DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Intervention en Libye : fini le débat !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 00:14

Libye: la rébellion repousse une contre-offensive, pourchasse les loyalistes






Des rebelles libyens en position près du village de Kikla, au sud-ouest de Tripoli, le 13 juillet 2011

© AFP Marco Longari


AUX PORTES
D'AL-ASSABA (Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles ont repoussé lors de
violents combats mercredi une contre-offensive du régime dans l'ouest de
la Libye, pourchassant ses troupes jusqu'aux portes de la ville clé
d'Al-Assaba, à 80 km au sud de Tripoli.
Parvenus sur les
collines surplombant Al-Assaba, des centaines de rebelles pilonnaient en
soirée la ville tenue par les troupes de Mouammar Kadhafi, selon un
journaliste de l'AFP sur place.
D'intenses combats
aux armes lourdes et légères opposaient les deux camps, les pro-Kadhafi
ripostant aux roquettes Grad, dans un véritable déluge de feu. Vers
18H00 GMT, des détonations puissantes secouaient les hauteurs de la
ville où les protagonistes, à portée de vue, se livraient des combats
rapprochés.
Al-Assaba, située à
environ 80 km de Tripoli, est la dernière ville avant Gharyane, verrou
stratégique pour la capitale libyenne, bastion du régime Kadhafi.
La rébellion a
fondu sur Al-Assaba après être parvenue à repousser la contre-offensive
lancée le matin par l'armée gouvernementale sur le hameau de Goualich, à
environ 17 km plus au sud.
Surprise par
l'attaque des loyalistes, la rébellion avait quasiment abandonné ce
hameau pris il y a une semaine, avant que des centaines de rebelles
n'affluent en renfort des villages voisins des montagnes de Nefoussa, et
prennent à revers l'armée de Kadhafi.
Dans leur fuite, les soldats ont laissé armes et munitions, cherchant à se retrancher au plus vite à Al-Assaba.




Des rebelles libyens prennent position près du village de Kikla, au sud-ouest de Tripoli, le 13 juillet 2011

© AFP Marco Longari


Mais, euphoriques par leur
succès inespéré, les rebelles ont décidé de les pourchasser, se
dirigeant par colonnes entières, à pieds ou en pick-up, vers leur
prochain objectif, Al-Assaba.
Depuis une
semaine, les combattants se préparaient à avancer pour encercler Tripoli
du sud, de l'ouest et de l'est du côté de Zliten.
Sur le front
oriental, au moins deux roquettes sont tombées sur Ajdabiya, une ville
stratégique aux mains de la rébellion, blessant quatre civils et
provoquant d'importants dégâts matériels, selon des témoins.
Ajdabiya,
carrefour routier à 160 km au sud de Benghazi, la "capitale" rebelle,
est sous le contrôle de l'insurrection depuis mai. Mais des combats les
opposent régulièrement aux forces gouvernementales, qui tiennent le site
pétrolier de Brega 80 km plus à l'ouest.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 12:30


Libye: les rebelles se sont retirés des environs d'Al-Assabaa




Goualich (Libye) - Le gros des forces rebelles libyennes s'est retiré
des environs d'Al-Assabaa, ville stratégique située à 80 km au sud de
Tripoli dans laquelle les troupes de Mouammar Kadhafi se sont repliées
la veille, ont déclaré des insurgés à une correspondante de l'AFP.

Les
rebelles avaient repoussé à l'issue d'intenses combats mercredi une
contre-offensive du régime dans l'ouest de la Libye, pourchassant ses
troupes jusqu'aux portes d'Al-Assabaa.

Hier, nous sommes arrivés à
six kilomètres d'Al-Assabaa, la plupart d'entre nous sont revenus.
Seuls quelques-uns sont restés, à environ dix kilomètres de cette cité, a
dit à l'AFP le commandant d'un groupe d'insurgés, Abdel-Majid Salem, à
Goualich, un hameau tombé il y a plus d'une semaine aux mains de la
rébellion et se trouvant 17 km plus au sud.

Hier, le poste de
contrôle Goualich a été attaqué et les soldats de Kadhafi sont arrivés
jusqu'à ce poste. Ils ont également pris d'autres positions, a poursuivi
ce commandant : nous les avons repoussés jusqu'à Al-Assabaa et nous
sommes revenus pour sécuriser cette zone (de Goualich).

Le dernier poste de contrôle du front a été avancé de six kilomètres sur la route vers Al-Assabaa, a-t-il conclu.

Parvenus
sur les collines surplombant Al-Assabaa, des centaines de rebelles
avaient pilonné mercredi soir la ville tenue par les troupes de Mouammar
Kadhafi, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Au moins huit
rebelles ont été tués et une trentaine blessés dans ces combats, ont dit
des médecins de l'hôpital de Zenten, centre névralgique des rebelles du
Djebel Nefoussa, au sud de Tripoli.

Al-Assabaa est la dernière
ville avant Gharyane, verrou stratégique en direction de la capitale
libyenne, bastion du régime du colonel Kadhafi.

Sur le front
oriental, au moins deux roquettes sont tombées mercredi sur Ajdabiya,
une cité elle aussi stratégique, occupée par la rébellion, blessant
quatre civils et provoquant d'importants dégâts matériels, ont déclaré
des témoins.

Ajdabiya, carrefour routier à 160 km au sud de
Benghazi, la capitale rebelle, dans l'Est, est sous le contrôle de
l'insurrection depuis mai. Mais des combats les opposent régulièrement
aux forces gouvernementales, qui tiennent le site pétrolier de Brega 80
km plus à l'ouest.


(©AFP / 14 juillet 2011 11h51)
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 15:48

Libye: les rebelles consolident leurs positions près d'Al-Assabaa






Un rebelle libyen, près de Gualich, le 14 juillet 2011

© AFP Marco Longari


GOUALICH
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens consolidaient jeudi leurs
positions près d'Al-Assabaa, ville stratégique à 80 km au sud de Tripoli
où les forces de Mouammar Kadhafi se sont retranchées la veille à
l'issue d'intenses combats.
Le gros des forces
des insurgés est revenu à Goualich, à 17 km au sud d'Al-Assabaa, pour
sécuriser le hameau, pris il y a plus d'une semaine par la rébellion et
qui a été la cible mercredi d'une contre-offensive du régime.
Les rebelles en
ont conservé le contrôle à l'issue d'intenses combats qui ont fait au
moins huit morts et une trentaine de blessés parmi eux.
C'est un des
bilans les plus lourds depuis le début de la guerre, sans compter les
autres victimes enregistrées dans les hôpitaux des localités plus
proches du front, mais qui n'étaient pas joignables pour le moment.




Des rebelles libyens en position près du village de Kikla, au sud-ouest de Tripoli, le 13 juillet 2011

© AFP Marco Longari


Les insurgés, qui "viennent de
toutes les villes et de tous les villages" environnants, "sont à
dix-quinze kilomètres d'Al-Assabaa. Nous examinons les positions des
forces de Kadhafi. Nous attaquerons après cela", a déclaré à une
journaliste de l'AFP Mokhtar Lakdar, un commandant rebelle très respecté
dans l'Ouest.
"La première chose
à faire, c'est de préparer des plans pour sécuriser toutes les
localités (aux mains des rebelles), puis pour attaquer Al-Assabaa",
a-t-il ajouté.
"Hier, nous
sommes arrivés à six kilomètres d'Al-Assabaa, la plupart d'entre nous
sont revenus. Seuls quelques-uns sont restés", à environ dix kilomètres
de cette cité, a dit de son côté à l'AFP le commandant d'un groupe
d'insurgés, Abdel-Majid Salem, qui affirme que les rebelles ont gagné
ces dernières 24 heures plusieurs kilomètres sur la ligne de front.




Des rebelles libyens prennent position près du village de Kikla, au sud-ouest de Tripoli, le 13 juillet 2011

© AFP Marco Longari


"Le dernier poste de contrôle du front a été avancé de six kilomètres sur la route vers Al-Assabaa", a-t-il déclaré.
Après avoir
réinvesti Goualich mercredi, les rebelles avaient progressé d'une
dizaine de kilomètres vers le nord, parvenant aux portes d'Al-Assabaa,
dernière ville avant Gharyane, verrou stratégique en direction de la
capitale libyenne, bastion du régime de Kadhafi.
Tripoli, où s'est
rendu l'émissaire du Kremlin, Mikhaïl Marguelov, pour rencontrer des
responsables du régime qui lui ont assuré avoir un plan "suicidaire"
consistant à faire sauter Tripoli en cas d'attaque des forces rebelles.
"Le Premier
ministre libyen (Baghdadi Mahmoudi) m'a dit à Tripoli : 'si les rebelles
prennent la ville, nous la couvrirons de missiles et la ferons
sauter'", a expliqué M. Marguelov, un arabophone qui s'est rendu en
Libye le mois dernier.
L'émissaire du Kremlin met par ailleurs en doute l'hypothèse selon laquelle le régime libyen serait à court de munitions.
"Kadhafi n'a pas
utilisé un seul missile sol-sol, et il en a beaucoup. Cela incite à
douter qu'il manque d'armes. Théoriquement, Tripoli peut manquer de
munitions pour les chars et les armes légères, mais le colonel a des
missiles et des explosifs en quantité", a-t-il jugé.
La secrétaire
d'Etat américaine Hillary Clinton a quant à elle affirmé mercredi que
les jours de Mouammar Kadhafi à la tête de la Libye étaient "comptés",
rappelant qu'il n'avait toujours pas rempli les exigences de la
communauté internationale, à savoir retirer ses troupes et quitter le
pouvoir.
"Bien que ni nous,
ni la Russie, ne puissions prévoir le jour ni l'heure à laquelle
Kadhafi quittera le pouvoir, nous sommes d'accord pour dire que ses
jours sont comptés", a-t-elle dit au cours d'une conférence de presse
commune à Washington avec le ministre russe des Affaires étrangères
Sergueï Lavrov.
Moscou, qui s'est
abstenu en mars au moment du vote de la résolution des Nations unies
autorisant l'intervention contre Tripoli, a décliné l'invitation à se
joindre à la réunion du groupe de contact sur la Libye prévue vendredi à
Istanbul.
Une quinzaine de
ministres des Affaires étrangères, dont ceux des Etats-Unis, de France,
d'Italie et du Royaume-Uni, sont attendus à cette réunion, la quatrième
du genre, pour discuter d'un règlement politique en Libye et coordonner
l'aide internationale à la rébellion.
Par ailleurs, les
rebelles ont réfuté mercredi les accusations de l'organisation de
défense des droits de l'Homme Human Rights Watch leur attribuant des
incendies, des pillages et des mauvais traitements de civils pendant
leur offensive déclenchée la semaine dernière dans l'Ouest.
Les maisons
détruites au cours de la conquête de villages appartenaient à des
proches du régime de Mouammar Kadhafi et servaient de bases militaires
ou de dépôts de munitions, a déclaré mercredi la rébellion.
Sur le front
oriental, au moins deux roquettes sont tombées mercredi sur Ajdabiya,
une cité elle aussi stratégique, à 160 km au sud de Benghazi, la
"capitale" rebelle, dans l'Est, blessant quatre civils et provoquant
d'importants dégâts matériels, ont déclaré des témoins.
Mise
à jour le
14:22 - 14/07/11
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 15:50

Citation :
Tripoli, où s'est
rendu l'émissaire du Kremlin, Mikhaïl Marguelov, pour rencontrer des
responsables du régime qui lui ont assuré avoir un plan "suicidaire"
consistant à faire sauter Tripoli en cas d'attaque des forces rebelles.


"Le Premier
ministre libyen (Baghdadi Mahmoudi) m'a dit à Tripoli : 'si les rebelles
prennent la ville, nous la couvrirons de missiles et la ferons
sauter'", a expliqué M. Marguelov, un arabophone qui s'est rendu en
Libye le mois dernier.

Au cas où certains douteraient encore du sort réservé à Benghazi si nous n'étions pas intervenus : Khadafi est prêt à faire sauter sa capitale si les rebelles (c'est-à-dire son propre peuple insurgé contre lui) cherchent à s'en emparer.

Oui, nous sommes du bon côté.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 17:55

Libye : la rébellion vise Brega et se consolide à l'ouest






Un rebelle libyen se lave le visage près d'un lance-roquette à Gualish, le 14 juillet 2011

© AFP Marco Longari


GOUALICH
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens consolidaient jeudi leurs
positions dans l'ouest près d'Al-Assabaa, ville stratégique à 80 km au
sud de Tripoli, tout en se préparant à lancer une offensive sur la ville
pétrolière de Brega.
Ces développements
sur le terrain interviennent à la veille de la tenue à Istanbul d'une
quatrième réunion du groupe de contact sur la Libye, au cours de
laquelle une quinzaine de ministres des Affaires étrangères sont
attendus pour discuter d'une solution politique au conflit et coordonner
l'aide internationale à la rébellion.
Sont notamment
attendus Hillary Clinton pour les Etats-Unis, Alain Juppé pour la
France, Franco Frattini pour l'Italie et William Hague pour le Royaume
Uni. Moscou a décliné l'invitation.
A Benghazi, les
insurgés ont indiqué à l'AFP qu'ils pourraient lancer plus tard jeudi ou
tôt vendredi une attaque sur Brega, actuellement aux mains des forces
gouvernementales. Brega a été reprise puis perdue plusieurs fois par les
forces loyales au régime de Mouammar Kadhafi.
"Nous nous
préparons à entrer dans Brega, l'attaque va bientôt commencer", a
déclaré un responsable rebelle, ajoutant que l'offensive, prévue
mercredi soir, avait été retardée. De son côté, l'Otan a annoncé avoir
détruit mercredi six objectifs militaires des forces kadhafistes à
Brega.




Rebelles libyens sur une route entre Gualish et Asabaa'a, le 14 juillet 2011

© AFP Marco Longari


Dans l'Ouest, le gros des forces
des insurgés est revenu à Goualich, à 17 km au sud d'Al-Assabaa, pour
sécuriser le hameau, pris il y a plus d'une semaine par la rébellion et
qui a été la cible mercredi d'une contre-offensive du régime.
Les rebelles ont
conservé le contrôle de Goualich à l'issue d'intenses combats qui ont
fait au moins huit morts et une trentaine de blessés parmi eux. Les
morts ont reçu une sépulture jeudi, a constaté une journaliste de l'AFP.
Après avoir
réinvesti Goualich mercredi, les rebelles avaient progressé d'une
dizaine de kilomètres vers le nord, parvenant aux portes d'Al-Assabaa,
dernière ville avant Gharyane, verrou stratégique en direction de la
capitale libyenne, bastion du régime de Kadhafi.
Les insurgés, qui
"viennent de toutes les villes et de tous les villages" environnants,
"sont à dix-quinze kilomètres d'Al-Assabaa. Nous examinons les positions
des forces de Kadhafi. Nous attaquerons après cela", a déclaré à l'AFP
Mokhtar Lakdar, un commandant rebelle très respecté dans l'Ouest.
"La première chose
à faire, c'est de préparer des plans pour sécuriser toutes les
localités (aux mains des rebelles), puis pour attaquer Al-Assabaa",
a-t-il ajouté.
"Nous ferons sauter Tripoli"




Un rebelle libyen, près de Gualich, le 14 juillet 2011

© AFP Marco Longari


A Tripoli, les autorités
libyennes ont de leur côté annoncé avoir totalement rompu leur
coopération avec le géant énergétique italien Eni en raison de la
participation de Rome aux frappes de l'Otan.
"Eni, c'est
terminé et pour de bon", a affirmé le Premier ministre libyen Baghdadi
Mahmoudi, devant la presse, accusant Rome d'avoir "violé" un accord de
non-agression signé il y a trois ans avec la Libye. "Nous n'aurons plus
de partenariat avec Eni et l'Italie n'obtiendra à l'avenir aucune part
dans les contrats pétroliers en Libye", a-t-il ajouté.
Il a estimé les investissements d'Eni dans le secteur pétrolier libyen à 30 milliards de dollars.
Le responsable
libyen est en revanche resté prudent quant à la France et aux
Etats-Unis, affirmant que Tripoli tendait la main à ces deux pays et se
tenait "prêt" à négocier des contrats pétroliers avec eux car ils
"commencent à revoir leur position sur l'agression atlantique" contre la
Libye.
De son côté
l'émissaire du Kremlin, Mikhaïl Marguelov, a prévenu que le régime avait
un plan "suicidaire" pour faire sauter Tripoli en cas d'attaque des
forces rebelles.
"Le Premier
ministre libyen (Baghdadi Mahmoudi) m'a dit à Tripoli : +si les rebelles
prennent la ville, nous la couvrirons de missiles et la ferons
sauter+", a-t-il dit, mettant par ailleurs en doute l'hypothèse selon
laquelle le régime libyen serait à court de munitions.
"Kadhafi n'a pas
utilisé un seul missile sol-sol, et il en a beaucoup. Cela incite à
douter qu'il manque d'armes. Théoriquement, Tripoli peut manquer de
munitions pour les chars et les armes légères, mais le colonel a des
missiles et des explosifs en quantité", a-t-il jugé.
La secrétaire
d'Etat américaine Hillary Clinton a quant à elle affirmé mercredi que
les jours de Mouammar Kadhafi à la tête de la Libye étaient "comptés",
rappelant qu'il n'avait toujours pas rempli les exigences de la
communauté internationale, à savoir retirer ses troupes et quitter le
pouvoir.
"Bien que ni nous,
ni la Russie, ne puissions prévoir le jour ni l'heure à laquelle
Kadhafi quittera le pouvoir, nous sommes d'accord pour dire que ses
jours sont comptés", a-t-elle dit au cours d'une conférence de presse
commune à Washington avec le ministre russe des Affaires étrangères
Sergueï Lavrov.
Mise
à jour le
16:34 - 14/07/11

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 14 Juil 2011, 17:57

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 15 Juil 2011, 16:15

Libye: le groupe de contact reconnaît pleinement le CNT






Réunion du groupe de contact sur la Libye, le 15 juillet 2011 à Istanbul

© AFP Saul Loeb


ISTANBUL (AFP)
- (AFP) - Le groupe de contact sur la Libye reconnaît désormais le
Conseil national de transition (CNT), organe politique des rebelles,
comme "l'autorité gouvernementale légitime" du pays, selon un extrait de
la déclaration finale de la réunion du groupe à Istanbul vendredi.




La secrétaire d'Etat américain Hillary Clinton et Mahmoud Jibril, leader du CNT, le 15 juillet 2011 à Istanbul

© AFP Saul Loeb


"Cela veut dire que nous allons
pouvoir dégeler un certain nombre d'avoirs appartenant à l'Etat libyen
puisque que c'est le CNT qui exerce désormais cette responsabilité", a
expliqué un peu plus tôt à la presse le ministre français des Affaires
étrangères Alain Juppé, en marge de la réunion.
Le Conseil de
sécurité de l'ONU a adopté en février des sanctions économiques contre
le régime de Tripoli, incluant le gel des avoirs de la famille et des
personnalité proches du colonel Mouammar Kadhafi. Le CNT réclamait la
rétrocession de ces avoirs à la rébellion.
Le groupe demande
également que les rebelles travaillent sans délai à établir un
gouvernement de transition, selon ce document distribué par une
délégation à quelques journalistes.




Manifestation contre le colonel Kadhafi, avant la réunion du groupe de contact, le 15 juillet 2011 à Istanbul

© AFP Bulent Kilic


Le groupe de contact a aussi demandé de nouveau le départ du pouvoir du colonel Kadhafi.
"Kadhafi doit
quitter le pouvoir selon des étapes définies qui seront annoncées
publiquement", écrivent les pays alliés dans l'intervention en Libye,
dans la déclaration finale.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 00:37

Libye: percée des rebelles à Brega






Des rebelles libyen se préparent à partir vers Brega, le 14 juillet 2011 à Ajdabiya

© AFP Gianluigi Guercia


BENGHAZI
(Libye) (AFP) - (AFP) - Une unité légère des rebelles libyens s'est
introduite vendredi soir dans la ville stratégique de Brega, qui abrite
de nombreuses installations pétrolières, avant de se retirer à quatre
kilomètres pour préparer une nouvelle attaque, a annoncé un porte-parole
des rebelles.
Selon Mohammed
Zawi, porte-parole de l'armée rebelle à Benghazi (est), l'unité de
reconnaissance rebelle est entrée dans la ville par le nord, avant de se
replier peu avant minuit heure locale (22H00 GMT).

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 19:27

On est loin de la résolution de l'ONU visant à protéger les rebelles contre la répression de Khadafi ...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 19:29

boudo a écrit:
On est loin de la résolution de l'ONU visant à protéger les rebelles contre la répression de Khadafi ...

Et alors ? Ce ne sont pas nos troupes qui s'apprêtent à entrer dans Brega, ce sont les rebelles libyens.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 19:36

D'accord pour la France , qui , selon certaines rumeurs , négocierait secrètement , mais Hillary Clinton , quant à elle , ne cache plus son objectif ultime : le changement de régime à Tripoli .
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 19:46

boudo a écrit:
D'accord pour la France , qui , selon certaines rumeurs , négocierait secrètement , mais Hillary Clinton , quant à elle , ne cache plus son objectif ultime : le changement de régime à Tripoli .

Je pense que si nous négocions, c'est avec des ministres et des gens de l'entourage pour qu'ils zigouillent eux-mêmes Khadafi et Seif Al-Islam, en échange de quoi on leur laisserait une place dans le futur régime.

Ce serait le plus raisonnable car on sait que supprimer tout un régime sans aucun compromis mène au chaos, comme en Irak (les gens écartés sombrent dans le terrorisme), et d'autre part on ne peut pas laisser Khadafi en place, il est trop dangereux.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 21:02

Philippe Fabry a écrit:
boudo a écrit:
D'accord pour la France , qui , selon certaines rumeurs , négocierait secrètement , mais Hillary Clinton , quant à elle , ne cache plus son objectif ultime : le changement de régime à Tripoli .

Je pense que si nous négocions, c'est avec des ministres et des gens de l'entourage pour qu'ils zigouillent eux-mêmes Khadafi et Seif Al-Islam, en échange de quoi on leur laisserait une place dans le futur régime.

Ce serait le plus raisonnable car on sait que supprimer tout un régime sans aucun compromis mène au chaos, comme en Irak (les gens écartés sombrent dans le terrorisme), et d'autre part on ne peut pas laisser Khadafi en place, il est trop dangereux.

HA l'Evangile dans nos Vies c'est quelque chose hein ?

ET QUAND IL SE MIT A PARLER DE L AMOUR DU PROCHAIN ; SEUL DANS MON COIN J AVAIS ENVI DE PLEURER !
CE N EST PAS A DIEU QUE J EN VEUX MAIS A CEUX QUI M EN ON PARLÉ
CE N EST PAS A DIEU QUE J EN VEUX MAIS A CEUX QUI L ON REMPLACÉ


je ne sais plus qui disait " NE FAITE PAS AUX AUTRES CE QUE VOUS NE VOUDRIEZ QUE L ON VOUS FIT A VOUS MÊME ! "
et aussi
"AIMEZ VOS ENNEMIS BÉNISSEZ CEUX QUI VOUS MAUDISSE, PARDONNEZ A CEUX QUI PERSÉCUTENT AFIN D ÊTRE SEMBLABLE A VOTRE PÈRE DES CIEUX !"
ou encore !
"SI VOUS N AIMEZ QUE CEUX QUI VOUS AIMENT QUE FAITES VOUS DONC DE SI FORMIDABLE , EST CE QUE TOUS LES PAÏENS DE LA TERRE N EN FONT PAS AUTANT ?"

Jésus quand Pilate c'est lavé les mains de son arrêt de mort et laisser persécuter ensuite les apôtres en s'en balançant , IL a pas appeler a étriper les Romains qui refusaient La Vérité !
a vous lire il faudrait croire qu'aujourd'hui Il zigouille ceux qui n'obéissent pas ?
mais alors faite gaffe s'IL agit ainsi ; parce que vous n'obéissez pas a l’Évangile en enseignant la guerre et si Le Seigneur suit vos pratiques vous risquez gros dans l'avenir spirituelle !

Jésus LUI IL EST Mort sans se défendre, que c'est difficile pour nous d'apprendre a témoigner des Réalités de l'Esprit Saint qui nous a passé a l’Éternité , alors pourquoi craindre ou enseigner la Mort vu qu'elle n'est plus pour vous, Vous c'est SEULEMENT :jesus: :sts: je vois pas Où il y a un char ou un canon ou un fusil là ?

faudra finir par savoir si nous sommes les témoins du Christ ou de Marianne !?
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Sam 16 Juil 2011, 22:07

Que d'erreurs en un seul texte! Jésus n'a jamais condamné l'armée ou les militaires.Il a même guéri le serviteur d'un centurion romain,et l'a même félicité pour sa Foi!

Il avait dit:"Seigneur,je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit,mais dit seulement une parole,et mon serviteur sera guéri!" Nous redisons ces paroles du centurion avant chaque communion! Et Jésus de répondre:"Même en Israël,je n'ai pas trouvé une si grande Foi!"

Il ne lui a pas dit d'abandonner le métier des armes!

Il faudrait vraiment que les chrétiens se mettent à lire l'Evangile en entier!
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 17 Juil 2011, 20:53


Libye : les rebelles entrent à Brega (est) et consolident leur front Ouest




BENGHAZI (Libye) - La bataille pour la prise du port pétrolier de Brega,
en Libye orientale, est entrée dans une nouvelle phase dimanche, les
rebelles disant être engagés dans des combats rapprochés avec les forces
kadhafistes dans un quartier d'habitation.

Quelques petits
groupes ont réussi à pénétrer à l'intérieur (de la ville), mais nous ne
contrôlons pas encore toute la cité, a déclaré Mohammed Zawi, un
porte-parole des insurgés à Benghazi, la capitale de la rébellion, dans
l'Est.

Il s'agit maintenant de combats rapprochés dans ce
quartier du nord-est de Brega, a-t-il ajouté, précisant que les forces
en présence faisaient désormais usage de mitrailleuses, plus adaptées à
ce terrain.

La prise de cette cité portuaire tenue depuis avril
par les soldats loyalistes et située à 800 km à l'est de Tripoli et à
240 km au sud-ouest de Benghazi représenterait une victoire majeure pour
les rebelles.

Environ 3.000 hommes fidèles au colonel Kadhafi
sont retranchés dans le centre-ville, d'après les insurgés, qui ont
déclenché jeudi soir une offensive par le sud, le nord et l'est de
Brega. Ces combats ont fait au moins 13 morts et près de 200 blessés
parmi les rebelles.

Leur progression a été ralentie par des
centaines de mines et la découverte samedi de tranchées défensives
creusées autour de la localité et remplies de produits inflammables.

S'emparer
de Brega sans que n'y soient causés de dommages majeurs aux
infrastructures permettrait aux insurgés de s'approvisionner en
carburant et de relancer les exportations de pétrole, quasiment à
l'arrêt.

Le groupe de contact réuni vendredi à Istanbul a en
effet reconnu le Conseil national de transition (CNT), la représentation
politique de la rébellion, en tant qu'autorité gouvernementale légitime
en Libye, lui permettant de lier des relations économiques avec
l'étranger.

L'Otan a pour sa part déclaré dimanche surveiller
attentivement la situation, notamment à Brega, et indiqué avoir bombardé
dans la matinée un grand entrepôt de véhicules militaires dont des
chars et d'autres blindés à Tajoura, à 30 km à l'est de Tripoli.

Kadhafi ne quittera jamais la terre de ses ancêtres

-------------------------------------------------------

De
son côté, le colonel Kadhafi a prévenu samedi les insurgés : Le peuple
libyen est prêt à mourir pour défendre son pétrole et il ne laissera
jamais cette richesse aux mains d'une bande de traîtres inféodée à
l'Otan.

Le dirigeant libyen, qui a multiplié ces derniers jours
les messages audio diffusés par haut-parleurs pendant des manifestations
de ses partisans dans les villes visées par les rebelles, a de nouveau
juré qu'il ne quitterait jamais la terre de ses ancêtres.

Ils
(les membres de la communauté internationale) me demandent de quitter
(la Libye, ndlr), c'est de la rigolade. Je ne quitterai pas la terre de
mes ancêtres, ni le peuple qui s'est sacrifié pour moi, a lancé M.
Kadhafi dans un discours diffusé samedi soir à Zawiyah, à 50 km à
l'ouest de Tripoli.

Dans la nuit de samedi à dimanche, la capitale a été secouée par une série de fortes explosions.

La
télévision publique libyenne a annoncé que ces raids de l'agresseur
colonialiste croisé (l'Otan) avaient fait des victimes sur des sites
civils et militaires à Aïn Zara, dans l'est de Tripoli, et à Tajoura,
dans la grande banlieue.

Sur le front Ouest, la situation était
toujours relativement calme dimanche, les rebelles s'attachant à
consolider leurs positions après de brusques avancées quelques jours
auparavant.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Lun 18 Juil 2011, 15:25


Libye : les rebelles disent avoir pris le contrôle de Brega




BEnghazi (Libye) - Les rebelles libyens ont annoncé lundi avoir pris le
contrôle du port pétrolier de Brega (est), la majeure partie des forces
loyales à Mouammar Kadhafi s'étant retirées vers l'ouest après avoir
miné les installations pétrolières.

Le gros des forces de Kadhafi
s'est retiré à Ras Lanouf, à une cinquantaine de kilomètres plus à
l'ouest, a déclaré Shamseddine Abdelmolah, un porte-parole des rebelles,
précisant qu'il restait 150 à 200 loyalistes bloqués sur le site
pétrolier stratégique.

Leurs approvisionnements en nourriture et
en eau sont coupés, a remarqué M. Abdelmolah. Ce n'est qu'une question
de temps avant qu'ils ne s'en rendent compte, nous espérons ne pas
verser le sang.

La prise de Brega, si elle se confirme,
représenterait une victoire majeure pour les rebelles, et leur
permettrait de se saisir d'infrastructures vitales pour l'avenir
économique du pays.

Les installations pétrolières ne semblent pas
avoir été mises à feu ou sabotées, mais elles ont en revanche été
minées, a indiqué le porte-parole des rebelles.


(©AFP / 18 juillet 2011 14h45)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Lun 18 Juil 2011, 16:02

Philippe Fabry a écrit:
la majeure partie des forces
loyales à Mouammar Kadhafi s'étant retirées vers l'ouest après avoir
miné les installations pétrolières.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Mar 19 Juil 2011, 11:50

Libye: la rébellion affirme avoir pris la ville de Brega, le régime dément






Des rebelles libyens en route pour Brega, le 18 juillet 2011 à Ajdabiya

© AFP Gianluigi Guercia


AJDABIYA
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles ont affirmé lundi s'être emparés
du port de Brega dans l'est libyen après plusieurs jours de combats,
alors que de hauts diplomates américains ont rencontré récemment des
représentants de Mouammar Kadhafi pour l'exhorter à quitter le pouvoir.
Une prise de
Brega, à 800 km à l'est de Tripoli et à 240 km au sud-ouest de Benghazi,
fief des rebelles, représenterait une victoire majeure pour les
rebelles et leur permettrait de se saisir d'infrastructures, notamment
pétrolières, vitales pour l'avenir économique du pays.
"Le gros des
forces de Kadhafi s'est retiré à Ras Lanouf", à une cinquantaine de km à
l'ouest de Brega, a déclaré Shamseddine Abdelmolah, un porte-parole des
rebelles, précisant qu'il restait 150 à 200 loyalistes bloqués sur le
site pétrolier.
"Leurs
approvisionnements en nourriture et en eau sont coupés", a-t-il dit. "Ce
n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne s'en rendent compte,
nous espérons ne pas verser le sang".




Des rebelles libyens en route pour Brega, le 18 juillet 2011 à Ajdabiya

© AFP Gianluigi Guercia


Mais le porte-parole du régime
de Mouammar Kadhafi à Tripoli a démenti, affirmant que les troupes
loyalistes avaient repoussé l'offensive des rebelles en leur infligeant
de lourdes pertes. Il a aussi reconnu 30 morts dans les rangs des
pro-Kadhafi.
"Brega est
complètement sous le contrôle de nos forces, aidées par les tribus et
les volontaires, et tout ce qui a été annoncé par le soi-disant Conseil
national de transition (organe des rebelles) relève du mensonge et de la
désinformation", a déclaré à la presse le porte-parole, Moussa Ibrahim.
Selon lui, les rebelles ont "tenté de reprendre la ville mais ont été repoussés, perdant dans la bataille 500 de leurs membres".
L'AFP n'était pas en mesure lundi soir de confirmer ou d'infirmer les informations fournies par les deux camps.
Côté diplomatie,
de hauts responsables de la diplomatie américaine, dont l'ambassadeur en
titre en Libye, Gene Cretz, ont rencontré récemment des représentants
du régime de Kadhafi, hors du pays, pour exhorter le dirigeant libyen à
céder le pouvoir. Gene Cretz n'est plus présent sur le territoire
libyen.
"Il ne s'agissait
pas d'une négociation, mais de faire passer un message", a souligné
lundi une responsable américaine sous couvert de l'anonymat. "Il n'y a
pas de nouvelle rencontre prévue, car le message a été livré".




Un rebelle libyen blessé lors des combats pour la prise de
Brega, soigné dans un hôpital d'Ajdabiya, le 17 juillet 2011

© AFP Gianluigi Guercia


Moussa Ibrahim a rétorqué sur la
chaîne CNN qu'il s'agissait au contraire d'"une première étape du
dialogue" entre Américains et fidèles de Kadhafi.
Selon CNN, citant un porte-parole du régime à Tripoli, les discussions ont eu lieu samedi en Tunisie.
Une source de la
rébellion a affirmé lundi que les troupes du régime chassées de Brega
étaient commandées par l'un des fils Kadhafi, Moutassem.
Selon le
porte-parole des rebelles, les installations pétrolières ne semblent pas
avoir été mises à feu ou sabotées mais ont en revanche été minées. "La
plupart des combattants qui entrent maintenant font partie d'équipes de
déminage", a indiqué Shamseddine Abdelmolah.
"Nous avons trouvé
une quantité incroyable de mines anti-personnel", a-t-il expliqué. Le
nettoyage est en outre freiné par des tirs de missiles en provenance du
village de Bishr, à environ 20 km.
Sur la route entre
Benghazi et le front, plus à l'ouest, les rebelles ont laissé éclater
leur joie face à l'annonce de la prise du port. "Ce soir, on dort à
Brega !" a lancé un jeune homme de 25 ans, depuis le pick-up maculé de
sable sur la route qui l'emmenait avec d'autres vers le front.




Probable victoire des rebelles à Brega dans l'est libyen. Carte de la situation le 18 juillet à 17h00 GMT

© AFP


A l'hôpital d'Ajdabiya, 80 km
avant Brega, les médecins s'accordaient un moment de détente pour la
première fois après avoir dû traiter une grande partie des 300 rebelles
blessés au cours des 5 jours de bataille, a constaté l'AFP.
Quelques combats sur le front Ouest
Quoiqu'il arrive à
Brega, le conflit, lancé le 15 février par une révolte contre le
colonel Kadhafi qui reste combatif et refuse de quitter le pouvoir, est
loin d'être terminé.
Dans l'Ouest, au
moins 23 rebelles ont été blessés avant l'aube dans des combats contre
les pro-Kadhafi à une vingtaine de km de Misrata, enclave rebelle située
à 200 km à l'est de Tripoli, selon la rébellion.
"Nous avons réussi
à repousser les loyalistes, qui ont perdu de nombreux combattants et
abandonné beaucoup de véhicules militaires, d'armes et de munitions",
assure-t-elle.
En outre, les
insurgés ont affirmé que les pro-Kadhafi avaient bombardé leurs
positions à quelques kilomètres du centre de Zliten (ouest), leur
prochaine cible à 150 km à l'est de Tripoli.
Au sud-ouest de Tripoli, l'heure était encore à la consolidation des positions, après de brusques avancées au début du mois.
Les loyalistes ont
tiré des roquettes sur les positions des rebelles à Goualich, un hameau
dans les montagnes, et à Bir Ayad, dans une vallée proche, selon les
insurgés.
Ceux-ci ont tiré
pour leur part au moins deux roquettes sur Al-Assabaa, ville stratégique
à 80 km au sud de la capitale où les forces du régime se sont
retranchées le 13 juillet après d'intenses combats, a constaté l'AFP.
"Le plus
important, c'est de garder les territoires que nous avons conquis, de
sécuriser avant d'attaquer. Nous ne laisserons pas les forces de Kadhafi
reprendre les secteurs que nous avons pris", a confié à l'AFP le
général Mokhtar Farnana, commandant des rebelles pour la région.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Mar 19 Juil 2011, 18:02

Libye: les combats se poursuivent autour de Brega, 7 rebelles tués






Des rebelles libyens en route pour Brega, le 18 juillet 2011 à Ajdabiya

© AFP Gianluigi Guercia


ENTRE AJDABIYA
ET BREGA (Libye) (AFP) - (AFP) - Sept insurgés libyens ont été tués et
45 blessés mardi dans des combats autour de la ville de Brega (est) où
les rebelles tentent de pénétrer plus avant après le retrait de la
plupart des forces pro-Kadhafi, selon des sources médicales et la
rébellion.
"Les troupes
d'élite (des forces gouvernementales) se sont retirées. Elles sont
parties. Les soldats qui restent dans la ville sont coincés", a déclaré
Abdelrazag Elaradi, un membre du Conseil national de transition,
l'instance politique des rebelles, après une visite sur le front.
"Ils ne peuvent
pas avancer sous peine d'être tués par les rebelles ni reculer sinon ils
seront tués par les hommes de Kadhafi", a-t-il ajouté. Lundi, un
porte-parole des rebelles avait estimé que 150 à 200 soldats loyalistes
se trouvaient encore dans le site pétrolier de Brega.




Des rebelles libyens en route pour Brega, le 18 juillet 2011 à Ajdabiya

© AFP Gianluigi Guercia


Les responsables rebelles ont
précisé que la plupart de leurs combattants n'étaient pas encore entrés
dans la ville mardi, ralentis par des centaines de mines et des
tranchées remplies de liquides inflammables.
Selon des sources médicales, au moins 7 rebelles ont été tués et 45 blessés.
"Nous sommes
arrivés par le sud, nous n'avons vu aucun signe des troupes de Kadhafi à
l'intérieur de Brega", a raconté Maghri Faraj, 25 ans, blessé alors
qu'il se trouvait sur un char à la périphérie de Brega, chargé de tirer
au-delà de la ville pour repousser les forces pro-Kadhafi plus à
l'ouest.




Probable victoire des rebelles à Brega dans l'est libyen. Carte de la situation le 18 juillet à 17h00 GMT

© AFP


Selon des sources militaires rebelles, une partie des pro-Kadhafi sont restés sur des positions à portée de tir de Brega.
Les rebelles
tentaient de les en déloger, avec l'objectif de pousser jusqu'à Uqayla à
une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Brega, comptant sur les dunes
et les marécages qui entourent ce village pour établir des positions
défensives en vue d'une nouvelle offensive.
Le régime de
Mouammar Kadhafi a démenti lundi la prise par les rebelles de Brega, en
affirmant avoir repoussé leur offensive et infligé de lourdes pertes aux
insurgés.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Mar 19 Juil 2011, 23:11


Libye: la rébellion dit avancer dans Brega, Kadhafi veut continuer le combat




AJDABIYA (Libye) - Les rebelles ont tenté mardi de pénétrer plus avant
dans le site pétrolier stratégique de Brega dans l'est de la Libye, au
moment où le leader Mouammar Kadhafi a répété qu'il poursuivrait le
combat.

Entretemps, les contacts diplomatiques pour trouver un
règlement au conflit armé se multipliaient avec des rencontres séparées
de responsables américains et russes avec des représentants du régime
notamment.

Sur le terrain, sept insurgés ont été tués et 45
blessés dans des combats autour de Brega au lendemain du retrait de la
plupart des pro-Kadhafi après plusieurs jours de combats, ont indiqué
des sources médicales et la rébellion alors que le régime a affirmé
avoir repoussé l'offensive.

A Brega, les troupes d'élite
(pro-Kadhafi) se sont retirées. Elles sont parties. Les soldats qui
restent dans la ville sont coincés, a déclaré Abdelrazag Elaradi, un
membre du Conseil national de transition (CNT), l'instance politique des
rebelles, après une visite sur le front.

Selon un porte-parole
des rebelles, 150 à 200 loyalistes se trouvent encore à Brega. Les
responsables rebelles ont précisé que la plupart de leurs combattants
n'étaient pas encore entrés dans la ville, ralentis par des centaines de
mines et des tranchées remplies de liquides inflammables.

Nous
sommes arrivés par le sud, nous n'avons vu aucun signe des troupes de
Kadhafi à l'intérieur de Brega, a raconté Maghri Faraj, 25 ans, blessé
alors qu'il se trouvait sur un char à la périphérie de Brega, chargé de
tirer au-delà de la ville pour repousser les pro-Kadhafi plus à l'ouest.

Selon
la rébellion, une partie des pro-Kadhafi sont restés sur des positions à
portée de tir du site. Les insurgés tentaient de les en déloger avec
l'objectif de pousser jusqu'à Uqayla, à une quinzaine de km à l'ouest,
comptant sur les dunes et les marécages pour établir des positions
défensives.

A Tripoli, le régime a assuré que Brega restait
complètement sous le contrôle des forces gouvernementales aidées par les
tribus et les volontaires.

L'AFP n'était pas en mesure mardi de vérifier les affirmations des deux camps.

Le
colonel Roland Lavoie, porte-parole de la mission de l'Otan en Libye, a
dit que la situation à Brega est très fluide et très changeante.

Cela bouge sur le terrain

Côté
diplomatique, de hauts responsables de la diplomatie américaine ont
récemment rencontré des représentants du régime hors de Libye, pour
exhorter M. Kadhafi à céder le pouvoir, a indiqué une responsable
américaine.

Les discussions ont été confirmées par le régime
selon qui il s'agissait d'une première étape du dialogue avec les
Américains. Mais ces derniers ont déclaré qu'aucune nouvelle rencontre
n'était prévue, puisque le message (avait) été adressé.

Parallèlement,
le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov doit recevoir
mercredi son homologue libyen Abdelati Obeidi à Moscou.

Au sein de la coalition internationale, l'heure est à l'optimisme.

Pour
la Maison Blanche, tous les indicateurs montrent que M. Kadhafi perd
prise sur son pays, cinq mois après le début du conflit.

Il
contrôle de moins en moins de territoire, l'opposition est à l'offensive
dans de nombreux endroits du pays, a déclaré le porte-parole de la
présidence, évoquant aussi une rupture dans l'approvisionnement du
régime en carburant et en argent liquide.

Je pense profondément
que le compte à rebours est engagé et que, dans ce type d'opération, les
choses peuvent aller plus vite qu'on ne le pense, a déclaré de son côté
le ministre français de la Défense Gérard Longuet.

Mais M.
Kadhafi a de nouveau balayé ces pronostics, assurant que des millions de
Libyens étaient à ses côtés. Nous sommes chez nous et nous allons nous
battre jusqu'au bout pour défendre notre honneur, notre pétrole et nos
richesses, a-t-il lancé dans un nouveau message sonore.

Dans l'Ouest, les rebelles s'efforcent de sécuriser les gains territoriaux et de dégager la voie vers la capitale.

A
Goualich, l'Otan a autorisé une délégation de responsables de Benghazi,
siège du CNT, à venir en avion malgré l'interdiction de survol en
vigueur, a dit le colonel Juma Brahim, responsable du conseil militaire
de Zenten.

Deux chefs militaires de Misrata, l'enclave rebelle à
200 km à l'ouest de Tripoli, doivent être reçus mercredi par le
président français Nicolas Sarkozy, à qui ils doivent demander une aide
accrue de la France.

Dans le sud-ouest, la rébellion se prépare
pour la prochaine bataille, a assuré le commandant Mokhtar Lakhdar à
Goualich. On espère qu'elle aura lieu avant le ramadan en août, a-t-il
dit, sans exclure qu'elle puisse avoir lieu pendant le mois de jeûne
musulman sacré.

Nous attendons l'ordre de Benghazi. Pour le
moment, dans toutes les villes que nous avons prises, nous organisons
nos forces, a-t-il ajouté.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 24 Juil 2011, 18:24


ALERTE - Les rebelles repoussent une offensive pro-Kadhafi à Goualich




GOUalich (Libye) - Les forces du régime libyen ont lancé dimanche
après-midi une offensive pour reprendre aux rebelles le hameau de
Goualich, à une centaine de km au sud de Tripoli, mais les insurgés ont
repoussé leur attaque, selon un correspondant de l'AFP sur place.

D'après
lui, les rebelles ont réussi à repousser les forces loyalistes à un ou
deux kilomètres de Goualich et des dizaines d'insurgés arrivaient en
véhicules de la ville de Zenten, principale base des rebelles dans
l'ouest libyen, pour leur porter main forte.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Mar 26 Juil 2011, 18:57



On tue des gens en Libye. Que se passe-t-il ? On parle beaucoup
de la Libye, mais en en disant très peu; on se borne à éructer des
slogans pour conforter des préjugés. Comment échapper à l’enfumage
constant des médias, ici encore plus grossier qu’a l’ordinaire ? Deux
petits trucs.



1. D’abord comprendre que PERSONNE n’a le fin mot de l’affaire.
Ni vous ni moi, bien sûr, mais ni Sarkozy ni Obama, ni Kadhafi non plus,
car la situation est un enchevêtrement d’interêts nationaux et
personnels – ceux-ci d’autant plus signifiants que ceux-la sont mal
définis – et qu’il y a donc une infinité de joueurs dont l’importance
relative n’est pas uniquement fonction de leur pouvoir, mais aussi de la
priorité changeante qu’ils accordent à ce dossier. On ne sait donc
vraiment pas ce qui en sortira. Il serait intéressant de faire un
parallèle avec le nord de l’Italie, début Renaissance. Intrigues,
zizanie, des mercenaires… des alliances au jour le jour, déloyauté et duplicité sans fin…



2. Il n’y a que les FAITS dont on soit sûr, car toutes les
interprétations qu’on en fait sont uniquement fonction de l’agenda de
celui qui interprète. La vérité n’est pas prise en considération,
seulement la vraisemblance… et l’on n’est pas trop exigeant. Donc, s’en
tenir aux faits.



Quels sont les faits, concernant la Libye et les événements qui s’y déroulent ? On peut voir le site Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Libye (J’ai complété avec des renseignements dont je n’ai aucune raison de douter de la véracité
et que m’a fait parvenir le blogueur Loatse )



D’abord, la Libye est le pays le plus riche de la région : trois
(3) fois le niveau de vie de l’Égypte ou de la Tunisie ses voisines.
Ca, ce n’est pas du génie : c’est le pétrole. Mais la Libye, selon le Programme des Nations unies pour le développement, a aussi le meilleur IDH
(Indice de développement humain) d’Afrique. Pour ça, avoir du pétrole
ne suffit pas; il faut aussi vouloir et pouvoir en utiliser: les revenus
pour qu’ils profitent a la population. On l’a voulu et on y est parvenu
dans la Libye de Kadhafi mieux que nulle part ailleurs.



Les services sociaux à la population ? Les aides à la consommation ? Les meilleurs du monde !


Santé ? Tous les soins médicaux sont gratuits et de haute qualité.


Education ? L’éducation secondaire et universitaire sont
gratuites. Le taux d’alphabétisation est supérieur à 90%. Chaque
étudiant libyen qui veut faire ses études à l’étranger reçoit une bourse
de 1 627,11 Euros par mois, et tout étudiant diplômé qui ne trouverait
pas d’emploi reçoit le salaire moyen de la profession qu’il a choisie.
CE SONT LES FAITS. Indiscutés.



D’autres faits indiscutés: les Libyens n’ont pas d’impôt à payer
et la TVA n’existe pas en Libye. La Libye est le pays le moins endetté
du monde: la dette publique est à 3,3% du PIB, alors qu’elle est à 84,5%
en France et à 88,9% aux USA. Côté gestion, la Libye est exemplaire.



En Libye, le droit au logement est reconnu et un logement doit
appartenir à celui qui l’occupe.
 L’Etat paye donc le premier
appartement ou maison (150 mètres carrés) d’un nouveau couple qui se
marie et s’installe, et tout(e) citoyen(ne) libyen(ne) n’ayant pas de
logement peut s’inscrire auprès de l’État pour qu’il lui en soit
attribué un. S’il veut faire des travaux dans sa maison, il peut
s’inscrire auprès d’un organisme de l’Etat et ces travaux seront
effectués gratuitement par des entreprises de travaux publics choisies
par l’État.



Chaque citoyen(ne) libyen(ne) peut s’investir activement dans la
vie politique et dans la gestion des affaires publiques, aux niveaux
local, régional et national, dans le cadre d’un système de démocratie
directe ( “JAMAHIRIYA” ) qui tient compte de la representation des
spécificités régionales et tribales. Cela va des Congrès populaires de base permanents, jusqu’au Congrès général du peuple,
le grand congrès national qui se réunit une fois par an. Sur 3,5
millions d’adultes, 600 000 citoyens participent activement à la vie
politique.



La Libye est le 7ème fond souverain financier dans le monde; ses
réserves fiduciaires sont supérieures à celle de la Russie qui a 25
fois sa popu;ation ! La Libye se sert de sa richesse pour servir ses
citoyens, mais aussi pour participeintensément au développement de
l’Afrique et à son indépendance vis-à-vis des occidentaux en y
investissant des milliards.



Qu’est-ce qu’on reproche à la Libye ? A chacun d’interpréter, mais il y a des FAITS… Il faut en tenir compte.


Le fait qu’il y avait des rivalités de longue date entre la
Cyrénaïque et la Tripolitaine, par exemple, mais que personne n’a parlé
récemment d’une rebellion armée avant que CNN et la BBC en parle, en
février 2011.



Le fait que la France, puis les autres pays sous couverts de
l’Otan, sont intervenus en Libye sous prétexte de bombardements à
Tripoli et de massacres à Benghazi, mais qu’il est maintenant avéré que
ces événements n’ont jamais eu lieu.



Le fait que la France, l’Angleterre, les USA – puis plus tard
l’Otan – sont intervenus en anticipant la demande d’un groupe de
rebelles (CNTI) composé d’anciens ministres et alliés renégats de
Kadhafi, de militants islamistes de diverses origines et de gens venus
directement des USA, reconnaissant comme le gouvernement légitime de la
Libye cet ensemble hétéroclite qui n’a jamais obtenu la moindre
reconnaissance de la population.



Le fait que le gouvernement de rebelles ainsi légitimé a
prioritairemnet veillé au depart des équipes chinoises qui préparait sur
place

l’exportation prochaine de pétrole vers la Chine.



Le fait que la coalition de l’OTAN – qui est intervenue sous
prétexte de protéger les civils – bombarde maintenant ces civils comme
les forces de Kadhafi ne l’ont jamais fait.



Le fait, que des centaines de milliers de Libyens manifestent à
Tripoli et ailleurs pour soutenir Kadhafi… alors que les médias
occidentaux peinent à mettre à l’écran quelques douzaines de “rebelles”
bigarrés, tirant en l’air comme à la Fantasia.



Le fait, surtout , car il n’est pas anodin, que les 30 pays
coalisés ont saisi USD $ 33 milliards de fonds libyens deposés de bonne
foi par le régime Kadhafi dans leurs institutions financlères… ce qui
semble un peu cavalier, sinon indélicat.



Le fait, enfin, qui laisse rêveur, que le 15 fevrier 2011, le Fond monétaire International (FMI), concluant une enquête approfondie d’un an, a félicité le colonel Kadhafi
pour sa bonne gestion de la Libye et l’a encouragé à « continuer
d’améliorer l’économie », mentionnant son « ambitieux agenda de réformes
»



http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.imf.org/external/np/sec/pn/2011/pn1123.htm&title=rapport%20du%20FMI


Un peu surprenant cet aval du FMI, alors même que des émeurtes éclatent à Benghazi. Ensuite, tout va très vite. Le 26 février, Mostafa Mohamad Abdeljalil, ancien ministre libyen de la Justice sous Kadhafi, annonce la formation d’un gouvernement provisoire (CNTI) à Benghazi. Le 19 mars, en accord avec la résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, une intervention militaire aéronavale
est déclenchée par la France, suivie par le Royaume-Uni et les
États-Unis… Que diable Kadhafi a-t-il bien pu faire dans ces 32 jours
qui séparent les félicitations de l’anathème?



À la luniere de ces faits, il faudrait bien que ceux qui
soutiennent l’intervention en Libye nous expliquent en quoi le régime
Khadafi est devenu insupportable en quelques jours de février cette
année… et comment on peut croire que cette intervention ait eu d’autres
buts que: a) d’empêcher la Chine d’avoir accès au pétrole libyen, et b)
de faire main basse sur USD $ 33 milliards des fonds d’un pays
souverain.



A défaut d’explications, on ne peut voir dans cette intervention
qu’un BRIGANDAGE. Comme Occidentaux, ce brigandage nous déshonore.



Pierre JC Allard


http://les7duquebec.wordpress.com/


© 2011, Les Chroniques d’Arcturius.
Tous droits réservés pour tous pays.
Merci de citer la source si vous diffuser.



http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=761
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 12:01

Libye: offensive rebelle sur Al-Ghazaya près de la frontière tunisienne






Un rebelle libyen cherche un siganl téléphonique sur un toit
près de la ville d'Asaba, où se trouvent les forces loyalistes, le 25
juillet 2011

© AFP/Archives Colin Summers



ZENTEN (Libye)
(AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens ont déclenché jeudi une offensive
sur la ville d'Al-Ghazaya, près de la frontière tunisienne, dans la
région de Nalout au sud-ouest de Tripoli, ont annoncé des sources
militaires et hospitalières à Zenten.

"Les rebelles ont lancé une offensive mercredi sur Al-Ghazaya", ont indiqué ces sources à un correspondant de l'AFP.

C'est à partir de
cette ville située à une dizaine de kilomètres de la frontière
tunisienne que les forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi
bombardent régulièrement Nalout -cité aux mains des rebelles- et la zone
frontalière.

Nalout, à 230 km à
l'ouest de Tripoli, est ainsi depuis quelques jours la cible de
roquettes Grad tirées d'Al-Ghazaya, selon le correspondant de l'AFP.

Cette région
montagneuse du Nefoussa est le théâtre depuis plusieurs mois d'intenses
affrontements entre la rébellion et les forces loyales au colonel
Kadhafi.

Début juillet, les insurgés y ont déclenché une offensive majeure, espérant notamment avancer vers la capitale libyenne.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:24

Mais je n'ai toujours pas compris la raison du revirement de Nicolas Sarkozy à l'égard de Khadafi : il le reçoit en grandes pompes à l'Elysée, et, peu de temps après, il soutient le rébellion cyrénaïque contre lui ; que s'est-il donc passé entre temps ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:28

lagaillette a écrit:
Mais je n'ai toujours pas compris la raison du revirement de Nicolas Sarkozy à l'égard de Khadafi : il le reçoit en grandes pompes à l'Elysée, et, peu de temps après, il soutient le rébellion cyrénaïque contre lui ; que s'est-il donc passé entre temps ?



la crise, les elections, .. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:29

lagaillette a écrit:
Mais je n'ai toujours pas compris la raison du revirement de Nicolas Sarkozy à l'égard de Khadafi : il le reçoit en grandes pompes à l'Elysée, et, peu de temps après, il soutient le rébellion cyrénaïque contre lui ; que s'est-il donc passé entre temps ?

C'est simple à comprendre : c'est du PRAGMATISME POLITIQUE.
Lorsqu'il le reçoit à l'Elysée, les circonstances politiques sont les suivantes : Kadhafi manifeste de la bonne volonté au monde et promet de sortir du terrorisme. Son peuple semble le soutenir. Alors, de manière pragmatique, Les Européens décident de flatter ce grand méchant qui semble calmé.
Cependant, personne n'oublie ses crimes.

Et puis les choses changent au printemps : Le peuple semblent rejeter Kadhafi et celui ci fait l'erreur de le menacer de génocide. Les circonstances changent et on décide que ce grand méchant peut tomber car il est affaibli et détesté par tous.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:35

Libye : les rebelles prennent Al-Ghazaya, près de la frontière tunisienne






Un rebelle libyen cherche un siganl téléphonique sur un toit
près de la ville d'Asaba, où se trouvent les forces loyalistes, le 25
juillet 2011

© AFP/Archives Colin Summers



AL-GHAZAYA
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens, qui viennent de nommer un
ambassadeur à Londres, ont infligé jeudi un nouveau revers au régime de
Mouammar Kadhafi en s'emparant de la ville d'Al-Ghazaya, près de la
frontière tunisienne, au sud-ouest de Tripoli, selon un correspondant de
l'AFP.

Les combats les
plus acharnés ont eu lieu dans la partie orientale d'Al-Ghazaya, que les
insurgés ont attaquée vers 08H00 (06H00 GMT), à la fois par l'ouest et
par l'est, a constaté l'AFP.

En milieu
d'après-midi, les rebelles ont pénétré à bord de pick-up dans la cité
qu'ils avaient auparavant bombardée à l'artillerie lourde à partir des
hauteurs alentours et après la fuite des forces loyales au colonel
Kadhafi à bord de nombreux véhicules, a raconté le correspondant de
l'AFP.

C'est
d'Al-Ghazaya, à une dizaine de kilomètres de la frontière avec la
Tunisie, que les loyalistes avaient intensifié ces derniers jours leurs
tirs de roquettes Grad sur Nalout, localité aux mains des rebelles à 230
km à l'ouest de la capitale libyenne.

Cette région
montagneuse du Nefoussa est le théâtre depuis plusieurs mois
d'affrontements entre l'armée de Mouammar Kadhafi et la rébellion, qui y
a déclenché début juillet une offensive majeure, espérant notamment
avancer vers Tripoli.

De son côté, l'Otan maintient une forte pression avec toujours des dizaines de raids aériens quotidiens.

Par ailleurs, les
insurgés ont déclaré mercredi avoir fait, sans succès, une offre au
colonel Kadhafi de passer la main tout en restant au pays.

"Nous avons fait
une proposition. Le délai est passé. La proposition n'est plus valable",
a dit le chef du Conseil national de transition (CNT), l'organe
politique des rebelles libyens à Benghazi (est), Moustafa Abdeljalil.

Aux termes de
cette offre, Mouammar Kadhafi devait abandonner ses fonctions, son lieu
de résidence aurait été "le choix du peuple libyen" et il aurait été
placé sous "surveillance étroite", a-t-il ajouté.

La France et la
Grande-Bretagne, ainsi qu'un responsable de la rébellion, ont suggéré
que le colonel Kadhafi puisse être autorisé à certaines conditions à
rester en Libye, du moment qu'il quittait le pouvoir.

La rébellion marque des points sur le front diplomatique

--------------------------------------------------------

En réponse, le
dirigeant libyen a à nouveau défié mercredi soir l'Otan et les insurgés,
dans un message sonore à ses partisans à Zalten (à 120 km à l'ouest de
Tripoli).

"Nous n'avons pas
peur. Nous les défions. Nous paierons le prix avec nos vies, nos femmes
et nos enfants. Nous sommes prêts au sacrifice pour défaire l'ennemi",
a-t-il assuré.

Prudent, le
ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a estimé de
son côté que le mouvement insurrectionnel pourrait se jouer sur une
génération avant de porter ses fruits.

En attendant, la
Grande-Bretagne a reconnu le Conseil national de transition en tant que
seul "gouvernement légitime" de Libye et l'a invité mercredi à
s'installer à l'ambassade de ce pays à Londres après l'expulsion des
derniers diplomates loyaux au colonel Kadhafi.

Le CNT a à cet
égard annoncé jeudi la nomination de Mahmud Nacua, écrivain et
intellectuel de 74 ans, au poste d'"ambassadeur" de Libye dans la
capitale britannique.

Mahmud Nacua "est
impliqué dans l'opposition depuis les années 1980", a expliqué Guma
Al-Gamaty, coordinateur en Grande-Bretagne pour le CNT.

Selon lui, le geste britannique est un "pas important" et un "message clair au peuple libyen et à Kadhafi".

La reconnaissance
par Londres du CNT a été en revanche qualifiée d'"irresponsable" et
d'"illégale" par le vice-ministre libyen des Affaires étrangères Khaled
Kaaim.

Le Royaume-Uni qui
participe activement aux opérations engagées le 19 mars contre les
forces pro-Kadhafi, a en outre décidé de mettre fin au gel d'actifs
pétroliers libyens, d'une valeur de 91 millions de livres (102 millions
d'euros). Bloqués dans le cadre d'une résolution des Nations unies, ils
seront transférés à la rébellion.

De leur côté, les Etats-Unis disent pour le moment étudier une demande du CNT en vue d'ouvrir une ambassade à Washington.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:40

une ville gagnier puis perdu puis regagnier ... ca fait 4.5 mois que ca dure ...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:41

joker911 a écrit:
une ville gagnier puis perdu puis regagnier ... ca fait 4.5 mois que ca dure ...

Non, si vous suivez les dépêches que je poste, vous verriez que depuis un moins les khadafistes sont sur le reculoir et que les rebelles progressent pas à pas.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:42

on verra bien pour le moment la situation ne progresse pas ...
et heuresement qu'ils progressent si non la strategie de l'otan est inutile ..
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 28 Juil 2011, 16:43

joker911 a écrit:
on verra bien pour le moment la situation ne progresse pas ...

Si, la preuve : une nouvelle localité conquise par les rebelles.
La semaine dernière c'était le port de Brega.
La semaine avant c'était Goualich.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 14:30

Arnaud Dumouch a écrit:
lagaillette a écrit:
Mais je n'ai toujours pas compris la raison du revirement de Nicolas Sarkozy à l'égard de Khadafi : il le reçoit en grandes pompes à l'Elysée, et, peu de temps après, il soutient le rébellion cyrénaïque contre lui ; que s'est-il donc passé entre temps ?

C'est simple à comprendre : c'est du PRAGMATISME POLITIQUE.
Lorsqu'il le reçoit à l'Elysée, les circonstances politiques sont les suivantes : Kadhafi manifeste de la bonne volonté au monde et promet de sortir du terrorisme. Son peuple semble le soutenir. Alors, de manière pragmatique, Les Européens décident de flatter ce grand méchant qui semble calmé.
Cependant, personne n'oublie ses crimes.

Et puis les choses changent au printemps : Le peuple semblent rejeter Kadhafi et celui ci fait l'erreur de le menacer de génocide. Les circonstances changent et on décide que ce grand méchant peut tomber car il est affaibli et détesté par tous.
Du PRAGMATISME POLITIQUE, évidemment : le revirement opéré par Khadafi après sa période "terroriste" offrait aux pays occidentaux, et, en particulier à la France, des perspectives intéressantes du point de vue commercial : l'accueil qui lui a été réservé à l'Elysée était motivé par l'espoir de lui vendre des armes et une centrale nucléaire ; des armes, la France lui en a vendu, mais pas de centrale nucléaire. Ensuite, il y a eu la déception causée par le refus de Khadafi de se rallier au projet de Sarkozy de l'UPM : Union Pour la Méditerranée ; je me demande dans quelle mesure cette déception a joué pour le revirement de Sarkozy.
Par contre, je ne crois absolument pas que "le peuple semblent rejeter Kadhafi", qu'il est "affaibli et détesté par tous".
C'est vrai qu'il y a eu, à l'image des "révolutions" tunisienne et égyptienne, une certaine réaction contre le "dictateur" ; mais on s'est aperçu très vite que la situation n'était pas du tout la même qu'en Tunisie et en Egypte. En Lybie, on a affaire à un pays qui est encore très marqué par les structures "tribales", et l'opposition entre la Tripolitaine et la;Cyrénaïque ; il s'agit donc bien d'une guerre civile. Et, dans ce conflit, les Occidentaux misent sur les dirigeants de la Cyrénaïque pour des raisons de rapports commerciaux, les dirigeants de la Cyrénaïque étant acquis au modèle de l'économie "libérale", alors que Kadhafi est plutôt nationaliste.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 15:10

salut
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 16:11

lagaillette a écrit:
on a affaire à un pays qui est encore très marqué par les structures "tribales", et l'opposition entre la Tripolitaine et la;Cyrénaïque ; il s'agit donc bien d'une guerre civile.

C'est absolument faux. Regardez donc une carte : Misrata est en Tripolitaine, de même que les villes au sud-ouest de Tripoli qui sont soulevés contre Khadafi. Le pays n'est pas du tout coupé en deux, Khadafi est complètement encerclé par la rébellion. Le problème c'est qu'il tient encore une partie du pays par la terreur.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 16:14

Il tient Tripoli par la terreur. Mais même les manifestations organisées pour lui ne brillent pas par leur nombre. Beaucoup de membres de sa propre tribu ont rejoint la rébellion contre lui.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 16:22

Kadhafi nationaliste? Il a un armement essentiellement russe et emploi des mercenaires d'Afrique noire! Quant à la langue bèrbère,pourtant parlée par des populations de son pays,elle était tout simplement interdite.Maintenant,dans les territoires libérés de son emprise,elle est à nouveau enseignée dans les écoles.Il n'est pas nationaliste,il est pour lui-même comme tous les dictateurs! Mais il doit expliquer cela dans son petit livre vert !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 29 Juil 2011, 16:47

Par définition un Empire tente d'affaiblir toutes les nations ayant un potentiel capable de lui résister;en Afrique,la Libye faisait partie de cette catégorie tout comme le Venezuela en Amérique du sud.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Lun 01 Aoû 2011, 10:18

Libye: les rebelles mènent un raid meurtrier contre un groupe pro-Kadhafi à Benghazi






Des rebelles libyens défilent le 31 juillet 2011 dans les rues de Benghazi en hommage au général Younès assassiné

© AFP Gianluigi Guercia



BENGHAZI
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens ont mené dans la nuit de
samedi à dimanche un raid meurtrier contre un groupe de partisans du
dirigeant Mouammar Kadhafi au sein de leur "capitale" Benghazi (est), et
repris un petit village dans les montagnes de Nefoussa (ouest).

A Benghazi, la bataille a fait 15 morts, quatre parmi les rebelles et 11 au sein du groupe armé, et des dizaines de blessés.

"Il y a eu une
longue bataille qui a duré des heures, parce qu'ils étaient lourdement
armés. Nous avons perdu quatre hommes", a déclaré à l'AFP un
porte-parole des rebelles, Mahmoud Chammam.

Au total, les rebelles ont arrêté au moins 63 personnes, a affirmé un autre porte-parole des insurgés, Mustafa al-Sagazly.

M. Chammam a
également fait état d'une vingtaine de blessés au sein du groupe armé.
Mais selon des sources médicales, 11 pro-Kadhafi ont succombé, et 46
rebelles ont été blessés, dont quatre très grièvement.

Selon le
responsable de la sécurité à Benghazi, Farid Juwayli, plusieurs
prisonniers de guerre évadés se trouvaient dans ce groupe armé installé
dans une fabrique de plaques d'immatriculation et soupçonné d'être
derrière l'assassinat du général Younès, un ancien pilier du régime du
colonel Kadhafi devenu chef d'état-major de la rébellion.





Des rebelles libyens lors des obsèques du général Younès, le 29 juillet 2011 à Benghazi

© AFP Gianluigi Guercia


Le hangar de la fabrique
abritait sept pick-up armés de mitrailleuses, ainsi qu'une grande
quantité d'explosifs que le groupe comptait utiliser dans des attentats à
la voiture piégée à Benghazi, ont ajouté plusieurs responsables.

Le raid a été
conduit après que le Conseil national de transition (CNT), organe
politique de la rébellion, eut ordonné samedi soir à toutes les milices
de déposer les armes ou de se rallier.

"Le temps est venu
de dissoudre ces brigades. Quiconque refusera d'appliquer ce décret
sera jugé", avait indiqué le président du CNT, Moustapha Abdeljalil,
lors d'une conférence de presse.

Parallèlement, la
rébellion tentait de faire taire les rumeurs entourant l'assassinat du
général Younès. Selon M. Abdeljalil, le général a été abattu jeudi par
un groupe d'hommes armés après avoir été rappelé du front pour un
interrogatoire sur des questions militaires à Benghazi.

M. Abdeljalil a
précisé samedi soir qu'Abdel Fatah Younès avait été convoqué par un
comité de quatre juges qui en avait informé les dirigeants du CNT.

Le colonel Ahmed
Omar Bani, porte-parole militaire des rebelles, a estimé que ces quatre
juges n'avaient pas le pouvoir de rappeler le général Younès et que le
ministère de la Défense du CNT avait écrit une lettre pour rejeter cette
décision.

"Quand toute la
vérité sera faite, elle sera annoncée au peuple et au monde entier",
a-t-il déclaré, refusant toutefois de dévoiler l'identité des suspects
arrêtés après ce meurtre. Il a ajouté qu'il lutterait contre "ceux qui
essaient de répandre des rumeurs".

Sur le terrain,
les insurgés ont pris dimanche matin le petit village de Joch, au pied
des montagnes du djebel Nefoussa, dans l'Ouest libyen, selon des
journalistes de l'AFP sur place.

"Nous avons pris
Joch ce matin et nous nous dirigeons vers l'ouest. Nous combattons
désormais pour prendre Tiji", une localité voisine, a déclaré à l'AFP
Juma Brahim, porte-parole militaire de la rébellion dans le djebel
Nefoussa.

Selon un porte-parole des rebelles locaux, Mohammed El-Boujdidi, les combats ont fait trois morts et quatre blessés.

Au sud de Benghazi, les rebelles ont annoncé avoir repoussé une attaque des forces pro-Kadhafi sur la ville de Jalo.

Sur le plan
diplomatique, le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères, Khaled
Kaaim, a déclaré que le régime du colonel Kadhafi était en contact avec
des membres du CNT.

"Il y a des
contacts avec Mahmoud Jibril (numéro deux du CNT), avec (Ali) Al-Issaoui
(responsable des relations extérieures), Ali Sallabi (dignitaire
religieux) et d'autres", a déclaré M. Kaaim, démentant en revanche des
rumeurs sur de récents contacts entre le régime et le général Younès.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 04 Aoû 2011, 11:21

Citation :
Un fils Kadhafi assure que sa famille a conclu un pacte avec les islamistes






Seif al-Islam Kadhafi, l'un des fils du dirigeant libyen, le 2 mai 2011 à Tripoli.

© AFP/Archives -



NEW YORK (AFP)
- (AFP) - Seif al-Islam Kadhafi, l'un des fils du dirigeant libyen, a
déclaré mercredi dans la presse américaine que sa famille avait scellé
une alliance avec les rebelles islamistes du pays pour en finir avec
l'opposition laïque qui réclame le départ de son père.

Seif al-Islam
Kadhafi, qui comme son père a longtemps clamé que l'opposition était
menée par les islamistes, a assuré dans une interview accordée à Tripoli
au New York Times que les rebelles laïcs "vont tous s'enfuir ou être
tués (...) Nous y veillerons".

Et de lancer que son pays allait alors "ressembler à l'Arabie saoudite ou à l'Iran. Et alors?".

Le Libyen, qui a
longtemps représenté le visage du régime de son père dans les pays
occidentaux, apparaissant en costume-cravate et parlant couramment
anglais, s'est cette fois présenté à l'interview vêtu de l'habit
traditionnel, arborant une barbe broussailleuse et égrenant un chapelet.

Seif al-Islam a
assuré au New York Times avoir négocié un pacte avec Ali Sallabi, l'un
des chefs islamistes de l'est du pays aux mains des rebelles.

Ce dernier a
confirmé au quotidien avoir eu des conversations avec le fils Kadhafi,
sans toutefois dire que les islamistes avaient rejoint le camp du
dirigeant en place depuis 42 ans.

Le régime de
Mouammar Kadhafi se présente comme un rempart face à la prise de pouvoir
des extrémistes religieux dans ce pays riche en pétrole.

Les forces
rebelles comptent certains islamistes, mais insistent sur le fait
qu'elles sont toutes unies dans leur volonté de voir Mouammar Kadhafi
céder le pouvoir à un gouvernement démocratique.

Dans son
interview, Seif al-Islam prétend que les islamistes sont "les véritables
forces sur le terrain" et que les pays occidentaux devront venir
négocier avec eux. "Je sais que ce sont des terroristes. Ils sont
sanguinaires. Ils ne sont pas bons. Mais vous devez les accepter",
a-t-il lancé.

Par cette
interview, Seif al-Islam pourrait tenter d'exploiter les récentes
divisions apparues dans le camp des rebelles depuis la mort du
commandant militaire du Conseil national de transition (CNT), le général
Abdel Fatah Younès, dans des circonstances opaques.

Une nouvelle fois, les Khadafis font planer la menace d'une Libye islamique pour tenter d'effrayer l'Occident.
Vivement qu'on se débarrasse de ces satrapes.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 04 Aoû 2011, 15:26


Libye: un pétrolier saisi par les rebelles accoste à Benghazi




BENGHAZI (Libye) - Un pétrolier transportant 73.000 tonnes de carburant a
accosté jeudi dans le port de Benghazi, dans l'est de la Libye, les
rebelles à bord affirmant avoir saisi ce bateau appartenant au régime
libyen au large de Tripoli.

Le Carthagène, navire de 200 mètres
de long, est arrivé peu après midi (10H00 GMT) à Benghazi, la capitale
du mouvement rebelle, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un
officier rebelle, qui assure avoir participé à l'opération et
s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a affirmé que le bateau avait
été intercepté il y a deux jours au large de Tripoli, grâce à l'aide de
l'Otan.

Nous avons eu des informations sur ce bateau avec l'aide
de l'Otan. Nous l'avons rejoint puis arraisonné avec un autre navire, le
Nour, a expliqué cet officier.

Nous n'avons pas eu à faire usage
de la force, les menaces ont suffi, a-t-il précisé, refusant de donner
toute autre information sur le déroulement de l'opération.

Le
navire, dont la ligne de flottaison indique clairement qu'il est chargé
au maximum de sa capacité, transporte 73.000 tonnes de carburant, a
ajouté cette même source.

Deux drapeaux aux couleurs de la Libye
rebelle --rouge, noir et vert-- flottant sur ses mâts, le Carthagène a
fait sonner sa corne de brume en entrant dans les eaux du port. Son
arrivée a suscité de brèves démonstrations de joie à terre parmi les
ouvriers et employés présents sur le port.

Le bateau a accosté
sur le quai réservé au débarquement de produits pétroliers, à quelques
dizaines de mètres d'un autre tanker, le Anwar Afriqya, capturé en mer à
la mi-mars par les rebelles avec 25.000 tonnes de carburant alors qu'il
faisait route depuis la Grèce vers Tripoli.

Propriété du
gouvernement libyen et immatriculé en Libye, le Carthagène faisait quant
à lui route de Malte vers la capitale libyenne, toujours selon
l'officier rebelle.

Celui-ci n'a donné aucune autre précision,
notamment sur le sort de l'équipage ou l'utilisation qui sera faite de
la marchandise par le Conseil national de transition (CNT), organe
politique de rébellion.

L'immense inscription GNMTC, pour General
National Maritime Transport Company, en blanc sur le fond noir de la
coque, indique clairement que le navire appartient à la flotte de
pétroliers propriétés de l'Etat libyen.

Interrogé par l'AFP, un
officier de l'Otan au centre opérationnel de Naples, le colonel Roland
Lavoie a simplement indiqué que le Carthagène avait été intercepté par
l'Alliance atlantique mais autorisé à poursuivre sa route vers Benghazi
après que le commandant eut répondu à une série de questions.

Nous
ne sommes pas montés à bord de ce bateau. (...) Rien ne posait problème
selon nous, donc il a été autorisé à entrer dans le port, a indiqué un
autre responsable.

Alors que la Libye est secouée depuis bientôt
six mois par un soulèvement qui s'est transformé en conflit armé, la
question du carburant est cruciale des deux côtés du front.

Dans
l'est du pays, tenu par les rebelles, les pénuries de carburant sont
rares, mais le CNT peine à payer tout le carburant nécessaire pour faire
fonctionner les centrales électriques et les autres installations.

La
perte de ce cargo est un coup dur pour Tripoli, où les habitants
souffrent de pénuries de carburant en raison des combats et des
sanctions internationales.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 04 Aoû 2011, 15:39

Tanker détourné mais recours au spectre islamiste.

A Tripoli ils n'ont plus de pétrole, mais ils ont des idées ! Laughing

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 04 Aoû 2011, 22:30

Tout se passe comme si , à l'instar de la Yougoslavie , de l' Irak et de l'Afghanistan , des gouvernements occidentaux alliés cherchaient vraiment à entretenir un chaos durable , sans solution pacifique définitive . De gros intérêts privés se cachent sans doute derrière ces stratégies , dont sont victimes les soldats et les civils présents sur les champs de bataille .

Comme l'écrivait Voltaire : " Vous mourrez pour des altesses
Qui se feront des politesses
Pendant que vous pourrirez . " .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Jeu 04 Aoû 2011, 23:04

boudo a écrit:
Tout se passe comme si , à l'instar de la Yougoslavie , de l' Irak et de l'Afghanistan , des gouvernements occidentaux alliés cherchaient vraiment à entretenir un chaos durable , sans solution pacifique définitive . De gros intérêts privés se cachent sans doute derrière ces stratégies , dont sont victimes les soldats et les civils présents sur les champs de bataille .

Comme l'écrivait Voltaire : " Vous mourrez pour des altesses
Qui se feront des politesses
Pendant que vous pourrirez . " .
:nawak:

Et vive la paix des tyrans, par les cimetières.
Cela aurait été si paisible une Yougoslavie en paix avec un peuple Bosniaque euthanasié ! Un vrai Paradis pour boudo !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 05 Aoû 2011, 08:57

Vous vous méprenez sur mes idées , cher Arnaud . Une fois la guerre civile yougoslave enclenchée , il fallait bien la vivre et la mener . Ce que je crois , c'est qu'elle était évitable
mais que de puissants intérêts extérieurs à la Yougoslavie ont au contraire contribué à la rendre inévitable . Ceci dit , l'ambiance était électrique depuis plusieurs années et l'accident était prévisible pour les yeux ouverts , j'en conviens .
Marie , à Medjugorje , n'arrêtait pas de dire : " Vous avez choisi un chemin de ruines " .

L'inertie des européens devant la guerre civile conforte d'ailleurs mon analyse .

Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait jamais faire la guerre . Je pense qu'il faut éviter d'en créer les conditions , au contraire des marchands d'armes , évidemment .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 05 Aoû 2011, 09:27

[quote]
boudo a écrit:


L'inertie des européens devant la guerre civile conforte d'ailleurs mon analyse .

Donc leur inertie est coupable et leur intervention aussi est coupable ?

Ou est la logique ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 05 Aoû 2011, 18:22

Vous n'avez rien compris à ma pensée , cher Arnaud .

Au début de la crise ouverte , de simples menaces appuyées de la part des européens auraient suffi à calmer le jeu , l'économie yougoslave étant totalement dépendante du tourisme européen .
Je soupçonne les états européens d'être restés volontairement passifs , pour justifier une intervention armée ultérieure . L'Allemagne a même prématurément reconnu et soutenu l'indépendance de la Slovénie ( compte tenu de sa proximité avec l'Autriche germanophone , sans doute ) .
Le siège de Sarajevo a été suivi par le monde médiatique comme un feuilleton passionnant , sans plus .

Par la suite , la guerre de l'Otan contre la Serbie a été particulièrement violente et aveugle ( je n'énumérerai pas toutes les bavures ) , de façon à empêcher toute paix négociée .

De part et d'autre des belligérants , les familles mixtes majoritaires ont été systématiquement persécutées .

Vous avez dit une guerre juste ?

Pour la Lybie , c'est pareil . L'important , aux yeux des marchands d'armes , est de créer un chaos stimulant pour les ventes , ce n'est pas de trouver rapidement une solution juste et pacifique .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 05 Aoû 2011, 20:25

[quote]
boudo a écrit:
Vous n'avez rien compris à ma pensée , cher Arnaud .

Au début de la crise ouverte , de simples menaces appuyées de la part des européens auraient suffi à calmer le jeu ,


Si une jour votre vie dépend d'un général rêvant de vous éliminer, vous et vos coreligionnaires, et que le monde réagit par des paroles verbales et des sanctions économiques, je vous conseille de préparer vos enfants à la mort.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Ven 05 Aoû 2011, 20:52

Evidemment , au moment où Mladic menace Medjugorje ( " ce sera notre dessert ") , il n'y avait plus à hésiter . C'est quelques années plus tôt qu'il aurait fallu chercher la paix .

Mais l'impérialisme grand-serbe méritait-il le bombardement de l'ambassade de Chine à Belgrade et de l'usine d'autos Zastava , ainsi que des bus transportant des civils ?

Erreurs ? Mon oeil !

Et les bombardements de civils en Libye ? Erreurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 07 Aoû 2011, 00:21

Libye: les rebelles disent avoir fait sauter le verrou de Bir Ghanam






Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Adbeljalil, le 6 août 2011 à Benghazi

© AFP Gianluigi Guercia



BIR AYAD
(Libye) (AFP) - (AFP) - Les rebelles libyens venus des montagnes de
Nefoussa, au sud-ouest de Tripoli, ont annoncé avoir pris Bir Ghanam,
verrou stratégique à 80 km au sud de la capitale, alors que des combats
se poursuivaient dans différentes villes du pays.

Dans le même
temps, le président du Conseil national de transition (CNT), organe
politique de la rébellion libyenne, Moustapha Adbeljalil, a appelé
samedi à "l'unité" dans la lutte contre le régime du colonel Mouammar
Kadhafi.

"Le combat doit
être notre priorité, et nous devons être unis pour cela", a-t-il lancé à
Benghazi, "capitale" rebelle dans l'est du pays secouée par
l'assassinat la semaine dernière du général Abdel Fatah Younès, ancien
pilier du régime devenu chef d'état-major de la rébellion.

Dans l'Ouest du
pays, les rebelles du Djebel Nefoussa, positionnés depuis plusieurs
semaines à Bir Ayad, à 30 km au sud de Bir Ghanam, ont lancé une
offensive samedi vers 08H00 (06H00 GMT) en direction de cette ville de
garnison, selon un correspondant de l'AFP.

Ce correspondant
n'est pas entré dans Bir Ghanam, mais il a constaté en début
d'après-midi que le bruit des combats avait cessé. Et plusieurs
commandants rebelles lui ont annoncé que la ville était prise.

Parallèlement,
plusieurs centaines de combattants rebelles ont continué à avancer vers
le nord en direction de Sorman, une ville située près de la côte
méditerranéenne, à quelques dizaines de kilomètres à l'ouest de la
capitale.





Des rebelles libyens près de la ligne de front à Bir Ghanam, le 26 juin 2011

© AFP/Archives Colin Summers


Des fumées noires s'élevaient le
long de la route, parsemée de véhicules calcinés de l'armée
gouvernementale, certains avec des corps de soldats carbonisés, selon le
correspondant de l'AFP.

Jusqu'à une
vingtaine de kilomètres de Sorman, les rebelles n'ont pas rencontré de
résistance sur la route. Ensuite, ils ont commencé à essuyer des tirs
des forces pro-Kadhafi et à répliquer, a ajouté le correspondant.

La plupart des
rebelles avançant sur cette route portent l'insigne du "bataillon
Tripoli", composé principalement de volontaires venus de la capitale et
d'autres villes côtières pour s'entraîner dans les montagnes du Djebel
Nefoussa (au sud-ouest de Tripoli) afin de combattre à leur tour.

Dans l'Est, l'Otan
a mené au cours des dernières 24 heures un nombre inhabituellement
élevé de frappes aériennes sur le terminal pétrolier de Brega,
transformé en ligne de défense par les forces pro-Kadhafi, selon le
compte-rendu quotidien des activités de l'Alliance atlantique.

Les avions et
hélicoptères de l'Otan ont touché au total 38 objectifs, dont près d'une
trentaine de véhicules militaires et six bâtiments militaires.

Toujours à Brega,
les rebelles ont affirmé avoir pris vendredi le contrôle d'une colline
au nord de la ville, "un endroit stratégique car il domine toute la
zone", selon un porte-parole militaire, Mohamed Zawawi.

Entre les deux
fronts, la population d'Al-Qusbat (100 kilomètres à l'est de Tripoli)
qui s'est soulevée jeudi contre le colonel Kadhafi, se trouve depuis
cernée par l'armée gouvernementale, a affirmé samedi un porte-parole de
la rébellion à Benghazi.

Toutes les routes
menant à cette ville sont bloquées, et le téléphone et l'électricité
sont coupés depuis vendredi, a ajouté ce porte-parole, faisant état
d'arrestations à la périphérie d'Al-Qusbat.

Al-Qusbat
--également connue localement sous le nom de Msallata-- est située à
quelques dizaines de kilomètres de la ligne de front de Zliten, en plein
territoire contrôlé par le régime.

Selon un autre
porte-parole de la rébellion, des combats étaient en cours samedi à
Zliten, ville de 200.000 habitants que les forces rebelles venus de
l'enclave de Misrata, à une cinquantaine de kilomètres plus à l'est,
cherchent depuis des semaines à conquérir.

Pour soutenir les
habitants du Djebel Nefoussa, montagnes berbères qui ont rallié la
rébellion dès les premiers jours en février, le CNT a annoncé samedi
avoir lancé un programme prévoyant la distribution de près de 10
millions de dollars aux familles.

L'argent liquide a
été transporté sur place pendant la semaine par avion depuis Benghazi,
et doit être distribué directement aux familles pendant le mois du
ramadan, dans une région où les fonctionnaires n'ont pas été payés
depuis janvier.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 07 Aoû 2011, 06:18

En somme , c'est le chaos . Je suis de plus en plus convaincu que c'était le but principal des marchands d'armes derrière les deux camps .
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 07 Aoû 2011, 10:11

boudo a écrit:
En somme , c'est le chaos . Je suis de plus en plus convaincu que c'était le but principal des marchands d'armes derrière les deux camps .

Pas plus le chaos que n'importe quel conflit.

Ce qu'on sait c'est que les rebelles progressent et Khadafi recule.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Intervention en Libye : fini le débat !   Dim 07 Aoû 2011, 12:33

beranger a écrit:
Nous n'avions rien à faire en Libye, d'un point de vue économie géopolitique, quelque soit le scénario, ça ne changera pas notre dépendance du pétrole.

D'un point de vue humain, ce n'est pas notre civilisation, il appartient aux très pieux musulmans du golfe de faire le ménage chez leurs frères,
Toute cette intervention est stupide et ridicule et ruineuse.
Appliquez cela à l'opinion des USA par rapport à l'Europe envahie et torturée par Hitler en 1941 et réfléchissez aux conséquences qu'auraient eu tel égoïsme venant de ce grand peuple.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Intervention en Libye : fini le débat !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Ligue arabe appelle à une zone d'exclusion aérienne en Libye
» Libye: l'influent prédicateur Qatari justifie l'intervention internationale
» Intervention auteur de romans policiers college
» Pour la Culture générale intervention Albert Jacquard ... peut etre H.S.
» "Celui qui sait rire de lui-même n'a pas fini de s'amus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: