DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Robin des Bois : le malentendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 10:53

L'autre jour en passant en ville, j'ai vu une des dernières affiches de Canal + ; en ce moment, la chaîne détourne les affiches de cinéma de manière humoristique. Ce mois-ci, entre autres, Robin des Bois (voir en fin de post), avec ce commentaire "Au Moyen Âge, l'ISF s'appelait Robin".

Cette phrase a éveillé chez moi une petite réflexion.

Quand voit-on Robin des Bois voler un riche marchand drapier, spolier un paysan aisé ou rançonner un usurier ? Jamais.

En vérité la cible exclusive de Robin des Bois, ce sont le prince Jean et tous ses agents. C'est-à-dire les représentants de l'Etat.

Robin des Bois ne vole jamais les riches pour donner aux pauvres, comme on le considère en France à travers nos lunettes marxistes.

Robin des Bois vole l'Etat pour rendre au contribuable pressuré, écrasé sous le poids des taxes. En réalité, le vieux Robin est un héros libéral.

D'ailleurs, ne nous y trompons pas, c'est sans doute le secret de son succès outre-atlantique, dans un pays où la Révolution a été provoquée par l'exigence d'une taxe sur le thé.

Robin des Bois, ce n'était donc pas l'ISF du Moyen Âge, mais au contraire l'ultralibéral du Moyen Âge, le promoteur du bouclier fiscal, le militant pour la suppression de l'ISF.

Ridley Scott ne s'y est pas trompé, dans son Robin des Bois auquel se réfère cette publicité de Canal + : le grand moment idéologique du film est le discours que Robin adresse au prince Jean : il lui explique qu'on bâtit un pays comme une cathédrale, en partant du bas, et que les fondations d'un Etat solide, ce sont des individus aux libertés solidement garanties : liberté de travailler, de s'enrichir, de conserver le fruit de son labeur pour ses loisirs.
Et même, sous forme de boutade, est condamnée la redistribution : lorsque le prince Jean (ironiquement bien sûr, mais Robin le prend au mot) dit "et pourquoi pas un château par personne ?" Robin répond crânement : "Tout Anglais a sa maison pour château". Robin n'est pas là pour quémander au nom du peuple l'assistanat, mais pour exiger que l'Etat lui foute la paix.

Robin des bois, héros libéral !






_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 12:52

Dans l'histoire de Robin des bois -si tant est qu'il y en ait UNE-, l'état est confisqué par une oligarchie de normands, avec à sa tête un prince Jean que gouverne l'ambition personnelle (être calife à la place du calife) et n'hésite pas à pressurer honteusement ses sujets anglais par la terreur l'oppression etc.
Seul le roi Richard (le seul, bon et vrai roi), garant de l'intérêt général, pourra protéger le petit peuple fragilisé par les ponctions excessives, ramener la paix et la prospérité dans le royaume, par la réconciliation des communautés antagonistes.
En effet, l'idée de liberté est secondaire quand on ne mange pas à sa faim.
C'est à cela -la restauration de l'état- que Robin travaille, comme Marine Le pen... Ainsi Robin est-il tout autant un héros jacobin, d'où son égal succès de ce côté-ci de l'Atlantique. Ne vous en déplaise, cher Philippe! Tongue

Mais je vous accorde que la vision de Robin qui vole aux riches pour donner aux pauvres, c'est une déformation marxiste...
Personnellement d'ailleurs je préfère Arsène Lupin qui joue de mauvais tours aux profiteurs et aux trop puissants de ce monde (ses critères sont tt de même assez arbitraires) et s'en met plein les poches à leurs dépens, faisant sa justice au passage, généreuse envers la faiblesse et... émue par la beauté; AL est un bon bourgeois, bien pensant comme l'écrit Francis Lacassin; un vrai libéral adepte de la LIBRE-entreprise!!!
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 13:58

Karl a écrit:
Dans l'histoire de Robin des bois -si tant est qu'il y en ait UNE-, l'état est confisqué par une oligarchie de normands, avec à sa tête un prince Jean que gouverne l'ambition personnelle (être calife à la place du calife) et n'hésite pas à pressurer honteusement ses sujets anglais par la terreur l'oppression etc.
Seul le roi Richard (le seul, bon et vrai roi), garant de l'intérêt général, pourra protéger le petit peuple fragilisé par les ponctions excessives, ramener la paix et la prospérité dans le royaume, par la réconciliation des communautés antagonistes.
En effet, l'idée de liberté est secondaire quand on ne mange pas à sa faim.
C'est à cela -la restauration de l'état- que Robin travaille, comme Marine Le pen... Ainsi Robin est-il tout autant un héros jacobin, d'où son égal succès de ce côté-ci de l'Atlantique. Ne vous en déplaise, cher Philippe! Tongue

Nenni, sire Karl.

Le seul Etat que Robin entend restaurer, c'est l'Etat de droit, dans lequel le roi respecte la liberté fondamentale de ses sujets. Richard Coeur de Lion est, dans l'histoire de Robin, un roi rêvé, un miroir du prince.

Bien peu à voir avec Marine Le Pen et ses propositions économiques dignes de l'extrême-gauche, à mille lieues de l'idéal robinesque d'un Etat purement régalien et économe.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 14:39

Philippe Fabry a écrit:

Nenni, sire Karl.

Le seul Etat que Robin entend restaurer, c'est l'Etat de droit, dans lequel le roi respecte la liberté fondamentale de ses sujets. Richard Coeur de Lion est, dans l'histoire de Robin, un roi rêvé, un miroir du prince.

Bien peu à voir avec Marine Le Pen et ses propositions économiques dignes de l'extrême-gauche, à mille lieues de l'idéal robinesque d'un Etat purement régalien et économe.


Fi donc!
L'idéal de messire Robin est un état protecteur, capable de mettre un terme aux voleries, duperies et mensongeries qui accablent et désorientent le peuple.
Un état purement régalien et économe ? Il semble bien que l'Europe de Maastricht et de Schengen en ait jamais tant éloigné la perspective.
Où est notre droit de battre bon et bel écu sonnant et trébuchant?
Depuis le défunt roi Charles, ses successeurs ont livré le royaume aux apanages et aux féodalités, étrangères de surcroît; certes cela nous acheté la paix mais au prix de la prospérité; et les sarrasins profitent de notre amollissement pour porter jusque dans nos murs leur djihad rampant qui sape la teneur de nos lois.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 15:45

Karl a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Nenni, sire Karl.

Le seul Etat que Robin entend restaurer, c'est l'Etat de droit, dans lequel le roi respecte la liberté fondamentale de ses sujets. Richard Coeur de Lion est, dans l'histoire de Robin, un roi rêvé, un miroir du prince.

Bien peu à voir avec Marine Le Pen et ses propositions économiques dignes de l'extrême-gauche, à mille lieues de l'idéal robinesque d'un Etat purement régalien et économe.


Fi donc!
L'idéal de messire Robin est un état protecteur, capable de mettre un terme aux voleries, duperies et mensongeries qui accablent et désorientent le peuple.
Un état purement régalien et économe ? Il semble bien que l'Europe de Maastricht et de Schengen en ait jamais tant éloigné la perspective.
Où est notre droit de battre bon et bel écu sonnant et trébuchant?
Depuis le défunt roi Charles, ses successeurs ont livré le royaume aux apanages et aux féodalités, étrangères de surcroît; certes cela nous acheté la paix mais au prix de la prospérité; et les sarrasins profitent de notre amollissement pour porter jusque dans nos murs leur djihad rampant qui sape la teneur de nos lois.

Point ! L'idéal de messire Robin ne sauroit estre l'Estat protecteur, puisqu'en ses faicts & esxploicts il n'est fait mention que des méchancetés, fourberies et malices du mauvais roi Jean, lequel representoit l'Estat en ses prérogatives & servitudes.

Messire Robin ne défendoit ja l'Estat protecteur, puisque c'est l'Estat son ennemi, en ses pesances iniques.
Voyez-vous Robin affronter les Gallois ou les Ecossais ? Ou les hardys Françoys dans ses aventures ? Le seul ennemi est bien Jean le Sans Terre.

C'est moins la mort du roi Charles qui nous plongeât dans l'abîme que le roi Charles lui-même, qui donna place au Conseil aux Bogomiles sortis du Maquis. Ils les a laissés s'emparer des chaires, et respandre leurs économicques hérésies dès l'enseignement précédent l'obtention des lauriers du savoir. Il leur a permis d'instiller partout leurs doctrines impies selon lesquelles l'homme menant entreprise et cherchant à estendre les biens de sa famille est homme vilain et pendable ; ces manichéens entendent que le commerce serait vilénie comme la matière est création du mauvais dieu. Ils ont ainsi perverti jusqu'à la pensée du parti royal, aujourd'hui certain comme eux que seul l'Estat peut imposer d'une main de fer la justice dans les biens, comme s'il estoit le Dieu de Jacob. Et celle qui se veut l'héritière de la Pucelle est aujourd'hui animée par ceste infâme hétérodoxie, et prépare par ses charges la ruisne de tout le royaume.
Las, même sans elle, le royausme va à la ruisne, ce et tant que le parti royal n'aura point tourné le dos au funeste héritage économicque de Charles le Simple, et retrouvé le goût des libertés hérité des bons barons Jean-Baptiste Say et Frédéric Bastiat. Si cela n'est point faict, la France ne se relèvera ja !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:07

Bonjour a tous

J'ai toujours pensé que le liberalisme economique etait le seul modele a suivre

ras le bol de l'etat qui dirige tout

vive le liberalisme

et puis un jour ,au nom de la liberté ;mon patron a embauché des travailleurs polonais ;qui

etaient payés trois fois moins que moi;et en plus; de tres bon ouvriers

depuis je suis au chomage Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:12

Philippe Fabry a écrit:



C'est moins la mort du roi Charles qui nous plongeât dans l'abîme que le roi Charles lui-même, qui donna place au Conseil aux Bogomiles sortis du Maquis.

Thumright Laughing

En Ceci prenez garde de partager l'opinion de certains des compaings de la fille de son père, pour qui le roi Charles était complice de ces mêmes bogomiles... (si nous parlons bien des mêmes traistres), ce qui vous menace ipso-facto du tribunal de la sainte Inquisition et des joyeuses flammes de son buscher.



Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:23

Karl a écrit:

En Ceci prenez garde de partager l'opinion de certains des compaings de la fille de son père

Je crains de n'avoir point saisi ce membre de phrase.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:39

[quote="Philippe Fabry"]
Citation :

Point ! L'idéal de messire Robin ne sauroit estre l'Estat protecteur, puisqu'en ses faicts & esxploicts il n'est fait mention que des méchancetés, fourberies et malices du mauvais roi Jean, lequel representoit l'Estat en ses prérogatives & servitudes.

Messire Robin n'a pourtant eu de cesse de faire allégeance au bon roi Richard, et lui faire reproche de sa hasardeuse équipée au Levant et autres contrées estranges (où il avait été jeté dans un cul de basse fosse), plutôt que de s'occuper de ses loyaux sujets; en lui, messire Robin recherchait l'état capable d'apporter paix et propérité dans un royaume livré aux écornifleurs.
L'ennemi que combattoit Robin, c'est l'Estat livré à l'anarchie par des sangsues qui l'abaissent à leur seul profit.
Ne convient-il pas de rétablir bon ordre en son royaume avant que d'espérer y vivre libre?


Citation :
Messire Robin ne défendoit ja l'Estat protecteur, puisque c'est l'Estat son ennemi, en ses pesances iniques.

L'iniquité certes mais point l'Estat lui-même; si celui-ci n'avait pas en quelque sorte démissionné, si la couronne n'avait pas été abandonnée en des mains peu scrupuleuses, il n'y aurait point eu péril en la demeure: c'est du moins d'Estat que nous souffrons et de ce qu'il ne nous reste d'état que ce en quoi il nous nuit!


Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:42

Philippe Fabry a écrit:
Karl a écrit:

En Ceci prenez garde de partager l'opinion de certains des compaings de la fille de son père

Je crains de n'avoir point saisi ce membre de phrase.

Ah? les penseurs d'extrême-droite accusent souvent De Gaulle d'être communiste ou complice d'iceux.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:50

[quote="Karl"]
Philippe Fabry a écrit:

Citation :

Point ! L'idéal de messire Robin ne sauroit estre l'Estat protecteur, puisqu'en ses faicts & esxploicts il n'est fait mention que des méchancetés, fourberies et malices du mauvais roi Jean, lequel representoit l'Estat en ses prérogatives & servitudes.

Messire Robin n'a pourtant eu de cesse de faire allégeance au bon roi Richard, et lui faire reproche de sa hasardeuse équipée au Levant et autres contrées estranges (où il avait été jeté dans un cul de basse fosse),

Ce qui coûta au royausme trois années de revenu ! C'est bien la faute de l'inconséquent Richard si Jean pressura le bon peuple pour esponger l'immense dette qui devait renflouer les caisses déjà bien garnies du sieur Saladin !

plutôt que de s'occuper de ses loyaux sujets; en lui, messire Robin recherchait l'état capable d'apporter paix et propérité dans un royaume livré aux écornifleurs.
L'ennemi que combattoit Robin, c'est l'Estat livré à l'anarchie par des sangsues qui l'abaissent à leur seul profit.
Ne convient-il pas de rétablir bon ordre en son royaume avant que d'espérer y vivre libre?

Le bon ordre commence par la liberté. Le bon peuple a été rendu irresponsable par l'omniprésence de l'Etat, presque autant qu'un presque siècle de tyrannie bogomile a laissé les vastes steppes du Levant ! Rendons au peuple son droit d'initiative, laissons les artisans pratiquer leur art et jouir de leurs honnêtes deniers, et que l'Estat ne sanctionne plus ceux qui voudraient chasser le cerf au nom d'un inique privilège princier.

Citation :
Messire Robin ne défendoit ja l'Estat protecteur, puisque c'est l'Estat son ennemi, en ses pesances iniques.

L'iniquité certes mais point l'Estat lui-même; si celui-ci n'avait pas en quelque sorte démissionné, si la couronne n'avait pas été abandonnée en des mains peu scrupuleuses, il n'y aurait point eu péril en la demeure: c'est du moins d'Estat que nous souffrons et de ce qu'il ne nous reste d'état que ce en quoi il nous nuit!

Du moins d'Estat non, mais du Malestat, je vous l'accorde : un Estat qui ne pourvoit plus aux fonctions royales de paix et de justice, mais se mêle de conduire les matiesres économicques risque fort de voir son peuple, à l'instar de la foule suivant Marine de Bretagne,
se désinteresser de ces matiesres économicques et chercher lui-même, par milices et jurys populaires, à exarcer les fonctions royales de paix et de justice !


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 16:51

Karl a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Karl a écrit:

En Ceci prenez garde de partager l'opinion de certains des compaings de la fille de son père

Je crains de n'avoir point saisi ce membre de phrase.

Ah? les penseurs d'extrême-droite accusent souvent De Gaulle d'être communiste ou complice d'iceux.

Si fait, nous évoquons donc bien les mêmes Bogomiles ! (ou Dolciniens, c'est tout un). Le roi Charles crut judicieux de se les adjoindre par crainte de l'influence de la grande Venise du Ponant, d'où nous vint pourtant le secours contre l'Empereur germanique.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 17:20

[quote="Philippe Fabry"]
Citation :
te]Ce qui coûta au royausme trois années de revenu ! C'est bien la faute de l'inconséquent Richard si Jean pressura le bon peuple pour esponger l'immense dette qui devait renflouer les caisses déjà bien garnies du sieur Saladin !

Qu'allait-il faire dans cette galère? C'est comme notre sire Sarkozy, qui se mêle de croiser le fer (j'escompte que la Sainte Inquisition n'y verra point d'allusion contrevenant à la bienséante rhétorique) en Tripolitaine pour en chasser son impoli bey.

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Ven 13 Mai 2011, 17:24

[quote="Karl"]
Philippe Fabry a écrit:
Citation :
te]Ce qui coûta au royausme trois années de revenu ! C'est bien la faute de l'inconséquent Richard si Jean pressura le bon peuple pour esponger l'immense dette qui devait renflouer les caisses déjà bien garnies du sieur Saladin !

Qu'allait-il faire dans cette galère? C'est comme notre sire Sarkozy, qui se mêle de croiser le fer (j'escompte que la Sainte Inquisition n'y verra point d'allusion contrevenant à la bienséante rhétorique) en Tripolitaine pour en chasser son impoli bey.


Ne vous en souciez point trop : c'est encore la Grande Venise qui paie, pour les deux tiers, cette expédition. En outre, ne fallait-il pas châtier cet odieux despote, cet insolent barbaresque qui prétendait donner des leçons de religion à notre Saint Père tout en se vautrant dans son harem d'ébène, certain d'être bien protégé par les fortunes qu'il tire du commerce de la précieuse épice ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Sam 14 Mai 2011, 14:45

Philippe Fabry a écrit:
Robin des bois, héros libéral !
Connais pas ce truc de Canal +,

mais j'aimerais dire que dans la société féodale, les Seigneurs possèdent les terres et assurent la protection. Les paysans cultivent la terre et reversent des impôts pour cela.

Par rapport à l'époque moderne, les Seigneurs jouent autant le rôle de l'État (protection et sécurité) que du Propriétaire qui reçoit des dividendes de son bien.

Donc voler aux Seigneurs pour redonner aux pauvres, c'est autant voler l'état pour redonner aux citoyens une partie de leurs impôts, que voler les actionnaires pour redonner aux travailleurs une partie des dividendes de l'entreprise...

Alors Robin, révolutionnaire libéral ou socialiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Sam 14 Mai 2011, 17:06

TOBIE a écrit:
Bonjour a tous

J'ai toujours pensé que le liberalisme economique etait le seul modele a suivre

ras le bol de l'etat qui dirige tout

vive le liberalisme

et puis un jour ,au nom de la liberté ;mon patron a embauché des travailleurs polonais ;qui

etaient payés trois fois moins que moi;et en plus; de tres bon ouvriers

depuis je suis au chomage Laughing Laughing

Hééé oui !! Mr.Red C'est tellement facile d'être pour le liberalisme quand tout va bien pour toi que tu gagnes bien ta vie... Et puis un jour tu vois que l'être humain est mauvais et qu'il profite des libertés que le système lui offre, pour son profit égoïste, quitte à avoir quelques dommages collatéraux...
Mais soit sûr que nos amis polonais sont pour le libéralisme. Rolling Eyes Chacun voit midi à sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Sam 14 Mai 2011, 18:20

ben non on peut être pour le libéralisme aussi quand ça marche mal puisqu'il n'y a pas d'autre système.
c'est le système naturel, et le système qui produit le plus de richesses.
après c'est une question de répartition des richesses, de protection des marchés, et de goût des consommateurs.

en fait, on ne peut être que pour le libéralisme (économique)
tout en étant perpétuellement en lutte contre (ses dérives)
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Robin des Bois : le malentendu   Lun 16 Mai 2011, 09:22

[quote="Philippe Fabry"]

Le bon ordre commence par la liberté. Le bon peuple a été rendu irresponsable par l'omniprésence de l'Etat, presque autant qu'un presque siècle de tyrannie bogomile a laissé les vastes steppes du Levant ! Rendons au peuple son droit d'initiative, laissons les artisans pratiquer leur art et jouir de leurs honnêtes deniers, et que l'Estat ne sanctionne plus ceux qui voudraient chasser le cerf au nom d'un inique privilège princier.

Quand j'écris "bon ordre", j'entends "pour la paix": les sarrasins ont constitué des fiefs que les gens d'armes et la maréchaussée n'ont garde de traverser de crainte d'y être proprement arquebusez ou caillassez. C'est là un très mauvais usage de la liberté que de laisser des habitans constituer ainsi des estats dans l'estat. Les bogomiles, affectez par la bouderie des villains et des serfs taillables et corvéables, n'en ont que pour ces sarrasins, espérans par leur arrivée en nombre bouleverser à leur profit l'ordre social, ce qui est jouer avec le feu. Les grands manufacturiers et autres marchands drapiers en cheville avec les lombards sont satisfaits de ce que la maind'oeuvre sarrasine concurrence nos manouvriers françois que les fieffées corporations ne protègent plus guère. Ce qu'il nous manque c'est un maire du palais -fût-il une mairesse, afin de prévenir ces fermens de guerre civile et de déliquescensse sociale, et mettre un terme à ces tyrannies déguisées.


Revenir en haut Aller en bas
 
Robin des Bois : le malentendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robin des Bois : le malentendu
» Je viens comme un voleur = Robin des Bois?
» Le test matrimonial de Robin des Bois
» robin des bois en pièce de théâtre
» Robin des Bois a-t-il existé ? ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: