DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Benoit XVI et l'Islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Josaphat



Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 14:53

Pour ce qui est de la citation de la sourate, ne peut-on pas dire la même chose d'un chatholique dans son obéissance au magistaire de l'Eglise?

Toute les religions ont un fond dogmatique qui visaient à éviter la décadence des enseignements originaux mais forcé par l'histoire et les contraintes réelles, elles arrivent parfois péniblement à réviser leur point de vue, l'histoire de l'église est pleine de ces reniements pénibles de ses certitudes (surtout en science et en politique), alors ayons confiance aussi dans la lucidité de ceux qui veulent sortir de l'archaisme, les musulmans sont des hommes et comme tout hommes ils veulent être heureux, ils verront peut-être (en espèrant que se sera pas trop tard) que leur intérêt est dans l'ouverture.


Dernière édition par le Ven 15 Sep 2006, 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Jesus Christ est mon Dieu



Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 14:58

Josaphat a écrit:
Pour ce qui est de la citation de la sourate, ne peut-on pas dire la même chose d'un chatholique dans son obéissance au magistaire de l'Eglise?

et que dit ce magistère?

de tuer,de violer,de piller au nom de Dieu?

Laughing

Toute les religions ont un fond dogmatique différent qui visaient à éviter la décadence des enseignements originaux mais forcer par l'histoire et les contraintes réelles, elles arrivent parfois péniblement à réviser leur point de vue, l'histoire de l'église est pleine de ces reniements pénibles de ses certitudes (surtout en science et en politique), alors ayons confiance aussi dans la lucidité de ceux qui veulent sortier de l'archaisme, les musulmans sont des hommes et comme tout hommes ils veulent être heureux, ils verront peut-être (en espèrant que se sera pas trop tard) que leur intérêt est dans l'ouverture.

leur interet ...? Shocked

il faut etre un paien pour dire cela.

un musulman interprete le coran avec la sounna,et que nous apprend cette sounna?

que mahomet fut un assassin,un violeur,un pedophile etc..

et qui est ce mahomet pour tout musulman?

le parfait model à imiter. ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 14:59

Le Pape a raison de porter le débat au niveau spirituel, par LSA Oulahbib

L'idée d'indiquer qu'il est déraisonnable de croire que Dieu exige le recours à la violence pour convaincre autrui, comme il est soutenu en Islam, (car "nulle contrainte en religion" concerne ce qui se passe au sein de l'islam exclusivement...) doit-il être dénoncé comme pouvant susciter le courroux de certains musulmans comme le clame la gentry islamocorrect allant de Gilles Kepel à divers médias (dont LCI) en passant par le recteur de la Mosquée de Paris, ou s'agit-il d'une exacte mesure du niveau de débat à atteindre avec l'islam ?...

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10202
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Josaphat



Masculin Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:06

Pas un payon j'essaye de ne pas tout voir sous l'angle religieux mais économique et politique, onnne vit pas du Coran ou de la Bible, ni même des Soutras du Bouddha, on doit manger et élever ses enfants, et c'est plus facile dans la paix.

parce que en attendant tous les jugements que vous portez quand bien même ce que vous dites est vrai ,il y a un fait 1 milliard 500 milions de Musulmans ont droit à l'existence, alors il faut travailler avec ce fait ... et pas contre lui, on a pas vraiment le choix... essayé de voir des individus concrêts souffrants qui à la limite on pas eu le choix d'être musulman ils y sont pour rien ils sont nés là. Alors vous allez faire quoi contre ces gens là leur dire que leur fondateur est un pervers, vous allez vous faire des copain et quand votre guerrre éclatera vous serez content je comprend pas ce que vous voulez? :?:


Dernière édition par le Ven 15 Sep 2006, 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:06

Humour... involontaire. Enfin... vaut mieux être aveugle que de lire ça

J'ai ri, mais j'ai ri en lisant qu'au sujet des propos du pape sur l'islam, Ejaz Ahmad, président de la communauté pakistanaise en Italie et membre de la consultation sur l'islam organisée par le gouvernement à l'agence Ansa a « révélé » entre autre, je cite : « Le pape dans son discours a négligé le fait que le berceau de la science a été l'islam »...
Ah bon ? L'islam ? Carrément ! Rien de plus, rien de moins : L'islam, la religion d'amour, de tolérance et de paix, serait AUSSI le berceau de la science ? Momo l'inventeur breveté de cette « religion » serait aussi comme qui dirait l'inventeur à l'origine de toutes les sciences ? Mais alors, on doit tout à l'islam ? Le pénicilline ? les rayons X ? la trithérapie ?

suite ici:

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10194
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:08

Citation :
parce que en attendant tous les jugements que vous portez quand bien même ce que vous dites est vrai

prouvez le contraire. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Josaphat



Masculin Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:11

Joli esprit de dialogue allez bye! :?
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:16

Josaphat a écrit:
Joli esprit de dialogue allez bye! :?


oui c'est vrai,je veux des preuves,des arguments valables. 8)
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:17

Appel au meurtre du pape sur meljiss.com

Evidemment, le forum d'Emmanuel Dubuc et Thomas Milcent se déchaîne contre Benoît XVI.
On a droit à des pages et des pages d'insultes et de diffamations pour éviter le débat de fond. Ca va des noms d'animaux (mais qu'attendre de gens dont le livre saint compare les Juifs à des singes et des porcs…), jusqu'à l'invention de biographies disant que le pape aurait été un « officier S.S. », un idéologue nazi, etc.


http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10198
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:25

Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:26

Les Frères Musulmans demandent des excuses au pape…

… pour avoir osé dire la vérité sur l'islam en déclarant que Mahomet a semé le Mal et l'inhumanité pour avoir prôné la diffusion de son enseignement par les armes.
Est-ce que le pape a demandé des excuses aux Frères Musulmans pour les persécutions des chrétiens par les musulmans dans tous les pays musulmans encore aujourd'hui ?

Encore une fois des musulmans se font passer pour des victimes de façon à légitimer leurs attaques terroristes ou leurs comportements (émeutes ou autres …). Des réactions qu'on n'osera pas évidemment qualifier de disproportionnées en Occident.

Jusqu'à quand allons nous supporter tout cela jusqu'à quand allons nous supporter que cette religion de guerre et d'intolérance se fasse passer pour une religion RATP (religion d'amour de tolérance et de paix ?


http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10200
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 15:57

Le pape Benoît XVI à cité le Basileus(Empereur Byzantin) Manuel Paléologue, j'ignore si cette citation lui aurait été suggéré par le patriarche de Russie avec lequel il aurait eut récemment des contacts, mais je pense qu'excellent théologien il n'en a eu probablement guère besoin.
En tout cas, voilà qui pourrait ouvrir un petit fil sur un Paléologue(qui a encore aujourd'hui une descendance en Roumanie, souvenons nous de l'ambassadeur des "golani"* qui contribuèrent au renversement du dictateur Nicolae Ceausescu), juste histoire de s'instruire, un souverain qui ne pouvait en aucune manière se compromettre avec la secte mahométane.
Il ne fut pas le seul, beaucoup d'autres, chrétiens ou non(encore que les jugements de savants hindous , par exemple ou chinois soient moins connus) dirent sans concession son fait à l'Islam, une religion qui puise sa raison d'exister dans la violence faite à autrui.


http://www.historia.presse.fr/data/thematique/75/07505601.html


*golan du roumain gol , vide, golan(i) c'est à dire voyou(s).
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 16:21

Le monde musulman continue de dénoncer les propos du pape Benoît XVI


Voir la photo



Les réflexions du pape Benoît XVI sur l'islam


http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?u=http%3A//actu.orange.fr/Article/mmd--francais--journal_internet--doc/pape-islam.html


pendant son voyage en Allemagne suscitent des remous dans le monde musulman, contraignant le Vatican à faire une mise au point sur le sens des propos du chef de l'Église catholique.

Le pape, théologien réputé, qui s'été exprimé mardi devant un parterre d'universitaires et de chercheurs à l'université de Ratisbonne, avait cité pour illustrer son propos un empereur byzantin du 14ème siècle interrogeant un savant musulman sur la guerre sainte (jihad) et la violence dans sa religion.

Benoît XVI a fait une distinction claire entre le christianisme et l'islam dans leur rapport entre la foi et la raison. Il a cité un universitaire selon lequel "pour la doctrine musulmane, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, pas même à celle de la raison".

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a déclaré jeudi soir dans un communiqué que Benoît XVI n'avait "pas eu l'intention de se livrer à une étude approfondie du jihad et de la pensée musulmane sur la question, et encore moins d'offenser la sensibilité des croyants musulmans".

Le Vatican a ainsi cherché à calmer le jeu alors que des représentants musulmans de plusieurs pays avaient interprété les propos du pape comme un jugement négatif porté sur l'islam.

Voir la photo


Dernière édition par le Ven 15 Sep 2006, 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 16:21

Le parlement pakistanais a adopté vendredi une résolution demandant à Benoit XVI de "retirer ses propos" liant l'islam à la violence, tandis que le ministère pakistanais des Affaires étrangères a dénoncé "l'ignorance" du souverain pontife sur la religion musulmane.

La commission nationale pour les minorités en Inde a jugé que les propos du pape Benoît XVI sur l'islam sonnaient comme un appel aux "Croisades du Moyen Âge". "Les mots utilisés par le pape résonnent comme ceux de ses prédécesseurs du Moyen Âge qui ont lancé les Croisades," a estimé Hamid Ansari, président de cette commission.

Le guide spirituel des Frères musulmans, le principal groupe de l'opposition en Égypte, Mohammad Mehdi Akef, a lui appelé jeudi le pape Benoît XVI à s'excuser, estimant que ses propos sur l'islam jetaient de "l'huile sur le feu".

L'Organisation de la conférence islamique (OCI) a demandé au Vatican que le Vatican exprime sa véritable position à l'égard de l'islam et de ses préceptes".

Au Koweït, le secrétaire général du parti islamiste Oumma (Nation islamique), Hakem al-Mutairi, a appelé tous les pays musulmans à rappeler leurs ambassadeurs auprès du Vatican "jusqu'à ce que le pape présente des excuses pour le tort porté au prophète et à l'islam". Le chef du Rassemblement des oulémas chiites au Koweït, Sayed Mohammad Baqer al-Mohri, a également réclamé des excuses de la part du chef de l'Église catholique.

Voir la photo
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 16:22

En Turquie, le directeur du département des affaires religieuses auprès du gouvernement, Ali Bardakoglu, a déclaré ne voir "aucun intérêt pour le monde musulman à la visite en Turquie d'une personne ayant de telles convictions pour l'islam et son prophète".

Benoît XVI est attendu en Turquie du 28 au 30 novembre à l'invitation des autorités politiques et du patriarcat orthodoxe.

Plusieurs représentants des partis islamistes pakistanais ont jugé les propos du pape "malheureux", "regrettables", voire "irresponsables".

"Dans le climat politique actuel, de telles réflexions peuvent être exploitées par ceux qui s'efforcent de nuire aux musulmans et à l'islam", a relevé Khurshid Ahmed, chef d'un institut affilié au parti islamiste Jamaat Islami.

Le secrétaire général du Conseil central des musulmans d'Allemagne, Aiman Mazyek, a estimé pour sa part que l'Église catholique était mal placée pour critiquer les dérives extrémistes de l'islam en raison de son histoire.

Quant au président du Conseil français du culte musulman (CFCM), la plus haute instance de l'islam en France, Dalil Boubakeur, réputé pour sa modération, il a réclamé jeudi "une clarification" des propos du souverain pontife.

Au Vatican, le cardinal Paul Poupard, président du conseil pontifical pour la Culture, a mis en garde contre une "instrumentalisation" du discours du pape.

"Le grand professeur Joseph Ratzinger a fait une leçon doctorale sur les rapport entre raison et foi", a déclaré le prélat français à l'AFP, ajoutant: "ne réduisons pas son discours à des stéréotypes".

Le prêtre missionnaire Justo Balda Lacunza, recteur de l'Institut pontifical d'études arabes et islamiques, a souligné que le pape avait "exprimé la vision catholique de la foi et posé des questions à l'islam".

"Le problème", a estimé le père Lacunza, "c'est que la foi musulmane est aujourd'hui prise en otage par les politiques".

"Il faut avoir le courage d'affronter la réalité. Il y a actuellement dans le monde musulman un problème de la violence au nom de la religion", a relevé le religieux, soulignant que "ce sont des musulmans eux-mêmes qui le disent".

http://www.copte-kyrollos.fr/lemonde_musulman_continue.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:00

A josaphat qui se déclare prêt à se battre non pour une cause religieuse mais pour une cause politique, je voudrais rappeler que le Coran, autant qu'un texte parlant de transcendance, est un règlement de vie sociale régissant les rapports entre croyants ainsi qu'entre ceux-ci et les "infidèles"; c'est donc un manifeste hautement politique; d'où vient que les musulmans mêlent ordinairement politique et religion, d'où vient qu'ils acceptent n'importe quel régime politique même tyrannique dès lors que celui-ci promeut l'islam ou ne s'oppose pas à son emprise sur la société, d'où vient enfin que les musulmans immigrés dans notre pays -du moins ceux qui s'impliquent dans leur religion, sont amenés à contester la légitimité de la démocratie laique; il n'y a donc pas à rester passif devant le phénomène islamiste sous prétexte qu'il est de nature religieuse! nous avons à nous opposer à une formidable machine de guerre religieuse et politique qui transcende tous les régimes et tous les climats (il n'est que de voir l'universalité et l'instantanéité des réactions dans le monde musulman consécutives au discours du Saint-Pere...); par ailleurs la peur de l'islam ne doit pas être relativisée ni diminuée en rien par les divisions et les conflits d'intérêts écononiques ou politiques, la diversité ethnique géographique et même linguistique réelle du monde musulman: la haine des infidèles, polythéistes et autres incroyants; le mépris pour la corruption des moeurs en occident; le sous -développement intellectuel, le retard économique qui caractérise "l'oumma", la communauté musulmane mondiale, ses vieilles rancoeurs justifiées ou non, l'absence d'esprit critique directement induit et même exigé par leurs écritures, tout cela est aisément transcendé dans un totalitarisme islamique qui tire sa force de notre faiblesse, notamment spirituelle (mais ceci est une autre histoire, ouf!).
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:02

messe et discours du Saint-Père à ratisbonne.

http://www.ktotv.com/video_data.php3?numero=1273
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:21

Josaphat a écrit:
Elle peut l'être si elle se reprend et ça c'est la responsabilité des musulman modéré, l'Islam des Lumières... oui ça existe et c'est cet Islam là que nous devons encourager ... parce que plus nous les stimatisons comme une tradition inférieure et insensée plus nous participons à grossir les rangs des excités.


Nos actes ont des effets...

L'"Islam des Lumières" est une fable à destination unique des gogos Occidentaux qui, évidemment, foncent dessus tête baissée :|
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:28

Citation :
L'"Islam des Lumières" est une fable à destination unique des gogos Occidentaux qui, évidemment, foncent dessus tête baissée

C'est un désir de beaucoup. Et vous les voyez, risquant souvent leur vie par leurs conviction, dans C dans l'air.

Ceci dit, c'est un courant qui n'a que peu d'avenir en ce moment. Nous ²sommes dans une phase ascendante du panislamisme arrogant et triomphant.

Mais les phases sont suivies par d'autres.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:33

le revers de la médaille... :twisted:
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:40

ou le retour du baton...

Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
jeanphi



Messages : 24
Inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:42

Citation :
Jean 8, 24 Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés."
Jean 8, 25 Ils lui disaient donc: "Qui es-tu?" Jésus leur dit: "Dès le commencement ce que je vous dis.
Jean 8, 26 J'ai sur vous beaucoup à dire et à juger; mais celui qui m'a envoyé est véridique et je dis au monde ce que j'ai entendu de lui."
Jean 8, 27 Ils ne comprirent pas qu'il leur parlait du Père.
Jean 8, 28 Jésus leur dit donc: "Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, "

Voici donc le passage qui tenderait à prouver que Jésus est Dieu et que ceci il l'aurait enseigné. Désolé mais ce passage ne confère nullement la divinité à Jésus bien au contraire il y est fait la distinction entre le Père et Jésus. Ensuite il serait Dieu pour la parole "parce que si vous ne croyez pas que Je suis vous mourrez dans vos péchés" Yahvée signifiant= Je suis. Donc pourquoi traduire par Je suis et ne pas mettre Yahvée directement: tout simplement parce que cela n'aurait aucun sens "parce que si vous ne croyez pas que Yahvée vous mourrez dans vos péché" ces paroles de Jésus furent difficile à comprendre c'est pour cela que finalement il leur expliqua mieux le sens de Je suis par:
Citation :
"alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m'a enseigné,
Jean 8, 29 et celui qui m'a envoyé est avec moi; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît."

Donc il est envoyé de Dieu et Dieu est avec lui car il fait ce qui plait à Dieu. De plus ce qu'il dit est ce que Dieu lui a enseigné. Maintenant les juifs qui voulaient faire du mal à Jésus ont commencer à inventer un mensonge sur lui en prétendant qu'il se fait Dieu. Ils savaient bien que ceci était le plus grand crime et le plus grand de tout les blasphèmes qui méritait la mort, donc les mensonges des juifs à son propos ne confère pas la divinité à Jésus. Enfin il faut savoir que les paroles qui sont relatés de Jésus dans les évangiles sont très dure à comprendre même pour ses disciples et encore plus pour les juifs qui éprouvent de grandes difficultés
à en saisir le sens voulu. C'est pour cela que les chrétiens n'étaient pas unis au niveau doctrinale depuis le tout début du Christianisme.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:50

Citation :
il y est fait la distinction entre le Père et Jésus

oui et nous faisons aussi la distinction avec le Saint-Esprit.

Père,Fils et Saint Esprit sont différentes personnes,et ne forment qu'un seul Dieu car une seule et meme substance.

Citation :
Donc pourquoi traduire par Je suis et ne pas mettre Yahvée directement

parce que cela est plus simple à comprendre écrit de cette façon,comme tu l'as remarqué toi-meme. ;)

assez clair.

Citation :
1, 1 Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu.
Jean 1, 2 Il était au commencement avec Dieu.
Jean 1, 3 Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut.
Jean 1, 4 Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes,
Jean 1, 5 et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie.
Jean 1, 14 Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Saint Paul:

Citation :
Philippiens 2, 6 Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu.
Philippiens 2, 7 Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme,

Jésus Christ est Dieu d'apres la Tres Sainte Bible,nul doute là dessus. ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 17:57

Merci cher JCMD, Excellente réponse, brève et précise.

Cher Jeanphi,

J'ajoute:

Toute la théologie de la Trinité doit intègrer en elle tous les éléments que vous citez:

Citation :
1° Jésus est dit "Je suis". Saint Paul dit qu'il est Dieu, saint Jean qu'il est le Verbe éternel de Dieu fait chair.
2° Jésus se dit aussi Fils de Dieu, autre que le Père
3° Le Verbe de Dieu et le Père sont un seul Dieu
4° Qui regarde l'humanité du Verbe de Dieu (Jésus) comprend le Père

C'est justement parce qu'il a fallu harmoniser tout ceci qui est dans l'Ecriture en une seule doctrine harmonieuse que la théologie de la Trinité est ainsi.

Toutes les autres théologies (par exemple celles des témoins de Jéhovah qui disent que Jésus est un ange fait homme) oublient une partie de textes comme celui-ci:
Citation :
"Lui qui était de condition divine se fit homme" (saint Paul)
Ou celui-là

Citation :
"Le Verbe était Dieu et le Verbe s'est fait chair". (saint Jean).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:03

Citation :
[ vendredi 15 septembre 2006 - 16:15 ] TB

Le pape déchaîne l’Islam

Après le chef du cabinet palestinien Ismaïl Haniyeh, c’est au tour du leader spirituel du Hezbollah de fustiger la déclaration de Benoît XVI. Le cheikh Mohamed Hussein Fadlalah condamne les propos du souverain pontife, qui avait affirmé trois jours plus tôt que « la foi en Dieu ne justifiait pas l’extrémisme ».

« Nous n’accepterons aucun excuse du Vatican », a fait savoir Fadlalah, « nous exigeons que le pape en personne revienne sur ses propos pour se faire pardonner des fidèles musulmans ».

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=23259

Citation :
Gaza : grenade contre une église

Une grenade a été lancée contre la plus ancienne église de Gaza sans faire de victime.

Ce qui confirme que le Pape a raison :

"Ce que le pape a à cœur est un clair et radical refus de la motivation religieuse de la violence".
"Il y a actuellement dans le monde musulman un problème de la violence au nom de la religion".

Et puis tant qu'on parle de violence, citons le recteur (UOIF) de la mosquée de Lille, Amar Lasfar :

"Cette déclaration, je ne la comprends pas. C'est une déclaration de guerre en quelque sorte pour l'islam et le monde musulman (...) sûrement aujourd'hui (lors de la prière du vendredi, ndlr) tous les prêcheurs vont en parler dans les mosquées et faire part de leur indignation".

Et il faudrait croire que l'islam appelle au dialogue...

Lahire

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/09/gaza_grenade_co.html

Début des festivités spiderman spiderman spiderman

Amis catholiques, soyez prudents , la chasse est ouverte :|
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:12

Si ca pouvait ENFIN ouvrir les yeux de certains...
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:19

Laurent a écrit:
Si ca pouvait ENFIN ouvrir les yeux de certains...

Shocked < :pl:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:24

Citation :
"Ce que le pape a à cœur est un clair et radical refus de la motivation religieuse de la violence".

Citation :
"Il y a actuellement dans le monde musulman un problème de la violence au nom de la religion".

C'est juste la vérité.

J'aime qu'il l'ait dite. Le ton n'est pas polémique.

L'Eglise avait jusque là une position pastorale face à l'islamisme visant à ne pas exciter sa haine. C'est la position que prit Pie XII pendant la guerre face à Hitler. Il préféra agir et sauver des Juifs, et éviter la mort, par vengeance, de nombreux chrétiens.

Et cela dévoilera une fois de plus que le mal qui ronge l'islam en ce moment est un orgueil qui refuse la vérité sur lui-même.

Maintenant, ils essayeront de tuer le pape. Mais il n'est pas à cela prêt: A 80 ans, il est prêt.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:28

Citation :
Et cela dévoilera une fois de plus que le mal qui ronge l'islam en ce moment est un orgueil qui refuse la vérité sur lui-même.

L'orgueil rend aveugle comme on dit...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:31

Arnaud a écrit:
Maintenant, ils essayeront de tuer le pape. Mais il n'est pas à cela prêt: A 80 ans, il est prêt.

Arnaud, ca ne te rappelle rien ???

La discussion qu'on a eue ici même sur Fatima...

Les balles et les flèches...
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 18:50

Les propos tenus par le Pape lui-même, on peut les trouver quelques part? :?:
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:02

----------->

Citation :
Enseignement du Pape sur l'Islam : ce que Benoît XVI a dit, ce qu'on lui fait dire

Yves Daoudal résume fidèlement l'enseignement de Benoît XVI à Ratisbonne :

[L]’utilisation de la violence pour convertir les gens à sa foi, que le Coran prône sous le nom de jihad, est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l’âme, parce que contraire à la raison. Mais pour l’islam Dieu est absolument transcendant, sa volonté n’est liée à aucune de nos catégories, pas même celle de la raison. Ibn Hazm allait jusqu’à expliquer que Dieu n’est même pas lié par sa propre parole, et que s’il le souhaitait, l’homme devrait même se livrer à l’idolâtrie.

Daoudal discerne, dans les réactions outrées venant du monde musulman, deux niveaux :

Il y a ceux qui prétendent, jusqu’au ridicule, que ce que dit le pape du jihad est faux, que l’islam est une religion de paix et de tolérance et n’a jamais usé de violence, contrairement au christianisme avec ses croisades, son inquisition, etc. [...]

Et il y a ceux qui poursuivent leur attaque sur la question de fond.

Ces derniers (dont Dalil Boubakeur) contestent que la doctrine de Ibn Hazm eût réellement fait école. Daoudal répond à ce point dans son post.

Mais ces deux niveaux ont au moins le mérite d'être des réactions à ce qu'a vraiment dit le Pape. Il y a un troisième niveau d'attaque, qui consiste à dénaturer ce qu'a dit Benoît XVI.

Voici le passage de la conférence*** qui fait le plus de bruit. Le Pape raconte un dialogue entre un empereur de Byzance et un Persan :

[L'empereur] interpelle son interlocuteur avec une brusquerie stupéfiante [erstaunlich] sur la question centrale de la relation entre la religion et la violence en général, ainsi : «Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il prêchait ».

On devine que les boute-feux de la rue musulmane procèdent avec ce passage de la même manière que lors de l'affaire des dessins de Mahomet, quand ils avaient produit des faux dessins orduriers pour exciter les gens la colère. Il suffit de faire dire au Pape le passage en gras à la première personne, plutôt que dans une citation dont il s'est distancié ("erstaunlich"), pour accréditer la thèse d'une "déclaration de guerre" contre l'islam.

Henri Védas

(salon beige)

*** : je mets le texte auquel renvoie le lien :

Citation :
J'ai commencé de traduire en français le discours du Pape. Je n'ai traduit que la première moitié, mais c'est celle qui parle de l'Islam. Ça permet de se faire une idée du contexte. Pardon si la traduction n'est pas parfaite.


La foi, la raison et l'university
Souvenirs et réflexions


Vos Éminences, vos Magnificences, vos Excellences
Mesdames et Messieurs,

C'est pour moi une expérience émouvante que de revenir dans cette université et de pouvoir à nouveau faire une conférence sur cette estrade. Je repense à ces années où, après une agréable période à l'Institut Supérieur de Freising, j'ai commencé d'enseigner à l'Université de Bonn. C'était encore le temps, en 1959, de la vieille université des professeurs ordinaires. Les diverses chaires n'avaient ni assistants ni secrétaires, mais en contrepartie, il y avait plus de contact direct avec les étudiants et surtout entre les professeurs eux-mêmes.On se rencontrait avant et après les cours dans la salle des professeurs. Il y avait des échanges vivants entre les historiens, les philosophes, les philologues et, naturellement, entre les deux facultés de théologie. Une fois par semestre, il y avait un dies academicus où les professeurs de toutes les facultés se présentaient devant tous les étudiants de l'université entière, rendant possible une véritable expérience de l'universitas - quelque chose que vous aussi, Magnificent Recteur, avez mentionné tout-à-l'heure - l'expérience, en d'autres mots, du fait que malgré nos spécialisations qui parfois rend difficile de communiquer les uns avec les autres, nous formions un tout, travaillant en toutes choses sur la base de la seule raison sous ses multiples aspects et partageant la responsabilité de l'usage correct de la raison - cette réalité devenait une expérience vécue. L'université était aussi très fière de ses deux facultés de théologie. Il était clair que, en s'interrogeant sur la rationalité de la foi, elles apportaient un travail faisait nécessairement partie du « tout » de l'universitas scientiarum, même si tout le monde ne pouvait partager la foi que les théologiens cherchaient à corréler avec la raison comme un tout. Ce sens profond de la cohérence dans l'univers de la reason n'était jamais troublé, même quand on nous a rapporté qu'un collègue avait dit que notre université avait quelque chose d'étrange : il y avait deux facultés dédiée à quelque chose qui n'existait pas : Dieu. Que même face à un scepticisme aussi radical, il est encore necessaire et raisonnable de se poser la question de Dieu par l'usage de la raison, et de le faire dans le contexte de la foi chrétienne : ceci, dans l'université entière, était accepté sans discussion.
Je me souvenais de tout ceci récemment, quand j'ai lu l'édition par le Professeur Théodore Khoury (Münster) d'un extrait d'un dialogue qui s'est déroulé - peut-être en 1391 dans les quartiers d'hiver d'Ankara - entre l'érudit empereur byzantin Manuel II Paleologus et un persan cultivé sur la christianisme et l'islam, et leur vérité respective. C'est probablement l'empereur lui-même qui a rapporté ce dialogue, pendant le siège de Constantinople entre 1394 et 1402 ; et ceci expliquerait pourquoi ses arguments sont plus détaillés que ceux de son interlocuteur persan. Ce dialogue s'étend largement sur la structure de la foi contenue dans la Bible et dans le Coran et insiste particullièrement sur l'image de Dieu et de l'homme, revenant nécessairement régulièrement sur la relation mutuelle entre - comme elles étaient appelées - les trois « lois » ou « règles de vie » : L'Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran. Je n'ai pas l'intention de discuter cette question durant cette conférence ; je voudrais seulement parler d'un point - lui-même marginal dans l'ensemble du dialogue = que, dans le contexte du thème de « foi et raison », je touvais interressant et qui peut servir de point de départ pour ma réflexion sur ce sujet.

Dans la septième conversation (controverse) éditée par le Professeur Khoury, l'empereur aborde le thème du jihad, de la guerre sainte. L'empereur ne devait pas ignorer que la sourate 2, 256 dit : « Il n'y a pas de contrainte en religion ». Selon les experts, il s'agit d'une des sourate des débuts, alors que Mahomet n'avait pas encore de pouvoir et était menacé. Mais naturellement, l'empereur connaissait aussi les instructions développée plus tard et inscrites dans le Coran concernant la guerre sainte. Sans entrer dans les détails comme la différence de traitement accordé à ceux qui ont le « Livre » et aux « infidèles », il interpelle son interlocuteur avec une brusquerie surprenante sur la question centrale de la relation entre religion et violence en général, en disant : «Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il préchait ». L'empereur, après s'être exprimé avec une telle vigueur, entreprend d'expliquer en détail les raisons pour lesquelles diffuser la foi par la violence est quelque chose d'irraisonnable. La violence n'est pas compatible avec la nature de Dieu ni avec la nature de l'âme. « Dieu », dit-il, « n'aime pas le sang - et ne pas agir avec raison, « σὺν λόγω », est contraire à la nature de Dieu. La foi est née de l'âme, et non du corps. Quiconque voudrait mener quelqu'un à la foi doit avoir la capacité de bien parler et de raisonner correctement, sans violence ni menace... Pour convaincre une âme raisonnable, on n'a pas besoin d'un bras for, ou de quelque arme que ce soit, ou de n'importe quel moyen de menacer une personne de mort... »
La déclaration décisive dans cet arrgument contre la conversion violente est ceci : ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. L'éditor, Théodore Khoury, observe : Pour l'empereur, en tant que bizantin formé par la philosophie grecque, cette déclaration est une évidence. Mais pour l'enseignement musulman, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, pas même à la raison. Ici, Khoury cite un travail du réputé islamiste français R. Arnaldez, qui fait remarquer que Ibn Hazn alla jusqu'à déclarer que Dieu n'est pas même lié par sa propre parole, et que rien ne l'obligerait à nous dire la vérité. Si c'était la volonté de Dieu, nous pourrions même devoir pratiquer l'idolatrie.


Ici, autant qu'est concerné la compréhension de dieu et par là la pratique concrète de la religion, nous sommes face à un dilemne incontournable. Est-ce que la conviction qu'agir irrationnellement contredit la nature de Dieu est une idée grecque, ou bien est-ce toujours et intrinsèquement vrai ? Je crois qu'ici, nous pouvons voir la profonde harmonie entre ce qui est grec dans le meilleur sens du mot et la compréhension biblique de la foi en Dieu. En modifiant le premier verset du Livre de la Genèse, le premier verset de toute la Bible, Jean commence le prologue de son évangile avec les mots : « Au commencement était le λόγος ». C'est le mot exact employé par l'empereur : Dieu agit « σὺν λόγω », avec le logos. Logos signifie à la foi raison et parole - une raison qui est créatrice et capable d'e se communiquer, précisément en tant que raison. Jean donne ainsi le mot de la fin sur le concept biblique de Dieu, et dans ce mot toutes les voies souvent laborieuses et tortueuses de la foi biblique trouve leur sommet et leur synthèse. Au commencement était le logos et le logos est Dieu, dit l'évangéliste. La rencontre entre le message biblique et la pensée grecque n'arrive pas par hasard. La vision de Saint Paul qui vit les routes d'Asie barrée et qui dans un rêve vit un Macédonien et entendit sa supplique « Viens en Macédoine et aide-nous ! » (Actes 16:6-10) - cette vision peut être interprétée comme une « distillation » de la necessité intrinseque du rapprochement entre la foi biblique et la recherche grecque.
En réalité, ce rapprochement avait commencé depuis longtemps. Le nom mystérieux de Dieu, révélé par le buisson ardent, un nom qui distingue ce Dieu de toutes les autres divinités avec leurs nombreux noms en déclarant simplement « Je suis » présente déjà un défi pour la notion de mythe, et présente une forte analogie avec les tentatives de Socrate pour vaincre et transcender le mythe. Dans l'Ancien Testament, le processus qui démarre à partir du buisson ardent arrive à une nouvelle maturité lors de l'Exil, quand le Dieu d'Israël, un Israël alors privé de sa terre et de son culte, fut proclamé comme le Dieu du ciel et de la terre et décrit par une simple formule qui résonne avec les mots sortis du buisson ardent : « Je suis ». Cette nouvelle compréhension de Dieu est accompagnée d'une sorte d'illumination qui trouve une expression marquante dans la moquerie pour les dieux fabriqués de mains humaines (cf. Ps 115). Ainsi, en dépit des durs conflits avec les souverains hélènes qui voulaient obtenir par la force l'adhésion au style de vie et au culte idolâtre des grecs, la foi biblique, dans la période héllénistique, a rencontré le meilleur de la pensée grecque à un niveau profond, résultant en un mutuel enrichissement particulièrement évident dans la littérature sapientiale tardive. Aujourd'hui, nous savons que la traduction grecque de l'Ancien Testament faite à Alexandrie - la Septante - est plus qu'une simple (et dans un sans très peu satisfaisante) traduction du texte hébreu : c'est une témoignage textuel indépendant et distinct et un pas important de l'histoire de la révélation, un pas qui éclaire cette rencontre d'une manière décisive pour la naissance et la diffusion du chistianisme. Une rencontre profonde de la foi et de la raison prend place ici, une rencontre entre une authentique illumination et la religion. En partant de coeur même de la foi chrétienne et, dans le même temps, du coeur de la pensée grecque maintenant fusionnée à la foi, Manuel II put dire : Ne pas agir avec logos est contraire à la nature de Dieu.

Thomas

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=215371
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:15

Merci Laurent Thumright
Je vais regarder aussi sur Zenit pour voir l'écho qu'il en donne.
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:17

Citation :
ZF06091410

2006-09-14

Le pape respecte l’islam, affirme le porte-parole du Vatican

« Il refuse la motivation religieuse de la violence », souligne le père Lombardi

ROME, Jeudi 14 septembre 2006 (ZENIT.org) – « Benoît XVI souhaite cultiver le respect et le dialogue envres les autres religions et cultures, de toute évidence également envers l’islam », a affirmé le père Federico Lombardi S.J., directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Le père Lombardi a fait cette déclaration à la presse à la suite des réactions de certains représentants musulmans au discours prononcé mardi par Benoît XVI à l’Université de Ratisbonne.

Ali Bardakoglu, le grand mufti de Turquie, en particulier, a déclaré avoir été profondément offensé par les commentaires sur la guerre sainte faits par le pape au cours de sa visite en Bavière, qu’il considère comme « particulièrement préoccupants, au point de susciter la tristesse, et inopportuns ».

« Ce que le pape a à cœur est un clair et radical refus de la motivation religieuse de la violence. Son intention n’était certes pas d’offenser la sensibilité des musulmans », a déclaré le directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Mardi dernier le pape a abordé le thème de la guerre sainte en rappelant un passage édité par le professeur Theodore Khoury du dialogue que l’empereur byzantin Manuel II Paléologue, eut avec un perse cultivé sur le christianisme et l’islam et sur la vérité des deux religions.

« La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l’âme » a affirmé le pape.

« La foi est fruit de l’âme, non du corps. Celui qui veut donc conduire une personne à la foi a besoin de la capacité de bien parler et de raisonner correctement, et non de la violence et de la menace », a-t-il poursuivi, citant l’empereur byzantin.

« L’affirmation décisive dans cette argumentation contre la conversion au moyen de la violence est : ne pas agir conformément à la raison est contraire à la nature de Dieu », a ajouté le pape.

Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:21

Et ca continue :

Citation :


AP/RAJESH KUMAR SINGH
Des étudiants musulmans d'Allahabad, en Inde, brûlent une affiche à l'effigie du pape Benoît XVI, vendredi 15 septembre


Les propos de Benoît XVI font craindre une crise plus violente que celle des caricatures

LEMONDE.FR avec AFP | 15.09.06 | 17h30 • Mis à jour le 15.09.06 | 18h10



Les propos de Benoît XVI sur l'islam font craindre aux experts du monde arabo-musulman une répétition des manifestations violentes qui avaient suivi la publication, au Danemark, de caricatures du prophète Mahomet.

"Certains médias arabes ouvrent tous leurs journaux [télévisés] sur ce sujet, ce qui ne peut que susciter des réactions", constate Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes. La crainte est que les réactions indignées ne fassent boule de neige dans toute la région. Ainsi, estime Antoine Basbous, l'adoption par le Parlement pakistanais d'une résolution demandant au pape de "retirer ses propos" risque fort de pousser les parlementaires des autres pays arabo-musulmans à voter des motions similaires "pour ne pas être accusés d'être des non-musulmans". "Il y aura une pression, et quand la passion l'emporte sur la raison, les choses peuvent devenir incontrôlables", avertit M. Basbous.



Abdel Monem Aboul Foutouh, un dirigeant des Frères musulmans, principale force d'opposition en Egypte, estime que la réaction sera "extrême". Les "propos du pape portent plus atteinte à l'islam que les caricatures car ils émanent d'un chef représentant des millions de personnes, et non pas d'un journaliste", explique ce dirigeant.


Contrairement à la crise des caricatures, qui, selon M. Aboul Foutouh, avait été alimentée par des gouvernements voulant faire pression sur l'Europe,"la réaction des musulmans aux déclarations du pape sera spontanée et populaire, et pourrait donc être plus extrême".


INQUIÉTUDES À L'APPROCHE DU RAMADAN

"Je ne pense pas que des excuses suffiraient à calmer la colère", estime Emad Gad, un analyste du centre Al-Ahram pour les études stratégiques et politiques. "Si le pape demande pardon, cela sera considéré soit comme insuffisant, soit comme une victoire contre lui, les deux scénarios sont mauvais", dit-il.


Emad Gad affirme que les prêches du vendredi, le jour de repos hebdomadaire pour les musulmans, seront cruciaux. "Ce qui sera dit par les chefs religieux pourra faire pencher la balance dans un sens comme dans l'autre". Un autre problème est l'approche du ramadan, le mois de jeûne sacré dans le monde musulman, qui commencera le 23 ou 24 septembre. "Un tel discours peut être mis à profit par des extrémistes" pour exacerber les sentiments des fidèles, note l'analyste du centre Al-Ahram.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-813564@51-810140,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:39

heureux je suis,heureux vous serez lorsque libre de tout mensonge je vous montrerai ma face.
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:47

Le Vatican peine à calmer le jeu après les propos de Benoît XVI sur l'islam
AFP 15.09.2006 - 16:45


Le Vatican était confronté vendredi à une vague de protestations grandissante dans le monde musulman après les propos du pape Benoît XVI sur l'islam, malgré un communiqué affirmant qu'il n'avait pas voulu offenser une autre religion.

Le communiqué publié jeudi soir par la salle de presse du Vatican, quelques heures à peine après le retour de Bavière du souverain pontife, n'a pas tari la multiplication des réactions indignées de la part de dignitaires musulmans, de du Pakistan à l'Inde, du Maroc au Qatar.

Le parlement pakistanais a adopté vendredi une résolution demandant au pape de "retirer ses propos dans l'intérêt de l'harmonie entre religions".

"Les remarques péjoratives du pape sur la philosophie du jihad (guerre sainte) et le prophète Mahomet ont blessé les sentiments du monde musulman et présentent le danger de répandre l'acrimonie parmi les religions", ajoute le texte, adopté à l'initiative d'un élu islamiste.

De son côté, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a dénoncé l'"ignorance" du souverain pontife sur l'islam, et des propos "regrettables", qui "ne font qu'accroître le fossé entre religions que nous nous efforçons avec ardeur de combler".

Même indignation en Inde, où la commission nationale pour les minorités a jugé que les propos du pape sonnaient comme un appel aux "Croisades du Moyen Âge".


Le pape "n'avait pas l'intention de se livrer à une étude approfondie sur le jihad et sur la pensée musulmane dans ce domaine, et encore moins d'offenser la sensibilité des croyants musulmans", a déclaré dans ce communiqué le père Federico Lombardi, nouveau directeur de la salle de presse du Vatican.

"Ce qui tient au coeur du pape est une claire et radicale réfutation de la motivation religieuse de la violence", et Benoît XVI "veut cultiver une attitude de respect et de dialogue envers les autres religions et cultures, et évidemment également envers l'islam", a-t-il souligné.

Dans le Corriere della Sera de vendredi, le cardinal Paul Poupard, en charge du dialogue interreligieux au Vatican, a appelé "les amis musulmans de bonne volonté" à lire le discours du pape "en entier" avant de se prononcer.

Le texte qui a mis le feu aux poudres est une conférence sur le thème du mariage nécessaire entre foi et raison, prononcée mardi par le pape Joseph Ratzinger, théologien de renom, à l'université de Ratisbonne, devant un parterre d'universitaires.

L'islam y était évoqué en quelques paragraphes, par le biais de questions posées par un empereur chrétien byzantin du 14ème siècle à un savant musulman persan sur le jihad (guerre sainte), la violence et la liberté religieuse.

"Le grand professeur Joseph Ratzinger s'est livré à une leçon doctorale sur les rapport entre raison et foi", avait rappelé jeudi à l'AFP le cardinal Poupard.


Mais Joseph Ratzinger n'est plus un simple théologien, ni le préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi qu'il était avant son élection et dont le rôle était de veiller à la rectitude dogmatique des catholiques.

Il est devenu le 19 avril 2005 le chef de l'Eglise catholique, le successeur du pape Jean Paul II, un pape politique qui avait mis au centre de son pontificat le rapprochement entre toutes les religions pour conjurer les risques d'un choc des civilisations.

Et le sociologue des religions italien Renzo Guolo estime vendredi dans La Repubblica qu'"en parlant du prophète Mahomet et des sourates coraniques, Benoît XVI a, en fait, violé un tabou".

"Les religions peuvent parler entre elles d'éthique, de paix, de famille ou de la sécularisation contre laquelle elles voudraient faire front commun, mais jamais des dogmes ou des textes sacrés d'autrui", sous peine de provoquer "un immédiat réflexe identitaire", a-t-il relevé.

Renzo Guolo voit dans ce faux pas du pape la manifestation de son hostilité au "relativisme religieux", qui considère que toutes les religions se valent alors que pour lui, seul le christianisme atteint "la plénitude de la vérité".

Mais dans le Corriere della Sera dont il est vice-directeur, l'intellectuel d'origine égyptienne Magdi Allam écrit que le pape, en évoquant le jihad, n'a fait que rappeler des vérités historiques. La réaction des musulmans est "désolante et préoccupante" et révèle que la foi musulmane a été "transformée par les extrémistes en une idéologie", estime le journaliste.

Benoît XVI, qui décidément n'est pas un diplomate, a déjà provoqué plusieurs incidents depuis le début de son pontificat: notamment avec Israël, quand il a omis de citer ce pays dans la liste des pays victimes du terrorisme en juillet 2005.

Et aussi en mai 2006 durant son pèlerinage au camp d'extermination d'Auschwitz, lorsqu'il a attribué le nazisme à un "groupe de criminels", semblant dédouaner le peuple allemand de toute responsabilité.

http://www.msn.fr/news/default.asp
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
saint Zibou



Masculin Messages : 9444
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 19:52

[quote="Laurent"]Et ca continue :

Citation :


AP/RAJESH KUMAR SINGH
Des étudiants musulmans d'Allahabad, en Inde, brûlent une affiche à l'effigie du pape Benoît XVI, vendredi 15 septembre



Y'z'on rien d'autre à foutre? Je comprend pourquoi ce sont de pays du tiers monde,alors!... puker
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:00

Notre Saint-Père Benoit XVI à ratisbonne.

vidéo KTO:

http://www.ktotv.com/video_data.php3?numero=1273


Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
saint Zibou



Masculin Messages : 9444
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:06

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:




De grâce, pas de photos de Ratzinger:je trouve qu'il ressemble à Dracula... affraid
Revenir en haut Aller en bas
jeanphi



Messages : 24
Inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:11

Non je n'ai pas dis que cela est plus facile à comprendre en traduisant par je suis, j'ai dis que c'est la seul façon de faire car autrement cela n'a aucun sens.

L'explication est simple: certains noms ont des sens comme pour yahvée qui signifirait: "Je suis". Ces noms certaines personnes les portent mais ne se caractérisent pas par eux: exemple de quelqu'un qui s'appellerait Le Bon et serait très mauvais. Maintenant "Je suis" est aussi bien un Nom Propre Yahvée qu'une phrase Je suis.

La question est ce qu'ici dans ce passage il sagit du nom propre ou d'une phrase:
"Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés."

Je le répète ceci est une phrase et non le nom propre sinon cela n'a aucun sens "car si vous ne croyez pas que Yahvée" la phrase est incomplète si vous ne croyez pas que Yahvée quoi? Que Yahvée est votre seul Dieu, que Yahvée m'a envoyé.... Donc il est question d'une phrase et non du nom propre. Ensuite les paroles de Paul ou de l'évangéliste ne sont pas des preuves mais seulement leur avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:14

Alain l'Hibou a écrit:
Jesus Christ est mon Dieu a écrit:




De grâce, pas de photos de Ratzinger:je trouve qu'il ressemble à Dracula... affraid

moi je l'aime bien.

ferme les yeux... Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:17

jeanphi nous t'avons donné l'interpretation du verset,les juifs ont compris le sens des mots que Jésus employait et c'est pour cela qu'il voulurent le tuer.

si toi tu ne veux pas comprendre,nous ne pouvons rien pour toi.

"Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés."

t'es muslim jeanphi? Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Louis



Masculin Messages : 6128
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:30

Peut-on trouver cet enseignement de Benoît XVI à Ratisbonne sur un site Internet? (en texte, pas en vidéo)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
gilabert jorge



Masculin Messages : 241
Inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:31

Je ne vais pas lire toutes vos interventions je suis dans les études et j ai pas le temps de faire du forum mais le Saint Pêre a raison et il ne peut pas en être autrement et il n a rien a sexcuser devant des gents qui ne savent même pas ce que cela veut dire!

Longue vie a Benoit xvI !

Cordialement!

I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:33

Louis a écrit:
Peut-on trouver cet enseignement de Benoît XVI à Ratisbonne sur un site Internet? (en texte, pas en vidéo)

Laurent a écrit:
----------->

Citation :
Enseignement du Pape sur l'Islam : ce que Benoît XVI a dit, ce qu'on lui fait dire

Yves Daoudal résume fidèlement l'enseignement de Benoît XVI à Ratisbonne :

[L]’utilisation de la violence pour convertir les gens à sa foi, que le Coran prône sous le nom de jihad, est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l’âme, parce que contraire à la raison. Mais pour l’islam Dieu est absolument transcendant, sa volonté n’est liée à aucune de nos catégories, pas même celle de la raison. Ibn Hazm allait jusqu’à expliquer que Dieu n’est même pas lié par sa propre parole, et que s’il le souhaitait, l’homme devrait même se livrer à l’idolâtrie.

Daoudal discerne, dans les réactions outrées venant du monde musulman, deux niveaux :

Il y a ceux qui prétendent, jusqu’au ridicule, que ce que dit le pape du jihad est faux, que l’islam est une religion de paix et de tolérance et n’a jamais usé de violence, contrairement au christianisme avec ses croisades, son inquisition, etc. [...]

Et il y a ceux qui poursuivent leur attaque sur la question de fond.

Ces derniers (dont Dalil Boubakeur) contestent que la doctrine de Ibn Hazm eût réellement fait école. Daoudal répond à ce point dans son post.

Mais ces deux niveaux ont au moins le mérite d'être des réactions à ce qu'a vraiment dit le Pape. Il y a un troisième niveau d'attaque, qui consiste à dénaturer ce qu'a dit Benoît XVI.

Voici le passage de la conférence*** qui fait le plus de bruit. Le Pape raconte un dialogue entre un empereur de Byzance et un Persan :

[L'empereur] interpelle son interlocuteur avec une brusquerie stupéfiante [erstaunlich] sur la question centrale de la relation entre la religion et la violence en général, ainsi : «Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il prêchait ».

On devine que les boute-feux de la rue musulmane procèdent avec ce passage de la même manière que lors de l'affaire des dessins de Mahomet, quand ils avaient produit des faux dessins orduriers pour exciter les gens la colère. Il suffit de faire dire au Pape le passage en gras à la première personne, plutôt que dans une citation dont il s'est distancié ("erstaunlich"), pour accréditer la thèse d'une "déclaration de guerre" contre l'islam.

Henri Védas

(salon beige)

*** : je mets le texte auquel renvoie le lien :

Citation :
J'ai commencé de traduire en français le discours du Pape. Je n'ai traduit que la première moitié, mais c'est celle qui parle de l'Islam. Ça permet de se faire une idée du contexte. Pardon si la traduction n'est pas parfaite.


La foi, la raison et l'university
Souvenirs et réflexions


Vos Éminences, vos Magnificences, vos Excellences
Mesdames et Messieurs,

C'est pour moi une expérience émouvante que de revenir dans cette université et de pouvoir à nouveau faire une conférence sur cette estrade. Je repense à ces années où, après une agréable période à l'Institut Supérieur de Freising, j'ai commencé d'enseigner à l'Université de Bonn. C'était encore le temps, en 1959, de la vieille université des professeurs ordinaires. Les diverses chaires n'avaient ni assistants ni secrétaires, mais en contrepartie, il y avait plus de contact direct avec les étudiants et surtout entre les professeurs eux-mêmes.On se rencontrait avant et après les cours dans la salle des professeurs. Il y avait des échanges vivants entre les historiens, les philosophes, les philologues et, naturellement, entre les deux facultés de théologie. Une fois par semestre, il y avait un dies academicus où les professeurs de toutes les facultés se présentaient devant tous les étudiants de l'université entière, rendant possible une véritable expérience de l'universitas - quelque chose que vous aussi, Magnificent Recteur, avez mentionné tout-à-l'heure - l'expérience, en d'autres mots, du fait que malgré nos spécialisations qui parfois rend difficile de communiquer les uns avec les autres, nous formions un tout, travaillant en toutes choses sur la base de la seule raison sous ses multiples aspects et partageant la responsabilité de l'usage correct de la raison - cette réalité devenait une expérience vécue. L'université était aussi très fière de ses deux facultés de théologie. Il était clair que, en s'interrogeant sur la rationalité de la foi, elles apportaient un travail faisait nécessairement partie du « tout » de l'universitas scientiarum, même si tout le monde ne pouvait partager la foi que les théologiens cherchaient à corréler avec la raison comme un tout. Ce sens profond de la cohérence dans l'univers de la reason n'était jamais troublé, même quand on nous a rapporté qu'un collègue avait dit que notre université avait quelque chose d'étrange : il y avait deux facultés dédiée à quelque chose qui n'existait pas : Dieu. Que même face à un scepticisme aussi radical, il est encore necessaire et raisonnable de se poser la question de Dieu par l'usage de la raison, et de le faire dans le contexte de la foi chrétienne : ceci, dans l'université entière, était accepté sans discussion.
Je me souvenais de tout ceci récemment, quand j'ai lu l'édition par le Professeur Théodore Khoury (Münster) d'un extrait d'un dialogue qui s'est déroulé - peut-être en 1391 dans les quartiers d'hiver d'Ankara - entre l'érudit empereur byzantin Manuel II Paleologus et un persan cultivé sur la christianisme et l'islam, et leur vérité respective. C'est probablement l'empereur lui-même qui a rapporté ce dialogue, pendant le siège de Constantinople entre 1394 et 1402 ; et ceci expliquerait pourquoi ses arguments sont plus détaillés que ceux de son interlocuteur persan. Ce dialogue s'étend largement sur la structure de la foi contenue dans la Bible et dans le Coran et insiste particullièrement sur l'image de Dieu et de l'homme, revenant nécessairement régulièrement sur la relation mutuelle entre - comme elles étaient appelées - les trois « lois » ou « règles de vie » : L'Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran. Je n'ai pas l'intention de discuter cette question durant cette conférence ; je voudrais seulement parler d'un point - lui-même marginal dans l'ensemble du dialogue = que, dans le contexte du thème de « foi et raison », je touvais interressant et qui peut servir de point de départ pour ma réflexion sur ce sujet.

Dans la septième conversation (controverse) éditée par le Professeur Khoury, l'empereur aborde le thème du jihad, de la guerre sainte. L'empereur ne devait pas ignorer que la sourate 2, 256 dit : « Il n'y a pas de contrainte en religion ». Selon les experts, il s'agit d'une des sourate des débuts, alors que Mahomet n'avait pas encore de pouvoir et était menacé. Mais naturellement, l'empereur connaissait aussi les instructions développée plus tard et inscrites dans le Coran concernant la guerre sainte. Sans entrer dans les détails comme la différence de traitement accordé à ceux qui ont le « Livre » et aux « infidèles », il interpelle son interlocuteur avec une brusquerie surprenante sur la question centrale de la relation entre religion et violence en général, en disant : «Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il préchait ». L'empereur, après s'être exprimé avec une telle vigueur, entreprend d'expliquer en détail les raisons pour lesquelles diffuser la foi par la violence est quelque chose d'irraisonnable. La violence n'est pas compatible avec la nature de Dieu ni avec la nature de l'âme. « Dieu », dit-il, « n'aime pas le sang - et ne pas agir avec raison, « σὺν λόγω », est contraire à la nature de Dieu. La foi est née de l'âme, et non du corps. Quiconque voudrait mener quelqu'un à la foi doit avoir la capacité de bien parler et de raisonner correctement, sans violence ni menace... Pour convaincre une âme raisonnable, on n'a pas besoin d'un bras for, ou de quelque arme que ce soit, ou de n'importe quel moyen de menacer une personne de mort... »
La déclaration décisive dans cet arrgument contre la conversion violente est ceci : ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. L'éditor, Théodore Khoury, observe : Pour l'empereur, en tant que bizantin formé par la philosophie grecque, cette déclaration est une évidence. Mais pour l'enseignement musulman, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, pas même à la raison. Ici, Khoury cite un travail du réputé islamiste français R. Arnaldez, qui fait remarquer que Ibn Hazn alla jusqu'à déclarer que Dieu n'est pas même lié par sa propre parole, et que rien ne l'obligerait à nous dire la vérité. Si c'était la volonté de Dieu, nous pourrions même devoir pratiquer l'idolatrie.


Ici, autant qu'est concerné la compréhension de dieu et par là la pratique concrète de la religion, nous sommes face à un dilemne incontournable. Est-ce que la conviction qu'agir irrationnellement contredit la nature de Dieu est une idée grecque, ou bien est-ce toujours et intrinsèquement vrai ? Je crois qu'ici, nous pouvons voir la profonde harmonie entre ce qui est grec dans le meilleur sens du mot et la compréhension biblique de la foi en Dieu. En modifiant le premier verset du Livre de la Genèse, le premier verset de toute la Bible, Jean commence le prologue de son évangile avec les mots : « Au commencement était le λόγος ». C'est le mot exact employé par l'empereur : Dieu agit « σὺν λόγω », avec le logos. Logos signifie à la foi raison et parole - une raison qui est créatrice et capable d'e se communiquer, précisément en tant que raison. Jean donne ainsi le mot de la fin sur le concept biblique de Dieu, et dans ce mot toutes les voies souvent laborieuses et tortueuses de la foi biblique trouve leur sommet et leur synthèse. Au commencement était le logos et le logos est Dieu, dit l'évangéliste. La rencontre entre le message biblique et la pensée grecque n'arrive pas par hasard. La vision de Saint Paul qui vit les routes d'Asie barrée et qui dans un rêve vit un Macédonien et entendit sa supplique « Viens en Macédoine et aide-nous ! » (Actes 16:6-10) - cette vision peut être interprétée comme une « distillation » de la necessité intrinseque du rapprochement entre la foi biblique et la recherche grecque.
En réalité, ce rapprochement avait commencé depuis longtemps. Le nom mystérieux de Dieu, révélé par le buisson ardent, un nom qui distingue ce Dieu de toutes les autres divinités avec leurs nombreux noms en déclarant simplement « Je suis » présente déjà un défi pour la notion de mythe, et présente une forte analogie avec les tentatives de Socrate pour vaincre et transcender le mythe. Dans l'Ancien Testament, le processus qui démarre à partir du buisson ardent arrive à une nouvelle maturité lors de l'Exil, quand le Dieu d'Israël, un Israël alors privé de sa terre et de son culte, fut proclamé comme le Dieu du ciel et de la terre et décrit par une simple formule qui résonne avec les mots sortis du buisson ardent : « Je suis ». Cette nouvelle compréhension de Dieu est accompagnée d'une sorte d'illumination qui trouve une expression marquante dans la moquerie pour les dieux fabriqués de mains humaines (cf. Ps 115). Ainsi, en dépit des durs conflits avec les souverains hélènes qui voulaient obtenir par la force l'adhésion au style de vie et au culte idolâtre des grecs, la foi biblique, dans la période héllénistique, a rencontré le meilleur de la pensée grecque à un niveau profond, résultant en un mutuel enrichissement particulièrement évident dans la littérature sapientiale tardive. Aujourd'hui, nous savons que la traduction grecque de l'Ancien Testament faite à Alexandrie - la Septante - est plus qu'une simple (et dans un sans très peu satisfaisante) traduction du texte hébreu : c'est une témoignage textuel indépendant et distinct et un pas important de l'histoire de la révélation, un pas qui éclaire cette rencontre d'une manière décisive pour la naissance et la diffusion du chistianisme. Une rencontre profonde de la foi et de la raison prend place ici, une rencontre entre une authentique illumination et la religion. En partant de coeur même de la foi chrétienne et, dans le même temps, du coeur de la pensée grecque maintenant fusionnée à la foi, Manuel II put dire : Ne pas agir avec logos est contraire à la nature de Dieu.

Thomas

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=215371
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:33

Le texte est en cours de traduction.

Il ne contient rien de problématique.

Nous allons voir si la polémique contenue une fois le texte compris...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:48

Citation :
65% des internautes se disent en accord avec les déclarations du pape Benoît XVI sur l'Islam

Ceci n'empêche pas les internautes qui se sont exprimés de juger ces propos " dangereux ".
En condamnant "la guerre sainte islamique" et surtout en la qualifiant de "pathologie" de la religion musulmane, le nouveau pape a jeté un pavé dans la mare, d'autant plus important qu'il émane de la plus haute autorité de l'Eglise. Il a pour la première fois signifié que la violence était inscrite dans la religion musulmane et n'était pas seulement le fait d'intégristes ou de mouvements politiques comme le soutiennent les autorités de l'Islam.

Les internautes, eux, ont apprécié ces déclarations, les considérant comme justes. Les deux tiers d'entre eux se disent d'accord sur le fond du propos du pape. 49% pensent qu'il s'agit d'un propos " utile ". Mais au final, pointe une certaine inquiétude. 47% considèrent que ces propos sont dangereux, contre 43% qui les trouvent bienvenus. En d'autres termes, il aurait raison sur le fond, mais tort de le dire.

Habitué des joutes intellectuelles et théologiques, Benoît XVI a-t-il mesuré l'impact de ses propos, sur le plan politique et dans le monde musulman, ou bien a-t-il sciemment décidé de rompre avec l'attitude plus diplomatique de Jean Paul II ? L'avenir le dira. Pour l'instant, nul doute qu'il a effectué un geste déterminant dans son nouveau pontificat, à en juger par les réactions à travers le monde et par celles des internautes : ceux-ci en effet considèrent à 43% que cette prise de position constitue une " rupture " par rapport au pontificat de Jean Paul II, et 34% une continuité. Parfois pour " être ", il faut aussi savoir " rompre ".

Philippe Chriqui


*Résultats recueillis auprès d'internautes venus s'exprimer volontairement. Enquête encore en cours et ouverte à tous.

Et vous, quelle est votre opinion ? Donnez votre avis sur expression-publique.com !


http://fr.news.yahoo.com/060915/206/56al9.html

Vous savez ce qu'il vous reste à faire ;)
Revenir en haut Aller en bas
Louis



Masculin Messages : 6128
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 20:54

Voici donc texte qui pose problème à certains musulmans:

Dans la septième conversation (controverse) éditée par le Professeur Khoury, l'empereur aborde le thème du jihad, de la guerre sainte. L'empereur ne devait pas ignorer que la sourate 2, 256 dit : « Il n'y a pas de contrainte en religion ». Selon les experts, il s'agit d'une des sourate des débuts, alors que Mahomet n'avait pas encore de pouvoir et était menacé. Mais naturellement, l'empereur connaissait aussi les instructions développée plus tard et inscrites dans le Coran concernant la guerre sainte. Sans entrer dans les détails comme la différence de traitement accordé à ceux qui ont le « Livre » et aux « infidèles », il interpelle son interlocuteur avec une brusquerie surprenante sur la question centrale de la relation entre religion et violence en général, en disant : «Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il préchait ». L'empereur, après s'être exprimé avec une telle vigueur, entreprend d'expliquer en détail les raisons pour lesquelles diffuser la foi par la violence est quelque chose d'irraisonnable. La violence n'est pas compatible avec la nature de Dieu ni avec la nature de l'âme. « Dieu », dit-il, « n'aime pas le sang - et ne pas agir avec raison, « σὺν λόγω », est contraire à la nature de Dieu. La foi est née de l'âme, et non du corps. Quiconque voudrait mener quelqu'un à la foi doit avoir la capacité de bien parler et de raisonner correctement, sans violence ni menace... Pour convaincre une âme raisonnable, on n'a pas besoin d'un bras fort, ou de quelque arme que ce soit, ou de n'importe quel moyen de menacer une personne de mort... »
La déclaration décisive dans cet argument contre la conversion violente est ceci : ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. L'éditor, Théodore Khoury, observe : Pour l'empereur, en tant que bizantin formé par la philosophie grecque, cette déclaration est une évidence. Mais pour l'enseignement musulman, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, pas même à la raison. Ici, Khoury cite un travail du réputé islamiste français R. Arnaldez, qui fait remarquer que Ibn Hazn alla jusqu'à déclarer que Dieu n'est pas même lié par sa propre parole, et que rien ne l'obligerait à nous dire la vérité. Si c'était la volonté de Dieu, nous pourrions même devoir pratiquer l'idolatrie.


Essayons de comprendre pourquoi.
Et qui sont R. Arnaldez et Ibn Hazn? Représente-t-il la majorité des musulmans?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 21:03

Ce qui est terrible et ne srera JAMAIS effacé, c'est ce que les média font:

Cette phrase:
Citation :
«Montrez-moi seulement ce que Mahomet a apporté de nouveau, et alors vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme son commandement de diffuser par l'épée la foi qu'il préchait »
, ils la citent (Atenne 2 ce soir) comme cela, sans montrer qu'elle est une citation du pape, qu'il va commenter.

Des chrétiens mourront à cause de cela.

C'est un exemple typique de ce qu'est l'imprudence médiatique qui vise la POLEMIQUE.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 21:10

Imprudence, mon oeil What the fuck ?!?

Ils savent très bien ce qu'ils font Idea
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI et l'Islam   Ven 15 Sep 2006, 21:12

Antenne 2, oui, peut-être.

Mais souvent les médias ont une logique de polémique pour raison d'audimat.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Benoit XVI et l'Islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vidéos de Jean-Benoît Casterman sur l'Islam
» Benoît XVI et l'islam
» ISLAM / OCCIDENT - BENOÎT XVI de RATISBONNE aux BERNARDINS
» Islam et christianisme : le même Dieu ?
» un Baptisé par Benoit XVI accuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: