DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Démarche de guérison intérieure?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Clotilde
Invité



MessageSujet: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 13:49

Bon, Jean-Yves m'a dit: ouvre un fil sur la guérison

Voilà, Jean-Yves.... Mr. Green


Dernière édition par le Mer 17 Mai 2006 - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 13:53

Et ben voilà, t'es guérie !!!

Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 14:03

Laughing Laughing Laughing

Bon, la guérison...

Depuis 2 ans je fais des retraites avec cet objectif, retraite de 5 jours, appellées" Christothérapie". C'est une démarche en 3 étapes, je fais la troisième et dernière fin juillet debut août, cet été.

Christothérapie? Quesa co?

La Christothérapie est une démarche de guérison intérieure par le regard de Jésus: Lumière, Vérité et Vie! Elle vise à libérer les personnes des blessures inscrites dans leur être depuis le moment de la conception.

Étape 1: 0 à 9 ans
Étape 2: 9 à aujourd'hui
Étape 3: elle veut aider les personnes à retrouver une plus grande acceptation d'elles-mêmes, à découvrir les racines de la souffrance en elles et à apprendre à les assumer dans le quotidien. Et enfin la joie et l'espérance de vivre pleinement leur liberté d'enfant de Dieu dans le monde d'aujourd'hui.


Le plus difficile dans cette démarche: se reconnaître et s'accepter blessé.

salut ;)
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 14:08

Alors, c'est bien ce que je pensais !

Ma dernière question sur l'autre fil était :

Quand tu étais enfant, comment était ta relation avec ton père?

Je crois que c'est important !


(Mais je vais bientôt aller me coucher I don't want that )
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 14:20

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Alors, c'est bien ce que je pensais !

oui, je suis blessée, mais Jean-Yves, qui ne l'est pas ici?
On est tous des blessés ambulants....si je peux dire.. ;)

Citation :
Quand tu étais enfant, comment était ta relation avec ton père?

Je crois que c'est important !

oui, bien sûr, par rapport à la perception que j'ai de Dieu.
Je ne voudrais pas trop m'étaler (sur le divan psychanalytique Jean-Yvien... Mr. Green ) mais c'est clair que les rares "punitions" (je crois que je peux les compter sur les doigts d'une main, amputée de 4 doigts.. Laughing ) reçues de mon papa, je les ai perçu comme injustes et disproportionnées. Est-ce pour cela que je n'accepte pas que Dieu, mon Père du Ciel, puisse punir..? J'en doute...


Citation :
(Mais je vais bientôt aller me coucher I don't want that )

oui, merci et bonne nuit Jean-Yves! Smile

@+
Clotilde
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 20:12

Clotilde a écrit:
oui, je suis blessée, mais Jean-Yves, qui ne l'est pas ici?
On est tous des blessés ambulants....si je peux dire.. ;)

Oui, mais il y a blessure et blessure.
Il y a des blessés ambulants et des blessés qui marchent.
Il y a des plaies béantes et des plaies cicatrisées.
Est-ce que c’est toi qui portes ta croix ou ta croix qui te porte te demande le curé d’Ars ?
La clé, c’est la conversion du cœur ! Et surtout pas la "santé" du cœur.

Clotilde a écrit:
c'est clair que les rares "punitions" (je crois que je peux les compter sur les doigts d'une main, amputée de 4 doigts.. Laughing ) reçues de mon papa, je les ai perçu comme injustes et disproportionnées. Est-ce pour cela que je n'accepte pas que Dieu, mon Père du Ciel, puisse punir..? J'en doute...

Ne doute surtout pas de ça. L’image de ton papa a forgée celle et de ton Père du ciel.
Ce n’est pas de la psychanalyse. Foi et psychologie, si tu veux.
"Christothérapie" ??? Que ce terme me parait bizarre. Je sais bien que la communauté du Cénacle (à Medjugorje notamment) déclare guérir 8 toxicomanes sur 10 avec cette "Christothérapie". Le terme me déplait fortement car Christ n’est pas un "thérapeute", quelqu’un qui traite. Christ sauve. Et il sauve par sa personne même, pas par un "traitement".
"Agapèthérapie" à la limite. Mais si l’on doit inventer des mots à chaque fois que l’on redécouvre des choses essentielles…
Le SALUT, tout de même, ce n’est pas nouveau. Il ne faut pas en déformer notre vision en s’imaginant avoir tout découvert et, du coup, abandonner tout un héritage précieux !


Clotilde a écrit:
Le plus difficile dans cette démarche: se reconnaître et s'accepter blessé.

Oui certainement ! Cela tu le formules bien mais ceci est plus douteux :

Citation :
La Christothérapie veut aider les personnes à retrouver une plus grande acceptation D'ELLES-MEMES, à découvrir les racines de la souffrance en ELLES et à apprendre à les assumer dans le quotidien. Et enfin la joie et l'espérance de vivre pleinement LEUR liberté d'enfant de Dieu dans le monde d'aujourd'hui.

Le schéma n’est pas bon, il n’est pas Christocentrique mais égocentrique :

1. JE comprends MA souffrance…
2. JE assume MA souffrance…
3. JE vis Ma liberté d’enfant de Dieu dans le monde…

Tout faux, 100% tout faux.

La bonne conclusion doit être de vivre LA liberté des enfants de Dieu dans le monde qui souffre. Il faut remettre la souffrance à sa place. Ensuite MOI à ma place dans le monde. Et finalement CHRIST à sa place qui opère le salut du monde.

Alors, se reconnaître et s'accepter blessé, oui, mais je ne comprends rien à MA souffrance si elle n’est pas placée au cœur de celle du monde.

Je peux partager mon témoignage de jeune toxico venu rencontrer Marthe ROBIN pour faire plaisir à sa maman désespérée. J‘ai dit à Marthe à peu près ceci : "Bonjour Madame. C’est ma mère qui m’envoie mais je n’ai besoin de rien. Je suis très heureux avec la drogue !"
Première réponse de Marthe : le silence. Comment décrire ce silence. On dit que le silence après Mozart, c’est encore du Mozart. Le silence avant Marthe, c’est déjà Marthe !
Tu es saisi ! Ce silence, il te transperce et tu te dis : "Quoi ! Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que j’ai dit ?"
Et une fois que tu es transpercé, ouvert… la parole te pénètre au plus profond de ton cœur. Une parole toute simple, mais pas toute bête, non ! : "Le seul bonheur est d’aimer ses frères et ses sœurs !!!"

N’importe qui aurait pu me dire ça… j’aurais rigolé à me rouler par terre ! Tu parles !
Mais quand Marthe parle, les mots sont comme incarnés ! Les mots viennent t’habiter, te construire…
J’étais converti. Les verrous avaient sauté. Il y aura encore tout un chemin à faire mais un soir de décembre, je sortais dehors ruisselant de sueur et je regardais le ciel en pleurant les plus belles larmes de ma vie…

sunny


Dernière édition par le Jeu 20 Avr 2006 - 8:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 20:23

Une dernière chose, en occitan, on écrit "ques acquo !"

VIVE L'OCCITANIE
VIVE LE QUEBEC LIBRE ! cheers

(Tu vois, je ne suis pas guéri de tout)
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 21:51

Code:
les rares "punitions" (je crois que je peux les compter sur les doigts d'une main, amputée de 4 doigts..  ) reçues de mon papa, je les ai perçu comme injustes et disproportionnées. Est-ce pour cela que je n'accepte pas que Dieu, mon Père du Ciel, puisse punir..? J'en doute...

Le "Père Eternel" est bien la "projection" que nous faisons de l'image du "père", non ?
Cette idée est devenue le b-a - ba de la "psycho".

Ce qui ne dit rien, d'ailleurs, sur la question de savoir s'il existe ou pas ce "Père éternel".
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Mer 19 Avr 2006 - 22:16

Effectivement, le terme "christothérapie" est affreux, très réducteur, et de toute façon inapproprié ; vous l'avez bien démontré, cher Jean-Yves.

La "conversion du coeur" paraît plus exact, au regard de la Passion et de la Croix du Christ... Votre témoignage, Jean-Yves, montre bien que c'est votre être profond qui est touché, votre être spirituel : il y a eu un échange "d'âme à âme", par l'Esprit Saint ; donc, au plus haut degré. Merci pour cette superbe relation! (sans jeu de mots). sunny

Cher Lagaillette - et chère Clotilde! -, la manière dont nous avons perçu nos parents et la manière dont nous avons vécu cette perception (père ou mère sévère, ou au contraire aimant, ou faible..), ont un impact certain sur notre façon d'imaginer Dieu et Son Amour. Vous voulez un exemple personnel? Ma mère, quoique aimante, a longtemps été absente de son foyer, pour cause de maladie (dépression) ; cela a eu une incidence sur ma compréhension de la Vierge Marie : comment arriver à prier celle-ci alors que j'avais du mal à trouver la place de ma mère dans ma vie ici-bas? Je n'ai jamais pu parler avec ma mère comme je l'aurais désiré. Rassurez-vous, rien n'est jamais perdu : j'arrive à "dialoguer", aujourd'hui, avec la Mère de l'Humanité!
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 2:41

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Tout faut, 100% tout faut.

ok, alors restons-en là salut
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 3:01

Si tu veux,

mais ce n'est pas toi qui as tout faux, c'est la formule que tu cites.


Dernière édition par le Jeu 20 Avr 2006 - 8:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 3:11

Bon allez,

ça c'est tout bon à 100%





Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 4:03

Jean-Yves TARRADE a écrit:
mais ce n'est pas toi qui as tout faut, c'est la formule que tu cites.

Jean-Yves, tu me dis:

Citation :
"Christothérapie" ??? Que ce terme me parait bizarre.
Le terme me déplait fortement car Christ n’est pas un "thérapeute", quelqu’un qui traite. Christ sauve. Et il sauve par sa personne même, pas par un "traitement".
"Agapèthérapie" à la limite. Mais si l’on doit inventer des mots à chaque fois que l’on redécouvre des choses essentielles…
Le SALUT, tout de même, ce n’est pas nouveau.
Il ne faut pas en déformer notre vision en s’imaginant avoir tout découvert et, du coup, abandonner tout un héritage précieux !

Le schéma n’est pas bon, il n’est pas Christocentrique mais égocentrique :


appuyé de Fanny qui ajoute:

Citation :
Effectivement, le terme "christothérapie" est affreux, très réducteur, et de toute façon inapproprié

alors que je venais de dire:

Citation :
Depuis 2 ans je fais des retraites avec cet objectif, retraite de 5 jours, appellées" Christothérapie". C'est une démarche en 3 étapes, je fais la troisième et dernière fin juillet debut août, cet été.

What a Face What a Face What a Face

Sinon, elle est trés joli cette image, elle rappelle celle que j'ai en avatar ainsi qu'une démarche que j'ai eu l'occasion de faire au cours d'une des retraites....merci ;)
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 4:48

Code:
rien n'est jamais perdu

comme tu dis si bien Fanny.

Code:
j'arrive à "dialoguer", aujourd'hui, avec la Mère de l'Humanité!

C'est vrai que l'expérience de notre condition humaine, de la paternité et maternité humaine, est le chemin pour parvenir à la connaissance de Celui qui est à l'origine de ce que nous sommes.

"Celui" ? ou "Celle" ? Car, pourquoi mettons-nous" Dieu" au masculin ?

Il parait qu'il y a eu, à l'origine de l'humanité, une religion de la "déesse-Mère". Puis sont venues des religions du Dieu Père. Et puis, celle du Dieu-fils.

Et celle de "l'Esprit" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 4:49

Chers amis,

La Christothérapie est une démarche de guérison par la prière au Christ.

Habituellement nous voyons cela dans le milieu charismatique.

Il faut comprendre que les mauvaises expériences du passées, même dans le sein de la mère, sont sources de malaises dans notre vie. Parfois on se demande pourquoi je réagis comme cela devant telle personne ou telle situation. C'est que la personne ou la situation présente réveille un ancien souvenir ou sensations de déjà vu qui nous avait blessé.

Dans ces rencontres souvent il y a des pardons à faire. Et ces pardons sont fait à l'aide du Christ.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80870
Inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 4:54

Parfois, Dieu ne veut pas nous guérir pour le moment:

Citation :
2 Corinthiens 12, 8 A ce sujet, par trois fois, j'ai prié le Seigneur pour qu'il s'éloigne de moi.
2 Corinthiens 12, 9 Mais il m'a déclaré: "Ma grâce te suffit: car la puissance se déploie dans la faiblesse." C'est donc de grand coeur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ.

Le but: nous mettre une garde à l'orgueil, vue l'intensité des Révélations que nous avons reçues.

Mais, à l'heure de notre mort, il nous guérit d'un coup totalement.

Le but de cette étape est le choix éternel.

Alors les handicaps provisoires deviennent INUTILES.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 5:00

En ce qui me concerne, j'ai essayé toutes sortes de machinthérapies (osthéopathie, acupuncture, homéopathie et je ne sais quoi), la seule chose qui m'ait permis d'aller mieux, ce sont mes récentes perfusions (médecine classique).
Quant à la christothérapie, vous ne croyez pas que le mot prière signifie la même chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 5:16

Le mot thérapie convient car ces démarches se font en plusieurs rencontres.

Dieu guérit toujours les blessures intérieures surtout celles relier à des pardons à faire. Car souvent elles nous empêchent de cheminer sainement dans la foi et dans la relation fraternelle avec nos frères.

Ce genre de démarche allège le coeur.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 5:21

Ben, c'est bien ce que je dis, c'est ce qu'on appelle la prière.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 5:24

C'est sur que c'est par la prière avec des accompagnateurs.

Clotilde pourra nous expliquer ce qu'elle en pense.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80870
Inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 5:36

Sylvie a écrit:
Le mot thérapie convient car ces démarches se font en plusieurs rencontres.

Dieu guérit toujours les blessures intérieures surtout celles relier à des pardons à faire. Car souvent elles nous empêchent de cheminer sainement dans la foi et dans la relation fraternelle avec nos frères.

Ce genre de démarche allège le coeur.

Sylvie

Citation :
Toujours?

Je ne crois pas, du moins ici-bas.

Mais toujours, au sens de un jour il le fera pour tous, oui, je vous suis.

Et pour dire cela je parle non de mon expérience de guéri mais de celle de tous ceux que la douleur et le silence de Dieu ont mené au suicide.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:00

Cher Arnaud,

J'ai été trop brève.

Je voulais dire que Jésus guérit toujours les blessures intérieures lorsque nous les lui offrons dans la prière. Surtout si la personne réussi à faire les pardons.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:08

Mais de quelles blessures parlez-vous au juste ? Uniquement les blessures morales ? Ou également les maladies physiques. Pour ces denrières, malheureusement, on en peut tout guérir par les psychisme. Il existe pas mal de maladies qui ont des origines soit génétiques, soit datant du satde intrautérin soit acquise par des déficits alimentaires, ou dans le cadre du travail (voir silicose), ou de mille autres manières, et celles-là, le psychisme ne les guérit pas. A notre époque, on voudrai ttout guérir par le psychisme, et du coup on oublie parfois de soigner les gens, d'autant plus qu'on sait maintenant qu'il y a une cause jusqu'ici inconnue de nombre de maladies : l'alimentation. "Que ton aliment soit ton premier médicament." (Hipocrate)
Revenir en haut Aller en bas
Louis



Masculin Messages : 6128
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:10

Clotilde a écrit:
Jean-Yves TARRADE a écrit:
Tout faut, 100% tout faut.
ok, alors restons-en là salut
Chère Clotilde

Jean-Yves n'a pas dit "tout faux" mais "tout faut", alors tout va bien. ;)
Il fallait donc le faire! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80870
Inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:20

Citation :
Je voulais dire que Jésus guérit toujours les blessures intérieures lorsque nous les lui offrons dans la prière. Surtout si la personne réussi à faire les pardons.

Chère Sylvie, même cela, je vous suis mais...

Mais très souvent malgré tout l'amour et le pardon, cette guérison n'arrive pas tout de suite, mais lorsque lorsque le "foyer du péché" est enlevé. (heure de la mort pour moi)

La raison en est simple: le psychisme est parfois marqué très profondement. Le pardon pacifie mais la cicatrice reste.

Et Dieu ne guérit pas tout tout de suite (toujours pour l'apprentissage de la pauvreté).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:26

Louis a écrit:
Clotilde a écrit:
Jean-Yves TARRADE a écrit:
Tout faut, 100% tout faut.
ok, alors restons-en là salut
Chère Clotilde

Jean-Yves n'a pas dit "tout faux" mais "tout faut", alors tout va bien. ;)
Il fallait donc le faire! Very Happy

Bien vu !!!
1 partout !
Revenir en haut Aller en bas
lucie



Messages : 615
Inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:29

Superbe.
Je garde soigneusemant dans mes archives.


Jean-Yves TARRADE a écrit:
[/size][/color]





Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 8:32

Citation :
Mais de quelles blessures parlez-vous au juste ? Uniquement les blessures morales ?

Je pense qu'en Christothérapie ce sont des blessures d'ordre morales. Je préfère que Clotilde en parle elle-même.

Je faisais partie d'une équipe d'accompagnateurs dans la prière. Le genre de blessure ce peut-être par exemple un enfant qui a été accusé injustement de la mort de son frère. Ou encore un enfant qui a qui on lui a dit, ta petite soeur aurait fait mieux que toi. Ce sont ce genre d'événements blessants que c'est bon d'offrir à Jésus.

C'est quasiment un traitement de psychologie fait dans la prière.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 07/07/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 9:21

Moi je commence à me brancher sur Simone Pacot. Est ce que quelqu'un connait?
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 9:57

Chère Clotilde,

Je t'ai conseillé d'ouvrir ce fil sur la guérison après t'avoir lue sur de nombreux fils sur la souffrance. Il m'a semblé qu'était là pour toi le vrai problème. Et c'est ce que tu as confirmé en nous dévoilant ton cheminement actuel.

Mon intention n'était vraiment pas de te blesser.
Si cela est arrivé, j'en suis profondément désolé et je te demande pardon.

Je comprends que mes propos aient pu te paraître excessifs mais je n'ai en rien voulu attaquer ta démarche personnelle qui est certainement en bonne voie.

J'ai entendu parler pour la première fois de "Christothérapie" très récemment au sujet de la communauté du Cénacle de Medjugorje. Je connais et j'admire depuis des années cette communauté et sa fondatrice soeur Elvira. Cette étiquette récente de "Christothérapie" ne me semble vraiment pas judicieuse mais l'essentiel est que des dizaines de toxicomanes y trouve la guérison depuis des années.

Sur ceci :

Citation :
La Christothérapie veut aider les personnes à retrouver une plus grande acceptation D'ELLES-MEMES, à découvrir les racines de la souffrance en ELLES et à apprendre à les assumer dans le quotidien. Et enfin la joie et l'espérance de vivre pleinement LEUR liberté d'enfant de Dieu dans le monde d'aujourd'hui.

Quand tu auras achevé ce cheminement actuel, je pense que tu pourras de toi-même reformuler cette approche et remettre le Christ au centre. Cela me semble bien le minimum quand on appelle une méthode "Christothérapie".
Pardonne-moi encore mais je ne le vois pas clairement exprimer ici. Retiens au moins de ce que je t'ai dis que tu auras quelque chose à compléter par toi même.
Certainement que cela s'éclairera en chemin pour toi. nous en reparlerons, si tu veux !

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 11:09

Merci Jean-Yves ;)
Revenir en haut Aller en bas
Dominique



Messages : 1126
Inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 11:29

philippe a écrit:
Moi je commence à me brancher sur Simone Pacot. Est ce que quelqu'un connait?

oui, je connais juste un peu mais ça a l'air super.
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 16:15

Bonjour Jean-Yves,

je suis toujours perplexe face à ta réaction et à ton message qui m'a effectivement blessée d'autant plus que cela venait d'un frère catholique... :|

J'y répond, y incluant ta dernière réponse, en essayant à mon tour d'être le moins blessante possible... :oops:



Citation :
Clotilde a écrit:
oui, je suis blessée, mais Jean-Yves, qui ne l'est pas ici?
On est tous des blessés ambulants....si je peux dire..


Oui, mais il y a blessure et blessure.

ah bon? Pourrais-tu m'expliquer quelle différence tu fais entre blessure et.....blessure..?? :?:

Citation :
Est-ce que c’est toi qui portes ta croix ou ta croix qui te porte te demande le curé d’Ars ?

...c'est moi qui porte ma croix à l'invitation de Jésus et LA croix qui me porte... Exclamation

Citation :
La clé, c’est la conversion du cœur !


absolument, et c'est toute la vie que nous sommes invités à cette conversion, parce que c'est aussi toute la vie que nous péchons, il nous faut donc à chaque fois nous retourner vers Dieu.

Citation :
Et surtout pas la "santé" du cœur.

c'est quoi "la santé du coeur"?

Citation :
Clotilde a écrit:
c'est clair que les rares "punitions" (je crois que je peux les compter sur les doigts d'une main, amputée de 4 doigts.. ) reçues de mon papa, je les ai perçu comme injustes et disproportionnées. Est-ce pour cela que je n'accepte pas que Dieu, mon Père du Ciel, puisse punir..? J'en doute...

Ne doute surtout pas de ça. L’image de ton papa a forgée celle et de ton Père du ciel.
Ce n’est pas de la psychanalyse.

ce n'est effectivement pas de la psychanalyse, mais je crois que c'est tout de même comme cela que tu essaies d'interpréter mes propos. Je ne me souviens que d'une seule punition reçue par mon père. Et pourquoi je m'en souviens? Parce qu'elle était injuste à mes yeux et parce qu'il l'a donné dans la colère. Toutes les autres, je ne m'en souviens pas parce qu'elles étaient justes et donné sans colère, simple conséquences de mes actes. Comment veux-tu que ce vécu-là m'empêche de croire possible que Dieu puisse punir? Au contraire, ce vécu-là me porte plutôt à croire que Dieu n'envoie pas délibérément un mal..! (mais j'ai bien compris que tel n'était pas la théologie catholique, et je suis bien disposée à évoluer sur ce sujet)

Cela dit, je suis d'accord, l'image de mon père qui s'est imprimée en moi au fil des ans s'interpose forcément avec celle que j'ai de mon Père du Ciel. Mais cela je l'ai reconnu dans ce même message.


Citation :
"Christothérapie" ??? Que ce terme me parait bizarre.

oui, c'est aussi ce que je me suis dis au début...;-)
Il y a plein de choses qui paraissent bizarre quand on ne les connait pas.


Citation :
Je sais bien que la communauté du Cénacle (à Medjugorje notamment) déclare guérir 8 toxicomanes sur 10 avec cette "Christothérapie".

je ne connais cette communauté. Pour ma part, j'ai suivi ces retraites avec la communauté de l'Alliance, qui est reconnu par l'évêque du lieu, ainsi que toutes les activités qu'elle propose. Il me semble que c'est une garantie suffisante, en tout cas pour moi. Car si on ne peut plus se fier au jugement de l'Église, à qui peut-on se fier?


Citation :
Le terme me déplait fortement car Christ n’est pas un "thérapeute",

pourtant au cours de son ministère sur terre, le Christ a soigné bien des malades blessés physiquement et moralement. Et ne le fait-il pas encore? En quoi cela est-il déplaisant de dire sous forme d'image, de comparaison, d'analogie...etc, que Christ est "thérapeute"..? Je ne vois pas... confused


Citation :
Christ sauve.

oui, et cela vient-il en contradiction avec le fait qu'il soigne et parfois même guérisse?

Jésus en hébreux, ne veut-il pas dire "Dieu sauve" ou "Dieu guérit"..?

Citation :
Et il sauve par sa personne même, pas par un "traitement".

et que crois-tu que les retraites proposent comme "traitement" si ce n'est la Personne même du Christ?


Citation :
"Agapèthérapie" à la limite.

Agapèthérapie, Christothérapie...c'est du pareil au même..!!


Citation :
Mais si l’on doit inventer des mots à chaque fois que l’on redécouvre des choses essentielles…

il y a simplement un côté pratique de pouvoir mettre un nom sur une démarche de retraite spécifique parmis toutes les retraites proposées par différentes communautés religieuses. Pourquoi chercher midi à 14h..? scratch


Citation :
Le SALUT, tout de même, ce n’est pas nouveau.

et où vois-tu que ces retraites disent le contraire?


Citation :
Il ne faut pas en déformer notre vision en s’imaginant avoir tout découvert et, du coup, abandonner tout un héritage précieux !

oui, c'est pour cela qu'il est difficile de parler (et de juger) quelque chose que l'on ne connait pas et que l'on n'a pas expérimenté soi-même..car bien souvent cela donne une perception déformée de ce qu'on s'imagine connaître sur la base de quelques lignes et d'un mot "bizarre".

Qu'en sais-tu qu'il y a abandon de tout un héritage précieux?

Excuse-moi, mais je ne comprends vraiment pas ta façon de réagir, et oui, je me sens agressée (les caractères en gras et grande taille..) et niée dans ma démarche. D'autant plus que j'ai exposé ici publiquement quelque chose de personnel . Un peu de délicatesse, n'aurait pas fait de mal...;-)


Citation :
Clotilde a écrit:
Le plus difficile dans cette démarche: se reconnaître et s'accepter blessé.

Oui certainement ! Cela tu le formules bien mais ceci est plus douteux :

Citation:
La Christothérapie veut aider les personnes à retrouver une plus grande acceptation D'ELLES-MEMES, à découvrir les racines de la souffrance en ELLES et à apprendre à les assumer dans le quotidien. Et enfin la joie et l'espérance de vivre pleinement LEUR liberté d'enfant de Dieu dans le monde d'aujourd'hui.

Le schéma n’est pas bon, il n’est pas Christocentrique mais égocentrique:

1. JE comprends MA souffrance…
2. JE assume MA souffrance…
3. JE vis Ma liberté d’enfant de Dieu dans le monde…

et comment veux-tu que je me reconnaisse et m'accepte blessée si à un moment où un autre je ne mets pas un peu le doigt sur MA blessure, MA souffrance...? confused

Citation :
Tout faux, 100% tout faux.

pas d'accord...tu ne peux pas juger quelque chose que tu ne connais pas, si ce n'est par ouïe dire... :no

Tu me dis que ma démarche est en bonne voie...allons Jean-Yves, un peu de logique: comment cette démarche pourrait-elle être en bonne voie lorsqu'elle est faite dans un cadre qui est "tout faux, 100% tout faux"..? Depuis quand de mauvais arbres donnent de bons fruits?


Citation :
La bonne conclusion doit être de vivre LA liberté des enfants de Dieu dans le monde qui souffre. Il faut remettre la souffrance à sa place. Ensuite MOI à ma place dans le monde. Et finalement CHRIST à sa place qui opère le salut du monde.

et bien sûr, tu es persuadé que c'est tout le contraire qui est fait dans ces retraites... :|


Citation :
Alors, se reconnaître et s'accepter blessé, oui, mais je ne comprends rien à MA souffrance si elle n’est pas placée au cœur de celle du monde.

....et dans le coeur de Jésus.

Citation :
Je peux partager mon témoignage de jeune toxico venu rencontrer Marthe ROBIN pour faire plaisir à sa maman désespérée. J‘ai dit à Marthe à peu près ceci : "Bonjour Madame. C’est ma mère qui m’envoie mais je n’ai besoin de rien. Je suis très heureux avec la drogue !"
Première réponse de Marthe : le silence. Comment décrire ce silence. On dit que le silence après Mozart, c’est encore du Mozart. Le silence avant Marthe, c’est déjà Marthe !
Tu es saisi ! Ce silence, il te transperce et tu te dis : "Quoi ! Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que j’ai dit ?"
Et une fois que tu es transpercé, ouvert… la parole te pénètre au plus profond de ton cœur. Une parole toute simple, mais pas toute bête, non ! : "Le seul bonheur est d’aimer ses frères et ses sœurs !!!"

N’importe qui aurait pu me dire ça… j’aurais rigolé à me rouler par terre ! Tu parles !
Mais quand Marthe parle, les mots sont comme incarnés ! Les mots viennent t’habiter, te construire…
J’étais converti. Les verrous avaient sauté. Il y aura encore tout un chemin à faire mais un soir de décembre, je sortais dehors ruisselant de sueur et je regardais le ciel en pleurant les plus belles larmes de ma vie…

Tu es béni d'avoir pu rencontrer Marthe Robin, je crois qu'elle fait partie des personnes que j'aurai bien voulu rencontrer aussi, avec le Padre Pio mais sans oser tout en même temps.
Merci pour ton témoignage. Inoubliable, à n'en pas douter.
Le mien est lisible sur mon site. J'ai juste rencontré Jésus dans son eucharistie.


Citation :
Je t'ai conseillé d'ouvrir ce fil sur la guérison après t'avoir lue sur de nombreux fils sur la souffrance. Il m'a semblé qu'était là pour toi le vrai problème. Et c'est ce que tu as confirmé en nous dévoilant ton cheminement actuel.

je ne sais pas trop à quels fils tu fais référence? Peut-être celui sur "crise de foi(e)" où j'ai publié des extraits d'un livre intitulé "Ma souffrance"..? Tu sais il a des textes et des phrases que j'écris ici qui ne sont pas toujours pour moi. Je pense à d'autres en les écrivant, en croyant qu'ils peuvent aider, apporter une lumière, réconforter...ou simplement faire sourire...;-)
Tu ne peux pas à partir de quelques messages faire une interprétation (psy) et en déduire que mon problème c'est la souffrance, comme si j'avais vécu des choses terribles. Non, je te rassure, je souhaite à tout les enfants de vivre l'enfance que j'ai vécu, je suis on ne peut plus fier de mes parents et je ne les échangerai pour rien au monde..!!

Ce que j'ai dit sur ma démarche ne confirme pas que "la souffrance, c'est mon problème", mais que j'accepte de me reconnaître blessée, comme tout un chacun peut l'être, par différents évènements de la vie qui vont de la conception jusqu'à....il n'y a pas plus tard que hier..;-) Cela confirme que ces égratignures de la vie, plutôt que de les traîner et de les laisser influencer mon comportement et mes choix - sans même que j'en ai conscience, tant que je ne me reconnais pas blessée - j'ai voulu les abandonner au Seigneur et le laisser réparer, soigner en moi ce qu'Il voulait et ce que de mes propres forces je ne pouvais pas faire. Accepter que même en mettant le doigt sur une blessure, en en prenant conscience, en l'analysant...etc, je ne pourrais pas la guérir de moi-même, tout comme je ne pourrai jamais réparer les filaments d'une ampoule grillée sans avoir à briser l'ampoule elle-même...à la différence du Seigneur qui peut atteindre ces filaments "au travers" de l'ampoule. (c'est une image...)



Citation :
Mon intention n'était vraiment pas de te blesser.

heureusement! Smile
Cela dit, je n'ai pas compris et ne comprends toujours pas ta réaction... scratch



Citation :
Si cela est arrivé, j'en suis profondément désolé et je te demande pardon.


c'est arrivé...et c'était pas la bonne journée.. ça m'a achevé cette fois..;-)


Citation :
Cette étiquette récente de "Christothérapie" ne me semble vraiment pas judicieuse

je ne vois pas trop pourquoi, malgré les explications que tu as donné dans ton précédent message.
Peut-être est-ce l'interprétation que tu en fais qui ne t'en donne pas une bonne perception?
Le mieux serait finalement que tu ailles voir par toi-même qu'est-ce que recouvre, dans les faits, cette "étiquette".



Citation :
Quand tu auras achevé ce cheminement actuel, je pense que tu pourras de toi-même reformuler cette approche et remettre le Christ au centre.

le Christ est déjà au centre dans cette démarche puisqu'elle est toute entière faite SOUS LE REGARD DE JÉSUS.
Toute la démarche se fait avec, en et par LUI...et Marie.

Je reprends les 3 points qui te semble "égocentrique" et non pas "christocentrique":

En quoi "s'accepter" tel que Dieu nous a créé, cela ne met pas le Christ au centre? N'est-ce pas justement grâce à Lui qu'on peut arriver à une telle acceptation? N'est-ce pas grâce à cet amour gratuit et inconditionnel qu'il déverse en nous à chaque jour qu'on peut arriver à une telle acceptation? N'est-ce pas parce qu'IL nous aime tel que nous sommes qu'il nous devient possible de nous accepter tel que nous sommes..?

N'avons-nous pas des blessures? Il me semble bien que tu étais d'accord sur ce point, non? Ces blessures, tant que nous ne les reconnaissont pas, tant que nous n'en prenons pas conscience, viennent parasiter notre quotidien, nos actes, nos pensées, nos paroles...et nous poussent à des choix de mort. Or, découvrir les racines de ces blessures, (leur origine) permet, une fois qu'on les a assumer, de ne plus ou de moins en être dépendant. Cette démarche n'est pas facile à faire, surtout pour les personnes qui ont vécu des traumatismes, des abus, des violences..etc (ce qui n'est pas le cas pour moi, et j'en rend grâce à Dieu). Mais avec le Christ, sous son regard, dans son amour...cela devient faisable.

Vivre la liberté des enfants de Dieu ou lieu de LEUR liberté....oui, j'appelle ça chipoter...mais soit. Quoiqu'il en soit savoir que chacun nous avons cette liberté (liberté qui est donc notre, non?) cela permet de la vivre dans le monde qui souffre.


Citation :
Cela me semble bien le minimum quand on appelle une méthode "Christothérapie".

et ça l'est...plutôt deux fois qu'une..!! Le mieux c'est de le vivre pour le comprendre.

Citation :
Pardonne-moi encore mais je ne le vois pas clairement exprimer ici.

...et à l'inverse, je ne vois pas non plus exprimé dans ce résumé minimaliste, un quelconque "égocentrisme" qui exclurait le Christ de la place centrale qu'il occupe dans toute démarche de guérison intérieure...??? :?:


Citation :
Retiens au moins de ce que je t'ai dis que tu auras quelque chose à compléter par toi même.

??? :?:


Citation :
Certainement que cela s'éclairera en chemin pour toi.

je me permets de formuler le même voeu pour toi concernant ces retraites et démarches de guérison intérieure.

@+
Clotilde
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 18:45

Chère Clotilde,

Vraiment, je ne sais plus quoi te dire ni surtout comment te le dire alors ce qui suit prend la relève ...

Encore PARDON !

*************************************************************


Dimanche 30 mars 2003 – Homélie du 4ème dimanche de Carême

fr. Pierre RAFFIN, o.p.
évêque de Metz


Par sa croix, il nous sauve en nous guérissant du péché




« Voici le bois de la croix qui a porté le salut du monde », chante à trois reprises le célébrant à l’office du vendredi saint en présentant la croix à la vénération des fidèles. L’évangile de ce dimanche ne dit rien d’autre : par sa croix, Jésus nous sauve et nous guérit.

Pour annoncer cette vérité fondamentale de la foi, Jésus fait allusion à l’épisode du serpent de bronze relaté dans le livre des Nombres (21, 1-9). Au cours de leur exode interminable, les Hébreux récriminent une fois de plus contre Dieu et contre Moïse, ils en ont assez : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Egypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain, ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » (Nb 21,5). Alors survient une épreuve aussitôt interprétée comme une punition de Dieu pour ce manque de confiance : des serpents à la morsure brûlante sèment la mort dans le camp. Prenant conscience de leur péché, les Hébreux vont supplier Moïse d’intercéder pour eux.

C’est alors que sur l’ordre de Dieu, Moïse fabriqua un serpent de bronze et le fixa au sommet d’un mât. Chaque fois qu’un serpent mordait un homme, celui-ci regardait vers le serpent de bronze et il avait la vie sauve.

Cette pratique, semble-t-il, existait avant Moïse. La coutume d’adorer un dieu guérisseur appartient au paganisme, mais en la reprenant à son compte, Moïse, sur l’ordre de Dieu, lui donne une signification nouvelle. Regardez vers le serpent, leur dit-il en substance, mais ce n’est pas le serpent qui vous guérit : à travers lui c’est Dieu qui continue de vous conduire et de vous sauver.

Dans cet épisode quelque peu énigmatique, il est frappant de constater que le signe qui sauve ressemble au signe qui tue. Le mal qui donne la mort placé sur le mât de Moïse, conserve la vie. On est sauvé à travers le signe même de la mort, tant et si bien que ce retournement souligne de façon éclatante la puissance de ce Dieu auquel les Hébreux allaient retirer leur confiance et qui est capable de changer le signe de la mort en signe de vie.

C’est bien de la sorte que le serpent de bronze est figure de la croix de Jésus, signe dressé au-dessus de la terre pour que le peuple tout entier la voie et que la foi de tous soit sollicitée : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, dit Jésus, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle ». De la même manière qu’il suffisait de lever les yeux avec foi vers le Dieu de l’Alliance pour être guéri de la morsure du serpent venimeux, il suffit de lever les yeux avec foi vers le Christ en croix pour être guéri de la morsure du péché.

Cette si bouleversante affirmation nous permet de comprendre que s’il y a un rapprochement possible entre le serpent de bronze élevé dans le désert et Jésus élevé sur la croix, nous sommes cependant en présence d’une radicale nouveauté.

Tout d’abord, ce n’est plus seulement le peuple élu qui est concerné par l’événement, mais tout homme, autrement dit le monde entier. A deux reprises, le texte évangélique affirme : « Tout homme qui croit en lui obtiendra la vie éternelle ». Au moment de la controverse janséniste, des crucifix aux bras resserrés, quasi parallèles au corps, affirmaient que le Christ n’était pas mort pour tous, mais seulement pour le petit nombre des élus et des prédestinés. L’Eglise a du alors réagir, pour réaffirmer l’universalité de la rédemption par la croix .

Ensuite, il ne s’agit plus d’une guérison physique, mais d’une guérison spirituelle, ce n’est plus des blessures mortelles des serpents qu’il s’agit de guérir, mais des blessures mortelles du péché, de ce péché que le Christ a pris sur lui et fait mourir avec lui en mourant sur la croix. Comme nous le chantons aux vêpres dominicales du carême avec la première lettre de Pierre : « Dans son corps, il a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions mourir à nos péchés et vivre dans la justice : c’est par ses blessures que nous sommes guéris » (1 P 2,24). Quand l’évangéliste Jean écrit au moment de la crucifixion de Jésus : « Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19,37), il cite le prophète Zacharie qui dit bien en quoi consiste le salut apporté par Jésus : « En ce jour-là, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit qui fera naître en eux bonté et supplication. Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Za 12,10). L’esprit de bonté et de supplication, c’est tout le contraire des récriminations des Hébreux dans le désert, c’est l’homme qui, sur Jésus en croix, lit la tendresse de Dieu, celle qu’évoquait tout à l’heure la deuxième lecture : « Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ » (Ep 2,4-5).

Avec Jésus, le signe de la croix devient et demeure pour nous le signe du salut : « O Crux, ave, spes unica ! » chanterons-nous bientôt avec la grande hymne de Venance Fortunat. Or il n’était pas évident que le signe du salut fût la croix du calvaire, instrument de supplice infâme réservé à la racaille. Il y avait un scandale de la croix tel qu’en dépit des affirmations audacieuses de saint Paul les premiers chrétiens n’osaient pas la représenter. Il faudra attendre le début du Ve siècle pour que l’on ose représenter le Christ sur la croix.

Aujourd’hui, où nous n’avons plus peur de représenter la croix, d’en faire même un ornement ou un bijou, n’en avons-nous pas évacué le mystère ? Qui parmi nous se retrouve vraiment dans les paroles de Jésus qu’on ne saurait pourtant gommer de l’Evangile : « Celui qui veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive » (Lc 9,23) ? Dans une culture où tout porte à l’épanouissement et à la libération de soi, vivre cet idéal n’est pas évident.

C’est peut-être la raison pour laquelle un certain nombre de courants spirituels contemporains plus ou moins liés au Nouvel Age tendent à voir dans le Christ, non seulement le médecin que la tradition a toujours reconnu, mais le thérapeute qui guérit de toutes les blessures psychologiques. On ira jusqu’à parler de christothérapie. Les nombreuses guérisons qui jalonnent l’Evangile sont en fait le signe de la venue du Royaume de Dieu. Elles annoncent une guérison plus radicale : la victoire sur le péché et sur la mort par la mort du Christ sur la croix. Certes le Seigneur ressuscité invite ses apôtres à prêcher et à guérir les malades (Mc 6, 12-13), mais l’histoire de l’Eglise nous apprend que cette tâche a été prise au sérieux autant par les multiples œuvres que l’Eglise a créées pour le soin des malades (hôpitaux et instituts religieux) que par la prière d’intercession. « La grâce spéciale du sacrement de l’onction des malades a comme effets, déclare le Catéchisme de l’Eglise catholique, 1. L’union du malade à la passion du Christ, pour son bien et pour celui de toute l’Eglise ; 2. Le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse ; 3. Le pardon des péchés si le malade n’a pu l’obtenir par le sacrement de la pénitence ; 4. Le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel ; 5. La préparation au passage à la vie éternelle » (n° 1532).

Nous sommes loin de la christothérapie. C’est parce que en me pardonnant le Christ fait de moi un fils de Dieu que je peux engager un lent travail de réconciliation avec moi-même et avec les autres, et guérir des blessures qui marquent ma vie passée. Quel qu’épanouissement personnel que produise ce processus de guérison intérieure, il ne saurait, on le voit, évacuer la nécessité de « prendre sa croix chaque jour » pour suivre Jésus et y trouver l’expression du plus grand amour.
« Je sais en qui j’ai mis ma foi ». Par sa croix, Jésus nous sauve, en nous guérissant du péché.


fr. Pierre RAFFIN, o.p.
évêque de Metz


http://catholique-metz.cef.fr/index.php?doc=officiels/20030330_homelie_4d_careme_mgr_pierre_raffin


Dernière édition par le Jeu 20 Avr 2006 - 19:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Jeu 20 Avr 2006 - 18:59

Arnaud Dumouch a écrit:
Dieu ne guérit pas tout tout de suite (toujours pour l'apprentissage de la pauvreté).

Cher Arnaud,

Ce que tu dis est tout à fait confirmé par la bienheureuse A. C.Emmerich ?
Un jour Jésus a refusé de guérir un aveugle. Devant l’étonnement des disciples, Jésus leur a répondu : "Les yeux de son âme sont encore plus aveugles que les yeux de son corps !"
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 0:44

Bonjour Jean-Yves,

merci, mais c'est dommage que tu n'aies pas répondu à mon message et surtout à ma façon de comprendre ce petit paragraphe de présentation succincte de la 3ème étape et qui t'a tellement choqué. D'autant que je ne comprends toujours pas en quoi cette démarche de guérison te semble si inadéquate ou même peut-être inutile et en contradiction avec la croix... :?:

C'est bien ce qu'il dit l'évêque de Metz, mais encore une fois, c'est dommage qu'il parle de quelque chose qu'il ne connaît pas, sinon il se serait rendu compte que ce qu'il dit en croyant contredire la démarche de guérison intérieure (je n'ose plus employer le mot) ne fait qu'en exposer en résumé le processus.

Sylvie a aussi dit quelque chose d'important au sujet de ces démarches: le pardon y tient une place importante. Pardon de Dieu, pardon aux autres, pardon reçu, pardon donné.

C’est parce que en me pardonnant le Christ fait de moi un fils de Dieu que je peux engager un lent travail de réconciliation avec moi-même et avec les autres, et guérir des blessures qui marquent ma vie passée. Quel qu’épanouissement personnel que produise ce processus de guérison intérieure, il ne saurait, on le voit, évacuer la nécessité de « prendre sa croix chaque jour » pour suivre Jésus et y trouver l’expression du plus grand amour.
« Je sais en qui j’ai mis ma foi ». Par sa croix, Jésus nous sauve, en nous guérissant du péché.


Nous sommes donc en plein dans la "christothérapie".


Idea Idea Idea
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 1:44

Arnaud Dumouch a écrit:

Mais très souvent malgré tout l'amour et le pardon, cette guérison n'arrive pas tout de suite, mais lorsque lorsque le "foyer du péché" est enlevé. (heure de la mort pour moi)

La raison en est simple: le psychisme est parfois marqué très profondement. Le pardon pacifie mais la cicatrice reste.

Et Dieu ne guérit pas tout tout de suite (toujours pour l'apprentissage de la pauvreté).


moi j'ai pas de problème avec ça... Exclamation

On est toujours en processus de guérison tout comme on est toujours entrain de se convertir.

Se reconnaître et s'accepter blessé, c'est peut-être la plus grande "guérison" qu'on peut recevoir (cf l'orgueil)
Tout comme l'acceptation de la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 2:36

Je mets ici l'épilogue du livret d'accompagnement d'une des retraites que j'ai suivi:

Pour continuer la guérison intérieure:

Tu as fait des pas au cours de ces jours où tu as regardé ton passé mais surtout où Jésus est venu te regarder avec son regard tout chargé de tendresse et de miséricorde, pour te dire; "Viens, je t'attends!" Une vie nouvelle s'ouvre à toi.

Voici sept moyens pour donner un lendemain à cette démarche:
1. chaque jour, remercie Jésus de ce qu'il a fait et de ce qu'il fait encore en toi;
2. va fréquemment à l'Eucharistie et au sacrement du Pardon, ils sont sources de guérisons;
3. prie et nourris-toi de la Parole de Dieu tous les jours;
4. écoute des enseignements et des chants qui te garderont en contact avec Dieu, lorsque tu en auras le loisir;
5. joins-toi à un groupe de prière et demande le ministère de la prière de temps à autre;
6. articipe à des sessions de formation spirituelle;
7. et surtout, ne demeure pas centré sur toi, mais plutôt ENGAGE-TOI pour les autres. Car être centré sur toi et continuer à contrôler ta température psychologique et ta pression spirituelle n'apporterint pa la paix à ton esprit ni à ton coeur. Le seul moyen de garder l'amour de Jésus est de le donner aux autres. Découvrir comment soulager les souffrances de ceux qui t'entourent peut apporter de nombreuses bénédictions dans ta vie et te maintenir ferme dans la volonté du Seigneur.

Jésus a lavé les pieds de ses disciples et leur a dit: "Je vous qi donné un exemple pour vous fassiez ce que j'ai fait pour vous (jn 13; 15) Apprendre à devenir des laveurs de pieds est aussi approprié à ta vie spirituelle que ce l'était à la vie spirituelle des apôtres. Tu ne peux pas grandir si tu ne veux pas servir.

Les méthodes de service sont nombreuses et variées, mais comme tu veux conformer tes choix à ceux du Seigneur, il te montrera comment diriger sa lumière dans le monde.

La pluspart des oeuvres de miséricorde ne seront jamais remarquées ou comprises du monde, mais notre Père voit tout ce qui est fait dans le secret (Mt 6,4)

Ce n'est pas la grandeur de tes travaux, mais ton attitude pour les accomplir qui est de première importance. Consoler ceux qui pleurent, écouter l'enfant qui a de la peine, visiter les personnes âgées, prendre soin des malades, offrir tes services au groupe de prière, en paroisse...seront là des façons de mourrir à toi-même par ton souci des autres.

En faisant ainsi, tu trouveras véritablement le moi caché...en JÉSUS!
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 8:51

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Une dernière chose, en occitan, on écrit "ques acquo !"

VIVE L'OCCITANIE
VIVE LE QUEBEC LIBRE ! cheers

(Tu vois, je ne suis pas guéri de tout)

Comment ça pas guéri du tout? Un homme qui crie "Vive le Québec Libre" a forcément toute sa tête.
Vous avez vu mon général? Il en est qui ont compris le message.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 9:00

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Chère Clotilde,

Vraiment, je ne sais plus quoi te dire ni surtout comment te le dire alors ce qui suit prend la relève ...

Encore PARDON !

*************************************************************


Dimanche 30 mars 2003 – Homélie du 4ème dimanche de Carême

fr. Pierre RAFFIN, o.p.
évêque de Metz


Par sa croix, il nous sauve en nous guérissant du péché




« Voici le bois de la croix qui a porté le salut du monde », chante à trois reprises le célébrant à l’office du vendredi saint en présentant la croix à la vénération des fidèles. L’évangile de ce dimanche ne dit rien d’autre : par sa croix, Jésus nous sauve et nous guérit.

Pour annoncer cette vérité fondamentale de la foi, Jésus fait allusion à l’épisode du serpent de bronze relaté dans le livre des Nombres (21, 1-9). Au cours de leur exode interminable, les Hébreux récriminent une fois de plus contre Dieu et contre Moïse, ils en ont assez : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Egypte ? Etait-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain, ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » (Nb 21,5). Alors survient une épreuve aussitôt interprétée comme une punition de Dieu pour ce manque de confiance : des serpents à la morsure brûlante sèment la mort dans le camp. Prenant conscience de leur péché, les Hébreux vont supplier Moïse d’intercéder pour eux.

C’est alors que sur l’ordre de Dieu, Moïse fabriqua un serpent de bronze et le fixa au sommet d’un mât. Chaque fois qu’un serpent mordait un homme, celui-ci regardait vers le serpent de bronze et il avait la vie sauve.

Cette pratique, semble-t-il, existait avant Moïse. La coutume d’adorer un dieu guérisseur appartient au paganisme, mais en la reprenant à son compte, Moïse, sur l’ordre de Dieu, lui donne une signification nouvelle. Regardez vers le serpent, leur dit-il en substance, mais ce n’est pas le serpent qui vous guérit : à travers lui c’est Dieu qui continue de vous conduire et de vous sauver.

Dans cet épisode quelque peu énigmatique, il est frappant de constater que le signe qui sauve ressemble au signe qui tue. Le mal qui donne la mort placé sur le mât de Moïse, conserve la vie. On est sauvé à travers le signe même de la mort, tant et si bien que ce retournement souligne de façon éclatante la puissance de ce Dieu auquel les Hébreux allaient retirer leur confiance et qui est capable de changer le signe de la mort en signe de vie.

C’est bien de la sorte que le serpent de bronze est figure de la croix de Jésus, signe dressé au-dessus de la terre pour que le peuple tout entier la voie et que la foi de tous soit sollicitée : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, dit Jésus, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle ». De la même manière qu’il suffisait de lever les yeux avec foi vers le Dieu de l’Alliance pour être guéri de la morsure du serpent venimeux, il suffit de lever les yeux avec foi vers le Christ en croix pour être guéri de la morsure du péché.

Cette si bouleversante affirmation nous permet de comprendre que s’il y a un rapprochement possible entre le serpent de bronze élevé dans le désert et Jésus élevé sur la croix, nous sommes cependant en présence d’une radicale nouveauté.

Tout d’abord, ce n’est plus seulement le peuple élu qui est concerné par l’événement, mais tout homme, autrement dit le monde entier. A deux reprises, le texte évangélique affirme : « Tout homme qui croit en lui obtiendra la vie éternelle ». Au moment de la controverse janséniste, des crucifix aux bras resserrés, quasi parallèles au corps, affirmaient que le Christ n’était pas mort pour tous, mais seulement pour le petit nombre des élus et des prédestinés. L’Eglise a du alors réagir, pour réaffirmer l’universalité de la rédemption par la croix .

Ensuite, il ne s’agit plus d’une guérison physique, mais d’une guérison spirituelle, ce n’est plus des blessures mortelles des serpents qu’il s’agit de guérir, mais des blessures mortelles du péché, de ce péché que le Christ a pris sur lui et fait mourir avec lui en mourant sur la croix. Comme nous le chantons aux vêpres dominicales du carême avec la première lettre de Pierre : « Dans son corps, il a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions mourir à nos péchés et vivre dans la justice : c’est par ses blessures que nous sommes guéris » (1 P 2,24). Quand l’évangéliste Jean écrit au moment de la crucifixion de Jésus : « Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19,37), il cite le prophète Zacharie qui dit bien en quoi consiste le salut apporté par Jésus : « En ce jour-là, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit qui fera naître en eux bonté et supplication. Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Za 12,10). L’esprit de bonté et de supplication, c’est tout le contraire des récriminations des Hébreux dans le désert, c’est l’homme qui, sur Jésus en croix, lit la tendresse de Dieu, celle qu’évoquait tout à l’heure la deuxième lecture : « Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ » (Ep 2,4-5).

Avec Jésus, le signe de la croix devient et demeure pour nous le signe du salut : « O Crux, ave, spes unica ! » chanterons-nous bientôt avec la grande hymne de Venance Fortunat. Or il n’était pas évident que le signe du salut fût la croix du calvaire, instrument de supplice infâme réservé à la racaille. Il y avait un scandale de la croix tel qu’en dépit des affirmations audacieuses de saint Paul les premiers chrétiens n’osaient pas la représenter. Il faudra attendre le début du Ve siècle pour que l’on ose représenter le Christ sur la croix.

Aujourd’hui, où nous n’avons plus peur de représenter la croix, d’en faire même un ornement ou un bijou, n’en avons-nous pas évacué le mystère ? Qui parmi nous se retrouve vraiment dans les paroles de Jésus qu’on ne saurait pourtant gommer de l’Evangile : « Celui qui veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive » (Lc 9,23) ? Dans une culture où tout porte à l’épanouissement et à la libération de soi, vivre cet idéal n’est pas évident.

C’est peut-être la raison pour laquelle un certain nombre de courants spirituels contemporains plus ou moins liés au Nouvel Age tendent à voir dans le Christ, non seulement le médecin que la tradition a toujours reconnu, mais le thérapeute qui guérit de toutes les blessures psychologiques. On ira jusqu’à parler de christothérapie. Les nombreuses guérisons qui jalonnent l’Evangile sont en fait le signe de la venue du Royaume de Dieu. Elles annoncent une guérison plus radicale : la victoire sur le péché et sur la mort par la mort du Christ sur la croix. Certes le Seigneur ressuscité invite ses apôtres à prêcher et à guérir les malades (Mc 6, 12-13), mais l’histoire de l’Eglise nous apprend que cette tâche a été prise au sérieux autant par les multiples œuvres que l’Eglise a créées pour le soin des malades (hôpitaux et instituts religieux) que par la prière d’intercession. « La grâce spéciale du sacrement de l’onction des malades a comme effets, déclare le Catéchisme de l’Eglise catholique, 1. L’union du malade à la passion du Christ, pour son bien et pour celui de toute l’Eglise ; 2. Le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse ; 3. Le pardon des péchés si le malade n’a pu l’obtenir par le sacrement de la pénitence ; 4. Le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel ; 5. La préparation au passage à la vie éternelle » (n° 1532).

Nous sommes loin de la christothérapie. C’est parce que en me pardonnant le Christ fait de moi un fils de Dieu que je peux engager un lent travail de réconciliation avec moi-même et avec les autres, et guérir des blessures qui marquent ma vie passée. Quel qu’épanouissement personnel que produise ce processus de guérison intérieure, il ne saurait, on le voit, évacuer la nécessité de « prendre sa croix chaque jour » pour suivre Jésus et y trouver l’expression du plus grand amour.
« Je sais en qui j’ai mis ma foi ». Par sa croix, Jésus nous sauve, en nous guérissant du péché.


fr. Pierre RAFFIN, o.p.
évêque de Metz


http://catholique-metz.cef.fr/index.php?doc=officiels/20030330_homelie_4d_careme_mgr_pierre_raffin

Cher Jean-Yves,

Sais-tu qu'il roule en Porsche? D'où sort-il le fric? Nous sommes sous concordat certes. Je trouve qu'il y a là quelque chose d'indecent pour quelqu'un qui prêche la charité et fustige le comportement de certains politiques, à qui il n'a rien à envier. Ça ne me surprend guère d'ailleurs. Sa frangine est adjointe au maire de Metz, la girouette centriste qui a sévi comme ministre du commerce extérieur sous le règne de "Mythe-Errant".
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 17:55

Clotilde a écrit:
la démarche de guérison intérieure (je n'ose plus employer le mot)

Ca y est, t’es guérie !!!


Clotilde a écrit:
Nous sommes donc en plein dans la "christothérapie".

Et ben non, t’as rechuté !!!


Je t'envoie le Père fouettard, ça t'apprendra !!!



Dernière édition par le Ven 21 Avr 2006 - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 18:07

Ecossais a écrit:
Cher Jean-Yves,

Sais-tu qu'il roule en Porsche? D'où sort-il le fric? Nous sommes sous concordat certes. Je trouve qu'il y a là quelque chose d'indécent pour quelqu'un qui prêche la charité et fustige le comportement de certains politiques, à qui il n'a rien à envier. Ça ne me surprend guère d'ailleurs. Sa frangine est adjointe au maire de Metz, la girouette centriste qui a sévi comme ministre du commerce extérieur sous le règne de "Mythe-Errant".

Cher Ecossais,

L'automobilothérapie et la politicothérapie me dérange beaucoup moins que la Christothérapie (aïe, mes oreilles... et surtout mon coeur !) qui véhicule à mon avis sous des aspects certainement positifs et efficaces (c'est peut-être le pire) une atteinte à la personne du Christ.

Tous les vices additionnés de tous les Papes de l'histoire n'ont pas réussi à faire défaillir le magistère. Pourquoi ? Parce que Jésus à prier pour que la foi de Pierre ne défaille pas ! Tu liras cela dans "LA FIN DU MONDE" de A. D. et partout sur ce forum quand il le rappelle fort justement !

Il en va de même pour les évêques dans leur ministère. C’est certainement révoltant pour le peuple de Dieu et la sagesse populaire qui en a fait un adage simple : "Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais !" On peut brûler tous les curés, le "faites ce que je dis" reste fidèle au Christ !

Je laisse donc à Mgr RAFFIN ses quelques raffinements !
Par contre, je crains que le terme de Christothérapie n’introduise une faille dans l’édifice de l’Eglise de façon beaucoup plus insidieuse que ce que tu dénonces.

Alors, une question : la Christothérapie est elle plus ou moins liés au Nouvel Age ???
Comme le dit Mgr RAFFARIN... pardon RAFFIN !
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Ven 21 Avr 2006 - 19:56

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Cher Ecossais,

Code:
L'automobilothérapie et la politicothérapie me dérange beaucoup moins que la Christothérapie (aïe, mes oreilles... et surtout mon coeur !) qui véhicule à mon avis sous des aspects certainement positifs et efficaces (c'est peut-être le pire) une atteinte à la personne du Christ.

Mon cher Jean-Yves,

J'ignorais l'existence de ce mouvement. Je croyais que notre soeur utilisait ce terme un peu comme une boutade. Or je me suis trompé. Mea Culpa, Mea maxima..... Comme toi, j'ai la nette impression que c'est un mouvement New Age de plus. Ne connaissant absolument rien sur le sujet, peut-être serait-il intéressant de savoir où il puise son inspiration. Je ne serais pas étonné de trouver derrière cette appellation la patte du Père Verlinde. Ce n'est qu'une hypthèse et non une accusation.


Code:
Tous les vices additionnés de tous les Papes de l'histoire n'ont pas réussi à faire défaillir le magistère. Pourquoi ? Parce que Jésus à prier pour que la foi de Pierre ne défaille pas ! Tu liras cela dans "LA FIN DU MONDE" de A. D. et partout sur ce forum quand il le rappelle fort justement !

C'est bien la preuve que Dieu existe et qu'il fait des miracles, ce dont je n'ai jamais douté. Enfin si. A une époque trouble de ma vie. Mais sans fumer du foin hein! Mr. Green

Code:
Il en va de même pour les évêques dans leur ministère. C’est certainement révoltant pour le peuple de Dieu et la sagesse populaire qui en a fait un adage simple : "Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais !" On peut brûler tous les curés, le "faites ce que je dis" reste fidèle au Christ !

Je partage ton avis.

Code:
Je laisse donc à Mgr RAFFIN ses quelques raffinements!

Quelle subtilité! Elle m'avait échappé celle-là. ;)

Code:
Par contre, je crains que le terme de Christothérapie n’introduise une faille dans l’édifice de l’Eglise de façon beaucoup plus insidieuse que ce que tu dénonces.

C'est une lapalissade. On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Et la fragilité de notre amie Clotilde est sans doute à l'origine de son adhésion à cette pseudo thérapie spirituelle.
Le Temple prend l'eau. Le Christ était venu le réparer. Ses travaux lui ont coûté la vie. Qu'avons-nous fait du chef-d'oeuvre qu'il nous a légué? Rien, sinon contribué à son délabrement. Son message était pourtant limpide, "cristallin". Mais tout commela première fois, nous n'avons pas compris le message. Donc, comme je l'écrivais dans un autre post, lorsqu'il reviendra, car c'est indispensable pour effacer l'ardoise de nos conneries dont la somme est incalculable, il lui faudra utiliser des méthodes plus radicales. Cette fois, il ne multipiera pas les petits pains, mais les coups de pieds au Cul. Et on l'aura bien mérité.


Code:
Alors, une question : la Christothérapie est elle plus ou moins liés au Nouvel Age ???

Voir plus haut.

Code:
Comme le dit Mgr RAFFARIN... pardon RAFFIN !

Lapsus révélateur ? Ou tes doigts ont foruché? ;)
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 1:40

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Clotilde a écrit:
la démarche de guérison intérieure (je n'ose plus employer le mot)

Ca y est, t’es guérie !!!


Clotilde a écrit:
Nous sommes donc en plein dans la "christothérapie".

Et ben non, t’as rechuté !!!



Excuse-moi Jean-Yves, mais tu n'es vraiment pas cohérent. Si j'emploie le terme de christothérapie je suis adapte du New-Age mais si j'emploi l'expression "démarche de guérison intérieure" là je catholique... Shocked Ça n'a pas de sens comme attitude....chritothérapie ou démarche de guérison intérieure C'EST LA MÊME CHOSE... Exclamation Exclamation Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 1:45

Jean-Yves TARRADE a écrit:
la Christothérapie qui véhicule à mon avis sous des aspects certainement positifs et efficaces (c'est peut-être le pire) une atteinte à la personne du Christ.

laquelle?


Citation :
Alors, une question : la Christothérapie est elle plus ou moins liés au Nouvel Age ???

ça dépend de ton regard et si tu veux condamner cette démarche de guérison intérieure.

De plus, je ne comprends pas pourquoi Mgr Raffin et sa Porshe est bien correct et ce qu'il dit forcément inspiré, mais l'Évêque de Trois-Rivière, lui par contre a fait une erreur en autorisant ces retraites et à forcément manqué d'inspiration... :?
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 2:15

Ecossais a écrit:
Code:
Par contre, je crains que le terme de Christothérapie n’introduise une faille dans l’édifice de l’Eglise de façon beaucoup plus insidieuse que ce que tu dénonces.

C'est une lapalissade. On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Et la fragilité de notre amie Clotilde est sans doute à l'origine de son adhésion à cette pseudo thérapie spirituelle.

à lire ça, j'ai l'impression d'être prise pour une idiote ou considérée comme un objet... :|
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 2:32

Chère Clotilde, tu ne devrais pas te sentir concernée par les arguments soulevés ici, encore moins te laisser atteindre par eux : ce sont des mouvements de retraite comme celui-ci dont nous mettons "la bonne foi" en doute, pas ta démarche! Si une chose est certaine, c'est qu'il faut demeurer très prudent avec ces mouvements de prière et de méditation, et autres pratiques : rien n'est mieux "enrobé" de séduction que le mensonge...

Le Christ n'est PAS un thérapeute, selon le sens de ce terme, ni un médecin, ni un guérisseur (!), ni un psy., ni un soigneur ou soignant, ni un gourou, ni un devin, ni un mage... Bref, Il est infiniment plus et au-delà de ces conceptions : Il est le Verbe Incarné, Dieu fait homme pour nous SAUVER ; le salut commence avec le fait de Le reconnaître pour ce qu'Il est vraiment, le Fils de Dieu, l'Amour fait chair! Méditer l'insondable grandeur d'un tel Amour, là réside la "guérison" ; la conversion profonde du coeur que l'on évoquait plus haut. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 2:35

Chers amis,

Il y a les deux….

Christothérapie catholique la plupart du temps charismatique : c'est-à-dire guérison intérieure par la présentation des souffrances dans la prière à Jésus-Christ.

Et le style Nouvel Age ou il y a aussi les Thérapeutes qui guérissent à l'exemple du plus grand guérisseur qu'à été Jésus-Christ. Ils pensent que Jésus réussissait à canaliser les énergies et ainsi pouvaient guérir.

N'oubliez pas que le "singe" essaie toujours d'imiter, mais son imitation est comme mon hot dog au tofu. puker


Donc vous avez tous raisons.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 2:48

Fanny a écrit:
Chère Clotilde, tu ne devrais pas te sentir concernée par les arguments soulevés ici, encore moins te laisser atteindre par eux : ce sont des mouvements de retraite comme celui-ci dont nous mettons "la bonne foi" en doute, pas ta démarche!

Mais Fanny, il faut être logique jusqu'au bout...! Comment ma démarche peut être bonne si je la fais dans un cadre qui est douteux, nouvel-ageux...etc???? Shocked
Depuis quand un mauvais arbre donne de bons fruits?


Citation :
Si une chose est certaine, c'est qu'il faut demeurer très prudent avec ces mouvements de prière et de méditation, et autres pratiques : rien n'est mieux "enrobé" de séduction que le mensonge...

et pour discerner cela, ne faut-il pas se renseigner un minimum et ne pas simplement s'appuyer sur un mot jugé "bizarre" parce qu'il désigne une démarche de guérison intérieure..?


Citation :
Le Christ n'est PAS un thérapeute,

...il n'est pas non plus une porte, une vigne, le petit d'une brebis...etc...et c'est pourtant bien comme ça qu'il est appelé dans la Parole de Dieu.

De plus:
Marc 2; 17. Jésus, qui avait entendu, leur dit : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs. »

N'est-ce pas de Lui que le Christ parle?

Citation :
Bref, Il est infiniment plus et au-delà de ces conceptions : Il est le Verbe Incarné, Dieu fait homme pour nous SAUVER ; le salut commence avec le fait de Le reconnaître pour ce qu'Il est vraiment, le Fils de Dieu, l'Amour fait chair! Méditer l'insondable grandeur d'un tel Amour, là réside la "guérison" ; la conversion profonde du coeur que l'on évoquait plus haut. I love you

oui, biensûr, et où vois-tu que je n'ai pas conscience de cela et que la retraite de guérison intérieure (ou Christothérapie...pour le côté pratique de l'appellation) contre-dit ou ignore cela...? :?: :?: :?:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Démarche de guérison intérieure?   Sam 22 Avr 2006 - 2:59

Merci, chère Sylvie. Mais si le Christ a guéri des malades - comme me le rappelle mon fond d'écran -, c'était POUR UN PLUS GRAND BIEN (comme dirait Arnaud) : le but était spirituel, le Christ guérissait en vue du salut. C'est ainsi qu'Il avait, un jour, guéri des lépreux - nous relate l'Evangile -, mais un seul était venu Lui exprimer sa gratitude et le fait qu'Il le reconnaissait comme le Fils de Dieu (expression de sa foi) ; pour les autres, la guérison de leur maladie avait été inutile, elle n'avait pas porté de fruits...

On ne peut donc réduire la venue du Christ sur Terre... à une thérapie! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Démarche de guérison intérieure?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Démarche de guérison intérieure?
» Le pardon pour une guérison intérieure
» retraite de guérison intérieure
» pour la guérison intérieure de mon amie P.
» Prière pour demander la guérison intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: