommes. C'est pour cela que certains saints demandaient la souffrance à Dieu afin d'éprouver leur foi.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: La souffrance    Jeu 18 Aoû 2011, 00:03

"Si l'orientation de l'âme est l'amour, plus on contemple la nécessité, plus on en serre contre soi, à même la chair, la dureté et le froid métalliques, plus on s'approche de la beauté du monde. C'est ce qu'éprouve Job. C'est parce qu'il fut si honnête. dans sa souffrance, parce qu'il n'admit en lui-même aucune pensée susceptible d'en altérer la vérité, que Dieu descendit vers lui pour lui révéler la beauté du monde."

Simone Weil extrait de "AMOUR DE L'ORDRE DU MONDE"
Revenir en haut Aller en bas
mohameddddd



Messages : 260
Inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: La souffrance    Sam 27 Aoû 2011, 09:43

- Dieu ne fait pas le mal
- Dieu permet au Satan de le tourmenter, sans toucher à sa vie
- Dieu à la maîtrise sur les forces du mal, il est victorieux sur les ténèbres et face à lui aucune créature ne peut avoir le dessus
- La délivrance vient de Dieu

- dieu a voulu montrer a ceux qui subissent les épreuves de la vie le bon exemple de Job
comme il voulu montrer le bon exemple aux pauvres avec Jésus, et aux riches avec Salomon...ect

s'il avait demandé le premier jour la guérison il l'aurait obtenue, mais c'est sa pudeur devant son Seigneur qui la empêché de le faire, et en plus parmi les principes de la foi : l'acceptation du destin qu'il soit bon ou mauvais, je pense que si il n'avait pas entendu ses deux amis qui doutaient de sa piété il aurait attendu encore quelque années
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: La souffrance    Lun 12 Sep 2011, 18:58

Dieu n'est un juge que pour les ignorants.

Mais il est bon pour tout le monde et pour les ignorants eux-mêmes que les ignorants croient que Dieu les juge.

En revanche, il est mauvais pour tout le monde que les ignorants pensent que Dieu juge les autres et il est encore plus mauvais que les ignorants croient savoir comment Dieu juge.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: La souffrance    Lun 12 Sep 2011, 19:47

Voici un très bon dossier pour comprendre un peu plus ce mystère de la souffrance:

http://messe.forumactif.org/t3403-les-victimes-de-jesus
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La souffrance    Lun 12 Sep 2011, 20:46

Vincent01 a écrit:


Tout d'abord voilà ce qu'il me semble avoir compris dans le livre de Job :
- Dieu ne fait pas le mal

Job 2, 6 "Soit! dit Yahvé au Satan, dispose de lui, mais respecte pourtant sa vie."
Job 2, 7 Et le Satan sortit de l'audience de Yahvé. Il affligea Job d'un ulcère malin, depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête.


Le mal de souffrance vient-il de la main qui l'autorise ou de la main qui l'afflige ?


Vincent01 a écrit:
Dieu permet au Satan de le tourmenter, sans toucher à sa vie

Et ses enfants ?

Job 1, 18 Il parlait encore quand un autre survint et dit : "Tes fils et tes filles étaient en train de manger et de boire du vin dans la maison de leur frère aîné.
Job 1, 19 Et voilà qu'un vent violent a soufflé du désert. Il a heurté les quatre coins de la maison et celle-ci est tombée sur les jeunes gens, qui ont péri. Moi, le seul rescapé, je me suis sauvé pour te l'annoncer."





_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: La souffrance    Lun 12 Sep 2011, 20:49

Citation :
Dans le livre de Job, il est difficile de comprendre pourquoi Job un homme juste souffre

Il faut voir aussi, cher Vincent, que Job est une figure du Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La souffrance    Mar 21 Mai 2013, 13:58

" Ces cœurs en souffrance " .
Regarde Seigneur , cet homme abattu et courbé
derrière les barreaux de la prison ...
Regarde Seigneur , cette mère qui n'arrive plus
à gérer sa maison ...
Regarde Seigneur , cette grand maman qui pleure sa solitude
et son déracinement en maison de retraite ...
Regarde Seigneur , cet enfant dont les parents se déchirent ,
qui pleure secrètement en s'endormant ...
Vois tous ces cœurs en souffrance et souffle sur eux
ton Esprit de paix et de réconciliation ,
de sérénité et d'espérance !
Pascal Schneikert
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28498
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La souffrance    Mar 21 Mai 2013, 14:47

Souffrir, c'est porter sa croix.
Revenir en haut Aller en bas
inco22



Masculin Messages : 40
Inscription : 26/05/2013

MessageSujet: Re: La souffrance    Sam 01 Juin 2013, 19:33

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Vincent, la souffrance peut frapper un homme vertueux et orgueilleux afin de le rendre humble.

Mais le cas de Job est tout à fait différente : Il est vertueux mais aussi très bon et humble. Et pourtant il est frappé comme un injuste. Et c'est ce que ne veulent pas admettre ses amis qui disent : "Dieu est forcément juste. Donc, s'il frappe Job, c'est qu'il a péché secrètement".

Or ces amis ont tort.

Une prise de conscience comme cela fera considérablement évoluer la réflexion théologique du peuple Juif, comme d'ailleurs la mort surprenante de leur plus saint roi, Josias.

la matiere premiere de "l'amour" est la souffrance c'est la ou se forge un beau sabre de titan qui brillera pour toujours et a jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La souffrance    Sam 01 Juin 2013, 20:27

inco22 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Vincent, la souffrance peut frapper un homme vertueux et orgueilleux afin de le rendre humble.

Mais le cas de Job est tout à fait différente : Il est vertueux mais aussi très bon et humble. Et pourtant il est frappé comme un injuste. Et c'est ce que ne veulent pas admettre ses amis qui disent : "Dieu est forcément juste. Donc, s'il frappe Job, c'est qu'il a péché secrètement".

Or ces amis ont tort.

Une prise de conscience comme cela fera considérablement évoluer la réflexion théologique du peuple Juif, comme d'ailleurs la mort surprenante de leur plus saint roi, Josias.

la matiere premiere de "l'amour" est la souffrance c'est la ou se forge un beau sabre de titan qui brillera pour toujours et a jamais.
Bonsoir , il y a une phrase qui m'a vraiment touché dans votre réflexion : " La matière première de l'amour est la souffrance c'est la ou se forge un beau sabre de titan qui brillera pour toujours et à jamais " Bien merci à vous .
Revenir en haut Aller en bas
 
La souffrance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: