DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Enseignements de François Varillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
casanova



Masculin Messages : 404
Inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 18:56

Le père Varillon est un théologien francais qui m'a beaucoup marqué, je vous propose quelques une de ses méditations sur la toute-puissance de l'amour de Dieu, sur le mystère de la croix, et enfin sur la liberté de la damnation (intrinsèque à l'amour divin):

(Je trouve d'ailleurs dans ses écrits un grand nombre d'idées approuvées par Arnaud Dumouch, notamment dans le choix libre de la damnation, qui est présenté non comme un chatiment mais comme l'émanation de l'amour de Dieu au travers de la liberté de l'homme de choisir ou non l'humilité et l'amour de Dieu.
Mr Dumouch, avez vous été vous aussi fortement influencé par ce théologien grandiose? merci. )

PREMIERE MEDITATION : DIEU N'EST QU'AMOUR :


Tout est dans le « NE QUE » Je vous invite à passer par le feu de la négation car ce n’est qu’au-delà que la vérité se dégage vraiment .

Dieu est-il Tout-Puissant ? Non, Dieu n’est qu’Amour, ne venez pas me dire qu’il est Tout-Puissant.

Dieu est-il Infini ? Non, Dieu n’est qu’Amour, ne me parlez pas d’autre chose.
Dieu est-il sage ? Non.

Voilà ce que j’appelle la traversée du feu de la négation, il faut y passer absolument. A toutes les questions que vous me poserez, je vous dirai : non et non, Dieu n’est qu’Amour

Dire que Dieu est Tout-Puissant, c’est poser comme toile de fond une puissance qui peut s’exercer par la domination, par la destruction. Il y a des êtres qui sont puissants pour détruire (demandez à Hitler, il a détruit 6 millions de juifs !)
Beaucoup de chrétiens posent la toute-puissance comme fond de tableau puis ajoutent, après coup : Dieu est amour, Dieu nous aime. C’est faux !
La toute-puissance de Dieu est la toute-puissance de l’amour, c’est l’amour qui est tout-puissant !


On dit parfois : Dieu peut tout ! Non, Dieu ne peut pas tout, Dieu ne peut que ce que peut l’Amour. Car il n’est qu’Amour. Et toutes les fois que nous sortons de la sphère de l’amour nous nous trompons sur Dieu et nous sommes en train de fabriquer je ne sais quel Jupiter.

J’espère que vous saisissez la différence fondamentale qu’il y a entre un tout-puissant qui nous aimerait et un amour tout-puissant.
Un amour tout-puissant, non seulement n’est pas capable de détruire quoi que ce soit, mais il est capable d’aller jusqu’à la mort. J’aime un certain nombre de personnes, mais mon amour n’est pas tout-puissant, je sais très bien que je ne suis pas capable de tout donner pour ceux que j’aime, c’est-à-dire de mourir pour eux.

En Dieu, il n’y a pas d’autre puissance que la puissance de l’amour et Jésus nous dit (c’est lui qui nous révèle qui est Dieu) :
« Il n’y a pas de plus grand amour que de mourir pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13).

Il nous révèle la toute-puissance de l’amour en consentant à mourir pour nous. Lorsque Jésus a été saisi par les soldats, ligoté, garrotté au Jardin des Oliviers, il nous dit lui-même qu’il aurait pu faire appel à des légions d’anges pour l’arracher aux mains des soldats. Il s’est bien gardé de le faire car il nous aurait alors révélé un faux Dieu, il nous aurait révélé un tout-puissant au lieu de nous révéler le vrai, celui qui va jusqu’à mourir pour ceux qu’il aime.
La mort du Christ nous révèle ce qu’est la toute-puissance de Dieu ; ce n’est pas une toute-puissance d’écrasement, de domination, ce n’est pas une puissance arbitraire telle que nous dirions : qu’est-ce qu’il mijote là-haut, dans son éternité ? Non, il n’est qu’amour mais cet amour est tout-puissant.

François Varillon, extraits de ses conférences
cf "Joie de croire, joie de vivre", p. 25


DEUXIEME MEDITATION : LE MYSTERE DE LA CROIX


L’idée païenne de Dieu

Je souligne que le mystère de la Croix du Christ n’est qu’une énigme dépourvue de signification, si l’on ne se convertit pas radicalement de l’idée qu’on se fait spontanément de la puissance de Dieu.

Tout homme commence par chercher Dieu dans la ligne de la puissance, Dieu est le « Grand Patron », c’est inévitable : on ne peut pas ne pas s’orienter d’abord dans cette direction qui est païenne. Spontanément, nous voudrions que Dieu intervienne constamment dans nos affaires, que Dieu écrive Lui-même notre histoire à notre place, que Dieu nous délivre de cette terrible responsabilité que nous avons d’être nous-mêmes l’auteur de notre destin.

L’image de la Toute-Puissance et celle de la Toute-Impuissance

Quand on devient chrétien (car on n’est pas chrétien, on le devient, il y faut une conversion de tous les jours) et que l’on contemple l’Impuissance absolue de l’Homme-Dieu cloué sur une croix, on a toujours beaucoup de peine à oublier la première démarche (païenne) qui nous a profondément marqués. On est toujours mal converti. On oscille entre deux images du divin que l’on concilie tant bien que mal, faute de savoir les unifier : l’image de la Toute-Puissance païenne, dominatrice et l’image de la Toute-Impuissance du Christ cloué qui agonise et qui meurt. L’image de la Toute-Puissance païenne subsiste par dessous, inchangée ; et l’image de la Toute-Impuissance du Christ cloué est en quelque sorte en surimpression. Cette coexistence des deux images est un désastre pour l’âme et pour l’esprit.

C’est la mort du Christ qui révèle en plénitude la Gloire de Dieu

Il faut donc poursuivre à longueur de jours et d’années une méditation proprement chrétienne qui nous persuade en profondeur que c’est la Toute-Impuissance du Calvaire qui révèle la vraie nature de la Toute-Puissance de Dieu, de l’Etre éternel et infini.
C’est la mort du Christ qui révèle en plénitude le Gloire de Dieu, cette Gloire qui est identiquement l’Amour comme Puissance d’anéantissement de soi. C’est en Jésus crucifié qu’est rendu manifeste le pur « pour toi » ou « pour vous » de l’Absolu vivant qui est Trinité.
C’est un homme défiguré, sanglant, couvert de crachats, de sueur et de sang, comparé par Isaïe à l’agneau conduit à la boucherie, qui dé-voile l’Etre éternel sans figure. L’existence humaine n’a de sens qu’en lui et par lui : telle est l’affirmation centrale de la foi.

Comme on comprend l’émotion de saint Paul, quand il nous dit (Ph 3, 18) qu’il « pleure » en songeant à ces hommes « qui marchent en ennemis de la croix du Christ » ! Il faudrait sans doute demeurer ou devenir capables de pleurer aussi.

François Varillon, extraits de ses conférences
cf "Joie de croire, joie de vivre", p. 78


TROISIEME MEDITATION : "LA DAMNATION, UN AMOUR LIBREMENT REFUSé"

Qu’est-ce qu’un amour sérieux ? C’est un amour qui n’abolit pas la liberté humaine, mais qui la fonde. L’amour ne serait pas l’amour s’il manipulait la liberté en vue d’obtenir coûte que coûte la réciprocité. Avec vos enfants, certes, quand ils sont tout petits, vous arrivez à obtenir la réciprocité. Vous obtenez une caresse, un baiser, la fin d’une bouderie ! Mais ce sont des gamins ! Dieu ne nous traite pas en gamins. L’amour n’est plus l’amour s’il dit : je t’obligerai finalement à m’aimer. On ne peut obliger personne à aimer. Contraindre à aimer, ce n’est pas aimer.

Dans un livre admirable, Jean Lacroix a écrit une phrase qui est peut-être une des phrases les plus profondes qui aient été écrites ces dernières années :
« Aimer, c’est promettre et se promettre de ne jamais employer à l’égard de l’être aimé les moyens de la puissance. Refuser toute puissance, c’est s’exposer au refus, à l’incompréhension et à l’infidélité. »
II y a de multiples puissances qu’on utilise toujours plus ou moins dans l’amour humain, depuis la pression de la séduction dont l’allure est anodine jusqu’à la violence abjecte. La coquetterie, la flatterie, le mensonge sont des vers cachés dans les beaux fruits qu’on offre. Et il y a toutes les formes de viol camouflé ou non.

Rien de tout cela en Dieu : en lui l’amour n’est qu’amour, donc c’est un amour qui s’interdit absolument l’usage de la puissance. Son amour est vraiment donné, et cela implique qu’il devienne un amour accueilli. Qui peut garantir que l’amour réellement donné, ou offert, ne sera jamais un amour librement refusé ? Si vous prétendez qu’une telle garantie existe, il n’y a plus d’amour. Car vous ne pouvez trouver cette garantie ailleurs que dans l’usage de la puissance. La seule garantie possible, ce serait que Dieu nous oblige à l’aimer !

En réalité, le refus de l’amour est quelque chose de proprement effarant.
C’est à la limite du pensable. Ou, si vous préférez, ce n’est pensable que comme une limite. Par contre, ce qui est au-delà du pensable, au-delà de toute limite, c’est que Dieu puisse cesser d’aimer. Il n’y a pas de mal-aimés de Dieu. Mais la liberté de l’homme — qui fait sa grandeur — est telle que l’amour inconditionnellement offert peut se voir inconditionnellement refusé.

Si vous estimez qu’il est impossible que l’homme engage dans un égoïsme conscient et entêté le fond de soi, vous diminuez l’homme, vous le réduisez plus ou moins, comme dit Sartre, à être une poupée entre les mains des dieux. Vous en arrivez à imaginer un dieu qui tout à la fois créerait, fonderait notre liberté, et la figerait, la pétrifierait, la manipulerait, ce qui ne vaut pas mieux.
Quand on croit vraiment à la grandeur de l’homme, on croit aussi que l’éventualité de la damnation est inscrite, comme refus inconditionnel d’amour, dans la structure même de sa liberté. L’éventualité de l’enfer est un élément structurel de notre liberté divinisable.

La foi de l’Église, c’est exactement cela : la grandeur de Dieu, la sainteté de Dieu, la pureté de l’amour de Dieu qui s’interdit l’usage de quelque puissance que ce soit pour nous contraindre à aimer, la grandeur de l’homme, la grandeur de la liberté de l’homme impliquent que la damnation est inscrite comme éventualité réelle au plus intime de lui-même. C’est tout mais cela va loin !

François Varillon, extraits de ses conférences
cf "Joie de croire, joie de vivre", p. 198

Merci à tous Smile
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80781
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 20:15

Cher Casanova, il a eu beaucoup de rayonnement. Et il a du m'influencer pas ce rayonnement qui faisait courir ses idées. Mais je n'ai jamais lu ses oeuvres.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 20:35

Après avoir lu et relu Varillon il y a cependant une contradiction. Pour lui Dieu n'est qu'amour alors qu' il a écrit un livre sur l'Humilité de Dieu. Il a donc bien vu la distinction entre amour et humilité. C'est un peu la même chose en ce qui concerne la toute-puissance et la justice.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80781
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 20:40

Paco a écrit:
Après avoir lu et relu Varillon il y a cependant une contradiction. Pour lui Dieu n'est qu'amour alors qu' il a écrit un livre sur l'Humilité de Dieu. Il a donc bien vu la distinction entre amour et humilité. C'est un peu la même chose en ce qui concerne la toute-puissance et la justice.

En un sens, amour et humilité en Dieu sont la même chose et ne sont distinguées que pour nous l'expliquer.

En effet, en aimant son Verbe, le Père est en même temps entier abaissement de soi devant lui (et réciproquement).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
casanova



Masculin Messages : 404
Inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 21:20

Oui Varillon explique que le veritable amour implique une entière humilité, une entière pauvreté en Dieu.

Ecoutez Francois Varillon :
"Je réintègre les attributs de Dieu (toute-puissance, sagesse, beauté…) mais ce sont les attributs de l’amour. D’où la formule que je propose : L’amour n’est pas un attribut de Dieu parmi ses autres attributs mais les attributs de Dieu sont les attributs de l’amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80781
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 21:24

thumleft L'Esprit Saint a donc estimé que l'Eglise était mûre pour que ces vérités lui soient rendues conscientes. Car de nombreux théologiens, QUI NE SE CONNAISSAIENT PAS, se sont mis à enseigner cette humilité en Dieu que saint Thomas d'Aquin, pour sa part, niait (il disait : il n'y a aucun attribut impliquant un abaissement de soi en Dieu).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Enseignements de François Varillon   Mar 22 Fév 2011, 23:42

Attention,le Père Varillon,sj, n'est pas docteur de l'Eglise,et je doute qu'il le soit un jour,car nombre de ses ouvrages contiennent des affirmations parfaitement hérétiques,comme dans "Joie de croire,joie de vivre",que j'ai parcouru,mais cela m'a suffit!
Le démon aussi est un bon théologien,mais il suffit de glisser quelques hérésies au milieu de beaucoup de vérités pour corrompre la Foi.
Je ne possède évidemment pas ses ouvrages,que je ne peux donc malheureusement plus vous citer!
Revenir en haut Aller en bas
 
Enseignements de François Varillon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enseignements de François Varillon
» LA FOI ET POLITIQUE Père FRANÇOIS VARILLON théologien
» Dieu endurcit volontairement les cœurs des hommes ??
» L'enfant prodigue : François Varillon, théologien
» «LA PRIÈRE» par le Père FRANÇOIS VARILLON théologien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: