DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:17

L'islamisme vu par l'occident.

Spoiler:
 

:beret:
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-



Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:30

On dirait Arnaud dans 20 ans... Pouffer de rire
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:41

:mdr:
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:45

Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:49

le sultan n’oublia pas le sourire de François, sa douceur dans l’expression d’une foi sans limite. Peut-être ce souvenir fut-il décisif lorsqu’il décida, dix années plus tard, alors qu’aucune force ne l’y contraignait, de rendre Jérusalem aux chrétiens. Ce que les armées venues d’Europe n’avaient pu obtenir
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 18:52

https://cmc-terrasanta.com/es/video/l-heritage-de-saint-francois-d-assise-en-terre-sainte-5025.html
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 19:52

Encore une messe de mariage qui se passe bien dans une Europe envahie.

https://vid.me/TuDr
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Dim 04 Juin 2017, 23:43

Ils vont affirmer qu'il est déséquilibré que ce n'est pas ça l'islam et en prime, Arnaud va te bizouter le dessus de la tête. Pouffer de rire

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83834
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 07:01

Mon avis est celui du président Sissi : Ce n'est certes pas l'islam mais c'est aussi cela l'islam à cause des textes violents du Coran.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 07:16

Et à cause de l'exemple donné par le prophète, encore aujourd'hui proclamé comme "l'homme parfait", l'exemple à suivre.

Cette "religion" est pourrie à sa racine. (Si il faut, pour pacifier l'islam, caviarder les textes sacrés et changer de prophète, alors "good luck, have fun"...)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83834
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 09:12

Ray a écrit:


Cette "religion" est pourrie à sa racine. (Si il faut, pour pacifier l'islam, caviarder les textes sacrés et changer de prophète, alors "good luck, have fun"...)

Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 11:52

ils faudraient d 'abord qu 'ils admettent que le coran n 'a pas été ecrit par Dieu mais sous son inspiration et a ce moment la des versets pourront ne pas etre pris littéralement ...
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 11:53

Bahrein et Arabie Saoudite ferment leur espace aérien au Qatar. La tension monte.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 11:54

http://www.lepoint.fr/monde/moyen-orient-le-qatar-mis-au-ban-05-06-2017-2132829_24.php
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 11:54

Arnaud Dumouch a écrit:
Ray a écrit:


Cette "religion" est pourrie à sa racine. (Si il faut, pour pacifier l'islam, caviarder les textes sacrés et changer de prophète, alors "good luck, have fun"...)

Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

Vous avez sans doute raison.
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 11:56

philippe bis a écrit:
http://www.lepoint.fr/monde/moyen-orient-le-qatar-mis-au-ban-05-06-2017-2132829_24.php

L'AS s'achète une respectabilité à bon compte.
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 12:07

Ray a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Ray a écrit:


Cette "religion" est pourrie à sa racine. (Si il faut, pour pacifier l'islam, caviarder les textes sacrés et changer de prophète, alors "good luck, have fun"...)

Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

Vous avez sans doute raison.

Mais la différence capitale est que l'islam en tant que tel, n'est pas reliée à une alliance, alors que le judaïsme si suivi du
christianisme pour le monde!

Pour ce qui est du jour que les musulmans se seront réformés, c'est l'Occident en aura marre et prendra les moyens pour les
mater comme les romains l'ont fait quoique eux ce fut en tant que conquérant.
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 12:08

Arnaud Dumouch a écrit:
Mon avis est celui du président Sissi : Ce n'est certes pas l'islam mais c'est aussi cela l'islam à cause des textes violents du Coran.

C'est l'islam un point c'est tout. Ensuite, c'est une question de l'appliquer en tout ou en partie.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 12:24

À part les 10 commandements gravés dans la Bible qu'est-ce qui a été crée de la main de Dieu?Donc assez " facile "a réformé la bible AT  ...de plus pas de prosélytisme chez les Juifs.On n'applique pas de vieille solution pour un nouveau problème .C'est ce qui fait la différence entre un esprit humain et les robots, l'homme est capable d'inventer à des nouveaux problèmes des nouvelles solutions même si des fois ça peut prendre du temps ...


Dernière édition par philippe bis le Lun 05 Juin 2017, 12:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 12:26

Ne pas tuer c 'est pourtant assez clair...
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 12:53

Melbourne : 2 morts, plusieurs blessés.

http://www.dailystar.co.uk/news/world-news/619870/Melbourne-explosion-Australia-Brighton-police-hostage
Revenir en haut Aller en bas
ondax



Masculin Messages : 183
Inscription : 22/05/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 14:00

Arnaud Dumouch a écrit:


Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

Pas d'accord sur le pire. Evidemment
Le judaïsme n'est pas prosélyte.

Quel détail !

Quant à la bénédiction à Ismaël, on peut toujours imaginer que ce sont eux pour se rassurer. Mais ça peut tout à fait être eux qui se sont rattachés là mais qu'encore une fois ce sont des usurpateurs. Il n'y a aucune certitude, aucune.

On est en plein dans une tendance moderniste. Vous semblez y croire comme une prophétie.

Doux rêve... que le votre purement et dangereusement chimérique.

Ce truc n'a même pas de tête, mais mille. Même les réformés ont moins de têtes. C'est très ... malin.

C'est juste un livre arrêté et le CV de l'"exemple de la perfection humaine incarnée" du gars qui va avec. Vous ne changerez pas une virgule de ce truc.

Essayez donc de faire un figuier à partir d'un chardon.
Des hérésies chrétiennes, cette chose est la pire. Comme toutes les hérésies, cette chose doit être condamnée par le verbe, chose que notre pasteur ne fait pas du tout bien au contraire.


Dernière édition par ondax le Lun 05 Juin 2017, 14:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 14:04

EMPRISE ET RADICALISATION http://www.unadfi.org/emprise-et-radicalisation
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 14:10

Le professeur Parquet a établi une grille de critères pour pouvoir caractériser l’emprise mentale. Pour porter le diagnostic, il faut que cinq des neuf critères soient établis. Ces critères sont :

- Rupture imposée avec les modalités antérieures des comportements, des conduites, des jugements, des valeurs, des sociabilités individuelles, familiales et collectives ;

- Occultation des repères antérieurs et rupture dans la cohérence avec la vie antérieure et acceptation par une personne que sa personnalité, sa vie affective, cognitive, relationnelle, morale et sociale soient modelées par les suggestions, les injonctions, les ordres, les idées, les concepts, les valeurs, les doctrines imposées par un tiers ou une institution, ceci conduisant à une délégation générale et permanente à un modèle imposé ;

- Adhésion et allégeance inconditionnelle, affective, comportementale, intellectuelle, morale et sociale à une personne ou à un groupe ou à une institution : ceci conduisant à une loyauté exigeante et complète, une obéissance absolue, une crainte et une acceptation des sanctions, une impossibilité de croire possible de revenir à un mode de vie antérieur ou de choisir des alternatives, étant donné la certitude imposée que le nouveau mode de vie est le seul légitime ;

- Mise à disposition complète, progressive et extensive de sa vie à une personne ou à une institution ;

- Sensibilité accrue dans le temps aux idées, aux concepts, aux prescriptions, aux injonctions et ordres à un « corpus doctrinal » avec éventuellement mise au service de ceux-ci dans une démarche prosélyte ;

- Dépossession des compétences d’une personne avec anesthésie affective, altération du jugement, perte des repères, des valeurs et du sens critique ;

- Altération de la liberté de choix ;

- Imperméabilité aux avis, attitudes, valeurs de l’environnement avec impossibilité de se remettre en cause et de promouvoir un changement ;

- Induction et réalisation d’actes gravement préjudiciables à la personne, actes qui antérieurement ne faisaient pas partie de la vie du sujet. Ces actes ne sont plus perçus comme dommageables ou contraires aux valeurs et au mode de vie habituellement admis dans notre société.


Ces 9 critères doivent permettre d’identifier avec rigueur l’emprise sectaire et « de ne pas imputer à tort un changement d’attitude et de comportement, qui pourrait avoir d’autres origines comme une pathologie mentale, un trouble de la personnalité ou la réaction à une perturbation survenue dans la vie d’une personne. »
Pour Philippe-Jean Parquet, il est essentiel que le grand public ait les « moyens d’identifier les manœuvres de ces organisations et de ces groupes lorsqu’ils les contactent ».

Lorsqu’ils ne sont pas des cibles directes, les enfants et les adolescents sont les « victimes des croyances induites chez leurs parents, ils en subissent les conséquences : malnutrition due à des régimes carencés, absence de vaccinations et de traitements lorsqu’ils sont malades, déficit des acquisitions scolaires, formatage de la personnalité… ». Il arrive également qu’ils soient directement confrontés dans le cadre de rattrapage scolaire ou d’aide au développement de la personnalité : « On leur propose des méthodes, des activités, des environnements voire des scolarités complètes qui conduisent à les mettre sous tutelle et en faire de futurs adeptes. » http://www.unadfi.org/cles-pour-comprendre/philippe-jean-parquet%C2%A0-les-9-crit%C3%A8res-pour-caract%C3%A9riser-l%E2%80%99emprise
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83834
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 16:51

[quote="ondax"]
Arnaud Dumouch a écrit:


Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

Pas d'accord sur le pire. Evidemment
Le judaïsme n'est pas prosélyte.

Quel détail !/quote]

Le judaïsme n'est PLUS prosélyte. Demandez aux romains s'il ne l'était pas. Il ont voulu conquérir cet empire et cela a donné la guerre la plus meurtrière de l'Antiquité (un millions 100 mille morts dans un empire de 20 millions d'habitants).

Jésus en témoigne :

Matthieu 23, 15 "Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui parcourez mers et continents pour gagner un prosélyte, et, quand vous l'avez gagné, vous le rendez digne de la géhenne deux fois plus que vous !


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 16:56

hmm c'est pas vraiment du prosélytisme ça. C'est de la conquête pour dominer.
Comment fait-on pour devenir juif ? Sauf erreur, on ne le devient que par le sang de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83834
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 16:59

La religion Juive portait en elle 1° La conquête pour dominer et 2° L'espoir que Dieu allait exterminer les non-juifs.


Voici la prophétie :




1° Les nations du monde entier se lèveront pour la grande guerre (Gog et Magog).
 
Ezéchiel 38, 2 Fils d'homme, tourne-toi vers Gog, au pays de Magog, prince, chef de Méshek et de Tubal, et prophétise contre lui.
Ezéchiel 38, 3 Tu diras : Ainsi parle le Seigneur Yahvé. Je me déclare contre toi, Gog, prince, chef de Méshek et de Tubal.
Ezéchiel 38, 4 Je te ferai faire demi-tour, je mettrai des crocs à tes mâchoires et je te ferai sortir avec toute ton armée, chevaux et cavaliers, tous parfaitement équipés, troupe nombreuse, tous portant écus et boucliers et sachant manier l'épée.
Ezéchiel 38, 5 La Perse, Kush et Put sont avec eux, tous avec le bouclier et le casque.
Ezéchiel 38, 6 Gomer et toutes ses troupes, Bet-Togarma, à l'extrême nord, et toutes ses troupes, des peuples innombrables sont avec toi.
Ezéchiel 38, 7 Sois prêt, prépare-toi bien, toi et toutes tes troupes ainsi que ceux qui se sont groupés autour de toi, et mets-toi à mon service.
Ezéchiel 38, 8 Après bien des jours, tu recevras des ordres. Après bien des années, tu viendras vers le pays dont les habitants ont échappé à l'épée et ont été rassemblés, parmi une multitude de peuples, sur les montagnes d'Israël qui furent longtemps une ruine. Depuis qu'ils ont été séparés des autres peuples, ils habitent tous en sécurité.
Ezéchiel 38, 9 Tu monteras, tu avanceras comme une tempête, tu seras comme une nuée qui couvrira le pays, toi, toutes tes troupes et des peuples nombreux avec toi.
Ezéchiel 38, 10 Ainsi parle le Seigneur Yahvé : Ce jour-là, des pensées naîtront dans ton coeur et tu formeras de mauvais desseins.
Ezéchiel 38, 11 Tu diras : "je vais monter contre un pays sans défense, marcher contre des hommes tranquilles, qui habitent en sécurité. Ils habitent tous des villes sans remparts, ils n'ont ni verrous ni portes."
Ezéchiel 38, 12 Tu iras piller et faire du butin, porter la main contre des ruines habitées et contre un peuple rassemblé d'entre les nations, adonné à l'élevage et au commerce, qui habite sur le nombril de la terre.
Ezéchiel 38, 13 Sheba, Dedân, les trafiquants de Tarsis et tous ses jeunes lions te diront : "Est-ce pour piller que tu es venu ? Est-ce pour faire du butin que tu as réuni tes troupes ? Est-ce pour enlever l'or et l'argent, pour saisir troupeaux et marchandises, pour emporter un immense butin ?"
 
2° Elle fera la guerre au peuple saint, alors qu'il sera innocent et en paix.
 
Ezéchiel 38, 14 C'est pourquoi, prophétise, fils d'homme. Tu diras à Gog : Ainsi parle le Seigneur Yahvé. N'est-il pas vrai que ce jour-là, quand mon peuple Israël habitera en sécurité, tu te mettras en route ?
Ezéchiel 38, 15 Tu quitteras ta résidence à l'extrême nord, toi et des peuples nombreux avec toi, tous montés sur des chevaux, troupe énorme, armée innombrable.
Ezéchiel 38, 16 Tu monteras contre Israël mon peuple, tu seras comme une nuée qui recouvre la terre. Ce sera à la fin des jours que je t'amènerai contre mon pays, pour que les nations me connaissent, quand je manifesterai ma sainteté à leurs yeux, par ton intermédiaire, Gog.
Ezéchiel 38, 17 Ainsi parle le Seigneur Yahvé : C'est toi dont j'ai parlé au temps jadis, par mes serviteurs les prophètes d'Israël qui ont prophétisé en ce temps là, annonçant ta venue contre eux.
 
3° La victoire tombera du Ciel, alors que tout semblera perdu. On mettra 7 mois à enterrer les cadavres de Gog et Magog.
Ezéchiel 38, 18 En ce jour-là, au jour où Gog s'avancera contre le territoire d'Israël - oracle du Seigneur Yahvé - mon courroux montera. Dans ma colère,
Ezéchiel 38, 19 dans ma jalousie, dans l'ardeur de ma fureur, je le dis : ce jour-là, je le jure, il y aura un grand tumulte sur le territoire d'Israël.
Ezéchiel 38, 20 Alors trembleront devant moi les poissons de la mer et les oiseaux du ciel, les bêtes sauvages, tous les reptiles qui rampent sur le sol et tous les hommes qui sont sur la surface du sol. Les montagnes s'écrouleront, les parois des rochers trembleront, toutes les murailles tomberont par terre.
Ezéchiel 38, 21 J'appellerai contre lui toute sorte d'épée, oracle du Seigneur Yahvé, et ils tourneront l'épée l'un contre l'autre.
Ezéchiel 38, 22 Je le châtierai par la peste et le sang, je ferai tomber la pluie torrentielle, des grêlons, du feu et du soufre, sur lui, sur ses troupes et sur les peuples nombreux qui sont avec lui.
Ezéchiel 38, 23 Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, je me ferai connaître aux yeux des nations nombreuses, et ils sauront que je suis Yahvé.
Ezéchiel 39, 1 Et toi, fils d'homme, prophétise contre Gog. Tu diras : Ainsi parle le Seigneur Yahvé. Je me déclare contre toi, Gog, prince, chef de Méshek et de Tubal.
Ezéchiel 39, 2 Je te ferai faire demi-tour, je te conduirai, je te ferai monter de l'extrême nord et je t'amènerai contre les montagnes d'Israël.
Ezéchiel 39, 3 Je briserai ton arc dans ta main gauche et je ferai tomber tes flèches de ta main droite.
Ezéchiel 39, 4 Tu tomberas sur les montagnes d'Israël, toi, toutes tes troupes et les peuples qui sont avec toi. Je te donne en pâture aux oiseaux de proie de toute espèce et aux bêtes sauvages :
Ezéchiel 39, 5 Tu tomberas en plein champ, car moi, j'ai parlé, oracle du Seigneur Yahvé.
Ezéchiel 39, 6 J'enverrai le feu dans Magog et sur ceux qui habitent des îles, en sécurité, et ils sauront que je suis Yahvé.
Ezéchiel 39, 7 Je ferai connaître mon saint nom au milieu de mon peuple Israël, je ne laisserai plus profaner mon saint nom, et les nations sauront que je suis Yahvé, saint en Israël.
Ezéchiel 39, 8 Voici que cela vient, c'est fait - oracle du Seigneur Yahvé - c'est le jour que j'ai annoncé.
Ezéchiel 39, 9 Alors les habitants des villes d'Israël s'en iront brûler et livrer au feu les armes, écus et boucliers, arcs et flèches, javelots et lances. Ils en feront du feu pendant sept ans.
Ezéchiel 39, 10 On n'ira plus chercher de bois dans la campagne, on n'en coupera plus dans les forêts, car c'est avec les armes qu'on fera du feu. Ils pilleront ceux qui les pillaient, ils prendront du butin à ceux qui leur en prenaient, oracle du Seigneur Yahvé.
Ezéchiel 39, 11 Ce jour-là, je donnerai à Gog pour sa sépulture en Israël un lieu célèbre, la vallée des Oberim, à l'est de la mer, la vallée qui arrête les passants ; on y enterrera Gog et toute sa multitude, et on l'appellera : Vallée de Hamôn-Gog.
Ezéchiel 39, 12 La maison d'Israël les enterrera afin de purifier le pays pendant sept mois.
Ezéchiel 39, 13 Tous les gens du pays travailleront à les enterrer, et cela leur vaudra la renommée au jour où je manifesterai ma gloire, oracle du Seigneur Yahvé.
 
4° Israël régnera sur le monde entier.
 
Ezéchiel 39, 14 On mettra à part des hommes dont la fonction permanente sera de parcourir le pays et d'enterrer ceux qui sont restés sur le sol, pour le purifier. Ils entreprendront leur recherche au bout de sept mois.
Ezéchiel 39, 15 Quand ces gens-là parcourront le pays, si l'un d'eux voit des ossements humains, il dressera à côté une borne, jusqu'à ce que les fossoyeurs les enterrent dans la vallée de Hamôn-Gog
Ezéchiel 39, 16 (et Hamona est aussi le nom d'une ville), et qu'ils aient purifié le pays.
Ezéchiel 39, 17 Et toi, fils d'homme, ainsi parle le Seigneur Yahvé. Dis aux oiseaux de toute espèce et à toutes les bêtes sauvages : Rassemblez-vous, venez, réunissez-vous de partout alentour pour le sacrifice que je vous offre, un grand sacrifice sur les montagnes d'Israël, et vous mangerez de la chair et vous boirez du sang.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 17:28

Ray a écrit:
hmm c'est pas vraiment du prosélytisme ça. C'est de la conquête pour dominer.
Comment fait-on pour devenir juif ? Sauf erreur, on ne le devient que par le sang de sa mère.
Oui je le pense aussi ,le prosélytisme des origines est lié secondairement à la conversion religieuse et premiérement  est utilisé dans le Nouveau Testament https://fr.wikipedia.org/wiki/Pros%C3%A9lytisme aujourd'hui dans l 'islam la formule pour se convertir est tres succinct... se convertir au judaisme devait pas etre si simple , saint paul était citoyen romain et juif de naissance mais pouvez t -on etre romain de naissance est se convertir au judaisme?
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 17:36

En tout cas le schéma récurrent utilisé par l 'islam marche tres bien pour l 'instant a savoir, conquérir,convertir,gouverner (erdogan a rajouté il y a peu faites beaucoup d 'enfants!) ;)
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 17:39

http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/03/17/erdogan-encourage-les-turcs-a-faire-beaucoup-d-enfants
Revenir en haut Aller en bas
ondax



Masculin Messages : 183
Inscription : 22/05/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Lun 05 Juin 2017, 20:03

Ce qu'on appelle les  "juifs" d'aujourd'hui, vous leur filez la terre sainte et ils vous fichent la paix.
Les autres n'auront de cesse de manier l'épée ou toute autre ruse jusqu'à ce que chaque rocher et chaque arbre leur signalent par eux-même qu'encore derrière eux les derniers des premiers cités se cachent, afin que qu'on les vienne les achever sur toute la surface de la création.

Ecoutez la voix du Seigneur quand vous êtes dans le flou si elle n'est pas trop simple pour un savant théologien.

Est-ce qu'il n'y a que les simple fidèles de base comme moi qui voient les fruits du moment ?
Les savants et prélats sont-ils aveugles ?

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous sous des vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravissants.
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits: cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des ronces?
Ainsi tout bon arbre porte de bons fruits, et tout arbre mauvais de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre mauvais porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.
Vous les reconnaîtrez donc à leurs fruits.
Mathieu 7


Dernière édition par ondax le Mar 06 Juin 2017, 08:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 01:00

Intervention de Thibaut de Montbrial sur CNews

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 01:22

Arnaud Dumouch a écrit:
ondax a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Les textes du judaïsme sont pires. Or le judaïsme s'est réformé.

Comment ? Sous le coup de l'échec politique et de la souffrance (1800 ans d'exil).

Ce sera pareil pour l'islam

Pas d'accord sur le pire. Evidemment
Le judaïsme n'est pas prosélyte.

Quel détail !/quote]

Le judaïsme n'est PLUS prosélyte. Demandez aux romains s'il ne l'était pas. Il ont voulu conquérir cet empire et cela a donné la guerre la plus meurtrière de l'Antiquité (un millions 100 mille morts dans un empire de 20 millions d'habitants).

Jésus en témoigne :

Matthieu 23, 15 "Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui parcourez mers et continents pour gagner un prosélyte, et, quand vous l'avez gagné, vous le rendez digne de la géhenne deux fois plus que vous !


L'alliance fut retirée en conséquence, alors que la nouvelle c'est pour tout le monde, incluant les arabes et cies. A moins que vous pensez que l'alliance serait avec l'islam?
Revenir en haut Aller en bas
Waddle



Masculin Messages : 2345
Inscription : 18/08/2015

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 12:10

Je ne savais pas dans quel sujet parler de ça.

Manifestement les pays du Golf ont décidé de mettre au ban le Qatar et il paraît qu'il y a même déjà des sanctions pratiques. Je suis assez surpris de ça, parce que je ne l'ai pas vu venir (il paraît que ça couvait déjà depuis un certain temps).

Ray, avez-vous un peu suivi l'affaire?

Qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 12:38

Pas vu venir non plus. Je serais intéressé de savoir ce que Trump et le roi saoud se sont dit il y a deux semaines.
Nulle doute que ça y a à voir... (et la raison pour laquelle cela surprend tout le monde)
Trump a du mettre sur la table des choses sérieuses.

ps : D'après Xavier Raufer qui a des contacts haut-niveau avec ses homologues saoudiens, ces derniers lui ont "jurés" qu'ils ne touchaient plus à ce qui se passe en Syrie. C'est peut-être vrai. Peut-être pas. En tous les cas, je pense qu'ils sont conscients que ça va être très sérieux pour eux si ils continuaient et qu'ils étaient pris la main dans le sac. Je pense qu'ils veulent de cette rupture avec le Qatar comme un gage de bonne foi de leur part.
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 14:52

L'avis de Renaud Girard (journaliste, reporter de guerre, qui a couvert sur place 80% des conflits armés sur la planète depuis 30 ans).



Avis qui devrait en intéresser plusieurs d'entre-nous ici, à la lecture de ses positions sur divers conflits :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Girard#Quelques_positions


CHRONIQUE - Déjà en 1996, Samuel Huntington annonçait le «choc des civilisations», un clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale.

Parce que, chez lui, les guerres de religion se sont arrêtées au XVIIe siècle, c'est-à-dire il y a très longtemps, l'Occident éprouve une grande difficulté à les appréhender. Il y a comme un malaise chez les clercs en Occident à voir, à entendre, à conceptualiser - et donc à bien nommer - ce nouvel ennemi qui vient, de l'intérieur, le frapper mortellement, au cœur de ses capitales. Le phénomène est certes très nouveau dans l'histoire de la polémologie. En 1939 en Grande-Bretagne, l'idéologie fasciste avait beau y compter nombre de sympathisants, jamais aucun nazi anglais n'est allé poignarder des compatriotes en face de Westminster…

Lorsqu'on lisait sur le site de la BBC, dimanche 4 juin 2017, les multiples articles consacrés par ce média de référence à l'attaque terroriste de la veille au soir sur le pont de Londres (7 morts, 50 blessés), il y avait un mot qui n'était jamais écrit: le mot «islam». Pourtant, les attaquants s'étaient jetés, le couteau à la main, sur leurs victimes en leur hurlant «C'est pour Allah!».

À entendre les discours officiels, un groupe, appelé «les terroristes», ferait la guerre à l'Occident. Mais le terrorisme n'est qu'un moyen d'inspirer la terreur à son ennemi. C'est une arme, comme le Stuka, le napalm, la bombe à fragmentation. Le plus intéressant à analyser dans ces attaques, ce n'est pas leur mode opératoire et les armes utilisées (cutter, voiture-bélier, kalachnikov, pain de plastic, etc.), mais plutôt leurs motivations. Au nom de quoi sont-elles donc commises? Telle est la grande question à poser.
Une responsabilité collective

Comme l'avait expliqué Huntington dans un livre prophétique paru en 1996, nous sommes entrés, depuis la fin de la guerre froide et du monde bipolaire, dans une époque de «choc des civilisations». Le professeur à Harvard ne souhaitait bien sûr pas voir ses prophéties se réaliser ; il eut simplement le courage intellectuel de nous avertir, et de subir l'anathème des milieux bien-pensants. Le clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale est devenu une réalité incontestable. Notre univers mental entretient beaucoup de divergences avec d'autres civilisations (la chinoise, l'hindoue, l'orthodoxe, etc.), mais elles ne suscitent aucun fanatique prêt à venir tuer chez nous au nom de Dieu.

Alors, il est temps de dire les choses telles qu'elles sont. Y a-t-il un problème avec l'islam? La réponse est oui. Un immense problème. Est-ce à dire qu'il faut créer une responsabilité collective pour toutes les personnes de confession musulmane demeurant en Occident ou désirant y voyager? La réponse est non. La preuve en est donnée par la réaction très professionnelle et mesurée qui fut par exemple celle du maire de Londres, qui est musulman.

Quel est donc le gigantesque problème que nous avons avec l'islam? C'est que sa réforme s'est faite au XXe siècle - et continue de se faire aujourd'hui - sous le mode de la régression, et non du progrès. Elle s'appelle le salafisme. Mot que l'on pourrait traduire par le retour à la religion de nos pieux ancêtres (les Bédouins de la péninsule arabique du VIIe siècle). Un bon musulman aujourd'hui est donc quelqu'un qui considère, comme à Médine il y a treize siècles, que le témoignage d'une femme vaut la moitié de celui d'un homme, que la tolérance est inadmissible envers les libres-penseurs, que l'apostasie est un crime.

Le christianisme a connu l'humanisme de la Renaissance italienne, la Réforme dans les pays du Nord, et la Contre-Réforme (qui était un type de Réforme) dans l'univers resté catholique. Ce mouvement a été un progrès, car il lui a fait accepter les avancées de la science. Le culte de la science et de la technique, mélangé aux impératifs de la transformation du monde (la parabole des talents)et de la séparation du politique et du religieux («Rendez à César ce qui appartient à César…»), a provoqué l'essor exceptionnel de la chrétienté. Face à elle s'est trouvé un islam, d'abord déclinant (depuis l'échec du siègede Vienne en 1688), puis régressif(depuis le rêve «anticolonialiste»des années 1930 d'un retour à l'islamdes origines). Quelle frustration!

Au XIXe siècle, il y avait, au Caire ou à Tunis, un islam sunnite éclairé et tolérant. Pourquoi n'est-ce pas lui qui a gagné ? Parce que les dollars du pétrole sont venus enhardir les communautés les plus rétrogrades du monde musulman: les wahhabites du Golfe (qui se rejettent aujourd'hui la responsabilité, comme l'illustre la brouille entre l'Arabie saoudite et le Qatar). Les frustrations politiques, sociales et morales de l'islam contemporain nourrissent le rêve du salafisme, lequel se transforme, de plus en plus souvent, en passages à l'acte violents. Comprenons-le en profondeur, afin de nous en prémunir.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 15:14

Trump veut un examen «en urgence» à la Cour suprême d’un décret anti-immigration «beaucoup plus strict»
https://twitter.com/AFPusa/status/871704888505507842
Revenir en haut Aller en bas
Waddle



Masculin Messages : 2345
Inscription : 18/08/2015

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 15:39

Ray a écrit:
L'avis de Renaud Girard (journaliste, reporter de guerre, qui a couvert sur place 80% des conflits armés sur la planète depuis 30 ans).



Avis qui devrait en intéresser plusieurs d'entre-nous ici, à la lecture de ses positions sur divers conflits :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Girard#Quelques_positions


CHRONIQUE - Déjà en 1996, Samuel Huntington annonçait le «choc des civilisations», un clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale.

Parce que, chez lui, les guerres de religion se sont arrêtées au XVIIe siècle, c'est-à-dire il y a très longtemps, l'Occident éprouve une grande difficulté à les appréhender. Il y a comme un malaise chez les clercs en Occident à voir, à entendre, à conceptualiser - et donc à bien nommer - ce nouvel ennemi qui vient, de l'intérieur, le frapper mortellement, au cœur de ses capitales. Le phénomène est certes très nouveau dans l'histoire de la polémologie. En 1939 en Grande-Bretagne, l'idéologie fasciste avait beau y compter nombre de sympathisants, jamais aucun nazi anglais n'est allé poignarder des compatriotes en face de Westminster…

Lorsqu'on lisait sur le site de la BBC, dimanche 4 juin 2017, les multiples articles consacrés par ce média de référence à l'attaque terroriste de la veille au soir sur le pont de Londres (7 morts, 50 blessés), il y avait un mot qui n'était jamais écrit: le mot «islam». Pourtant, les attaquants s'étaient jetés, le couteau à la main, sur leurs victimes en leur hurlant «C'est pour Allah!».

À entendre les discours officiels, un groupe, appelé «les terroristes», ferait la guerre à l'Occident. Mais le terrorisme n'est qu'un moyen d'inspirer la terreur à son ennemi. C'est une arme, comme le Stuka, le napalm, la bombe à fragmentation. Le plus intéressant à analyser dans ces attaques, ce n'est pas leur mode opératoire et les armes utilisées (cutter, voiture-bélier, kalachnikov, pain de plastic, etc.), mais plutôt leurs motivations. Au nom de quoi sont-elles donc commises? Telle est la grande question à poser.
Une responsabilité collective

Comme l'avait expliqué Huntington dans un livre prophétique paru en 1996, nous sommes entrés, depuis la fin de la guerre froide et du monde bipolaire, dans une époque de «choc des civilisations». Le professeur à Harvard ne souhaitait bien sûr pas voir ses prophéties se réaliser ; il eut simplement le courage intellectuel de nous avertir, et de subir l'anathème des milieux bien-pensants. Le clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale est devenu une réalité incontestable. Notre univers mental entretient beaucoup de divergences avec d'autres civilisations (la chinoise, l'hindoue, l'orthodoxe, etc.), mais elles ne suscitent aucun fanatique prêt à venir tuer chez nous au nom de Dieu.

Alors, il est temps de dire les choses telles qu'elles sont. Y a-t-il un problème avec l'islam? La réponse est oui. Un immense problème. Est-ce à dire qu'il faut créer une responsabilité collective pour toutes les personnes de confession musulmane demeurant en Occident ou désirant y voyager? La réponse est non. La preuve en est donnée par la réaction très professionnelle et mesurée qui fut par exemple celle du maire de Londres, qui est musulman.

Quel est donc le gigantesque problème que nous avons avec l'islam? C'est que sa réforme s'est faite au XXe siècle - et continue de se faire aujourd'hui - sous le mode de la régression, et non du progrès. Elle s'appelle le salafisme. Mot que l'on pourrait traduire par le retour à la religion de nos pieux ancêtres (les Bédouins de la péninsule arabique du VIIe siècle). Un bon musulman aujourd'hui est donc quelqu'un qui considère, comme à Médine il y a treize siècles, que le témoignage d'une femme vaut la moitié de celui d'un homme, que la tolérance est inadmissible envers les libres-penseurs, que l'apostasie est un crime.

Le christianisme a connu l'humanisme de la Renaissance italienne, la Réforme dans les pays du Nord, et la Contre-Réforme (qui était un type de Réforme) dans l'univers resté catholique. Ce mouvement a été un progrès, car il lui a fait accepter les avancées de la science. Le culte de la science et de la technique, mélangé aux impératifs de la transformation du monde (la parabole des talents)et de la séparation du politique et du religieux («Rendez à César ce qui appartient à César…»), a provoqué l'essor exceptionnel de la chrétienté. Face à elle s'est trouvé un islam, d'abord déclinant (depuis l'échec du siègede Vienne en 1688), puis régressif(depuis le rêve «anticolonialiste»des années 1930 d'un retour à l'islamdes origines). Quelle frustration!

Au XIXe siècle, il y avait, au Caire ou à Tunis, un islam sunnite éclairé et tolérant. Pourquoi n'est-ce pas lui qui a gagné ? Parce que les dollars du pétrole sont venus enhardir les communautés les plus rétrogrades du monde musulman: les wahhabites du Golfe (qui se rejettent aujourd'hui la responsabilité, comme l'illustre la brouille entre l'Arabie saoudite et le Qatar). Les frustrations politiques, sociales et morales de l'islam contemporain nourrissent le rêve du salafisme, lequel se transforme, de plus en plus souvent, en passages à l'acte violents. Comprenons-le en profondeur, afin de nous en prémunir.

Intéressant. Ses analyses montrent bien qu'un Islam éclairé et tolérant est possible car il a existé. Simplement, les monarchies du Golf soutenues par les USA...
Revenir en haut Aller en bas
Waddle



Masculin Messages : 2345
Inscription : 18/08/2015

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 15:41

Ray a écrit:
Pas vu venir non plus. Je serais intéressé de savoir ce que Trump et le roi saoud se sont dit il y a deux semaines.
Nulle doute que ça y a à voir... (et la raison pour laquelle cela surprend tout le monde)
Trump a du mettre sur la table des choses sérieuses.

ps : D'après Xavier Raufer qui a des contacts haut-niveau avec ses homologues saoudiens, ces derniers lui ont "jurés" qu'ils ne touchaient plus à ce qui se passe en Syrie. C'est peut-être vrai. Peut-être pas. En tous les cas, je pense qu'ils sont conscients que ça va être très sérieux pour eux si ils continuaient et qu'ils étaient pris la main dans le sac. Je pense qu'ils veulent de cette rupture avec le Qatar comme un gage de bonne foi de leur part.

Merci. J'ai un ami qui s'y intéresse aussi et qui dit qu'une des raisons est que le Qatar, sentant un peu le vent tourner, ont commencé à s'allier (un peu) avec l'Iran et la Russie.

Ils auraient acheté 19 % de Rosneft (pétrolier public Russe) en fin 2016. Et ils ont signé un accord de début de coopération militaire en sept 2016.
Il semble que ce soit tout cela (entre autres raisons certainement) qui fait que l'Arabie Saoudite (sous pression américaine) a décidé de les isoler.

Décidément la géopolitique...

Ça me donne presque envie de commencer à aimer le Qatar Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 15:45

Waddle a écrit:
Ray a écrit:
L'avis de Renaud Girard (journaliste, reporter de guerre, qui a couvert sur place 80% des conflits armés sur la planète depuis 30 ans).



Avis qui devrait en intéresser plusieurs d'entre-nous ici, à la lecture de ses positions sur divers conflits :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Girard#Quelques_positions


CHRONIQUE - Déjà en 1996, Samuel Huntington annonçait le «choc des civilisations», un clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale.

Parce que, chez lui, les guerres de religion se sont arrêtées au XVIIe siècle, c'est-à-dire il y a très longtemps, l'Occident éprouve une grande difficulté à les appréhender. Il y a comme un malaise chez les clercs en Occident à voir, à entendre, à conceptualiser - et donc à bien nommer - ce nouvel ennemi qui vient, de l'intérieur, le frapper mortellement, au cœur de ses capitales. Le phénomène est certes très nouveau dans l'histoire de la polémologie. En 1939 en Grande-Bretagne, l'idéologie fasciste avait beau y compter nombre de sympathisants, jamais aucun nazi anglais n'est allé poignarder des compatriotes en face de Westminster…

Lorsqu'on lisait sur le site de la BBC, dimanche 4 juin 2017, les multiples articles consacrés par ce média de référence à l'attaque terroriste de la veille au soir sur le pont de Londres (7 morts, 50 blessés), il y avait un mot qui n'était jamais écrit: le mot «islam». Pourtant, les attaquants s'étaient jetés, le couteau à la main, sur leurs victimes en leur hurlant «C'est pour Allah!».

À entendre les discours officiels, un groupe, appelé «les terroristes», ferait la guerre à l'Occident. Mais le terrorisme n'est qu'un moyen d'inspirer la terreur à son ennemi. C'est une arme, comme le Stuka, le napalm, la bombe à fragmentation. Le plus intéressant à analyser dans ces attaques, ce n'est pas leur mode opératoire et les armes utilisées (cutter, voiture-bélier, kalachnikov, pain de plastic, etc.), mais plutôt leurs motivations. Au nom de quoi sont-elles donc commises? Telle est la grande question à poser.
Une responsabilité collective

Comme l'avait expliqué Huntington dans un livre prophétique paru en 1996, nous sommes entrés, depuis la fin de la guerre froide et du monde bipolaire, dans une époque de «choc des civilisations». Le professeur à Harvard ne souhaitait bien sûr pas voir ses prophéties se réaliser ; il eut simplement le courage intellectuel de nous avertir, et de subir l'anathème des milieux bien-pensants. Le clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale est devenu une réalité incontestable. Notre univers mental entretient beaucoup de divergences avec d'autres civilisations (la chinoise, l'hindoue, l'orthodoxe, etc.), mais elles ne suscitent aucun fanatique prêt à venir tuer chez nous au nom de Dieu.

Alors, il est temps de dire les choses telles qu'elles sont. Y a-t-il un problème avec l'islam? La réponse est oui. Un immense problème. Est-ce à dire qu'il faut créer une responsabilité collective pour toutes les personnes de confession musulmane demeurant en Occident ou désirant y voyager? La réponse est non. La preuve en est donnée par la réaction très professionnelle et mesurée qui fut par exemple celle du maire de Londres, qui est musulman.

Quel est donc le gigantesque problème que nous avons avec l'islam? C'est que sa réforme s'est faite au XXe siècle - et continue de se faire aujourd'hui - sous le mode de la régression, et non du progrès. Elle s'appelle le salafisme. Mot que l'on pourrait traduire par le retour à la religion de nos pieux ancêtres (les Bédouins de la péninsule arabique du VIIe siècle). Un bon musulman aujourd'hui est donc quelqu'un qui considère, comme à Médine il y a treize siècles, que le témoignage d'une femme vaut la moitié de celui d'un homme, que la tolérance est inadmissible envers les libres-penseurs, que l'apostasie est un crime.

Le christianisme a connu l'humanisme de la Renaissance italienne, la Réforme dans les pays du Nord, et la Contre-Réforme (qui était un type de Réforme) dans l'univers resté catholique. Ce mouvement a été un progrès, car il lui a fait accepter les avancées de la science. Le culte de la science et de la technique, mélangé aux impératifs de la transformation du monde (la parabole des talents)et de la séparation du politique et du religieux («Rendez à César ce qui appartient à César…»), a provoqué l'essor exceptionnel de la chrétienté. Face à elle s'est trouvé un islam, d'abord déclinant (depuis l'échec du siègede Vienne en 1688), puis régressif(depuis le rêve «anticolonialiste»des années 1930 d'un retour à l'islamdes origines). Quelle frustration!

Au XIXe siècle, il y avait, au Caire ou à Tunis, un islam sunnite éclairé et tolérant. Pourquoi n'est-ce pas lui qui a gagné ? Parce que les dollars du pétrole sont venus enhardir les communautés les plus rétrogrades du monde musulman: les wahhabites du Golfe (qui se rejettent aujourd'hui la responsabilité, comme l'illustre la brouille entre l'Arabie saoudite et le Qatar). Les frustrations politiques, sociales et morales de l'islam contemporain nourrissent le rêve du salafisme, lequel se transforme, de plus en plus souvent, en passages à l'acte violents. Comprenons-le en profondeur, afin de nous en prémunir.

Intéressant. Ses analyses montrent bien qu'un Islam éclairé et tolérant est possible car il a existé. Simplement, les monarchies du Golf soutenues par les USA...

Il n'existe pas d'islam modéré par essence. Ce sont des musulmans occidentalisés en tout ou en partie qui appliquent une islam modérément, nuance!
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 15:59

D'accord avec ça. (Au final que reste-il de cette religion si, pour être avoir un comportement pacifié, ses adeptes sont obligés de mettre le voile (sans jeu de mots) sur un paquet de passages de ses textes fondateurs, ainsi qu'oublier l'exemple donné par celui dont on est sensé suivre l'exemple justement..........Autant lire un livre de recettes de cuisine et croire en Jean-Pierre Cof...)
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 17:16

Les amis parisiens évitez le quartier de la cathédrale, il y a du vivre-ensemble niveau 2 en cours...

Un policier attaqué sur le parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
L'agresseur semble neutralisé, mais une vaste opération de police est en cours.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/06/01016-20170606LIVWWW00215-notre-dame-de-paris-attaque-policier.php
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 18:00

Ventes de marteau interdite au BHV... No
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mar 06 Juin 2017, 18:06

Scotland Yard : Les Sherlock Holmes du 21è siècle mobilisés pour déterminer les motivations des islamistes.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 10:57

https://www.romandie.com/news/Iran-un-homme-s-est-fait-exploser-au-Parlement/803008.rom
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 12:04

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/27/01011-20081127FILWWW00699-dieu-de-retour-grace-aux-musulmans.php Par AFP Publié le 27/11/2008
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 1575
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 12:14

(Chateaubriand / 1768-1848)
« La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, (.) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire »
Revenir en haut Aller en bas
yacoub

avatar

Masculin Messages : 303
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 12:41

Réflexion : Hamed Abdel-Samad : "L'islamisme est présent dans la naissance même de l'islam".

2 ) Le bouc émissaire de René Girard. 3 ) 2084, un livre important de Boualem Sansal. 4 ) Boualem Sansal.
2 ) Le bouc émissaire de René Girard. 3 ) 2084, un livre important de Boualem Sansal. 4 ) Boualem Sansal.
2 ) Le bouc émissaire de René Girard. 3 ) 2084, un livre important de Boualem Sansal. 4 ) Boualem Sansal.
2 ) Le bouc émissaire de René Girard. 3 ) 2084, un livre important de Boualem Sansal. 4 ) Boualem Sansal.

2 ) Le bouc émissaire de René Girard. 3 ) 2084, un livre important de Boualem Sansal. 4 ) Boualem Sansal.

Je ne souscris pas à chaque ligne de cette interview. Ici et là je me suis permis d'en ponctuer le texte de brèves remarques ou questions destinées à stimuler la réflexion. Mais dans l'ensemble il s'agit d'une méditation stimulante en ce temps troublé par le terrorisme islamiste. Ce texte mérite d'être lu en entier, attentivement, par tous nos lecteurs.


Le Scrutateur.

_______________________________________________



Best-seller en Allemagne, cet essai polémique "Le Fascisme islamique" ne paraîtra pas en France. Entretien avec un penseur menacé de mort par les islamistes.

PROPOS RECUEILLIS PAR THOMAS MAHLER

Publié le 04/08/2016 à 12:12 | Le Point.fr


( http://www.lepoint.fr/societe/hamed-abdel-samad-l-islamisme-est-present-dans-la-naissance-meme-de-l-islam-04-08-2016-2059021_23.php ).



Fils d'imam et ancien membre des Frères musulmans dans sa jeunesse, le Germano-Égyptien Hamed Abdel-Samad est devenu, en Allemagne, une figure médiatique de la critique de l'islam, ce qui lui a valu plusieurs fatwas et menaces de mort. La traduction de son best-seller Le Fascisme islamique, essai virulent qu'on pourrait comparer au travail du Michel Onfray athéologue et qui établit des parallèles entre islamisme et idéologie fasciste, devait paraître en France le 16 septembre. Mais fin juillet, l'éditeur Piranha s'est ravisé, expliquant à l'auteur qu'il ne mesurait pas les risques pour la sécurité de sa petite structure, tout en ne voulant pas « apporter de l'eau au moulin » de l'extrême droite après l'attentat de Nice. L'affaire a déclenché un tollé dans la presse allemande, qui a rappelé que le livre d'Hamed Abdel-Samad était certes critiquable, mais qu'il avait pu paraître sans problème aux États-Unis début janvier après avoir été publié en Allemagne en 2014 par un grand éditeur (Droemer Knaur).

LIRE aussi Pourquoi « Le Fascisme islamique » ne paraîtra pas à la rentrée

En exclusivité pour Le Point, l'auteur a accepté à la fois de s'exprimer sur cette polémique éditoriale, mais aussi sur le fond d'un ouvrage que les lecteurs français ne liront donc pas à la rentrée.



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



La traduction de votre essai Le Fascisme islamique devait paraître le 16 septembre, mais votre éditeur Piranha a brusquement fait volte-face. Que s'est-il passé ?



Fin juillet, Jean-Marc Loubet (NDLR : cofondateur et patron de Piranha) a envoyé un mail à mon éditeur allemand annonçant qu'il retire le livre. Il a expliqué qu'au vu de l'actualité sanglante en France, il avait consulté sa petite équipe. Ils ont décidé à l'unanimité de ne pas le publier pour deux raisons. Le premier argument, c'est qu'on ne mesure pas le risque physique d'une publication en France. Selon ses mots, « ça peut être nul, ça peut être mortel ». Je comprends que c'est plus facile de cibler une petite maison d'édition, qui n'a pas les moyens d'assurer une protection à sa porte. Si Jean-Marc Loubet avait fini son mail là-dessus, j'aurais dit OK et accepté sans problème ce retrait. Je vis sous protection policière, j'ai reçu des menaces de mort, et je ne peux pas demander aux autres de prendre le même risque. Moi, je prends ce risque car je crois intimement qu'être effrayé face à des menaces n'arrangera pas les choses. Au contraire, plus nous serons silencieux et plus nous aurons peur, plus les islamistes seront brutaux, car ils ne fonctionnent que selon cette logique : tuer et effrayer. C'est la stratégie du terrorisme. Mais j'aurais compris la décision de Jean-Marc Loubet, car c'est une affaire de vie ou de mort.

En revanche, ce que je n'accepte pas, c'est son deuxième argument, d'ordre moral. Il a écrit qu'il ne voulait pas « apporter de l'eau au moulin de l'extrême droite ». Ça, c'est l'argument typique d'un chantage moral auquel je suis sans cesse confronté. Je suis un penseur libre, qui n'appelle pas à la violence, qui ne stigmatise pas les musulmans – au contraire, je les défends comme êtres humains –, mais qui s'en prend à une idéologie que j'estime violente. J'ai le droit, en Allemagne, plus de 200 ans après Kant et 230 ans après Voltaire, de publier ces pensées sans devoir avoir peur et être terrifié. C'est pour ça que je suis tellement en colère. Jean-Marc Loubet a essayé de transformer la peur en une action vertueuse. Je trouve ça très dangereux. Le Spiegel l'a bien expliqué : c'est une défaite non seulement contre l'islamisme, mais aussi contre l'extrême droite.



Votre livre a été publié en Allemagne et aux États-Unis sans que cela pose de problèmes. Serait-ce plus compliqué en France ?



Il y a chez vous des critiques de l'islam, je pense notamment au remarquable 2084 : la fin du monde de Boualem Sansal. C'est donc plus lié à un éditeur précis. Mais c'est le début d'une certaine humeur qui pourrait se répandre en France et qui m'effraie. J'aime tellement ce pays que je n'aimerais pas le voir succomber à une autocensure et à des arguments qui expliquent qu'un écrivain a une responsabilité et qu'il doit préserver les susceptibilités. Ça serait une catastrophe pour la qualité du débat intellectuel. Et qui, plus qu'un éditeur, est censé défendre ces débats ? Le livre est l'endroit privilégié pour avoir ces discussions. Si nous n'exprimons pas notre esprit critique, alors nous permettrons à l'extrême droite de monopoliser ces sujets et de se présenter comme la garante de la démocratie et de la liberté d'expression, ce qui n'est évidemment pas vrai. En nous retirant de ces sujets, nous leur offrons cet espace.



Vous êtes le fils d'un imam égyptien et, étudiant, vous étiez membre des Frères musulmans. Qu'est-ce qui vous a amené à devenir si critique envers votre religion d'origine ?



Déjà, je ne me considère ni comme musulman ni comme ancien musulman. Je suis convaincu qu'un être humain ne devrait pas se définir, positivement ou négativement, à travers une religion. Je suis critique envers l'islam, comme envers toutes les religions en général. Ce qui m'a fait prendre conscience de ça, c'est que j'ai grandi dans une société où on ne pouvait pas exprimer ses pensées clairement. J'avais sans cesse une voix extérieure et une voix intérieure, différentes, ce qui est courant quand vous êtes dans une communauté religieuse où vous ne pouvez pas exprimer vos doutes. Or, je voulais être libre. C'est pour ça que j'ai quitté l'Égypte pour venir en Allemagne.



Plusieurs personnalités musulmanes ont appelé à votre mort, dont un professeur de l'estimée université Al-Azhar au Caire. Votre vie est-elle en danger ?



Il y a ces fatwas, mais aussi des djihadistes qui veulent me supprimer. Je ne peux pas dévoiler les détails, mais ma protection policière a été brusquement augmentée. Quand je prends un avion par exemple, quelqu'un m'accompagne. J'ai demandé ce qui s'est passé, et ils m'ont juste donné quelques éléments sur un djihadiste allemand parti en Syrie et qui a évoqué mon nom à des djihadistes ici. C'est évidemment effrayant, mais je n'ai pas arrêté de faire des discours publics.



Dans Le Fascisme islamique, vous commencez par établir un parallèle entre les mouvements fascistes et les Frères musulmans, fondés dans les années 1920 par Hassan el-Banna. Quels seraient selon vous leurs points communs ?



Ce n'est pas seulement les Frères musulmans, mais l'islam politique dans son ensemble. Le premier point commun, c'est l'idée d'avoir été choisi, d'être des gens qui sont supérieurs au reste de l'humanité. Vous pouvez lire ça dans le Coran, où les musulmans sont considérés comme la meilleure communauté n'ayant jamais existé. Allah leur donne une responsabilité particulière d'être ses représentants sur terre. Vous avez ça aussi dans le fascisme : « Nous sommes la race supérieure. » Deuxième point commun : la culture de la mort. Dans les deux idéologies, la mort est glorifiée, car la vie et l'individu ne comptent pas. Ce qui est important, c'est la nation ou la religion. Troisième parallèle : l'idée de combat, le Kampf en allemand et le djihad en arabe. Vous ne vous battez pas pour vivre, mais vous vivez pour vous battre. Le combat, en lui-même est une fin en soi, et pas seulement un moyen pour atteindre des buts politiques. Quatrième point commun : l'idée d'ennemis intérieurs et extérieurs. Pour les nazis, l'ennemi à l'extérieur, c'est l'Ouest, et à l'intérieur, les juifs et l'extrême gauche. Pour les islamistes, c'est les autres. Il y a d'abord eu les juifs, les chrétiens ou les non-croyants dans le Coran, puis ont suivi les croisés, les colonialistes et aujourd'hui l'Occident dans son ensemble. L'histoire est conçue comme une seule ligne directrice, et l'ennemi reste toujours le même. L'Occident sera toujours le mal, c'est immuable. Cinquième point commun : la déshumanisation et l'animalisation de l'ennemi. Le Coran qualifie les non-croyants de chiens, singes ou porcs. Si vous déshumanisez des personnes, vous leur ôtez le droit d'exister. C'est ainsi plus facile de les exterminer en masse sans problème de conscience. Ce que les nazis faisaient très exactement en qualifiant les juifs de cafards ou de rats. Enfin, regardez les buts de ces idéologies. Hitler voulait régner sur la planète entière, être « le maître du monde ». Ces mêmes mots se retrouvent dans les discours d'Hassan el-Banna.



Le monde musulman est aujourd'hui frappé par la violence. Mais l'histoire coloniale ou la géopolitique n'expliquent-elles pas davantage ces fractures que la nature même de l'islam ?



Bien sûr, si vous cherchez à comprendre les origines du terrorisme actuel, tout ne vient pas du Coran. Il y a des raisons géopolitiques, et évidemment les États-Unis et d'autres pays occidentaux ont une implication dans les guerres en Irak et Syrie. Mais vous ne pouvez épargner la religion en disant qu'elle n'a rien à voir avec cette violence. Pour en arriver au terrorisme, il faut d'abord une culture favorable, c'est-à-dire qui accepte la violence comme solution politique. C'est, je crois, ce qui se passe dans le monde islamique, car la religion, loin de condamner cette violence, fournit des arguments en sa faveur. Vous avez aussi une violence domestique, dans les familles. Quand un enfant grandit et voit sa mère se faire frapper par son père, il apprend que la violence est la première solution aux problèmes sociaux.



Vous avez confié que votre père battait votre mère, et que vous-même aviez subi des violences enfant. Ne faites-vous pas de votre histoire personnelle une généralité ?



Ce n'était pas un cas individuel, mais cela concernait toutes les familles que je connaissais enfant. Ces violences conjugales ne sont pas une petite minorité. C'est un vrai problème culturel, car le Coran encourage le mari à corriger sa femme si elle n'obéit pas. La religion est un moteur dans la façon de concevoir son couple ou d'éduquer les enfants. Son influence est considérable. Une autre raison de la violence dans le monde musulman, c'est l'insécurité des jeunes hommes dans notre époque moderne. D'un côté, on leur enseigne la certitude que l'islam est la vraie religion, que vous ne pouvez pas faire ça car c'est haram et que vous irez en enfer, sinon. Mais de leur côté, ils sont confrontés à la société moderne, libre et multiculturelle. Il leur est difficile de ne pas mordre dans le fruit défendu, mais après ça, ils se sentent coupables, et retournent vers un discours religieux les ramenant en arrière : « Tu es un pêcheur, reviens à Dieu. » La voie express, c'est le djihad. Mourir en tant que martyr, c'est la seule garantie d'aller directement au paradis. Dites-moi pourquoi un être humain voudrait se tuer tout en supprimant des dizaines de personnes comme ce qui est arrivé à Nice ou à Orlando ?



Mais la culture occidentale a elle aussi ses tueurs de masse !



Oui, mais il y a des raisons psychologiques qui expliquent ces tueurs de masse. Ce sont des profils qui ont été confrontés à la violence dans leur parcours. À Munich, Ali David Sonboly, le tueur germano-iranien, avait par exemple été la victime d'humiliations à l'école. Mais on ne peut pas trouver ces explications psychologiques chez tous les djihadistes. Ceux qui ont projeté le 11 septembre 2001 venaient souvent de familles riches, sans problèmes psychologiques apparents. C'est l'endoctrinement idéologique, l'utopie dans leur tête qui les a poussés à faire ça. Dans beaucoup de cas de tueurs de masse, le désespoir est la cause du passage à l'acte. Alors que pour la majorité des terroristes islamiques, c'est au contraire l'espoir d'atteindre quelque chose de supérieur. Ils ne sont pas déprimés en commettant les tueries. Au contraire, ils sourient. Ça fait une grande différence.



Quand vous présentez Mahomet comme un chef guerrier menant des purges et qui, aujourd'hui, serait responsable de « crimes contre l'humanité », n'est-ce pas de la provocation ?



Non, car ce sont des choses décrites dans les récits islamiques. Mahomet aurait par exemple ordonné en un seul jour la décapitation de 400 à 900 juifs qui s'étaient pourtant rendus. La violence appartient bien sûr à la culture de cette époque. Mais aujourd'hui, s'il venait avec le même message, comme le fait d'annoncer que si vous allez en enfer, votre peau sera brûlée et que vous aurez une nouvelle peau pour sentir la même douleur à nouveau, on le qualifierait de psychopathe et on ne le prendrait pas au sérieux. Or ce message est tellement important aujourd'hui pour deux seules raisons : il est vieux d'un point de vue historique et 1,5 milliard de gens y croient. Si l'islam n'était pratiqué que par un petit groupe, on le considérerait comme une secte.



N'y a-t-il rien de bon pour vous dans une religion qui répond aussi à des aspirations spirituelles ?



Je dissocie trois niveaux différents dans le Coran. Le premier, c'est l'aspect documentaire qui décrit comment s'est développée une communauté autour de Mahomet, avec notamment les guerres qu'il a menées. C'est un document historique à inscrire dans un certain contexte, et auquel on ne peut plus se référer aujourd'hui. Mais il y a deux autres niveaux qui peuvent continuer à inspirer les croyants. L'un concerne l'éthique générale, comme les principes de justice et de pardon, le fait de respecter les animaux et la nature en ne détruisant pas une création parfaite, la quête de la connaissance... Et l'autre concerne la dimension spirituelle. Il y a des passages merveilleux et poétiques dans le Coran qui vous touchent. C'est l'une des facettes de Mahomet, qui a vécu une expérience spirituelle forte, méditant sur l'univers et les merveilles de Dieu. Mais il y a aussi chez lui une dimension sociale et politique, qui elle peut être très dangereuse si on en use politiquement aujourd'hui. Je ne dis donc pas qu'il faut tout jeter dans le Coran. Mon prochain essai, qui sera publié en Allemagne en octobre, s'intitule d'ailleurs Coran : le message d'amour, le message de haine. Je montre l'ambivalence de ce livre. Mais si des gens croient que le Prophète est un modèle absolu à suivre, ça débouche sur des choses effrayantes comme Daech.



Consulter notre dossier « L'islam selon Tareq Oubrou »

N'est-ce pas historiquement absurde d'établir des parallèles entre une religion apparue au VIIe siècle dans la péninsule arabique et le nazisme, une idéologie athée du XXe siècle née en Occident ?



C'est une question que je me suis posée durant toute l'écriture du livre. Mais l'islam n'est pas qu'une religion, c'est aussi une idéologie politique. Dès les origines, quand Mahomet se rend à Médine, elle est par nature une religion politique, car il n'était pas juste un prophète ou prédicateur, mais aussi un homme d'État, général d'armée, ministre des Finances, juge et policier. D'autre part, le fascisme n'est pas qu'un mouvement politique, mais c'est aussi une religion civile, avec un leader infaillible qui a accès à une vérité et qu'on n'a pas le droit de questionner.



Si on adopte un point de vue farouchement athée, toutes les religions – et surtout les monothéismes – peuvent être perçues comme ayant une dimension totalitaire. Ce n'est pas une exclusivité de l'islam...



Bien sûr. Les religions polythéistes, du fait de la diversité des dieux, sont moins enclines à ça. Il y a une place pour la négociation. Pour les naissances, vous vous adressez au dieu de la fertilité, en cas de décès au dieu de la mort... Vous n'êtes pas sous un contrôle unique. Mais les monothéismes, avec un Dieu jaloux, ont par essence quelque chose de totalitaire. Prenez l'épisode du sacrifice d'Abraham. Vous avez un père qui doit tuer son fils. Il faut obéir à une loi, en ignorant tout rationalisme ou dimension humaniste. Si le leader dit : « tue », vous obéissez... Les théologiens juifs et chrétiens ont par la suite transformé cette histoire en expliquant qu'il ne faut plus tuer d'êtres humains pour plaire à Dieu. ( Je ne saurais trop recommander la lecture des ouvrages de René Girard : Des choses cachées depuis la création du monde, et Le Bouc émissaire publiés chez Grasset. Cette parenthèse est une note du Scrutateur, ainsi que le choix du lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=SUiWCeOtZyc ) Mais dans le Coran, c'est une preuve que si Dieu vous donne un ordre, vous l'exécutez. C'est un argument-clé des martyrs, pour qui il ne faut pas se soucier du sang versé, car Dieu sait ce qui est le meilleur pour vous.



Pour vous, il est artificiel de séparer islam et islamisme. Pourquoi ?



J'ai d'abord pensé qu'il était juste de dire que l'islam et l'islamisme sont deux choses bien distinctes. Mais j'en suis arrivé à la conclusion que ce n'est pas rendre service aux musulmans. Il s'est passé la même chose avec le communisme, quand on expliquait que la théorie marxiste est bonne, et que c'est simplement la pratique stalinienne qui était mauvaise. En faisant cela, on ne critique jamais le fond des choses. Qu'est-ce que l'islamisme ? C'est la volonté de contrôler le monde. D'où cela vient-il ? Du Coran et de la pratique du Prophète. Il veut faire de l'islam une religion universelle, quitte à utiliser la violence. L'invention de l'islamisme est dans la naissance même de l'islam. Les frontières entre les deux sont très floues.



Mais la majorité des musulmans vivent pacifiquement !



Bien sûr. C'est pour ça qu'il faut distinguer l'islam comme idéologie et les musulmans en tant qu'êtres humains. La majorité d'entre eux ne connaissent pas le Coran dans son intégralité. Et la majorité des croyants ne transposent pas tout ce qu'ils ont lu dans le Coran dans leur vie de tous les jours. Une victime yézidie d'un des commandants de Daech a raconté qu'il lui a dit qu'en la violant, il se rapprochait de Dieu. Qui sur terre sortirait une telle horreur s'il n'avait pas lu des textes expliquant que Dieu offre les femmes et les esclaves comme un présent ? Seules les religions peuvent vous convaincre que vous faites le bien en commettant des actes monstrueux. Heureusement, les croyants tirent de la religion des aspects qui leur ressemblent. Les musulmans pacifiques retiennent du Coran les passages pacifiques, tout comme les djihadistes citent les passages les plus guerriers. Chacun y trouve ce qui renforce son identité.



En politique, vous ne croyez pas aux « islamistes modérés », comme on a un temps pu présenter Erdogan. L'islam ne serait-il pas compatible avec la démocratie ?



Non, tout comme le christianisme ou le judaïsme. Si ces religions détiennent le pouvoir, elles ne sont pas compatibles avec la démocratie. D'abord parce que Dieu est le législateur, et non pas les humains, car il en sait plus que nous. Deuxièmement, parce que la démocratie suppose l'égalité entre tous les humains. Dans l'islam, il y a les humains en première classe – les musulmans –, d'autres en seconde classe – les juifs et les chrétiens –, et puis les non-croyants, qui n'ont aucune place. Enfin, la démocratie suppose une autonomie de l'individu, de son esprit comme de son corps. L'islam intervient jusque dans les domaines les plus intimes, et me dit quand je peux faire l'amour et avec qui. C'est pour ça que les États islamiques ont tant de problèmes avec les droits de l'homme. Mais, et je me répète, cela ne signifie bien sûr pas que les musulmans en tant que personnes ne peuvent pas être démocrates. Beaucoup sont profondément démocrates, mais ils ne tirent pas cela de la loi islamique, mais de leur expérience personnelle. En démocratie, les religions peuvent être représentées par des groupes d'influence au même niveau que les autres lobbys, mais elles ne peuvent pas être au-dessus des autres et détenir le pouvoir. Prenez le Vatican, on ne peut pas appeler ça une démocratie (rires). J'adore le pape François, mais il reste un dictateur.



Vous votez SPD, mais vous vous êtes plusieurs fois exprimé dans des meetings du parti populiste AFD (Alternative pour l'Allemagne). Ne jouez-vous pas le jeu de l'extrême droite ?



J'ai été invité par tous les partis : SPD, CDU, Verts, libéraux... Je m'exprime librement. Et à quoi sert la démocratie si ce n'est de discuter avec des gens qui ne sont pas d'accord avec vous ? Quand j'ai parlé devant l'AFD à Berlin et à Munich, c'était à un moment de polarisation importante autour des migrants. Autour, il y avait des manifestations antifascistes. J'ai dit que ces clivages étaient un poison, et qu'il fallait prouver que nous sommes toujours une démocratie dans laquelle on peut discuter sereinement. Nous avons besoin d'un débat sérieux sur l'islam, mais nous devons aussi épargner les réfugiés, qui ne peuvent pas se défendre. Parlons de politique, mais ne laissons pas la colère nous emporter contre ces musulmans. Nous avons besoin d'eux si nous voulons vaincre le terrorisme et devenir une vraie société multiculturelle.



Dans le livre, vous êtes très critique envers Thilo Sarrazin, figure de proue en Allemagne des positions contre l'immigration musulmane.



Parce qu'il stigmatise ces gens et ne croit pas en leur potentiel. Pour l'extrême droite, l'islam comme idéologie et les musulmans comme personnes humaines sont la même chose. Mais non !



L'Allemagne a elle aussi été touchée en juillet par le terrorisme. Cela marquera-t-il un tournant similaire aux agressions sexuelles de Cologne, qui ont traumatisé l'opinion dans votre pays ?



Cologne a mis fin à une période d'optimisme. Les Allemands avaient fait un accueil chaleureux aux migrants, les attendant dans les gares avec fleurs et ours en peluche. Il y avait un sentiment joyeux. Mais Cologne a mis un terme à ça, car personne ne pensait qu'une intimidation de masse comme ça envers des femmes pouvait arriver en Allemagne. Maintenant, après le terrorisme en juillet, on se demande s'il faut s'habituer à des attentats tous les jours dans les médias. Entre le 11 Septembre et les attentats de Madrid ou Londres, il y avait plusieurs années. Mais depuis le Bataclan, le rythme s'est accéléré. Les gens se disent qu'il doit y avoir une corrélation entre la présence des musulmans dans notre société et ce terrorisme, car il n'y a pas d'attaques dans un pays comme... (il hésite)... disons l'Islande. La société n'est pas prête à digérer ça d'une manière sereine. N'oubliez pas que l'Allemagne est une démocratie récente, en comparaison avec vous. En France, avec votre Révolution et votre Marseillaise, vous avez toujours une mystique nationale à offrir aux immigrés. ( Cette affirmation bien intentionnée, peut susciter quelques doutes, dans l'état mental actuel de la société française et du monde occidental tout entier d'ailleurs. Note du Scrutateur ). En Allemagne, la démocratie est née d'une catastrophe, le nazisme. Quelle identité peut regrouper tous ces gens ensemble ? Les Allemands se sentent fébriles face à ça, les Turcs émigrés en Allemagne votent en majorité pour Erdogan en dépit de toutes ses violations démocratiques, et les réfugiés sont venus ici avec des illusions – une belle maison, un travail –, mais ils se retrouvent dans des cagibis et n'ont guère de perspective de devenir des membres de cette société. Tout cela va créer des tensions. Le débat politique devient très nerveux. Mais j'espère montrer qu'on peut parler de ces choses sans avoir peur. On peut battre l'extrême droite comme l'islamisme si nous croyons profondément en notre démocratie.



« Le futur appartient au multiculturalisme et à la flexibilité », écrivez-vous dans le livre. ( ? Le point d'interrogation est du Scrutateur ) « Ceux qui pratiquent l'hygiène identitaire et érigent des remparts autour de leur culture ou de leur religion ont perdu la partie depuis longtemps. » Vous restez donc optimiste ?



La démocratie ne peut jamais être détruite de l'extérieur. Ce n'est que de l'intérieur, quand les gens abandonnent leurs principes ou deviennent indifférents, qu'elle peut s'écrouler. Battons-nous pour nos valeurs, et nous gagnerons contre les extrémistes – nationalistes comme islamistes –, car nous avons le meilleur modèle, qui fascine bien plus de gens à travers le monde que l'islamisme. Mais si nous permettons aux terroristes de nous intimider, et si nous les laissons censurer notre imagination artistique ou nos livres par peur de heurter des sensibilités religieuses, nous allons perdre. Ce qui m'effraie le plus, c'est la peur qui paralyse ou qui rend violent. N'opposons ainsi pas la haine à la haine en suivant la logique primitive des extrémistes. Mais je continue à croire dans le bon sens et l'esprit de ce continent. Nous avons atteint le meilleur niveau de vie de toute l'histoire humaine. C'est un fait, ce n'est pas une utopie, concept qui a toujours débouché sur des catastrophes. L'Europe n'est pas parfaite, mais c'est un projet collectif sur lequel il faut travailler tous les jours !
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
Pignon



Masculin Messages : 4561
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 17:57

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 18:45

hmmm, ils ont fait drôlement vite pour savoir que l'Arabie Saoudite était derrière l'attentat...
C'est bien possible, ce serait le responsable le plus "facile" en analyse de surface. Mais cela peut aussi très bien être une provocation d'une tierce-partie, voir d'un inside-job. Cela devient tellement courant que l'on ne peut être sûr de rien.

Je n'ai pas trop suivi l'affaire. On a des éléments factuels ?
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 18:57

Theresa May hier : (« I'm clear: if human rights laws get in the way of tackling extremism and terrorism, we will change those laws to keep British people safe. »)

« Si les lois de défense des droits de l'homme se mettent en travers de notre route pour assurer la sécurité des britanniques, alors nous les changerons.  »

Il y a quelques semaines (ou mois je ne sais plus, avant les attentats en tous les cas), elle avait parlé de quitter la convention européenne des droits de l'homme.


Il y a quelques temps, j'avais été accusé de troller parce que je disais que dans l'Histoire aucune guerre n'a jamais été gagnée par le Droit. Theresa May vient de s'en rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 4561
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 19:04

Ray a écrit:
hmmm, ils ont fait drôlement vite pour savoir que l'Arabie Saoudite était derrière l'attentat...
C'est bien possible, ce serait le responsable le plus "facile" en analyse de surface. Mais cela peut aussi très bien être une provocation d'une tierce-partie, voir d'un inside-job. Cela devient tellement courant que l'on ne peut être sûr de rien.

Je n'ai pas trop suivi l'affaire. On a des éléments factuels ?

Tu as raison de douter, la situation est complexe.
Je visionne Vernochet et Meyssan :
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Ray



Messages : 6965
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?   Mer 07 Juin 2017, 19:50

Ils sont toujours passionnants ces 2 là.
Si ils ont raison, alors c'est pire qu'on ne le pense.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mouvement de révolution dans les pays arabes : et si c'était la fin de l'islamisme ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'après révolution dans les pays arabes
» Le ''printemps arabe'' accélère le génocide des chrétiens dans les pays musulmans ( vidéo )
» Video N°12 :1er partie la haine wahabiite dans nos pays
» « Sur ceux qui habitaient dans le pays de l'ombre et de la mort, une lumière s'est levée »
» Dans mon pays le Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: