DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Ven 15 Juil 2011, 19:05

Gaillot l'Apostat est un grand précurseur.

L'Antéchrist aura tout un collège d'évêques cools, sympas, tolérants, compréhensifs, médiatiques et en communion avec l'esprit de leur temps comme Gaillot l'Apostat.
Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Sam 16 Juil 2011, 14:57

Dr house a écrit:
Salut,
En fait il n'y a rien à expliquer ce qui ne surprend personne c'est que dans les écoles du troisième reich les enfants priaient Jesus un juif chercher l'erreur;
PIE 314 22/7 avait passé un accord avec Adolf Hitler qui lui aussi n'aimait pas les noirs.

L'accord passait avec Hitler porté sur la liberté de culte des chrétiens. Il ne visait aboslument pas une approbation de l'idéologie nazie par l'Eglise. Comme l'a signalé plus haut Arnaud, Giovanni Pacelli futur Pie XII condamna cette idéologie dans Mit brennender Sorge le 10 mars 1937.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80832
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Sam 16 Juil 2011, 15:16

Paco a écrit:
Dr house a écrit:
Salut,
En fait il n'y a rien à expliquer ce qui ne surprend personne c'est que dans les écoles du troisième reich les enfants priaient Jesus un juif chercher l'erreur;
PIE 314 22/7 avait passé un accord avec Adolf Hitler qui lui aussi n'aimait pas les noirs.

L'accord passait avec Hitler porté sur la liberté de culte des chrétiens. Il ne visait aboslument pas une approbation de l'idéologie nazie par l'Eglise. Comme l'a signalé plus haut Arnaud, Giovanni Pacelli futur Pie XII condamna cette idéologie dans Mit brennender Sorge le 10 mars 1937.

Dont voici un extrait :
Citation :

Quiconque prend la race, ou le peuple, ou l'État, ou la forme de l'État, ou les dépositaires du pouvoir, ou toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine - toutes choses qui tiennent dans l'ordre terrestre une place nécessaire et honorable,- quiconque prend ces notions pour les retirer de cette échelle de valeurs, même religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là renverse et fausse l'ordre des choses créé et ordonné par Dieu : celui-là est loin de la vraie foi en Dieu et d'une conception de la vie répondant à cette foi.
Prenez garde, Vénérables Frères, à l'abus croissant, dans la parole comme dans les écrits, qui consiste à employer le nom de Dieu trois fois saint comme une étiquette vide de sens que l'on place sur n'importe quelle création, plus ou moins arbitraire, de la spéculation et du désir humain. Agissez sur vos fidèles, afin qu'ils soient attentifs à opposer à une telle aberration le refus qu'elle mérite. Notre Dieu est le Dieu personnel, surnaturel, tout-puissant, infiniment parfait, unique dans la Trinité des Personnes, et tripersonnel dans l'unité de l'Essence divine, le Créateur de tout ce qui existe, le Seigneur et Roi et l'ultime consommateur de l'histoire du monde, qui n'admet ni ne peut admettre à côté de lui aucun autre dieu.
Ce Dieu a, en Souverain Maître, donné ses commandements.
Ils valent indépendamment du temps et de l'espace, du pays et de la race. De même que le soleil de Dieu luit sur tout visage humain, de même sa loi ne connaît ni privilège ni exception. Gouvernants et gouvernés, couronnes et non couronnés, grands et humbles, riches et pauvres sont également soumis à sa parole. De la totalité de ses droits de Créateur découle naturellement la totalité de Son droit à être obéi par les individus et par les communautés de toute espèce. Cette obéissance exigée embrasse toutes les branches de l'activité dans lesquelles des questions morales réclament la mise en accord avec la loi de Dieu, et par conséquent l'intégration de la changeante loi humaine dans l'ensemble de l'immuable loi divine.
Seuls des esprits superficiels peuvent tomber dans l'erreur qui consiste à parler d'un Dieu national, d'une religion nationale ;
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Sam 16 Juil 2011, 15:54

Il serait temps de se rendre compte que l'esclavage , sous des formes directes ou détournées , a , de temps immémoriaux , été considéré comme la chose la plus naturelle du monde , dans toutes les " civilisations " . Un peuple vaincu était en principe voué à l'esclavage , à quelques exceptions près .
Rarissimes sont les idéologies qui , comme le christianisme , l'ont d'emblée condamné fermement au moins du point de vue théorique .
Hélas pas toujours au plan pratique .

La généralisation du moteur mécanique a contribué à extirper du cerveau humain l'habitude de considérer les capacités énergétiques de l'homme comme gratuitement exploitables .

Néanmoins , Staline en fait encore un usage immodéré , comme l'avait noté le père assomptionniste Judicaël Nicolas dans son livre : " Onze ans au paradis " .

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80832
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Sam 16 Juil 2011, 16:00

boudo a écrit:

Rarissimes sont les idéologies qui , comme le christianisme , l'ont d'emblée condamné fermement au moins du point de vue théorique .
Hélas pas toujours au plan pratique .


Et c'est justement pour cela que nous, chrétiens, devons nous frapper la poitrine puisqu'il a fallu des ennemis de Dieu pour appliquer au monde l'interdiction de ce crime contre l'humanité qu'est l'esclavage. Et pourtant, nous avions l'Evangile !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
caesor



Masculin Messages : 977
Inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Dim 17 Juil 2011, 10:02

Mister be a écrit:
Eugènes iv et Paul III sont les premiers à prendre consciences et je pense que c'est en 1888
avec Léon XIII que l'Eglise a interdit l'esclavage???
sans blague ???
l'esclavage des noirs peut être mais pas les autres ....
L'Abbe gregoire a du se retourner dans sa tombe, le savant Arago aussi, lui qui fut esclave en afrique du nord, avant d'être liberé par l'église qui l'a racheté....

L'Eglise a fait disparaitre l'esclavage issue de l'empire romain, l'esclavage du blanc par le blanc, l'esclavage du maure par le blanc et elle a lutté contre l'esclavage des blancs par les maures. Un ordre religieux se chargeait meme du rachat.
On voit reapparaitre l'esclavage dans les pays chretiens qu'à la renaissance, lorsque l'unité religieuse se fissure et que l'église s'affaiblit. Ces points sont comme par hasard "oubliés".

autre point, qui concerne notre epoque : l'apparition d'une nouvelle forme d'esclavage dans les pays occidentaux (j'ose pas dire chretiens), celui lié au surendettement. Il est plus subtil que l'ancien dans ses methodes, mais il conduit à un resultat du meme type. On travaille toute la vie pour rembourser une dette impossible à rembourser.. affraid
plus besoin de chaines et de fouets. L'église doit denoncer ce scandale, mais elle se tait, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Lun 18 Juil 2011, 09:08

caesor a écrit:
autre point, qui concerne notre epoque : l'apparition d'une nouvelle forme d'esclavage dans les pays occidentaux (j'ose pas dire chretiens), celui lié au surendettement. Il est plus subtil que l'ancien dans ses methodes, mais il conduit à un resultat du meme type. On travaille toute la vie pour rembourser une dette impossible à rembourser.. affraid
plus besoin de chaines et de fouets. L'église doit denoncer ce scandale, mais elle se tait, pour l'instant.
Oui, mais esclaves de qui ?

en fait tu rembourses toute ta vie le train de vie de tes parents et de toi-même quand tu étais plus jeune de 10 20 ou 30 ans ! Donc tu es ton propre esclave et celui de tes parents.

ça vous plaît moins ça, hein, qu'il n'y ait pas un esclavagiste "extérieur" ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Mar 19 Juil 2011, 05:56

Dans l'Egypte et l'Israël anciens , les dettes étaient annulées tous les cinquante ans .
La doctrine ne jugeait cependant pas le prêteur .

Maintenant que tout va plus vite , ne faudrait-il pas raccourcir ce délai de cinquante ans
( et peut-être réglementer le taux ) ?
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Mar 19 Juil 2011, 07:35

Citation :
en fait tu rembourses toute ta vie le train de vie de tes parents et de toi-même quand tu étais plus jeune de 10 20 ou 30 ans ! Donc tu es ton propre esclave et celui de tes parents.

ça vous plaît moins ça, hein, qu'il n'y ait pas un esclavagiste "extérieur" ?

esclave de la société de consommation et là, nous, consommateur avons notre responsabilité.

mais même en vivant simplement, il nous faut de l'argent et travailler pour.... et là, le monde du travail est en train de changer dans un sens plus que déplorable. quel est le salaire offert au débutant? pourtant, il lui faudra lui aussi se loger, se nourrir, et là, même s'il reste sage dans ses dépenses, il est déjà esclave de son travail, je crois qu'on peut parler d'esclavage dès lors que le respect n'est plus là. les grosses entreprises ne veulent plus payer les gens aux barèmes légaux en vigueur, ils éliminent autant de travailleurs qu'ils le peuvent, ils ont recours à de la sous traitance, main d'oeuvre étrangère à bon marché. pourtant, nos lois européennes sont claires : quand un travailleur étranger vient travailler sur notre sol, c'est la législation sociale qui lui sera la plus favorable qui devra s'appliquer... mais bon, ces gens là, on les loge dans des containers, et même si la loi prévoit que.... même à bas prix c'est toujours plus que chez eux. ils sont donc exploités et donc esclaves.... et nous devenons aussi esclave car face à cela, nous n'aurons d'autre choix que de travailler toujours plus pour moins d'argent. quant au cout de la vie, il ne diminue pas.

Donc, oui, aujourd'hui l'esclavage existe, mais il prend une forme bien plus subtile.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80832
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Mar 19 Juil 2011, 08:36

boudo a écrit:
Dans l'Egypte et l'Israël anciens , les dettes étaient annulées tous les cinquante ans .
La doctrine ne jugeait cependant pas le prêteur .

Maintenant que tout va plus vite , ne faudrait-il pas raccourcir ce délai de cinquante ans
( et peut-être réglementer le taux ) ?

Dans la Loi de Moïse, les esclaves pour dette devaient être libérés au bout de 7 ans.

Voici le texte :
Citation :

Deutéronome 31, 10 Moïse leur donna cet ordre : "Tous les sept ans, temps fixé pour l'année de Remise, lors de la fête des Tentes,

Citation :

Lévitique 25, 50 En accord avec celui qui l'a acquis, il fera le compte des années comprises entre l'année de la vente et l'année jubilaire ; le montant du prix de vente sera évalué en fonction des années, en comptant ses journées comme celles d'un salarié.
Lévitique 25, 51 S'il reste encore beaucoup d'années à courir, c'est en fonction de leur nombre qu'il remboursera comme valeur de son rachat une partie de son prix de vente.
Lévitique 25, 52 S'il ne reste que peu d'années à courir jusqu'au jubilé, c'est en fonction de leur nombre qu'il calculera ce qu'il remboursera pour son rachat,
Lévitique 25, 53 comme s'il était salarié à l'année. On ne le traitera pas arbitrairement sous tes yeux.
Lévitique 25, 54 S'il n'a été racheté d'aucune de ces manières, c'est en l'année jubilaire qu'il s'en ira, lui et ses enfants avec lui.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage   Mar 19 Juil 2011, 09:42

boudo a écrit:
Dans l'Egypte et l'Israël anciens , les dettes étaient annulées tous les cinquante ans .
La doctrine ne jugeait cependant pas le prêteur .

Maintenant que tout va plus vite , ne faudrait-il pas raccourcir ce délai de cinquante ans
( et peut-être réglementer le taux ) ?
on peut toujours plus réglementer, ou moins réglementer. d'ailleurs c'est réglementé.

mais il faut bien être conscient des conséquences des règles que l'on impose, par exemple s'il l'on prend votre sens, que se passe-t-il en gros ?

1) les créanciers ne sont pas des "idiots" : si vous mettez des barrières temporelles où la dette "disparaît" à cette date, et bien le risque est plus grand donc le taux bien plus élevé.
2) si vous réglementer et plafonner les taux, et bien ils prêtent pas... (ben oui, ils sont pas idiots). et donc pas d'effet de levier pour les projet d'activité, l'immobilier etc... faudra faire avec les 3 francs 6 sous qu'on a dans le poche.
3) lorsque la "dette" s'évapore, elle ne s'évapore pas... la dette, c'est essentiellement de l'argent que l'on a créé, donc en gros tu crées à chaque fois de l'inflation et tout le monde paie. c'est une prime sans le dire à la dé-responsabilisation et à l'égoïsme individuel (par rapport à la communauté), et connaissant la nature de l'homme...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Eglise et sa condamnation tardive de l'esclavage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise
» Condamnation formelle de l'Eglise
» Action Française condamnée par l'Eglise
» "Aucune Eglise ne peut s'identifier au Christ"
» le role du diacre dans l'eglise catholique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: