DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Election présidentielle 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 20:46

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Personnellement, je reste reconnaissant à Sarkozy d'avoir tenté quelques débuts de petites réformes dans le bon sens, même si c'est insuffisant, et même si ça reste très étatiste.

Et je considère que voter pour le moindre des maux est une obligation morale, dans la mesure où les votes blancs et nuls n'ont aucun poids.

Dans le bon sens ? What the fuck ?!?

Ben quand même par rapport à Chirac il y avait un progrès.
Après c'est sûr c'est pas la révolution libérale. Mais faut dire qu'à cause de De Gaulle (qlclp) on a un pays profondément antilibéral et soviétisant, et ce sont là des tendances lourdes qu'on ne modifie pas comme ça.

Quand je parle du moindre de deux maux, c'est bien que je vois deux maux.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 20:56

Philippe Fabry a écrit:
Ben quand même par rapport à Chirac il y avait un progrès.
Après c'est sûr c'est pas la révolution libérale. Mais faut dire qu'à cause de De Gaulle (qlclp) on a un pays profondément antilibéral et soviétisant, et ce sont là des tendances lourdes qu'on ne modifie pas comme ça.

Quand je parle du moindre de deux maux, c'est bien que je vois deux maux.

Chirac, c'était de la médiocrité, de l'anti-américanisme, de l'anti-israëlisme, une bête politique, et une tête de veau. Idea

Le Chirac de 1986 a fait des choses très bien, quand on revoit ses discours de l'époque, c'est proprement stupéfiant, on se demande comment il a pu retourner sa veste à un tel degré par la suite. Le Chirac de 1995 n'avait plus rien à voir avec celui de 1986. Après 2002, il ne pouvait pas en être autrement : il s'est fait réélire avec les voix de la gauche (le pseudo front républicain et la pseudo lutte contre le fascisme) et l'a parfaitement accepté, en devenant l'incarnation de la lâcheté et de la compromission, quand aux Français, rien n'a changé depuis cette époque, ils étaient déjà tout contents de se faire badigeonner les oreilles.

Alors c'est sûr qu'il y a eu de l'immobilisme avec Chirac, mais avec Sarkozy, on a la poursuite du déclin dans un autre style. Ce qu'il faut voir c'est qu'en politique, la plupart du temps, ne rien faire, est préférable à faire quelque chose. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 21:03

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Ben quand même par rapport à Chirac il y avait un progrès.
Après c'est sûr c'est pas la révolution libérale. Mais faut dire qu'à cause de De Gaulle (qlclp) on a un pays profondément antilibéral et soviétisant, et ce sont là des tendances lourdes qu'on ne modifie pas comme ça.

Quand je parle du moindre de deux maux, c'est bien que je vois deux maux.

Chirac, c'était de la médiocrité, de l'anti-américanisme, de l'anti-israëlisme, une bête politique, et une tête de veau. Idea

Le Chirac de 1986 a fait des choses très bien, quand on revoit ses discours de l'époque, c'est proprement stupéfiant, on se demande comment il a pu retourner sa veste à un tel degré par la suite. Le Chirac de 1995 n'avait plus rien à voir avec celui de 1986.

C'est en 1986 que Chirac avait retourné sa veste.
Jeune, il vendait l'Humanité sur les parvis des églises.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 21:05

Quand à DG, on ne peut pas en faire le responsable à lui tout seul du climat intellectuel qui règne en France. L'anti-libéralisme est quelque chose de plus profond ; comme le dit Madelin, la France c'est une idée de l'état.

DG avait aussi ses bons côtés, outre le 18 juin. Il disait que quand un pays dépasse un taux de dépenses publiques de 30% de son PIB (ce que font les EUA en ce moment), alors la société change de nature. Il était aussi pour des monnaies saines fondées sur les métaux précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 21:12

Dromaeosaurus a écrit:
Quand à DG, on ne peut pas en faire le responsable à lui tout seul du climat intellectuel qui règne en France. L'anti-libéralisme est quelque chose de plus profond ; comme le dit Madelin, la France c'est une idée de l'état.

Il n'est pas responsable à lui tout seul, mais il est déterminant. Si il n'y avait pas eu De Gaulle, on aurait éliminé les forces communistes à la Libération, et la Gauche aurait été obligée d'évoluer. Tout est de la faute de De Gaulle. Sans lui, les Américains nous auraient collé Giraud comme libérateur, qui n'avait pas d'ambitions politiques.

La France n'a pas une idée de l'Etat profondément différente de celle des Anglais, à la base. Or la seule grande différence qu'il y ait eu entre nous et les anglais ces deux derniers siècles, c'est l'Occupation.


DG avait aussi ses bons côtés, outre le 18 juin. Il disait que quand un pays dépasse un taux de dépenses publiques de 30% de son PIB (ce que font les EUA en ce moment), alors la société change de nature.

Non, ça c'était VGE, me semble-t-il.

Il était aussi pour des monnaies saines fondées sur les métaux précieux.

A l'époque il n'était pas le seul. Mais il ne faudrait pas oublier que la dénonciation de Bretton Woods par Nixon répondait à l'impératif stratégique de financer des dépenses de guerre énorme que les USA se mettaient sur le dos pour défendre le monde libre tout entier.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 21:18

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Ben quand même par rapport à Chirac il y avait un progrès.
Après c'est sûr c'est pas la révolution libérale. Mais faut dire qu'à cause de De Gaulle (qlclp) on a un pays profondément antilibéral et soviétisant, et ce sont là des tendances lourdes qu'on ne modifie pas comme ça.

Quand je parle du moindre de deux maux, c'est bien que je vois deux maux.

Chirac, et une tête de veau. Idea


doucement, là ! On peut n'être pas d'accord, mais ça ne nécessite pas l'insulte Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 26 Jan 2012, 21:47

Dromaeosaurus a écrit:


Alors c'est sûr qu'il y a eu de l'immobilisme avec Chirac, mais avec Sarkozy, on a la poursuite du déclin dans un autre style. Ce qu'il faut voir c'est qu'en politique, la plupart du temps, ne rien faire, est préférable à faire quelque chose. Idea

Certes. Mais après trente ans de mitterrando-chiraquisme, je ne pense pas que ne rien faire était préférable.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:05

Philippe Fabry a écrit:
Situation de la France avec Hollande élu :


Hélas !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:07

Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:

Tous les candidats sont d'une nullité absolue, cette année il n'y en a aucun pour racheter l'autre. Hollande va passer. Lui faire barrage impliquerait de voter pour un tocard qui serait moins pire que lui (à supposer qu'il existe), c'est un choix que je me refuse de faire. Idea

Personnellement, je reste reconnaissant à Sarkozy d'avoir tenté quelques débuts de petites réformes dans le bon sens, même si c'est insuffisant, et même si ça reste très étatiste.

Et je considère que voter pour le moindre des maux est une obligation morale, dans la mesure où les votes blancs et nuls n'ont aucun poids.

Je le pense aussi, c'est malheureux mais nous en sommes réduits à cela
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:30

considérer que UMP et PS-les verts, sous prétexte qu'aucun n'est ultra-libéral, c'est pareil, c'est vraiment de l'intégrisme !

gauche, droite, ce n'est pas pareil !

que la droite (et le centre) se laissent bouffer par les "idées anti-évangéliques" de notre époque c'est certain. mais la gauche milite pour. individuellement et collectivement. c'est son Programme.

par ex, si individuellement Bachelot considère l'avortement comme un Bien, globalement l'avortement est "un moindre mal" à droite. sans parler de ceux qui sont pour la vie, bien que globalement minoritaires. tandis que pour la gauche c'est un Bien et un Droit inaliénable. idem pour tous les trucs du même genre (euthanasie, mariage, enseignement etc).

et il faudrait parler aussi de l'égalitarisme de gauche: on coupe tout ce qui dépasse. à croire que leur nouveau "geste" de pub de campagne c'est l' inconscient psychanalytique qui les guide !
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:35

je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:52

Scrogneugneu a écrit:
je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).

Si vous voulez faire obstacle à la gauche, ne vaut-il pas mieux voter Bayrou d'entrer ?

Certes c'est déjà un peu la gauche mais s'il est opposé à Hollande au 2° tour, il sera contraint de se droitiser.

Et Bayrou lui est sur de gagner dans tous les cas de figure au second tour.

Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:54

Scrogneugneu a écrit:
considérer que UMP et PS-les verts, sous prétexte qu'aucun n'est ultra-libéral, c'est pareil, c'est vraiment de l'intégrisme !

gauche, droite, ce n'est pas pareil !

que la droite (et le centre) se laissent bouffer par les "idées anti-évangéliques" de notre époque c'est certain. mais la gauche milite pour. individuellement et collectivement. c'est son Programme.

par ex, si individuellement Bachelot considère l'avortement comme un Bien, globalement l'avortement est "un moindre mal" à droite. sans parler de ceux qui sont pour la vie, bien que globalement minoritaires. tandis que pour la gauche c'est un Bien et un Droit inaliénable. idem pour tous les trucs du même genre (euthanasie, mariage, enseignement etc).

et il faudrait parler aussi de l'égalitarisme de gauche: on coupe tout ce qui dépasse. à croire que leur nouveau "geste" de pub de campagne c'est l' inconscient psychanalytique qui les guide !

Très intéressant, je le pense aussi, car je garde toujours en tête que notre pays est miné par l'idéologie socialiste distillée dès le primaire. C'est un problème de fond très grave, très profond, bien plus que les autres problèmes dont on entend parler.
d'ailleurs Hollande ouvre le droit au mariage et à l'adoption pour les homosexuels,
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:55

SJA a écrit:
Scrogneugneu a écrit:
je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).

Si vous voulez faire obstacle à la gauche, ne vaut-il pas mieux voter Bayrou d'entrer ?

Certes c'est déjà un peu la gauche mais s'il est opposé à Hollande au 2° tour, il sera contraint de se droitiser.

Et Bayrou lui est sur de gagner dans tous les cas de figure au second tour.


Le problème c'est les législatives : quelle assemblée pour Bayrou ? Il n'est pas du tout sûr qu'elle serait de droite.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 10:55

SJA a écrit:
Scrogneugneu a écrit:
je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).

Si vous voulez faire obstacle à la gauche, ne vaut-il pas mieux voter Bayrou d'entrer ?

Certes c'est déjà un peu la gauche mais s'il est opposé à Hollande au 2° tour, il sera contraint de se droitiser.

Et Bayrou lui est sur de gagner dans tous les cas de figure au second tour.


Perso j'essaye de ne pas jouer le jeux d'un Hollande déjà vainqueur, j'attends de voir comment Sarko va réagir
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 11:01

SJA a écrit:
Scrogneugneu a écrit:
je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).

Si vous voulez faire obstacle à la gauche, ne vaut-il pas mieux voter Bayrou d'entrer ?

Certes c'est déjà un peu la gauche mais s'il est opposé à Hollande au 2° tour, il sera contraint de se droitiser.

Et Bayrou lui est sur de gagner dans tous les cas de figure au second tour.
mon opinion est que ce n'est pas comme ça qu'un citoyen doit voter. il doit voter pour le plus proche de ses convictions.

c'est ce que je fais : je vote UMP au premier et au second tour.

ce n'est qu'ensuite, que mon hostilité à la gauche s'exprime : je vote pour le candidat de droite "qu'il soit droite classique, droite populiste ou droite centriste" contre la gauche.




ensuite voter Bayrou au premier tour, c'est au contraire stratégiquement voter pour la gauche. car il est le 3e homme à droite. et sarkozy est en ballotage avec le fn.

le second tour que vous évoquez est parfaitement VIRTUEL.

or le risque de la droite (et le bonheur inavoué de la gauche) c'est que le pen passe juste pile poil devant sarkozy.

donc tout vote à droite qui n'est pas donné à l'ump, EST potentiellement une voix pour la Gauche.

(mais ce n'est pas pour cela que je vote en premier lieu pour sarkozy)
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 11:10

d'ailleurs je ne comprends pas que les maires socialistes ne donnent pas leur signature à le pen, boutin et autres... elles devraient avoir des milliers de proposition de parrainage au nom "de la démocratie" !

un blocage psychologique, et la peur de devenir un paria pour ceux de leur clan ou électorat qui ne comprendraient pas la "tactique", sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 20:35

doris60 a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Ben quand même par rapport à Chirac il y avait un progrès.
Après c'est sûr c'est pas la révolution libérale. Mais faut dire qu'à cause de De Gaulle (qlclp) on a un pays profondément antilibéral et soviétisant, et ce sont là des tendances lourdes qu'on ne modifie pas comme ça.

Quand je parle du moindre de deux maux, c'est bien que je vois deux maux.

Chirac, et une tête de veau. Idea


doucement, là ! On peut n'être pas d'accord, mais ça ne nécessite pas l'insulte Shocked

C'est pas une insulte, c'est une analyse politique imagée. Vous savez, s'il y en a ici qui sont pas contents, je pourrais très bien aller écrire ailleurs. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 20:38

Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:


Alors c'est sûr qu'il y a eu de l'immobilisme avec Chirac, mais avec Sarkozy, on a la poursuite du déclin dans un autre style. Ce qu'il faut voir c'est qu'en politique, la plupart du temps, ne rien faire, est préférable à faire quelque chose. Idea

Certes. Mais après trente ans de mitterrando-chiraquisme, je ne pense pas que ne rien faire était préférable.

S'il n'y avait eu qu'une seule réformette intelligente, je serais du même avis que vous et irait aller voter de bon cœur. Malheureusement, ce n'est pas du tout le cas, les mauvaises réformes pèsent bien plus que les bonnes et Sarkozy a engagé la France beaucoup plus loin qu'avant lui dans la route vers le socialisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 20:47

Citation :
considérer que UMP et PS-les verts, sous prétexte qu'aucun n'est ultra-libéral, c'est pareil, c'est vraiment de l'intégrisme !

Le problème n'est pas qu'il n'y a aucun ultra-libéral, le problème est qu'il n'y a aucun candidat de droite ou de gauche qui se rapproche de près ou de loin des idées modernes qui irriguent les grands pays du monde développé.

Citation :
par ex, si individuellement Bachelot considère l'avortement comme un Bien, globalement l'avortement est "un moindre mal" à droite. sans parler de ceux qui sont pour la vie, bien que globalement minoritaires. tandis que pour la gauche c'est un Bien et un Droit inaliénable. idem pour tous les trucs du même genre (euthanasie, mariage, enseignement etc).
Citation :

et il faudrait parler aussi de l'égalitarisme de gauche: on coupe tout ce qui dépasse. à croire que leur nouveau "geste" de pub de campagne c'est l' inconscient psychanalytique qui les guide !

Effectivement, ce geste est une horreur, un symbole de l'égalité sociale.

Mais la gauche, historiquement, ce n'est pas que ça. Dans le passé il y avait des partis de gauche non marxistes qui défendaient non l'égalité réelle, mais l'égalité en droit.

D'ailleurs, en Nouvelle-Zélande, vous avez eu un parti de gauche qui a baissé la progressivité des impôts et détricoté le droit du travail. Dans un passé lointain on a eu de tels partis de gauche en France, qui se battaient contre les privilèges.

Croire que la droite est moins malade que la gauche en France est une profonde erreur ; il y a infiniment plus de distance entre l'UMP et les mouvements conservateurs US, qu'entre l'UMP et le PS français qui sont tous deux ultra-étatistes et ne diffèrent que comme deux gouttes d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 20:52

SJA a écrit:
Scrogneugneu a écrit:
je suis libéral-conservateur.
je voterai UMP, c-à-d sarkozy.

et au second tour, je vote contre la gauche PS-les Verts (puisqu'ils ont fait alliance), et dans tous les cas (sarkozy, le pen ou bayrou).

Si vous voulez faire obstacle à la gauche, ne vaut-il pas mieux voter Bayrou d'entrer ?

Certes c'est déjà un peu la gauche mais s'il est opposé à Hollande au 2° tour, il sera contraint de se droitiser.

Et Bayrou lui est sur de gagner dans tous les cas de figure au second tour.


Effectivement, pour ceux qui obéissent à la lettre à ce que dit le pape et qui pensent que ne pas aller voter est un péché, je conseillerais d'aller donner sa chance à baillemou. C'est le seul à dire qu'il faut baisser les dépenses de 50 milliards (entre autres inepties), ce qui est déjà quelque chose.

En plus il a de réelles chances au 2ème tour contre Hollande, contrairement à Sarkozy qui a 0 chance ( par sa seule faute).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 20:58

Scrogneugneu a écrit:

ensuite voter Bayrou au premier tour, c'est au contraire stratégiquement voter pour la gauche. car il est le 3e homme à droite. et sarkozy est en ballotage avec le fn.

Voter Sarkozy au 1er tour, c'est voter socialiste, et c'est se montrer satisfait de la nullité des responsables politiques. Sarkozy, c'est le socialisme, ni plus ni moins :

Citation :
exacerbation des dépenses publiques à 56%, une trentaine de nouvelles taxes décrétées de façon furtive, la volonté de « réformer le capitalisme », de faire payer la finance qui soi disant serait responsable de la crise, la taxe Tobin, des gesticulations démagogiques comme le partage de la propriété des actionnaires, le fait qu'il ait défendu devant Merkel les euro-obligations et un « rôle accru de la BCE » (euphémisme), l'agitation pour sauver les vieilles usines (au lieu d'expliquer aux français la mondialisation), des leçons de morale arrogantes (et effrayantes dans leur contenu) au G20, des prises de position opportunistes et des discours vides de substance motivés par les sondages, des marches arrières grotesques notamment sur le bouclier fiscal, l'installation des islamistes en Afrique du Nord, la reprise des idées parmi les plus crétines de la gauche (lois mémorielles, écologie), l'entourage profondément naze qu'il s'est choisi (Attali, BHL, Minc, l'ouverture aux socialistes), une insécurité et des zones de non droit qui prospérent (la police se contentant de dresser des embuscades contre les automobilistes et de réaliser des contrôles d'identité arbitraires), une chance ultime d'échapper au déclin gaspillée dans l'agitation perpétuelle, le Fouquet's (caricature grotesque rêvée pour les anti-libéraux) alors qu'il avait un boulevard ouvert devant lui en 2007.

Plus dernièrement une augmentation de 200 euros du salaire des profs, plus des gesticulations électoralistes sur le mariage des homos ...

Je rappelle à tous que Sarkozy a déclaré aujourd'hui que si l'ouverture vers les socialistes était à refaire, il la referait en plus vaste. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:06

Pitoyable bilan de Nicolas Sarkozy


J’ai, je le reconnais, pensé que Nicolas Sarkozy ferait mieux que Jacques Chirac. Vu ce qu’a fait Jacques Chirac, cela ne semblait pas très difficile. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’apercevoir que ce que m’avait dit un de mes amis, qui connaissait bien Nicolas Sarkozy, se révélait exact : Nicolas Sarkozy serait pire que Jacques Chirac.

Nous sommes à l’heure du bilan et celui-ci est accablant. Les rares gestes positifs accomplis ces dernières années, tels la limitation des prélèvements obligatoires ou le projet de réforme des universités, se sont trouvés aussitôt raturés par diverses formes de pusillanimité.

Et, pour le reste, quelle trajectoire (si l’on peut dire, car le mot trajectoire semble tout à fait excessif pour désigner ce qui ressemble à une errance titubante et sans repères) !
Économiquement, la France a stagné : la croissance a été quasiment nulle, le chômage s’est maintenu à un niveau élevé, la pauvreté s’est accrue dans des proportions alarmantes, des entreprises ont fermé sans que d’autres entreprises viennent les remplacer.

« Socialement », il a été procédé à des rafistolages indigents : le RMI a été remplacé par le RSA, quelle avancée !

En termes de sécurité intérieure, il y a eu beaucoup de gesticulation, mais aucun résultat, sinon une « tolérance zéro » appliquée aux automobilistes, ce à quoi les théoriciens américains de la « tolérance zéro » n’avaient effectivement pas pensé car, eux, ils pensaient aux criminels…

Des décisions timides ont été prises : telles la loi sur le voile islamique, qui n’est pas une loi sur le voile islamique, car elle peut concerner aussi les casques de moto ou l’usage du passe-montagne.

D’autres décisions, honteuses et xénophobes, ont fait tache : pour régler des problèmes d’émeutes dans des quartiers islamisés,
on a décidé d’expulser des Roumains en les désignant à la vindicte. Pour tenter de faire plaisir aux adeptes de la peste verte écologique, on a pris des mesures inutiles et coûteuses,
telles l’ajout d’éthanol dans l’essence, l’imposition de normes « basse consommation » dans le secteur immobilier, ou la construction de parcs d’éoliennes destinés à faire ce que les ministres font déjà très bien : brasser du vent en gaspillant l’argent des contribuables.

En politique extérieure, c’est loin d’être mieux : présenté au départ comme « américain » et « ami d’Israël », Nicolas Sarkozy s’est assez vite rangé aux positions les plus fangeuses du Quai d’Orsay et à la politique arabe de la France. Bachar Al Assad a été reçu avec les honneurs à Paris : il massacre son peuple aujourd’hui, sans que la France fasse davantage qu’énoncer quelques remontrances.

Mouammar Kadhafi a planté sa tente à quelques mètres de l’Élysée, et il a suffi, quelques mois plus tard, d’un coup de téléphone de Bernard-Henri Lévy pour que la France s’emploie à le faire tomber, puis assassiner par des islamistes antisémites. Mahmoud Abbas a été reçu très souvent à l’Élysée et a reçu un soutien clair de la France à ses activités de chef maffieux.

Nicolas Sarkozy a même comparé l’Autorité palestinienne au Vatican. Nicolas Sarkozy a tout fait pour se rapprocher de Barack Obama qui, imprégné d’un mépris profond pour l’Europe, n’a cessé de le dédaigner. L’élection présidentielle ayant lieu dans trois mois, Nicolas Sarkozy s’agite dans toutes les directions. Un jour, il se déclare partisan de la taxe Tobin qu’il dénonçait voici quelques années comme une ineptie gauchiste.

Un autre, il suggère une ouverture en direction du mariage gay, avant de se rétracter. Un autre, il célèbre Jeanne d’Arc pour imiter le Front National.

Parce qu’un autre candidat parle de réindustrialiser la France, il se met à parler de réindustrialisation. L’euro étant en péril, il s’est placé en première ligne en prétendant le sauver…

Ce qui pourrait encore permettre la réélection de Nicolas Sarkozy serait l’immense nullité de ses adversaires. Le débat actuel en France se situe au ras du plancher. Avoir autant de candidats et n’en avoir aucun qui tient un discours à la hauteur des enjeux, cela s’appelle le crépuscule. Si Nicolas Sarkozy se faisait réélire parce que ceux qui lui font face semblent plus nuls que lui, cela suffirait à indiquer où est tombée la France.

http://www.les4verites.com/Pitoyable-bilan-de-Nicolas-Sarkozy-4301.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:14

Encore le regard sur le verre à moitié vide !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:27

Arnaud Dumouch a écrit:
Encore le regard sur le verre à moitié vide !

Non, c'est un regard objectif et lucide, qui vise à balayer les illusions de ceux qui peuvent encore croire aux gadgets politiques.

Il ne sert strictement à rien de mettre en place un bouclier fiscal et de supprimer la taxe professionnelle, pour ensuite introduire une trentaine de nouvelles taxes en plus.

Il ne sert strictement à rien de faire semblant de baisser les impôts quand on laisse les taux d'imposition marginaux réels être plus élevés que jamais et les dépenses monter comme jamais elles ne l'ont fait, bref qu'on n'a rien compris à ce qu'est l'essence de la théorie de l'offre ( ce qui est normal quand on ne lit que des BDs).

Il ne sert strictement à rien de vouloir « protéger les français de la crise », de donner des leçons au monde entier et d'inventer des boucs émissaires (la finance, la spéculation), quand on n'a soi même rien compris aux causes de la crise économique, si ce n'est à étaler sa cuistrerie comme de la confiture. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:30

Dromaeosaurus a écrit:


Non, c'est un regard objectif et lucide, qui vise à balayer les illusions de ceux qui peuvent encore croire aux gadgets politiques.


Ah !

l'objectivité est à la politique des Partie ce que la spiritualité est à l’huître...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:37

Arnaud Dumouch a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:


Non, c'est un regard objectif et lucide, qui vise à balayer les illusions de ceux qui peuvent encore croire aux gadgets politiques.


Ah !

l'objectivité est à la politique des Partie ce que la spiritualité est à l’huître...

C'est juste que vous avez décidé de ne pas être d'accord, ce qui n'est pas très intéressant.

Il ne s'agit pas de la politique des partis, c'est un article écrit par un intellectuel qui possède 3 doctorats (droit, histoire et philosophie) et qui a travaillé dans l'équipe de Ronald Rigane.

Vous êtes théologien, et je vous apprécie bien en tant que théologien ; en économie, je ne lis pas des hommes politiques ni des théologiens, mais des économistes (et encore, pas des keynésiens ni des marxistes).

Et je peux même vous dire que ceux qui m'ont vacciné définitivement contre les anneries qu'on entend à longueur de temps, c'est Frédéric Bastiat et Pascal Salin.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:39

Disons que je regarde, aussi bien chez Mitterrand que chez Sarkozy, non seulement le - mais le + .

C'est déjà un premier pas vers l'objectivité ! :greenange:

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:42

Arnaud Dumouch a écrit:
Disons que je regarde, aussi bien chez Mitterrand que chez Sarkozy, non seulement le - mais le + .

C'est déjà un premier pas vers l'objectivité ! :greenange:

Oui, mais comme je vous dit, la référence en termes de positionnement ne peut pas être par rapport à un homme politique, fut il exceptionnel (vous pouvez lire et vous inspirer de Margaret Thatcher, ça ne sera pas du temps perdu).

Il faut toujours revenir à ses classiques, cad les intellectuels : en politique, c'est Aristote, John Locke, Montesquieu, Frédéric Bastiat, Friedrich hayek, Edmund Burke, Karl Popper, Léo Strauss ...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:52

Dromaeosaurus a écrit:
Ronald Rigane.

Pourquoi tu l'écris toujours comme ça ? C'est une private joke ou... ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 21:59

Dromaeosaurus a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Disons que je regarde, aussi bien chez Mitterrand que chez Sarkozy, non seulement le - mais le + .

C'est déjà un premier pas vers l'objectivité ! :greenange:

Oui, mais comme je vous dit, la référence en termes de positionnement ne peut pas être par rapport à un homme politique, fut il exceptionnel (vous pouvez lire et vous inspirer de Margaret Thatcher, ça ne sera pas du temps perdu).

Il faut toujours revenir à ses classiques, cad les intellectuels : en politique, c'est Aristote, John Locke, Montesquieu, Frédéric Bastiat, Friedrich hayek, Edmund Burke, Karl Popper, Léo Strauss ...

Vous avez oublié le général De Gaulle, ce qui n'est pas peu dire... Ça fait longtemps qu'il devrait être canonisé; ceux avant lui et après lui, "canonnisés", sauf Marine...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 27 Jan 2012, 22:06

Loup Ecossais a écrit:


Vous avez oublié le général De Gaulle, ce qui n'est pas peu dire... Ça fait longtemps qu'il devrait être canonisé

Ce n'est pas la canonisation que mérite De Gaulle, c'est le procès au cadavre.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 10:26

Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Ronald Rigane.

Pourquoi tu l'écris toujours comme ça ? C'est une private joke ou... ?

Et pourquoi est-ce que je l'écrirais autrement ? Est-ce que j'écris « Boris Eltsine » en caractères cyrilliques ou « Mao Zedong » en idéogrammes ? confused

Non, en français on écrit les choses de façon à ce qu'elles soient prononçables correctement au moins d'une façon approchée. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 10:32

Philippe Fabry a écrit:
A l'époque il n'était pas le seul. Mais il ne faudrait pas oublier que la dénonciation de Bretton Woods par Nixon répondait à l'impératif stratégique de financer des dépenses de guerre énorme que les USA se mettaient sur le dos pour défendre le monde libre tout entier.


Les Etats-Unis ont parfaitement le droit d'essayer de nous refourguer leur papier, et nous on a parfaitement le droit de le refuser, sur ce plan, je pense que l'action de De Gaulle qui a voulu nous doter d'une défense nationale indépendante et d'une dissuasion a été bénéfique.

Je suis pour une défense nationale forte (garantie d'une vraie diplomatie), avec une alliance stratégique avec les Etats-Unis et le monde occidental. Je ne suis pas pour des bases militaires américaines stationnées en France. Je ne suis pas non plus pour l'immitation moutonnière et servile de tout ce qui se fait aux Etats-Unis. La situation héritée de l'après guerre avec les Etats-Unis qui se chargent la la défense de l'Europe a eu comme effet, entre autres, le développement d'une mentalité d'assistés et d'enfants gâtés chez les européens.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 10:48

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Ronald Rigane.

Pourquoi tu l'écris toujours comme ça ? C'est une private joke ou... ?

Et pourquoi est-ce que je l'écrirais autrement ? Est-ce que j'écris « Boris Eltsine » en caractères cyrilliques ou « Mao Zedong » en idéogrammes ? confused

Non, en français on écrit les choses de façon à ce qu'elles soient prononçables correctement au moins d'une façon approchée. Idea

Ben non dans la mesure où les Américains utilisent le même alphabet latin que nous. Sinon faut écrire aussi Ouiliam Chekspire et Margrett Tatchèr, et ça devient rapidement un Who's who en créole.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 10:52

Philippe Fabry a écrit:
[Ben non dans la mesure où les Américains utilisent le même alphabet latin que nous. Sinon faut écrire aussi Ouiliam Chekspire et Margrett Tatchèr, et ça devient rapidement un Who's who en créole.

Guillaume Chèkspire suffirait. C'est mieux que chaquéspéare ou les béâtles. L'« alphabet latin » utilisé par les anglais n'est pas si éloigné que ça des idéogrammes chinois. Mais vous avez raison, ça ressemble à du créolle, il y a une raison à ça : le français n'est pas franchement plus phonétique que l'anglais. Il y a encore 150 ans les rares mots anglais qui rentraient en français étaient escamotés, aujourd'hui on ne les reconnait plus, ils sont intégrés.

Les japonais massacrent avec bonheur l'écriture des mots anglais, ils peuvent le faire parce que leur syllabaire est 100% phonétique. De même les espagnols escamotent pas mal de sons qui ne rentrent pas dans leur langue (biftec, futbol).
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 11:11

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
A l'époque il n'était pas le seul. Mais il ne faudrait pas oublier que la dénonciation de Bretton Woods par Nixon répondait à l'impératif stratégique de financer des dépenses de guerre énorme que les USA se mettaient sur le dos pour défendre le monde libre tout entier.


Les Etats-Unis ont parfaitement le droit d'essayer de nous refourguer leur papier, et nous on a parfaitement le droit de le refuser, sur ce plan, je pense que l'action de De Gaulle qui a voulu nous doter d'une défense nationale indépendante et d'une dissuasion a été bénéfique.

A ce compte-là Ahmadinejad et Khamenei sont bénéfiques pour l'Iran...

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 11:31

Philippe Fabry a écrit:
A ce compte-là Ahmadinejad et Khamenei sont bénéfiques pour l'Iran...

Non, ce qui a été néfaste chez DG, ce n'est pas sa volonté d'avoir une défense nationale forte ou (en soi) d'avoir la dissuasion nucléaire. Margaret Thatcher l'a assumé aussi. De même que ce qui est néfaste chez les Mollah, ce n'est pas en premier lieu l'accumulation d'armes, mais le fait que ce soit des totalitaires islamo-fascistes.


(1minute53)

Ce qui a été néfaste avec DG, c'est la politique arabe : il a confondu la fin et les moyens, et fait passer la raison d'état avant l'éthique. Mais la « diplomatie de la faiblesse et de la compromission » aurait été encore pire sans DG, il faut noter aussi sa volonté de rendre la France un peu plus indépendante énergiquement (nucléaire). Dommage qu'on ne comprenne pas ça aujourd'hui, maintenant qu'on a des centrales nucléaires partout, du gaz de chistes, du pétrôle en Guyane, en Israël, au Canada, avec en plus une politique étrangère un peu plus digne on pourrait payer notre plein d'essence bien bien moins cher et liquider la politique arabe de DG à bon compte si on le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 11:42

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
A ce compte-là Ahmadinejad et Khamenei sont bénéfiques pour l'Iran...

Non, ce qui a été néfaste chez DG, ce n'est pas sa volonté d'avoir une défense nationale forte ou (en soi) d'avoir la dissuasion nucléaire. Margaret Thatcher l'a assumé aussi. De même que ce qui est néfaste chez les Mollah, ce n'est pas en premier lieu l'accumulation d'armes, mais le fait que ce soit des totalitaires islamo-fascistes.

Equation réduisible à fasciste, l'islamo n'étant que l'habillage culturel. De la même façon qu'il y a eu des fascistes pseudo-chrétiens. Le problème c'est le fascisme, c'est-à-dire le conservatisme totalitaire qui veut établir un ordre soi-disant naturel et s'oppose ainsi à la liberté individuelle et au capitalisme.

De Gaulle n'était pas un totalitaires, mais c'était un conservateur dans cette vaine : post-maurassien, étatiste, antilibéral (et antiaméricain par conséquence).

S'il n'était pas un totalitaire De Gaulle appartenait au même courant conservateur. Il a pourri notre après-guerre par la livraison de l'Education nationale aux communistes parce qu'il pensait qu'il valait mieux pactiser avec les communiste que de bâtir un état libéral !
Je ne comprends pas comment tu peux le défendre tout en publiant les philippiques de Millière à l'encontre d'Obama et de Sarkozy, parce que De Gaulle a fait pire.

Peu importe l'indépendance militaire : à quoi sert-elle quand un état n'est pas viable parce qu'infecté par le virus du socialisme ? Or c'est bien cela que nous a légué De Gaulle : une France indépendante mais condamnée.
Résultat, après quelques décennies l'indépendance disparaît parce qu'elle dépend d'une économie dynamique. Et nous nous retrouvons socialistes et affaiblis.

Merci De Gaulle !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 11:57

Je défends pas DG, je discute sur ce que doit être une politique étrangère forte. ;)

La preuve, j'équilibre maintenant.

Le syndrome gaulliste et la tragédie d’Haïti


On m’a parfois reproché de ne pas reconnaître les « qualités » du général de Gaulle. Cela m’a même valu l’hostilité de certains journalistes. Mais c’est ainsi : non, je ne trouve guère de qualités au général de Gaulle.
Qu’il ait rejoint Londres en 1940 a été un comportement honorable. Qu’il se soit conduit ensuite de manière vaniteuse et mégalomane au point que le grand Winston Churchill le considère, après coup, comme son pire cauchemar des années de guerre, pourrait suffire à apporter un bémol à la partition.

Je ne peux voir les images du général à Lisieux, huit jours après le débarquement, sans agacement. Lorsque je mets le son, cela s’aggrave : parler d’une France qui a commencé à se libérer elle-même, il fallait oser, et il a osé!

Je ne peux penser à la fin de la Seconde Guerre mondiale sans penser aussi à la rapidité avec laquelle on a dit, de tous côtés, que Vichy et la collaboration, ce n’était pas la France, alors qu’hé­las! c’était bel et bien la France.

Je ne peux penser à la façon dont on a escamoté, à ce moment-là, Vichy et la collaboration sans repenser aux épisodes suivants. Entre autres : abandon de l’Algérie aux mains du FLN et trahison des harkis et des Français d’Algérie, enclenchement de la politique arabe de la France, discours honteux tels celui tenu à Phnom Penh en 1966, paroles nauséabondes telles celles prononcées en 1967 sur un peuple « sûr de lui et dominateur ».

Je penserais moins à tout cela si la référence au général de Gaulle ne restait pas une quasi obligation dans les milieux politiques français. J’y penserais moins si la politique arabe de la France ne se poursuivait pas et s’il ne continuait à flotter ici des fumets « antisionistes » et anti-américains.

Je n’y aurais pas pensé s’il n’y avait eu la tragédie haïtienne et certaines polémiques absolument déplacées. L’essentiel des secours est venu des états-Unis: c’est un fait. Les états-Unis ont pris en main le maintien de l’ordre et le trafic aérien, c’est un autre fait. Fustiger les secours américains et la prise en main du maintien de l’ordre et du trafic aérien par les forces américaines relève de ce que j’appelle le «syndrome gaulliste» : une maladie de l’esprit conduisant à une sorte de jalousie devant qui est plus efficace que soi, auquel s’ajoutent le sentiment outrecuidant que le monde tourne autour de soi et une propension à s’imaginer que les Américains sont des envahisseurs pleins d’arrière-pensées.

Haïti était un pays sans état ou presque. Secourir une population sans un minimum d’ordre est impossible. Faire atterrir des avions sans personne dans la tour de contrôle est tout aussi impossible. Comme le dit un vieux proverbe, la critique est aisée, mais l’art est difficile. Il est regrettable que des officiels français aient choisi la facilité.

La raison a fini par prévaloir, mais ce qui s’est passé a laissé des traces. La période où Haïti a échappé à une situation de naufrage quasi permanent a été celle où les états-Unis ont administré le pays, de 1915 à 1934. Si cela se produisait à nouveau, ce serait vraiment un moindre mal.

Ce qui s’est passé lors de la tragédie haïtienne n’a été que la répétition de ce qui s’est passé, déjà, lors de presque toutes les tragédies qui ont pu frapper une population sur la terre ces dernières années. Les états-Unis sont une superpuissance, pas la France, et pas un autre pays sur terre. C’est ainsi. Et n’en déplaise à ceux que touche le syndrome gaulliste, je dirai que c’est tant mieux.

Selon la juste expression d’Yves Roucaute, que j’ai déjà citée ici, les états-Unis sont la puissance de la liberté. Je n’ose imaginer ce qu’aurait été le monde depuis le début du XXe siècle sans eux.

Ce qui est inquiétant avec Obama est qu’il se montre si rarement à la hauteur de l’histoire de son propre pays. Pour une fois, il a eu le bon réflexe. Dont acte.

On peut noter aussi que, pendant que des Français se plaignaient de ne pas pouvoir agir, les médecins d’un petit pays agissaient avec efficacité, sans se plaindre : ceux venus d’Israël. étrange : je n’en ai pas entendu parler dans les médias français, Le monde musulman, lui, a brillé par son absence, tout comme la Chine. Quant à l’ONU, j’aurai la charité de ne pas reparler de cette bureaucratie délétère. J’y reviendrai une prochaine fois.

http://www.les4verites.com/Le-syndrome-gaulliste-et-la-tragedie-d-Haiti-2716.html
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 12:02

Là je suis d'accord. thumleft

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 12:19

Retour au sujet :


Pas mal pour la télé française. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 13:34

Dromaeosaurus a écrit:
Effectivement, pour ceux qui obéissent à la lettre à ce que dit le pape et qui pensent que ne pas aller voter est un péché, je conseillerais d'aller donner sa chance à baillemou. C'est le seul à dire qu'il faut baisser les dépenses de 50 milliards (entre autres inepties), ce qui est déjà quelque chose.

En plus il a de réelles chances au 2ème tour contre Hollande, contrairement à Sarkozy qui a 0 chance ( par sa seule faute).
(c'est ne pas aller à la Messe qui est un péché, pas ne pas aller aux élections, surtout si ce n'est pas par désintérêt mais par défaut de candidat valable selon l'électeur.)

Bayrou est un chic type et il a eu un beau discours responsable face à la dette en 2007.

Il a fait un joli score au premier tour.

Dans l'entre-deux-tours, le seul créneau, son seul créneau, c'était être permier ministre de Ségo. leur victoire, aux présidentielles et législatives, était assurée.

et là, comme un puceau, au dernier moment, alors qu'il fallait conclure, il a tout foiré.

Et toi, tu dis qu'il aurait les couilles de Thatcher face à la dette, alors qu'il les a déjà pas pour lui-même ?

De plus, Bayrou a exactement ZERO chance de battre Hollande au second tour. parce qu'il n'y sera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2631
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 13:50

en 2011, Bayrou aurait dû (essayer au moins) construire une alliance de centre-droit anti-sarko (avec morin, villepin, borloo et rama yade). là il y avait encore un créneau...

mais bien sûr, encore une fois, il n'a rien fait, il est resté dans son no-man's-land-centriste...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 28 Jan 2012, 14:55

Citation :
Et toi, tu dis qu'il aurait les couilles de Thatcher face à la dette, alors qu'il les a déjà pas pour lui-même ?

De plus, Bayrou a exactement ZERO chance de battre Hollande au second tour. parce qu'il n'y sera pas.

On peut avoir des couilles et faire n'importe quoi, imaginez que quelqu'un ait vraiment la volonté de mettre au pas la finance ou de réaliser l'égalité réelle. La politique n'est pas d'abord une affaire de couilles, c'est une erreur d'analyser les succès de Thatcher uniquement de cette façon, mais avant tout une question d'éthique, de pertinence et de cohérence intellectuelle. Il faut, tout en étant attaché à ses principes (refus des consensus flous), comprendre les messages renvoyés par la réalité ; être persuadé de son excellence comme Sarkozy ou avoir un parapluie coincé dans le derrière comme Juppé ne suffit pas. S'il y avait un candidat de ce genre j'irais voter. Bayrou est un mauvais candidat parmi d'autres, mais qui n'a pas le passif de Sarkozy. J'ai simplement noté qu'il avait dit une chose juste sur les dépenses publiques.

C'est juste que certains ici sont persuadés qu'il faut absolument aller voter, alors moi je leur dit que Bayrou est un moindre mal très acceptable, la preuve :

François Bayrou libéral?


L’auteur du site « Le libéralisme expliqué » synthétise les exploits passés du député et ministre Bayrou en termes de libéralisme. Ou comment séparer la réalité de l’action du candidat béarnais de son discours de facade.

« Le modèle libéral est un modèle matérialiste. C’est un modèle qui accepte et même qui recherche et qui justifie la marchandisation de la vie humaine, de la conception jusqu’à la mort. […] Pour nous, pour la France et pour l’Europe, nous n’acceptons pas ce modèle matérialiste. » François Bayrou, 2 Septembre 2001

François Bayrou est favorable à la Taxe Tobin, reprenant ainsi la principale proposition de l’organisation néo-marxiste ATTAC. Il s’en vante même : « J’ai proposé une taxe Tobin sociale, et j’étais tout seul à le faire ».
Il est un farouche partisan du Pacte écologique de Mr Hulot et de son cortège de taxes en tout genres dont « une taxe carbone établie de façon progressive sur dix à quinze ans », mesure propre à entrainer « un doublement des prix des carburants d’ici à 2050 » selon Le Monde. Même le très démagogique et très inutile poste de Vice-Premier ministre de l’Environnement trouve grâce à ses yeux : « J’approuve son idée de création d’un poste de vice-premier ministre ».
Cleptocrate revendiqué, Bayrou propose en outre une « hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) » et une « TVA sociale », mesure qualifiée d’ « alchimie» par Alain Madelin qui voit là l’utilisation de la TVA comme un droit de douane qui sera payé au final par le consommateur.
François Bayrou est opposé à l’ouverture des magasins le Dimanche pour des raisons idéologiques de lutte contre « la consommation et l’argent »…
Bayrou a une vision sécuritaire de l’immigration : opposé à la libre-circulation des personnes, il est partisan des reconduites à la frontière : « Si un immigré n’est pas admis, il doit être reconduit, reconduit le plus vite possible ».
Il est favorable à un service civique obligatoire (ou plutôt contraint) visant à forcer les jeunes à perdre six mois de leur vie dans des actions diverses…
François Bayrou n’échappe pas à l’obsession altermondialiste de contrôler l’échange et le commerce. Il souhaite s’intéresser « aux régulations, aux précautions à prendre, devant les évolutions débridées, inquiétantes pour beaucoup, du capitalisme financier » sans toutefois préciser de quelles évolutions débridées il s’agit : la baisse du pourcentage d’êtres humains sous le seuil de pauvreté de 38% en 1970 à 19% en 2000 ou la baisse du chômage dans les pays de l’OCDE de 8,2% en 1984 à 5,8% en 2007 ? Mystère.
Le protectionnisme fait aussi partie de son vocabulaire : il souhaite permettre à la France de « sauver son agriculture, son tissu agricole [...] par les protections nécessaires ».
Bayrou est opposé à la concurrence fiscale entre pays européens. Son objectif est au contraire de « pousser à l’harmonisation des politiques fiscales, empêcher la course au moins-disant fiscal » dans le but d’aboutir à un très inquiétant « impôt européen ».
Les quelques propositions libérales qu’il fait sont bien peu crédibles. Laproposition de François Bayrou d’ « inscrire dans la Constitution l’interdiction pour un gouvernement de présenter un budget en déficit de fonctionnement » peut paraître séduisante pour les libéraux. Sauf qu’une telle proposition de loi a déjà été déposée par Michel Hunaut, Député de Loire-Atlantique le 1er août 2005. Cette proposition proposait d’inscrire dans la loi l’obligation d’atteindre un équilibre budgétaire qui constituerait « un équilibre strict des ressources et des charges budgétaires définitives, hors charges d’investissement ». Mais cette loi a été refusée et François Bayrou ne l’a pas votée !
Le 3 avril 2007, il se déclare « plus à gauche » que les socialistes. Il a déclaré : «c’est le parti qui a fait de fait le plus de privatisations, qui a laissé déraper le déficit et la dette, qui a laissé partir les services publics, qui a donné un mandat de gestion à Lagardère chez Airbus et qui a conduit à la situation où nous sommes ». « J’étais tout seul pour défendre à l’Assemblée l’ASS (allocation spécifique de solidarité) et pour lutter contre la privatisation des autoroutes », a-t-il insisté, rappelant avoir voté la motion de censure déposée par le PS en 2006.
François Bayrou se pose aujourd’hui en héraut de la lutte contre la dette et les dépenses publiques et il ne se dérange pas de nous dire « Je vous l’avait bien dit ! ». Un petit retour sur son action de député et de ministre en la matière s’impose, à l’issue duquel chacun sera libre de juger si il mérite de devenir le prochain Président ou si il se moque ouvertement du monde avec un culot incroyable.

François Bayrou a voté :

POUR le budget de 1987 en déficit de 24 milliards d’euros
POUR le budget de 1988 en déficit de 19 milliards d’euros
POUR le budget de 2003 en déficit de 65 milliards d’euros
POUR le budget de 2004 en déficit de 60 milliards d’euros

Il a été l’un des plus importants ministres du gouvernement qui a construit et soutenu :

le budget de 1994 en déficit de 60 milliards d’euros
le budget de 1995 en déficit de 65 milliards d’euros
le budget de 1996 en déficit de 50 milliards d’euros
le budget de 1997 en déficit de 40 milliards d’euros

(francs convertis et réajustés)

Il est à noter que le Ministère dont il est en charge de 1993 à 1997 voit ses dépenses exploser sous l’ère Bayrou :

1994 : 292 milliards de francs (+3,7%)
1995 : 304 milliards de francs (+3,9%)
1996 : 318 milliards de francs (+4,4%)
1997 : 324 milliards de francs (+1,9%)

François Bayrou est d’ailleurs à l’époque l’un des plus mauvais élèves des gouvernements auxquels il appartient. Encore plus que ses collègues ministres, le ministre Bayrou se fout du déficit et de l’endettement comme de l’an 40 :


En tant que député, outre le fait d’avoir voté et soutenu un grand nombre de budgets en déficit, il a refusé de voter plusieurs lois visant à réduire l’endettement et les déficits :

Il a refusé de voter la Proposition de loi de Jean-Michel Fourgous du 8 juin 2004 pour moderniser les moyens de contrôle parlementaire sur la dépense publique.
Il a refusé de voter la Proposition de loi de Michel Hunault du 1er août 2005 visant à permettre le retour à l’équilibre budgétaire.
Il a refusé de voter la Proposition de loi de Jean-Michel Fourgous du 19 janvier 2007 visant à créer un office d’audit parlementaire pour contrôler les dépenses publiques.
Il a refusé de voter la Proposition de loi constitutionnelle de François Sauvadet et Charles de Courson du 9 janvier 2008 dont l’article premier est : « Il est interdit de présenter et d’adopter une loi de finances dont la section de fonctionnement est en déficit. »
Il a refusé de voter la Proposition de loi constitutionnelle du 14 janvier 2008 visant à garantir l’équilibre budgétaire de l’Etat.

https://www.contrepoints.org/2011/12/24/61804-francois-bayrou-liberal
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Lun 30 Jan 2012, 13:26

Je voterai bien sûr mais je sais d’avance que rien ne changera beaucoup. C’est l’ère de l’argent, les gens sont désinformés, on ne croit plus au partage. Le travail ? Les chômeurs ? Tous les candidats présidents ont laissé tomber depuis longtemps. Ils font au mieux d’après eux, ils sont résignés. L’époque Rocard, Delors c’est terminé. De Gaulle a été le dernier grand Président.

Je n’achète plus de magazine, est-ce que des commentateurs ont déjà écrit que Sarko ne se représentera pas ? On sait depuis longtemps qu’il ne voulait qu’un mandat. Il y a quelques années, en décorant de la légion d’honneur un des ses amis fortunés – homme d’affaires, je ne sais plus qui c’était (dans le Nouvel Obs à l’époque) :
« Tu as une belle maison, des enfants, moi aussi plus tard je ferai de l’argent. » Ca avait fait jaser à l’époque.

Il a dit plusieurs fois dans le passé qu’il ne se représenterait pas en 2012.
S’il annonçait hier ces mesures impopulaires qui plaisent tant au MEDEF ce n’est pas pour rien. De retour à la vie civile, ses amis seront aux bons soins pour lui.
Si la gauche passait elle ne ferait pas grand-chose pour l’emploi. Or c’est le chômage qui est la clé de tout, on sait tous ça, c’est la gangrène. La gauche échouera elle aussi. Au centre et à droite on pourra dire : la gauche n’a fait que des bêtises. Ils n’auront pas entièrement tort.

Espérons pour un débat constructif que le candidat de droite qui se présentera proposera un programme crédible.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Lun 30 Jan 2012, 14:13

Dromaeosaurus a écrit:
Le partage des profits, cette grande illusion


Le débat est lancé ...

Citation :
Si l'on oblige les entrepreneurs à donner la plus grande partie des profits aux salariés et à l'administration fiscale, où se situera l'incitation à entreprendre?

Je viens de faire un mauvais rêve. J'ai rêvé qu'en corrigeant des copies à l'occasion d'un examen d'économie, j'ai trouvé dans l'une d'entre elles la phrase suivante: « Il n'est pas juste que les actionnaires d'une entreprise touchent la totalité des profits. » Puis, un peu plus loin, une phrase de ce genre: « Je voudrais qu'on imagine un système qui fait qu'au moment où on augmente les dividendes, les salariés en aient une partie aussi. »


Quelle note devrais-je donner à l'auteur de telles affirmations? Sans l'ombre d'un doute, je donnerais un zéro, car il serait absolument évident que cet étudiant n'aurait absolument pas compris certaines des bases fondamentales de l'économie. Mais sortant de mon rêve, je m'aperçois avec stupéfaction que ces propos sont à peu près ceux qui ont été tenus par une personnalité importante, le président de la République française en personne! Et mon effroi s'accroît quand je prends conscience que cette méconnaissance des phénomènes économiques est celle d'un personnage qui peut prendre des décisions de politique économique importantes.

Il faut simplement rappeler les principes de base du fonctionnement d'une entreprise. Toute entreprise privée est possédée par un ou plusieurs propriétaires. Ceux-ci – ou leurs mandataires – signent toutes sortes de contrats, avec des fournisseurs, des prêteurs, des salariés. Ces contrats stipulent des prix, des intérêts ou des salaires qui sont déterminés à l'avance, de manière certaine, et les propriétaires de l'entreprise s'engagent donc à les honorer quelles que soient les circonstances. Mais, les circonstances ne peuvent pas être prévues parfaitement à l'avance et toute activité entrepreneuriale implique, de ce point de vue, une part de risque.

Bien entendu, lorsqu'il signe les différents contrats qui l'engagent pour le futur, un propriétaire-entrepreneur espère bien qu'il y aura un écart positif entre la valeur de ce qu'il pourra vendre sur le marché et tout ce qu'il aura payé au titre de ces différents contrats pour produire les biens qu'il vendra. Cet écart est appelé le profit. Comme on le voit, celui-ci est de nature résiduelle, c'est-à-dire qu'il correspond à ce qui reste lorsque tous les contrats certains ont été honorés. Il existe donc seulement dans la mesure où les coûts de production ne dépassent pas le chiffre d'affaires. Mais, il peut arriver que le résultat de l'activité d'une entreprise se solde par une perte et non par un profit, ce qui constitue un risque particulièrement grave. Le propriétaire est celui qui accepte à l'avance de prendre les risques à sa charge. Sa rémunération est donc variable et incertaine, contrairement à celle des salariés ou des prêteurs.

Pour s'engager dans une activité, un producteur a besoin de connaître les coûts qu'il s'engage à couvrir de manière contractuelle, par exemple les salaires. Il sait qu'il obtiendra éventuellement un revenu résiduel. Il est alors absurde de rendre aléatoire un élément important des coûts de production – le salaire – en le faisant évoluer comme le revenu résiduel... Et il serait d'ailleurs encore pire de le faire évoluer à la hausse, mais pas à la baisse, comme cela semble implicitement souhaité. Ce qui est certain, c'est qu'une telle réforme diminuerait considérablement l'incitation à entreprendre des producteurs. Pourquoi seraient-ils tentés de prendre des risques – y compris le risque de faillite – si, dans le cas où leur activité pourrait être profitable, ils seraient obligés de donner la plus grande partie des profits résiduels aux salariés et à l'administration fiscale?

Dans la firme capitaliste traditionnelle, il y a un partage des tâches et des rémunérations qui correspond à la fois à la justice et à l'efficacité. Il est très dangereux de vouloir détruire cet équilibre naturel. C'est cette même distinction des rôles qui est complètement incomprise du président de la République lorsqu'il affirme qu'il n'est pas juste que les propriétaires d'une entreprise reçoivent la totalité des profits. En effet, par définition, le profit est la rémunération des propriétaires et il serait tout aussi absurde de dire qu'il n'est pas juste que les salariés reçoivent la totalité des salaires...

En préconisant un nouveau partage entre salaires et profits, le président prétend accroître le pouvoir d'achat des salariés, après avoir promis de manière imprudente qu'il irait chercher la croissance « avec les dents ». Mais il ignore que le seul moyen d'augmenter durablement le pouvoir d'achat consiste à accroître la productivité du travail, que celle-ci implique des investissements, donc des incitations à épargner, à investir et à entreprendre. Ce n'est pas en punissant ceux qui accumulent du capital et qui entreprennent qu'on obtiendra ce résultat.

http://www.quebecoislibre.org/11/110515-12.html

Bonjour Dromaeosaurus,


Liberté Égalité FRATERNITÉ,

la liberté ça quitte a en faire une chaine et un esclavage chacun le fait même au dépend des autres et de la vérité,

Égalité beaucoup voudraient que ce soit le nivellement par le bas et sans se forcer pourvu que ça aille dans leur intérêt !

FRATERNITÉ , ça on ne l'a jamais fait pour ce que c'est en Vérité , pas une loi ne peut nous mener a être fraternel , les camarades , les socialistes n'y ont pas réussit et même la religion n'a pas fait montre de vrai Fraternité (malheureusement) !

alors certains ne veulent que de l'économie de réussite comme moyen ! bah t'en qu'a nier les choses autant trouver des paramètres qui accrédites cette vision ! mais enfin Dieu pognon y a longtemps qu'il est loué partout sous toutes ses formes !

je suis enfant d'un homme qui était patron, lorsque j'ai eu mon accident du travail nous étions arrivé a être 150 employés, personnellement j'ai toujours vu mon frère et une personne en chaque employé de l'entreprise, notre but n'était pas de faire des valises de billets , mais de faire le travail devant nous et de permettre a ceux qui l'accomplissaient avec nous d'être payé dignement pour un travail souvent très pénible ( démolition terrassement) !

aujourd'hui (en 1994) mon père a quitté ce monde et moi ça ne durera pas aussi longtemps que ça a duré , donc a quoi nous aurait il servit d'exploiter des hommes (mes frères) vu comment se termine toute vie ici ?
notre entreprise fonctionné très bien, on roulait pas sur l'or mais on ne volé ni n'en avait l'intention on payé nos dettes , seulement si on avait voulu on aurait pu faire des tas de combines (qu'est ce que l'on nous en a proposés) mais on refusait (on a loupé beaucoup de beaux chantiers a cause de cela !)
aujourd'hui je vois que les gens qui se convainquaient eus même que c'était pas grave sont au pouvoir et que notre pays es a la ruine, quoi d'étonnant vu comment ils géraient leurs affaires (des ministres y compris) et puis certains sont morts et il ne m'ont pas semblé très heureux malgré leurs fortunes et pseudo réussites !!
aujourd'hui je n'ai pas grand chose mais je suis prés a quitter ce monde en Paix !

si au lieu de choisir vos règles financières et économiques vous choisissiez la Fraternité qui vous permet d'avoir peu mais dans la Paix , la terre entière serait comme un jardin irrigué , mais on refuse d'aimer donc de partager et surtout de voir dans le plus incapable des hommes Sont Égaux en Fraternité !

les pseudo intello et autres Mrs de bonne éducation veulent de gros salaire , "bien sûr ma stature ma capacité me donne le droit d'avoir 20 parts , alors que l'autre n'aura droit qu'au SMIG même s'il a 5 enfants !"
Jésus Lui n'avait même pas une pierre pour reposer Sa Tête et chacun est persuadé d'être un chrétien (au parfum religieux de ce que tu voudra !) le temps qu'on en sera encore de là faut pas croire que l'on aura une seule solution pour s'en sortir , chaque jour nous reculons devant l'Amour en faisant 1000 pirouettes dans le but de ne pas perdre le fruits de nos escroqueries !

je vois chaque jour les fruits des tricheries nous pourrir la vie, ça me fait extrêmement mal, pour ceux qui arrivent (la génération qui n'y est pour rien) et a qui on enseigne le crime comme une normalité, je vois aussi périr les idiots qui ont mis tout cela au point et leurs sort ne me réjouit pas non plus !

alors tentons de ne pas épauler les calculs et fourberie du monde qui ne voit plus qu'ici la rentabilité en parasitant la Vie !

Jésus sait compter mieux qu'aucun Homme et LUi IL nous a donné la réponse sur le partage du nécessaire on refuse alors on a la facture sous les yeux et comme Dieu ne triche pas "IL FAUDRA LA PAYER JUSQU'AU DERNIER CENTS !" :sage:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Lun 30 Jan 2012, 14:35

:bravo:
:angebig:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Fév 2012, 17:09

La France est mûre pour toutes les dérives et tous les naufrages



Voici quelques jours, donnant une conférence, une question m’a été posée : pourquoi ne vous voit-on pas davantage dans les grands médias ? La réponse que j’ai donnée fut simple : parce qu’on ne m’invite pas.

Je suis même sur une forme de liste noire : à n’inviter sous aucun prétexte. Frédéric Taddei est le seul à ne pas respecter la liste noire, et il le fait à dose homéopathique, car il craint pour sa propre place.

Quel est mon crime ? Je dis des choses qui ne se disent pas.

Je peux rappeler, par exemple, l’histoire du Proche-Orient, et si je parle d’Israël, je ne commence pas par la formule rituelle qu’on m’a pourtant conseillé d’employer : « bien sûr que le gouvernement Netanyahu a tort et se conduit mal, mais… ». Si je parlais de la Libye, je pourrais dire qui sont ceux qu’on a installés au pouvoir et parler des actes d’épuration ethnique à l’encontre des noirs. Ce genre de positions se voit donner un nom qui sent l’anathème en France : « extrême droite ».

Vous me répondrez que c’est absurde de me dire d’ « extrême droite » puisque je suis résolument hostile au racisme, à l’antisémitisme, aux Etats autoritaires, au totalitarisme, et que je défends le respect des droits de l’homme, la liberté individuelle, la liberté de parole et la liberté d’entreprendre ? Vous oubliez une chose : ce qui définit une personne d’ « extrême droite » aujourd’hui en France est de dire la vérité sur Israël, de ne pas trouver Mahmoud Abbas sympathique (un si grand démocrate…).

Quelques autres critères de l’extrême droite en France ?

Ne pas avoir trouvé le discours anti-américain de Dominique de Villepin, aux Nations Unies, contre l’intervention américaine en Irak remarquable, avoir trouvé des qualités humaines à George Walker Bush, critiquer le merveilleux Barack Obama. Quand bien même on la dit toujours d’ « extrême droite », Marine Le Pen est plus aisément invitée sur un plateau de télévision que moi. Et ce n’est pas seulement parce qu’elle est à la tête d’un parti : c’est aussi que sur ces divers sujets, étant anti-américaine et comptant des antisémites dans son parti, elle est moins d’ « extrême droite » que moi.

Cette perversion des définitions a pu, autrefois, susciter mon dégoût ou ma colère. Ce n’est plus le cas. Je préfère, le plus souvent, en sourire. (note de JPG : bravo !)

Cela atteint un degré tel qu’on ne m’invite pas même à parler de sujets économiques alors que je suis aussi économiste.

Je partage ce regrettable honneur avec quasiment tous les économistes compétents de ce pays. Ailleurs qu’en France, un économiste se réclamant de Milton Friedman, ou de la tradition autrichienne serait invité sur un plateau de télévision, pas en France, ou très rarement. En France, vous pouvez être « économiste marxiste », « économiste keynesien », et c’est à peu près tout. Que Marx et Keynes se soient trompés n’importe pas : leurs idées sont acceptables. Que d’autres économistes ne se soient pas trompés est inacceptable, surtout si vous le démontrez. On admettra à la rigueur un économiste libéral s’il est effacé et parle peu : il sera décoratif à côté d’une plante verte, mais un économiste libéral qui parle de façon convaincante sera exclu. Même un ancien ministre comme Alain Madelin sera placé en marge : quand on l’invite, il dit des choses sensées, et cela peut risquer de faire passer nombre de « spécialistes » pour des imposteurs.

Un ami qui m’invitait encore, très rarement, à la radio, m’a fait savoir que, dès lors qu’en supplément du reste je critiquais Nicolas Sarkozy, je dépassais vraiment les bornes, et depuis il ne me prend même plus au téléphone.

La question qui découlait chez mon interlocuteur était : « et les médias juifs, ils vous invitent ? ». J’ai dû lui répondre que si Michel Zerbib, que je tiens pour un ami, m’invitait sur Radio J, il était le seul, et je ne sais même pas (je n’ai pas demandé) si je pourrais avoir une émission régulière sur Radio J : je crois que je serais trop dangereux, et que la station recevrait de vives remontrances et prendrait des risques inconsidérés. Sur les autres radios juives, je ne suis plus invité du tout. Pour les organisations juives autres que France-Israël, que dirige William Goldnadel, je sens le souffre à un tel point qu’on ne m’invite plus. Si David Horowitz était de passage en France, il ne serait pas invité non plus (sauf par Michel Zerbib et France-Israël). Des gens qui se trompent dans leurs analyses avec la régularité d’un métronome bien réglé, et d’autres qui ont mis tellement d’eau dans leur vin qu’il ne reste qu’un filet d’eau tiède sont, par contre, bien accueillis : ceux qui écouteront leurs paroles n’apprendront rien, mais c’est le but du jeu tel qu’il se joue.

Je pourrais ajouter aux questions de mon interlocuteur : « et les éditeurs ? ».

Etant interdit de publication dans tous les journaux et tous les grands magazines imprimés français, étant interdit de radio et de télévision, qui pourrait croire qu’un grand éditeur me publierait ? Le dernier grand éditeur à m’avoir publié fut les éditions du Rocher, pour un livre sur Michael Moore, et ce fut presque un miracle. Depuis ce livre, plus personne ne me reçoit aux éditions du Rocher. Avant, il y avait eu un autre grand éditeur, La Martinière. J’y ai publié un livre qui a été leur meilleure vente de l’année, catégorie essai, « Ce que veut Bush », et la direction de la maison s’est aperçue (ils n’avaient pas fait attention) que je n’y disais pas que Bush était un monstre. Découvrant leur bévue, ils ont changé de ton, d’un jour à l’autre : un jour, on m’a dit « on est très heureux de vos ventes, on attend le prochain livre avec impatience », le lendemain, on m’a dit : « on ne peut pas publier le prochain livre pour des raisons que nous ne pouvons énoncer, et nous vous conseillons de renoncer à le publier ». Le livre était écrit, et un manuscrit, qui était « excellent » la veille, est devenu brusquement impubliable dès le lendemain.

Pour publier ce livre et les suivants, j’ai dû trouver de petits éditeurs qui n’ont pas toujours été efficaces. J’ai dû faire face aux libraires qui ont caché mes livres sous le comptoir et les ont donnés aux lecteurs qui les demandaient avec plus de réticence que si c’étaient des ouvrages pornographiques.

J’ai publié ainsi un livre que Jean François Revel, juste avant sa mort, m’a dit constituer un apport fondamental à la pensée : « La Septième dimension ». Le livre a été totalement boycotté. Il ne s’en est pas vendu mille exemplaires. J’avais prévu d’en écrire une suite, en deux volumes supplémentaires. J’ai renoncé. J’ai renoncé, en fait, à écrire tout livre de fond dans les conditions présentes. Quand je lis ou quand j’écoute les débats sur la « finance », la « crise économique », la « crise du politique », l’impact des innovations scientifiques sur la vie moderne et une infinité d’autres sujets, il peut m’arriver de cesser de rire et de me mettre en colère en me disant que toutes les explications requises sont dans « La septième dimension ». Et je songe que j’aurais mieux fait de me tourner les pouces que d’écrire « la septième dimension ».

Rédiger des articles comme je le fais pour Dreuz, pour la Mena, pour Israël magazine, écrire des livres brefs pour apporter des arguments sur quelques points qui me tiennent à cœur, est ce que je puis faire encore. Je n’ai pas le cœur à écrire un livre de quatre cents pages en y consacrant une année entière pour le voir finir au pilon.

Comme je l’ai dit à mon interlocuteur : j’ai choisi le métier de penseur, et je ne pense pas que c’est un métier sale. Je ne peux donc le faire salement. Mais ne pas le faire salement me conduit, dans un pays qui fonctionne sur le mode d’un totalitarisme doux et sur celui d’une pensée aseptisée, à le faire en position de dissident.

Un ami me disait voici quelques mois qu’il n’y avait plus de penseur de la stature de Raymond Aron et de Jean-François Revel en France : je lui ai répondu que si, il y en avait sans doute, et je n’avais pas la vanité de parler de moi.

J’ai cité Philippe Nemo, Alain Laurent, Pascal Salin, quelques autres. Ceux que j’ai cités sont moins dissidents que moi car ils ne défendent pas spécialement Israël, ils ne sont pas spécialement proches du conservatisme américain, on ne les place donc pas nécessairement à l’ « extrême droite », mais ils sont dissidents néanmoins.

J’ai traduit et préfacé un livre de Daniel Pipes, islamologue de renommée mondiale : pas un seul éditeur français n’a voulu du livre, et quand un petit éditeur l’a publié, il est passé aussi inaperçu que « La septième dimension ». J’ai voulu traduire et préfacer un livre de Norman Podhoretz : voici vingt-cinq ans, Norman Podhoretz était reçu avec les honneurs et préfacé, précisément, par Raymond Aron. Aujourd’hui ? On m’a répondu que c’était un auteur d’ « extrême droite », donc impubliable. J’avais en tête d’autres grands auteurs, mais j’ai gardé la liste pour moi-même. Tandis qu’on idolâtre en France un vieil antisémite aux idées indigentes appelé Stéphane Hessel, les plus grands penseurs de ce temps, connus et respectés ailleurs sur la planète, sont mis au rebut en France.

Le relatif succès de Comment le peuple palestinien fut inventé, bien que le livre ait été entouré d’un silence médiatique absolu, l’opération un livre un député lancée ici par Jean Patrick Grumberg, m’incitent à continuer encore un peu avant de tourner la page. Je n’en sais pas moins fort bien où nous en sommes.

Quand, dans un pays, la pensée n’est plus libre, quand on ne peut plus y faire le métier de penseur ou celui d’économiste sans devoir se salir ou courber l’échine pour être acceptable par la nomenklatura et ceux qui la servent, quand on y remplace l’information et la connaissance par la propagande et qu’on dit que la propagande est l’information et la connaissance, quand des auteurs sont conduits à renoncer à écrire parce que leur cerveau ne ressemble pas à une éponge gorgée de l’air empoisonné d’une époque suicidaire, ce pays est mûr pour toutes les dérives et tous les naufrages.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/2012/02/la-france-est-mure-pour-toutes-les-derives-et-tous-les-naufrages/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Mar 07 Fév 2012, 19:05

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Mar 07 Fév 2012, 19:50

Tout de même un petit élément encourageant : il me semble qu'il y a quelques années on n'entendait pratiquement jamais ce genre de discours à la radio ni à la télé. Or avec une chaîne comme BFM TV, la plus grosse de France, on l'entend régulièrement.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Mar 07 Fév 2012, 19:51

j'avoue que je ne crois plus en un redressement de la France tant que les barbares gauchistes auront la main sur l'éducation nationale, la haute administration, les médias et les syndicats. Ce sont là les lieux des réformes de fond, prioritaires et urgentes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Mar 07 Fév 2012, 20:40

Philippe Fabry a écrit:
Tout de même un petit élément encourageant : il me semble qu'il y a quelques années on n'entendait pratiquement jamais ce genre de discours à la radio ni à la télé. Or avec une chaîne comme BFM TV, la plus grosse de France, on l'entend régulièrement.

C'était sur BFM biznèsse, la chaîne spécialisée sur l'économie qui n'est pas sur la TNT ... mais c'est vrai que les analyses de Nicolas Doze vont souvent dans le bon sens même s'il dit parfois des bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
 
Election présidentielle 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présidentielle 2012 bientôt les résultats
» Le vote enseignant : sondage présidentielle 2012
» L'élection présidentielle en Russie aurait-elle été truquée ?
» L'élection présidentielle n'intéresse plus Neoprofs ?
» Prière pour les élections présidentielles 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: