DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mer 27 Avr 2011, 12:44

Suicides à France Telecom :
statistiques contre émotion




Un salarié de France Telecom
s'est immolé par le feu ce mardi sur le parking du site de son
entreprise, à Mérignac, près de Bordeaux. La souffrance psychique qui
existe au sein de cette société est indéniable, mais une analyse
attentive du nombre de suicides au sein de France Telecom conduit à
relativiser l'émotion suscitée par un tel drame.




Rien n’est plus périlleux qu’une
mobilisation sans rigueur des données statistiques. Faute des savoirs
théoriques et du recul nécessaires, on a vite fait de tomber dans le
contresens. Avides de réponses simples et aisément communicables, les
médias se rendent souvent coupables d’une utilisation erronée des
statistiques. Le nouveau drame survenu chez France Telecom va
probablement inciter une nouvelle fois les commentateurs à dénoncer
violemment une entreprise devenue, dans l’esprit de beaucoup, une
machine à tuer. Il ne faudrait pas cependant que l’émotion légitime du
suicide nous pousse à des jugements excessifs.Un stress au travail indéniable...


Il n’est évidemment pas question de nier que le stress au travail existe et que certaines méthodes de management sont nocives. Le
problème de la souffrance psychique au travail est un objet d’étude
depuis plusieurs décennies et mérite qu’on y soit attentif. C’est
d’autant plus le cas à France Telecom
, entreprise qui vit
depuis quelques années un changement radical d’univers stratégique
forcément traumatisant – on peut comprendre le désarroi de personnels
qui voient leur contexte de travail passer rapidement du calme du
secteur public aux bourrasques de l’hyper-concurrence. Cependant, c’est
l’irrationalité du mouvement de vindicte populaire à l’encontre d’une
société (et une seule) que nous voudrions ici stigmatiser.
Analysons
en effet avec objectivité les chiffres concernant ce sujet grave. Le
nombre annuel de suicides parmi les employés du groupe France Telecom
sur le territoire français a été de 28 en 2000, 23 en 2001, 23 en 2002,
22 en 2003, 13 en 2008, 19 en 2009, 25 en 2010. Précision essentielle,
direction et syndicats s’accordent sur ces chiffres. La série est
interrompue entre 2004 et 2007, même si de source syndicale 2007
compterait 34 suicides. Sur les 3 dernières années (2009 ayant été
l’année déclenchant le scandale), la moyenne des suicides serait donc de
19 pour 100 000 personnes par an. Compte tenu de la pauvreté des
données disponibles, pouvons-nous affirmer que ce chiffres est, au sens
statistique, anormalement élevé ?... mais à analyser avec prudence


Le 10 mai 2010, l’Institut de Veille Sanitaire (INVS) a publié un rapport intitulé Suicide et activité professionnelle en France : premières exploitations de données disponibles
afin de décrire l’évolution de la mortalité par suicide dans la
population des salariés hommes selon leurs secteurs d’activité. Dans le
secteur des Transports et télécommunications, secteur dans lesquels le
taux de suicide est inférieur au taux moyen tous secteurs confondus
,
sur la période 1997 à 2002, le taux de suicide chez les salariés de
sexe masculin s’établissait à 21,4 pour 100 000. Il convient de noter
que le taux de suicide de la population prise dans son ensemble a
diminué entre 2002 et 2006, passant de 17,8 à 16 pour 100 000. Ainsi le
taux de suicide chez les salariés de sexe masculin devait avoisiner 19,2
pour 100 000 en 2006 (il n’y a pas à notre connaissance de données
postérieures).
Mais on ne peut tenter de
comparaison sans retraiter ces chiffres afin de tenir compte de la
structure particulière de la population des salariés de l’entreprise
dont nous voulons évaluer le caractère pathologique. Selon la DREES en
2006, le taux de suicide de la population prise dans son ensemble, est
de 8,2 pour 100 000 pour les femmes et 25,2 pour 100 000 pour les
hommes. Le taux de suicide varie selon l’âge de la population, la
catégorie des moins de 34 ans présente un taux de suicide de 22 pour 100
000 alors que celle des 35-44 ans présente un taux de suicide de 34,5
pour 100 000 et celle des 45-64 ans un taux de 36,2. Nous ne disposons
malheureusement pas des statistiques croisées sur les critères de l’âge
et du sexe. On le voit néanmoins, la masculinisation et l’âge sont donc des facteurs contribuant à augmenter très sensiblement le taux de suicide.
Revenons
donc à France Telecom. En 2009, l’entreprise dénombrait sur le
territoire français 100 827 salariés, dont 36 815 femmes et 64 012
hommes. 10,2% de ces salariés ont moins de 35 ans, 20,9 % ont entre 35
et 45 ans et 68,9% plus de 45 ans. Comme certains commentateurs l’ont
noté, la comparaison des chiffres de France Telecom (qui regroupe par
définition seulement des actifs) avec les chiffres nationaux n’est pas
possible car elle négligerait le très fort taux de suicide des inactifs
(chômeurs et précaires notamment). Faute de mieux, nous pouvons
néanmoins, à partir des résultats de l’étude INVS et moyennant des
redressements liés à la féminisation et à la structure d’âge de la
population de France Telecom, tenter une comparaison.
En
retenant une féminisation moyenne des salariés de France Telecom sur le
territoire français de 36,5% et une propension au suicide chez les
hommes 3,07 fois supérieure à celle des femmes, le taux de suicide chez
les salariés des deux sexes devrait atteindre 14,5 pour 100 000. Mais il
faut de plus prendre en compte la structure âgée du salariat de France
Telecom : le « taux de suicide théorique » atteint alors près de 16,9
pour 100 000. Ainsi, le taux de suicide constaté chez France Télécom à
19 pour 100 000 serait seulement légèrement plus élevé que celui de la
moyenne du secteur des transports et télécommunications. La faiblesse de
l’écart et la prise en compte d’une marge d’erreur statistique invitent
en tout état de causes à nuancer fortement l’image d’organisation
gravement pathologique que les médias se sont plus à diffuser.

L’apparition
d’une vague de stigmatisation irrationnelle visant France Telecom
fournit une illustration frappante de la manière dont l’analyse
précautionneuse des causes multiples et imbriquées du suicide – analyse
sans doute trop peu « médiatique » car complexe – est subvertie par une
accusation primaire sans fondement scientifique solide
. Le
suicide est une question trop grave et la souffrance au travail un
problème trop important pour que de telles déformations soient
tolérables. Souhaitons que le nouveau drame qui met France Telecom sur
la sellette soit l’occasion de réflexions dépassionnées et loin des
caricatures concernant la question traditionnelle de la conciliation
entre travail – supposant nécessairement contraintes – et réalisation de
soi.

http://www.atlantico.fr/decryptage/suicides-france-telecom-realite-statistiques-contre-force-emotion-85841.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mer 27 Avr 2011, 15:59

Laissez moi y aller de ma petite statisque.


Chaque jour en France, 2 à 3 dirigeants de PME ou TPE se suicident.


Vous voyez, la mort des syndiqués et des non syndiqués n'a pas la même valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mer 27 Avr 2011, 22:33

SJA a écrit:
Laissez moi y aller de ma petite statisque.


Chaque jour en France, 2 à 3 dirigeants de PME ou TPE se suicident.


Vous voyez, la mort des syndiqués et des non syndiqués n'a pas la même valeur.

Les dirigeants de PME et TPE sont plus proche"socialement "( niveau de vie) des salariès que des dirigeants de grosses entreprise comme France Télécom ou autre Total.

Il semble avoir un problème quand même avec le management de France Télécom, car je connais un pays ou cette entreprise a acheté les télécoms local. Si il n'y pas eu de suicide les employés se plaignent des pressions excessive et ont fait appel au gouvernement du pays pour se plaindre.

Citation :
Politique qui effraie

Un malaise ? Mais quel malaise ? Pour la direction de MT , il faut éviter l’amalgame : France Telecom ce n’est pas Mauritius Telecom ! « Ces cas de suicide, trés malheureux, sont un probléme qui concerne uniquement la France » , précise le service de communication de MT . « France Telecom posséde pas moins de 29 succursales à travers le monde et aucun cas de suicide n’a été déploré ailleurs qu’en France » , ajoute- t- on.

Pourtant, pour beaucoup, « l’arrivée des Français » au sein de MT a changé la donne. Un changement de management et de la politique de l’entreprise qui effraie les employés. « Avant, on avait plaisir à venir travailler. Aujourd’hui c’est différent » , souligne un employé . « Depuis un an environ, tout a changé. En plus de la masse colossale de travail, on est soumis au systéme PMS ( NldR : Performance Management System) , pour être évalué, c’est une pression permanente » , ajoute- t- il.

Le PMS, un systéme d’évaluation de la performance de l’employé, est controversé et critiqué dans l’entreprise. « Il y a quelques mois, j’ai volontairement écourté mon congé de maladie afin de retourner au bureau et m’assurer de finir mon travail à temps, à cause du PMS » , souligne un employé. Encore une fois pour la direction, le PMS « est répandu partout à Maurice. Ce n’est pas un systéme propre à MT ou à France Telecom » , précise le service de communication.

Trop de fatigue ou excés de solidarité envers les Français ? Les employés de MT restent sur leurs gardes : « J’ai rencontré la direction et elle m’a donné l’assurance que ce phénoméne ne se produira pas chez nous » , conclut Raj Rughoonath.

Citation :
Craintes des employés de Mauritius Telecom

Le malaise qui perdure au sein France Télécom, poussant de nombreux employés au suicide inquiète les employés de Mauritius Telecom (MT). Les employés de MT, par la voix de la Mauritius Telecom Employees Association (MTEA) font état des pressions similaires que celles exercées par France Telecom sur ses employés, au sein de la compagnie mauricienne. Selon le président de cette association, Raj Rughoonath, "depuis près de cinq mois, le personnel doit opérer dans les conditions de travail difficiles. Les contraintes sont inacceptables et pas évident à supporter pour les employés". D'où la crainte du personnel que ce malaise, n'est des conséquences fatales. La MTEA lance une mise en garde à la direction de MT pour rétablir une situation de travail saine, afin d'éviter tout drame. Le syndicat demande au gouvernement de prendre les devants pour épargner les familles.

Le personnel le plus affecté sont ceux opérant dans le département commercial, indique Raj Rughoonath. Un haut cadre ferait la pluie et le beau temps dans ce département, effectuant des changements de personnel, sans remplacement de poste…, soutient le syndicat. Depuis quelques mois, ajoutent-ils, plusieurs employés de MT ont soumis leur démission. "Nous suivons la situation de près. Nous réalisons que les pressions sont semblables à ce qui se passe à France Télécom et nous condamnons cette manière de faire", fait ressortir le président de la MTEA, s'élevant contre les tentatives de France Télécom d'imposer son système de management à Maurice. Le Chief Executive Officer de MT, Sarat Lallah a déjà était mis au courant de ce stress des employés et ce dernier aurait assurer que le personnel de MT n'a rien à craindre. "Toutefois, nous avons attiré l'attention de la direction. Nous lançons une mise en garde afin que qu'elle rétablisse une situation de travail saine, afin d'éviter tout drame ", explique Raj Rughoonath. Il fait ressortir que le syndicat a également demandé au gouvernement, actionnaire majoritaire de MT, de prendre position face à ce problème et de prendre une décision qui ne soit pas au détriment des employés et de leur famille par rapport au management.

Dans un autre volet, la MTEA revient sur la sécurité des employés de MT, déplorant le manque de caméras de surveillance dans les succursales de la compagnie. Insistant pour que les mesures de sécurités soient revues, le syndicat demande au management de revoir également les conditions physiques des vigiles qui sont employés pour assurer la sécurité des employés. Raj Rughoonath rappelle également que son association est contre l'arrivée d'un quatrième opérateur de téléphonie mobile à Maurice, d'autant que le marché, avec les trois existant est déjà saturé, dit-il. Il explique également la décision de la MTEA de signer le Procedure Agreement avec Mauritius Telecom indiquant que cela permettra au syndicat d'entamer dès la semaine prochaine, l'ouverture des négociations sur la compensation salariale pour l'ensemble des travailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Jeu 28 Avr 2011, 12:50

louis74 a écrit:



Les dirigeants de PME et TPE sont plus proche"socialement "( niveau de vie) des salariès que des dirigeants de grosses entreprise comme France Télécom ou autre Total.


Les dirigeant des grosses entreprises sont trés peu nombreux. Socialement, ils ne représentent rien. Juridiquement, ils sont salariés.

Les possédants des grosses entreprises sont les fonds de pension et d'investissement. Bref, ce sont les retraités futur et actuel qui sont à l'origine du stress des employés des grosses entreprises.

Et ce sont les inactifs actuels (chomeur, RMIste, retraités, enfant) qui sont à l'origine du stress des salariés et des dirigeants des PME et TPE par l'intermédiairede leurs fermiers généraux du XXI° siècle : RSI, ASSEDIC, URSSAF (URSS Air Force).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Ven 29 Avr 2011, 12:55

Il est très possible que le nombre de suicides soient pas plus fort à france télécom que chez les PME. Le vrai problème, c'est le non respect des personnes par certains petits chefs ou par certaines administrations.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Ven 29 Avr 2011, 15:20

Black a écrit:
Il est très possible que le nombre de suicides soient pas plus fort à france télécom que chez les PME.

Le taux de suicide dans les entreprises du Cac 40 est insignifiant en comparaison de celui des TPE.
Revenir en haut Aller en bas
cébé



Messages : 2334
Inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Ven 29 Avr 2011, 15:54

Travail, les raisons de la colère
de Vincent de Gaulejac

Voilà le titre d'un livre intéressant à lire, pour expliquer les 60 suicides en moins de 3 ans chez FranceTélécom ..... — Sans vouloir stigmatiser cette entreprise en particulier .... —



Les signes d’une crise profonde se multiplient dans les organisations et plus largement dans le monde du travail : stress, burn out, dépressions, suicides, perte de sens, précarité, pertes d’emplois, révoltes, manifestations, séquestrations, occupations ; autant de manifestations destructives qui semble toucher l’ensemble des entreprises et des institutions, privées et publiques… Mais peut-on encore parler de crise lorsqu’elle devient permanente ?
Ce livre explore les sources de cette situation inquiétante. Il décrit les liens entre la dimension psychologique du mal être, les mutations organisationnelles et les transformations du capitalisme financier. La "révolution managériale" qui devait réconcilier l'homme et l'entreprise conduit à la lutte des places et au désenchantement. L'idéologie gestionnaire transforme l'humain en ressource au service de la rentabilité de l'entreprise. La souffrance au travail manifeste une nouvelle exploitation psychique, tout aussi réelle que l’ancienne exploitation du prolétariat dans le capitalisme industriel. La colère gronde chez les salariés confrontés à des restructurations, des réorganisations permanentes qui leur semblent aussi violentes qu'injustifiées.
Dans les institutions publiques, la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) engendre désorganisation et désespérance. La frénésie modernisatrice, la culture du résultat et l’obsession évaluatrice créent un monde pathogène et paradoxal. Face aux violences innocentes de cette « nouvelle gouvernance », les salariés semblent n’avoir pas d’autre choix que de se révolter ou se détruire.
Entre la colère et la dépression, d’autres voies sont pourtant possibles. En sociologue clinicien, l’auteur propose un diagnostic approfondi à partir duquel il définit les conditions qui permettraient de « travailler mieux pour vivre mieux ».


Vincent de Gaulejac est directeur du Laboratoire de changement social à l’université Paris VII-Diderot. Membre fondateur de l’Institut international de sociologie clinique, il a écrit une vingtaine d’ouvrage dont Le Coût de l’excellence, La Lutte des places et La Société malade de la gestion.


http://www.seuil.com/fiche-ouvrage.php?EAN=9782021038958


J'ai entendu l'auteur à la radio hier matin. Il disait que le gouvernement ( entendre aussi par là: les directeurs d'entreprises, les responsables des ressources humaines, les actionnaires, etc ) trouvait plus simple de psychanalyser et médicaliser le travailleur, plutôt que pointer du doigt le management, l'environnement du travailleur ( faire plus avec moins, par exemple).
Auparavant, il y avait un directeur du personnel, maintenant, le même c'est le directeur des ressources humaines .....Très belle expression qui fait croire que la personne humaine est mieux prise en compte pour elle-même, et dans la réalité, si elle est managée, c'est pour sa rentabilité. Le travailleur n'est plus managé, il est mangé!

On exploitait l'énergie des hommes aux siècles passés ... au XXIème siècle, l'Economie s'empare aussi de sa psychée .....




A écouter ici, émission du jeudi 28 avril


http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/rien-n-est-joue/?date=28-04-2011
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Ven 29 Avr 2011, 16:12

cébé a écrit:
Travail, les raisons de la colère
de Vincent de Gaulejac

Voilà le titre d'un livre intéressant à lire, pour expliquer les 60 suicides en moins de 3 ans chez FranceTélécom ..... — Sans vouloir stigmatiser cette entreprise en particulier .... —



Les signes d’une crise profonde se multiplient dans les organisations et plus largement dans le monde du travail : stress, burn out, dépressions, suicides, perte de sens, précarité, pertes d’emplois, révoltes, manifestations, séquestrations, occupations ; autant de manifestations destructives qui semble toucher l’ensemble des entreprises et des institutions, privées et publiques… Mais peut-on encore parler de crise lorsqu’elle devient permanente ?
Ce livre explore les sources de cette situation inquiétante. Il décrit les liens entre la dimension psychologique du mal être, les mutations organisationnelles et les transformations du capitalisme financier. La "révolution managériale" qui devait réconcilier l'homme et l'entreprise conduit à la lutte des places et au désenchantement. L'idéologie gestionnaire transforme l'humain en ressource au service de la rentabilité de l'entreprise. La souffrance au travail manifeste une nouvelle exploitation psychique, tout aussi réelle que l’ancienne exploitation du prolétariat dans le capitalisme industriel. La colère gronde chez les salariés confrontés à des restructurations, des réorganisations permanentes qui leur semblent aussi violentes qu'injustifiées.
Dans les institutions publiques, la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) engendre désorganisation et désespérance. La frénésie modernisatrice, la culture du résultat et l’obsession évaluatrice créent un monde pathogène et paradoxal. Face aux violences innocentes de cette « nouvelle gouvernance », les salariés semblent n’avoir pas d’autre choix que de se révolter ou se détruire.
Entre la colère et la dépression, d’autres voies sont pourtant possibles. En sociologue clinicien, l’auteur propose un diagnostic approfondi à partir duquel il définit les conditions qui permettraient de « travailler mieux pour vivre mieux ».


Vincent de Gaulejac est directeur du Laboratoire de changement social à l’université Paris VII-Diderot. Membre fondateur de l’Institut international de sociologie clinique, il a écrit une vingtaine d’ouvrage dont Le Coût de l’excellence, La Lutte des places et La Société malade de la gestion.


http://www.seuil.com/fiche-ouvrage.php?EAN=9782021038958


J'ai entendu l'auteur à la radio hier matin. Il disait que le gouvernement ( entendre aussi par là: les directeurs d'entreprises, les responsables des ressources humaines, les actionnaires, etc ) trouvait plus simple de psychanalyser et médicaliser le travailleur, plutôt que pointer du doigt le management, l'environnement du travailleur ( faire plus avec moins, par exemple).
Auparavant, il y avait un directeur du personnel, maintenant, le même c'est le directeur des ressources humaines .....Très belle expression qui fait croire que la personne humaine est mieux prise en compte pour elle-même, et dans la réalité, si elle est managée, c'est pour sa rentabilité. Le travailleur n'est plus managé, il est mangé!

On exploitait l'énergie des hommes aux siècles passés ... au XXIème siècle, l'Economie s'empare aussi de sa psychée .....




A écouter ici, émission du jeudi 28 avril


http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/rien-n-est-joue/?date=28-04-2011

Et voilà comment on écrit des livres sur un micro phénomène.

La prévalence du suicide est-elle plus importante chez France Télécom que dans le reste de la population?

Combien de livre sur les dirigeant de TPE qui se suicident tous les jours ?

Combien de grand titres dans les journaux ?

Combien de fils sur ce forum ?


Bien sur qu'il faut s'interresser aux employés de FT mais il serait interressant de comprendre pourquoi on s'interresse tant à eux. Et pourquoi un problème de nature similaire, mais dans des proportions plus importantes, est ignoré.

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mar 03 Mai 2011, 08:32

Philippe Fabry a écrit:



Il n’est évidemment pas question de nier que le stress au travail existe et que certaines méthodes de management sont nocives. Le
problème de la souffrance psychique au travail est un objet d’étude
depuis plusieurs décennies et mérite qu’on y soit attentif. C’est
d’autant plus le cas à France Telecom
,

Souffrance psychique dans le travail ? Souffrance psychique tout court, à mon avis, venant de peuples incapable de se réjouir de leur confort, et pleurant sur on ne sait quoi : le risque d'avoir moins d'argent ?

Voici ce qu'en dit la Bible :

Citation :

Sagesse 17, 8 car ceux qui promettaient de bannir de l'âme malade les terreurs et les troubles (les psychologues) étaient eux-mêmes malades d'une peur ridicule.
Sagesse 17, 9 Même si rien d'effrayant ne leur faisait peur, les passages de bestioles et les sifflements de reptiles les frappaient de panique,
Sagesse 17, 10 ils périssaient, tremblants de frayeur, et refusant même de regarder cet air, que d'aucune manière on ne peut fuir.
Sagesse 17, 12 La peur en effet n'est rien d'autre que la défaillance des secours de la réflexion ;
Sagesse 17, 13 moins on compte intérieurement sur eux, plus on trouve grave d'ignorer la cause qui provoque le tourment.
Sagesse 17, 14 Pour eux, durant cette nuit vraiment impuissante, sortie des profondeurs de l'Hadès impuissant, endormis d'un même sommeil,
Sagesse 17, 15 ils étaient tantôt poursuivis par des spectres monstrueux, tantôt paralysés par la défaillance de leur âme ; car une peur subite et inattendue les avait envahis.

Notre monde est malade du sens de sa vie. C'est, à mon avis, la cause profonde et le reste n'est que symptômes.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mer 04 Mai 2011, 15:34

Arnaud Dumouch a écrit:
Philippe Fabry a écrit:



Il n’est évidemment pas question de nier que le stress au travail existe et que certaines méthodes de management sont nocives. Le
problème de la souffrance psychique au travail est un objet d’étude
depuis plusieurs décennies et mérite qu’on y soit attentif. C’est
d’autant plus le cas à France Telecom
,

Souffrance psychique dans le travail ? Souffrance psychique tout court, à mon avis, venant de peuples incapable de se réjouir de leur confort, et pleurant sur on ne sait quoi : le risque d'avoir moins d'argent ?

Voici ce qu'en dit la Bible :

Citation :

Sagesse 17, 8 car ceux qui promettaient de bannir de l'âme malade les terreurs et les troubles (les psychologues) étaient eux-mêmes malades d'une peur ridicule.
Sagesse 17, 9 Même si rien d'effrayant ne leur faisait peur, les passages de bestioles et les sifflements de reptiles les frappaient de panique,
Sagesse 17, 10 ils périssaient, tremblants de frayeur, et refusant même de regarder cet air, que d'aucune manière on ne peut fuir.
Sagesse 17, 12 La peur en effet n'est rien d'autre que la défaillance des secours de la réflexion ;
Sagesse 17, 13 moins on compte intérieurement sur eux, plus on trouve grave d'ignorer la cause qui provoque le tourment.
Sagesse 17, 14 Pour eux, durant cette nuit vraiment impuissante, sortie des profondeurs de l'Hadès impuissant, endormis d'un même sommeil,
Sagesse 17, 15 ils étaient tantôt poursuivis par des spectres monstrueux, tantôt paralysés par la défaillance de leur âme ; car une peur subite et inattendue les avait envahis.

Notre monde est malade du sens de sa vie. C'est, à mon avis, la cause profonde et le reste n'est que symptômes.

Bravo !

Je constate qu'il n'y a aucune étude entre faisant apparaitre un lien de causalité entre l'absence de Foi et la consommation de neuroleptique. Entre la pratique de l'avortement et le suicide. etc ...

Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Mer 04 Mai 2011, 19:37

SJA a écrit:
louis74 a écrit:

Les dirigeants de PME et TPE sont plus proche"socialement "( niveau de vie) des salariès que des dirigeants de grosses entreprise comme France Télécom ou autre Total.
Les dirigeant des grosses entreprises sont trés peu nombreux. Socialement, ils ne représentent rien. Juridiquement, ils sont salariés.
Les possédants des grosses entreprises sont les fonds de pension et d'investissement. Bref, ce sont les retraités futur et actuel qui sont à l'origine du stress des employés des grosses entreprises.
Et ce sont les inactifs actuels (chomeur, RMIste, retraités, enfant) qui sont à l'origine du stress des salariés et des dirigeants des PME et TPE par l'intermédiairede leurs fermiers généraux du XXI° siècle : RSI, ASSEDIC, URSSAF (URSS Air Force).

Oui le stress au travail vient des retraités et des chomeurs... C'est bien connus

C'est vrai que la dépression est une maladie de "riche".
Mais si vous avez travaillé pour une société privé, croyez moi, vous n'êtes pas à l'abri du stress et de la pression qu'on vous mets. Cela peut affecter votre vie familiale aussi.
Cela vient d'un système certes, mais chacun à la responsabilité de stopper les choses à son niveau.
Pour ma part, j'exerce mes responsabilités en faisant échaper mes collaborateurs au maximum à ce genre de pression inhumaine.

Il n'y a pas si longtemps, interrogez les anciens... Oui ils travaillaient plus d'heures par jours mais ils avaient un rendement énormément moins important. Ils prenaient le temps de vivre, de faire bien leur travail, de rigoler avec leurs collègues.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Dim 08 Mai 2011, 02:35

Arnaud Dumouch a écrit:
Philippe Fabry a écrit:



Il n’est évidemment pas question de nier que le stress au travail existe et que certaines méthodes de management sont nocives. Le
problème de la souffrance psychique au travail est un objet d’étude
depuis plusieurs décennies et mérite qu’on y soit attentif. C’est
d’autant plus le cas à France Telecom
,

Souffrance psychique dans le travail ? Souffrance psychique tout court, à mon avis, venant de peuples incapable de se réjouir de leur confort, et pleurant sur on ne sait quoi : le risque d'avoir moins d'argent ?

Voici ce qu'en dit la Bible :

Citation :

Sagesse 17, 8 car ceux qui promettaient de bannir de l'âme malade les terreurs et les troubles (les psychologues) étaient eux-mêmes malades d'une peur ridicule.
Sagesse 17, 9 Même si rien d'effrayant ne leur faisait peur, les passages de bestioles et les sifflements de reptiles les frappaient de panique,
Sagesse 17, 10 ils périssaient, tremblants de frayeur, et refusant même de regarder cet air, que d'aucune manière on ne peut fuir.
Sagesse 17, 12 La peur en effet n'est rien d'autre que la défaillance des secours de la réflexion ;
Sagesse 17, 13 moins on compte intérieurement sur eux, plus on trouve grave d'ignorer la cause qui provoque le tourment.
Sagesse 17, 14 Pour eux, durant cette nuit vraiment impuissante, sortie des profondeurs de l'Hadès impuissant, endormis d'un même sommeil,
Sagesse 17, 15 ils étaient tantôt poursuivis par des spectres monstrueux, tantôt paralysés par la défaillance de leur âme ; car une peur subite et inattendue les avait envahis.

Notre monde est malade du sens de sa vie. C'est, à mon avis, la cause profonde et le reste n'est que symptômes.

Arnaud bonjour,

assez d'accord avec toi, mais il faut aussi reconnaître que les méthodes pour diriger les boites aujourd'hui sont débiles dans la même lignés que ce que tu dis des peuples. on met la pression sur tout et tout le monde afin d'économiser des riens mais de surmener et angoisser des personnes qui se sentent déja des anonymes au milieu d'une vie sans sens ; comment cela pourrait il finir autrement qu'en suicide, car des le départ ce système est criminel ! le but est le profit maxi le plus vite possible en passant son temps a sélectionner le plus performant du moment qui passera son temps a menacer les autres !
cela me rappel un monsieur chic, qui expliquait savamment comment fonctionner sa meute de chien de chasse, les plus fort mangent les plus faibles donc les forts d'hier seront mangé ce jour ! et ce sont de tels hommes qui sont responsable (enfin mot mal choisit) a haut niveau ! comme n'importe quel imbécile ne se doute pas de cela mais a le bon sens de ne pas transformer le monde en une cage a fauve !
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène   Lun 09 Mai 2011, 16:00

Fox77 a écrit:
Oui le stress au travail vient des retraités et des chomeurs... C'est bien connus


Ben oui, les entreprises cotées appartiennent au fonds de pension et fonds d'investissement. Ce sont eux qui demande des rendement de plus en plus élevés.

Les anciens comme vous dites pouvaient être cools au boulot. A leur époque, il y avait trois actifs pour un passif.

J'imagine que vous ne regardez jamais votre bulletin de salaire ou celui de vos parents ou de votre voisin. Vous y vériez qu'alors que vous coutez 2000 € à votre employeur, vous n'en touchez que 1000 à la fin du mois. Et sur ces 1000 vous payerez TVA et IR.

Bref, tous les mois vous donnez la moitié de ce que vous gagnez à des inactifs.

Voilà qui génère un énorme stress dans les entreprises. Voilà pourquoi les rendements des acteurs économiques doivent sans cesse augmenter, parce que les gens qui travaille doivent nourrir un nombre toujours plus important de personne qui ne travaille pas.

En France, l'acteur économique qui contraint le plus les entreprises à augmenter toujours leurs rendements au détriment de la qualité de travail, c'est l'URSSAF !

Je serai curieux de savoir combien France Télécom verse chaque année à l'URSAFF et combien elle verse à ses actionnaires. On risquerait d'être surpris.
Revenir en haut Aller en bas
 
Suicides à France Télécom : les statistiques démentent l'ampleur attribuée au phénomène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Statistiques cumul de neige moyen
» Du mauvais usage des statistiques par Nadine Morano
» Statistiques et probabilités ?
» double autocorrelation et validité des tests statistiques
» Formation Statistiques Appliquées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: