DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80793
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 17:34

Galliano atomise Godwin
par Tugdual Derville
lundi 7 mars 2011
Autres articles

Styliste génial, le britannique John Galliano était adulé depuis son avènement dans le monde de la mode jusqu’à sa chute, achevée le mardi 1er mars 2011 par un licenciement sec. Une leçon.

« I love Hitler ! » Que peut-on dire de plus choquant ? Directeur artistique de Dior depuis 1996, John Galliano est un artiste bien de son temps. Il était donc reconnu et attendu comme provocateur. Mais pas jusque là.

Prononcés d’une voix pâteuse, sous l’effet de l’alcool, à la table d’un bistrot parisien où il noyait ses idées noires, les trois mots du scandale ont fait le tour du monde. Les médias français les ont cruellement traduits par « J’adore Hitler » comme pour forcer le parallèle avec le slogan de sa marque : « Dior, j’adore ».

Galliano a beau nier puis s’excuser, sa petite phrase a été filmée au téléphone portable parmi un fatras d’immondices qui ont ipso facto banni le directeur artistique de Dior de la célèbre marque de luxe du groupe LVMH. Le créateur a insulté deux femmes, critiquant leur physique comme si c’était de vulgaires objets de consommation (« tes cuisses sont bas de gamme… ») en ajoutant à des propos antisémites d’une violence ahurissante l’insulte contre les asiatiques… qui forment les gros bataillons de la clientèle du luxe !

Il n’est pas du tout certain que ces propos racistes soient révélateurs d’un quelconque antisémitisme du vrai John Galliano, c’est-à-dire de l’artiste dans son état normal. Ce qu’il a dit du physique des femmes est peut-être davantage révélateur des dérives du système du mannequinat et de la société du paraître qui chosifie les corps. Certains avancent par ailleurs que la prompte réaction de LVMH permettra à Dior de renouveler sa figure de proue, usée par quatorze années de défilés. Ses amis parlent de cure de désintoxication.

La beuverie mène au scandale, cela ne date pas d’hier. Au point qu’en général personne ne prend au premier degré les vociférations d’ivrogne. Mais, d’abord, cet éméché-là n’est pas n’importe qui. Ensuite, ses propos ont été largement diffusés. Et, enfin – ou surtout – John Galliano a atomisé comme jamais le fameux « point Godwin ».

L’inventeur de ce concept, Mike Godwin, suivait les discussions sur l’Internet des débuts. Il a déduit de cette observation une loi étrange : plus se prolonge un débat en ligne, et plus augmente la probabilité qu’un des interlocuteurs compare ses adversaires (ou leurs thèses) au nazisme, en évoquant Hitler ou le génocide. Variante : il traitera ceux qu’il conteste de fachos. Ce faisant il a atteint « point Godwin » c’est-à-dire un point de non retour dans la conversation. Comparer l’autre à Hitler clôt le débat. C’est celui qui dérape dans l’outrance qui est réputé avoir perdu la conversation pour ne pas avoir trouvé argument plus objectif. Le « point Godwin » est une sorte de carton rouge disqualifiant.

En réalité, Mike Godwin n’a fait que réajuster une maxime apparue avant Internet quand, dans les années cinquante on parlait de « reductio ad Hitlerium ». Et ce procédé primaire reste d’ailleurs très présent dans les controverses, de la rue aux enceintes parlementaires…

Condensé de point Godwin, le slogan éculé « CRS SS » en est l’exemple type. Il faut mesurer ce qu’il suggère pour en saisir l’injustice. Pour un homme politique, l’amalgame avec le nazisme marque assurément une perte de flegme et de lucidité. Quand, dans les années 90, un journaliste de France 2 demanda à Christine Boutin à propos de l’avortement : « Ils disent que c’est un génocide, êtes-vous du même avis ? », l’objectif était de la piéger en l’accusant de banaliser le génocide, donc d’être antisémite. Mais la répartie du député des Yvelines, fut aussi prudente qu’inspirée : « Mère Teresa le dit aussi, oui ». Il fallait le bouclier de charité de la « petite » religieuse de Calcutta pour parer.

Plus récemment, la section locale de la Vienne des jeunes du parti socialiste a été désavouée par son instance nationale pour avoir assimilé, dans une affiche, Sarkozy à Hitler, à propos de l’expulsion des Roms. « Un honteux mélange des genres » a dénoncé, le 24 février 2011, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). Le grand-rabbin de France avait lui aussi logiquement protesté lorsque les opposants à la politique gouvernementale avaient comparé le retour forcé des Roms en Roumanie aux rafles hitlériennes. En effet, ni l’intention, ni le résultat de l’opération ne peut-être assimilé à ce qui s’est passé du temps du Vel d’Hiv. Ministre de la culture, Christine Albanel, reçut même en mars 2009 un point Godwin en boomerang pour avoir accusé ses adversaires de présenter sa loi Hadopi « comme une sorte d’antenne de la Gestapo ». Se prétendre à tort victime d’un amalgame avec le nazisme est injuste. C’est aussi une lourde faute de communication.

Quelles leçons en tirer ?

Il faut d’abord reconnaitre que, dans notre inconscient collectif, ce n’est pas Néron, Attila ou Pol Pot qui synthétise le mal absolu, mais Hitler, indépassable figure du mal. Car l’horreur de la Shoa avec ses intentions, sa réalisation et son résultat est indépassable. Toute comparaison avec le nazisme est vite fautive. Sauf pour Staline peut-être, depuis le Livre noir du communisme…

Il faut ensuite, et d’une façon générale, éviter les raccourcis faciles et inefficaces qui n’aboutissent qu’à flatter les convaincus et scandaliser les opposants. On s’abstiendra donc d’aborder le débat sur la fin de vie en énonçant « euthanasie - Etat nazi ». Même chose pour l’idéologie de l’eugénisme ou pour celle de l’avortement. Elles n’ont pas eu besoin du IIIe Reich pour se répandre, avec des lois démocratiquement votées dans de nombreux pays occidentaux, au tout début comme à la fin du XXe siècle.

Et si, vraiment, on ne peut éviter l’exemple-repoussoir de la Seconde Guerre mondiale, on prendra soin, comme savent le faire les responsables politiques expérimentés, de tourner autour du point Godwin. Il suffira d’évoquer « les leçons à tirer des heures sombres d’une Histoire pas si éloignée ». Inutile de détailler. Chacun aura compris.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 17:47

Le problème est qu'Hitler est un homme de son temps.

Le nazisme n'est pas déconnecté du XX°s et du suivant. Il en est partie prenante et partage avec d'autres courants de pensée contemporains certaines caractéristiques.

Redutio ad Hitlerum peut être mais Godwin ne réduit-il pas Hitler à lui même ?


Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28485
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 17:47

Avant Hitler, je me demande qui symbolisait le mal absolu ? Y a-t-il un homme qui ait déjà mis sur pied une idéologie hégémonique semblable au nazisme et projeté l'élimination de tout un peuple ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80793
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 17:56

Simon1976 a écrit:
Avant Hitler, je me demande qui symbolisait le mal absolu ? Y a-t-il un homme qui ait déjà mis sur pied une idéologie hégémonique semblable au nazisme et projeté l'élimination de tout un peuple ?

Attila Le Huns et Gengis Khan le mongol.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 18:07

C'étaient des conquérants comme d'autres.

Napoléon Ier a aussi symbolisé le mal absolu pour ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 19:01

Simon1976 a écrit:
Avant Hitler, je me demande qui symbolisait le mal absolu ? Y a-t-il un homme qui ait déjà mis sur pied une idéologie hégémonique semblable au nazisme et projeté l'élimination de tout un peuple ?

Mahom...euh non rien


Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum   Lun 07 Mar 2011, 19:58

Mécréant-LV a écrit:
Mahom...euh non rien
tu lui fait trop d'honneur, certains califes successeurs en revanche oui. A part quelques dizaines de tribus, Momo Ier n'a pas effrayé grand monde en dehors de son désert.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le point Godwin, la reductio ad Hitlerum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fidel Castro est-il sur le point de désavouer l'oeuvre d'une vie ?
» Doute point de vue Ruban Moucheté URGENT
» Point de vue narrateur
» 2009: Le 21/05 vers 22h30 - Observation d'un point lumineux rouge à Vitrolles - (13)
» oiseau mal en point

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: