DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Sam 30 Avr 2011, 11:58

Bonjour à tous, Arnaud et Nilamitp en particulier, dont j'ai apprécié les commentaires à l'occasion de la parution de mon ouvrage "Le Nouveau Testament en vers et versets" (Editions Golias). Je reviens vers vous avec mon dernier livre cité en sujet (mêmes Editions) et, soucieux de le faire connaître, je me permets de vous infliger la lecture de deux articles et d'un commentaire. Les plus courageux iront jusqu'au bout, les autres y reviendront (non?):

Ouest-France / Bretagne / Douarnenez / Archives du jeudi 14-04-2011

Jean Bescond replonge aux origines des Écritures - Douarnenez
jeudi 14 avril 2011
Après sa traduction du Nouveau Testament en vers et versets, Jean Bescond retrace l'aventure d'un « petit papyrus devenu grand ». Un livre qui complète son premier ouvrage.
Décidément, on ne l'arrête plus. Après avoir proposé une traduction critique du Nouveau Testament, il y a un peu plus d'un an (Ouest-France du 11 février 2010), le Pouldergatois Jean Bescond signe, ces jours-ci, chez Golias, Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne Nouvelle.
« En fait, j'avais envoyé les deux manuscrits en même temps à mon éditeur, en 2010, précise l'auteur. Il a fait le choix de sortir l'autre en premier. Mais ça m'a permis de compléter celui-ci. »
Après Le Nouveau Testament en vers et en versets, le nouvel ouvrage ne porte « plus sur la forme, mais sur le fond ». Infatigable enquêteur et rédacteur insatiable, Jean Bescond s'est intéressé, cette fois, à « l'histoire entourant les papyrus. J'ai vu ce qu'il y avait sur le manuscrit, explique-t-il. J'ai eu envie de voir derrière, toute l'histoire. »
D'autres projets en cours
S'appuyant sur les événements majeurs qui ont transformé un modeste parchemin au codex imposant, et sans écarter les anecdotes, l'auteur raconte le cheminement des papyrus de la Bonne Nouvelle à travers les siècles. Et montre « comment les manuscrits ont été copiés, traduits, ont évolué et se sont échelonnés dans le temps ».
De la tradition orale du message de l'Évangile aux recherches actuelles des exégètes, Jean Bescond livre une approche personnelle et didactique de l'histoire des Écritures. Approche « qui se veut équilibrée et la plus objective possible ». Jean Bescond se félicite, d'ailleurs, de proposer « plusieurs niveaux de lectures de (son) livre : une lecture des papyrus, une lecture des hommes et une lecture des idées. »
Ce nouvel ouvrage complète parfaitement celui paru l'an dernier. Il a d'ailleurs été rédigé concomitamment, dès l'heure de la retraite arrivée, en 2002. Au total, la rédaction des deux livres aura nécessité « huit ans de recherches, d'études et d'écriture ».
Bien documenté et richement illustré, Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne nouvelle ne sera pas le dernier livre de Jean Bescond. Il prévoit de sortir, en septembre, Biblistes, revoyez votre copie !, dans lequel il reprend les erreurs et critique la TOB Traduction œcuménique de la Bible. « Une nouvelle édition vient de sortir, mais elle n'a rien changé, estime l'écrivain pouldergatois. C'est une version édulcorée qui satisfait peut-être la plupart, mais par le bas. Bien souvent, le texte est oublié. »
Pour l'an prochain, Jean Bescond annonce la parution de sa traduction de toute la Bible en vers : « C'est déjà bien avancé : il y a plus de la moitié de fait », assure-t-il. Avant de présenter les livres poétiques de la Bible. C'est simple, on ne l'arrête plus !
Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne nouvelle, éditions Golias, 317 pages, 19 €. Dédicace, ce samedi, à partir de 10 h, à la Maison de la presse, 35, rue Voltaire, à Douarnenez. Nicolas EMERIAU.
Le Télégramme Finistère
Histoire. J.Bescond raconte la transmission des «Écritures»
Jean Bescond, retraité pouldergatois, est en passe de devenir une référence dans le monde très spécialisé des études bibliques. Un an après son monumental «Nouveau Testament en vers et versets», il signe, chez le même éditeur Golias-un signe de reconnaissance- «Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne Nouvelle». Le texte se lit, au fil des ans, de la grande à la petite histoire avec des illustrations tirées de l'histoire bretonne.
Quel est le sens de ce travail?
Lors de mon premier travail, je me suis arrêté sur les papyrus en grec (fragment du nouveau testament) dont je voulais vérifier la traduction. J'étais curieux de voir ce qu'il y avait derrière et j'ai tiré le fil. Cela m'a conduit aux codex (premiers écrits complets sur parchemin vers 350 après JC). J'ai remonté le fil de la transmission jusqu'à aujourd'hui et internet.
Comment avez-vous procédé?
Une partie des recherches a été faite sur internet où l'on trouve copie des textes originaux. Je me suis beaucoup documenté, notamment en Angleterre. J'ai mis bout à bout tous les éléments pour arriver à une sorte de puzzle. Mon ouvrage se lit de façon chronologique avec des éclairages en profondeur.
Qu'avez-vous découvert pendant ce «voyage» dans le temps?
Que l'Église est terriblement humaine. Elle a longtemps interdit aux laïques d'avoir une bible car elle disait qu'elle était la seule à pouvoir l'expliquer. On aurait pu imaginer plus d'entente, de consensus, mais il y a toujours eu des débats violents autour du texte avec une volonté de domination. J'ai essayé d'être objectif. Mais je suis sidéré de constater qu'une récente traduction œcuménique de la Bible est bourrée d'erreurs. D'ailleurs, mon prochain ouvrage s'intitulera «Biblistes, revoyez votre copie!». «Ainsi cheminèrent les papyrus de la bonne nouvelle», aux éditions Golias (318 pages, 19 €).
• Propos recueillis par Ronan Larvor

L I V R E :

"AINSI CHEMINÈRENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE",
Jean BESCOND, éd. Golias, 2011, 317 p., 19 €.

En rédigeant "Le Nouveau Testament en Vers et Versets", publié en 2009, avec sa traduction critique justifiée en d'abondantes notes comparatives, Jean Bescond a été saisi par les questions qui touchent au texte même de la Bible: ses sources, ses supports (papyrus, ostraca, copies ultérieures,..) et les variantes entre les documents. Dans la passion et l'émerveillement de ses découvertes, il a été amené à écrire ce livre à la fois alerte, non sans humour, et bien documenté, savant et bien illustré: nombreuses photos de documents, de manuscrits, de partitions, d'enluminures,...Sur "la petite histoire de la grande aventure" des manuscrits, chaque point de recherche est utilement et abondamment appuyé sur des citations tirées de son propre "Nouveau Testament en Vers et Versets". L'auteur montre comment, au fil du temps, le travail biblique s'inscrit dans les phases de l'Histoire de l’Église en rapport avec la Parole de Dieu: les Pères de l’Église, les divers courants (Orthodoxie, Protestantisme,...), les théologiens, le Magistère, jusqu'à aujourd'hui où Benoît XVI publie l'importante Exhortation "La Parole du Seigneur". Le tout forme une vivante fresque à la fois biblique, historique, doctrinale et culturelle. Toutes ces qualités font de ce livre un outil particulièrement pédagogique et stimulant pour le tout-public qui s'intéresse aux questions bibliques.
Jean Bescond se propose, en effet, de nous "conter le cheminement des papyrus de la Bonne Nouvelle à travers les siècles" (p.5). Il procède en sept étapes. D'abord, la tradition orale: le message de l’Évangile avec Jésus et ses disciples immédiats, et les Épîtres. Puis la rédaction des quatre Évangiles. Puis, l'apparition des apocryphes et les déviations, d'où "la nécessité de définir les seuls écrits acceptables". Puis les Codex, pour "choisir, parmi les multiples papyrus en circulation, ceux qui paraissent restituer au mieux le message original". Puis la pratique des "onciales bibliques" et l'écriture byzantine pour faciliter une grande diffusion des Écritures, mais avec des inconvénients et au risque de la dispersion. Puis la critique des Codex en prenant en compte de nouvelles sources selon une exégèse plus rigoureuse. Enfin, l'étape actuelle, à la suite de Vatican II, avec ses travaux œcuméniques: "Des traductions du N.T. de plus en plus affinées sont apparues". De précieux "Repères" chronologiques précisent les diverses étapes.
En conclusion, Jean Bescond présente les récentes traductions, depuis 2000. Il réfléchit sur "Qui lit la Bible aujourd'hui?" Et il se réjouit: "Le cheminement des manuscrits de la Bonne Nouvelle continue. Il y aura certainement de belles pages à écrire encore sur leur merveilleuse histoire" (p.291). A la fin, un Index thématique très étoffé donne les époques où les questions ont été soulevées successivement. Bref, un parcours particulièrement vivant et entraînant au service, si utile, de la passion pour la Parole de Dieu dans la vie spirituelle, comme dans l'étude personnelle et dans la vie de l’Église.
Père Pierre Fournier

Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Sam 30 Avr 2011, 13:00

Bonjour M.Bescond, est-il possible de se procurer vos livres en format ePub pour téléchargement sur IPad?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Sam 30 Avr 2011, 13:09

Hélas non, giacomorocca!
Le livre est disponible sur Amazon par exemple.
Merci pour votre intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
petero



Masculin Messages : 8192
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Sam 30 Avr 2011, 21:37

Cher Mr Bescond, bonjour de la part d'un finistérien d'adoption. Avez-vous envoyé un exemplaire de votre livre à l'évêque de Quimper et de Léon ?

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80261
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 06:11

Citation :
Jean Bescond, retraité pouldergatois, est en passe de devenir une référence dans le monde très spécialisé des études bibliques. Un an après son monumental «Nouveau Testament en vers et versets», il signe, chez le même éditeur Golias-un signe de reconnaissance- «Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne Nouvelle». Le texte se lit, au fil des ans, de la grande à la petite histoire avec des illustrations tirées de l'histoire bretonne.



Rien que cela est un exploit quand on connait la susceptibilité des universitaires ! Mr.Red

Cependant, si je comprends bien votre thèse, vous pensez que le texte biblique original (sur les Codex) n'a pas été altéré mais que les traductions sont lamentables car pleines d'erreurs ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 10:11

Arnaud Dumouch a écrit:

Rien que cela est un exploit quand on connait la susceptibilité des universitaires !

Quoi ? Quoi ? Quoi ? Un problème avec les universitaires ?




Laughing

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 14:41

A PETERO

Bonjour Finistérien! J'ai bien déposé mon premier manuscrit Le Nouveau Testament en Vers et Versets chez notre évêque, dans l'espoir de recueillir son imprimatur. Ceci n'étant pas de sa compétence, il m'a dirigé, sans autre commentaire, vers une autorité supérieure. J'ai alors adressé l’Évangile de Jean au Cardinal Barbarin qui m'a répondu que ma version, basée sur le texte grec, était correcte. Mais il n'avait pas le temps pour une étude complète de l'ensemble de mon Nouveau Testament. J'ai aussi reçu les encouragements de Monseigneur di Falco. Pour le deuxième livre, je n'ai pas vu l'utilité de recommencer ce parcours.
Pourquoi me posez-vous cette question? J'ajoute que mon NT comporte 1885 observations sur la traduction. Je n'arrive pas à comprendre qu'aucune n'ait attiré l'attention de quelque bibliste.
Je considère donc que je suis dans le vrai.

A ARNAUD

Oui, Arnaud, les nouvelles traductions, celle récente de la TOB en particulier, continuent de me surprendre. Lisez le Nouveau Testament en Vers et Versets et vous verrez. Quant au texte du Vaticanus, voici ce que j'écris:
Le texte grec édité par les sociétés bibliques actuelles, sur lequel s’appuient
la plupart des traductions, française en particulier, est très voisin de celui du
Vaticanus, car ce codex passe pour off rir, dans une langue soignée, une bonne
version qui a tendance à éviter les gloses et interpolations. Le Codex Vaticanus
est donc un document capital.
Wescott et Hort qualifi ent ce texte de neutre, parce qu’il est antérieur aux
modifi cations devant apparaître plus tard dans les manuscrits dits tardifs. Ces
experts le jugent un témoin satisfaisant, d’autant qu’il s’agit de l’exemplaire
complet, ou presque, le plus ancien. D’autre part ce texte, que l’on trouve dans
les recensions en usage au 3ème siècle, appartient à la famille des manuscrits dont
s’est servi Origène pour ses Hexaples.
De récentes découvertes montrent que ce type de texte existait déjà au 2ème siècle
et certains érudits pensent que le Codex Vaticanus représente une tentative de
restaurer le texte original. Il faut, cependant, souligner que le travail a déjà été fait
par les recenseurs vus plus haut, qui ont opéré un tri dans la diversité existante.


[u]A PHILIPPE

En aucun cas, je n'ai parlé d'universitaires dans mon interview. Il s'agit d'une interprétation de la part du journaliste, qui n'a pas compris que je m'adressais aux traducteurs spécialisés dans la Bible
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boudo



Messages : 4556
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 19:19

Pourquoi avez-vous choisi Golias comme éditeur , cher Jean Bescond ?
N'aviez-vous pas connaissance des éditions Docteur Angélique ?
Personnellement , je considère Christian Terras comme une sorte de Judas et votre choix éditorial est un des motifs qui m'a retenu d'acheter votre livre , jusqu'à présent .
Mais je vais réparer cette erreur .
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 19:29

Bonjour,

Je me méfie toujours quand quelqu'un trouve que les traductions sont mauvaise mais que (évidemment) la compréhension qu'ils ont du texte est supérieur en qualité. What the fuck ?!?
Ça rappelle trop la traduction du nouveau monde Tj et l'on sait le mal que cela à apporté. :twisted:

Peut on avoir quelques exemples de vos traductions ? Est ce que cela change quoique ce soit à la compréhension du texte dans un sens ou dans l'autre concernant des points de doctrines ? (déité de Jésus, personne du saint Esprit ....etc)
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Dim 01 Mai 2011, 23:56

BOUDO

Merci. J'ai retenu votre conseil.

FOX 77

Une différence frappante, chez Matthieu: Ne répondez pas au méchant. Croyez que ce soit la bonne traduction. Une autre, consternante, la traduction de la Nouvelle Bible Segond qui gomme toute idée de résurrection, remplaçant le terme de ressuscité par réveillé. Mais il y en a bien d'autres que je vais récapituler dans un prochain ouvrage. A paraître aux Éditions du Docteur Angélique?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boudo



Messages : 4556
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Mar 03 Mai 2011, 07:19

JEAN BESCOND a écrit:
BOUDO

Merci. J'ai retenu votre conseil.

...

Ce n'était pas un conseil ( je ne me le permettrais pas ) .
C'était une vraie question , que je peux préciser :

Est-ce parce que vous partagez les idées et les révoltes de Christian Terras que vous avez pris Golias pour éditeur ?

Mais vous n'êtes pas obligé de répondre , le caractère monumental de votre travail plaidant désormais pour vous .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Mar 03 Mai 2011, 09:55

Qu'il me suffise de vous dire que je suis arrivé chez Golias après une longue quête d'éditeurs. J'attends la réponse des éditions du Docteur Angélique
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Jeu 05 Mai 2011, 14:17

Citation :
Une différence frappante, chez Matthieu: Ne répondez pas au méchant. Croyez que ce soit la bonne traduction.
Et quelle traduction proposez-vous pour cette phrase?
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Jeu 05 Mai 2011, 15:20

Celle-ci:

5:39 Eh bien, moi je vous dis :
Ne réponds pas au méchant,
Et si on te gifle sur la joue droite,
Tends l’autre également.

Avec cette note (une des 1885):

Antistenai avant de signifier « résister », ce verbe a le sens littéral de « se placer en face » donc : faire face, affronter, provoquer. La TOB, en écrivant « de ne pas résister au méchant », ne commet-elle pas un contresens ? De même B : ne résiste pas au mal et BS : de ne pas résister au méchant. Ce dernier, dans NBS corrige par « de ne pas vous opposer au mauvais », ce qui n’est pas mieux. Ces traductions, en tous cas, prêtent à confusion. BDJ est bien préférable avec : de ne pas tenir tête au méchant, et le FC, plus encore avec : de ne pas vous venger, car l’idée exprimée au verset précédent est bien une idée de vengeance. Un théologien, Bernard Quelquejeu, donne une excellente traduction avec : ne résistez pas au Mal par la violence.

( TOB: traduction œcuménique de la Bible, BS: Bible Segond, NBS: Nouvelle Bible Segond, BDJ: Bible de Jérusalem, FC: Français courant)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boudo



Messages : 4556
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Jeu 05 Mai 2011, 23:44

Intéressant . Votre traduction fait penser à la "communication sans violence" de Rosenberg .
Et le geste de tendre l'autre joue peut être compris dès lors dans un sens non masochiste :
ce serait une fine manoeuvre pour faire prendre conscience à l'autre , qu'il est inutilement violent . Le précepte ne serait plus de se laisser frapper et le deuxième coup pourrait être esquivé si le violent persiste malgré ce chef d'oeuvre de communication non violente .
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Jeu 05 Mai 2011, 23:55

JEAN BESCOND a écrit:
FOX 77
Une différence frappante, chez Matthieu: Ne répondez pas au méchant. Croyez que ce soit la bonne traduction. Une autre, consternante, la traduction de la Nouvelle Bible Segond qui gomme toute idée de résurrection, remplaçant le terme de ressuscité par réveillé. Mais il y en a bien d'autres que je vais récapituler dans un prochain ouvrage. A paraître aux Éditions du Docteur Angélique?

Pouvez vous s'il vous plait citer la référence du verset de la nouvelle bible second et le verset entier incriminé car je n'ai pas cette version et semble t il, tout du moins dans la second 1910 en ma possession, le mot a été bien traduit.
Est ce que le mot ressuscité est systématiquement traduit par réveillé ?? Dans ce cas c'est grave effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Ven 06 Mai 2011, 10:34

Voici le brouillon de l'avant-propos de mon prochain livre "Biblistes, revoyez votre copie":

La lecture de la Bible est un exercice aussi captivant qu’enrichissant, tant il ouvre la porte à la réflexion, voire à la méditation. Qu’y a-t-il, par conséquent, de plus frustrant que de nous trouver perplexes devant un passage du Nouveau Testament qui nous paraît obscur ? La signification nous échappe et nous partons à la recherche de toutes sortes d’explications sans pouvoir faire notre choix, sans garantie surtout de nous trouver dans le vrai. Ou alors nous tombons sur un passage que nous croyions connaître et, tout à coup, nous le voyons réécrit dans des termes surprenants, si ce n’est choquants.


Une interprétation de la Nouvelle Bible Segond m’a personnellement interpellé. Cet ouvrage, que j’estime particulièrement dans son édition d’étude, a le mérite de réviser sa version précédente et de fournir d’abondantes notes intéressantes, d’autant plus objectivement qu’elle fournit même dans ces notes des précisions qui contredisent sa propre traduction. C’est donc avec un grand étonnement que j’y ai découvert ce verset de Matthieu :

Mais après mon réveil, je vous précéderai en Galilée. (26 :32)

Mettons-nous un instant à la place des disciples à qui Jésus s’adresse. Si telles sont les paroles effectivement prononcées, que comprennent-ils ? Le Christ a besoin de dormir et nous devons, à son réveil, le rejoindre en Galilée. Bien entendu, nous savons qu’il n’en est rien. Jésus nous parle ici de sa mort prochaine et de sa résurrection. Le problème est que le lecteur trouvera constamment dans la Nouvelle Bible Segond le mot « réveillé » au lieu de « ressuscité ». Bien sûr cette Bible, dans sa version résolument moderne, porte en note : après mon réveil, c'est-à-dire après ma résurrection, mais supposons deux lecteurs : le premier possède l’édition annotée, mais il ne lit pas toutes les notes, le second ne détient que la version simple. Ne sont-ils pas en droit, tous les deux, de se poser cette question cruciale : Le Christ ne serait donc pas mort ? Car, qu’on le veuille ou non c’est bien ce que sous-entend une telle interprétation… qui surprendra, à son tour, un troisième lecteur en possession également de la précédente version de la Bible Segond, car celle-ci nous dit :

Mais, après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée.

Que dira ce dernier ? Ma nouvelle Bible ne me parle plus de résurrection ! Or la résurrection est le terme central du christianisme. Paul n’a-t-il pas dit : Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est dénuée de sens et votre foi, elle-même, n’a pas de sens. (1 Co 15 : 14). Pourquoi donc cet éditeur change-t-il de version ? Il m’a paru donc important de clarifier ce point, qui est loin d’être un point de détail et de là je suis parti à la recherche des principaux points de désaccord que j’avais déjà notés dans mon ouvrage précédent « Le Nouveau Testament en Vers et Versets ». J’avais souligné mes divergences avec des éditions connues comme la TOB, le Français Courant, la Bible de Jérusalem, Bayard, Segond (ancienne et nouvelle édition) et je pensais m’en tenir là. Ainsi que je le disais, toute version est perfectible, la mienne aussi sans doute, mais toutes apportent un éclairage intéressant.

Mais cette question me taraudait : sachant que de grands experts, catholiques et protestants, inspirés par de récentes recherches bibliques, par, notamment, la découverte de nouveaux papyrus, se sont penchés sur le texte grec pour sortir en commun une version fiable, sachant aussi que d’autres érudits ont travaillé sur de nouvelles traductions, toujours à partir du texte grec, toujours plus près de l’orignal, comment se fait-il que tant de passages fassent débat ? Comment, en particulier, des biblistes ont-ils pu ignorer le texte grec, préférant s’aligner sur la Vulgate qui, elle, non plus n’est pas parfaite ? Il me fallait donc, non plus seulement énumérer les divergences. Il devenait nécessaire aussi d’en déterminer les causes et, partant de là, de rendre à nouveau clair ce qui l’a toujours été dès le départ pour les auditeurs de cette écriture orale, en tous cas, de dissiper les doutes qui pourraient surgir de messages discordants de biblistes sans doute animés des meilleures intentions, mais discordants tout de même :

Il faut qu’on entende le même discours chez vous (1 Co 1 :10)

Je justifie ici plus en détail les observations que j’ai déjà formulées dans mon précédent ouvrage et, en définitive, mon ambition est de dissiper les doutes, les interrogations qui subsisteraient chez des lecteurs désemparés ou, pire, devenus sceptiques après une lecture attentive des Ecrits, ce qui serait un comble ! J’entends le faire dans un style simple, facilement accessible, compréhensible de tous. Le message de la Bonne Nouvelle n’est-il pas universel ?

M’efforçant de mettre en lumière les origines diverses et variées des divergences, j’ai choisi quelques exemples dans chaque cas, et, voulant les numéroter pour plus de clarté, j’en ai trouvé 144. Espérons-les aussi précis que les 144 coudées de l’ange de l’Apocalypse…

C’est à un voyage passionnant au sein des Ecritures que je vous convie. Suivez-moi ! Mon but est d’apporter par cette étude critique la preuve que des traductions ignorent bien des nuances du grec, dénaturent le texte par nombre de contresens manifestes, et ce qui est pire, sont incohérentes, car elles oublient le contexte : c’est comme si elles traduisaient verset après verset sans trop comprendre de quoi il s’agit. Nous le verrons dans les nombreux parallèles qui leur ont échappé.

Il était impérieux de retourner à la source, à la fraîcheur de la version originelle des premiers papyrus dans leur authenticité, en toute fidélité… sans les trahir.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
outreneuve



Messages : 1055
Inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE   Ven 06 Mai 2011, 11:37

Citation :
5:39 Eh bien, moi je vous dis :
Ne réponds pas au méchant,
Et si on te gifle sur la joue droite,
Tends l’autre également.

Citation :
Un théologien, Bernard Quelquejeu, donne une excellente traduction avec : ne résistez pas au Mal par la violence.


La parole de Dieu a-t-elle vraiment si peu de valeur qu'il faille absolument qu'elle cadre avec nos valeurs ?

Ça signifie qu'il ne faut pas s'attacher, ni se bloquer sur une provocation. Ne pas réagir. Vous avez appris qu'il a été dit : « œil pour œil et dent pour dent ». Mais moi je vous dis de ne pas résister au Malin" C'est justement ce qu'il veut : de la résistance, de la réaction, de l''indignation ! Qu'a-t-il fait, Lui devant les provocations, et les outrages lors de sa condamnation et de sa crucifixion ? : descends de la Croix si tu peux, fais-un signe, qu'est-ce-que la Vérité ? rebâtis le temple....

Une absence de réaction fait effet miroir pour celui qui attaque, n'avez-vous jamais remarqué ?

Pour la résurrection, c'est les Apôtres et disciples qui le voyaient par l'Esprit, puisqu'il est dit que Jésus apparaissait ici et là, traversant les murs. Comme après la pentecôte ou les peuples divers les entendaient dans leur propres langue. Jésus avait rétabli pour un temps, l'intelligence ou l'entendement du monde spirituel, ou Royaume des cieux.
Revenir en haut Aller en bas
 
AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AINSI CHEMINERENT LES PAPYRUS DE LA BONNE NOUVELLE
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» La bonne nouvelle
» La Bonne Nouvelle apportée par Jésus
» J'apporte la Bonne Nouvelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: