DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Du rififi entre Ahmadinekad et Khamenei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Du rififi entre Ahmadinekad et Khamenei   Ven 13 Mai 2011 - 11:07

Le pouvoir iranien en voie d'implosion ?



Après l'écrasement du mouvement
contestaire vert, une crise du pouvoir déchire les institutions
politiques en Iran. Le président Ahmadinejad et le Guide suprême
l'Ayatollah Khamenei, se livrent une lutte farouche au sommet de l'État.




Le conflit opposant le Guide suprême et le
président Ahmadinejad, récemment étalé sur la place publique, traduit
une division grandissante et radicale entre deux tendances qui se
déchirent. Ce qui est en jeu, n’est rien de moins que la nature même du
régime. Ce conflit, le dernier en date, a débuté après le renvoi du ministre de l’Information par Ahmadinejad.
Il est accusé d’avoir placé sous écoute téléphonique le bureau
d’Esfandiar Mashaie, chef de cabinet du président. Ce dernier, qui est
également son beau-frère, est en effet pressenti pour succéder à
Ahmadinejad à la prochaine élection présidentielle. Le ministre aussitôt
renvoyé a été rétabli dans ses fonctions par le Guide. Suite à ce
couac, le président a décidé de ne plus assister au Conseil des
ministres et de ne plus assurer ses fonctions officielles pendant deux
semaines. À l’issue d’une pétition signée par de nombreux dignitaires du
régime, il a finalement accepté de regagner ses bureaux.
Nous
assistons à une réelle opposition entre deux thèses. D’un côté celle
défendue par Ahmadinejad. Elle vise à donner une plus forte légitimité,
issue des urnes, au président, au détriment du Guide, trouvant sa genèse
dans la Constitution et l’Islam. Le président iranien est élu
au suffrage universel, le Guide, lui, ne trouve sa légitimité que dans
le testament de l’Imam Khomeiny.

Il faut
en effet se rappeler que ce différend, le plus important et le plus
visible depuis la révolution, ne fait que se situer dans une série, déjà
longue, de tentatives de désobéissance du président. Incontestablement,
le pouvoir est divisé. Ahmadinejad, conscient que l’immense majorité
des Iraniens veut faire primer « l’Iranité », sur l’aspect théocratique
islamique, se trouve d’ailleurs accusé de trahison des valeurs
révolutionnaires par les plus radicaux du pouvoir. Par exemple, le 21
mars dernier, les fêtes organisées à Téhéran pour la célébration du
nouvel an iranien avaient attiré les foudres du clergé sous prétexte que
c’est une célébration païenne.Un poste clé


L’enjeu
du renvoi du ministre de l’Information était de taille, car quiconque
contrôle ce ministère, contrôle un peu l’issue des élections.
D’ailleurs,
les élections contestées d’il y a deux ans le prouvent… D’où la volonté
du président iranien de nommer à ce ministère un allié, de manière à
assurer une neutralité dans le comptage des voix à l’occasion des
prochaines élections parlementaires de 2012 et de l’élection
présidentielle de 2013. Celui qu’Ahmadinejad essaie de préparer à sa
propre succession, est la bête noire de ce clergé ultra-conservateur,
qui l’accuse de déviance par rapport aux valeurs constitutives de la
révolution iranienne de 1979. Mashaie personnifie aux yeux de beaucoup,
le changement. Ceux qui le soutiennent sont des tolérants, défenseurs du
droit des femmes, ouverts à Israël et aux Etats-Unis.
Ce qui se joue dans les alcôves du pouvoir à Téhéran, c’est l’avenir politique et institutionnel du pays. En
fonction de qui gagnera la bataille du pouvoir, Ahmadinejad ou le
Guide, le pays demeura une théocratie ou glissera vers la voie de la
laïcité.
Ce qu’il faut retenir dans cette affaire, n’est pas
tant la capitulation d’Ahmadinejad, mais bien le fait qu’il n’a pu faire
l’objet d’un « impeachment »…. Il n’est pas aussi faible qu’on peut le
croire et le Guide aussi fort qu’on peut l’imaginer.

http://www.atlantico.fr/decryptage/ahmadinejad-iran-teheran-guide-ayatollah-khamenei-97124.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Du rififi entre Ahmadinekad et Khamenei   Dim 15 Mai 2011 - 14:59

Citation :
Iran: le principal conseiller d'Ahmadinejad accusé "d'envoûter" le président






Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le 29 novembre 2010 à Téhéran

© AFP/Archives Behrouz Mehri


TEHERAN (AFP) -
Les ultraconservateurs font monter la pression sur le principal
conseiller de Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Machaie, accusé
dimanche "d'envoûter" le président iranien après avoir été présenté
comme le chef d'un courant "déviationniste" menaçant le régime.
M. Ahmadinejad a
été "envoûté" par son directeur de cabinet, a affirmé l'ayatollah
ultraconservateur Mohammad Taqi Mesbah Yazdi, longtemps présenté comme
le mentor du président, cité par la presse.
"J'ai dit à des
amis proches qu'à 90% il a été envoûté. Cette situation est totalement
anormale", a déclaré le religieux en référence à la crise actuelle entre
la présidence et la ligne conservatrice dure du régime se réclamant du
Guide suprême Ali Khamenei.
Le président "a 10
amis, en met neuf de côté, et justifie tout ce que fait le dixième",
a-t-il déploré dans une allusion à M. Machaie, éminence grise de M.
Ahmadinejad avec lequel il a également des liens familiaux.
"Je ne sais pas
s'il s'agit d'hypnotisme, d'envoûtement, de relations avec des yogis
(...) mais il y a quelque chose d'anormal", a-t-il ajouté en estimant
que M. Machaie "tient (le président) dans sa main".
M. Machaie a été
ces dernières semaines la cible d'une violente offensive du courant
religieux le plus conservateur du régime, qui le juge depuis longtemps
trop libéral, trop nationaliste et trop influent auprès de M.
Ahmadinejad.
Il a été rendu
responsable de la tentative de limogeage du ministre du Renseignement
Heydar Moslehi par le président à la mi-avril, à laquelle le Guide a mis
son veto. Cette affaire a déclenché une crise inédite à la tête du
pouvoir iranien, M. Ahmadinejad marquant son mécontentement en se
retirant de la vie publique pendant dix jours.
M. Machaie est
désormais accusé de diriger un courant "déviationniste" visant à saper
les institutions de la République islamique par les ultraconservateurs
qui réclament son limogeage avec insistance, sans succès jusqu'à présent
car M. Ahmadinejad a toujours farouchement défendu son conseiller.
Dans ce contexte,
certains milieux ultraconservateurs ont commencé à évoquer à mots
couverts et de façon vague, ces dernières semaines, l'existence de
pratiques occultes dans l'entourage de M. Machaie. La justice --dominée
par la ligne dure du régime-- a annoncé début mai l'arrestation de deux
"sorciers" dont certains sites ultraconservateurs ont laissé entendre
qu'ils seraient liés au conseiller du président.
Les rumeurs ont
pris une telle ampleur que M. Ahmadinejad a dû les démentir lui-même
publiquement. "Ceux qui ont parlé ces derniers jours de l'influence de
diseurs de bonne aventure et de djinns sur l'action gouvernementale
racontaient des plaisanteries", a-t-il déclaré en conseil des ministres
le 8 mai.
Le premier vice-président iranien, Mohammad Reza Rahimi, a enfoncé le clou dimanche dans la presse.
"Certains évoquent
les sorciers et les djinns et ce genre de chose en établissant un lien
avec le gouvernement. Mais peut-on diriger un pays avec les djinns et
les sorciers ? Est-ce qu'avec la sorcellerie on peut appliquer le plan
de suppression des subventions ? Est-ce qu'en disant la bonne aventure
on peut envoyer des satellites dans l'espace ?", a-t-il demandé en
dénonçant une cabale contre la présidence.
Un autre
vice-président, Hamid Baghaie, est lui aussi monté au créneau pour
défendre samedi M. Machaie contre les accusations de déviationnisme
qualifiées de "calomnies".
Un influent
religieux conservateur, l'ayatollah Ahmad Jannati, a toutefois averti
vendredi le président qu'il ne parviendrait pas protéger éternellement
son conseiller. "Certains cherchent à entraîner une déviation (du
régime) mais un jour le régime et le peuple s'occuperont d'eux", a-t-il
affirmé.

Shocked ça va pas mieux.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Du rififi entre Ahmadinekad et Khamenei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le conflit entre Wallons et Flamands
» Corrélation entre 2 séries de données, quel test?
» Le "salam" entre homme et femme
» Entre l'inspir et l'expir
» bien etre entre anneau et sleeve?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: