DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 25 Mar 2011, 21:10

beranger a écrit:

Que savons nous de ce qui se passe en Libye ?

contrairement à l'opinion répandu en France, la majorité des Libyens n'acceptent pas l'ingérence occidentale

Apparemment, on sait ce qui se passe en Libye quand ça vous arrange.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 10:30

Syrie: appel sur Facebook à une "révolte populaire"



Un appel à une "révolte populaire" samedi dans les toutes
provinces syriennes a été posté sur Facebook au lendemain des
manifestations sanglantes qui ont eu lieu dans les principales cités du
pays, spécialement dans le Sud. Il y a déjà eu au moins 13 morts.

"Aujourd'hui, samedi, une révolte populaire dans tous les
gouvernorats syriens", affirme le texte ponctué par une expression
populaire arabe intraduisible employée par les insurgés syriens luttant
contre le mandat français, et repris dans un feuilleton très célèbre
diffusé actuellement dans le pays.

Selon un responsable syrien, les manifestations de vendredi ont fait
13 morts, dont deux pompiers et un employé tués par des protestataires.
Les militants des droits de l'homme font état d'au moins 25 morts.

Les protestations ont continué à Deraa, épicentre de la contestation
où des dizaines de personnes ont péri depuis le 18 mars. Elles ont gagné
Sanamein, Daael, Damas, Douma, Banias et Hama où une révolte des Frères
musulmans fut réprimée dans le sang en 1982, selon des militants des
droits de l'homme.


(ats
/ 26 mars
2011 10:28)
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 11:05

beranger a écrit:

Fondateur il y a près d'un an de la Vague verte, mouvement d'opposition au régime de Téhéran, l'homme d'affaires exilé en Europe, Amir Jahanchahi, voit dans les événements en Tunisie et en Égypte la poursuite d'une stratégie iranienne de «prise de contrôle de la région» qui a déjà partiellement réussi en Afghanistan, en Irak, au Liban et à Gaza.

Son analyse ne tient pas. si ces pays sombrent dans l'islamisme (ce qui est possible), ce sera un islamisme SUNNITE et c'est le pire qui peut arriver pour l'Iran tant sunnisme et chiisme se détestent et se combattent depuis l'assassinat d'Ali, gendre de Mohamed. Certes, pendant un temps, dans leur détestation commune d'Israël, ce deux islamisme pourront paraître unis. Mais ce sera une simple illusion.

Finalement, tous ces analystes ont une chose en commun : tous disent que quelqu'un tire les ficelles (complot). Ils n'arrivent pas à imaginer que certaines révolutions viennent des peuples (avant d'être hélas en général récupérées).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 11:13

Arnaud Dumouch a écrit:
beranger a écrit:

Fondateur il y a près d'un an de la Vague verte, mouvement d'opposition au régime de Téhéran, l'homme d'affaires exilé en Europe, Amir Jahanchahi, voit dans les événements en Tunisie et en Égypte la poursuite d'une stratégie iranienne de «prise de contrôle de la région» qui a déjà partiellement réussi en Afghanistan, en Irak, au Liban et à Gaza.

Son analyse ne tient pas. si ces pays sombrent dans l'islamisme (ce qui est possible), ce sera un islamisme SUNNITE et c'est le pire qui peut arriver pour l'Iran tant sunnisme et chiisme se détestent et se combattent depuis l'assassinat d'Ali, gendre de Mohamed. Certes, pendant un temps, dans leur détestation commune d'Israël, ce deux islamisme pourront paraître unis. Mais ce sera une simple illusion.

Finalement, tous ces analystes ont une chose en commun : tous disent que quelqu'un tire les ficelles (complot). Ils n'arrivent pas à imaginer que certaines révolutions viennent des peuples (avant d'être hélas en général récupérées).

Surtout ce mec s'assoit complètement sur un fait sociologique lourd : dans ces pays c'est une jeune génération pléthorique qui se soulève, or dans ce genre de révolution des jeunesses (type 1789 en France, ou encore 1968, génération du baby boom) les revendications sont toujours les mêmes : la libéralisation globale de la société, lâcher la bride à la libre entreprise (parce que les jeunes veulent être libres de réussir), faire sauter les vieux interdits sociaux qui bloquent l'évolution sociale des individus, etc... Bref des souhaits traditionnels de la jeunesse, dont le principal souci, depuis l'aube de l'humanité, est que les vieux lui lâchent la grappe.

Autant de domaines où l'islamisme n'a pas sa place, et où la religion va être forcée de revoir son paradigme, comme l'Eglise en France au XIXe siècle, et après 1968.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 11:37

Oui, l'islamisme est déjà une tentation de la génération précédente. Du moins il faut l'espérer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 12:30

Les temps s'annoncent difficiles pour al-Qaïda et les autres qui comptaient pouvoir renverser les régimes arabes corrompus pour installer des régimes islamistes.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Sam 26 Mar 2011, 13:26


Syrie: libération de 260 détenus politiques



DAMAS - Les responsables syriens ont libéré vendredi soir 260 détenus
politiques, en grande majorité des islamistes, a affirmé samedi à l'AFP
Abdel Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne de défense des
droits de l'Homme, basée à Damas."Les autorités ont libéré 260
détenus, en grande majorité des islamistes mais également 14 kurdes,
dans un geste qui s'inscrit dans le cadre des promesses qu'elles
avaient annoncées récemment pour améliorer les libertés publiques en
Syrie", a-t-il dit à l'AFP.Il a appelé les responsables syriens à "compléter cette mesure en libérant les autres détenus politiques encore incarcérés".M. Rihaoui a précisé que la majorité des détenus relâchés avaient purgé les trois quarts de leur peine.Auparavant,
Rami Abdelrahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de
l'Homme (OSDH) basé à Londres, avait annoncé à l'AFP "la libération de
deux cents personnes de la prison de Sednaya, en grande majorité des
islamistes, après avoir signé une demande de libération", a-t-il dit par
téléphone.Il a précisé avoir obtenu cette information de l'avocate syrienne et militante des droits de l'Homme Sirine Khouri.Interrogé par l'AFP, un responsable n'a pas été en mesure de confirmer cette information.Selon
M. Abdelrahmane, "plusieurs centaines de prisonniers politiques" sont
détenus en Syrie, dont une partie est enfermée à Sednaya, à 30 km au
nord de Damas.Le 5 juillet 2008, une révolte dans cette prison,
qui compte environ 10.000 détenus, avait fait au moins 17 morts parmi
les prisonniers et 5 dans les rangs de la police militaire.Cependant,
le directeur de l'OSDH, a regretté que plusieurs personnes arrêtées
lors des récentes manifestations contre le régime soient toujours
détenues dans les locaux des services de sécurité, comme le jeune
étudiant et blogeur Ahmad Khadifi, arrêté le 23 mars, et le manifestant
Mohammad Houriyé, interpellé le 15 mars.Ces libérations interviennent alors qu'un mouvement de contestation sans précédent secoue depuis 11 jours la Syrie.Les
autorités syriennes avaient annoncé jeudi des libérations. Elles
avaient aussi indiqué envisager l'annulation de l'état d'urgence et
promis des mesures anti-corruption, au lendemain de manifestations
réprimées dans le sud, qui ont fait 100 morts selon des militants --
selon Amnesty International, 55 personnes ont été tuées durant la
semaine de protestation dans et autour de Deraa.(©AFP / 26 mars 2011 13h21)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Dim 27 Mar 2011, 10:18


Yémen: Saleh se dit prêt à partir mais met en garde contre le chaos



DUBAI - Le président yéménite contesté Ali Abdallah Saleh s'est dit prêt
à partir, mais s'est présenté comme le dernier rempart contre le chaos
et la "somalisation" du pays, dans une interview à la télévision
Al-Arabiya diffusée dans la nuit de samedi à dimanche."Nous leur
disons, venez, discutons ensemble d'une solution à feu doux consistant à
transférer le pouvoir pacifiquement. Nous ne nous agrippons pas au
pouvoir mais on ne peut pas le donner à n'importe qui", a déclaré M.
Saleh, à propos de l'opposition qui réclame son départ immédiat."Il
est anormal qu'une minorité torde le bras à la majorité", a-t-il encore
dit en affirmant que ses partisans étaient majoritaires dans le pays et
que l'opposition ne représentait qu'une fraction des Yéménites."Je
n'ai pas pour culture de m'accrocher au pouvoir, mais je vais m'y
accrocher à n'importe quel prix pour le transférer de manière pacifique
et aucunement sous la pression", a-t-il martelé.Il a accusé les
islamistes de "surfer sur le mouvement des jeunes" qui agite les pays
arabes et affirmé que son pays était "une bombe à retardement" qui
risque de basculer dans un situation à la somalienne si les opposants
persistent à vouloir demander son départ.M. Saleh a répété son
appel au dialogue aux opposants: "Qu'on se réconcilie et qu'on transfère
le pouvoir dans deux mois, dans quatre mois et même dans une heure non
pas à des personnes mais au peuple à travers ses institutions
représentatives".Mais il s'est montré en même temps sceptique sur
la capacité des opposants à gérer le pays. "Je les mets au défi (...)
de trouver des solutions aux problèmes du Yémen même si le président
part dans deux heures"."On était deux pays il y a 22 ans", le
Yémen "sera partagé en trois ou quatre entités (...) et ils (les
opposants) ne pourront contrôler que Sanaa et quelques provinces", a
averti le chef de l'Etat."Cela conduira le pays vers l'inconnu et
je suis responsable de la sécurité du pays que je dois conduire en eaux
calmes", a-t-il encore dit.M. Saleh, au pouvoir depuis 32 ans,
est confronté depuis fin janvier à un mouvement de contestation
populaire réclamant son départ et qui s'est accentué après la mort le 18
mars de 52 manifestants.(©AFP / 27 mars 2011 10h12)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Dim 27 Mar 2011, 17:05

Syrie: L'abrogation de la loi d'urgence décidée, l'armée entre à Lattaquié



Des partisans du président syrien Bachar al-Assad dans les rue de Damas, le 26 mars 2011
© AFP Louai Beshara
DAMAS (AFP) - Les autorités syriennes ont décidé dimanche d'abroger la
loi d'urgence en vigueur depuis près de 50 ans, qui restreint les
libertés publiques, et le président Bachar al-Assad , qui fait face à un
mouvement de contestation, devrait s'adresser "très bientôt" à la
population.

Par ailleurs, des renforts militaires ont pénétré à
Lattaquié, ville multiconfessionnelle du nord-ouest de la Syrie, après
des accrochages extrêmement violents samedi, qui ont fait douze morts,
dont des membres des forces de sécurité, des civils et deux insurgés.

Dans
un entretien à l'AFP, dimanche à Damas, la conseillère du président,
Boussaina Chaabane, a révélé que la décision d'abroger la loi d'urgence
en vigueur depuis 1963 avait été prise.

"La décision d'abroger la
loi d'urgence a déjà été prise mais je ne sais pas quand elle sera mise
en application", a-t-elle dit, ajoutant qu'aussitôt après l'abrogation
de cette loi, "toutes les personnes arrêtées en vertu de cette loi
seront libérées".

Cette loi, rédigée en décembre 1962 par un
précédent gouvernement, est entrée en vigueur aussitôt après l'arrivée
au pouvoir du parti Baas en mars 1963. Elle impose des restrictions sur
la liberté de réunion et de déplacement, et permet l'arrestation de
"suspects ou de personnes menaçant la sécurité".

Elle autorise aussi la surveillance des communications et le contrôle préalable des médias.


Le Président syrien Bachar Al-Assad le 19 décembre 2006 à Moscou
© AFP/Archives Yuri Kadobnov
Le
directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) Rami
Abdelrahmane, qui s'est félicité de l'abrogation attendue de cette loi, a
estimé qu'environ 2.000 personnes devraient être ainsi libérées.

"Tous
les condamnés par la Haute Cour de sûreté de l'Etat devraient recouvrer
la liberté, car ce tribunal d'exception avait été créé en vertu de
cette loi", a-t-il dit.

"Les personnes retenues dans les locaux
des services de sécurité, car arrêtées sans mandat d'arrêt", devraient
aussi être relâchées selon lui.

Mme Chaabane a également annoncé
que le président Assad, au pouvoir depuis 2000, s'adressera "très
bientôt" à la nation, alors que le pays est secoué par une contestation
sans précédent.

"Le président Bachar al-Assad s'adressera très
bientôt à son peuple pour expliquer la situation et clarifier les
réformes qu'il entend mener dans le pays", a-t-elle déclaré.

Parmi
ces réformes figurent une loi sur le pluralisme des partis politiques
et une loi plus libérale concernant la presse, qui feront "l'objet d'un
débat public", a-t-elle dit.

Par ailleurs, des renforts
militaires sont entrés à Lattaquié, a indiqué la presse syrienne, pour
déloger des insurgés qui tirent à partir de toits et de voitures contre
les forces de securité et les passants.

Au total, depuis
vendredi, dans cette cité située sur le littoral, 13 militaires et
civils ainsi que deux insurgés ont été tués, a indiqué Mme Chaabane.

Elle
a accusé les "extrémistes musulmans d'être derrière l'attaque, avec
l'objectif de susciter des dissensions confessionnelles dans le pays".
Lattaquié est habitée par des sunnites, des alaouites et des chrétiens.

Le journal gouvernemental Techrine a fait état de 150 blessés vendredi et samedi dans la ville portuaire.

Le quotidien al-Watan affirme que "les voyous ne sont pas des Syriens et que leur nationalité sera dévoilée bientôt".

Mme
Chaabane avait accusé samedi devant la presse "certains réfugiés
palestiniens du camp de Ramel, proche de Lattaquié, d'avoir voulu créer
la fitna (dissension confessionnelle) en tirant sur les forces de
securité et sur les manifestants" afin de faire monter la tension entre
eux.

Le secrétaire général du Front Populaire de Liberation de la
Palestine-Commandement général (FPLP-CG) a démenti "toute implication
de Palestiniens du camp de Ramel dans les évènements de samedi".

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Dim 27 Mar 2011, 17:54

Ils cèdent un doigt et la foule, encouragée, demande le bras puis le départ du dictateur ! Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 28 Mar 2011, 06:55

Syrie : l'armée se déploie à Lattaquié, en proie aux violences



LEMONDE.FR avec AFP



Confronté à des troubles sans précédent, le pouvoir syrien a décidé d'envoyer des renforts de l'armée à Deraa et de dépêcher des troupes dans la ville portuaire de Lattaquié, dimanche 27 mars, après une journée de violence au cours de laquelle manifestants et autorités se sont mutuellement accusés d'être à l'origine des troubles.


OAS_AD('Middle')



if ( undefined !== MIA.Pub.OAS.events ) {
MIA.Pub.OAS.events["pubOAS_middle"] = "pubOAS_middle";
}


Le gouvernement syrien a déclaré que 12 personnes - 10 policiers et deux manifestants armés - étaient mortes dans la journée de samedi. 200 personnes ont également été blessées. Damas a accusé des "extrémistes musulmans d'être derrière l'attaque". Des militants réformistes en exil affirment de leur côté que six personnes ont été tuées par les forces de sécurité syriennes depuis vendredi. L'agence Reuters a indiqué de son côté dimanche que deux de ses journalistes, de nationalité libanaise, sont portés disparus depuis samedi soir en Syrie.
BACHAR AL-ASSAD DEVRAIT S'EXPRIMER
L'arrivée des forces armées a été annoncée dans plusieurs journaux syriens proches du pouvoir. Le quotidien Al-Watan affirme que l'armée a pour mission "de mettre fin à la destruction et aux meurtres". Techrine, autre organe du pouvoir, parle de 150 blessés vendredi et samedi, sans faire la distinction entre civils et militaires. Des sources médicales indiquaient que deux manifestants avaient été tués, samedi, après avoir tenté d'incendier un local du parti Baas du président Bachar Al-Assad.
La présence de soldats est confirmée par des habitants. Ils affirment que des unités sont déployées dans des endroits stratégiques de Lattaquié, une des villes les plus prospères de Syrie peuplée de sunnites, de chrétiens et d'allaouites.
Boussaina Chaabane, conseillère du chef de l'Etat syrien, a indiqué dimanche que le président Al-Assad s'adresserait "très bientôt" à son peuple "pour expliquer la situation et clarifier les réformes qu'il entend mener dans le pays". Elle a également fait savoir que les autorités avaient déjà pris la décision d'abroger la loi d'urgence en vigueur depuis 1963, une promesse faite par Bachar Al-Assad pour apaiser la colère populaire.
DERAA, ÉPICENTRE DE LA CONTESTATION



Capture d'écran d'une vidéo montrant les funérailles d'un manifestant à Deraa, vendredi 25 mars.Reuters/REUTERS TV



Samedi, un local du parti Baas et un commissariat avaient été incendiés à Tafas, près de Deraa, épicentre de la contestation dans le sud du pays. Des milliers de personnes s'y étaient rassemblées pour les obsèques de Kamal Baradan, un manifestant tué la veille.
A Deraa même, des centaines de contestataires ont à nouveau occupé la place centrale, samedi. Selon Amnesty International, la répression des manifestations a fait au moins 55 morts au cours de la semaine écoulée dans cette région.
Des manifestations ont aussi eu lieu dans la capitale, Damas, et à Hama, plus au nord, théâtre d'une répression sanglante d'un soulèvement islamiste qui avait fait jusqu'à 20 000 morts sous le régime de l'ancien président Hafez Al-Assad en 1982. A Sanamein, dans le sud du pays, des habitants ont rapporté que 20 personnes avaient été tuées lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur la foule rassemblée devant un bâtiment utilisé par les services de renseignements militaires.
Les Etats-Unis n'envisagent pas d'intervenir


Interrogée sur la chaîne CBS pour savoir si les Etats-Unis avaient l'intention de lancer en Syrie une opération militaire comme celle en cours actuellement en Libye, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a répondu par la négative. "Chacune de ces situations est unique", a-t-elle dit.
Mme Clinton a cependant indiqué que si une coalition internationale, avec l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU, condamnait de manière "universelle" les violences en Syrie, une intervention militaire pourrait être envisagée.
Tout en condamnant la répression du mouvement de contestation en Syrie, elle a ainsi jugé que la situation dans le pays n'avait rien à voir avec celle de la Libye, où il était nécessaire d'intervenir selon elle.

"Ce qui s'est passé ces dernières semaines (en Syrie) est très inquiétant", et l'usage de la force par les forces syriennes est allé "bien au-delà" de ce que les Etats-Unis auraient souhaité : "Mais il y a une différence entre faire appel à son aviation pour mitrailler et bombarder sans distinction ses propres villes et des actions de police", a-t-elle justifié.
Par ailleurs, le New York Times indiquait samedi que les Etats-Unis ont entamé des contacts en toute discrétion avec le président Bachar Al-Assad pour le presser de mettre un terme aux violences contre la population. Selon le journal, le nouvel ambassadeur américain à Damas, Robert Ford, a appelé le dirigeant syrien à faire preuve d'une plus grande retenue.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 28 Mar 2011, 14:14


Syrie: Lattaquié ville fantôme ,lundi, après un week-end de terreur



DAMAS - Les magasins et les écoles de Lattaquié, sur le littoral syrien,
étaient fermés lundi et les fonctionnaires ne se sont pas rendus à leur
travail, après un week-end de violences et de terreur."La ville
est calme ce matin, mais les magasins ont toujours leurs rideaux tirés
et les fonctionnaires ne se sont pas rendus à leur travail. La majorité
des écoles sont fermées et dans celles qui ont ouvert, les parents ont
préféré s'abstenir d'envoyer leurs enfants", a affirmé Issam Khoury,
joint par téléphone.Ce journaliste et directeur du Centre de
développement écologique et social a affirmé que "les forces de l'ordre
n'étaient pas prêtes et elles ont été surprises par l'intensité de la
violence".Des renforts de l'armée sont arrivés la nuit de samedi à
dimanche pour tenter de rétablir l'ordre. La journaliste de l'AFP avait
constaté dimanche une importante présence sécuritaire sur les grands
axes.Issam Khoury a précisé que plusieurs enterrements étaient
prévus lundi dans cette ville multiconfessionnelle, à 350 km au
nord-ouest de Damas.La nuit tombée, dans les quartiers de cette
ville portuaire où coexistent des sunnites, des alaouites et des
chrétiens, des comités de quartiers se sont constitués pour se protéger
contre l'intrusion de personnes étrangères, a indiqué cet activiste.La
journaliste de l'AFP a vu, dans les ruelles, en fin d'après-midi, des
jeunes qui avaient placé des pneus, des blocs de béton et des plaques de
bois pour ériger manifestement des barricades de protection.Un
commerçant a déclaré à l'AFP qu'il y avait eu encore dans les quartiers
sud des tirs d'armes automatiques dimanche soir de 18H00 à minuit mais
que la situation était redevenue calme ce matin.Les trois
derniers jours, 13 militaires et civils ont été tués ainsi que deux
insurgés, et il y a eu plus de 185 blessés, selon un bilan officiel et
hospitalier. Durant ce week-end, des jeunes armés de bâtons et
de couteaux avaient attaqué des magasins et des passants alors que des
francs-tireurs postés sur les toits d'immeubles ont pris pour cible des
passants.M. Khoury a indiqué qu'il était "trop tôt car une
enquête est en cours" pour déterminer qui étaient ces hommes, mais selon
les autorités, il s'agit de "fondamentalistes" qui cherchent à semer
la division confessionnelle dans la ville.Pour sa part, Abdel
Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne de la défense des droits
de l'Homme, a affirmé à l'AFP que "selon les informations en sa
possession, la plupart des hommes armés ont été arrêtés par la
population qui les a remis aux forces de sécurité. Ce sont des
ressortissants arabes de différentes nationalités qui possédaient des
armes et de grosses sommes d'argent".La Syrie est en proie depuis 14 jours à une contestation sans précédent contre le régime.(©AFP / 28 mars 2011 14h08)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mar 29 Mar 2011, 11:09


Syrie: démission gouvernement mardi, manifestations de soutien au président



DAMAS - Le gouvernement du Premier ministre Naji Otri doit démissionner
mardi et un nouveau cabinet verra le jour dans les 24 heures, a affirmé à
l'AFP un haut responsable à Damas, où des dizaines de milliers de
personnes manifestaient leur soutien au président Bachar al-Assad."Le
gouvernement doit présenter sa démission aujourd'hui et un nouveau
cabinet sera mis en place dans les 24 heures", a dit ce responsable qui a
requis l'anonymat.Cette mesure intervient alors que le régime
est confronté depuis deux semaines à une contestation sans précédent,
avec des manifestations dans plusieurs villes du pays, dans le sillage
des révoltes qui secouent le monde arabe.Cent trente personnes auraient été tuées pendant les manifestations, selon des militants, une trentaine selon un bilan officiel.Après
deux semaines de manifestations contre Bachar al-Assad, plusieurs
dizaines de milliers de personnes affluaient mardi matin sur une grande
place de Damas afin de participer à un rassemblement de soutien au
président."Par notre sang, par notre âme, nous nous sacrifierons
pour toi Bachar", "Dieu, Syrie, Bachar et c'est tout", "Un, Un, Un, le
peuple syrien est un", scandent les manifestants venus à pied ou en bus
sur la place Sabaa Bahrat en face de la Banque centrale où figure une
immense affiche du chef de l'Etat.Les manifestants brandissent
des drapeaux syriens et des portraits du président ainsi que des
banderoles sur lesquelles on peut lire "Non à la dissension
confessionnelle".La Syrie est un pays multiconfessionnel et
multiethnique avec notamment les sunnites qui sont majoritaires, les
alaouites qui tiennent les rênes du pouvoir, les chrétiens et les
Kurdes.Des rassemblements identiques sont prévus dans toutes les villes du pays.Le
président Assad, au pouvoir depuis 2000, doit annoncer sous peu une
série de mesures censées libéraliser le régime en place depuis près de
cinq décennies, notamment l'abolition de l'état d'urgence qui prive les
citoyens de la majorité des libertés publiques.Le Premier ministre Naji Otri a formé son gouvernement en 2003. Le dernier remaniement remonte à avril 2009.(©AFP / 29 mars 2011 11h02)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mar 29 Mar 2011, 11:13

Il est mal barré !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mar 29 Mar 2011, 11:24

A la base il n'était même pas censé succéder à son père, il aurait mieux fait de rester ophtalmo à Londres.

Je ne suis pas certain que Bachar Al-Assad soit le plus responsable de la dureté de son régime. Il a hérité de l'appareil de son père et avait semble-t-il une sensibilité assez libérale, comme l'a montré sa tentative d'ouverture à son arrivée en 2001. Puis tout s'est reverrouillé, peut-être à cause de la clique baassiste qui voyait d'un mauvais oeil la perte de leur pouvoir et ont refusé que le fifils viennent tout gâcher.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mar 29 Mar 2011, 12:56

Maintenant, il est un peu tard. S'il libéralise, il sera considéré comme faible. S'il continue de faire tirer sur la foule, il sera encore plus face à la révolte.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mar 29 Mar 2011, 13:05

le père Al-Assad est dans un étaux...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mer 30 Mar 2011, 16:10

Syrie: Assad s'exprime sans annoncer la levée de l'état d'urgence



Capture
d'images de la chaîne syrienne montrant le président al-Assad lors de
son discours devant le Parlement, le 30 mars 2011 à Damas
© AFP/SYRIAN TV
DAMAS (AFP) - Le président syrien Bachar al-Assad est intervenu
publiquement mercredi pour la première fois depuis le début de la
contestation dans son pays, sans annoncer la levée de l'état d'urgence,
une mesure hautement symbolique que lui seul a le pouvoir de prendre.

M.
Assad a prononcé un discours télévisé devant le Parlement, au cours
duquel étaient attendues l'annonce de la fin de l'état d'urgence en
vigueur depuis près d'un demi-siècle, et de nouvelles lois sur les
médias et le pluralisme politique.

Mais le président syrien, qui
est apparu détendu face à un auditoire acquis ne s'est finalement pas
engagé sur la mise en oeuvre de réformes pour calmer la contestation
sans précédent depuis son arrivée au pouvoir en 2000.

"Nous
sommes totalement favorables à des réformes. C'est le devoir de l'Etat.
Mais nous ne sommes pas favorables à des dissensions", a-t-il poursuivi,
avant d'indiquer que la lutte contre la corruption et le chômage était
une "priorité" du prochain gouvernement.

Le cabinet dirigé depuis
2003 par Mohammad Naji Otri a démissionné mardi, et la presse syrienne a
affiché mercredi sa préférence pour un gouvernement de technocrates
afin de mener à bien les réformes.

Mais le dirigeant syrien n'a
annoncé mercredi aucune des mesures de libéralisation du régime dont
l'imminence avait été annoncée par ses proches.

Sa principale
conseillère Boussaina Chaabane avait notamment indiqué dimanche que la
décision d'abroger l'état d'urgence avait déjà été prise par les
autorités syriennes.

En vigueur depuis la prise de pouvoir par le
parti Baas en 1963, l'état d'urgence réduit sensiblement les libertés
publiques. Il impose des restrictions sur la liberté de réunion et de
déplacement, et permet l'arrestation de "suspects ou de personnes
menaçant la sécurité". Il autorise aussi la surveillance des
communications et le contrôle préalable des médias.


Carte de Syrie situant les manifestations massives d'appui au régime
© AFP
Si
l'abrogation de la loi d'urgence qui date de décembre 1962 est du
ressort du Parlement, la fin de l'état d'urgence est du seul domaine du
chef de l'Etat.

M. Assad a rejeté la responsabilité des troubles
sur des éléments étrangers. Il a prévenu que la Syrie traversait "un
test de notre unité", estimant que des ennemis du pays avaient profité
de la situation pour semer le chaos.

"Cette conspiration est
différente sur la forme et sur le moment choisi de ce qui se passe
ailleurs dans le monde arabe", a-t-il déclaré.

"La Syrie n'est pas isolée de la région (...) mais nous ne sommes pas une copie des autres pays", a-t-il ajouté.

Le
mouvement de contestation déclenché le 15 mars à l'appel de pages
Facebook dont l'une intitulée "Révolution syrienne 2011", a appelé à des
sit-in vendredi en Syrie à la mémoire des "martyrs" et pour appuyer les
revendications en faveur de la démocratie.

A Deraa, épicentre de
la contestation dans le sud du pays, des milliers de manifestants ont
participé aux funérailles de Khalil Zatima, 17 ans, qui a succombé dans
la nuit de mardi à mercredi après avoir été blessé il y a une semaine
durant les affrontements, a indiqué à l'AFP un militant des droits de
l'Homme.

Les manifestants se sont dirigés vers le cimetière en
scandant "plutôt la mort que la soumission". Les incidents ont fait la
semaine dernière entre 55 et 100 morts selon les sources.

A
Lattaquié, principal port de Syrie, 300 contestataires effectuaient un
sit-in avec une banderole: "non à la dissension, oui à la paix et à la
liberté".

L'armée se trouvait à proximité, mais n'est pas intervenue, ont indiqué des témoins.

Par
ailleurs, sept militants des droits de l'Homme arrêtés le 16 mars à
Damas lors d'une manifestation appelant à la libération de prisonniers
politiques, ont été relâchés, a annoncé un avocat.



Mise
à jour le 30 mars 2011 à 15h38


© 2011 AFP. Tous droits de reproduction et de
représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette
rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de
propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de
ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise,
rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de
quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Mer 30 Mar 2011, 16:12

A Londres, les Occidentaux à la peine pour faire chuter Mouammar Kadhafi



Photo de famille du groupe de contact sur la Libye réuni le 29 mars 2011 à Londres
© AFP Stefan Rousseau
LONDRES (AFP) - En dépit de la création d'un "groupe de contact" sur la
Libye, les Occidentaux qui bombardent depuis près de deux semaines des
cibles militaires semblent à la peine dans leur recherche d'une cohésion
internationale sans équivoque destinée à faire chuter Mouammar Kadhafi.

Exil
ou non pour le chef d'Etat libyen, au pouvoir depuis plus de 40 ans ?
Aide militaire ou non aux rebelles de Benghazi ? Partage plus ou moins
clair des rôles entre le "pilotage politique" des opérations militaires
et la direction de ces dernières par l'Otan...

Mardi, la
quarantaine de pays réunis à Londres se sont voulu rassurants et
unanimes, avec le constat qu'"un bain de sang a été évité", encore salué
mardi soir par Barack Obama.

Mais sur le fond, plusieurs questions restent en suspens.

Fer
de lance d'une coalition internationale d'une dizaine de pays,
Etats-Unis, France et Royaume-Uni ont parlé d'une même voix pour dire
qu'après d'intenses bombardements, "rien n'était acquis" et que la
guerre devait "continuer (...) jusqu'à ce que les objectifs de (l'ONU)
soient atteints, c'est-à-dire que les populations civiles ne soient plus
menacées".


Hillary
Clinton aux cotés de David Cameron (G) et d'Alain Juppé (D) lors de la
conférence de Londres sur la Libye le 29 mars 2011
© AFP Stefan Rousseau
Selon
l'Italie, plus de 35 pays les ont rejoints pour ajouter que le noeud du
problème était le colonel Kadhafi et que ce dernier devait quitter le
pouvoir, même si cet objectif ne figure dans aucune résolution de l'ONU.

Les moyens d'y arriver font diverger les membres du tout nouveau "groupe de contact" sur la Libye.

Certains
- Italie, Espagne - évoquent un exil du chef d'Etat libyen, d'autres
parlent de sa comparution devant un tribunal pénal international pour sa
participation présumée à des crimes de guerre. Sans insister sur cette
dernière éventualité, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a
jugé cette semaine qu'il revenait avant tout "aux Libyens de s'en
débarrasser".

Pour hâter la chute du régime et mettre un terme au
plus tôt à des opérations aériennes coûteuses en période de crise
économique pour certains des pays les plus riches de la planète,
Washington a ouvert la voie à une réflexion sur la nécessité ou non
d'armer les rebelles, ce que réclament ces derniers.

La
résolution 1970 de l'ONU interdit toutefois "la fourniture directe ou
indirecte, la vente et le transfert d'armes ou de matériels connexes de
tous types". Mais la suivante, la 1973, prévoit "toutes les mesures
nécessaires" pour protéger les civils.

Avec un passage de relais
de toutes les missions militaires à l'Otan jeudi, la coalition des pays
ayant ouvert le feu contre les troupes de Kadhafi devrait selon toute
logique se fondre dans l'Alliance, quitte à bâtir des arrangements
spécifiques pour les pays non-membres participant aux missions aériennes
(Qatar, Emirats Arabes Unis).

Elle a pourtant encore eu une réunion mardi matin à Londres. Et pourrait se retrouver à nouveau, d'après Paris.

Si
la stratégie globale est désormais de la responsabilité du "groupe de
contact", l'unanimité de sa vingtaine de membres risque de pâtir à
l'avenir de questions épineuses. Comment assurer sans troupes au sol la
sécurité de l'acheminement de l'aide humanitaire sur lequel tous
"veulent mettre le paquet" ? Que faire face à des colonnes de chars se
dirigeant vers une ville ?

"Le choix des cibles, ce n'est
certainement pas le groupe de contact qui va le faire, c'est la
responsabilité de l'Otan", a souligné mardi le chef de la diplomatie
française.

Parmi ses membres, figurent l'Allemagne et la Turquie,
opposées au recours à la force. En 1999, en pleine guerre aérienne
contre le Serbe Slobodan Milosevic, Paris s'était opposé au sein de
l'Otan à Washington qui voulait bombarder des ponts. Cette opposition
avait alors été jugée éminemment politique.



Mise
à jour le 30 mars 2011 à 14h16


© 2011 AFP. Tous droits de reproduction et de
représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette
rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de
propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de
ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise,
rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de
quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Jeu 31 Mar 2011, 12:37


Syrie: comité juridique pour étudier l'abolition de la loi d'urgence



DAMAS - Le président syrien Bachar al-Assad a donné jusqu'au 25 avril à
un comité juridique chargé de rédiger une nouvelle législation pour
remplacer la loi d'urgence en vigueur depuis près d'un demi-siècle, a
indiqué jeudi l'agence de presse officielle Sana."Sous les
directives du président Bachar al-Assad, le commandement de parti Baas a
formé un comité de grands juristes pour étudier et élaborer une loi
garantissant la sécurité du pays, la dignité du citoyen et la lutte
contre le terrorisme, comme préalable à la levée de l'état d'urgence",
affirme Sana."Ce comité devra achever ses travaux avant le 25 avril", ajoute l'agence.La
loi d'urgence avait été adoptée à la fin 1962 et c'est en s'appuyant
sur elle que le parti Baas avait décrété l'état d'urgence dès son
arrivée au pouvoir en mars 1963.S'il faut une nouvelle loi pour
supprimer la loi d'urgence, l'abolition de l'état d'urgence est du seul
ressort du président de la République.Cette loi d'urgence réduit
sensiblement les libertés publiques. Elle impose des restrictions sur la
liberté de réunion et de déplacement, et permet l'arrestation de
"suspects ou de personnes menaçant la sécurité". Elle autorise aussi la
surveillance des communications et le contrôle préalable des médias.Dans
sa première intervention publique mercredi depuis le début du mouvement
de contestation en Syrie le 15 mars, le président Assad était resté
muet sur la levée de l'état d'urgence, une mesure hautement symbolique
que lui seul a le pouvoir de prendre.Sa principale conseillère
Boussaïna Chaabane avait pourtant indiqué dimanche que la décision
d'abroger l'état d'urgence avait été prise.Ce mutisme avait
profondément déçu les organisations des droits de l'Homme et les
protestataires avaient annoncé la poursuite des manifestations."Les
manifestations vont continuer. Nous avons demandé des changements,
notre liberté, la démocratie. Rien n'a changé et maintenant nous n'avons
d'autre choix que de descendre dans la rue", avait déclaré à l'AFP
Haitham Maleh, un avocat, emprisonné en octobre 2009 et libéré la
semaine dernière.Nadim Houry, un chercheur à Human Rights Watch, a qualifié le discours de "terriblement décevant"."Assad
s'est contenté de répéter les mêmes vagues promesses qu'il ressasse
depuis des années. Ce qu'il faut, ce sont des mesures concrètes comme
l'abolition de l'état d'urgence, le démantèlement des tribunaux
d'exception et la liberté d'expression", a-t-il ajouté.Pour Amnesty International, "il a raté une réelle opportunité de lever l'état d'urgence". Le
président n'avait annoncé aucune réforme concrète de libéralisation
pour calmer la contestation, sans précédent depuis son arrivée au
pouvoir en 2000."Nous sommes totalement favorables à des réformes
(...) Mais nous ne sommes pas favorables à des dissensions", s'est-il
contenté de dire, avant d'indiquer que la lutte contre la corruption et
le chômage était une "priorité" du prochain gouvernement. Le cabinet
dirigé depuis 2003 par Mohammad Naji Otri avait démissionné mardi.(©AFP / 31 mars 2011 12h18)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 01 Avr 2011, 17:12


Jordanie: des centaines de jeunes manifestent pour réclamer des réformes



AMMAN - Des centaines de jeunes ont manifesté vendredi à Amman pour
appeler à des réformes, alors qu'une cinquantaine de loyalistes
scandaient des slogans à la gloire du roi Abdallah II, sous l'oeil
vigilant des forces de sécurité."A bas l'oppression", "Nous
voulons des réformes du régime et constitutionnelles", "Nous sommes pour
l'unité nationale", "Nous voulons le jugement des corrompus",
scandaient près de 600 "jeunes du 24 mars", rassemblés près de la
mairie.Le groupe des "jeunes du 24 mars", dont le camp de
protestation installé à cette date dans le centre d'Amman pour exiger
des réformes a été démonté par la police le lendemain lors d'une journée
marquée par de violents heurts, sont aujourd'hui formés dans leur
majorité d'islamistes.La plupart des jeunes gauchistes et
nationalistes ont annoncé leur retrait de ce mouvement en raison de
"différences idéologiques".Quelques mètres plus loin, une
cinquantaine de partisans du pouvoir, arborant des portraits géants
d'Abdallah II scandaient leur "loyauté au roi" et leur "attachement au
royaume".Près de 400 policiers étaient déployés afin d'éviter de nouvelles frictions entre les deux camps.Dans un communiqué, la confrérie des Frères musulmans a appelé le roi à prendre l'initiative de "réformes majeures"."Nous
demandons l'intervention directe du roi pour des réformes majeures,
afin d'éviter la sédition, désamorcer la crise, garantir les libertés et
introduire de vrais changements politiques pour empêcher la division", a
déclaré le conseil de la Choura, plus haute autorité de la Confrérie."Il
appartient au régime maintenant d'activer les réformes. Nous sommes
pacifiques, mais on ne peut pas faire confiance à un gouvernement qui
tue les citoyens. Nous voulons un gouvernement national", a déclaré Zaki
Bani Rsheid, chef du bureau politique du Front de l'Action Islamique
(FAI).Un rassemblement des "jeunes du 24 mars" avait été attaqué
les 24 et 25 mars par des partisans du pouvoir. Cette attaque et
l'intervention des forces de sécurité avaient fait un mort et 160
blessés.Abdallah II a condamné les violences et s'est engagé à
aller de l'avant dans les réformes en recevant des syndicalistes et la
Commission de dialogue national.Cette commission chargée
d'amender la loi électorale et celle des partis politiques avait été
paralysée par la démission de 15 de ses membres pour protester contre
les violences. Mais, mercredi, 12 d'entre eux avaient réintégré la
Commission et les trois autres devraient le faire bientôt.(©AFP / 01 avril 2011 17h07)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Dim 03 Avr 2011, 18:04

Yémen: un tué par la police, Saleh demande l'arrêt des manifestations


De Hammoud MOUNASSAR (AFP) – Il y a 2 heures
SANAA — La police a tué un manifestant et en a blessé des dizaines dimanche au Yémen, où le président Ali Abdallah Saleh a appelé l'opposition à arrêter les manifestations qui exigent son départ pour négocier.
Le président Saleh, un allié des Etats-Unis dans la guerre contre le terrorisme, a répété qu'il était prêt à céder le pouvoir, qu'il détient depuis 32 ans, mais dans le cadre d'un processus constitutionnel ordonné.
Dans le même temps, la police a dispersé violemment des protestataires dans la ville de Taëz, au sud de Sanaa, et un jeune homme touché d'une balle dans la poitrine est mort des suites de ses blessures, selon des témoins.
Selon leur récit, le jeune homme a été atteint alors qu'il déchirait un portrait du chef de l'Etat.
Des centaines de manifestants ont été blessés ou indisposés lorsque les forces de l'ordre sont intervenues en tirant des gaz lacrymogènes puis des balles réelles contre un cortège qui marchait sur le siège du gouvernorat de la ville.
Des milliers de manifestants campent depuis la mi-février dans le centre de Taëz, réclamant comme à Sanaa et à Aden (sud) la chute du régime du président Saleh, âgé de 69 ans.
Le mouvement de contestation, lancé fin janvier, s'était accentué après la mort à Sanaa le 18 mars de 52 manifestants par des tirs attribués à ses partisans.
Abandonné par une partie de l'armée et des chefs tribaux et religieux, le président Saleh a mis en garde contre le risque de chaos au Yémen s'il était contraint à céder le pouvoir, et a su mobiliser en masse ses partisans le 25 mars et le 1er avril.
Dimanche, il a exhorté l'opposition rassemblée au sein du Forum commun "à mettre un terme à la crise en levant les sit-in, en arrêtant de couper les routes (...) et en mettant fin à la rébellion dans certaines unités militaires".
"Nous sommes prêts à discuter d'un transfert pacifique du pouvoir dans un cadre constitutionnel", a répété le président, qui a déjà proposé de rendre le pouvoir à la fin 2011 après des élections générales.
Mais il n'a pas répondu à une offre de règlement faite la veille par l'opposition. Selon ce plan, M. Saleh devrait démissionner au profit du vice-président Abed Rabbo Mansour Hadi, qui appartient au parti du président, le Congrès populaire général (CPG). M Hadi deviendrait alors "président intérimaire".
L'offre de l'opposition prévoit la réorganisation immédiate de l'appareil sécuritaire, épine dorsale du régime. Il comprend la Sécurité nationale, la sécurité d'Etat et la Garde présidentielle, contrôlées par des proches de M. Saleh, qui passeraient sous l'autorité des ministères de l'Intérieur et de la Défense.
L'opposition demande en outre la constitution d'un conseil militaire provisoire "d'officiers connus pour leur compétence et leur intégrité, et qui sont respectés dans l'armée".
Elle réclame la formation d'un gouvernement provisoire d'union mené par l'opposition et comprenant "tous les partis politiques, des jeunes et des hommes d'affaires".
Elle souhaite également la mise sur pied d'une commission électorale chargée d'organiser un référendum sur des réformes constitutionnelles, ainsi que des élections législatives et présidentielle.
Plus de deux mois de manifestations dans ce pays pauvre de la péninsule arabique ont fait au moins 95 morts, selon Amnesty International.
Ces troubles inquiètent les Etats-Unis, qui craignent la résurgence des émules d'Oussama ben Laden au Yémen, ainsi que l'Arabie Saoudite, le géant pétrolier que les extrémistes d'Al-Qaïda ont notamment pris pour cible.

Copyright © 2011 AFP
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Jeu 07 Avr 2011, 16:50

La Syrie naturalise 300 000 Kurdes


Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 07/04/2011 à 16:04




Le président el-Assad met ainsi
fin à 50 ans de contentieux entre l'Etat et sa minorité kurde. Mais il
repousse encore la levée de l'état d'urgence.








Une main tendue à l'opposition? Damas a annoncé ce jeudi la naturalisation de quelque 300 000 de Kurdes tandis que le texte del'abolition de la loi d'urgence est prêt à être examiné.
"Le président Bachar el-Assad a promulgué un décret octroyant à
des personnes enregistrées comme étrangères dans le gouvernorat de
Hassaké la citoyenneté arabe syrienne", affirme un communiqué officiel.
C'est la fin d'un demi-siècle de discorde. En 1962, 20% des
Kurdes de Syrie avaient été privés de leur citoyenneté à la suite de ce
recensement controversé et la question empoisonnait depuis la vie des
personnes concernées et les rapports entre les autorités syriennes et la
communauté kurde.
"Il s'agit d'une mesure positive", a réagi Radif Moustapha,
président du comité kurde pour les droits de l'Homme. "Mais les Kurdes
continueront à revendiquer leurs droits civiques, politiques culturels
et sociaux", a-t-il affirmé.

Vers une levée de l'état d'urgence... en maiDans
le même temps, "les juristes ont achevé de rédiger une nouvelle loi sur
la sécurité remplaçant la loi d'urgence, et ont transmis jeudi leur
texte au commandement régional du Baas", le parti au pouvoir depuis
1963, a affirmé un responsable proche du régime qui ne veut pas être
identifié.
"Selon moi, le chef de l'Etat en prendra connaissance ce
week-end et lancera ensuite une consultation auprès de différents
représentants de la société civile", a-t-il ajouté. La nouvelle loi
devrait être adoptée début mai par le Parlement.
L'abolition de cette loi adoptée en 1962 et qui réduit
sensiblement les libertés publiques, est une des principales
revendications des manifestants qui par continuent d'appeler au
rassemblement. Sur Facebook s'organise un "vendredi de la résistance
pour manifester en dépit de nos blessures" et à "des sit-in pacifiques
jusqu'à la liberté".

Des médias d'ores et déjà plus libresSigne du changement depuis le début de la contestation mi-mars, les médias officiels ont changé de ton.
Le quotidien al-Baas a ainsi publié une tribune sur la loi
d'urgence de Haytham Maleh, farouche défenseur des droits de l'Homme et
opposant de longue date, libéré de prison il y juste un mois.
Autre nouveauté, la télévision syrienne donne depuis plusieurs
jours la parole à des citoyens de différentes régions qui expriment
leurs revendications, en majorité à caractère social.
Les mesures répressives n'ont pas cessé pour autant. Deux
opposants, Rarghida Hassan et Ammar Cheikh Haïdar, ont été condamnés à
deux ans de prison par un tribunal militaire de Homs, et trois autres
jugés par contumace ont écopé de trois ans, pour avoir "propagé des
informations mensongères susceptibles de nuire au moral de la nation", a
affirmé Me Khalil Mattouk, président du Centre syrien de défense des
prisonniers d'opinion.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 08 Avr 2011, 15:26


Syrie: trois manifestants tués par des tirs à Deraa



NICOSIE - Trois manifestants ont été tués vendredi par des tirs des
forces de sécurité à Deraa, dans le sud de la Syrie, épicentre de la
contestation contre le régime, a déclaré à l'AFP un militant des droits
de l'Homme.Joint par téléphone depuis Nicosie, ce militant a
indiqué que des membres des forces de sécurité habillés en civil avaient
ouvert le feu pour disperser des manifestants dans cette ville située à
120 km au sud de Damas.Trois manifestants ont été tués par ces tirs, selon ce militant qui a requis l'anonymat.La
télévision officielle syrienne a affirmé pour sa part que "des
saboteurs et des comploteurs" avaient ouvert le feu sur les habitants et
les forces de sécurité.Elle a montré des images de Deraa sur
lesquelles on voit des personnes cagoulées derrière une rangée d'arbres
alors qu'on entend le bruit d'armes automatiques.La Syrie est le théâtre depuis la mi-mars d'un mouvement de contestation sans précédent du régime de Bachar al-Assad.Plus
d'une centaine de personnes ont été tuées dans la répression des
manifestations et des dizaines d'autres ont été arrêtées à travers le
pays, selon des organisations de défense des droits de l'Homme.(©AFP / 08 avril 2011 15h15)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Jeu 14 Avr 2011, 22:01


Les USA accusent l'Iran d'aider à réprimer les manifestations en Syrie



WASHINGTON - La diplomatie américaine a accusé jeudi l'Iran d'aider le
régime syrien à réprimer les manifestations en Syrie, jugeant crédibles
les informations en ce sens rapportées par le Wall Street Journal."Nous
pensons qu'il y a des informations crédibles sur le fait que l'Iran
aide la Syrie à réprimer les manifestants" et "c'est vraiment
inquiétant", a déclaré Mark Toner, le porte-parole du département
d'Etat."Si la Syrie se tourne vers l'Iran pour demander de l'aide, elle ne peut pas parler sérieusement de réformes", a-t-il ajouté.Le
Wall Street Journal, citant des responsables américains, rapportait
jeudi que l'Iran a commencé à livrer de l'équipement anti-émeutes, et
que d'autres livraisons doivent intervenir.La Maison Blanche a
condamné mardi la répression "révoltante" des manifestations en Syrie et
réitéré son appel au président Bachar al-Assad pour qu'il respecte "les
droits universels des Syriens".Les troubles en Syrie surviennent
alors que l'Amérique, après des années de brouille avec Damas, a choisi
de nommer à nouveau un ambassadeur dans ce pays, faisant le pari du
dialogue avec un régime dont la proximité avec l'Iran inquiète
particulièrement Washington.(©AFP / 14 avril 2011 21h05)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Jeu 14 Avr 2011, 22:01


La Syrie dément que l'Iran l'aide dans la répression des manifestations



DAMAS - La Syrie dément que l'Iran l'aide dans la répression des
manifestations qui ont débuté il y a près d'un mois dans le pays, comme
l'en ont accusé les Etats-Unis, a indiqué jeudi à l'AFP un responsable
du ministère des Affaires étrangères."Les déclarations du
porte-parole du département d'Etat sont sans fondement", a déclaré à
l'AFP ce responsable sous couvert de l'anonymat."Si le département d'Etat a des preuves, qu'il les donne", a-t-il ajouté.La
diplomatie américaine a accusé jeudi l'Iran d'aider le régime syrien à
réprimer les manifestations en Syrie, jugeant crédibles les informations
en ce sens rapportées par le Wall Street Journal."Nous pensons
qu'il y a des informations crédibles sur le fait que l'Iran aide la
Syrie à réprimer les manifestants" et "c'est vraiment inquiétant", a
déclaré Mark Toner, le porte-parole du département d'Etat."Si la Syrie se tourne vers l'Iran pour demander de l'aide, elle ne peut pas parler sérieusement de réformes", a-t-il ajouté.Le
Wall Street Journal, citant des responsables américains, rapportait
jeudi que l'Iran a commencé à livrer de l'équipement anti-émeutes, et
que d'autres livraisons doivent intervenir.La Maison Blanche a
condamné mardi la répression "révoltante" des manifestations en Syrie et
réitéré son appel au président Bachar al-Assad pour qu'il respecte "les
droits universels des Syriens".(©AFP / 14 avril 2011 21h32)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 15 Avr 2011, 11:31

Philippe Fabry a écrit:

Les USA accusent l'Iran d'aider à réprimer les manifestations en Syrie

tu m'etonne ... ils n'attendent que ca .. une excuse pour rentre en Iran ...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 15 Avr 2011, 17:24

Syrie: des dizaines de milliers de manifestants pour la liberté



Des dizaines de milliers de Syriens ont manifesté
vendredi contre le régime à travers tout le pays. Ils sont descendus
dans la rue malgré la libération de manifestants arrêtés depuis le début
de la contestation et la formation d'un nouveau gouvernement jeudi.

Ce cabinet a pour tâche de mener un programme de réformes comprenant
notamment la levée de la loi d'urgence, en vigueur depuis 1963, la
libéralisation de la presse et l'instauration du pluralisme politique,
autant de mesures réclamées par les manifestants.

Les titulaires des principaux ministères, notamment ceux de la
Défense, des Affaires étrangères et du Pétrole restent cependant
inchangés.

Libérations

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a annoncé la libération
jeudi et vendredi de "centaines" de personnes "arrêtées" lors de
manifestations dans plusieurs villes du pays.

Jeudi soir, la télévision d'Etat avait indiqué que le président
Bachar al-Assad avait décidé de libérer les personnes arrêtées, à
l'exception de ceux qui ont commis des "actes criminels".

L'organisation Human Rights Watch a accusé les services de sécurité
syriens d'avoir torturé de nombreux manifestants parmi les centaines
arrêtés. Selon Amnesty International, au moins 200 personnes ont été
tuées, la plupart par les forces de sécurité ou par des policiers en
civil.


(ats
/ 15 avril
2011 17:06)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Ven 15 Avr 2011, 17:27

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 09:07

Ces révolutions sont vraiment spontanées ou en partie manipulées?


Syrie: l'opposition financée par les USA ?


Des câbles diplomatiques américains diffusés par le site WikiLeaks montrent que le département d'Etat a secrètement financé des groupes d'opposition syriens, rapporte lundi le Washington Post. Selon ces notes, Washington a fourni jusqu'à six millions de dollars depuis 2006 à un groupe d'exilés syriens pour qu'il gère une chaîne de télévision privée par satellite basée à Londres, Barada TV, et finance des activités à l'intérieur de la Syrie. Barada TV a commencé à émettre en avril 2009 mais a renforcé ses activités depuis le début du mouvement de contestation contre le régime du président Bachar al Assad il y a un mois. Les Américains ont commencé leurs versements à l'opposition syrienne sous la présidence de George W. Bush, après le gel des relations politiques entre Washington et Damas en 2005. Ils se sont poursuivis sous la présidence de Barack Obama, même si les Etats-Unis ont cherché dans le même temps à rebâtir des relations avec Assad. En janvier, la Maison blanche a nommé un ambassadeur à Damas pour la première fois depuis six ans. Si l'on ignore si les Etats-Unis continuent aujourd'hui de financer des groupes d'opposition syriens, les câbles indiquent que l'argent a été versé au moins jusqu'en septembre 2010.

http://lci.tf1.fr/filnews/monde/syrie-l-opposition-financee-par-les-usa-6398185.html
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 11:19

Alexis232 a écrit:
Ces révolutions sont vraiment spontanées ou en partie manipulées?


Syrie: l'opposition financée par les USA ?


Comment faire un raccourci.

Financement ne signifie pas manipulation, mais soutien.

Les USA ne créent pas l'opposition, ils l'aident. Elle est apparue seule.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 13:53

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Ces révolutions sont vraiment spontanées ou en partie manipulées?


Syrie: l'opposition financée par les USA ?


Comment faire un raccourci.

Financement ne signifie pas manipulation, mais soutien.

Les USA ne créent pas l'opposition, ils l'aident. Elle est apparue seule.

Trouverez vous normal si Washington se mettait à financer , l'UMP ,le PS ,le FN ou le MODEM ?

Oubliez vous que tout financement est un investissement et que par conséquent on attend quelque chose en retour
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 14:25

fredsinam a écrit:


Trouverez vous normal si Washington se mettait à financer , l'UMP ,le PS ,le FN ou le MODEM ?

Oubliez vous que tout financement est un investissement et que par conséquent on attend quelque chose en retour

Je trouve normal que les Démocraties déstabilisent les tyrans qui tuent leur propres peuples où attaquent les autres peuples.

Les tyrannies, d'ailleurs, font tout pour déstabiliser les Démocratie.

Il y a une lutte entre ceux qui haïssent la liberté des peuples et ceux qui la défendent. Mais le bien se trouve évidemment du côté des Démocraties, comme le prouvent les gens qui, votant avec leurs pieds, ne rêvent jamais de vivre en tyrannie (sauf vous peut-être ? Mr.Red )

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 14:45

Arnaud Dumouch a écrit:
fredsinam a écrit:


Trouverez vous normal si Washington se mettait à financer , l'UMP ,le PS ,le FN ou le MODEM ?

Oubliez vous que tout financement est un investissement et que par conséquent on attend quelque chose en retour

Je trouve normal que les Démocraties déstabilisent les tyrans qui tuent leur propres peuples où attaquent les autres peuples.

Les tyrannies, d'ailleurs, font tout pour déstabiliser les Démocratie.

Il y a une lutte entre ceux qui haïssent la liberté des peuples et ceux qui la défendent. Mais le bien se trouve évidemment du côté des Démocraties, comme le prouvent les gens qui, votant avec leurs pieds, ne rêvent jamais de vivre en tyrannie (sauf vous peut-être ? Mr.Red )


Cher Arnaud,avec votre "philosophie" d'ingérence systématique (quasi intégriste) vous allez devoir soutenir une opération militaire de l'OTAN en Israël...si vous n'y êtes pas favorable c'est que nous touchons aux limites de votre cohérence.


EX COMBATTANTS DE TSAHAL, ILS REFUSENT MAINTENANT DE SE TAIRE ET PARLENT




Micha, Dana, Noam, et Mikhael ont combattu pour Tsahal. C’est la première fois que des officiers israéliens manifestent à visage découvert leur contestation à propos des exactions infligées dans la bande de Gaza, entre 2000 et 2009.

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Ex-combattants-de-Tsahal-ils-refusent-maintenant-de-se-taire-et-parlent-232874/



Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:28

Micha, Dana, Noam, et Mikhael peuvent parlé, publier dans la Presse, être contredits par leur camarades.

En Libye, vous n'auriez même pas retrouvé leurs cadavres. Voilà la différence entre Démocratie et tyrannie.

Comme vous êtes un enfant gâté, vivant en Démocratie et ne le voyant pas, je suggère qu'on vous paye un petit stage en Iran ! Vous reviendrez lucide et humble.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:34

fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Ces révolutions sont vraiment spontanées ou en partie manipulées?


Syrie: l'opposition financée par les USA ?


Comment faire un raccourci.

Financement ne signifie pas manipulation, mais soutien.

Les USA ne créent pas l'opposition, ils l'aident. Elle est apparue seule.

Trouverez vous normal si Washington se mettait à financer , l'UMP ,le PS ,le FN ou le MODEM ?

Oubliez vous que tout financement est un investissement et que par conséquent on attend quelque chose en retour

Encore une remarque idiote. Je ne les compte plus depuis belle lurette.

Les USA financent des opposants à des régimes dictatoriaux, donc par nature illégitime selon le paradigme des démocraties. Ils n'essaient pas d'acheter un peuple. Ils savent simplement que la démocratie libérale est un gage de prospérité et de paix, et que toutes les démocraties du monde entretiennent de bonnes relations avec les USA, et plus largement entre elles.

Par conséquent, financer l'émergence de la démocratie, c'est financer la stabilité et la prospérité mondiale. Les USA sont toujours gagnants dans l'établissement d'une démocratie, même si elle n'a rien à leur offrir, parce qu'elle les libère d'un souci et favorise l'ordre mondial sans avoir à mener de guerre ou d'opérations de police prolongée.

Il est financièrement beaucoup plus intéressant de subventionner les démocrates que de payer des mois d'opérations aéronavales.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:35

Arnaud Dumouch a écrit:
Micha, Dana, Noam, et Mikhael peuvent parlé, publier dans la Presse, être contredits par leur camarades.

En Libye, vous n'auriez même pas retrouvé leurs cadavres. Voilà la différence entre Démocratie et tyrannie.

Comme vous êtes un enfant gâté, vivant en Démocratie et ne le voyant pas, je suggère qu'on vous paye un petit stage en Iran ! Vous reviendrez lucide et humble.

Ok
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:35

Arnaud Dumouch a écrit:
Micha, Dana, Noam, et Mikhael peuvent parlé, publier dans la Presse, être contredits par leur camarades.

En Libye, vous n'auriez même pas retrouvé leurs cadavres. Voilà la différence entre Démocratie et tyrannie.

Comme vous êtes un enfant gâté, vivant en Démocratie et ne le voyant pas, je suggère qu'on vous paye un petit stage en Iran ! Vous reviendrez lucide et humble.

Bien sûr que non. Il sera reçu dans les mêmes conditions que Dieudonné, comme étaient reçus les invités dans les pays soviétiques : dans des villages potemkine.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:44

Mr.Red C'est vrai !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 15:47

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est vrai !

Bien sûr que c'est vrai ! Les tyrans ne sont pas fous. Tout le monde était ravi des jeux de Berlin en 1936. Hitler avait fait sagement ôter les panneaux antisémites des rues. Il n'y avait que des petits aryens qui portaient joyeusement leurs bouquets de fleurs au Fürher.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 16:49

Actuelement on assiste exactement a la meme chose que dans les année 30 ..
extreme droit et les nationalistes europpens remportent chaque année de plus en lpus de succes ...
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:01

Philippe Fabry a écrit:
fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Ces révolutions sont vraiment spontanées ou en partie manipulées?


Syrie: l'opposition financée par les USA ?


Comment faire un raccourci.

Financement ne signifie pas manipulation, mais soutien.

Les USA ne créent pas l'opposition, ils l'aident. Elle est apparue seule.

Trouverez vous normal si Washington se mettait à financer , l'UMP ,le PS ,le FN ou le MODEM ?

Oubliez vous que tout financement est un investissement et que par conséquent on attend quelque chose en retour

Encore une remarque idiote. Je ne les compte plus depuis belle lurette.

Les USA financent des opposants à des régimes dictatoriaux, donc par nature illégitime selon le paradigme des démocraties. Ils n'essaient pas d'acheter un peuple. Ils savent simplement que la démocratie libérale est un gage de prospérité et de paix, et que toutes les démocraties du monde entretiennent de bonnes relations avec les USA, et plus largement entre elles.

Par conséquent, financer l'émergence de la démocratie, c'est financer la stabilité et la prospérité mondiale. Les USA sont toujours gagnants dans l'établissement d'une démocratie, même si elle n'a rien à leur offrir, parce qu'elle les libère d'un souci et favorise l'ordre mondial sans avoir à mener de guerre ou d'opérations de police prolongée.

Il est financièrement beaucoup plus intéressant de subventionner les démocrates que de payer des mois d'opérations aéronavales.

Le premier partenaire économique de l'Arabie saoudite , du Koweït , du Quatar , ....de la Chine ce sont les US , alors pourquoi à ton avis ils ne commencent par leurs partenaires ?


Dernière édition par fredsinam le Lun 18 Avr 2011, 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:12

Arnaud Dumouch a écrit:


Je trouve normal que les Démocraties déstabilisent les tyrans qui tuent leur propres peuples où attaquent les autres peuples.

Les tyrannies, d'ailleurs, font tout pour déstabiliser les Démocratie.

Il y a une lutte entre ceux qui haïssent la liberté des peuples et ceux qui la défendent. Mais le bien se trouve évidemment du côté des Démocraties, comme le prouvent les gens qui, votant avec leurs pieds, ne rêvent jamais de vivre en tyrannie (sauf vous peut-être ? Mr.Red )

C'est de la naïveté de croire que la déstabilisation de la Syrie par les US est une lutte des démocrates contre les non démocrates . Quant au fait que les US essayent de déstabiliser la Syrie ,ça ne m’étonne pas et je ne crois pas que ça étonne quelqu'un vu les rapports que la Syrie entretienne avec le 51e état des Etats Unis : Israël. Que les Us essayent de déstabiliser un pays qu'ils n’entretiennent pas des rapports amicaux avec eux à cause d'Israel ou d'autre raison ce n'est pas nouveau et ça ne choque personne après tout il y a quelques années ils ont attaqué l'Irak et actuellement font tout pour déstabiliser l'Iran mais sans succès .

Et Ceux qui vont encore en baver ce sont les chrétiens , qui entretiennent des rapport excellent avec les autorités syriens ...mais ça les américains ils s'en foutent .
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:18

fredsinam a écrit:


Le premier partenaire économique de l'Arabie saoudite , du Koweït , du Quatar , ....de la Chine ce sont les US , alors pourquoi à ton avis ils ne commencent par leurs partenaires ?

Quand c'est possible, ils poussent dans le sens des droits de l'homme.
Mais quand votre but est d'entretenir les meilleures relations possibles tout en défendant les droits de l'homme, c'est un exercice d'équilibre délicat.

Il semble que vous oubliez souvent - comme la plupart des gens - que toute relation ou tout ensemble de relations est comme une fonction mathématique : elle a une valeur optimale, autour de laquelle le bon gouvernant essaie de la maintenir.

Tout le reste, c'est du blabla.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:19

fredsinam a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Je trouve normal que les Démocraties déstabilisent les tyrans qui tuent leur propres peuples où attaquent les autres peuples.

Les tyrannies, d'ailleurs, font tout pour déstabiliser les Démocratie.

Il y a une lutte entre ceux qui haïssent la liberté des peuples et ceux qui la défendent. Mais le bien se trouve évidemment du côté des Démocraties, comme le prouvent les gens qui, votant avec leurs pieds, ne rêvent jamais de vivre en tyrannie (sauf vous peut-être ? )

C'est de la naïveté de croire que la déstabilisation de la Syrie par les US est une lutte des démocrates contre les non démocrates . Quant au fait que les US essayent de déstabiliser la Syrie ,ça ne m’étonne pas et je ne crois pas que ça étonne quelqu'un vu les rapports que la Syrie entretienne avec le 51e état des Etats Unis : Israël. Que les Us essayent de déstabiliser un pays qu'ils n’entretiennent pas des rapports amicaux avec eux à cause d'Israel ou d'autre raison ce n'est pas nouveau et ça ne choque personne après tout il y a quelques années ils ont attaqué l'Irak et actuellement font tout pour déstabiliser l'Iran mais sans succès .

La frontière avec la Syrie est la plus stable d'Israël.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:44

Philippe Fabry a écrit:
fredsinam a écrit:


Le premier partenaire économique de l'Arabie saoudite , du Koweït , du Quatar , ....de la Chine ce sont les US , alors pourquoi à ton avis ils ne commencent par leurs partenaires ?

Quand c'est possible, ils poussent dans le sens des droits de l'homme.
Mais quand votre but est d'entretenir les meilleures relations possibles tout en défendant les droits de l'homme, c'est un exercice d'équilibre délicat.

Il semble que vous oubliez souvent - comme la plupart des gens - que toute relation ou tout ensemble de relations est comme une fonction mathématique : elle a une valeur optimale, autour de laquelle le bon gouvernant essaie de la maintenir.

Tout le reste, c'est du blabla.

Moi j'ai une autre théorie , les américains se comportent comme tous les empires , depuis la nuit de temps çàd tout territoire qui ne leur pas soumis est une territoire à conquérir .Je suis par exemple sûr qu'à ce moment les stratèges de Washington étudient tous les stratégies possible et inimaginable pour faire tomber Chavez ,pour déstabiliser la Chine , pour maintenir l'UE dans leur main (comme ils ont réussi à faire intégrer la France dans l'OTAN) ... Ainsi c'est toujours comporté tout empire depuis la nuit des temps . Pour eux la démocratie , les droits de l'homme , les libertés religieuses ...ne sont que des armés possible pour atteindre ces pays qu'ils convoitent et rien d'autres . Si par exemple ils ne pratiquaient pas la peine de mort ils s'en prendraient à tous les pays qui la pratiquent .
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:46

Philippe Fabry a écrit:
La frontière avec la Syrie est la plus stable d'Israël.
En effet mais en même temps ils financent le Hezbollah et le Hamas et entretiennent des rapport excellent avec l'IRAN , le Venezuela , la Chine et la Russie
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 17:54

fredsinam a écrit:
Pour eux la démocratie , les droits de l'homme , les libertés religieuses ...ne sont que des armés possible pour atteindre ces pays qu'ils convoitent et rien d'autres . Si par exemple ils ne pratiquaient pas la peine de mort ils s'en prendraient à tous les pays qui la pratiquent .

Non, ça c'est une vision marxiste de l'Histoire, une lecture selon laquelle il n'y a que des intérêts matériels et des habillages idéologiques.
C'est par ce genre de lecture que l'on réduit les Croisades à une razzia sur l'Orient pour le piller, etc...

Les Etats sont guidés à la fois par les intérêts matériels et les motifs idéologiques.

Les USA veulent de bonne foi exporter leur modèle, qu'ils pensent meilleur pour l'humanité, en même temps qu'ils ont intérêt à exporter leur modèle.
Mais pour espérer réussir, ils doivent être forts. A cette fin, ils sont prêts à traiter avec des ennemis de la démocratie (ex : régimes du Golfe) pour préserver le marché stratégique du pétrole. Cela ne signifie pas qu'ils renoncent au but d'instaurer la démocratie, mais ils l'ajournent à cause de préoccupations plus urgentes : maintenir la force du centre, l'Amérique, afin qu'elle puisse développer la démocratie ailleurs et la maintenir chez elle.

De la même façon, il est admis dans l'Islam que, quand on n'est pas assez fort pour étendre l'Islam par le djihad, on peut faire la paix avec les infidèles. Cela ne signifie pas l'apostasie, mais simplement l'attente de circonstances favorables.

Et vous retrouverez ce schéma partout.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 18:08

Philippe Fabry a écrit:

Non, ça c'est une vision marxiste de l'Histoire, une lecture selon laquelle il n'y a que des intérêts matériels et des habillages idéologiques.
C'est par ce genre de lecture que l'on réduit les Croisades à une razzia sur l'Orient pour le piller, etc...

Les Etats sont guidés à la fois par les intérêts matériels et les motifs idéologiques.

Les USA veulent de bonne foi exporter leur modèle, qu'ils pensent meilleur pour l'humanité, en même temps qu'ils ont intérêt à exporter leur modèle.
Mais pour espérer réussir, ils doivent être forts. A cette fin, ils sont prêts à traiter avec des ennemis de la démocratie (ex : régimes du Golfe) pour préserver le marché stratégique du pétrole. Cela ne signifie pas qu'ils renoncent au but d'instaurer la démocratie, mais ils l'ajournent à cause de préoccupations plus urgentes : maintenir la force du centre, l'Amérique, afin qu'elle puisse développer la démocratie ailleurs et la maintenir chez elle.
Les motifs idéologique sont utilisé à partir du moment qu'ils peuvent servir les intérêts matériels autrement dit ce qui est recherché en premier ce sont les intérêts matériels et non idéologique
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 18:13

fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Non, ça c'est une vision marxiste de l'Histoire, une lecture selon laquelle il n'y a que des intérêts matériels et des habillages idéologiques.
C'est par ce genre de lecture que l'on réduit les Croisades à une razzia sur l'Orient pour le piller, etc...

Les Etats sont guidés à la fois par les intérêts matériels et les motifs idéologiques.

Les USA veulent de bonne foi exporter leur modèle, qu'ils pensent meilleur pour l'humanité, en même temps qu'ils ont intérêt à exporter leur modèle.
Mais pour espérer réussir, ils doivent être forts. A cette fin, ils sont prêts à traiter avec des ennemis de la démocratie (ex : régimes du Golfe) pour préserver le marché stratégique du pétrole. Cela ne signifie pas qu'ils renoncent au but d'instaurer la démocratie, mais ils l'ajournent à cause de préoccupations plus urgentes : maintenir la force du centre, l'Amérique, afin qu'elle puisse développer la démocratie ailleurs et la maintenir chez elle.
Les motifs idéologique sont utilisé à partir du moment qu'ils peuvent servir les intérêts matériels autrement dit ce qui est recherché en premier ce sont les intérêts matériels et non idéologique

C'est simpliste, donc idiot.

Les préoccupations idéologiques dictent aussi les intérêts matériels. Il y a interférence.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 18:32

Philippe Fabry a écrit:
fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Non, ça c'est une vision marxiste de l'Histoire, une lecture selon laquelle il n'y a que des intérêts matériels et des habillages idéologiques.
C'est par ce genre de lecture que l'on réduit les Croisades à une razzia sur l'Orient pour le piller, etc...

Les Etats sont guidés à la fois par les intérêts matériels et les motifs idéologiques.

Les USA veulent de bonne foi exporter leur modèle, qu'ils pensent meilleur pour l'humanité, en même temps qu'ils ont intérêt à exporter leur modèle.
Mais pour espérer réussir, ils doivent être forts. A cette fin, ils sont prêts à traiter avec des ennemis de la démocratie (ex : régimes du Golfe) pour préserver le marché stratégique du pétrole. Cela ne signifie pas qu'ils renoncent au but d'instaurer la démocratie, mais ils l'ajournent à cause de préoccupations plus urgentes : maintenir la force du centre, l'Amérique, afin qu'elle puisse développer la démocratie ailleurs et la maintenir chez elle.
Les motifs idéologique sont utilisé à partir du moment qu'ils peuvent servir les intérêts matériels autrement dit ce qui est recherché en premier ce sont les intérêts matériels et non idéologique

C'est simpliste, donc idiot.

Les préoccupations idéologiques dictent aussi les intérêts matériels. Il y a interférence.

Ecoute moi je vous ai donné des exemple je n'invente rien :Arabie saoudite , Koweït , Qatar .... Qui a mis au pouvoir les talibans ? Moubarak a toujours trafiqué les élections mais ça n'a jamais posé problèmes aux américains , ....Je peux multiplier des exemples du même genre pour te montre que les motifs idéologique interviennent à partir du moment qu'ils peuvent servir des intérêts matériels .

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.   Lun 18 Avr 2011, 19:10

fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
fredsinam a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Non, ça c'est une vision marxiste de l'Histoire, une lecture selon laquelle il n'y a que des intérêts matériels et des habillages idéologiques.
C'est par ce genre de lecture que l'on réduit les Croisades à une razzia sur l'Orient pour le piller, etc...

Les Etats sont guidés à la fois par les intérêts matériels et les motifs idéologiques.

Les USA veulent de bonne foi exporter leur modèle, qu'ils pensent meilleur pour l'humanité, en même temps qu'ils ont intérêt à exporter leur modèle.
Mais pour espérer réussir, ils doivent être forts. A cette fin, ils sont prêts à traiter avec des ennemis de la démocratie (ex : régimes du Golfe) pour préserver le marché stratégique du pétrole. Cela ne signifie pas qu'ils renoncent au but d'instaurer la démocratie, mais ils l'ajournent à cause de préoccupations plus urgentes : maintenir la force du centre, l'Amérique, afin qu'elle puisse développer la démocratie ailleurs et la maintenir chez elle.
Les motifs idéologique sont utilisé à partir du moment qu'ils peuvent servir les intérêts matériels autrement dit ce qui est recherché en premier ce sont les intérêts matériels et non idéologique

C'est simpliste, donc idiot.

Les préoccupations idéologiques dictent aussi les intérêts matériels. Il y a interférence.

Ecoute moi je vous ai donné des exemple je n'invente rien :Arabie saoudite , Koweït , Qatar ....

Déjà expliqué dans le message précédent.

Qui a mis au pouvoir les talibans ?

Les USA, mais à l'époque il s'agissait d'endiguer l'Empire soviétique qui, à l'échelle mondiale, était un danger autrement redoutable pour la démocratie.

Moubarak a toujours trafiqué les élections mais ça n'a jamais posé problèmes aux américains , ...

Il ne semblait pas y avoir d'alternative meilleure à l'époque. Mais dès qu'avec le printemps arabe les américains ont compris que la démocratie était possible, que la révolution n'était pas islamique, ils ont appelé à son départ.

.Je peux multiplier des exemples du même genre pour te montre que les motifs idéologique interviennent à partir du moment qu'ils peuvent servir des intérêts matériels .

Je peux à chaque fois te montrer que les deux sont liés, mais que les motifs idéologiques sont aussi directeurs que les motifs matériels, voire sont en même temps matériels.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Le Yémen, la Syrie et la reprise du printemps arabe.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Printemps Arabe:Une carmélite écrit....
» Pronoms de reprise
» reprise en anglais
» [Kot Astro] Reprise des activités d'observation !
» date de reprise des cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: