DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
mohameddddd



Messages : 260
Inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Lun 29 Aoû 2011, 04:52

Le nouveau gouverneur militaire de Tripoli est l’un des fondateurs d’un groupe terroriste islamiste

la seule action qu'il a entreprit est une tentative d'assassinat du bouffon kadafi, en suite il s'est fait dissoudre,
Une partie des membres a rejoint la GIA en Algérie, mais ils ont désavoué la GIA suite aux attentats aveugles et aux massacres des innocents (ce qui n’empêche nullement la manipulation du service secret algérien, eux aussi ont commit des meurtres qu'ils ont ensuite attribué aux islamistes)
Et une partie a rejoint Al-Qaïda en Afghanistan

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 30 Aoû 2011, 01:06


Anti-guerre : manif à Paris + pétition Intal

Alors que les bombardements ne cessent de ravager la capitale libyenne peuplée de presque 2 millions d'habitants, que des troupes spéciales camouflées en « rebelles » sont envoyés au sol, il est plus que nécessaire de montrer cette opposition à cette guerre.


Rassemblement le 3 septembre à 14h00 -

place de la République à Paris

http://www.michelcollon.info/Anti-guerre-manif-a-Paris-petition.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 30 Aoû 2011, 01:08

L’Algérie ferme ses frontière avec la Libye et offre refuge à la famille Khadafi, la mèche est allumée avec le CNT


L’Etat algérien vient de prendre la décision unilatérale de fermer ses frontières avec la Libye, a révélé El Watan sur son site internet. C’est l’alerte générale aux frontières Algéro-Libyenne. Un communiqué devait être adressé d’un moment à un autre aux différentes administrations intervenant sur les frontières telles que l’armée nationale populaire (ANP), la gendarmerie garde-frontières (GGF), la police des frontières et les douanes algériennes pour mettre en exécution cette décision, précise la même source.

Quelques heures auparavant, le ministère des Affaires étrangères algérien annonçait l’arrivée des membre de la famille de Kahdhafi (l’épouse de Mouammar El Gueddafi, Safia, sa fille Aicha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants) en Algérie, alors que Syrte, la ville natale du colonel déchu subie l’assaut des rebelles du Conseil national de transition (CNT) où Kadhafi se serait replié dans un bunker.

Depuis le début du conflit Libyen, les relations entre Alger et le CNT sont tendues pour ne pas dire inamicales. Les rebelles ont accusé plusieurs fois, sans apporter de preuve, l’Algérie de soutenir militairement Kadhafi. Des accusations démenties chaque fois par Alger.

Il y a quelques jours, le porte parole militaire des insurgés, a déclaré dans une conférence de presse à Benghazi, à propos des pays qui n’ont pas encore reconnu le CNT libyen comme représentant légitime des libyens, “qu’un jour viendra où ils (ces pays dont l’Algérie, ndrl) devront répondre de leur attitude vis-à-vis des révolutionnaires libyens”.

En décidant de fermer ses frontière avec la Libye et accueillir la famille de Kadhafi sur son sol, l’Algérie montre clairement son intention de ne pas reconnaître le CNT, voire pire, elle semble l’identifier désormais comme son ennemi.

Rédaction Algerie-Focus.com

http://www.algerie-focus.com/2011/08/29/lalgerie-ferme-ses-frontiere-avec-la-lybie/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 30 Aoû 2011, 15:36

Les pays qui ne reconnaissent pas (encore) le CNT

Deux membres du Conseils de sécurité ne reconnaissent pas le CNT: la Russie et la Chine. Mais le président Dimitri Medvedev annonce le 25 août que la Russie est prête à "étudier la question d'établir des relations avec le CNT "si les insurgés ont assez de force, d'esprit et de possibilités pour unir le pays sur un nouvelle base démocratique".
Autre voisin embarrassé par la tournure des événements, l'Algérie, qui frôle la crise diplomatique avec les rebelles libyens. Au nom de la neutralité, Alger refuse de "s'ingérer, de quelque manière que ce soit, dans les affaires intérieures" de la Libye, indiquent les autorités algériennes la semaine passée. Mais là aussi les lignes bougent : le président du CNT Mahmoud Djibril a rencontré le chef de la diplomatie algérienne Mourad Medelci en marge de la réunion de la Ligue arabe au Caire, annonce Alger le 29 août. Une manière d'apaiser les tensions, trois jours après l'attentat qui a coûté la vie à 18 Algériens, qu'Aqmi a justifié par le soutien de l'Algérie à Mouammar Kadhafi.

Le Mali, un des premiers bénéficiaires de la manne pétrolière libyenne, du temps de Kadhafi, ne reconnaît pas pour le moment, le CNT. La capitale malienne possède des rues, des avenues et des hôtels qui portent la griffe du guide libyen. Mais les choses évoluent aussi ces derniers jours. Le gouvernement malien exprime le 28 août sa "solidarité" au peuple libyen dans son "aspiration à la démocratie", au moement où un représentant du CNT est en mission au Mali pour prendre le contrôle des investissements libyens" dans ce pays.
La position de l'Iran, est paradoxale. Tout en dénonçant sans relâche l'intervention militaire de l'Otan en Libye, Téhéran exprime régulièrement sa solidarité avec le combat des insurgés libyens. Et le chef de la diplomatie iranienne salue, le 29 août "la victoire de la révolution du peuple musulman libyen". Pourtant, l'Iran n'a toujours pas annoncé sa reconnaissance formelle du CNT. Les relations entre Mouammar Kadhafi et le régime des mollahs sont depuis toujours exécrables. Téhéran accuse Tripoli de l'enlèvement et de la disparition en Libye, à la fin des années 1970, du charismatique chef religieux chiite libanais, Moussa Al-Sadr.

Ceux qui ne le reconnaissent pas

La Chine se contente de considérer le CNT comme un "interlocuteur important", depuis qu'elle a établi de premiers contacts avec ses dirigeants, en juin. Ce qui ne l'empêche pas d'exprimer, le 23 août, son souhait d'y poursuivre ses affaires, notamment dans le pétrole, où elle a investi des milliards de dollars.

L'Union africaine, qui a toujours affiché sa volonté de jouer un rôle dans le règlement de la crise libyenne, ne reconnaît pas le CNT. De même, l'Afrique du sud, poids lourd du continent, refuse toujours de reconnaître le Conseil de transition. Celui-ci ne représente pas encore le pouvoir "légitime" en Libye car les combats se poursuivent dans le pays, estime le 26 août le président sud-africain Jacob Zuma, s'exprimant au nom de l'Union Africaine.
Enfin sans surprise, le Venezuela, considéré comme un pays d'accueil possible pour Mouammar Kadhafi et sa famille, n'a eu de cesse de critiquer la
"guerre impériale", menée par l'Occident contre Mouammar Kadhafi.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/libye-ceux-qui-reconnaissent-le-cnt-et-les-autres_1025146.html
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 30 Aoû 2011, 15:56

Alexis232 a écrit:
Les pays qui ne reconnaissent pas (encore) le CNT

Deux membres du Conseils de sécurité ne reconnaissent pas le CNT: la Russie et la Chine. Mais le président Dimitri Medvedev annonce le 25 août que la Russie est prête à "étudier la question d'établir des relations avec le CNT "si les insurgés ont assez de force, d'esprit et de possibilités pour unir le pays sur un nouvelle base démocratique".
Autre voisin embarrassé par la tournure des événements, l'Algérie, qui frôle la crise diplomatique avec les rebelles libyens.

Tous des modèles de démocratie, notez.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 02 Sep 2011, 03:06

Hugo Chavez : "La tragédie libyenne ne fait que commencer"


Chavez : "La tragédie libyenne ne fait que... par librepenseur007
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Sam 03 Sep 2011, 16:24

Si vous me cherchez, je suis déjà dehors ...

Libye : une guerre pour le pétrole et pour l’Islam radical - Guy Millière


En 2003, quand la guerre pour renverser le régime de Saddam Hussein a commencé, la France entière était mobilisée contre une intervention « unilatérale ». La gauche et l’extrême gauche organisaient des manifestations et scandaient « pas de guerre pour le pétrole ». La presse française était très hostile à « Bush le boucher ». Chirac parlait d’ "ouverture de la boîte de Pandore". Villepin disait je ne sais quoi, avec l’arrogance qui le caractérise.

La France, à l’époque, était dans le « camp de la paix » (que j’ai appelé, à l’époque, le fan club de Saddam Hussein), et Chirac et Villepin avaient leurs raisons : les sociétés pétrolières françaises et le gouvernement français avaient des contrats très lucratifs avec Saddam Hussein. Et l’argent des accords pétrole contre nourriture et médicaments n’était pas perdu pour tout le monde. Les armes de destruction massive dont disposait Saddam Hussein ont disparu, les armes de corruption massive dont il a usé et abusé, elles, ont fait l’objet de rapports très documentés, dont le rapport Duelfer. La situation de la population irakienne ne comptait pas. Les liens avérés de Saddam Hussein avec divers mouvements islamo-terroristes ne comptaient pas non plus. D’ailleurs, on ne parlait pas de terroristes, mais d’ « insurgés ». Fin 2008, l’Irak était un pays stable, des milliers de djihadistes avaient été tués, des élections avaient eu lieu, une presse libre existait. Gagner la guerre avait pris trois semaines. Gagner la paix avait pris cinq années pendant lesquelles bien des civils innocents sont venus s’ajouter aux deux millions d’Irakiens dont on a retrouvé les corps dans les fosses communes du régime. Puis, Obama a été élu, et a commencé à défaire tout ce qui avait été fait par Bush.

En 2011, une guerre a été menée pour renverser le régime du colonel Kadhafi en Libye. Nul ne s’est mobilisé contre la guerre, parce qu’officiellement, ce n’était pas une guerre, mais une opération de « protection des civils ». Cela n’en a pas moins été une guerre, et la protection des civils a été un prétexte hypocrite. Nul n’a dénoncé une intervention unilatérale : c’est logique, quand la France participe, ce n’est plus une guerre unilatérale. Cela a juste été une guerre menée au nom d’une motion du Conseil de Sécurité de l’ONU et en violation complète de ce que disait cette motion du Conseil de Sécurité. Cela a été une guerre où au lieu d’une coalition de quarante neuf pays comme en Irak, l’intervention à a été menée au nom de l’Otan par trois pays essentiellement : la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Les Etats-Unis ont assumé quatre vingt pour cent des frappes, et c’est la première fois, note-t-on outre Atlantique, qu’un Président fait entrer le pays dans une guerre qui n’est pas une guerre, en tirant la légitimité de son intervention non pas du Congrès américain, qui n’a pas été consulté, mais de l’ONU et de la Ligue Arabe. Il a fallu attendre Obama pour voir l’armée américaine devenir force d’intervention au service de l’ONU et de la Ligue Arabe. C’est une guerre qui a duré non pas trois semaines, mais six mois, parce qu’elle a été menée sans troupes au sol. Et la guerre n’est même pas gagnée que la paix semble déjà en train d’être perdue.

Nul manifestant n’a scandé « pas de guerre pour le pétrole » : néanmoins, si la guerre en Irak n’a pas été une guerre pour le pétrole (aucune entreprise pétrolière américaine n’a de contrat pétrolier avec le gouvernement irakien), la guerre en Libye a, elle, bel et bien été une guerre pour le pétrole. Les « rebelles » libyens ont signé par avance des contrats qui sont censés accorder des avantages immenses à Total et à British Petroleum. La presse française n’a pas eu à être hostile au Président américain, qu’elle idolatre sans répit, et qui, tout en assurant l’essentiel des missions, a laissé le rôle de premier plan à Nicolas Sarkozy. Et la presse française ne va pas traiter Sarkozy de boucher. Nul ne parle de « boite de Pandore » : c’est juste une victoire pour l’islamisme et une démonstration de faiblesse (six mois pour venir à bout de la petite armée de Kadhafi !). L’arrogance est omniprésente dans les médias. La vérité et les faits passent aux oubliettes. La France est, cette fois, dans le camp de la guerre (mais ce n’est pas une guerre, je sais), et la France a ses raisons, qui ont tout à voir avec une matière noire et visqueuse qui se vend au baril. La guerre(qui n’est pas la guerre) a coûté cher, mais l’argent du pétrole ne sera pas perdu pour tout le monde. Kadhafi n’avait pas d’armes de destruction massive : il avait, par contre, des stocks d’armes importants, et ces stocks ont été pillés. Les armes ont trouvé le chemin du Sinaï, de Gaza, des endroits où al Qaida et Al Qaida au Maghreb islamique ont leurs bases. Mais, bien sûr, il ne faut pas le dire.

La population libyenne ne compte pas : il y a eu, au minimum cinquante mille morts et des destructions immenses. Les Africains noirs vivant en Libye comptent encore moins : ils sont massacrés et torturés par centaines.

Kadhafi était un dictateur, mais il coopérait avec les services de renseignement occidentaux et réprimait l’islamisme depuis les accords passés en 2003 avec l’administration Bush. C’est sans doute parce qu’il coopérait avec les services de renseignement occidentaux que la gauche et l’extrême gauche ne se sont pas mobilisées pour le défendre comme ils ont défendu Saddam Hussein. C’est aussi, sans doute, parce qu’il avait passé un accord de lutte anti-terroriste avec l’administration Bush qu’Obama ne pouvait que lui être hostile.

Nul n’a à se soucier des mouvements islamo-terroristes en Libye : ils sont en train d’être installés au pouvoir par la guerre (qui n’est pas la guerre). En septembre 2011, la Libye n’est plus un pays stable.

C’est bien pire qu’une guerre menée n’importe comment. C’est une guerre qui a été menée pour le pétrole, et pour l’islam radical. Les premiers à se réjouir de la chute de Kadhafi ont été les dirigeants d’al Qaida, du Hamas, du Hezbollah, de l’Iran islamiste, des Frères musulmans. C’est une guerre où on a parlé de « rebelles » avec enthousiasme : en laissant de côté le fait que tous les dirigeants des forces armées « rebelles » sont des djihadistes avérés qui disent aujourd’hui vouloir jouer le jeu de la démocratie. Comment ne pas les croire ? Le commandant des forces « rebelles » à Tripoli est Adbelhakim Belhadj, émir du Groupe Islamique de Combat Libyen, officiellement affilié à al Qaida. Le commandant des mêmes forces à Benghazi est Ismael as-Salabi, commandant du même Groupe Islamique de Combat Libyen. Au cœur du gouvernement provisoire se trouve un autre dirigeant du Groupe Islamique de Combat Libyen, Ali Salabi,

A la tête du gouvernement provisoire, un homme très bien sous tout rapports : Mustafa Abdul Jalil. Il a été ministre de la justice de Kadhafi jusqu’au début de 2011. Il est le juge qui a confirmé par deux fois la condamnation à mort les infirmière bulgares que Nicolas Sarkozy a fait libérer en 2007. Il n’a cessé d’être un serviteur zélé du régime. Kadhafi le soupçonnait de sympathies islamistes, semble-t-il. Dans la mafia, lorsqu’on trucide un homme qu’on vient d’embrasser, on dit, paraît-il, « c’est les affaires ». Quand un homme politique extirpe des griffes d’un juge férocement acharné à vouloir les détruire des infirmières innocentes (Mustafa Abdul Jalil a fait beaucoup de zèle et voulait même que la sentence soit exécutée, disent des documents cités par divers médias américains), puis traite ce même juge comme s’il était son ami de toujours, « c’est de la politique », murmure-t-on.

Je maintiens mon diagnostic en tout cas : au mieux , se mettra en place en Libye un régime islamique anti-occidental, anti-américain, anti-israélien, mais susceptible de vendre du pétrole à Total et BP. Au pire, la Libye prendra des allures de Somalie sur Méditerranée.

Je me demande pourquoi il y a encore des soldats français en Afghanistan : ils combattent des gens qui sont les amis de ceux que le gouvernement français est en train d’essayer d’installer au pouvoir en Libye.

Je ne me demande pas ce qu’Obama est allé faire dans cette galère, comme disait Molière : c’est un homme qui veut rendre la Méditerranée plus sûre pour les islamistes, et il obtient des résultats. C’est un homme qui n’a rien contre les talibans. C’est un homme qui a éliminé Oussama Ben Laden en un moment où Zawahiri, qui a remplacé Ben Laden après avoir été son bras droit, envisageait un changement de tactique : restaurer le califat non pas par des actes terroristes, mais en jouant le jeu de la démocratie. Y a-t-il des gens d’al Qaida qui jouent le jeu de la démocratie en Libye ? Oui ? Quelle étrange coïncidence.

Le gouvernement israélien s’inquiète de la présence à Gaza et dans le Sinaï de missiles anti-chars et de missiles anti-aériens venus de Libye ? Mais qui ne connaît la réponse ? Le gouvernement israélien a tort. Par définition.

Et je sais que je suis idiot. En Irak, il fallait laisser Saddam Hussein au pouvoir. Il massacrait sa population. Il avait des stocks d’armes chimiques et bactériologiques. Il soutenait l’islamo-terrorisme. Il vouait une haine viscérale à Israël et aux Etats-Unis. Un bon bougre de dictateur en somme.

En Libye, il fallait renverser Kadhafi. Il ne massacrait pas sa population (je sais qu’on dit le contraire dans les diverses Pravda françaises), il avait renoncé à tout programme d’armes de destruction massives depuis 2003. Il coopérait avec les services de renseignement occidentaux. Il ne tenait plus depuis longtemps des discours hostiles aux Etats-Unis et à Israël : au point que les gentils « rebelles » libyens n’ont cessé de le caricaturer en singe et en porc arborant une étoile de David, et de le traiter de Juif. Il avait cessé depuis longtemps de soutenir l’islamo-terrorisme et était détesté par le reste de la Ligue Arabe pour ces raisons mêmes. Il fallait vraiment le renverser, et vite.

Quel est le point commun entre Moubarak, Ben Ali, et Kadhafi ? Ils coopéraient avec l’Occident, et n’étaient pas, ou n’étaient plus, des ennemis farouches d’Israël et des Etats-Unis. Ils ont été balayés. Quel est le point commun entre Ahmadinejad et Bachar al Assad ? Ce sont des ennemis résolus d’Israël, des Etats-Unis et de l’Occident. Ils sont toujours en place.

Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Drzz.fr

http://www.drzz.info/article-libye-une-guerre-pour-le-petrole-et-pour-l-islam-radical-guy-milliere-83231492.html
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Sam 03 Sep 2011, 17:33

Millière a vraiment tendance à faire dans la théorie du complot inversée : ce ne sont pas les juifs qui conspirent contre tout le monde, c'est tout le monde qui conspire contre Israël.

Ses analyses, à mon avis, sont systématiquement plombées par son islamistophobie.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 06 Sep 2011, 12:38

Philippe Fabry a écrit:
Millière a vraiment tendance à faire dans la théorie du complot inversée : ce ne sont pas les juifs qui conspirent contre tout le monde, c'est tout le monde qui conspire contre Israël.

Ses analyses, à mon avis, sont systématiquement plombées par son islamistophobie.

Justement, il n'est pas islamophobe : il n'y a qu'à voir ce que les islamophobes pensent de ses analyses de l'islam. Sa femme est née musulmane. Ses analyses du monde musulman et de la question proche orientale (néo-conservatrices, pas identitaires ni nationalistes) sont plus proches de celles de D. Pipes que de Mme Delcambre, il sait distinguer islam arabe, turc, africain ou persan, islam mutazilite et islam orthodoxe, islam radical et islam modéré. Mais il n'est pas naïf au point de croire que l'islam modéré existe aujourd'hui et est en position de force alors que strictement rien ne l'indique.

Quand à Israël, n'étant pas un homme de gauche ni un donneur de leçons extérieur au monde juif, sa position est celle de la droite israëlienne (le Likoud), c'est à dire, rien de plus qu'un refus des positions suicidaires prônées en Europe. Et ça se comprend parfaitement : comptez honnêtement le nombre de vos amis musulmans qui ont une attitude de sympathie à l'égard des juifs et d'Israël, moi j'en connais un seul. C'est pas assez pour tenter un pari. Comme je suis aussi une personne de droite et un vrai ami d'Israël, je suis moi aussi sur ce sujet plus proche de la doctrine du Likoud (pour une dent, la machoire tout entière) que des leçons de morale de Sarkozy ou de Kouchner.

Quand à la conspiration, relisez le psaume 2. L'existence même d'Israël est en danger permanent, indépendamment de tous les paris qu'on peut faire sur la bonne volonté des uns ou des autres. C'est un fait. Personnellement je ne comprendrais jamais tous ces « amis » d'Israël qui, de l'extérieur, passent leur temps à donner des leçons à Israël (accusations de paranoïa, ripostes disproportionnées, manque de bonne volonté, etc). Si j'avais un seul conseil à donner aux juifs, ce serait justement de ne compter sur personne et de ne pas s'occuper des avis des autres, et surtout pas de celui des européens.

Comme dirait Podhoretz : « Parmi les "amis d'Israël", nous incarnerons le courant favorable à Israël. »
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 06 Sep 2011, 15:39

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Millière a vraiment tendance à faire dans la théorie du complot inversée : ce ne sont pas les juifs qui conspirent contre tout le monde, c'est tout le monde qui conspire contre Israël.

Ses analyses, à mon avis, sont systématiquement plombées par son islamistophobie.

Justement, il n'est pas islamophobe

Je n'ai pas dit qu'il est islamophobe, mais islamistophobe.

Et quitte à parler de pari, autant en regarder tous les caractères : il n'y a pas que l'avenir d'Israël qui est en jeu, mais celui de tous les peuples arabes. Je ne vois pas en quoi cela aurait été plus sage de laisser Khadafi massacrer des gens pour assurer la sécurité d'Israël. La sécurité d'Israël n'a aucune espèce de raison d'être un souci prioritaire pour la France, la Grande Bretagne ou l'Europe.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mer 07 Sep 2011, 17:01

Citation :
Je n'ai pas dit qu'il est islamophobe, mais islamistophobe.

Islamistophobe, ça ne me pose pas de problème : en fin de compte on peut prendre position pour ou contre mais grâce à lui ce genre d'analyse a au moins le mérite d'exister dans le monde francophone. Les faits relatés par Millière et un tel ton « pessimiste » sont beaucoup plus répandus dans les médias conservateurs outre-atlantique. En France, cela ne permet pas d'écrire dans les journaux subventionnés ni d'avoir accès aux grandes maisons d'édition, mais je préfère largement de telles positions ultra-polémiques et non politiquement correctes à celles d'un Guy Sorman qui déclare à la télé qu'il trouve que le système d'état providence à la française est une très bonne chose. ;)

Citation :
Et quitte à parler de pari, autant en regarder tous les caractères : il n'y a pas que l'avenir d'Israël qui est en jeu, mais celui de tous les peuples arabes. Je ne vois pas en quoi cela aurait été plus sage de laisser Khadafi massacrer des gens pour assurer la sécurité d'Israël. La sécurité d'Israël n'a aucune espèce de raison d'être un souci prioritaire pour la France, la Grande Bretagne ou l'Europe.

Bien sûr que si : déjà, si on sort 30 secondes de la logique de la réal-politique, il faut noter que l'Europe a une dette immense vis-à-vis du peuple juif. Ensuite, les problèmes doivent être traités de manière globale à l'heure actuelle : l'islamisme qui menace plus que jamais Israël est le même qui menace la Lybie, et c'est aussi la même évolution interne à l'islam qui déterminera l'évolution des pays arabes vers la démocratie libérale ou au contraire vers la désintégration du monde arabe, tout comme elle va déterminer l'intégration harmonieuse des communautés arabo-musulmanes en Europe ou son contraire. Plus prosaïquement, Israël est aujourd'hui le seul état de droit du PO, un des lideurs mondiaux dans le domaine des très hautes technologies (aucun pays arabe ne dispose d'industries de transformations), et maintenant, elle possède du gaz et du pétrole en abondance.

Franchement, s'enthousiasmer parce qu'on a retourné notre veste vis-à-vis de 3 ou 4 dictateurs c'est bien, mais j'attends de voir dans quelle mesure la France a vraiment rompu en profondeur avec la politique arabe obséquieuse et vénale qu'elle suit depuis plus de 40 ans ...
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 08 Sep 2011, 12:17

[quote][quote="Dromaeosaurus"]
Citation :




Citation :
Et quitte à parler de pari, autant en regarder tous les caractères : il n'y a pas que l'avenir d'Israël qui est en jeu, mais celui de tous les peuples arabes. Je ne vois pas en quoi cela aurait été plus sage de laisser Khadafi massacrer des gens pour assurer la sécurité d'Israël. La sécurité d'Israël n'a aucune espèce de raison d'être un souci prioritaire pour la France, la Grande Bretagne ou l'Europe.

Bien sûr que si : déjà, si on sort 30 secondes de la logique de la réal-politique, il faut noter que l'Europe a une dette immense vis-à-vis du peuple juif.
Ensuite, les problèmes doivent être traités de manière globale à l'heure actuelle : l'islamisme qui menace plus que jamais Israël est le même qui menace la Lybie, et c'est aussi la même évolution interne à l'islam qui déterminera l'évolution des pays arabes vers la démocratie libérale ou au contraire vers la désintégration du monde arabe, tout comme elle va déterminer l'intégration harmonieuse des communautés arabo-musulmanes en Europe ou son contraire. Plus prosaïquement, Israël est aujourd'hui le seul état de droit du PO, un des lideurs mondiaux dans le domaine des très hautes technologies (aucun pays arabe ne dispose d'industries de transformations), et maintenant, elle possède du gaz et du pétrole en abondance.

Voici quelques mois quelqu'un sur ce forum m'a fait remarquer que mes prises de position impliquaient la reconnaissance d'une sorte de dette envers Israel; je ne m'en rendais pas compte, mais c'est exact: l'Occident à une dette morale envers Israel; c'est bien la raison pour laquelle il ne peut l'abandonner, car cela signifierait aussi sa propre perte, déjà entamée par la perte de ses valeurs chrétiennes.


Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 08 Sep 2011, 12:21

Shabbat Israël! I love you

http://www.youtube.com/watch?v=BGW25IslCig&NR=1
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 08 Sep 2011, 15:53

[quote="Karl"][quote][quote="Dromaeosaurus"]
Citation :



Voici quelques mois quelqu'un sur ce forum m'a fait remarquer que mes prises de position impliquaient la reconnaissance d'une sorte de dette envers Israel; je ne m'en rendais pas compte, mais c'est exact: l'Occident à une dette morale envers Israel; c'est bien la raison pour laquelle il ne peut l'abandonner, car cela signifierait aussi sa propre perte, déjà entamée par la perte de ses valeurs chrétiennes.



quel dette morale ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 08 Sep 2011, 22:53

Yves Bonnet, ancien directeur de la Direction de la surveillance du territoire (DST), le contre-espionnage français


« Nous avons un certain nombre d’éléments précis, donc des contre-vérités, pour ne pas dire des mensonges, qui ont été énoncées en particulier par Al-Jazira. Par exemple l’assertion selon laquelle Kadhafi bombardait sa propre population. Nous avons constaté nous-mêmes à Tripoli que c’était totalement faux. Alors, accuser un dirigeant politique de bombarder sa propre population c’est une accusation extrêmement grave, surtout quand la justification de l’intervention internationale c’est la protection des populations civiles. »

La guerre en Libye est-elle un conflit entre le bien et le mal ? « Pas si simple », répondent deux anciens membres des services secrets français qui se sont rendus sur place, à Tripoli et à Benghazi. Donc, des deux côtés. Il s’agit d’Eric Dénécé, le directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, le CF2R, et d’Yves Bonnet, le président du Centre international de recherches et d’études sur le terrorisme, le Ciret.
Entre 1982 et 1985, Yves Bonnet a été aussi le directeur de la DST, le contre-espionnage français. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.



Écouter (03:57)


http://www.rfi.fr/emission/20110613-yves-bonnet-ancien-directeur-direction-surveillance-territoire-dst-le-contre-espio
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 08 Sep 2011, 23:39

Alexis232 a écrit:
Yves Bonnet, ancien directeur de la Direction de la surveillance du territoire (DST), le contre-espionnage français


« Nous avons un certain nombre d’éléments précis, donc des contre-vérités, pour ne pas dire des mensonges, qui ont été énoncées en particulier par Al-Jazira. Par exemple l’assertion selon laquelle Kadhafi bombardait sa propre population. Nous avons constaté nous-mêmes à Tripoli que c’était totalement faux. Alors, accuser un dirigeant politique de bombarder sa propre population c’est une accusation extrêmement grave, surtout quand la justification de l’intervention internationale c’est la protection des populations civiles. »

La guerre en Libye est-elle un conflit entre le bien et le mal ? « Pas si simple », répondent deux anciens membres des services secrets français qui se sont rendus sur place, à Tripoli et à Benghazi. Donc, des deux côtés. Il s’agit d’Eric Dénécé, le directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, le CF2R, et d’Yves Bonnet, le président du Centre international de recherches et d’études sur le terrorisme, le Ciret.
Entre 1982 et 1985, Yves Bonnet a été aussi le directeur de la DST, le contre-espionnage français. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.



Écouter (03:57)


http://www.rfi.fr/emission/20110613-yves-bonnet-ancien-directeur-direction-surveillance-territoire-dst-le-contre-espio

Philipe vas vous dire encore que ce pas des gens sure et qu'il faut pas leur faire confiance ;)

A coté de ca y a un pays a coté la Syrie ou on tue des civils la maintenait, ou est la couronne du monde ( onu - usa) dans cette situation?
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Lun 12 Sep 2011, 17:42

bonjour,

ce qui est possible, c'est que l'on vient de voir s'écrouler des pays qui désormais n'ont plus de pouvoir et si nous aussi nous plongeons en faillite avec les causes pourries de la bourse, ces pays qui n'auront plus d'issues ne se souviendront de nous que comme ceux qui sont riche et les ont menait là, la Libye pourrait bien se souvenir de nous et nous remercier comme il, se doit !
on a prétendu être les modèles du monde des phares des lumières des solutions merveilleuses et quoi ?
le résultat est devant nous " pas terrible qu'en même ou plutot vraiment terrible !"

je trouve que ça ressemble a ce que dit l'Ange a jean dans l'Apocalypse , et si babylonne s'écroule , les pauvres sont appelés a rendre au centuple le mal que babylonne leur a fait !

on a eu des milliards pour faire des guerres (tiens comme la Libye !! mais on a pas 200 millions pour sauver la Somalie que l'on sait depuis des mois atteinte de famine !
et on a le chanoine de la religion catholique qui nous en explique le bien fondé ! y a plus qu'a convaincre Notre père Divin que l'Amour enseigné par jésus justifie les bombe et de laisser crever les faibles !
a mon avis ça va être Très TRÈS difficile ! scratch
surtout s'IL nous Rappel CELA !:sts:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80821
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Lun 12 Sep 2011, 17:49

Vous parlez en termes d'écroulement. C'est le langage même du prophète que vous êtes. La réalité est souvent plus en terme de réajustement. La crise de 29 par exemple, n'est pas un écroulement de l'Occident mais un réajustement suite à l'explosion d'une bulle boursière.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 13 Sep 2011, 01:03

Arnaud Dumouch a écrit:
Vous parlez en termes d'écroulement. C'est le langage même du prophète que vous êtes. La réalité est souvent plus en terme de réajustement. La crise de 29 par exemple, n'est pas un écroulement de l'Occident mais un réajustement suite à l'explosion d'une bulle boursière.

Humm Arnaud si tu avais vu périr ta famille et fini par crever de faim toi même comme des centaines de milliers tu verrais cela d'un autre œil !

l'apocalypse ne parle pas de faillite totale avant la fin, mais les gros soubresauts ne sont pas de la tarte a passer , il y en a quelques uns qui comptent dans l'histoire et comme on en est a la mondialisation celui ci ne sera pas petit et va orienter la suite pour un bon moment ! certes tu peux relativiser ; mais j'ai connu mes 2 grand-pères qui avaient fait pour l'un la guerre de 14 et 40 pour l'autre celle de 40
et bien leurs vie ne fut que la suite de ces guerres , une souffrance un non sens , mon grand père paternel disait " c'est pas pour en arriver là que l'on c'est battu !" il comprenait bien sans s'expliquer pourquoi le manque de sens de tout cela et il avait raison !

savoir qu'il y aura un lendemain après cela ne me console pas , sachant que refusant de regarder en face on engendrera pire encore , c'est notre complaisance avec le monde qui fait que la foi n'est pas reçu ni crédible ! et de cela on rendra des comptes au Seigneur !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80821
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 13 Sep 2011, 07:16

En 1939, il n'y avait pas le RMI. Il y avait juste les soupes populaires ce qui était inssufisant.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 13 Sep 2011, 12:37

Le régime du CNT plus radical que Khadafi?


Libye : "l'islam sera la principale source d'inspiration du droit libyen"


Résumé : Le chef du gouvernement intérimaire libyen, Moustafa Abdeljalil, a prononcé lundi soir son premier discours public à Tripoli devant une foule de 10.000 personnes. Il a affirmé que la loi islamique de la charia constituera la principale source d'inspiration du nouveau droit libyen.

Le chef du gouvernement intérimaire libyen, Moustafa Abdeljalil, a prononcé lundi soir son premier discours public devant une foule de 10.000 personnes réunies à Tripoli, signe d'une confiance croissante de la population dans les anciens rebelles. Le président du Conseil national de transition (CNT) a appelé les combattants de son mouvement à ne pas se livrer à des représailles contre les partisans de l'ancien régime kadhafiste. Répétant ce qu'il avait énoncé précédemment, Abdeljalil a affirmé que la loi islamique de la charia constituera la principale source d'inspiration du nouveau droit libyen. "Nous devons instaurer un Etat de droit et de prospérité dans lequel la charia est la principale source réglementaire, ce qui exige de nombreuses conditions", a-t-il dit. Abdeljalil dirigeait le CNT depuis la ville de Benghazi dans l'est de la Libye, berceau de la révolte qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi au mois d'août.


Vidéo

http://videos.tf1.fr/infos/2011/libye-moustafa-abdljalil-l-islam-sera-la-principale-source-d-6686887.html
Revenir en haut Aller en bas
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 13 Sep 2011, 12:47

Le colonel Kadhafi faisait déjà régner la charia
Il a interdit le vin et trancher des mains pour le vol
mais je ne ne sais si des femmes ont été lapidées pour adultère
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 09:16

http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/faux-calculs-de-l%E2%80%99ing%C3%A9rence20110915.html


Lybie. Quelles conséquences pour l’intervention internationale ?

Les faux calculs de l’ingérence


Aymeric Chauprade le jeudi, 15/09/2011

dans Parlons Vrai


Une nouvelle fois, l’incantation à la religion des droits de l’homme a fait pleuvoir les bombes de l’Otan. Comme toutes les guerres de l’“Empire” auxquelles la France apporte son tribut, l’intervention en Libye a été menée au nom du devoir humanitaire de protection des populations civiles. Tous les ingrédients classiques de la guerre d’ingérence rêvée par Kouchner et ses amis furent au rendez-vous ...



les don­neurs de leçons indignés (hier Glucks­mann, aujourd’hui BHL), le conte pour “enfants de la télé” qui fait fi de toute réalité géopolitique (“un peuple entier dressé contre son dictateur”, alors qu’il s’agit d’une guerre civile Cyrénaïque contre Tripo­litai­ne), l’absence d’esprit critique de la presse occidentale face à la propagande de l’Otan (diffusion de ­fausses scènes de liesse à Tripoli tournées au Qatar alors que les rebelles ne sont pas encore dans la capitale ; chronique de la cruauté du Guide), la contradiction permanente avec les principes affichés (quid de la chasse aux Noirs pratiquée par les rebelles et plus largement de l’épuration massive en cours contre les tribus restées fidèles à Kadhafi ?)

Et la realpolitik dans tout cela ? Si, en effet, le masque de l’hypocrisie servait un but géopolitique tangible, nous pourrions parler de realpolitik et accepter celle-ci au nom de l’intérieur supérieur du pays. Mais, pour au moins trois raisons géopolitiques fondamentales, l’ingérence en Libye (comme le furent celles en Yougoslavie, en Afghanistan et en Côte d’Ivoire) est l’ennemie des intérêts géopolitiques français.

La première raison est que l’opposition que nous soulevons n’est plus celle d’un tiers-monde impuissant. Le monde est devenu multipolaire ; les pays émergents n’ont qu’une envie, arracher à l’Occident ce masque humanitaire qui dissimule sa politique de terreur contre la souveraineté des peuples. Russes, Chinois, Indiens, Brésiliens, Sud-Africains : ces gens n’ont aucune illusion quant au but réel de guerres que leurs médias qualifient de néocoloniales et prédatrices (pétrole, gaz). En s’alignant sur les États-Unis, la France détruit son capital principal en politique étrangère : sa position d’équi­libre, qui était respectée et demandée. Le monde change aussi chez nous, en Europe. Avec un double “non” (Irak, Libye), l’Allemagne s’est écartée de la géopolitique états-unienne comme elle rompra demain avec le capitalisme financier anglo-saxon. C’est elle qui demain ajoutera à son prestige industriel international une position d’équilibre qu’elle nous aura ravie.
La deuxième raison est que la chute de Kadhafi aggrave le chaos dans le Sahel. Le pillage des dépôts de l’armée libyenne dès le début de la guerre civile (comme en Irak en 2003), augmenté de nos parachutages d’armes et de munitions, transforme de fait le territoire libyen en une poudrière. Les tribus sont surarmées, à l’image des Touaregs pro-Kadhafi repliés vers leurs bases arrière nigériennes et maliennes et qui préparent déjà la revanche. Le Tchad ne sera pas épargné. Les trafics en tout genre (drogue, cigarettes, immigration), jusque-là endigués par les régimes autoritaires de Kadhafi et Ben Ali, vont exploser. Quant à nos “amis” rebelles, ce sont presque tous des islamistes radicaux ; les plus aguerris (les chefs) ont gagné leurs “lettres de noblesse” dans le djihad irakien… contre l’armée américaine (ce qui ne veut pas dire contre la CIA). L’assassinat, en juillet dernier, du ministre de l’Intérieur de Kadhafi rallié aux rebelles de l’Est ne s’explique que par la vengeance des islamistes contre leur ancien tortionnaire.

En favorisant l’effondrement des régimes autori­taires qui formaient le dernier écran protecteur de l’Europe face à la misère africaine, nous avons libéré des énergies qui vont travailler au service de trois buts : davantage d’immigration vers l’Europe, davantage de trafics, davantage d’islamistes.

Enfin, il existe une troisième raison pour laquelle un éventuel calcul stratégique français était par avance voué à l’échec. L’État libyen était déjà faible sous Kadhafi (lorsque les esprits seront apaisés, il faudra un jour mieux comprendre la nature du rapport entre le Guide de la révolution et son peuple), mais désormais et pour plusieurs années, il faudra parier sur l’absence quasi totale d’État libyen. Malheureusement, les Français, à la différence des Britanniques, n’excellent guère dans la manœuvre politico-économique (obtention des mar­chés) lorsqu’ils ne disposent pas de partenaire étatique clairement identifié. Les clés des marchés libyens se trouveront sans doute davantage au cœur des tribus que dans l’exécutif officiel. Si le président et son entourage voient dans les chefs rebelles auxquels ils ont déroulé le tapis rouge à l’Élysée l’incarnation de l’État libyen de demain, la désillusion risque d’être forte. Car il se pourrait bien que, cette fois, les Américains ne fassent pas l’erreur qu’ils ont faite en Irak en détruisant l’État baasiste et qu’ils cherchent au contraire à s’appuyer sur les anciens de Kadhafi plutôt que sur cette étrange “variété modérée de djihadistes démocrates” (!) dont l’entourage de Sarkozy nous vante les mérites. Aymeric Chauprade, géopolitologue

Dernier ouvrage paru : Chronique du choc des civilisations, nouvelle édition revue et augmentée, éditions Chronique

Aymeric Chauprade est directeur du site www.realpolitik.tv

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80821
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 09:42

yacoub a écrit:
Le colonel Kadhafi faisait déjà régner la charia
Il a interdit le vin et trancher des mains pour le vol
mais je ne ne sais si des femmes ont été lapidées pour adultère

Super ! Un vrai musulman !

Et lorsqu'il faisait exploser des avions de lignes ? Musulman aussi ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 10:03

Alexis232 a écrit:

les don­neurs de leçons indignés (hier Glucks­mann, aujourd’hui BHL), le conte pour “enfants de la télé” qui fait fi de toute réalité géopolitique (“un peuple entier dressé contre son dictateur”, alors qu’il s’agit d’une guerre civile Cyrénaïque contre Tripo­litai­ne)

Il faudra qu'on m'explique d'où vient cette incantation perpétuelle sur la guerre civile Cyrénaïque contre Tripolitaine : ce sont des Tripolitains insurgés qui ont pris Tripoli !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 10:11

Allez poser cette question directement à Aymeric Chauprade (mail sur son blog ou site realpolitik)
L'analyse brillante de Chauprade (comme la plupart du temps) est validée par une pléiade d'experts.
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 11:01

Citation :
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:

les don­neurs de leçons indignés (hier Glucks­mann, aujourd’hui BHL), le conte pour “enfants de la télé” qui fait fi de toute réalité géopolitique (“un peuple entier dressé contre son dictateur”, alors qu’il s’agit d’une guerre civile Cyrénaïque contre Tripo­litai­ne)

Il faudra qu'on m'explique d'où vient cette incantation perpétuelle sur la guerre civile Cyrénaïque contre Tripolitaine : ce sont des Tripolitains insurgés qui ont pris Tripoli !

ça ne signifia pas que les deux aient les mêmes objectifs post-révolutionnaires...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 14:11

Alexis232 a écrit:
Allez poser cette question directement à Aymeric Chauprade (mail sur son blog ou site realpolitik)
L'analyse brillante de Chauprade (comme la plupart du temps) est validée par une pléiade d'experts.

Des affirmations gratuites et aucun argument, comme d'hab.

Je fais remarquer une grosse ânerie simpliste, on me répond "cette analyse est brillante".

drunken

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 14:17

Karl a écrit:
Citation :
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:

les don­neurs de leçons indignés (hier Glucks­mann, aujourd’hui BHL), le conte pour “enfants de la télé” qui fait fi de toute réalité géopolitique (“un peuple entier dressé contre son dictateur”, alors qu’il s’agit d’une guerre civile Cyrénaïque contre Tripo­litai­ne)

Il faudra qu'on m'explique d'où vient cette incantation perpétuelle sur la guerre civile Cyrénaïque contre Tripolitaine : ce sont des Tripolitains insurgés qui ont pris Tripoli !

ça ne signifia pas que les deux aient les mêmes objectifs post-révolutionnaires...

Ca, c'est un autre problème. Dans la plupart des révolutions, une fois la révolution faite, des tendances diverses aux objectifs divergents s'affrontent. Cela ne signifie pas que ce n'étaient pas d'authentiques révolutions, dans laquelle des individus aux idées divergentes ont vu un temps leur intérêt converger.

Dans la Résistance il y avait des mecs d'Action Française, des communistes, etc... Il n'empêche que c'était la Résistance, pas une guerre civile entre communistes et gaullistes.

Je ne cherche pas à me bercer d'illusions sur la Libye : ce n'est pas le pays des bisounours avec le grand méchant vaincu et la paix revenue. L'après-révolution va en effet voir surgir des logiques divergentes que le mouvement convergent de la révolution avait fait taire, et la conciliation n'est pas faites.
Mais Chauprade succombe à sa traditionnelle idéologie anti-américaine en nous expliquant que c'est juste une guerre de l'Empire et que nos médias nous mentent comme Radio Paris en nous parlant d'une révolution d'un peuple tout entier. Parce que ce peuple tout entier s'est bien dressé contre son dictateur, malgré des objectifs divergents à moyen ou long terme.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 14:48

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Allez poser cette question directement à Aymeric Chauprade (mail sur son blog ou site realpolitik)
L'analyse brillante de Chauprade (comme la plupart du temps) est validée par une pléiade d'experts.

Des affirmations gratuites et aucun argument, comme d'hab.

Je fais remarquer une grosse ânerie simpliste, on me répond "cette analyse est brillante".

drunken


Les arguments sont dans le texte...

- L'Allemagne a une position beaucoup plus intelligente sur le long terme :

Avec un double “non” (Irak, Libye), l’Allemagne s’est écartée de la géopolitique états-unienne comme elle rompra demain avec le capitalisme financier anglo-saxon. C’est elle qui demain ajoutera à son prestige industriel international une position d’équilibre qu’elle nous aura ravie.


-Les effets collatéraux (trés graves) de ces ingérences militaires

En favorisant l’effondrement des régimes autori­taires qui formaient le dernier écran protecteur de l’Europe face à la misère africaine, nous avons libéré des énergies qui vont travailler au service de trois buts : davantage d’immigration vers l’Europe, davantage de trafics, davantage d’islamistes.


-Ensuite le peu de fiabilité & capacité à négocier avec un ensemble hétéroclite

Les clés des marchés libyens se trouveront sans doute davantage au cœur des tribus que dans l’exécutif officiel. Si le président et son entourage voient dans les chefs rebelles auxquels ils ont déroulé le tapis rouge à l’Élysée l’incarnation de l’État libyen de demain, la désillusion risque d’être forte.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 16 Sep 2011, 15:15

Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Allez poser cette question directement à Aymeric Chauprade (mail sur son blog ou site realpolitik)
L'analyse brillante de Chauprade (comme la plupart du temps) est validée par une pléiade d'experts.

Des affirmations gratuites et aucun argument, comme d'hab.

Je fais remarquer une grosse ânerie simpliste, on me répond "cette analyse est brillante".

drunken


Les arguments sont dans le texte...

Ce n'est pas ce dont je vous parlais, le propos est sur la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Cependant :

- L'Allemagne a une position beaucoup plus intelligente sur le long terme :

Avec un double “non” (Irak, Libye), l’Allemagne s’est écartée de la géopolitique états-unienne comme elle rompra demain avec le capitalisme financier anglo-saxon. C’est elle qui demain ajoutera à son prestige industriel international une position d’équilibre qu’elle nous aura ravie.

On peut dire aussi que l'Allemagne est un pays moribond à la démographie catastrophique qui ne pense qu'à vendre ses machines-outils, ne perçoit pas le danger russe toujours existant et oublie pour la énième fois de son histoire que les ambitions continentales ne riment à rien.

-Les effets collatéraux (trés graves) de ces ingérences militaires

En favorisant l’effondrement des régimes autori­taires qui formaient le dernier écran protecteur de l’Europe face à la misère africaine, nous avons libéré des énergies qui vont travailler au service de trois buts : davantage d’immigration vers l’Europe, davantage de trafics, davantage d’islamistes.

Pure spéculation. A vrai dire personne n'en sait rien, et l'on peut tout aussi bien espérer moins d'immigration, le développement économique et l'apaisement démocratique.


-Ensuite le peu de fiabilité & capacité à négocier avec un ensemble hétéroclite

Les clés des marchés libyens se trouveront sans doute davantage au cœur des tribus que dans l’exécutif officiel. Si le président et son entourage voient dans les chefs rebelles auxquels ils ont déroulé le tapis rouge à l’Élysée l’incarnation de l’État libyen de demain, la désillusion risque d’être forte.

Là pareil, on n'en sait rien.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 22 Sep 2011, 09:53

Pourquoi le FBI aide-t-il les terroristes?

Le FBI, qui vient d'annoncer l'arrestation d'un Américain qui projetait de perpétrer des attentats contre le Pentagone et le Congrès, avec la soutien d'agents infiltrés du FBI, est coutumier de ce genre d'opération de manipulation, et de provocation. Tellement coutumier qu'une bonne partie des attentats préparés, ces dernières années, aux USA, l'ont été avec l'aide et l'assistance du FBI...

Une étude universitaire américaine révélait ainsi récemment que 13 des 33 tentatives d'attentats islamistes recensés aux USA depuis 2001 -soit près de 40%- avaient été "initiées ou facilitées par les autorités" au moyen d'un agent infiltré, ou d'un indicateur retourné.

Les journalistes de Mother Jones, associés au programme de journalisme d'investigation de l'university de Berkeley, en Californie, ont de leur côté passé un an à enquêter sur le sujet, afin de savoir à quoi servent les 15 000 personnes payées par le FBI (contre 2800 en 1980, et 6000 et 1986) afin d'infiltrer, en majorité, les communautés musulmanes aux États-Unis. Le dossier complet, et la longue enquête associée, sont effarants :

49% des personnes arrêtées ont été dénoncées par des informateurs, la majeure partie d'entre-eux étant payés, pour certains jusqu'à 100 000$ par affaire, pour s'infiltrer, et dénoncer.

sur les 158 personnes arrêtés dans le cadre d'une opération d'infiltration, 49 avaient conspiré à l'initiative d'un agent provocateur du FBI, et, à l'exception de trois, la majeure partie des véritables projets d'attentats initiés aux USA ont été organisés avec l'appui du FBI.

il est si difficile de se défendre lorsque l'on est accusé de terrorisme que la majeure partie des personnes accusées préfère éviter un procès.


Jean-Marc Manach

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Manach
http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2011/09/29/qui-sont-les-terroristes-du-fbi/





Libye : conférence de presse de Roland Dumas et Jacques Vergès

Intervention de Robert Charvin (professeur émérite de droit, spécialisé dans les relations internationales à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Il etait doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Nice) et Armand Mavinga Tsafunenga, écrivain et chercheur congolais :



Intervention de Roland Dumas :




Intervention de Jacques Vergès :



http://www.egaliteetreconciliation.fr/Libye-conference-de-presse-de-Roland-Dumas-et-Jacques-Verges-8202.html

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 16 Oct 2011, 13:03

Ce document permet de comprendre comment le droit international et la justice internationale fonctionnent mais surtout comment leurs principes élémentaires peuvent être contournés. Les différentes résolutions adoptées contre la Libye se fondent sur la base d’allégations diverses : notamment sur la déclaration selon laquelle Kadhafi aurait utilisé l’aviation contre son propre peuple et engagé une violente répression contre l’insurrection, celle ci coûtant la vie à plus de 6000 civils. Ces allégations ont été diffusées sans jamais avoir pu être vérifiées. C’est pour tant sur la base de ces affirmations que le gouvernement de la Jahamirya Libyenne a été exclu du conseil des droits de l’homme des Nations unies avant d’être renvoyée devant le conseil de sécurité des Nations Unies.
L'une des principales sources à l’origine de l'affirmation selon laquelle Kadhafi aurait décimé son propre peuple est la ligue libyenne des droits de l’homme, une organisation rattachée à la Fédération internationale des droits de l’homme (la FIDH). Le 21 Février, le secrétaire général de la ligue libyenne des droit de l’homme le Dr Sliman Bouchuiguir avait été à l’origine d’une pétition avec l’organisation UN Watch et la National Endowment for democracy. Cette pétition est signée par plus de 70 ONG . Puis, quelques jours plus tard, le 25 Février 2011, le Dr Sliman Bouchuiguir s’est rendu au conseil des droits de l’homme des nations unies afin d’y exposer les allégations concernant les crimes du gouvernement de Mouamar Kadhafi. Au cours du mois de Juillet dernier nous nous sommes rendus à Genève afin de nous y entretenir avec le Dr Sliman Bouchuiguir.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 27 Oct 2011, 22:30

Libye : la dictature de la charia en remplacement de la dictature de Kadhafi !

La France, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Otan ont aidé militairement un peuple à changer de dictature. Bernard-Henri Lévy, berné par Mahmoud Jibril, Mahmoud Shammam, et Ali Tarhouni a vendu la révolution à l’Occident. Ce dernier suivi par le président français a permis l’installation en Libye d’une dictature islamiste à la place de la dictature kadhafiste.

Car hier lors de la cérémonie de proclamation de la "libération" du pays, le président du Conseil National de Transition (CNT), Moustapha Abdel Jalil a annoncé au peuple libyen que "la charia", loi coranique, sera la principale source du droit en Libye dorénavant.

"En tant que pays islamique, nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violera la charia sera légalement nulle et non avenue (....) la loi sur le divorce et le mariage (...), cette loi est contraire à la charia et elle n’est plus en vigueur", a-t-il déclaré en rayant d’un coup la loi de Mouammar Kadhafi, qui interdisait la polygamie et autorisait le divorce.

La situation des femmes dans un pays reflète la manière dont leur gouvernement va traiter sa propre humanité. En Libye le retour à la charia est le signe d’un repliement identitaire et le refus de l’occident, qui pour ses dirigeants est la représentation du délitement moral et du mal.

Les femmes libyennes interrogées sur la réhabilitation de la charia, acquiescent en disant que cette loi leur enseigne où est le bien et le mal pour gérer au mieux leur vie. Quant à la polygamie et la répudation dont le CNT a choisi de revenir, les femmes libyennes acceptent de s’y plier volontiers en déclarant que c’est normal que les hommes puissent avoir plusieurs femmes car leur pays a besoin d’une augmentation de la population (France Info).



Suite sur Jforum:



http://www.jforum.fr/forum/international/article/libye-la-dictature-de-la-charia-en?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter%20du%2027/10/2011



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 03 Nov 2011, 20:08

La France au service d’al Qaida



Le drapeau noir d’al Qaida flotte sur Benghazi. Cela n’est dit dans aucun média français. Et pour cause. S’il fallait dire que Bernard Henri Levy a pris fait et cause pour des gens qui étaient liés à al Qaida, des antisémites absolus, des ennemis d’Israël, des Etats-Unis et de la civilisation occidentale, cela semblerait indigne. C’est pourtant le cas.

S’il fallait dire que Nicolas Sarkozy a placé l’armée française au service de la prise du pouvoir en Libye par des gens liés à al Qaida, cela nuirait à ce qui lui reste de prestige. C’est pourtant le cas là encore.

Et voilà ce qu’il en coûte de suivre les enthousiasmes erratiques d’un philosophe qui a été l’archétype de l’idiot utile, et qui n’a pas vu en allant à Benghazi qu’il était entouré de gens qui auraient dû le détester et l’assassiner, mais qui ont, à la place, pris un plaisir pervers à l’utiliser.

La « victoire » sur Kadhafi en Libye n’est pas une victoire de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis : c’est une victoire d’al Qaida, c’est un fait. Tous ceux qui dirigent des milices sont des gens liés à al Qaida. Certains sont même passés par Guantanamo après avoir été capturés par les Etats-Unis.

La « victoire » sur Kadhafi en Libye est aussi celle des Frères musulmans, qui inspirent l’ancien ministre de la Justice de Kadhafi, Mustapha Abdul Jalil, qui représente le gouvernement civil, et qui est sous l’étroite surveillance des milices.

La « victoire » sur Kadhafi en Libye va renforcer les risques d’attentats islamistes en Europe et en Amérique du Nord, affaiblir la défense d’Israël, renforcer tous les groupes djihadistes sur la planète. Elle n’est pas une avancée vers la démocratie, mais un grand pas vers le recul de la démocratie en Afrique du Nord, au Proche-Orient et dans le monde.

Elle envoie un message fort à tous les dirigeants qui seraient tentés de coopérer avec le monde occidental, et leur indique qu’il vaut mieux être ennemi du monde occidental pour rester en place et en vie. Et ce simple point est catastrophique. Qui voudra s’allier avec des gens qui trahissent leurs alliés ?

Qu’Obama ait choisi de donner une victoire à al Qaida est logique : il n’a éliminé Ben Laden que pour donner le pouvoir à Zawahiri (je l’explique en détail dans mon prochain livre sur Obama), et qu’il ait choisi de donner le pouvoir en Libye aux Frères musulmans est logique aussi. C’est un Président anti-américain des Etats-Unis, et les Américains commencent à s’en apercevoir.

Que Nicolas Sarkozy ait fait les mêmes choix qu’Obama et se soit conduit, au mieux, de manière immonde (la vente de pétrole ne suffit pas à tout expliquer), au pire comme un imbécile ayant suivi les lubies de Lévy, doit conduire à des conclusions.

Comment pourrais-je apporter mon soutien à un homme qui fait le jeu d’al Qaida et des Frères musulmans ? Comment pourrais-je penser qu’il a le moindre sens des responsabilités ?

J’ai accepté autrefois l’idée qu’on pouvait décider de se prononcer pour le moins pire. C’est une idée que je n’accepte plus. A partir du moment où la France a un pays dont le Président se place au service d’al Qaida et des Frères Musulmans, je ne vois pas ce qu’il peut y avoir de pire.

Pour moi, Sarkozy ne vaut pas mieux qu’Obama. François Hollande est loin d’être une lumière ; s’il fait pire que Sarkozy économiquement, la France touchera le fonds plus vite. Cela ne fait pas une grande différence. S’il se comporte comme un crétin en politique étrangère, ce qui est probable, au moins les choses seront-elles claires.

Plus que jamais, je dis ici que je m’abstiendrai lors de la prochaine présidentielle. Avec consternation, et avec, oui, une forme de dégoût.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/2011/11/la-france-au-service-d%E2%80%99al-qaida/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Nov 2011, 20:43

La Libye sous le pouvoir des milices islamistes. Point de situation.

samedi 29 octobre 2011

Les nouvelles images du lynchage du colonel Kadhafi qui commencent à être diffusées sur le net annoncent un « hiver libyen » plein de douceurs et de mièvreries… Mais au-delà de la mort atroce de l’ancien chef de l’Etat libyen, quelle est la situation sur le terrain au moment où ces lignes sont écrites ?

Plus que jamais, le CNT ne représente que lui-même et c’est d’ailleurs pourquoi il demanda avec une grande insistance, mais en vain, que l’Otan maintienne sa présence. Ce pseudo gouvernement sait en effet qu’il porte un péché originel : celui d’avoir été mis en place par l’Otan, donc par les « impérialistes » et les « mécréants ». Ses lendemains vont donc être difficiles. D’autant que ses principaux dirigeants, tous d’anciens très hauts responsables de l’ancien régime et donc des « résistants de la dernière heure », commencent à être mis en accusation par certains de ces chefs de guerre qui détiennent désormais les vrais pouvoirs.

Le président du CNT, Mustapha Abd el Jalil, a déclaré que la charia serait désormais la base de la Constitution ainsi que du droit, que la polygamie, interdite sous Kadhafi, serait rétablie et que le divorce, autorisé sous l’ancien régime, était désormais illégal. Enfermé dans leur européocentrisme, les Occidentaux ont considéré que ces déclarations étaient « maladroites ». Leur erreur d’analyse était une fois de plus totale car ces propos à but interne étaient destinés à amadouer les milices islamistes auxquelles le pouvoir du CNT est suspendu. Pour mémoire, Mustapha Abd el Jalil, l’ami de BHL, était le président de la Cour d’appel de Tripoli qui, par deux fois, confirma la condamnation à mort des infirmières bulgares et en 2007, le colonel Kadhafi le nomma ministre de la Justice. En dépit de son passé kadhafiste, Abd el Jalid est pourtant respecté par certains islamistes car il est proche des Frères musulmans, mais son pouvoir ne dépasse pas son tapis de prière.

La Libye est en effet éclatée entre plusieurs zones contrôlées par des chefs de guerre jaloux de leur autonomie et prêts à s’entre-déchirer, comme en Somalie. Ces territoires ont tous une ouverture sur la mer et une profondeur vers l’intérieur pétrolier ou gazier, ce qui fait que, comme je le disais il y a déjà plusieurs semaines déjà, le pays est aujourd’hui découpé en « touches de piano ».

Benghazi est sous le contrôle de plusieurs milices islamistes, elles-mêmes éclatées en un grand nombre de petits groupes plus ou moins autonomes, mais c’est à Tripoli que se joue l’unité de la Libye. Dans la capitale, le chef du CNT, Mustapha Abd el Jalid s’appuie sur le TMC (Tripoli Military Council) qui engerbe plusieurs milices islamistes pouvant mobiliser entre 8000 et 10 000 combattants. Le chef du TMC, originaire de Tripoli, est Abd el-Hakim Belhaj dit Abu Abdullah Assadaq. Ayant combattu en Afghanistan, ce partisan du califat supra frontalier fonda le Libyan Islamic Fighting Group dans les années 1990. Ayant fui la répression anti islamique du régime Kadhafi, il retourna en Afghanistan où il fut arrêté en 2004 puis remis à la police libyenne avant d’être libéré au mois de mars 2010, à la veille de l’insurrection de Benghazi.

Durant la guerre civile, le TMC fut armé et encadré par les services spéciaux du Qatar et il reçut une aide « substantielle » de la part de certaines unités « spécialisées » de l’Otan. Ce fut lui qui prit d’assaut le réduit de Bab al-Aziya à Tripoli. Plusieurs autres milices islamistes se partagent la ville et n’acceptent pas le leadership reconnu au TMC par Mustapha Abd el Jalil. Pour encore compliquer l’embrouille locale, le 2 octobre, fut fondé le Tripoli Revolutionists Council ou TRC, par Addallah Ahmed Naker al-Zentani, originaire de Zentan mais indépendant des milices berbères de cette dernière ville.

A Misrata, les milices se considèrent comme l’élite des révolutionnaires et leur prestige est immense depuis qu’elles ont capturé le colonel Kadhafi. Ce furent certains de leurs hommes, gentils démocrates si chers aux médias français, qui lynchèrent et sodomisèrent vivant l’ancien guide et qui, comme « trophée », emportèrent son corps dans leur ville.

Misrata est sous le contrôle du Misurata Military Council (MSR), qui engerbe plusieurs milices dont la principale est la Misurata Brigade. La situation est cependant confuse car les combattants sont divisés en plusieurs dizaines de groupes commandés par des chefs indépendants rassemblant au total plusieurs milliers d’hommes. A la différence du TMC, le MSR n’a pas besoin d’aide étrangère car il dispose d’énormes quantités d’armes pillées dans les arsenaux de l’ancienne armée.

Les miliciens de Misrata ont une forte tendance à l’autonomie et ils ne semblent pas vouloir accepter de se soumettre au CNT. De plus, ils se méfient des originaires de Benghazi. Pour pouvoir espérer prendre le contrôle de la ville, le CNT devra donc, comme à Tripoli, s’appuyer sur certaines milices contre les autres, ce qui promet bien des « incidents ». Des tentatives de rapprochement ont été faites en direction de Salim Joha, chef de l’Union on Libya’s Revolutionary Brigades, mais rien de concret ne s’est produit pour le moment. Le CNT pourrait également tenter d’amadouer Misrata en nommant Abdul Rahman Swehli Premier ministre, ce qui lui permettrait du même coup d’échapper à la main-mise des clans de Benghazi.

Autre zone ayant échappé au contrôle du CNT, le pays berbère de Zentan avec sa puissante milice ancrée sur djebel Nefuza. Ce furent les Berbères qui permirent l’assaut sur Tripoli en prenant à revers les forces de Kadhafi, opération préparée par les forces spéciales de l’Otan. Zentan est contrôlée par le Zentan Military Council (ZMC), dont les milices arborent le drapeau amazigh. Militairement, les milices berbères sont les mieux formées de toute la Libye, leurs cadres étant d’anciens officiers libyens. Les deux principales unités berbères sont la Zentan Brigade commandée par Muktar al-Akdhar et la Kekaa Brigade, chacune forte d’environ 1000 combattants. Ces milices ont refusé de quitter Tripoli en dépit des ordres du CNT, ce qui provoqua de graves tensions. Le 3 octobre, après un ultimatum du CNT, la Brigade Kekaa se livra même à une véritable tentative d’intimidation, paradant dans Tripoli et attirant la réplique des islamistes. La guerre civile fut alors évitée de justesse, mais ce n’est que partie remise…

Ceux qui, poussés par BHL, décidèrent d’intervenir en Libye et de s’immiscer dans une guerre civile qui ne concernait en rien la France, vont désormais porter la très lourde responsabilité des évènements dramatiques qui s’annoncent et qui vont se dérouler à quelques heures de navigation de nos côtes.

Bernard Lugan
29/10/11

http://bernardlugan.blogspot.com/2011/10/la-libye-sous-le-pouvoir-des-milices.html
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 04 Déc 2011, 23:37

Le Conseil Russie-Otan, tel qu'il existe actuellement, n'est pas adapté à
une "véritable coopération", a déclaré dimanche à RIA Novosti le
représentant permanent de la Russie auprès de l'Otan, Dmitri Rogozine.

"Je
ne pense pas que la forme actuelle du Conseil Russie-Otan soit adaptée
pour avancer vers une coopération plus franche, le Conseil étant une
sorte de rideau permettant à l'OTAN de prendre ses décisions bien avant
de les annoncer à la partie russe", a indiqué l'interlocuteur à
l'agence.

Selon le diplomate, la mission russe auprès de l'Otan
"obtient des résultats importants pour la Russie, non plus grâce au
Conseil, mais par le dynamisme des diplomates russes".

Evoquant
la prochaine réunion des chefs de diplomatie des pays membres du Conseil
Russie-Otan prévue le 8 décembre à Bruxelles, le diplomate a indiqué
que la partie russe estimait qu'il était nécessaire d'analyser les
résultats de la campagne en Libye, lorsque les troupes de l'Otan s'étaient rangées aux cotés des opposants au régime de Mouammar Kadhafi.

"Nous
estimons que l'Otan doit entendre notre opinion selon laquelle
l'Alliance, lorsqu'elle dépasse les cadres de sa compétence ainsi que
ceux de la conception de l'union défensive, provoquant un changement
d'élites dans des pays situés dans d'autres continents, mène le monde au
chaos", a affirmé le représentant permanent de la Russie auprès de
l'Otan.

"Les dirigeants occidentaux portent l'entière
responsabilité de l'arrivée au pouvoir des islamistes fondamentalistes
dans les pays "libérés" par les militaires de l'OTAN", a conclu le
diplomate.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 17:43

Voilà tout est résumé en 20 minutes chez Ruquier le 5 janvier 2013, France2

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80821
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 18:05

Propos non crédibles. On voit mal comment libyen actuel pourrait porter plainte contre la France pour crime de guerre alors que c'est la France qui a permis son installation et l'a sauvé du massacre par Kadhafi.

Ziad Takieddine dit avoir les preuves sur un CD lui venant du neveu d'une personne célèbre (!!) dont il ne veut pas donner le nom et qui accuserait N. Sarkozy d'avoir reçu de l'argent pour sa campagne de 2007 : Pas crédible : si cela avait eu lieu, Kadhafi lui-même aurait sorti ces preuves au moment où N. Sarkozy lui déclara la guerre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 18:55

Laissons la justice faire son enquête, Ziad Takieddine n'est pas débile si il va sur France 2 balancer tout ça c'est qu'il doit avoir un dossier solide, avec des preuves tangibles.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80821
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 19:06

Bizarre. Il lâche tout cela dans une émisdsion de divertissement ?

D'autre part : il a des raisons d'en vouloir à N. Sarkozy : la mort de Kadhafi lui a fait perdre ses contacts.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 19:18

Ziad Takieddine n'est pas un ange et c'est aussi un manipulateur parfois, peut-être qu'il bluff pour ainsi avoir des moyens de rétorsion sur d'autres dossiers comme l'Affaire Karachi.
Affaire à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Dim 06 Jan 2013, 20:36

Arnaud Dumouch a écrit:
Bizarre. Il lâche tout cela dans une émisdsion de divertissement ?

D'autre part : il a des raisons d'en vouloir à N. Sarkozy : la mort de Kadhafi lui a fait perdre ses contacts.


il a des des documents sur le gouvernement.. ce pour sa securité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Lun 07 Jan 2013, 09:24

Depuis la chute de l’ancien dictateur libyen Kadhafi en 2011, la Libye s’enfonce dans le chaos et contamine les pays voisins…

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/libye-enfonce-dans-chaos-et-contamine-pays-voisins-alexandre-del-valle-597908.html#66fPpXw8el9AycJA.99
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Jeu 24 Sep 2015, 21:38

Un fils du colonel Kadhafi sera t-il le futur chef de l’État libyen ?
Source : bernardlugan.blogspot.fr
Bernard Lugan

Le 14 septembre 2015, un coup de tonnerre a retenti dans le ciel serein des certitudes démocratiques européo-centrées quand le Conseil suprême des tribus de Libye désigna Seif al-Islam Kadhafi comme son représentant légal. Désormais, voilà donc un fils du défunt colonel seul habilité à parler au nom des vraies forces vives de Libye...
Les abonnés à L’Afrique réelle et les lecteurs de ce blog ne seront pas surpris par cette nouvelle puisque, depuis 2012, je ne cesse d’écrire :
1) Que la pacification de la Libye ne pourra se faire qu’à partir des réalités tribales.
2) Que le seul à pouvoir reconstituer l’alchimie tribale pulvérisée par l’intervention militaire de 2011, est Seif al-Islam que son père, le colonel Kadhafi, avait pressenti pour lui succéder, et qui est actuellement « détenu » par les milices de Zenten.
Mes analyses ne procédaient pas du fantasme, mais du seul réel qui est que :
1) En Libye, la grande constante historique est la faiblesse du pouvoir par rapport aux tribus. Au nombre de plusieurs dizaines, si toutefois nous ne comptons que les principales, mais de plusieurs centaines si nous prenons en compte toutes leurs subdivisions, ces tribus sont groupées en çoff (alliances ou confédérations).
2) L’allégeance des tribus au pouvoir central n’est jamais acquise.
3) Les bases démographiques des groupes tribaux ont glissé vers les villes, mais les liens tribaux ne se sont pas distendus pour autant.
Le colonel Kadhafi fonda son pouvoir sur l’équilibre entre les trois grands çoff libyens, à savoir la confédération Sa’adi de Cyrénaïque, la confédération Saff al-Bahar du nord de la Tripolitaine et la confédération Awlad Sulayman de Tripolitaine orientale et du Fezzan à laquelle appartiennent les Kadhafda, sa tribu. De plus, à travers sa personne, étaient associées par le sang la confédération Sa’adi et celle des Awlad Sulayman car il avait épousé une Firkèche, un sous-clan de la tribu royale des Barassa. Son fils Seif al-Islam se rattachant donc à la fois aux Awlad Sulayman par son père et aux Sa’adi par sa mère, il peut donc, à travers sa personne, reconstituer l’ordre institutionnel libyen démantelé par la guerre franco-otanienne. Mais pour comprendre cela, encore faut-il se rattacher à la Tradition lyautéenne des « Affaires indigènes » et répudier l’approche universaliste des « cerveaux à nœud » du quai d’Orsay.
Aujourd’hui, les alliances tribales constituées par le colonel Kadhafi ont explosé ; là est l’explication principale de la situation chaotique que connaît le pays. En conséquence de quoi, soit l’anarchie actuelle perdure et les islamistes prendront le pouvoir en Libye, soit les trois confédérations renouent des liens entre elles. Or, c’est ce qu’elles viennent de faire en tentant de faire comprendre à la « communauté internationale » que la solution passe par les tribus... Certes, mais la Turquie et le Qatar veulent la constitution d’un État islamique et la justice internationale a émis un mandat d’arrêt contre Seif al-Islam...
Le 12 octobre, avec son habituel sens de la clairvoyance, sa célèbre hauteur de vue et son immense connaissance du dossier, BHL expliquera certainement cette évolution de la situation libyenne aux auditeurs de l’IHEDN (Institut des hautes études de la Défense nationale), devant lesquels il doit prononcer une conférence de « géopolitique ». Il est en effet bon que les plus hauts cadres civils et militaires sélectionnés pour intégrer cet institut prestigieux, puissent écouter les analyses des experts les plus qualifiés...
NB : Au début du mois de novembre, aux éditions de l’Afrique Réelle, sortira mon livre intitulé Histoire et géopolitique de la Libye des origines à nos jours, dans lequel, sur la longue durée, est mise en perspective la marqueterie tribale libyenne, clé de compréhension de la situation libyenne actuelle. Ce blog en rendra compte.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9354
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 29 Jan 2016, 06:50

Jésus Christ est mon pote a écrit:
Kadhafi collaborait avec l'Europe pour contenir une foule de candidats africains à l'émigration en Europe.

Le gouvernement qui sera mis en place par les Américains servira leurs propres intérêts pétroliers et nous hériterons de quelques millions de démunis.

Daté du 23 mars 2011 . Lucide , sauf pour le " gouvernement " . JCEMP aurait dû écrire : " chaos " .

En mai 2011 , paraissait le livre de Eric L'Helgoualc'h " Panique aux frontières " , aux éditions Max Milo .

La post-face de Pierre Henry se termine comme suit :

" La sécurité des frontières de l'Union est une nécessité . Encore faut-il clarifier où elles se situent : en Europe , ou de manière délocalisée , à des milliers de kilomètres ?

Lorsque cette dernière option est retenue , le rôle dévolu aux pays tiers doit être précisé .

Le droit des personnes doit en toutes circonstances être préservé .

Il est préférable que l'Union signe des accords régionaux avec les pays de transit plutôt que de laisser à ses Etats membres le choix de signer seuls : le multilatéralisme sera toujours plus protecteur et moins asymétrique que l'unilatéralisme ou le bilatéralisme actuel .

A côté de Frontex , une force de protection Protex pourrait être créée .
Elle permettrait de mieux déterminer les besoins de protection et s'assurerait de leur respect aux frontières .

Quant à la politique économique à l'intérieur de l'Union , elle a un rôle primordial à jouer en évitant les effets de dumping social .

Celui qui vient d'ailleurs et concurrence à la baisse le prix du travail , rajoute à l'inquiétude du déclassement d'un grand nombre d'Européens . Cela s'appelle la question sociale .

De son traitement dépendra en partie la résolution des tensions autour de l'immigration .
Agissons vite . Notre sort commun dépendra de notre lucidité face à la barbarie intellectuelle et au cynisme électoral des droites extrêmes . "

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9354
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Sam 30 Jan 2016, 22:21

Dans le " Monde diplomatique " de février 2016 , Patrick Haimzadeh , ancien diplomate français à Tripoli , signe un article inquiétant sur la Libye :

" Un dialogue national instrumentalisé par les occidentaux .

Vers une nouvelle intervention en Libye ? "

" Après la conclusion d'un accord entre Parlements rivaux , la mise en place d'un gouvernement d'union nationale ouvre la voie à une action militaire en Libye .
Dirigée contre les forces de l'Organisation de l'Etat islamique , une nouvelle ingérence des forces étrangères risquerait d'aggraver les violences entre factions et de faire échouer le fragile dialogue interlibyen . "

" ... population majoritairement hostile à une telle hypothèse , alimentant ainsi le recrutement de l'OEI .

Il est toutefois peu probable que les responsables politiques et militaires occidentaux s'en préoccupent .
Pour beaucoup d'entre eux , la prochaine guerre en Libye n'est désormais qu'une question de semaines . " .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Lun 01 Fév 2016, 16:03

Merci pour cet article.
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9354
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Mar 02 Fév 2016, 10:05

Tout l'article serait à lire . Le nouveau gouvernement d'union nationale ne fait pas l'unanimité .

" ... Quant à M. Ibrahim Jadhran , autre homme fort de l'Est et chef de la garde des installations pétrolières - ses puissantes milices font face à celles de l'OEI dans le golfe de Syrte - il soutient l'accord mais il accuse le général Haftar et son embryon d'armée nationale de faire le jeu de l'OEI en ne luttant pas prioritairement contre elle .


Cependant , c'est à l'Ouest que la situation demeure la plus problématique .
Seuls 26 députés sur 136 de l'ex-Congrès national général de Tripoli assistaient à la signature de l'accord de Skhirat .
Le nombre total de parlementaires soutenant le gouvernement d'entente nationale est quant à lui , inférieur à 75 .
[...]
De plus , une majorité de députés de l'Ouest refusent la nomination du général Haftar en tant que chef des
armées . "

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2344
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 05 Fév 2016, 10:36

La situation en Libye est catastrophique, tout était annoncé sur ce fil dès 2011.
Pourtant, 95 % des forumeurs sont tombés dans le piège de la propagande de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
ptrem



Masculin Messages : 1293
Inscription : 31/12/2010

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 05 Fév 2016, 11:48

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/319267/libye-la-coalition-affirme-avoir-empeche-un-massacre-a-benghazi

Ont'ils vraiment empéché un massacre

Libye: la coalition affirme avoir empêché un «massacre» à Benghazi

21 mars 2011 15h22 |Associated Press | Actualités internationales
Tripoli — Les opérations engagées depuis samedi par les forces de la coalition internationales en Libye ont permis de «largement» neutraliser les défenses aériennes libyennes et d’empêcher un «massacre à Benghazi», bastion de la rébellion dans l’est du pays, a déclaré lundi le premier ministre britannique David Cameron. Washington et Paris, qui participent à l’opération «Aube de l’Odyssée», font la même évaluation.

Selon le chef du gouvernement britannique, la coalition a «bien progressé» vers les deux objectifs des bombardements lancés samedi: la suppression des défenses aériennes pour permettre la mise en place d’une interdiction de survol de la Libye et la protection des civils attaqués par les forces du colonel Kadhafi.

«Les forces de la coalition ont largement neutralisé les défenses aériennes libyennes et de ce fait une zone d’exclusion aérienne a été efficacement mise en place au-dessus de la Libye», a déclaré M. Cameron lors d’une intervention au Parlement. Il est «également clair que les forces de la coalition ont aidé à empêcher un massacre sanglant à Benghazi. Et à mon avis elles l’ont fait juste à temps», a-t-il ajouté.

Mouammar Kadhafi, a-t-il rappelé, n’a pas respecté la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies appelant à un cessez-le-feu immédiat, et menti en disant avoir cessé les hostilités. La Libye, a-t-il encore déclaré, «a besoin de se débarrasser de Kadhafi». Mais la coalition, a observé M. Cameron, est seulement chargée de mettre en oeuvre la résolution 1973, et c’est aux Libyens de «choisir eux-mêmes leur avenir».
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 05 Fév 2016, 12:03

Pignon a écrit:
La situation en Libye est catastrophique,  tout était annoncé sur ce fil dès 2011.
Pourtant, 95 %  des forumeurs sont tombés dans le piège de la propagande de guerre.

La propagande de guerre marche et marchera toujours car il y a des gens qui sont crédules. Ils ne font pas l'effort de faire fonctionner le cerveau que Dieu leur a donné et leur sens critique.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2344
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée   Ven 05 Fév 2016, 12:19

Ray a écrit:
Pignon a écrit:
La situation en Libye est catastrophique,  tout était annoncé sur ce fil dès 2011.
Pourtant, 95 %  des forumeurs sont tombés dans le piège de la propagande de guerre.

La propagande de guerre marche et marchera toujours car il y a des gens qui sont crédules. Ils ne font pas l'effort de faire fonctionner le cerveau que Dieu leur a donné et leur sens critique.

salut
Juppé sur l’intervention en Libye : "Oui, c’est un fiasco et un chaos"
Après le crime, le mea culpa à pas cher

Sur Er
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
 
Libye - L'approche des opposants à l'intervention alliée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Libye: l'influent prédicateur Qatari justifie l'intervention internationale
» La Ligue arabe appelle à une zone d'exclusion aérienne en Libye
» A l'approche du Grand Avertissement
» Intervention auteur de romans policiers college
» Petite approche de la théorie du Yin et du yang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: