DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 13 Fév 2011, 22:16

Entretien avec Richard Borgman
« Il y avait en ma femme une vie, une présence... »

dimanche 22 octobre 2006, par Etchevénio

Richard, que vous est-il arrivé ? Vous êtes tombé dans la potion magique ?

Pas dans la potion magique, mais d’une falaise. J’étais étudiant et je faisais alors beau­coup d’alpinisme. Un jour, lors d’une virée, j’ai dévissé et je suis tombé de la hauteur d’un immeuble de dix étages... Pendant quelques secondes, j’ai vu toute ma vie défiler. A l’arrivée, mon corps a rebondi deux fois sur une pierre de granit. C’était comme si je m’écrasais sur un trottoir. Quand j’ai ouvert les yeux, j’étais encore en vie, alors j’ai dit : « Merci mon Dieu ». J’ai su qu’il y avait un Dieu et qu’il m’avait sauvé. Quelques jours auparavant, un autre type avait fait exactement la même chute... on l’avait ramassé dans une petite boîte en carton.

L’autre déclic a été la conversion de ma femme un soir de l’année 1972 dans une assemblée évangélique. Du jour au lendemain, je ne l’ai plus reconnue. C’était comme s’il y avait deux Danelle : celle que j’aimais et que je connais­sais, et une autre personne. Elle avait une patience surnaturelle, elle était remplie d’amour, un amour sans jugement. Elle était tout le temps souriante. À tel point qu’elle avait des crampes aux joues. J’aurais dû aller voir la nuit avec une lampe pour voir si elle souriait. Il y avait en elle une vie, une présence, une aura que je ne connaissais pas.

Et vous-même, quand avez-vous vrai­ment rencontré le Christ ?

À l’époque de la conversion de Danelle, nous avions de gros problèmes de couple. Ma femme ne supportait plus mon caractère cassant et ma dureté. Je n’arrivais pas à communiquer avec elle. J’étais bloqué. Elle était prête à me quitter. Moi, je ne voulais pas perdre mon épouse et mes enfants. Et s’il fallait pour cela rencontrer son Dieu, j’étais prêt à faire le pas.

Je me suis rendu à une assemblée pentecô­tiste. Pendant la prière, un homme s’est avancé et a dit : « Si vous voulez rencontrer Dieu, dites-le lui et il va venir. Votre vie va en être bouleversée. Vous allez devenir un être nouveau ». Pour moi, ce n’était pas de la théologie. J’avais vu, en ma femme, cette nouvelle créature.

Alors je me suis avancé et j’ai fait cette prière : « Jésus, je te demande pardon pour tous mes péchés. Viens dans ma vie ». Et Jésus est venu. Sur le moment, je n’ai rien vécu d’extraordinaire, je n’ai pas eu de révélation comme ma femme qui a vraiment senti en elle la présence de Dieu. Mais j’en ai observé les conséquences : je brûlais de dire à tout le monde que j’avais rencontré Jésus. Mon cœur chantait. J’ai commencé à en parler à mes collègues de l’université. Dans la rue, j’arrêtais les gens... Je voulais dire à tous que j’avais découvert la solution : c’était Jésus !

De jeune converti, comment êtes-vous devenu pasteur pentecôtiste ?

Au moment de sa conversion, mon épouse portait des lunettes. Et le Seigneur l’a guérie. Pendant vingt-cinq ans, elle n’en a plus eu besoin. J’ai su que Jésus pouvait guérir comme il le faisait dans la Bible, miraculeusement. Je ne suis pas contre la médecine. Quand je suis malade, je prends des comprimés. Mais je prie avant de prendre mes comprimés. Et seulement si la prière ne marche pas, je prends les compri­més (rires). J’appelle ça la « christothérapie ».

Puis rapidement, au-dedans de moi, il y a eu comme un message qui me venait régulièrement, comme quelqu’un qui pincerait toujours la même corde d’une guitare. Ce message c’était : « Il y a un monde sans Christ ». J’avais du mal à l’accepter, même si je sentais quelque chose de fort.

À cette époque, je passais mon doctorat en neurologie. Je ne m’y étais pas bien préparé, persuadé que si je priais, Jésus m’aiderait à avoir mes examens. Le jour de mon oral, le jury m’a posé toutes sortes de questions se rapportant à mes neuf années d’études. J’ai échoué.

Le professeur qui me suivait m’a alors dit : « Richard, depuis un an tu as perdu toute motiva­tion pour la science. Tu as découvert quelque chose. Alors enseigne-le ». J’aurais pu repasser mon examen, mais cette parole a provoqué en moi un changement de direction. La neurologie n’était plus ma priorité. Ma vie désormais c’était l’évangélisation. Le lendemain, j’ai quitté mon travail à l’université, et nous sommes partis dans une communauté pentecôtiste. Quelque temps après, j’ai reçu par l’imposition des mains la responsabilité de pasteur.

Quatre ans plus tard, direction l’Afrique pour vingt-cinq ans de mission ?

En arrivant en Afrique, j’étais rempli de zèle. Brûlant de zèle. À tel point que j’avais un peu mis mon intelligence de côté... A cette époque, j’étais convaincu que les catholiques étaient damnés, qu’ils n’avaient aucune relation avec Dieu. Je ne comprenais pas comment un catholique pou­vait être chrétien. C’est ce que j’avais appris chez les évangéliques et je n’avais pas vérifié moi-même. J’étais bourré de préjugés.

Mais en 1979, trois ans après notre arrivée, j’ai commencé à travailler dans une grande pri­son d’Abidjan. Elle comptait plus de quarante ­cinq mille détenus. J’y allais deux fois par semaine pour prêcher la conversion par Jésus.

Dans cette prison, il y avait de gros problèmes de malnutrition. Seulement à l’époque le plus important pour moi c’était de leur apporter le Salut. Peu importe qu’ils crèvent sur terre, l’important était qu’ils se convertissent et aient la vie éternelle...

Dans cette prison, j’étais en contact avec l’au­mônier catholique de la prison. À ma grande stu­péfaction, je me suis rapidement rendu compte qu’il y avait une grande différence entre lui et moi : ce prêtre faisait ce que moi je prêchais. Je prêchais l’amour de Dieu... et lui, il aimait. J’ai dû reconnaître que ce prêtre catholique et les religieuses qui l’accompagnaient étaient plus proches de Dieu que moi. Ils ne criaient pas : « Au nom de Jésus ! Au nom de Jésus ! » Ils ne faisaient pas tomber les gens par la puissance du Saint-Esprit, mais ils possédaient une douceur et une tendresse qui me faisaient défaut. J’ai com­pris qu’il ne suffisait pas de faire du ski nau­tique sur la surface du christianisme, mais qu’il me fallait plonger au fond. Ce prêtre et ces reli­gieuses étaient des plongeurs. Ils n’avaient pas de temps à perdre avec l’écume.

Que s’est-il alors passé ?

Un jour, je venais de prêcher un message assez dur sur la repentance et la sainteté, lorsque, en sortant de la prison, j’ai entendu une voix en moi qui disait : « Pourquoi ne pas préparer un message sur l’amour de Dieu ? » Il faut savoir que Dieu avec moi a beaucoup d’humour. Dieu est quelqu’un avec qui je ris très souvent. Ce jour-là, c’était le cas ; j’entendais cette phrase : « Oui, pourquoi pas un message sur l’amour ? L’amour, ça n est pas si mauvais que ça ! » Alors j’ai préparé mon message sur l’amour. Et le lendemain, je suis retourné à la prison. Je l’ai donné devant trois cent cin­quante détenus. Aucun n’a été touché...

Pourquoi un tel échec ? La réponse m’a tra­versé comme la foudre : « II te faut avec mon amour une grande passion pour ma miséricorde ». J’avais le message d’amour, mais je n’avais pas l’amour... J’ai longuement pleuré. J’étais bouleversé. J’ai prié le Seigneur d’élargir mon cœur. Du fond de mon être, j’ai supplié : « Seigneur, traverse mon cœur de ton amour ». J’avais le cœur de Jésus, mais il n’était pas transpercé. Il fallait qu’une flèche d’amour le perce. Et petit à petit, Dieu l’a transformé. Je me suis mis à aimer non seule­ment mon petit monde évangélique, mais à éprouver un grand amour pour les musul­mans, les baptistes, les méthodistes... Je ne pensais plus que le monde était perdu.

Mais là où Dieu m’a vraiment transpercé le cœur, c’est que je suis tombé amoureux des catholiques. J’ai commencé à me lier d’amitié avec le prêtre de la prison. Il venait chez moi et jouait avec mes enfants. On était tout le temps ensemble. On a lancé des mouvements, on a distribué des repas aux pauvres dans la prison. Et là, chose extraordinaire, les gens ont com­mencé à venir chez moi. Ils sentaient tout à coup l’amour qui jaillissait de moi : plus seule­ment une parole coupante, une parole d’évan­gélisation, mais quelque chose qui en profondeur était en train de jaillir. Je commençais à me convertir.

Vous dites que votre conversion au catho­licisme a été le passage « de la Résurrection à la Croix ». Pouvez-vous expliquer ?

Chaque année, je choisis des versets pour l’année à venir, afin de prier pour ma vie. Cette fois, c’était en 1997. J’étais dans notre centre de formation en Afrique, seul en prière, et j’ai dit : « Seigneur, qu’est-ce que je pourrais choisir comme verset pour cette année ? » Il m’a donné Zacharie, chapitre 7, versets 9 et 10 [1], où il s’agit de ce que j’appelle la « bonté douce ». « Kindness » en anglais. La « bonté douce », pour moi, c’est de pouvoir exprimer à ceux qui vivent à moins de cinquante centimètres de moi la tendresse et la douceur de Dieu qui est au fond de notre cœur.

J’arrivais à être bon et doux avec la foule, mais avec mes proches je restais agressif. J’es­sayais d’être gentil avec eux, mais c’était en vain. Et je ne comprenais pas pourquoi. Ce jour-là, Dieu m’a amené à ce cri et à cette prière : « Sei­gneur, s’il te plaît, montre-moi la solution pour cette maladie de l’âme qui me ronge ». Et dès que j’ai dit ça - à l’instant même où je l’ai dit -, je me suis retrouvé devant la mort de Jésus.

Une vision ?

Certains voient Jésus dans l’hostie, alors que nous ne nous rendons pas compte que Jésus y est réellement présent. C’était un peu la même chose. Je ne voyais pas physiquement la mort du Christ, mais je la vivais. J’étais le Bon Larron. Et je mourais. Jésus était à côté de moi. Je me tournais vers lui ; je le voyais avec sa tête couron­née d’épines, le sang qui coulait, la barbe tachée et le corps roué de coups, comme une boule de sang. Il s’est tourné vers moi, m’a regardé, et j’ai entendu : « Ton problème, Richard, c’est que tu as la haine de ta mère, cette femme qui t’a mis au monde et t’a abandonné ».

Ce fut la révélation de ma vie ! À cet instant, j’ai tout compris. J’avais de bons rapports avec les gens à condition qu’ils gardent leur distance avec ma blessure. Mais lorsqu’ils voulaient aller plus intimement en moi, j’avais peur et je les repoussais violemment par le sarcasme et la colère. Au fond de moi, je pensais finalement que tout le monde allait me rejeter, même mon épouse tôt ou tard ; pourtant nous étions mariés depuis trente ans... J’ai compris que je n’avais jamais pu vraiment avoir de relation intime à cause de cette peur du rejet. Elle venait du fait que ma mère m’avait rejeté à la naissance. Je n’ai jamais connu ni mon père, ni ma mère, je ne sais même pas d’où je viens.

Alors Jésus s’est à nouveau tourné vers moi et j’ai entendu : « Et tu as la haine envers ma mère : Marie ». Je n’avais jamais pensé à Marie. Pour­tant j’avais déjà découvert au cours de ces années africaines auprès des catholiques : la compassion, la miséricorde, mais aussi l’eucharistie, le pape Jean-Paul II, Marthe Robin... Mais Marie, je n’avais jamais pensé à elle. Et là j’ai compris, au fond de moi, que la solution à cette blessure profonde, la transformation de cette blessure allait s’opérer à travers le Christ crucifié et Marie.

Il s’agissait d’une vraie révolution pour un évangélique ?

Vous ne croyez pas si bien dire. Chez les évan­géliques, surtout les pentecôtistes, il n’y a pas de signe. Pour eux, c’est de l’idolâtrie. Et surtout pas un crucifix ! Moi, comme tout bon évangélique, j’avais eu cette rencontre avec le Christ ressus­cité ; j’avais l’assurance du Salut et le feu du zèle apostolique. Mais je n’avais jamais rencontré le Christ crucifié. J’étais passé rapidement sur la mort et la Passion de Jésus pour arriver à la Résurrection. Tout était Résurrection. Jésus est vivant, il est vraiment ressuscité, c’est vraiment vrai ! Mais là, j’étais presque physiquement avec le Christ crucifié et avec Marie comme il est écrit dans la Bible.

Alors, j’ai commencé à pleurer. Il m’a fallu six mois pour pouvoir en parler à quelqu’un ; et même six mois après, je sanglotais à chaque fois que je le racontais. C’était tellement profond. Alors, j’ai dit : « Seigneur pardonne-moi pour cinquante et un ans de vie blessée. Pour cinquante et un ans pendant lesquels je n’ai pas su écouter et comprendre que je pouvais être guéri à travers Marie et toi, crucifié. S’il te plaît, Jésus, guéris-moi ».

Cette prière venait du plus profond de mon être, ce n’était pas seulement des paroles. Et tout à coup, j’ai ressenti que mon nœud s’était dénoué. Comme si Jésus avait aspiré toutes les racines de peur, de rejet, d’amertume et de ran­cune plantées en moi. Pour la première fois de ma vie, je ressentais une terre fertile en moi, où pouvait pousser cette « bonté douce ». C’était une folie de joie.

Et puis j’ai entendu dans ce cœur à cœur avec Jésus : « Voici ta mère ». « Je partage ma mère avec toi. » J’ai dit « oui » à Marie, et Marie m’a dit « oui ». Marie est venue dans ma vie et je suis tombé amoureux d’elle. Instantanément. Je ne comprenais plus rien à toute ma théologie, mais je m’en fichais. Quand tu es amoureux, tout peut se régler ! C’était exactement ça. J’avais tout compris. Comme Ratisbonne, athée, entré il y a cent ans avec son frère prêtre dans une église parisienne, et que celui-ci aperçoit soudain à genoux devant la statue de Marie, en extase, en train de lui dire : « J’ai vu la Vierge, elle n’a rien dit et j ’ai tout compris ».

Votre dernier livre s’intitule À la recherche du Jardin perdu [2]. Quel est ce jardin ?

Ce « Jardin perdu », c’est l’Église catholique. Car dans l’Église, il y a la plénitude de ce que Dieu a voulu pour l’homme. Dans le Jardin, il y a le jardinier et le maître du Jardin. Le maître du Jar­din, c’est Dieu lui-même : Père, Fils et Saint­Esprit. Le jardinier, c’est le pape, les évêques et les prêtres. Non pas pour nous contrôler, mais pour nous donner un cadre dans lequel nous pouvons vivre pleinement notre liberté de fils et de filles de Dieu. Non pas pour nous contraindre, mais pour nous libérer et nous permettre de ne pas aller dans les buissons empoisonnés où nous nous abîmerions.

Et puis, tout le Jardin est un lieu plein de fleurs, les saints depuis deux mille ans : sainte Thérèse de Lisieux, saint Philippe Néri, tous mes copains (rires). Et puis il y a toute la Tradi­tion, toute l’histoire vivante de l’Église. Et même toute la réalité physique : les cathédrales, les basiliques, les lieux de pèlerinage, comme Lourdes et Rome. Moi je passerais ma vie à Rome si je pouvais !

Et il y a les sacrements pour nous aider à rester sur le chemin de la vie, à recevoir la misé­ricorde, à contempler Jésus dans le Saint-Sacre­ment et à le manger avec toutes les vitamines du Jardin.

Que diriez-vous aux catholiques français qui ont, pour certains, du mal à accepter l’autorité de Rome ?

Le siège physique de l’Église, c’est Rome. C’est Dieu qui l’a choisi. Je l’accepte ou je le rejette. Ce n’est pas une affaire politique, c’est une affaire de vie. Si on va à Rome, qu’on entre dans la basilique Saint-Pierre et qu’on ne ressent pas la richesse du cœur de l’Église, c’est qu’on n’a pas eu vraiment cette rencontre avec l’amour de l’Église et qu’on a besoin d’une conversion. Moi, à Rome, mon cœur me dit que je suis chez moi, à la maison. Au fond de nous, il y a un « oui » ou un « non » à l’Église, s’il y a un « non », c’est qu’il y a quelque part une blessure, une ignorance ou qu’il y a eu un problème de transmission de la foi. Nos aînés n’ont pas su nous transmettre la joie de vivre comme catholique.
Mais ça peut se régler avec un peu de recher­che, de désir et de prière. Moi, par le porte-à- porte, je rencontre des milliers de personnes dans le monde entier. Et à chaque fois que ma route croise celle d’un catholique blessé - et il y en a beaucoup -, avec un peu de compréhen­sion et d’écoute les a priori sur l’Église tombent. Et dès qu’ils rencontrent vraiment Jésus et Marie, tout rentre dans l’ordre.

En tout cas, je ne crois pas que l’on puisse vivre pleinement avec Jésus et Marie et rejeter l’Église. Ce n’est pas possible. On ne peut pas séparer la tête du corps et penser que l’on peut vivre sans le corps. Ça ne fonctionne pas.

Les évangéliques étaient 7 millions en 1900 et sont aujourd’hui plus de 500 mil­lions dans le monde. Que pense l’ancien pentecôtiste de cette vague qui gagne la Terre entière ? Doit-on s’en réjouir ?

Le plus grand défi pour l’Église catholique aujourd’hui, ce n’est pas l’islam, ni le moder­nisme, ni le matérialisme, ni même l’indiffé­rence, c’est l’Église évangélique américaine. Il ne s’agit pas d’avoir peur, mais on doit en prendre conscience. Dans quelques années, il n’y aura pas 500 millions, mais 1 milliard et plus d’évangéliques dans le monde entier ! Quand j’évangélise sur les plages du Brésil et que je touche onze personnes, neuf parmi elles sont évangéliques baptisées catholiques. Quand à 2 h du matin, dans une grande ville, je fais de l’évangélisation, je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade, en train de prêcher. Nous sommes face à un immense défi.

Aux États-Unis, il y a 68 millions de catho­liques, parmi lesquels 38 % seulement croient à la présence réelle de Jésus dans l’eucharistie. Il y a environ 38 millions de protestants. Mais il y a 100 millions d’évangéliques ! C’est énorme. Moi, ça m’empêche de dormir.

Est-ce à dire que le « fruit évangélique » est mauvais ?

Il ne suffit pas de proclamer le message, il faut que cela suive derrière. L’annonce doit être suivie d’une formation de vie. Même si nous pouvons apprendre d’eux l’importance de l’annonce du message, ce feu de l’annonce, il faut ensuite toute la sagesse de l’Église pour conduire les gens à maturité. Je crois réelle­ment que tout ce qui n’attire pas finalement au centre de l’Église n’est pas de Dieu. Le coeur ne peut pas être soigné sans Marie, l’Église et ses sacrements. Attirer des personnes souvent blessées et leur dire de lire la Bible ne suffit pas. On a besoin de l’Église.

Que faire alors face à cette déferlante ? Si nous n’annonçons pas Jésus, les pierres crieront : « Jésus est la solution ». Dieu se sert de tous ceux qui veulent l’annoncer. Et il faut l’annoncer. Et c’est bien le problème de la plu­part des catholiques. On n’annonce pas notre richesse. Et puisqu’on ne l’annonce pas, on ne l’apprécie plus. La solution, c’est l’évangéli­sation. L’Eglise doit évangéliser. C’est plus qu’urgent, sinon, je vous le certifie, le monde va devenir évangélique. Ça devrait être une obses­sion pour chacun de nous. Moi, c’est toute ma vie. Jour et nuit, je ne pense qu’à ça.

Il faut sortir de nos paroisses. Si j’étais le pape - heureusement pour l’Église, je ne le serai jamais ! -, j’obligerais tous les cardinaux romains à sortir une fois par semaine en rouge cardina­lice et à aller faire du porte-à-porte dans la ville. Et à dire dans l’entrebâillement : « Excusez-moi, Madame, je passe pour vous dire seulement que Dieu vous aime, que l’Église vous aime, et que je vous aime. Revenez à l Église ». Je ferais ça pour toutes les personnes qui ont une responsabilité ecclésiale. Les gens n’attendent que notre visite.

Quand on va chez les gens avec humilité et miséricorde, ils nous accueillent. Le problème, c’est qu’il n’y a que les Mormons et les Témoins de Jéhovah qui visitent ainsi nos voisins et arpentent nos rues. Il faut faire du porte-à-porte, amener physiquement Jésus chez les gens. J’en fais depuis trente-quatre ans, et personne ne m’a jamais claqué la porte au nez. Les gens sont là... Ils attendent. Il faut y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël



Masculin Messages : 2334
Inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 13 Fév 2011, 22:42

Merci Julia!!!! thumleft

Juste une question:
Citation :


En tout cas, je ne crois pas que l’on puisse vivre pleinement avec Jésus et Marie et rejeter l’Église. Ce n’est pas possible. On ne peut pas séparer la tête du corps et penser que l’on peut vivre sans le corps. Ça ne fonctionne pas.

Doit-on penser que les évangéliques n'ont pas l'Esprit Saint?
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 13 Fév 2011, 23:27


Ce n'est pas ce que dit exactement Richard Borgman.Il faut recevoir son témoignage tel qu'il est,et il met du baume au coeur!

Dieu fait grâce à qui il veut !Mais si l'on regarde le long et douloureux parcourt de Richard Borgman pour être dans la communion de l'Eglise,alors on peut dire sans aucun doute qu'il en était loin et qu'il lui a fallu une conversion profonde.Je crois qu'il doit en être de même pour tous les évangélistes...
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 14 Fév 2011, 09:31

Raphaël a écrit:
Merci Julia!!!! thumleft

Juste une question:
Citation :


En tout cas, je ne crois pas que l’on puisse vivre pleinement avec Jésus et Marie et rejeter l’Église. Ce n’est pas possible. On ne peut pas séparer la tête du corps et penser que l’on peut vivre sans le corps. Ça ne fonctionne pas.

Doit-on penser que les évangéliques n'ont pas l'Esprit Saint?

Cher Raphaël,

Les évangéliques ont des grâces, beaucoup même, car ils sont croyants, lisent et connaissent bien les écritures saintes, et qu'il y a des bénédictions dans toutes ces choses.

Seulement, ils n'ont pas la révélation pleine et entière que Notre Seigneur a choisi de donner à son Eglise, et ils ne bénéficient pas des révélations que l'Esprit a fait à son Eglise depuis 2000 ans.

La Très Sainte Mère de Dieu par exemple, nous préserve du fanatisme, du sentiment de toute-puissance; nous humanise et nous donne une dimension douce qu'il est impossible d'avoir sans elle, car c'est un charisme et un ministère de maternité universelle qui lui vient de Notre Seigneur Lui-même.

Un enfant ne peut pas se passer sans dommage de sa mère, n'est-ce pas ?? il en est de même pour un chrétien.

Sinon, il risque de devenir dur et cassant, comme dit Richard Borgman, même si c'est une bonne personne au demeurant.

Cela dit, je pense que le rôle des mouvements évangélique est de réveiller les cathos tièdes et mous, qui pensent qu'il n'y a rien à faire quand on est chrétien après la messe.

Richard Borgman le dit aussi : il a bp regretté que des catholiques ne soient pas venus le trouver bien avant, pour leur offrir la Vérité.
Il l'aurait peut-être rejetée sur le coup, mais au moins, la Vraie Foi lui aurait été annoncée.

C'est en effet une grave lacune, et je ne peux pas m'empêcher que Notre Seigneur nous parle et nous avertit à travers ces mouvements évangéliques (ou même musulmans) belliqueux, voire hostiles.

Allons, catholiques, debout, en marche, n'ayez pas peur d'annoncer notre Foi !! Dieu est avec nous !! ;) sunny
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël



Masculin Messages : 2334
Inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 14 Fév 2011, 14:59

Oui, je le comprend, j'étais pareil après ma conversion! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 16:26

En complément, ou en résumé, il est bon de voir cette vidéo: http://www.gloria.tv/?media=121808
Richard présente sa conversion en 4mn 30s
C'est étonnant !

Mais... Tout ceci me laisse en bouche un goût amer d'inachevé... Comme si on passait à côté de quelque chose de beaucoup plus compliqué et simple à la fois, par incapacité à comprendre.

Je suis catholique jusqu'à la plus intime et profonde fibre de tout mon être... Je crois même pouvoir dire que je suis né catholique... Mais... Mais mon propre fils est protestant, très engagé dans son église, ET il vit sa foi au quotidien ; il met sa foi en pratique chaque minute de sa vie. Il rayonne de foi et de lumière chrétienne, et il est impossible de ne pas le voir.

D'autre part, je viens de prendre connaissance de l'existence d'un évangélique nommé Fernand Legrand, décédé en décembre 2010, grand prédicateur (mais non pasteur), et dont l'écoute me transporte sur les cimes. C'est comme si... Comment traduire ce qui se passe quand je l'écoute... C'est comme s'il ouvrait le ciel et que je pouvais enfin voir de mes yeux de chair le monde en lequel je crois, que je connais, mais dont les portes restent fermées la plupart du temps.
Pourtant, le site sur lequel j'ai trouvé (et téléchargé) ses 101 prédications, est une abomination de site protestant pur et dur, mensonger et diffamatoire, 100% anti catholique, proclamant des choses totalement fausses sur le catholicisme et les catholiques. C'est pourtant dans ce cloaque que j'ai trouvé une perle, que je me suis empressé de dégager, et d'admirer !!!
Toujours est-il que cet homme, Fernand Legrand, protestant, est certainement plus proche de Dieu que bien des catholiques, et qu'il nourrit mon esprit et mon cœur de catholique...
Quelle contradiction, n'est-ce pas ?

Voila... C'est dans cette confusion que je nage en ce moment... Et cette confusion, que je perçois clairement, c'est elle qui me laisse le goût amer dont j'ai parlé un peu plus haut.
Je pressens que le vrai n'est pas dans ce qu'on peut en comprendre, ni en connaitre, et qu'il faut regarder tout homme comme étant RÉELLEMENT à l'image de Dieu, et pouvant nous permettre de nous en approcher encore plus grâce à lui...

Communion des saints?
Communion fraternelle?

Ou tout simplement: amour de Dieu !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 16:56

Autre chose: il aurait sans doute été bon de signaler d'où cet article provient :

Source : Magasine « Famille Chrétienne »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 17:09

Bonjour Jean, je viens de vous laisser un message privé, regardez votre messagerie Smile

Vous n'êtes pas le seul à être troublé par la vigueur et la fougue des évangéliques.

En fait, nous catholiques sommes souvent victimes d'un certain modernisme, relativisme, qui aurait infecté l'Eglise et nous aurait privés de la Révélation catholique, en laquelle est toute la vérité, et qui est bien plus foudroyante en vérité que n'importe quelle théologie protestante.

Pour moi, qui suis l'épouse d'un chrétien évangélique (hé oui !! Smile ), la solution fut mon rapprochement et mon adhésion aux communautés catholiques traditionnelles (en communion avec Rome, bien sûr) telles que la Fraternité Saint Pierre, ou le Bon Pasteur.

J'ai trouvé là un ravissement pour mon âme et la guérison des blessures de mon mariage mixte sunny

Les prêtres sont des saints, les prédications formidables, lumineuses, claires comme de l'eau de baptême.

Je pense d'ailleurs que mon cher époux va finir par se convertir à la foi catholique tradtionnelle, tant il voit les grâces dont je bénéficie !! Very Happy Very Happy Very Happy

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 17:24

Il serait pourtant bon pour vous de savoir recevoir avant de vouloir donner... Qui vous dit que votre ... "cher mari" n'est pas plus proche de Dieu que vous ?

Quant à moi, mon épouse est évangélique, totalement hermétique à la foi catholique, MAIS elle vit sa foi au quotidien, elle ... Et je ne sais pas lequel de nous deux est plus aimé de Dieu, si tant est que je puisse dire cette énormité, Dieu aimant tout homme également. Ben oui hein: Dieu EST amour, et l'amour est indivisible.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 17:29

Rien ne me le dit, cher Jean, car Notre Seigneur ne fait acception de personne, c'est clair Very Happy

Cependant, j'ai reçu cette foi en ce qui concerne la sainte communion '(le corps et le sang du Christ, la présence réelle de Notre Seigneur sous les signes du pain et du vin, chose ignorée des protestants), et je ne saurais m'en passer sous peine d'affamer mon âme.

Idem pour la Sainte Vierge, comme je l'ai dit plus haut quel enfant peut se passer de sa mère sans encourir les dommages que l'on imagine ??

Je vois d'ailleurs à quel point mon cher époux en est privé, de cette douceur maternelle-là, lui qui est pourtant si fervent !! Sad
Revenir en haut Aller en bas
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 18:04


Nous sommes sur ces points 100% en accord !

Je me dois d'ajouter que mon propre fils est évangélique, TRÈS engagé dans son église protestante, et qu'il est un VRAI et AUTHENTIQUE chrétien, un de ceux à qui notre Seigneur accorderait la faveur de poser sa tête sur sa poitrine. Sa foi rayonne comme un soleil, et il vit au quotidien cela, sa vie étant une lumière éclairant tous ceux qui l'approchent.

Je me dois de vous dire de faire attention à ne pas vous comporter comme détentrice de LA vérité, et de rester en position de pouvoir recevoir de votre "cher mari" autant que vous pourriez éventuellement être à même de lui donner. Car aimer, c'est partager, et non pas uniquement donner, ni uniquement recevoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 18:42

Cher Manaus, oui nous partageons, oui j'ai fréquenté moi aussi les évangéliques, et j'en reçois encore chaque semaine chez moi, ne vous en faites pas.

Je suis et reste catholique, et mon cher époux (désolée si cette appellation vous choque, mais nous nous aimons, croyez-le bien) est bel et bien sur le point de se convertir, je le répète, en voyant les grâces dont le Bon Dieu me comble, et qui ont une saveur...inimitable !!! Smile cheers cheers cheers

Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 29 Mar 2011, 23:52

Cher Jean Manaus,

La Foi catholique se vit la plupart du temps dans la nuit,tous les mystiques nous le disent.

Les croix sont plus souvent présentes que les moments d'euphorie,et cependant nous donnent insensiblement une paix profonde,qui rayonne d'une manière quasi invisible.

Personnellement,je ne dirais pas que "je vis ma Foi",mais que j'essaye,avec les moyens que Dieu me donne,d'être uni au Christ pour lui être conformé progressivement.C'est là,il me semble,la vocation de tout Chrétien.

On comprend alors peu à peu ce que le Christ attend de nous,quelle est notre "mission" personnelle,car nous en avons chacun une depuis le moment où Dieu nous a créé.

Je serais curieux de connaître ces prédications extraordinaires "qui ouvrent le ciel" de Fernand Legrand.

Il est possible que Dieu éclaire certaines âmes qui ne sont pas catholiques pour toucher des personnes qui ne l'auraient pas été autrement ( L'exemple de Taizé est typique à ce sujet),mais l'amour du Christ doit conduire inévitablement à l'amour de son Eglise car Elle est son Corps mystique et le moyen qu'il a choisi pour achever son OEuvre de Salut...
Revenir en haut Aller en bas
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 30 Mar 2011, 06:20

Si vous connaissiez ma vie, ce que j'ai eu à vivre, de quels trous je sors... Arnaud le sait bien, lui. Il est bien placé pour savoir que ma foi repose sur le béton armé d'une vie profondément ancrée dans la souffrance, la nuit, mais aussi la communion mystique la plus profonde.

Citation :
"Il est possible que Dieu éclaire certaines âmes qui ne sont pas catholiques"
WooOoOOps...

Vous me donnez furieusement envie de vous répondre: il est possible que Dieu éclaire certaines âmes catholiques... Du moins celles qui sont éclairables...

Allons... Un peu d'humilité devrait faire beaucoup de bien.
Quant à moi, je suis fatigué, j'ai la tête qui me fait mal, et j'ai besoin d'aller dormir. Ma journée ne m'a pas laissé assez de temps de repos. Et mes yeux ne voient plus bien clair... Trop sollicités ! Hop, dodo !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 30 Mar 2011, 13:45

Géraud a écrit:
Cher Jean Manaus,

La Foi catholique se vit la plupart du temps dans la nuit,tous les mystiques nous le disent.

Les croix sont plus souvent présentes que les moments d'euphorie,et cependant nous donnent insensiblement une paix profonde,qui rayonne d'une manière quasi invisible.

Personnellement,je ne dirais pas que "je vis ma Foi",mais que j'essaye,avec les moyens que Dieu me donne,d'être uni au Christ pour lui être conformé progressivement.C'est là,il me semble,la vocation de tout Chrétien.

On comprend alors peu à peu ce que le Christ attend de nous,quelle est notre "mission" personnelle,car nous en avons chacun une depuis le moment où Dieu nous a créé.

Je serais curieux de connaître ces prédications extraordinaires "qui ouvrent le ciel" de Fernand Legrand.

Il est possible que Dieu éclaire certaines âmes qui ne sont pas catholiques pour toucher des personnes qui ne l'auraient pas été autrement ( L'exemple de Taizé est typique à ce sujet),mais l'amour du Christ doit conduire inévitablement à l'amour de son Eglise car Elle est son Corps mystique et le moyen qu'il a choisi pour achever son OEuvre de Salut...

Oui !! et c'est vrai aussi que "là où est l'esprit de Dieu, là est la liberté"; rien ne nous empêche d'écouter une bonne prédication évangélique, du moment qu'elle ne dit rien contraire à notre foi catholique !! (personnellement, j'écoute de temps en temps une prédicatrice américaine, Joyce Meyer , qui donne de très bons conseils au sujet du mariage ;) ); mais je fais toujours bien attention à ce que j'écoute, car je n'ai pas de droit de mettre ma foi en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Manaus



Masculin Messages : 18
Inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 30 Mar 2011, 17:27

Ah bien voila une réponse qu'elle est bonne et pleine de sagesse ! Je commençais à désespérer de voir un peu d'esprit de discernement en action (je parle de façon générale)

Mais je constate que beaucoup de catholiques ont le regard méprisant, l'orgueil à la boutonnière et la vue basse. C'est sans aucun doute à cause de ça que les églises sont exsangues et VIDÉES.

Des gamins qui toisent les adultes, des gens sans expérience qui vous parlent de ce qu'ils ne connaissent pas, des imbus de leur personne qui vous parlent théoriquement quand vous avez expérimenté depuis longtemps, des savants qui débitent des mots incompris quand ceux à qui ça s'adresse ont pénétré jusqu'au cœur de bien des mystères, des enfants qui vous disent "Tu sais..." et à qui vous avez envie de répondre "Et toi tais toi, que sais-tu vraiment? " Mais, par charité, vous baissez les yeux et restez silencieux, parce qu'à ce niveau là, il n'y a vraiment plus rien à dire, puisqu'aucune oreille n'écoute plus rien que ce qu'ils disent eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/Jive51
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 30 Mar 2011, 17:37

Mais cher Manaus, les églises cathos traditionnelless et charismatiques sont pleines à craquer de familles catholiques heureuses , présentes avec tous leurs (fort nombreux) enfants !! Very Happy Very Happy Very Happy

C'est le courant moderniste qui a vidé les églises. Partout ailleurs, c'est le plein boum Smile
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 30 Mar 2011, 17:53

Jean Manaus a écrit:
Ah bien voila une réponse qu'elle est bonne et pleine de sagesse ! Je commençais à désespérer de voir un peu d'esprit de discernement en action (je parle de façon générale)

Mais je constate que beaucoup de catholiques ont le regard méprisant, l'orgueil à la boutonnière et la vue basse. C'est sans aucun doute à cause de ça que les églises sont exsangues et VIDÉES.

Des gamins qui toisent les adultes, des gens sans expérience qui vous parlent de ce qu'ils ne connaissent pas, des imbus de leur personne qui vous parlent théoriquement quand vous avez expérimenté depuis longtemps, des savants qui débitent des mots incompris quand ceux à qui ça s'adresse ont pénétré jusqu'au cœur de bien des mystères, des enfants qui vous disent "Tu sais..." et à qui vous avez envie de répondre "Et toi tais toi, que sais-tu vraiment? " Mais, par charité, vous baissez les yeux et restez silencieux, parce qu'à ce niveau là, il n'y a vraiment plus rien à dire, puisqu'aucune oreille n'écoute plus rien que ce qu'ils disent eux-mêmes.

Si vous viviez "une communion mystique la plus profonde",pour reprendre votre expression qui ne manque pas de suffisance,vous ne répondriez pas avec une telle morgue et un tel mépris vis à vis d'autrui dont,je vous le signale,vous ne savez rien non plus de ce qu'il a vécu.Alors,baissez d'un ton s'il vous plaît,car ce n'est pas de cette manière que l'on peut dialoguer,dumoins lorsqu'on est chrétien!
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 04 Avr 2011, 13:29

julia a écrit:
Mais cher Manaus, les églises cathos traditionnelless et charismatiques sont pleines à craquer de familles catholiques heureuses , présentes avec tous leurs (fort nombreux) enfants !! Very Happy Very Happy Very Happy

C'est le courant moderniste qui a vidé les églises. Partout ailleurs, c'est le plein boum Smile

Bonjour Julia,


je répond un peu a tous en sélectionnant ton message car il est court,

d'abord je veux dire que j'ai connu Richard de prés quand il était Évangélique et qu'ils sont devenu catholique lui sa femme et au début son fils !
je ne me suis jamais senti plus évangélique que catholique même quand il enseignait de manière évangélique !

je n'ai pas tout lu sur ce fil, mais je veux répondre a une chose ici !

chacun se bat pour un NOM et là vous n'en sortiez jamais ; l'un est catho l'autre évangélique ect ect , nous sommes tous Baptisé au NOM du CHRIST et de Personne d'autre , c'est pas cvatho ni évangélico ni orthodoxoou protestento qui est mort sur la Crois a cause de notre péché , MAIS JÉSUS DE NAZARETH !

si chacun reconnait cela et veille a y faire attention, il n'y a aucune raison de se faire une gloire de sa dénomination !

j'étais jusqu'à récemment très impliqué en milieu catholique (vraiment a fond) je viens de me mettre en retrait suite au scandale pédophile qui a voulu être caché et que la hiérarchie a laissé perdurer en pleine connaissance de cause et qui n'a même pas eu le droiture de cœur de protéger les innocents en prévenant leurs frères qui leurs remettent entre les mains leurs enfants au nom de Jésus Christ ! une telle attitude ne peut être inspirée par l'Esprit saint !
on a même pas sanctionné avec fermeté les auteurs et la hiérarchie complice , de ce fait on discrédite l'Évangile et Jésus aux yeux de 5 milliards d'hommes qui ont déjà tant de mal a ouvrir les yeux !

quand j'ai voulu en parler a d'autres catho la seule réponse est la fuite, personne n'ose s'adresser a la hierarchie pour demander des réponses claires ! ( Occulus qui n'est pas orienté anti catholique et tente d'être mesuré et objectif avait des infos venant de sites catholique américains (évêchés) qui montraient la terrible vérité de cette gestion plus que déplorable) pour moi c'est criminel) !
je me suis donc mis en retrait du système catholique afin de demander a la hiérarchie (lettre a tous échelon et jusqu'au Pape ) de m'expliquer comment ils ont pu prendre de telles décisions qui vont a l'encontre du respect du christ et de leurs fréres le splus vulnérable !

l'Esprit Saint ne peut être l'auteur de tels choix !

ce qui est totalement aberrant, c'est que je ne trouve pas de Catho qui aient eu la volonté d'aller demander des explications car il faut alors se tenir devant la hiérarchie !
pour moi ils ont péchés gravement , des enfants et familles sont détruites et personnes n'a bouger fermement et nous par notre silence on entérine ces faits (qui ne dit rien consent !) !

qui d'entre vous a écrit a son eveque pour demander des faits

se sont nos frères qui ont étaient violé par des frères prêtres, c'étaient connu depuis plus de 20ans , il y a même eu des clause de silences d'imposées dans dans jugement avec dédommagement, ce qui est digne d'un mafieu, mais pas des enfants de Dieu !
devant notre lâche silence , je me suis donc mis en retrait et je fréquente actuellement les Evangélique , afin de souffler un peu car je connais beaucoup de catho, et quand je leurs en parle , la fuite est la méthode générale !
même des parents m'ont dis " ha moi je sais rien , je n'ai pas eu vent de cela !" ne sont ils pas parents, ne se sentons pas concerné par le viol d'enfants qui on l'âges des notre ,, c'est tellement facile de se défausser de tout !

relisons honnêtement comment Paul reprend Pierre quand il pêche et entraine Timothée dans son attitude double !
mais aujourd'hui il serait catholiquement irrespectueux de refaire cela ? mais alors pourquoi l'Esprit Saint l'a-t-il fait faire a Paul et écrire pour notre instruction !
et cela n'est qu'une petite part du problème !

donc Marie nous aide , mais on peu tout bâcler et devenir pire qu'un évangélique si il faut les trouver indigne ou moindrement exact qu'un catho; tu vois la dénomination ne signifie rien, seul la fidélité et le courage ont de la valeur !
pour le moment il y a de grave trahison et cela va engendrer de trés graves concéquences , mais on se réfuigit derrière une fuite commode !

vous verrez tous, Rome le lieu sera détruit dans les 2 décennies qui viennent ( en fait avant je le crois) Le Seigneur aurait pu protéger rome mais l'obstination de certain empêchera que cela soit !

je suis Certain que Jésus restera fidèle a la promesse venant du Père Divin pour Pierre, mais pas en complicité de ce qui ce fait actuellement, restez fidèle au Christ, mais pas complaisant avec le péché, fut il celui de Pierre !

je sais je suis classé fou et insupportable ! mais j'espère que quand cela arrivera au moins certains se rappelleront et ainsi garderont espoir car les temps vont devenir extrêmement dur comme on commence a le voir !

très Fraternellement Théodéric !
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 04 Avr 2011, 18:10

Merci cher Théo de toutes ces explications.

En effet, je te comprends mieux à présent et je comprends mieux tes réactions !! Smile

Pour ce qui est des scandales, tu as tout à fait raison.

Je pense que ce qui motive souvent les réactions de fuite dans l'Eglise devant le péché, même le plus grave, ce sont ces paroles de Saint Paul dans 1 corinthiens 6 :

4 Or, quand vous avez des conflits pour des affaires de ce genre, vous allez prendre comme juges des gens qui ne comptent pour rien dans l'Église !
5 Je le dis à votre honte. Il y a sûrement parmi vous au moins un homme sage qui soit capable de régler un conflit entre frères !
6 Alors, faut-il vraiment qu'un frère soit en procès avec un autre et cela devant des juges incroyants ?


Du moins, j'ai longtemps cru (naïvement).

En fait, j'ai l'impression que ce n'est pas tout à fait cela, mais en général, et en ceci tu as raison, la hiérarchie éclésiale fait preuve d'une telle opacité qu'il est impossible de discerner les vraies cause du mutisme : protéger le prêtre incriminé ?? désir de lui donner une seconde chance ?? je ne sais mon ami, mais ce sont effectivement des situations insupportables qu'il faut éradiquer de la Sainte Eglise.

Mais le Pape Benoît XVI, qui est très courageux a désiré lever le voile sur les scandales, et entre autres gestes forts, a cannonisé l'australienne Soeur Mary MacKillop.

Ce geste est hautement symbolique (et je reconnais bien là la finesse et l'intelligence de notre bon Pape Benoît), car voici un extrait de l'étonnante biographie de la sainte :

La nature indépendante de l'organisation l'a amenée à être en conflit avec l'évêque d'Adélaïde, Mgr Sheil.

Après la fondation des Josephites, Sheil a nommé le Père Julian Tenison Woods directeur général de l'enseignement catholique.

Le père Woods a eu des conflits avec d'autres prêtres sur des sujets éducatifs[3].

En 1870, les Joséphites ont eu vent d'allégations selon lesquelles le père Keating, de la paroisse Kapunda, au nord d'Adélaïde, avait abusé sexuellement d'enfants
[4].

Les Josephites dénoncèrent ce prêtre et il fut renvoyé en Irlande dans le déshonneur, sous prétexte d'abus d'alcool.

Un collègue de ce prêtre accusé, qui avait de l'influence auprès de l'évêque âgé et malade, a attaqué la réputation des sœurs laissant circuler la rumeur de détournement de fonds.

Mary a été excommuniée en septembre 1871 pour insubordination par Mgr Sheil[5].

La communauté des Joséphites ne fut pas dissoute mais la plupart de ses écoles furent fermées à la suite de cette action.
Puisqu'on avait interdit à Mary tout contact avec des membres de l'Église, celle-ci vécut temporairement avec une famille juive, ainsi que chez des prêtres jésuites.

Les fidèles se mirent à déserter l'Église et l'épiscopat australien dû se saisir de l'affaire.

Sur son lit de mort, Mgr Sheil a demandé que soit levée l'excommunication qui pesait sur Mary MacKillop, ce qui fut fait le 21 février 1872.

On considéra les accusations non fondées, particulièrement celles ayant trait à l'administration de la Congrégation.
Plus tard, une commission épiscopale l'a totalement disculpée. Les autres investigations ont confirmé que son excommunication était contraire au droit canonique. Elle est une des seules catholiques excommuniées à avoir été canonisée
.


Tu vois, je suis totalement d'accord avec toi, l'Eglise a besoin de personnes fortes et courageuses, qui n'ont pas peur de dire la vérité haut et fort !!
Revenir en haut Aller en bas
jf_germa
Invité



MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 11 Mar 2012, 05:09

Pardonnez-moi la comparaison, mais cela me fait penser à un certain conflit dans les arts-martiaux. Quel style d'art-martial est le plus fort.

Une remarque pleine de sagesse a mentionné qu'il n'y a pas de style supérieur, mais que c'est seulement le pratiquant qui fait la différence.

Je crois que nous devons (et je m'inclus dans cela) arrêter de chercher la doctrine supérieure : "Car c'est l'amour qui me plaît, non le sacrifice ; et la connaissance de Dieu, je la préfère aux holocauste".

En gros, il faut rester centré sur l'essentiel et l'essentiel c'est notre foi dans le Seigneur DIEU.

Que nous croyons en la Sainte Trinité ou non, que nous vénérions la Vierge Marie ou non, il faut avoir à l'esprit que la base de notre foi, c'est notre confiance en DIEU et que le Christ est la lumière et le chemin qui mène à DIEU.

Amen.

Paix et amour dans le SEIGNEUR et son messie !
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 11 Mar 2012, 19:54

julia a écrit:
Entretien avec Richard Borgman
« Il y avait en ma femme une vie, une présence... »

dimanche 22 octobre 2006, par Etchevénio


Les évangéliques étaient 7 millions en 1900 et sont aujourd’hui plus de 500 mil­lions dans le monde. Que pense l’ancien pentecôtiste de cette vague qui gagne la Terre entière ? Doit-on s’en réjouir ?

Le plus grand défi pour l’Église catholique aujourd’hui, ce n’est pas l’islam, ni le moder­nisme, ni le matérialisme, ni même l’indiffé­rence, c’est l’Église évangélique américaine. Il ne s’agit pas d’avoir peur, mais on doit en prendre conscience. Dans quelques années, il n’y aura pas 500 millions, mais 1 milliard et plus d’évangéliques dans le monde entier ! Quand j’évangélise sur les plages du Brésil et que je touche onze personnes, neuf parmi elles sont évangéliques baptisées catholiques. Quand à 2 h du matin, dans une grande ville, je fais de l’évangélisation, je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade, en train de prêcher. Nous sommes face à un immense défi.

Aux États-Unis, il y a 68 millions de catho­liques, parmi lesquels 38 % seulement croient à la présence réelle de Jésus dans l’eucharistie. Il y a environ 38 millions de protestants. Mais il y a 100 millions d’évangéliques ! C’est énorme. Moi, ça m’empêche de dormir.

Et alors, la Foi à la très Sainte Trinité, c'est malfaisant?

Est-ce à dire que le « fruit évangélique » est mauvais ?

Il ne suffit pas de proclamer le message, il faut que cela suive derrière. L’annonce doit être suivie d’une formation de vie. Même si nous pouvons apprendre d’eux l’importance de l’annonce du message, ce feu de l’annonce, il faut ensuite toute la sagesse de l’Église pour conduire les gens à maturité. Je crois réelle­ment que tout ce qui n’attire pas finalement au centre de l’Église n’est pas de Dieu. Le coeur ne peut pas être soigné sans Marie, l’Église et ses sacrements. Attirer des personnes souvent blessées et leur dire de lire la Bible ne suffit pas. On a besoin de l’Église.

Qui pourra prouver que la Bible est insuffisante au salut? Cet hurluberlu?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80859
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 11 Mar 2012, 19:59

Les évangéliques réalisent cette prophétie de Jésus lorsqu'il enseigna pour la première fois et en termes forts, son eucharistie et sa présence réelle :

Citation :

Jean 6, 60 Après l'avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : "Elle est dure, cette parole! Qui peut l'écouter?"
Jean 6, 61 Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos, Jésus leur dit : "Cela vous scandalise?
Jean 6, 66 Dès lors, beaucoup de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.

Cependant, il reste de vrais chrétiens, très affectifs et sans beaucoup de fond théologique, mais de vrais chrétiens.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 11 Mar 2012, 20:31


Il me semble qu'il peut être intéressant de faire une distinction entre les évangéliques charismatiques et les évangéliques non charismatiques. La dimension affective et un gout assez prononcé pour le sensationnalisme est effectivement très présent chez les évangéliques charismatiques mais on pourrait en dire autant à propos des catholiques charismatiques. Une autre distinction importante porte sur la question du dialogue oecuménique car si la branche la plus dure rejette toute forme de dialogue avec les autres églises chrétiennes, il existe aussi des évangéliques modérés qui prennent part à ce dialogue.

Dans notre relation avec les chrétiens qui sont membres des communautés chrétiennes évangéliques, il me semble que notre attitude ne doit pas consister à vouloir les faire changer d'église, ce que certains d'entre eux cherchent de toute évidence à faire, entre parenthèse le prosélytisme de certains évangéliques charismatiques visent même les évangéliques non charismatiques car ils considèrent que ces derniers n'ont pas reçu le baptême du Saint-Esprit et qu'il leur manque l'essentiel, mais à accepter leur engagement tout en approfondissant notre relation personnelle avec le Christ et en vivant notre foi de manière profonde et authentique.

Je pense en particulier aux évangéliques qui viennent du catholicisme et qui témoignent ne pas avoir pu vivre une relation personnelle avec le Christ dans leur église d'origine malgré les cours de catéchisme qu'ils ont pu recevoir. Si les catholiques ne vivent plus leur foi ou ne l'exprime pas, il est évident que certaines personnes se tourneront vers ces communautés qui proposent en effet un engagement plus radical et une relation plus personnelle avec le Christ au sein d'une communauté chaleureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Dim 11 Mar 2012, 21:19

Merci pour ce témoignage ! Thumright
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 12 Mar 2012, 14:43

Arnaud Dumouch a écrit:
Les évangéliques réalisent cette prophétie de Jésus lorsqu'il enseigna pour la première fois et en termes forts, son eucharistie et sa présence réelle :

Citation :

Jean 6, 60 Après l'avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : "Elle est dure, cette parole! Qui peut l'écouter?"
Jean 6, 61 Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos, Jésus leur dit : "Cela vous scandalise?
Jean 6, 66 Dès lors, beaucoup de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.

Cependant, il reste de vrais chrétiens, très affectifs et sans beaucoup de fond théologique, mais de vrais chrétiens.

Heureux de vous l'entendre dire: enfin! Il est vrai, par ailleurs, que la notion de sacerdoce universel des baptisés, invoqué pour se permettre d'annoncer l'Évangile, a son revers: celui de l'écoute du témoignage de l'universalité du sacerdoce des baptisés. Autrement dit, il devient périlleux de s'approprier les Écritures, sans se confronter au témoignage catholique de l'Église chrétienne. Aussi, implicitement, les évangéliques font-il fonds sur le Canon scripturaire et le Symbole de Nicée-Constantinople. Ceci est évident au sein de leur déclaration de Foi:

Citation :
DÉCLARATION DE FOI
Nous croyons :
 Que l’Écriture Sainte est la Parole infaillible de Dieu,
autorité souveraine en matière de foi et de vie.
 En un seul Dieu, Père Fils et Saint-Esprit de toute éternité.
 En Jésus-Christ notre Seigneur,
Dieu manifesté en chair,
né de la vierge Marie,
à son humanité exempte de péché,
ses miracles,
sa mort expiatoire et rédemptrice,
sa résurrection corporelle,
son ascension,
son oeuvre médiatrice,
son retour personnel dans la puissance et dans la gloire.
 Au salut de l’homme pécheur et perdu,
à sa justification non par les oeuvres
mais par la seule foi,
grâce au sang versé par Jésus-Christ notre Seigneur,
à sa régénération par le Saint-Esprit.
 En l’Esprit Saint
qui, venant demeurer en nous,
nous donne le pouvoir de servir Jésus-Christ,
de vivre une vie sainte et de rendre témoignage.
 A l’unité véritable dans le Saint-Esprit de tous les croyants
formant ensemble l'Église Universelle, corps de Christ.
 A la résurrection de tous :
ceux qui sont perdus ressusciteront pour le jugement,
ceux qui sont sauvés ressusciteront pour la vie.
Déclaration de l’Alliance Évangélique Mondiale
adoptée à Zeist ( Pays Bas) 5 -11 Août 1951

Enfin, comme vous le voyez, la question de la présence réelle eucharistique n'est ni infirmée ni confirmée, elle demeure libre. De sorte, qu'il est très prématuré de cataloguer les évangéliques comme sacramentaires...
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 12 Mar 2012, 14:51

julia a écrit:
Entretien avec Richard Borgman
« Il y avait en ma femme une vie, une présence... »

dimanche 22 octobre 2006, par Etchevénio



Les évangéliques étaient 7 millions en 1900 et sont aujourd’hui plus de 500 mil­lions dans le monde. Que pense l’ancien pentecôtiste de cette vague qui gagne la Terre entière ? Doit-on s’en réjouir ?

Le plus grand défi pour l’Église catholique aujourd’hui, ce n’est pas l’islam, ni le moder­nisme, ni le matérialisme, ni même l’indiffé­rence, c’est l’Église évangélique américaine. Il ne s’agit pas d’avoir peur, mais on doit en prendre conscience. Dans quelques années, il n’y aura pas 500 millions, mais 1 milliard et plus d’évangéliques dans le monde entier ! Quand j’évangélise sur les plages du Brésil et que je touche onze personnes, neuf parmi elles sont évangéliques baptisées catholiques. Quand à 2 h du matin, dans une grande ville, je fais de l’évangélisation, je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade, en train de prêcher. Nous sommes face à un immense défi.

Aux États-Unis, il y a 68 millions de catho­liques, parmi lesquels 38 % seulement croient à la présence réelle de Jésus dans l’eucharistie. Il y a environ 38 millions de protestants. Mais il y a 100 millions d’évangéliques ! C’est énorme. Moi, ça m’empêche de dormir.



Il ne faut pas voir peur mais manifester de l'angoisse... Rolling Eyes
Oser affirmer que le matérialisme, ou le modernisme, ou l'indifférence, ou l'islam ne sont rien, face à la Foi chrétienne évangélique, frise le blasphème! Qu'est-ce qui lui importe: Dieu ou Mammon?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 12 Mar 2012, 15:32

saint Zibou a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Les évangéliques réalisent cette prophétie de Jésus lorsqu'il enseigna pour la première fois et en termes forts, son eucharistie et sa présence réelle :

Citation :

Jean 6, 60 Après l'avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : "Elle est dure, cette parole! Qui peut l'écouter?"
Jean 6, 61 Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos, Jésus leur dit : "Cela vous scandalise?
Jean 6, 66 Dès lors, beaucoup de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.

Cependant, il reste de vrais chrétiens, très affectifs et sans beaucoup de fond théologique, mais de vrais chrétiens.

Heureux de vous l'entendre dire: enfin! Il est vrai, par ailleurs, que la notion de sacerdoce universel des baptisés, invoqué pour se permettre d'annoncer l'Évangile, a son revers: celui de l'écoute du témoignage de l'universalité du sacerdoce des baptisés. Autrement dit, il devient périlleux de s'approprier les Écritures, sans se confronter au témoignage catholique de l'Église chrétienne. Aussi, implicitement, les évangéliques font-il fonds sur le Canon scripturaire et le Symbole de Nicée-Constantinople. Ceci est évident au sein de leur déclaration de Foi:

Citation :
DÉCLARATION DE FOI
Nous croyons :
 Que l’Écriture Sainte est la Parole infaillible de Dieu,
autorité souveraine en matière de foi et de vie.
 En un seul Dieu, Père Fils et Saint-Esprit de toute éternité.
 En Jésus-Christ notre Seigneur,
Dieu manifesté en chair,
né de la vierge Marie,
à son humanité exempte de péché,
ses miracles,
sa mort expiatoire et rédemptrice,
sa résurrection corporelle,
son ascension,
son oeuvre médiatrice,
son retour personnel dans la puissance et dans la gloire.
 Au salut de l’homme pécheur et perdu,
à sa justification non par les oeuvres
mais par la seule foi,
grâce au sang versé par Jésus-Christ notre Seigneur,
à sa régénération par le Saint-Esprit.
 En l’Esprit Saint
qui, venant demeurer en nous,
nous donne le pouvoir de servir Jésus-Christ,
de vivre une vie sainte et de rendre témoignage.
 A l’unité véritable dans le Saint-Esprit de tous les croyants
formant ensemble l'Église Universelle, corps de Christ.
 A la résurrection de tous :
ceux qui sont perdus ressusciteront pour le jugement,
ceux qui sont sauvés ressusciteront pour la vie.
Déclaration de l’Alliance Évangélique Mondiale
adoptée à Zeist ( Pays Bas) 5 -11 Août 1951

Enfin, comme vous le voyez, la question de la présence réelle eucharistique n'est ni infirmée ni confirmée, elle demeure libre. De sorte, qu'il est très prématuré de cataloguer les évangéliques comme sacramentaires...

Donc, chez vous, on est libre de croire ou non à la présence réelle ?

Et sur l'infaillibilité de l'Écriture, est-elle infaillible en tout (je pense ici à Gen 1) ou seulement en ce qui regarde le salut ?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Lun 12 Mar 2012, 15:41

Simon1976 a écrit:


Donc, chez vous, on est libre de croire ou non à la présence réelle ?

Le silence de cette déclaration n'est-il pas assez explicite?

Et sur l'infaillibilité de l'Écriture, est-elle infaillible en tout (je pense ici à Gen 1) ou seulement en ce qui regarde le salut ?

N'y est-il pas dit que l'Écriture est souveraine, donc infaillible, en matière de Foi (dogme) et de Vie (morale), sans autre précision?


Je ne suis pas évangélique mais Catholique confessant. Car, je reconnais le Canon scripturaire (364-692/T.O.B), le Symbole de Nicée-Constantinople (325-681/C.O.E) et la Confession d'Augsbourg inaltérée (1530), interprétation exacte et scripturaire de l'article baptismal, dudit Symbole de Foi.
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 20:24

Simon1976 a écrit:

Donc, chez vous, on est libre de croire ou non à la présence réelle ?
Et sur l'infaillibilité de l'Écriture, est-elle infaillible en tout (je pense ici à Gen 1) ou seulement en ce qui regarde le salut ?
Oui, on peut croire à la transformation du pain en chair et du vin en sang si on le souhaite. Seulement, je vous rappelle qu'aucun "prêtre" ne prononce une formule de transformation type "abracadabrah'. Mais vous êtes libre de croire que ce n'est pas nécessaire non plus. Le vrai problème survient lorsque l'on considère que "l'objet" est adorable comme Christ lui-même, cela devient de l'idolâtrie et la scène n'a pas été institué dans ce but.(relire les passages....)
Bref, il y a de nombreux points qui ne sont pas défini mais cependant sont tacitement accepté par une majorité dans un communauté.
C'est d'ailleurs parfois l'objet de création de nouvelles communautés.
Cependant comme nous aimons le rappeler, c'est la confession de foi produite par Zibou qui nous rassemble dans l'Eglise, qui est l'ensemble des croyants et non une dénomination terrestre comme celle de l'église romaine.

Quant à Genèse 1, cela justement est un point où chacun est libre. Cependant, la majorité croit que Genèse est bien la description fidèle de la création telle qu'elle a eut lieu, observée par les yeux de Moïse, retranscrite avec son vocabulaire mais néanmoins, chaque mot est inspiré et choisit par Dieu, avec toutes ses facettes et nuances, afin qu'a tous les niveaux de lectures, la bible reste vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 20:37

Le prêtre ne prononce pas une formule du genre "abracadabra", il répète les mêmes paroles que le Christ le soir du Jeudi saint, selon lesquelles le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Seigneur: "Ceci est mon corps... ceci est mon sang". Il n'y a pas beaucoup d'ambiguité dans ces paroles.

:sts:

Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 20:55

Ne lève t il pas le pain et le vin au ciel en donnant l'ordre de leur transformation ?
Pardonnez mon ignorance j'avais cru comprendre que seul un prêtre d'une espèce particulière, consacré par les bonnes personnes, pouvait accomplir ce miracle. Confused (par contre j'ai cru lire aussi qu'un prêtre vivant en concubinage -non marié donc en état de péché- pouvait le faire quand même, ce qui me parait assez choquant, mais bon)
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 20:59

Citation :
Ne lève t il pas le pain et le vin au ciel en donnant l'ordre de leur transformation ?

Rolling Eyes

Quand il dit: "Ceci EST mon corps... ceci EST mon sang", c'est la parole qui opère la transsubtantiation.

Et vous ne croyez pas à cette parole, ni à celle-ci:

"Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson." (Jean 6, 55)
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 21:12

Il n'y a pas une injonction au saint esprit ? Aidez moi, je suis sûr de l'avoir entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 21:17

Oui, il est demandé d'envoyer l'Esprit-Saint sur le pain et le vin.
Revenir en haut Aller en bas
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mar 13 Mar 2012, 23:12

Il demande à l'Esprit Saint, il ne lui donne pas d'ordres!
Et quand il lève l'hostie puis le calice, c'est seulement pour les montrer aux fidèles, pour que même ceux qui sont tout au fond de l'église voient bien.
Mais la consécration proprement dite se passe sur l'autel.

Par ailleurs, n'importe quel prêtre peut célébrer l'eucharistie. C'est leur principale fonction. N'importe quel prêtre, quels que soient ses mérites personnels, car ce n'est pas lui qui opère la transsubstantiation, c'est Dieu!
Ça vous choque qu'un prêtre pécheur célèbre la messe? Mais nous sommes tous pécheurs, seul Dieu est saint, et nous ne sommes plus à l'époque de l'Ancien Testament avec les rites de pureté et tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9380
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 06:51

Fée Violine a écrit:
...
Ça vous choque qu'un prêtre pécheur célèbre la messe? Mais nous sommes tous pécheurs, seul Dieu est saint, et nous ne sommes plus à l'époque de l'Ancien Testament avec les rites de pureté et tout ça.

Il reste quand même le lavement symbolique des mains .
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 12:10

salut

"Lave-moi de mes fautes, Seigneur, purifie-moi de mon péché."
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 17:16

Simon1976 a écrit:

Quand il dit: "Ceci EST mon corps... ceci EST mon sang", c'est la parole qui opère la transsubtantiation.

Et vous ne croyez pas à cette parole, ni à celle-ci:

"Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson." (Jean 6, 55)

La présence réelle n'est pas ce qui fait problème, c'est la rémanence. Autrement dit, en dehors de l'eucharistie, avant ou après, il n'y a pas présence réelle, dans les espèces eucharistiques. Car, il est écrit: ceci est mon corps ou mon sang, lorsque vous mangez, buvez et faites mémoire de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 17:46


CÉC:

1377 La présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent. Le Christ est tout entier présent dans chacune des espèces et tout entier dans chacune de leurs parties, de sorte que la fraction du pain ne divise pas le Christ (cf. Cc. Trente: DS 1641).
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 17:54


Alors, attestez-moi cette affirmation, bibliquement!
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Mer 14 Mar 2012, 18:57

L'enseignement invariable de l'Eglise instituée par le Christ a toute autorité pour interpréter les Ecritures qu'elle a elle-même reconnues comme inspirées.Mais vous,qui êtes vous pour vous opposer à l'enseignement de cette Institution divine?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 17:31

Géraud a écrit:
L'enseignement invariable de l'Eglise instituée par le Christ a toute autorité pour interpréter les Ecritures qu'elle a elle-même reconnues comme inspirées.Mais vous,qui êtes vous pour vous opposer à l'enseignement de cette Institution divine?

Un baptisé, appuyé sur la notion de sacerdoce universel, selon IPet.2/5,9, notamment!
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 18:14

saint Zibou a écrit:

La présence réelle n'est pas ce qui fait problème, c'est la rémanence. Autrement dit, en dehors de l'eucharistie, avant ou après, il n'y a pas présence réelle, dans les espèces eucharistiques. Car, il est écrit: ceci est mon corps ou mon sang, lorsque vous mangez, buvez et faites mémoire de moi.

Donc pour vous il y a bien transubstantiation mais temporairement ? Genre "tu mas vu, tu me vois plus ?" C'est un peu bidon comme vision.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 23:16

Philippe Fabry a écrit:
saint Zibou a écrit:

La présence réelle n'est pas ce qui fait problème, c'est la rémanence. Autrement dit, en dehors de l'eucharistie, avant ou après, il n'y a pas présence réelle, dans les espèces eucharistiques. Car, il est écrit: ceci est mon corps ou mon sang, lorsque vous mangez, buvez et faites mémoire de moi.

Donc pour vous il y a bien transubstantiation mais temporairement ? Genre "tu mas vu, tu me vois plus ?" C'est un peu bidon comme vision.

Pas du tout. Car, la présence réelle n'existe que lors de la synaxe eucharistique. Sinon, que voudraient dire les mots: mangez, buvez, en mémoire de moi? La Bible doit quand même intervenir, un peu, en théologie...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 23:18

La synaxe ?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 23:25

Simon1976 a écrit:
La synaxe ?

Réunion liturgique...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28507
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Jeu 15 Mar 2012, 23:26

Ok.

Pas toujours familier avec la terminologie théologique... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Ven 16 Mar 2012, 13:00

saint Zibou a écrit:
Géraud a écrit:
L'enseignement invariable de l'Eglise instituée par le Christ a toute autorité pour interpréter les Ecritures qu'elle a elle-même reconnues comme inspirées.Mais vous,qui êtes vous pour vous opposer à l'enseignement de cette Institution divine?

Un baptisé, appuyé sur la notion de sacerdoce universel, selon IPet.2/5,9, notamment!

Moi aussi je suis baptisé,mais ça ne donne pas l'autorité pour contredire l'enseignement de l'Eglise depuis 20 siècles!

Du reste,vous vous trompez dans la citation du récit de l'institution de l'Eucharistie: cherchez bien! Il y a 4 récits en tout:Mt,Mc,Lc,ICor.
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9457
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique   Ven 16 Mar 2012, 21:09

Géraud a écrit:
saint Zibou a écrit:

Un baptisé, appuyé sur la notion de sacerdoce universel, selon IPet.2/5,9, notamment!

Moi aussi je suis baptisé,mais ça ne donne pas l'autorité pour contredire l'enseignement de l'Eglise depuis 20 siècles!

Un prêtre est celui qui comprend et annonce l'Écriture: Michée 3/11, Jér.2/8, 18/18, Ez.7/26 etc...
C'est, en vertu de ce pouvoir, que nous rectifions quelques fausses interprétations de la Foi commune, depuis 20 siècles...


Du reste,vous vous trompez dans la citation du récit de l'institution de l'Eucharistie: cherchez bien! Il y a 4 récits en tout:Mt,Mc,Lc,ICor.

En quoi?
Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien avec Richard Borgman, ex-pasteur évangélique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un pasteur converti au catholicisme
» Chrétien évangélique
» Vidéo-arnaque : "Méfiez-vous des faux-prophètes - Un pasteur évangélique est démasqué" !
» entretien avec le chirurgien: les questions à poser?
» "Regards sur le protestantisme évangélique" (CEF)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: