DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Election présidentielle 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Election présidentielle 2012   Jeu 02 Juin 2011, 18:28

Le partage des profits, cette grande illusion


Le débat est lancé ...

Citation :
Si l'on oblige les entrepreneurs à donner la plus grande partie des profits aux salariés et à l'administration fiscale, où se situera l'incitation à entreprendre?

Je viens de faire un mauvais rêve. J'ai rêvé qu'en corrigeant des copies à l'occasion d'un examen d'économie, j'ai trouvé dans l'une d'entre elles la phrase suivante: « Il n'est pas juste que les actionnaires d'une entreprise touchent la totalité des profits. » Puis, un peu plus loin, une phrase de ce genre: « Je voudrais qu'on imagine un système qui fait qu'au moment où on augmente les dividendes, les salariés en aient une partie aussi. »


Quelle note devrais-je donner à l'auteur de telles affirmations? Sans l'ombre d'un doute, je donnerais un zéro, car il serait absolument évident que cet étudiant n'aurait absolument pas compris certaines des bases fondamentales de l'économie. Mais sortant de mon rêve, je m'aperçois avec stupéfaction que ces propos sont à peu près ceux qui ont été tenus par une personnalité importante, le président de la République française en personne! Et mon effroi s'accroît quand je prends conscience que cette méconnaissance des phénomènes économiques est celle d'un personnage qui peut prendre des décisions de politique économique importantes.

Il faut simplement rappeler les principes de base du fonctionnement d'une entreprise. Toute entreprise privée est possédée par un ou plusieurs propriétaires. Ceux-ci – ou leurs mandataires – signent toutes sortes de contrats, avec des fournisseurs, des prêteurs, des salariés. Ces contrats stipulent des prix, des intérêts ou des salaires qui sont déterminés à l'avance, de manière certaine, et les propriétaires de l'entreprise s'engagent donc à les honorer quelles que soient les circonstances. Mais, les circonstances ne peuvent pas être prévues parfaitement à l'avance et toute activité entrepreneuriale implique, de ce point de vue, une part de risque.

Bien entendu, lorsqu'il signe les différents contrats qui l'engagent pour le futur, un propriétaire-entrepreneur espère bien qu'il y aura un écart positif entre la valeur de ce qu'il pourra vendre sur le marché et tout ce qu'il aura payé au titre de ces différents contrats pour produire les biens qu'il vendra. Cet écart est appelé le profit. Comme on le voit, celui-ci est de nature résiduelle, c'est-à-dire qu'il correspond à ce qui reste lorsque tous les contrats certains ont été honorés. Il existe donc seulement dans la mesure où les coûts de production ne dépassent pas le chiffre d'affaires. Mais, il peut arriver que le résultat de l'activité d'une entreprise se solde par une perte et non par un profit, ce qui constitue un risque particulièrement grave. Le propriétaire est celui qui accepte à l'avance de prendre les risques à sa charge. Sa rémunération est donc variable et incertaine, contrairement à celle des salariés ou des prêteurs.

Pour s'engager dans une activité, un producteur a besoin de connaître les coûts qu'il s'engage à couvrir de manière contractuelle, par exemple les salaires. Il sait qu'il obtiendra éventuellement un revenu résiduel. Il est alors absurde de rendre aléatoire un élément important des coûts de production – le salaire – en le faisant évoluer comme le revenu résiduel... Et il serait d'ailleurs encore pire de le faire évoluer à la hausse, mais pas à la baisse, comme cela semble implicitement souhaité. Ce qui est certain, c'est qu'une telle réforme diminuerait considérablement l'incitation à entreprendre des producteurs. Pourquoi seraient-ils tentés de prendre des risques – y compris le risque de faillite – si, dans le cas où leur activité pourrait être profitable, ils seraient obligés de donner la plus grande partie des profits résiduels aux salariés et à l'administration fiscale?

Dans la firme capitaliste traditionnelle, il y a un partage des tâches et des rémunérations qui correspond à la fois à la justice et à l'efficacité. Il est très dangereux de vouloir détruire cet équilibre naturel. C'est cette même distinction des rôles qui est complètement incomprise du président de la République lorsqu'il affirme qu'il n'est pas juste que les propriétaires d'une entreprise reçoivent la totalité des profits. En effet, par définition, le profit est la rémunération des propriétaires et il serait tout aussi absurde de dire qu'il n'est pas juste que les salariés reçoivent la totalité des salaires...

En préconisant un nouveau partage entre salaires et profits, le président prétend accroître le pouvoir d'achat des salariés, après avoir promis de manière imprudente qu'il irait chercher la croissance « avec les dents ». Mais il ignore que le seul moyen d'augmenter durablement le pouvoir d'achat consiste à accroître la productivité du travail, que celle-ci implique des investissements, donc des incitations à épargner, à investir et à entreprendre. Ce n'est pas en punissant ceux qui accumulent du capital et qui entreprennent qu'on obtiendra ce résultat.

http://www.quebecoislibre.org/11/110515-12.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 02 Juin 2011, 22:13

Avis : ce message s'adresse à tous les apprentis sorciers du forum qui veulent réglementer la finance et à tous ceux qui croient que Nicolas Sarkozy est « libéral ».

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 02 Juin 2011, 22:21

Dromaeosaurus a écrit:
Le partage des profits, cette grande illusion


l

Cher Dromaeosaurus,

Le partage des profit est réel en Europe et n'a jamais été aussi fort. Mais le français a une grande passion : l'ENVIE. Ce péché capital qui ronge le coeur du petit lui fait regarder les quelques minorités très riches comme si elle causaient son malheur. En comparaison, il s'estime pauvre avec ses "misérables" 4000 Euros de revenu et s'il en avait 8000, il serait encore rongé par ce vilain défaut.

Il faut procéder autrement et se réjouir de ce qu'on a plutôt que d'envier ce qu'on n'a pas.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Jeu 02 Juin 2011, 22:31


Cher Arnaud,

ce texte est un plaidoyer contre le partage imposé des profits par le président de la république, décrit comme gesticulation démagogique et destructrice de richesses, il n'a pas été tiré de la Pravda ou du Figarmonde. ;)

Auriez-vous lu l'article sans vos lunettes ? :beret:

ps// Je suis un serpent, pas une buse !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 17:26

De Mitterrand à Sarkozy : 30 ans de malheur


« Le 10 mai dernier, il fallait, paraît-il, fêter le trentième anniversaire de l’élection de François Mitterrand. Une fête a même été organisée place de la Bastille.

Il y avait eu une fête, déjà, il y a trente ans. Elle s’était achevée sous les éclairs et les coups de tonnerre d’un violent orage dans lequel on pouvait voir un signe annonciateur. Dans les semaines qui ont suivi, on a entendu des discours inspirés de Robespierre et de Fouquier-Tinville parlant de têtes qui devaient tomber, de gens qui avaient juridiquement tort parce qu’ils étaient politiquement minoritaires…

Au bout de deux ans, les délires se sont faits moins fréquents. Mais la destruction de la société française, qui avait, hélas, commencé bien avant, s’est accentuée jusqu’à atteindre la situation de naufrage dans laquelle nous sommes.

C’est aux années Mitterrand qu’on doit la transformation finale de l’Éducation nationale en une machine à produire des analphabètes formatés. C’est à ces mêmes années qu’on doit le règne d’un conformisme journalistique qui fait qu’il n’existe aujourd’hui plus un seul quotidien dans lequel on peut apprendre la moindre nouvelle digne de ce nom. C’est à ces années qu’on doit la multiplication des assistés. C’est à ces années qu’on doit la perversion de la justice par des organisations telles que le Syndicat de la Magistrature.

Dès la réélection de Mitterrand, en 1988, on a vu que le peuple français avait choisi le suicide : quand on décide de confier son destin à un homme qui présente le peuple sous le jour d’un bébé hilare et le Président, sur un mode pétainiste, sous celui du père de la nation, on ne peut s’étonner des conséquences.

Le Chirac qui a succédé à Mit­terrand était un homme sans consistance, tout juste capable d’adopter l’attitude du chien crevé au fil de l’eau et de se dresser sur ses ergots pour pratiquer l’anti-américanisme et l’anti-israélisme dont certains semblent si friands. Avoir tenté de sauver Saddam reste, se murmure-t-il, le grand titre de gloire de celui qui habite désormais chez ses amis Hariri.

Après douze années de présidence Chirac, on pouvait penser qu’il ne serait pas possible de trouver pire, mais si, on a trouvé pire. Il faut dire que le choix en 2007 était consternant : qui aurait pu imaginer porter à la présidence la cruche du Poitou ?
Nicolas Sarkozy n’a pas fait illusion vingt-quatre heures, si on regarde bien. La soirée au Fouquets et les chansons de Mi­reille Mathieu, place de la Con­corde constituaient déjà tout un programme. La chute de Sarkozy dans les sondages est la traduction directe de l’intense déception qu’il a suscitée.

Nicolas Sarkozy pensait à la présidence en se rasant le matin : il ne pensait à rien d’autre, c’est visible. Effroyablement visible. Il faut vraiment que la réflexion soit tombée très bas en ce pays pour qu’on ose qualifier Nicolas Sarkozy de « libéral ». Il faut aussi avoir un cerveau irrémédiablement abîmé pour voir en lui un « conservateur ».

Nicolas Sarkozy est un homme qui a appris la politique politicienne pendant les années Mitterrand et qui l’a pratiquée pendant les années Chirac. Il gouverne comme un socialiste et comme un écologiste. Au Royaume-Uni, il serait au parti travailliste et, aux États-Unis, il trouverait ses aises au parti démocrate. Il ajoute, certes, des dimensions autoritaires et parfois xénophobes qui suscitent ma répulsion, moi qui suis attaché au droit et à la liberté individuelle.

Nicolas Sarkozy a parlé de « rupture ». J’ai surtout vu la continuité avec les années qui l’ont précédé. Mitterrand était un homme cynique et toujours sur les lisières de la corruption, Chirac était cynique et plus proche encore des lisières de la corruption. Nicolas Sarkozy n’est pas cynique, il est agité. Il n’est pas corrompu, mais plutôt mégalomane. Il voudrait avoir l’air, mais, comme disait Brel, il n’a pas l’air du tout.

En 2012, divers signes semblent indiquer que le parti socialiste va revenir au pouvoir. Les socialistes, en fait, n’ont jamais quitté le pouvoir depuis 1981. Aux quatorze années de Mitterrand se sont ajoutées cinq années de gouvernement Jospin. Les sept années de présidence Chirac (deux plus cinq) ont laissé autant de trace qu’une fiente sur un pare-brise. Les cinq années de Sarkozy s’achèvent dans le fiasco libyen. La justice est toujours pervertie. L’informa­tion informe moins que jamais. Les assistés restent assistés. L’Éducation nationale continue à décerveler. Il fallait fêter l’élection de François Mitterrand, incontestablement !… »

http://www.les4verites.com/De-Mitterrand-a-Sarkozy-30-ans-de-malheur-3736.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 17:38

Dromaeosaurus a écrit:
De Mitterrand à Sarkozy : 30 ans de malheur

Cher ami, vous relayez un article dont le titre me fait rire. Jamais nous n'avons été aussi prospère et protégé.

Si certains ont été malheureux durant ces trente ans, c'est qu'ils ne sont pas heureux dans leur coeur et leur tête. Sans doute parce que la richesse matérielle n'est pas tout et que, sans Dieu qui donne sens à la vie, on boit une eau qui ne désaltère pas !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 17:44

Arnaud Dumouch a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
De Mitterrand à Sarkozy : 30 ans de malheur

Cher ami, vous relayez un article dont le titre me fait rire.

D'accord pour le titre, mais sur le fond ? La vidéo est un document solide (Salin est LE spécialiste de l'école autrichienne et de la monnaie en France), bien argumenté et clair je crois. Même si on croit en Jésus Christ, on peut quand même se comparer à d'autres pays développés dans le monde, déplorer l'indigence du débat politique en France et tenter d'y remédier, non ?

Ou alors pour remédier à la dépression du pays, tout le monde rentre dans un couvent. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 17:50

Quand N. Sarkozy a rappelé que l'argent n'était qu'un moyen et qu'il fallait un sens profond à la vie, où le prêtre avait un rôle, tout le monde a ricané.

Le malheur, c'est donc le peuple qui se le crée. Le Prince n'a pas de pouvoir sur le sens que chacun donne à sa vie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 18:01


Vous voulez dire que Nicolas Sarkozy n'a aucune responsabilité dans la situation de la France actuelle ? Vous rigolez ou quoi ? D'autres pays ont eu des hommes d'états qui ont rendu aux gens leur responsabilité, et la prospérité est revenue. Il y avait des tas de choses à faire, surtout dans les 3 premiers mois suivant l'élection, un espace immense ouvert en 2007, Nicolas Sarkozy s'est ingénié à le refermer.

Dites moi ou est la cohérence de la politique de Nicolas Sarkozy dans quelque domaine que ce soit : à part un bonapartisme volontarisme et autoritaire complètement inadapté au XXIème siécle et une succession de ratures, je cherche toujours ...

Sinon, pour revenir sur le fond, je serais curieux de savoir ce que vous pensez du partage imposé des profits par le président et des arguments de Salin sur la réglementation du système bancaire. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 18:30

Il n'a aucune responsabilité. Parmi les président, il est celui qui a tenté d'instituer une laïcité positive, ou religion et Etat coopèrent, la religion s'occupant du sens de la vie, l'Etat de la matière de la vie.

ca a été un flop. Les Français ne veulent pas de cela. Les Français veulent vivre sans Dieu, dans la liberté du Carpe Diem et ne demandent qu'une chose au Président : de l'argent.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 18:47



Je suis en désaccord total avec ce que vous dites. Ce n'est pas au président de définir de façon autoritaire le rôle de la religion dans la société, son rôle était de faire revenir l'état à ses fonctions régaliennes et de laisser les initiatives exister. Je comprends à 100% qu'il ait suscité la haine des gauchistes et des anticléricaux par sa façon de faire. Le paternalisme, c'est détestable.

Pourquoi Sarkozy n'a pas brisé le monopole de l'éducation nationale pour que les élèves puissent bénéficier d'un vrai enseignement pluraliste selon les désirs des parents, et non plus un élevage de marxistes en batterie ?

Pourquoi n'a-t-il pas réformé les lois sur la liberté d'expression, coupé les subventions aux médias et aux associations, et privatisé France Télévision ? Aujourd'hui, on aurait des médias d'information un peu plus indépendants du pouvoir et un peu plus pluralistes en dehors de l'internet, dont certainement des canaux catholiques côtoyant des médias athées.

D'autre part, quand vous dites que les Français demandent de l'argent au président, vous soulevez un vrai problème : CA NE MARCHE PAS ! La prospérité ne se décrète pas. Au lieu de tenir une ligne libérale courageuse, ce qui aurait été le cas s'il avait été un homme d'état avec une culture économique minimale (comme Thatcher ou Rigane) et lisant autre chose que des BDs, le président a cédé à la démagogie et à l'achat des clientèles électorales, avec force gesticulations et gaspillages.

ET vous n'avez toujours pas répondu aux arguments économiques de Salin, je vous attends là dessus. Very Happy N'oubliez pas qu'un homme politique doit se positionner par rapport à des intellectuels, et non l'inverse. Ce serait intéressant de savoir comment l'UMP compose son programme.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 18:53

Il n'y a pas de monopole de l'éducation nationale en France. 40% des écoles sont catholiques. Si les écoles catholiques elles-mêmes apostasient de leur caractère propre,k ce n'est pas la faute de Sarkozy.

Citation :

Pourquoi n'a-t-il pas réformé les lois sur la liberté d'expression, coupé les subventions aux médias et aux associations, et privatisé France Télévision ? Aujourd'hui, on aurait des médias d'information un peu plus indépendants du pouvoir et un peu plus pluralistes en dehors de l'internet, dont certainement des canaux catholiques côtoyant des médias athées.

TF1, Europe 1, RTL sont privés et cela ne change rien. La Presse écrite est privée, et cela ne change rien.

Lorsque Dieu sort des coeurs, Dieu sort des coeurs.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 19:07

Citation :
Il n'y a pas de monopole de l'éducation nationale en France. 40% des écoles sont catholiques. Si les écoles catholiques elles-mêmes apostasient de leur caractère propre,k ce n'est pas la faute de Sarkozy.

Les écoles « privées » sous contrat ne sont « privées » que de nom. Les programmes sont exactement les mêmes que dans l'école publique, avec les mêmes matières obligatoires et les mêmes matières interdites (à l'exception du cathéchisme), les enseignants mangent directement dans la main de l'état (les parents n'exercent pas leur responsabilité via un chèque éducation par exemple), les horaires sont les mêmes, et les diplômes requis sont réglementés.

Quand je parle d'école privée, d'autre part, je ne parle pas forcément d'école confessionnelle.

Citation :
TF1, Europe 1, RTL sont privés et cela ne change rien. La Presse écrite est privée, et cela ne change rien.

Justement, il existe quelques petites radios qui donnent quelque chose de différent (radio courtoisie, radio J). Quand à la presse soi disant « privée », soit elle est soutenue à bout de bras par des subventions (je pense à des titres comme l'Humanité, le Monde, le Figaro qui évitent la faillite grâce à l'état), soit elle relève de grands groupes, qui eux mêmes sont en collusion malsaine avec l'état.

Et puis je ne reproche pas à Sarkozy l'apostasie de la France : ça, c'est un sujet de théologie. Je lui reproche de n'avoir (presque, soyons gentil) rien fait pour la sortir de l'impasse socialiste et de ne pas avoir remis en question l'héritage néfaste de de Gaulle et de Mitterrand.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 19:21

Bonsoir,quel est votre "logiciel" philosophique en politique ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 19:37

Alexis232 a écrit:
Bonsoir,quel est votre "logiciel" philosophique en politique ?

Libéral conservateur, libéral au sens de Féréric Bastiat et Hayek, et conservateur au sens de Léo Strauss. Mon libéralisme est éthique, subjectiviste, et non utilitariste ou pragmatique. Je préfère les écoles française et autrichienne à l'école anglaise.

Évidemment, je suis pour la mondialisation, le démantèlement des services publics, et les délocalisations. :twisted:

Bref, en dehors de libertariens purs et durs qui représentent 1% des voix, c'est quelque chose qui n'existe pas du tout en France dans l'offre politique actuelle. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 19:43

Dromaeosaurus a écrit:
Alexis232 a écrit:
Bonsoir,quel est votre "logiciel" philosophique en politique ?

Libéral conservateur, libéral au sens de Féréric Bastiat et Hayek, et conservateur au sens de Léo Strauss. Mon libéralisme est éthique, subjectiviste, et non utilitariste ou pragmatique. Je préfère les écoles française et autrichienne à l'école anglaise.

Évidemment, je suis pour la mondialisation, le démantèlement des services publics, et les délocalisations. :twisted:

Bref, en dehors de libertariens purs et durs qui représentent 1% des voix, c'est quelque chose qui n'existe pas du tout en France dans l'offre politique actuelle. Idea


Il me semble que vous partagez exactement la même doctrine politique que l'un des modérateurs du forum: Philippe Fabry.
Quand vous dites:"Évidemment, je suis pour la mondialisation" vous englobez aussi l'idéologie mondialiste ou vous parlez seulement d'un processus naturel qu'on appel mondialisation?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 19:59

Ah bon ? Il reste quelques intellectuels Français en vie dont je me sens proche, c'est vrai, comme ceux qui sont en haut de cette page.

Quand je dis que je suis pour la mondialisation, c'est un peu de la provocation bien sûr, je veux dire que l'entreprise du XXIème siècle n'a plus rien à voir avec l'entreprise du XIXème sicècle ou du XXème, que je suis contre les droits de douane et le protectionnisme, favorable à toutes les formes de concurrence possibles (concurrence de normes, de monnaies, de marchandises, concurrence fiscale) sans l'intervention d'états ou d'organisations supra-étatique du type UE, FMI, banque mondiale ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 20:04

Dromaeosaurus a écrit:
Ah bon ? Il reste quelques intellectuels Français en vie dont je me sens proche, c'est vrai, comme ceux qui sont en haut de cette page.

Quand je dis que je suis pour la mondialisation, c'est un peu de la provocation bien sûr, je veux dire que l'entreprise du XXIème siècle n'a plus rien à voir avec l'entreprise du XIXème sicècle ou du XXème, que je suis contre les droits de douane et le protectionnisme, favorable à toutes les formes de concurrence possibles (concurrence de normes, de monnaies, de marchandises, concurrence fiscale) sans l'intervention d'états ou d'organisations supra-étatique du type UE, FMI, banque mondiale ...


Si vous permettez ma remarque,votre commentaire est contradictoire...car via une concurrence fiscale ou monétaire beaucoup d’États sont protectionnistes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 20:22

Citation :
Si vous permettez ma remarque,votre commentaire est contradictoire...car via une concurrence fiscale ou monétaire beaucoup d’États sont protectionnistes...

Je suis pour la désétatisation de la monnaie. Very Happy A savoir, la liberté de contracter dans la monnaie que l'on désire, la fin du monopole des banques centrales, la liberté de tout un chacun de définir, garantir (avec de l'or ou un panier de biens) et de faire circuler une nouvelle monnaie. Bref, c'est le consommateur qui décide.

Quand au protectionnisme fiscal, je ne sais pas si cette expression a un sens : le protectionnisme, c'est empêcher ou entraver, via la contrainte légale, le contrat entre un producteur et un acheteur (établir une discrimination en fonction de l'emplacement géographique des acteurs économiques), ce n'est pas rivaliser d'ingéniosité et d'efforts dans le but d'avoir une fiscalité plus attractive que l'état d'à côté.

Une des deux démarches est irresponsable et fait peser une contrainte sur les acheteurs nationaux et producteurs étrangers, l'autre est responsable, car elle part du principe que si quelque chose peut être amélioré, cela repose avant tout sur ses propres efforts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 21:23

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
Si vous permettez ma remarque,votre commentaire est contradictoire...car via une concurrence fiscale ou monétaire beaucoup d’États sont protectionnistes...

Je suis pour la désétatisation de la monnaie. Very Happy A savoir, la liberté de contracter dans la monnaie que l'on désire, la fin du monopole des banques centrales, la liberté de tout un chacun de définir, garantir (avec de l'or ou un panier de biens) et de faire circuler une nouvelle monnaie. Bref, c'est le consommateur qui décide.

Quand au protectionnisme fiscal, je ne sais pas si cette expression a un sens : le protectionnisme, c'est empêcher ou entraver, via la contrainte légale, le contrat entre un producteur et un acheteur (établir une discrimination en fonction de l'emplacement géographique des acteurs économiques), ce n'est pas rivaliser d'ingéniosité et d'efforts dans le but d'avoir une fiscalité plus attractive que l'état d'à côté.

Une des deux démarches est irresponsable et fait peser une contrainte sur les acheteurs nationaux et producteurs étrangers, l'autre est responsable, car elle part du principe que si quelque chose peut être amélioré, cela repose avant tout sur ses propres efforts.


C'est justement le souhait du FMI: (pour avoir une devise il faut automatiquement une banque centrale le problème est de savoir qui la contrôle réellement...le peuple ou une hyperclass... )

Dans un document appelé « Accumulation des Réserves et Stabilité Monétaire Internationale » le département de la politique et révision du Fond Monétaire International recommande au monde d’adopter une monnaie mondiale nommée « Bancor » et qu’une banque centrale mondiale soit créée pour administrer cette devise.



Page 27 du rapport officiel du FMI:

A global currency, bancor, issued by a global central bank (see
Supplement 1, section V) would be designed as a stable store of value that is not tied
exclusively to the conditions of any particular economy. As trade and finance continue to
grow rapidly and global integration increases, the importance of this broader perspective is
expected to continue growing.

Le rapport:

http://www.imf.org/external/np/pp/eng/2010/041310.pdf

http://www.un.org/ga/president/63/commission/financial_commission.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 21:30

Hein ? Quel rapport ? bounce

Expliquez vous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 21:33

Bah vous êtes favorable à une nouvelle devise "désétatisée" non? je vous cite:

"Je suis pour la désétatisation de la monnaie....la liberté de tout un chacun de définir, garantir (avec de l'or ou un panier de biens) et de faire circuler une nouvelle monnaie"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 21:49

Alexis232 a écrit:
Bah vous êtes favorable à une nouvelle devise "désétatisée" non? je vous cite:

"Je suis pour la désétatisation de la monnaie....la liberté de tout un chacun de définir, garantir (avec de l'or ou un panier de biens) et de faire circuler une nouvelle monnaie"

Je suis favorable à la désétatisation de la monnaie, oui, mais quel rapport avec ce que propose le FMI ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 21:52

Dromaeosaurus a écrit:


Évidemment, je suis pour la mondialisation, le démantèlement des services publics, et les délocalisations. :twisted:

Bref, en dehors de libertariens purs et durs qui représentent 1% des voix, c'est quelque chose qui n'existe pas du tout en France dans l'offre politique actuelle. Idea

Heureusement
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:00

TOBIE a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:


Évidemment, je suis pour la mondialisation, le démantèlement des services publics, et les délocalisations. :twisted:

Bref, en dehors de libertariens purs et durs qui représentent 1% des voix, c'est quelque chose qui n'existe pas du tout en France dans l'offre politique actuelle. Idea

Heureusement

Mais ça existe dans beaucoup de pays civilisés et développés modernes, où les partis politiques sont adossés à des groupes de réflexion structurés et à des médias indépendants pour en relayer les idées auprès du grand public. Aucune raison de se réjouir que tous les candidats présents à l'élection de 2012 soient tous étatistes et socialistes ! Mais le plus grave, c'est que les Français, à force de matraquage à sens unique dès l'école, deviennent petit à petit incapables de déchiffrer l'évolution du monde. Or, la France a donné des grands penseurs au monde dans le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:05

Dromaeosaurus a écrit:


Mais ça existe dans beaucoup de pays civilisés et développés modernes, .

Pourquoi n'allez vous pas vivre aux USA ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:06

TOBIE a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:


Mais ça existe dans beaucoup de pays civilisés et développés modernes, .

Pourquoi n'allez vous pas vivre aux USA ?

Pourquoi cette question ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:11

Le système dont vous rêvez pour la FRANCE;existe déjà aux USA

Mais le problème pour vous ;c'est que les Français ne veulent pas de ce système

d'où; ma réponse!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:16

Arnaud Dumouch a écrit:
Il n'a aucune responsabilité. Parmi les président, il est celui qui a tenté d'instituer une laïcité positive, ou religion et Etat coopèrent, la religion s'occupant du sens de la vie, l'Etat de la matière de la vie.
vous êtes un plein délire. il n'a jamais rien tenté d'instituer. et il n'y a rien à instituer en l'état actuel des choses et de l'état d'esprit des français.

Mais comme il est spontané: il a donné son sentiment du moment sur la laïcité, qui n'était pas mauvais d'ailleurs.

mais c'est tout.

Arnaud Dumouch a écrit:
ca a été un flop. Les Français ne veulent pas de cela. Les Français veulent vivre sans Dieu, dans la liberté du Carpe Diem et ne demandent qu'une chose au Président : de l'argent.
exact.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:18

Dromaeosaurus a écrit:
Je suis favorable à la désétatisation de la monnaie
la monnaie privée!
What a Face affraid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:37

Citation :
Le système dont vous rêvez pour la FRANCE;existe déjà aux USA

Mais le problème pour vous ;c'est que les Français ne veulent pas de ce système

d'où; ma réponse!

Bon, je dois me justifier. D'abord, je dois dire que je suis pétri de culture française, que j'aime profondément mon pays, et que je n'ai aucune raison de partir ou de me taire, sous prétexte que ça ne plait pas à certains. Même si c'est hélas la réalité des médias et des universités en France où des carrières entières de penseurs déviants sont pourries, ce que je trouve révoltant. Et je ne m'occupe pas de ce que pensent mes voisins, je n'ai l'intention de « convertir » personne, mais j'aime profondément le débat et je le pratique comme tout un chacun sur ce forum, avec les mêmes droits que vous, en m’efforçant de respecter certains principes éthiques, à savoir faire preuve de scrupule intellectuel et ne pas transiger avec mes valeurs.

D'autre part, puisque vous citez les Etats-Unis, les Français ne connaissent pas grand chose de ce qui se fait en dehors de leurs frontières si ce n'est au travers du prisme de médias replis de tropismes gauchistes et de provincialismes. Le fait est que les gens se disent plus heureux et plus confiants dans l'avenir aux Etats-Unis qu'en France, cela mérite donc de s'intéresser à la question.

La dernière chose qui me semble utile de préciser, c'est que la démocratie en France me semble être dans des engrenages pervers et destructeurs qui étaient ceux de l'Angleterre des années 70, et qui ne peuvent mener qu'à la poursuite du décrochage (restructuration de la dette, désagrégation progressive de la société, extension de la pauvreté, guerre civile froide, perte progressive des libertés) ou à un sursaut salutaire mais douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Ven 03 Juin 2011, 22:40

nilamitp a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Je suis favorable à la désétatisation de la monnaie
la monnaie privée!
What a Face affraid

Ça a toujours existé, avec les orfèvres-banquiers. La monnaie est un phénomène sociétal qui s'est en premier lieu développé de façon spontanée.

Avouez que si on avait permis ne serait-ce que la libre coexistence et concurrence entre l'euro et les monnaies nationales, au lieu de remplacer un monopole par un autre, ça n'aurait pas été pire. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 00:53

L’EXCEPTION FRANÇAISE


« Je n’ajouterai pas mon commentaire à tous ceux, indécents ou dignes, qui se sont multipliés cette semaine. Mais « l’affaire » m’a donné l’occasion de m’interroger sur les curieuses réactions du peuple de France, qui de temps en temps se replie dans son camp retranché, dans son village de Gaulois, avec le sentiment qu’une potion magique lui permettra de vaincre les légions de Jules César, c'est-à-dire les réalités du monde entier.

Ce sont peut-être mes fréquents séjours hors de nos frontières qui me poussent à m’étonner de la façon dont un grand nombre de mes compatriotes cultivent avec obstination la fameuse « exception française », au point d’en perdre tout bon sens.

Le fait majeur qui m’a alerté est le fameux sondage qui mardi dernier montrait que 57 % des Français en tenaient pour la thèse du « complot ». J’ai cru voir dans cette réaction une manifestation éclatante de l’exception française, car tous les éléments en étaient réunis :

- le refus des évidences et la préférence pour le roman ;

- le rejet de la faute sur les autres : l’étranger a tort ;

- un peu de paranoïa : l’étranger nous veut du mal ;

- un complexe de supériorité : on fait mieux que tous les autres.


En effet, à en croire ce que les médias ont rapporté de l’opinion publique, qu’ils ont eux-mêmes conditionnée, la police de New York n’aurait pris aucune précaution avant d’arrêter l’inculpé dans des circonstances d’ailleurs inacceptables, puis la machine judiciaire américaine se serait mise aveuglément en route et un magistrat peu sympathique à la France, territoire de non droit, aurait pris une décision au mépris des droits de l’homme ; la même histoire n’aurait pas pu se produire chez nous, parce que notre police, notre magistrature et notre code de procédure protègent autrement mieux les personnes présumées innocentes. Dans ces conditions, pourquoi pas un complot derrière toutes ces anomalies ?

Or, ce mode de pensée ne joue pas seulement dans cette affaire hors du commun, il règne très couramment dans les relations que les Français entretiennent avec le reste du monde, notamment dans le domaine économique.

L’Etat français est-il « en faillite » ? C’est la faute à la crise, à Wall Street, et la France n’y peut rien, elle s’en sort même mieux que les autres. On nie l’évidence d’un sureffectif dans les administrations, on pense qu’il faut un Etat fort pour nous protéger contre l’Europe, et une Europe forte pour nous protéger contre la mondialisation. Les délocalisations s’expliqueraient par la concurrence déloyale qu’exercent les autres pays, qui sous-payent leurs salariés et ignorent la protection sociale. Nous serions victimes d’une véritable guerre économique menée par le capitalisme mondial, et en particulier par les Etats-Unis et les pays émergents. Pourtant nous maintenons ferme notre système de Sécurité Sociale, le meilleur du monde, ainsi que les « services publics à la française », une organisation harmonieuse que les bureaucrates de Bruxelles ne veulent pas comprendre parce qu’ils prônent la concurrence sauvage. Il faut acheter et produire français, faire preuve de « patriotisme économique », car le chômage n’est dû qu’aux délocalisations et à l’euro fort que les Allemands imposent à l’Union.

Donc, à aucun moment on ne se remet en cause, il est plus facile de rejeter toutes les responsabilités sur nos partenaires ou nos concurrents, et il n’est pas question de bousculer nos fonctionnaires, nos syndicalistes et nos privilégiés.

Une grande majorité de Français refusent de voir le monde tel qu’il est : en mutation tandis que nous subissons la tyrannie du statu quo, appelant et acceptant des sacrifices alors que nous vivons dans la facilité et l’insouciance, à l’usine et au bureau plutôt que dans la rue.

C’est que, depuis des siècles, du gallicanisme au gaullisme, les Français marchent au pas de l’Etat. Ils ne s’y sont pas mis spontanément, mais ils ont à la longue épousé la gloire dispendieuse de leurs monarques, royaux ou républicains, qui leur ont montré la seule voie intelligente : celle que personne ne prend. « La France seule » : Maurras a été de toutes les époques, de toutes les politiques.

Voilà comment la plupart de nos compatriotes ne pratiquent d’autre langue que celle de Molière, pensant que les peuples du monde entier devraient parler français. Voilà pourquoi ils trouvent injuste de ne pas remporter tous les championnats, toutes les coupes. Voilà pourquoi on mange toujours aussi mal à l’étranger mais si bien à Paris (où on adore les souchis, les pizzas et les hamburgers). Inversement on transforme de médiocres performances en cocoricos, on sait où le coq gaulois a les pattes quand il chante, et quand il croit faire lever le soleil.

Faut-il désespérer ? Je ne le crois pas. Les jeunes sont plus ouverts sur le monde extérieur, ils voyagent, échangent, étudient à l’étranger – et parfois, hélas, ils y restent. Mais il faudrait aussi leur faire davantage connaître et comprendre les valeurs universelles, sur lesquelles le monde contemporain est en train de se caler, du moins faut-il l’espérer : l’état de droit, la responsabilité, la propriété, la liberté, la dignité de la personne humaine.

J’ajoute une dernière remarque : si les immigrés s’alignaient sur ces valeurs au lieu de tirer parti de l’exception française sous forme de Sécurité Sociale, d’indemnités de toutes sortes, d’attributions de HLM et d’absence de civisme et de respect de la propriété, ils poseraient sans doute moins de problèmes.

Il est donc grand temps de sortir du rêve éveillé, et de dire la vérité sur la France et sur le monde. Une vérité qui de temps en temps nous prend à la gorge, si elle ne nous saute pas aux yeux. Nulle potion magique ne peut sauver les descendants d’Astérix. Seule la vérité est salutaire. »

http://www.libres.org/francais/editorial/archives/editorial_0511/052311_exception_francaise.htm
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 08:50

Je n'aimais pas le terme " populisme " , parce que je le trouvais trop vague et trop injurieux
pour ceux qui cherchaient des solutions " nouvelles " ( fort archaïques le plus souvent ) .

Mais pour vos propos , le mot " populisme " me paraît parfaitement adéquat , cher Dromaeosaurus .

Au fait , beaucoup pensent que le dromaeosaurus , insaisissable à cause de sa rapidité , était un charognard . Qu'en pensez-vous vous-même ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 10:40

boudo a écrit:
Je n'aimais pas le terme " populisme " , parce que je le trouvais trop vague et trop injurieux
pour ceux qui cherchaient des solutions " nouvelles " ( fort archaïques le plus souvent ) .

Mais pour vos propos , le mot " populisme " me paraît parfaitement adéquat , cher Dromaeosaurus .

Au fait , beaucoup pensent que le dromaeosaurus , insaisissable à cause de sa rapidité , était un charognard . Qu'en pensez-vous vous-même ?

Il y a le bon populisme et le mauvais populisme. ;) Le mauvais populisme consiste à présenter des solutions simplistes, à trouver des boucs émissaires et à les désigner à la vindicte populaire : le grand capital apatride, les juifs, la finance mondiale, les riches, la mondialisation. Exemple : Peron, Chavez, Mélenchon, Marine Le Pen. Le bon populisme vient d'en bas, d'initiatives spontanées, il ne défend pas des intérêts particuliers, il consiste à rendre au peuple son pouvoir de prendre des décisions de manière responsable, à limiter le rôle de l'état pour faire que chacun soit récompensé de ses efforts de façon juste, et à être vigilant sur les libertés fondamentales et le « règne du droit ». Exemple : le mouvement des « parties de thé » aux Etats-Unis, contre Obama et la volonté de changer les Etats-Unis en un pays socialiste.

Le dromaeosaurus était sans doute charognard à l'occasion, mais certainement aussi capable de chasser des proies de belle taille. Sa griffe rétractile était faite pour tuer. D'autre part, je pense qu'il était en partie emplumé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 12:43

Dromaeosaurus a écrit:


Et puis je ne reproche pas à Sarkozy l'apostasie de la France : ça, c'est un sujet de théologie. Je lui reproche de n'avoir (presque, soyons gentil) rien fait pour la sortir de l'impasse socialiste et de ne pas avoir remis en question l'héritage néfaste de de Gaulle et de Mitterrand.

Il ne peut pas le faire cher Dromaeosaurus!!!

Les Français ne le veulent pas;il ne faut pas mettre tout sur le dos des politiques

la société Française ressemble simplement aux citoyens qui la compose Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 13:19

TOBIE a écrit:
Il ne peut pas le faire cher Dromaeosaurus!!!

Les Français ne le veulent pas;il ne faut pas mettre tout sur le dos des politiques

la société Française ressemble simplement aux citoyens qui la compose Laughing

Je ne pense pas, car Sarkozy avait suscité un espoir de changement, même si celui-ci s'est révélé creux. Une partie de la population refuse le déclin, mais n'est pas tout à fait prête à en payer le prix. Ce qui est beaucoup plus difficilement compréhensible, c'est la sympathie dont bénéficient dans l'opinion des groupes de pression nuisibles et violents qui vivent au crochet de la population civile, défendent des privilégiés et la tyrannie du status quo, tiennent des discours d'une stupidité absolue et prétendent dicter toutes ses volontés au peuple. J'ajouterais que la france vieillit, et que les vieux qui nous ont mis dans cette m.erde en 1945, 1968 et 1981, n'aiment pas être secoués.

Mais dans une société où tout repose sur des subventions, où moins de la moitié de la population paye un impôt sur le revenu et ou plus de la moitié vit d'argent public, où règne la fiction de la gratuité des services publics, il y a forcément des addictions très fortes à l'état qui se créent (entretenues dans la culture, l'enseignement et les médias) et qui sont difficilement réversibles. Du coup, tous les gouvernements qui se succèdent sont fortement incités à pratiquer une forme de gestion du déclin. Même le FN, qui avait dans les années 80 un programme de politique économique intérieure très pertinent, s'est aligné sur les stupidités d'extrême gauche pour avoir une chance de passer plus souvent à la télé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 14:13

Dromaeosaurus a écrit:


Citation :
Une partie de la population refuse le déclin, mais n'est pas tout à fait prête à en payer le prix.


Tout a fait d'accord avec vous;sauf que notre systeme est en faillite ;et il faudra bien payer


Citation :
J'ajouterais que la france vieillit, et que les vieux qui nous ont mis dans cette m.erde en 1945, 1968 et 1981, n'aiment pas être secoués

Par contre ,ils commencent a payer
pas de place dans les maisons de retraites !!!
le baby-boom,puis le papy boom,bientot le croulant boom

aucun financement n'a été prevu !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 14:16

A quel sauce nous allons être mangés en 2012 ? Réponse de jacques Garello.

LA GAUCHE LA PLUS BÊTE DU MONDE


« Jadis Guy Mollet avait posé le diagnostic: nous avons en France « la droite la plus bête du monde ». Il est vrai que la tradition d’une droite française étatiste, jacobine, dirigiste, corporatiste et souverainiste est solidement établie, et se prolonge chaque jour.

Mais la gauche française n’a rien à lui envier : tandis que dans le monde entier les partis de gauche ont infléchi leurs doctrines, les nôtres en sont restés à l’internationale ouvrière. Le programme présenté par Martine Aubry au nom d’un Parti Socialiste exceptionnellement unanime nous ramène à 2007, 2002, 1995, 1988, voire à 1981. Il est « ancré » à gauche : scotché.

Aucune leçon n’est tirée ni des erreurs passées, comme la retraite à 60 ans ou les 35 heures, ni de la crise, ni de la situation catastrophique de nos finances publiques et de notre compétitivité internationale. Au demeurant les problèmes européens et mondiaux sont totalement ignorés de nos socialistes : un oubli volontaire ?

Donc, une fois de plus, le PS prend pour cibles la réussite, l’entreprise, la propriété, la famille.

La réussite est une tare aux yeux des égalitaristes. Si certains Français, par leur travail, leur épargne ou leur entreprise, ont réussi à atteindre revenus et fortunes d’un niveau supérieur à la moyenne, ils doivent en rendre aux autres ou, plus exactement, à l’Etat qui prendra soin des autres, et par priorité de ceux qui n’ont ni travaillé ni épargné ni entrepris. C’est ainsi qu’il faut comprendre la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu. La CSG, d’invention socialiste (Michel Rocard), appelait tous les Français à la solidarité pour combler les trous de l’assurance maladie ; elle a donc été voulue « généralisée » et égale. Mais cet impôt proportionnel est intolérable aux socialistes. Par contraste, l’impôt sur le revenu est d’une progressivité rassurante : la moitié des contribuables ne le paie pas et à eux seuls les 10 % de contribuables aux revenus les plus élevés payent 70 % du montant total. Grâce à la fusion, les « riches » paieraient plus de CSG que les autres. Parallèlement, la nouvelle fiscalité pénaliserait davantage les revenus « du capital » que ceux du travail. Le capital n’est-il pas source de toutes les injustices ? Il mérite d’être puni. Le travail serait exagérément taxé. Ce n’est pas faux, sauf à préciser que la taxation dont il s’agit inclut les cotisations de Sécurité Sociale, et qu’en effet la Sécu est une machine à exploiter les salariés. Bref, l’essentiel est de « faire payer les riches », méthode infaillible pour appauvrir les pauvres.

L’entreprise est l’objet de tous les soins de la part du PS. Mais alors que l’efficacité de l’entreprise dépend habituellement de la liberté dont elle jouit, et de la rentabilité qu’elle dégage, les socialistes veulent mettre l’entreprise et ses investissements sous le contrôle renforcé de l’Etat. Fiscalement, les profits seront détaxés seulement s’ils sont réinvestis. Les actionnaires iront placer leur argent ailleurs. Financièrement, les crédits de l’entreprise viendront d’une Banque Publique d’Investissement qui définira les priorités. La rentabilité n’est plus un guide. Juridiquement, le droit du travail sera reconsidéré dans l’intérêt des salariés (comme s’il ne l’était pas aujourd’hui) et les entreprises offrant une trop forte proportion d’emplois « précaires » paieront plus d’impôts – il est clairement annoncé un renforcement du « contrôle des conditions de travail ». Autant de recettes de compétitivité !

Les propriétaires sont particulièrement choyés. Les loyers du parc privé seront encadrés. Le parc public sera développé. La loi Gayssot, qui prescrit aux communes d’avoir 20 % de logements « sociaux » (aujourd’hui délabrés pour les pauvres et luxueux et bon marché pour les riches) sera amendée pour passer à 30 %. La fiscalité sur les donations et l’héritage sera renforcée : le patrimoine, voilà l’ennemi.

Le patrimoine est associé à la famille. Celle-ci n’échappe pas au « progressisme » du PS. Le mariage homosexuel sera évidemment mis à pleine égalité avec le mariage « traditionnel » et le PACS. De plus, l’adoption des enfants par des « ménages » homosexuels sera bien entendu légalisée, ainsi que toute pratique abortive ou autre défi à la vie et à la nature.

En voilà assez pour se persuader que l’innovation et l’intelligence ne sont pas au rendez-vous. On pourrait sans doute compléter le tableau par des considérations sur la jeunesse, objet de toutes les attentions : 300.000 emplois « d’avenir », par exemple des emplois « verts » (dont on sait qu’ils détruisent trois fois plus d’emplois qu’ils n’en créent), une allocation d’études (réclamée par l’UNEF depuis 1953 et qui installe les étudiants dans un statut de chômeurs assistés), et des chercheurs et enseignants comme s’il en pleuvait pour s’adapter aux nouveaux rythmes scolaires (peut-on faire pire qu’aujourd’hui ?). On pourrait aussi souligner l’ambiguïté du PS sur l’énergie nucléaire, tout en admirant l’ode aux énergies nouvelles. On pourrait même applaudir à quelques mesures, comme la suppression de l’article 16 de la Constitution (pleins pouvoirs du Président en cas de « crise »), l’introduction d’une dose de proportionnelle dans les élections nationales, l’interdiction du cumul des mandats.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt : le programme demeure « ancré ». Est-il destiné à piper les voix de Mélanchon et Le Pen ? Je n’en sais rien. Peut-être, après tout, ai-je confondu le machiavélisme électoral avec la bêtise pure et simple. »

http://www.libres.org/francais/editorial/archives/editorial_0411/041111_gauche.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 14:24

Citation :
Tout a fait d'accord avec vous;sauf que notre systeme est en faillite ;et il faudra bien payer

Oui, il n'y aura pas de miracle. Marine Le Pen veut faire croire que l'état peut imprimer des billets de banque à volonté pour financer tous les gaspillages possibles, mais le contre coup sera une inflation monstre.

De toute façon, avec la restructuration de la dette grecque qui se profile, les banques qui possèdent des obligations grecques vont couler, à moins que les états ne décident une fois de plus de les sauver. Cela va inévitablement fragiliser encore plus d'autres pays exposés à la dette grecque comme l'Italie, et faire tourner la planche à billets à plein régime. Donc il est encore temps de placer ses économies en « lieu sûr ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 14:52


Argent métal...autrement pouvez-vous me donner le nom du meilleur candidat pour 2012 selon votre doctrine politique,vous allez peut être me dire qu'il n'existe pas...alors celui qui s'en rapproche le plus.. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 15:19

[quote="Alexis232"]
Dromaeosaurus a écrit:
Argent métal...autrement pouvez-vous me donner le nom du meilleur candidat pour 2012 selon votre doctrine politique,vous allez peut être me dire qu'il n'existe pas...alors celui qui s'en rapproche le plus.. Smile

Voilà, argent métal, ou or. ;) Nous sommes déjà entrés avec les Etats-Unis d'Obama et son fameux « plan de stimulation », dans une période d'inflation. Sinon pour le candidat je suis bien en peine de vous répondre, en 2002 ç'aurait été Jean-Marie Le Pen ou Alain Madelin, mais alors là ... à moins d'un candidat représentant un groupuscule je n'irai pas voter, je ne veux en rien cautionner les gesticulations démagogiques de Sarkozy, pas plus que je n'accepte le national socialisme maternaliste de MLP ou les inepties d'une Martine Aubry.

Mais bon, si vous insistez, je vous dirais qu'il est évident que Martine Aubry serait pire que Sarkozy ... :|
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 15:34

Dromaeosaurus a écrit:
plus que je n'accepte le national socialisme maternaliste de MLP


C'est amusant de constater que tres peu de gens font votre analyse sur le FN

Thumright

D'ailleurs il faudrait peut etre ouvrir un topic sur le sujet:

Le FN est il "national socialiste"?

et est ce compatible avec notre foi ?

attention ça va chauffer
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 17:18

Les évêques français ont déjà répondu , si je ne m'abuse .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 17:54

boudo a écrit:
Les évêques français ont déjà répondu , si je ne m'abuse .

Elle est bien bonne ! ;) Je suis loin d'être un fan du FN, mais ils feraient mieux de s'occuper de remplir leurs Eglises plutôt que de faire de l'agit prop à base de bons sentiments multicucu.
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 18:01

Avez-vous analysé leurs arguments ( je ne les ai plus en mémoire , je l'avoue ) ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 18:21

boudo a écrit:
Avez-vous analysé leurs arguments ( je ne les ai plus en mémoire , je l'avoue ) ?

Non, mais j'ai ma propre opinion sur le FN, qui est un parti autoritaire et nationaliste, et dont je déplore le virage socialiste. Je peux aisément critiquer le programme FN à partir de ça, je n'ai pas besoin que des évêques me servent une soupe bien pensante et culpabilisante à base d'interprétations 68ardes et marxistes de l'Evangile. Le rôle des évêques, c'est de prier et de prêcher, pas de faire de la politique.

Par exemple, à Noël dernier, j'ai reçu un bulletin d'information du diocèse, on aurait cru un tract de la LCR ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 21:57

J'ai retrouvé un débat sur le sujet :

http://pneumatis.over-blog.com/article-l-eglise-et-le-front-national-45442531-comments.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 22:33

Les prêtres d'Alsace protestent contre le taux d'abstention aux élections de 2002 :


Nous sommes choqués par le taux d'abstentions et le score de l'extrême droite.
Nous connaissons tous des personnes en situations difficiles. Nous
savons que les inégalités se sont creusées. Nous souhaitons que des
solutions politiques soient mises en oeuvre avec
détermination. L'histoire nous a appris que des choix extrêmes n'ont
jamais rien réglé. Ils accentuent les haines, les divisions et les
malheurs. Nous faisons partie d'une province, l'Alsace, qui
a un riche passé d'accueil, d'ouverture et de tolérance.





Communiqué de la conférence épiscopale - Le résultat du premier tour des présidentielles nous a plongés dans le désarroi :


Nous sommes choqués de voir que de nombreux électeurs des
milieux ouvriers et populaires ont porté leur choix sur les candidats
d'extrême droite. [...] Une société démocratique se construit
par le dialogue, l'accueil, l'écoute, la tolérance. C'est en
mélangeant, au fil des siècles, les cultures de peuples différents que
la France est devenue ce pays de liberté et de fraternité
auquel nous tenons tant. Les droits sociaux, le droit au travail, à
l'éducation, à la santé se gagnent aussi par l'action collective au
quotidien. C'est là le vrai combat. Chrétiens, nous
ne supportons pas les mensonges du candidat de l'exclusion, du
mépris et de la haine, notamment quand il détourne l'Evangile à son
profit. Le projet de société qu'il propose n'a rien à voir avec
le message d'amour et d'espérance du Christ
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Election présidentielle 2012   Sam 04 Juin 2011, 23:31

Je répète, je crois que les évêques sont complètement déconnectés de la souffrance et de ce que vivent beaucoup de gens en banlieue. Je peux parfaitement comprendre quelqu'un qui irait voter Le Pen pour sanctionner les politiques en place ou par colère. Il n'y a pas que des « nazis » au FN. Moi même, j'ai l'intention de m'abstenir, et ce ne sont pas les évêques qui vont m'en empêcher. Les évêques feraient mieux de rentrer dans leur rôle.

Le problème de la France, c'est qu'il faudrait y établir l'état de droit une bonne fois pour toutes, et ce n'est pas en se contentant de diaboliser le FN ou les abstentionnistes qu'on va faire avancer les choses. Voir la galère de Marie-Neige sardin en vidéo :

Revenir en haut Aller en bas
 
Election présidentielle 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présidentielle 2012 bientôt les résultats
» Le vote enseignant : sondage présidentielle 2012
» L'élection présidentielle en Russie aurait-elle été truquée ?
» L'élection présidentielle n'intéresse plus Neoprofs ?
» Prière pour les élections présidentielles 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: