DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 09:23

Citation :
Le Temps d’y Penser : Que pensez-vous de l’élargissement
indéfini de cette Europe « solidaire », que certains voient comme allant
du Cap Saint-Vincent à Vladivostok, et d’autres, déjà, de Vladivostok
au Cap… de Bonne-Espérance ?

Philippe Nemo : Le plus grand mal, vous vous en
doutez. La construction européenne est en elle-même une entreprise
extraordinaire qui a permis d’apporter la paix à un continent qui ne
l’avait pas connue depuis la Pax romana, et y a
engendré une prospérité enviable. Mais il y a aujourd’hui un dévoiement
de cette idée. Beaucoup de ceux qui plaident pour l’entrée de la
Turquie en Europe voient plus loin. Ils ont un projet d’effacement
général des frontières et de gouvernement mondial. Ils engloberaient
bien, au delà de la Turquie, le monde asiatique turcophone et, dans la
foulée, le Maghreb et tout ce qu’ils pourraient de l’Afrique, tout cela
pour constituer un empire du Bien capable de faire pièce à l’empire du
Mal incarné à leurs yeux par les États-Unis…

Le Temps d’y Penser : Avec ce paradoxe consistant à postuler que nous sommes plus proches des Turcs que des Américains.
Philippe Nemo : Oui. C’est cette non-prise en compte
de l’hétérogénéité culturelle qui est problématique. Car, par ailleurs,
je souhaite le plus grand bien aux Turcs, aux Azéris et à la terre
entière. Je dis cela sans ironie car il se trouve que je connais un peu
la Turquie. J’ai une grande considération pour l’esprit de travail qui y
règne et pour les réussites que ce pays a d’ores et déjà engrangées.
Mais on n’est pas forcé de se marier avec tous les gens qu’on aime. Le
mariage avec la Turquie tuerait net l’Europe telle que ses premiers
promoteurs l’avaient conçue (c’est pourquoi l’entrée de la Turquie dans
l’Union est soutenue avec véhémence par les eurosceptiques comme les
Anglais et par les rivaux de l’Europe comme les Américains). L’objectif
des créateurs de l’Europe, en effet, était de réaliser une union des
peuples, et non pas seulement une alliance diplomatique et une
coopération des États. Leur idée était que toute personne physique ou
morale d’un pays européen devait pouvoir, à terme, nouer des relations
contractuelles (acheter, vendre, prêter, emprunter, créer une
entreprise, embaucher, se faire embaucher…) avec n’importe quelle autre
personne physique ou morale d’un autre pays européen. Il faudrait, pour
cela, lever les obstacles que constituent le passage des frontières et
l’hétérogénéité des droits civil ou social de chaque pays. Les liens
contractuels pourraient alors se nouer directement de particulier à
particulier sans la médiation des États, et l’Europe, en ce sens,
deviendrait une nouvelle société plus ou moins homogène, voire un unique
peuple. La division du travail et le libre échange étant étendus sans
restriction à 300 millions d’habitants, il en résulterait un bond en
avant de la prospérité, et aussi un rayonnement accru de l’Europe face
aux autres grands ensembles géopolitiques du monde, la nouvelle Asie et
les États-Unis.
Ce projet à la fois grandiose et raisonnable supposait néanmoins
qu’il existât entre les sociétés candidates à cette quasi-fusion une
homogénéité culturelle suffisante. Car, pour que la coopération d’une
personne à une autre soit pacifique et efficiente, il faut qu’elles
aient en commun un certain nombre de valeurs, c’est-à-dire de règles de
juste conduite morales et juridiques permettant que la communication
entre elles soit fluide et confiante, avec le minimum d’ambiguïtés, de
conflits et de blocages. Il fallait donc que les pays membres aient à
peu près la même culture morale, civique et juridique. Au-dessus de
cette « maison » déjà commune, il suffirait alors d’ajouter le « toit »
des institutions européennes et du droit européen (qui, de fait, est à
peu près le même en substance que les droits civils français,
allemand, anglais, italien, etc., et qui n’en diffère que par la
formulation).
Cette condition préalable d’homogénéité culturelle était à peu près
réalisée dans l’Europe des Quinze. Il n’est déjà pas sûr qu’elle le soit
dans l’Europe des Vingt-Sept, dont une partie est orthodoxe et a subi
des siècles de gestion ottomane, ce qui a pour conséquence que les
sociétés concernées ont une perception du droit, de l’administration et
de l’État sensiblement différente de celle qui prévaut dans les sociétés
d’Europe occidentale. Supposons néanmoins que ce décalage puisse être
assez rapidement surmonté. Il en va tout autrement si l’on envisage de
nouveaux élargissements au-delà de l’Europe historique, et en
particulier l’entrée d’un grand pays musulman comme la Turquie, à plus
forte raison celle de pays peu développés du Proche-Orient ou du
Maghreb.
Mais la question se complique par le fait que l’utopisme des
groupuscules idéologiques ennemis jurés de la civilisation européenne et
qui salivent devant tout projet qui pourrait aboutir à la noyer dans la
mondialisation, a reçu le renfort inattendu de puissants lobbies
économiques dont les motivations sont évidemment tout autres, mais dont
les buts convergent avec les leurs. Il y a en effet en Europe des
responsables économiques qui rêvent de faire venir en Europe une
main-d’œuvre bon marché capable, d’abord, d’occuper certains emplois
pour lesquels la main d’œuvre locale est insuffisante, ensuite de peser
sensiblement à la baisse sur les salaires des autres travailleurs
européens. Ces lobbies, qui ont tous les moyens de se faire
entendre tant des gouvernements nationaux que de la Commission de
Bruxelles, sont donc favorables tant à l’immigration en général qu’à un
élargissement de l’Europe qui faciliterait considérablement les
migrations de travail. Ils ont raison du point de vue qui est le leur,
c’est-à-dire selon une logique purement économique : en situation de
mondialisation, on ne peut conquérir des marchés étrangers, et résister
efficacement à l’arrivée de concurrents sur le territoire même de
l’Union, qu’avec des coûts de production tendant à se rapprocher de ceux
des pays concurrents. Le problème est qu’on ne peut raisonner ici selon
une logique seulement économique, puisque l’afflux en Europe de
populations exogènes a aussi des conséquences sociologiques
lourdes. Si les capitalistes en question prêtent peu d’attention à ce
problème, c’est peut-être qu’ils jouissent en général des bénéfices
économiques de l’immigration sans en subir eux-mêmes les nuisances
sociales. Grâce à l’argent gagné par leurs entreprises dont la
profitabilité est ainsi assurée, ils peuvent habiter les beaux
quartiers, en laissant leurs compatriotes moins fortunés se débrouiller,
dans les banlieues déshéritées, avec les populations allogènes. J’ai pu
voir en Belgique un exemple saisissant de ce contraste. Certains
quartiers de Bruxelles, bien délimités, sont constitués de vastes et
luxueuses demeures où habitent les privilégiés de l’économie, cependant
que d’autres quartiers sont devenus des villes du tiers-monde marquées
par la précarité et la domination croissante de l’islamisme.
Cette dimension du problème européen explique certaines choses qui,
autrement, demeureraient mystérieuses. Par exemple, je me suis longtemps
demandé d’où venait la rage de la droite française à s’aligner
systématiquement sur le discours immigrationniste de la gauche, qui ne
correspond pas vraiment à son idéologie et à sa tradition. La droite a
suivi la gauche sur ce terrain au point de voter avec elle les lois
prétendument « antiracistes » – en réalité destructrices de la liberté
d’expression et pré-totalitaires – qui interdisent, sous peine de
prison, de parler librement des conséquences sociales et culturelles des
phénomènes migratoires. Le phénomène noté ci-dessus nous fournit une
réponse. Sans doute la droite est-elle sous la coupe des lobbies
qui l’ont persuadée qu’il fallait étouffer toute manifestation
d’intolérance des populations autochtones à l’encontre des immigrants,
intolérance qui pourrait freiner l’installation des nouveaux
travailleurs dont leurs entreprises et leurs affaires ont besoin. Ceux
de ces capitalistes qui possèdent des journaux et des télévisions ont
probablement, en outre, passé la consigne aux directeurs des rédactions
qu’ils emploient, lesquels, étant idéologiquement de gauche,
l’appliquent sans se faire prier. Ainsi le petit peuple subit-il les
effets conjugués de cette « alliance objective » de la droite économique
et de la gauche idéologique. Et quand quelqu’un veut se faire son
porte-parole, il est traité de « populiste » et on le fait taire en le
« lepénisant ». Le petit peuple reste donc bâillonné…
En fait, ceux à qui on peut le plus en vouloir de cette situation, ce
ne sont ni les capitalistes qui ont souci de la survie de leurs
entreprises, ni les travailleurs qui viennent chercher un meilleur sort
en Europe, car les uns et les autres recherchent simplement leur
intérêt, et ne sont pas en charge de l’intérêt général du pays à long
terme. Mon reproche va à ceux qui sont en principe en charge de
celui-ci, c’est-à-dire les hommes politiques. Je constate qu’ils n’ont
su résister ni à la pression économique des capitalistes, ni à la
pression idéologique des groupes altermondialistes et
anti-occidentalistes. Ils n’ont pas pris la mesure du fait que nos
sociétés européennes sont sur le bord d’être déchirées, défoncées par ce
mélange de populations et de devenir bientôt, peut-être, le théâtre de
guerres de rues à la libanaise (comme on le voit maintenant déjà, de
façon désormais quasi-quotidienne, en France). Ils ont cru aux
balivernes du « multiculturalisme » et du « métissage culturel », sans
comprendre qu’il ne peut y avoir de société harmonieuse et efficiente
que s’il existe un ensemble minimal de règles de juste conduite
communes. Ces règles sont en général le produit d’une longue histoire et
elles sont transmises aux jeunes générations par les familles, par
l’école, par tout l’environnement social. Ce n’est faire injure à
personne que de dire que, quand des membres de cultures très différentes
arrivent en masse dans une société, ils ne peuvent du jour au lendemain
connaître et pratiquer les mêmes règles. Bien entendu, l’histoire nous
montre que des populations allogènes pouvaient parfaitement s’intégrer à
un État de droit moderne. Mais cela suppose une politique active
d’intégration. Il faut pouvoir compter sur un appareil éducatif à la
hauteur de sa tâche et qui ne soit pas profondément dégradé comme l’est
le nôtre. Il faut enfin que les rythmes d’arrivées soient suffisamment
lents, les flux quantitatifs limités. Prendre en vue cette dimension
sociétale, anticiper les conséquences sociologiques des migrations,
tenir compte des ressources réelles des pays hôtes, aller donc au-delà
du point de vue étroit tant des milieux économiques que des idéologues
millénaristes et fanatiques d’un monde sans frontière, telle était la
responsabilité propre des politiques. On ne peut que constater qu’en
France ils ont gravement failli à leur tâche. Et maintenant, ils sont
dépassés et ne s’en cachent même pas…

Je conseille évidemment la lecture de l'interview entière :

http://www.letempsdypenser.fr/2010/09/philippe-nemo-liberalisme-et-christianisme/

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 12:01

Merci, c'est excellent!
Il est de plus en plus écouter, en tout cas il est apprécié sur BFM.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 16:20

Philippe Fabry a écrit:
Citation :
Le Temps d’y Penser : Que pensez-vous de l’élargissement
indéfini de cette Europe « solidaire », que certains voient comme allant
du Cap Saint-Vincent à Vladivostok, et d’autres, déjà, de Vladivostok
au Cap… de Bonne-Espérance ?

Philippe Nemo : Le plus grand mal, vous vous en
doutez. La construction européenne est en elle-même une entreprise
extraordinaire qui a permis d’apporter la paix à un continent qui ne
l’avait pas connue depuis la Pax romana, et y a
engendré une prospérité enviable. Mais il y a aujourd’hui un dévoiement
de cette idée. Beaucoup de ceux qui plaident pour l’entrée de la
Turquie en Europe voient plus loin. Ils ont un projet d’effacement
général des frontières et de gouvernement mondial. Ils engloberaient
bien, au delà de la Turquie, le monde asiatique turcophone et, dans la
foulée, le Maghreb et tout ce qu’ils pourraient de l’Afrique, tout cela
pour constituer un empire du Bien capable de faire pièce à l’empire du
Mal incarné à leurs yeux par les États-Unis


Je conseille évidemment la lecture de l'interview entière :

http://www.letempsdypenser.fr/2010/09/philippe-nemo-liberalisme-et-christianisme/

C'est intéressant ce que nous raconte P.Nemo,il arrive un peu tard et je dirai même qu'il est un des "dindon de la farce" Eurpeenne,comme il a été naïf...

En gros il nous raconte ce que JM le Pen dit depuis 40 ans à une nuance prés,lui,Nemo, a cru à l’Europe puissance & chrétienne alors que le Pen a vu dès le le début avec traité de Rome du 25 mars 1957 que cette Europe était un leurre.
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 16:28

Un texte suprêmement intéressant.
Merci Philippe!
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 16:43

Alexis232 a écrit:


En gros il nous raconte ce que JM le Pen dit depuis 40 ans à une nuance prés,lui,Nemo, a cru à l’Europe puissance & chrétienne alors que le Pen a vu dès le le début avec traité de Rome du 25 mars 1957 que cette Europe était un leurre.

Ce n'est pas parce que Le Pen a en partie raison à la fin qu'il avait raison au début.

Si des gens comme Nemo y ont cru au début, ils avaient des raisons.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 16:49

A la minute 7.50 de cette vidéo P.Nemo s'exprime,comme je le disais plus haut il est très intéressant mais il ne fait que dire ce que la droite nationale dit depuis 40 ans...sans avoir été leurré par le rêve d'une Europe fédérale,ce que apparemment Nemo défends !



Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 16:58

Et je me permets de répéter que l'Europe fédérale n'aurait pas été un leurre si d'autres idées n'avaient pas remplacé celles des fondateurs.

Encore une fois donc, la droite nationale peut très bien s'être trompée au début et avoir raison à l'arrivée, si l'on considère qu'au milieu le processus a changé de cap.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 17:05

Nemo a une pensée plus universelle que Le Pen. Ce sont vraiment deux analyses et deux discours différents même si on y trouve des similitudes.
Nemo est un historien des idées, philosophe alors que Le Pen était un politique, cette différence se ressent beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 17:11

Nemo ce distingue nettement de Le Pen par le fait qu'il comprend la chute de la démocratie en France par la prise de pouvoir de deux oligarchies à cause d'une défaillance structurelle-institutionelle de la Vème République. Il y a dans la Vème république une faille par laquelle les athéistes millénaristes, les radicaux socialistes et les francs maçons se sont infiltrès pour prendre le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 17:54

Philippe Fabry a écrit:
Ce n'est pas parce que Le Pen a en partie raison à la fin qu'il avait raison au début.

Philippe Fabry a écrit:
Et je me permets de répéter que l'Europe fédérale n'aurait pas été un leurre si d'autres idées n'avaient pas remplacé celles des fondateurs.

Encore une fois donc, la droite nationale peut très bien s'être trompée au début et avoir raison à l'arrivée, si l'on considère qu'au milieu le processus a changé de cap.
salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 18:01

Philippe, je suis en train de lire cet article.

et ça commence mal :
nemo a écrit:
La construction européenne est en elle-même une entreprise extraordinaire qui a permis d’apporter la paix à un continent
Quel ineptie !

Ce qui a apporté la paix à l'Europe, ce n'est pas la construction européenne, ce sont les ruines de la 2nde guerre mondiale ! La construction européenne s'est faite PARCE QU'IL y avait la paix, et qu'on voulait "rompre" avec ce qui avait nourrit les efforts de guerre (le charbon et l'acier).

l'union européenne n'a JAMAIS apporté la paix quelque part, pas même en Europe (ce sont les Américains qui ont fait le boulot en Yougoslavie).
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 18:06

nilamitp a écrit:
Philippe, je suis en train de lire cet article.

et ça commence mal :
nemo a écrit:
La construction européenne est en elle-même une entreprise extraordinaire qui a permis d’apporter la paix à un continent
Quel ineptie !

Ce qui a apporté la paix à l'Europe, ce n'est pas la construction européenne, ce sont les ruines de la 2nde guerre mondiale ! La construction européenne s'est faite PARCE QU'IL y avait la paix, et qu'on voulait "rompre" avec ce qui avait nourrit les efforts de guerre (le charbon et l'acier).

l'union européenne n'a JAMAIS apporté la paix quelque part, pas même en Europe (ce sont les Américains qui ont fait le boulot en Yougoslavie).

Vu l'opinion que le peuple français avait des Allemands à la fin de la guerre, la réconciliation franco-allemande n'était pas gagnée d'avance.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 18:07

Philippe Fabry a écrit:
Et je me permets de répéter que l'Europe fédérale n'aurait pas été un leurre si d'autres idées n'avaient pas remplacé celles des fondateurs.

Encore une fois donc, la droite nationale peut très bien s'être trompée au début et avoir raison à l'arrivée, si l'on considère qu'au milieu le processus a changé de cap.

Cher Philippe,
La logique veut qu'il soit raisonnable d'accorder plus de légitimité et crédibilité à une personne ayant été visionnaire...la politique C'EST JUSTEMENT L'ART DE PRÉVOIR.
Le traité de Rome ainsi que le traité de Maastricht ont ouvert la boite de pandore,il me semble que l'analyse de P.Nemo ne va pas jusqu'au bout des causes premières...je pense donc qu'il a cru au faux rêve d'une Europe puissance et chrétienne,la fameuse Europe des six & fédérale...alors que la droite nationale avait su voir plus loin dans son analyse,elle a été moins naïve dans la mesure ou elle a su décrypter ces traités...qui avaient en leur germe le rêve des Etats unis d’Europe,une Europe fédérale sans limites géographiques définies.
Certes tout cela a pu avoir lieu suite au choc de la deuxième guerre mondiale...mais si tu veux ce n'est pas parce que je fais la guerre avec mon voisin que pour autant nous allons casser les murs et vivre dans la même maison,sous prétexte que l'on vivra en paix...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 18:32

Philippe Fabry a écrit:
Vu l'opinion que le peuple français avait des Allemands à la fin de la guerre, la réconciliation franco-allemande n'était pas gagnée d'avance.
la fin de ta citation de l'article est en revanche plus qu'excellente !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 19:39

P.Nemo ou le rêve d'une fusion de l'occident en un bloc...C'est du Attali version droite néo-libérale .

Citation P. Nemo.

"ont été successivement effacées les frontières de nations et de classes qui empêchaient les Occidentaux de percevoir la similitude profonde de leurs valeurs et de leurs institutions. Le fait objectif de l'identité occidentale était resté, jusqu'au XXe siècle, largement ignoré ou récusé."
Proposé à froid, le projet politique de mettre sur pied une Union occidentale paraîtra, au pire, utopique, au mieux, inutile. Il y a en effet un obstacle politique évident à ce rapprochement : l'Amérique est nettement plus libérale, l'Europe nettement plus sociale-démocrate. Mais il y a aussi des libéraux en Europe (ils sont même de plus en plus nombreux) et des sociaux-démocrates en Amérique. Il ne faut évidemment pas confondre les débats idéologiques, internes aux démocraties libérales occidentales, avec les clivages civilisationnels. Organisée selon les principes de la démocratie libérale, l'Union occidentale ne présupposerait nullement une unanimité idéologique, mais seulement un consensus sur des règles constitutionnelles. On peut espérer que la conscience de l'identité occidentale, et la conviction qu'il convient de l'incarner formellement dans une organisation institutionnelle, n'auront pas à progresser avec des crises internationales 'chaudes", où il apparaîtra que la survie même de la civilisation occidentale est en jeu. Si une telle Union voyait le jour, en tout cas, elle rassemblerait les Occidentaux autour d'une identité objectivement fondée, et non d'identités bâties sur du vent, exposées à voler en éclat au moindre choc géopolitique, qu'ils s'agisse des identités surannées que sont les anciens nationalismes, ou des identités artificielles qu'on rêve de créer en élargissant arbitrairement l'Europe à l'est et au sud. L'érection des pays occidentaux en une confédération ferait se rejoindre identité subjective et identité objective, ce qui est à l'origine de toutes les entités politiques durables de l'Histoire. Et, du coup, cette communauté pourrait envisager son avenir et ses relations avec les autres civilisations de manière plus claire et plus sereine."
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 22:48

Alexis232 a écrit:
P.Nemo ou le rêve d'une fusion de l'occident en un bloc...C'est du Attali version droite néo-libérale .

Citation P. Nemo.

"ont été successivement effacées les frontières de nations et de classes qui empêchaient les Occidentaux de percevoir la similitude profonde de leurs valeurs et de leurs institutions. Le fait objectif de l'identité occidentale était resté, jusqu'au XXe siècle, largement ignoré ou récusé."
Proposé à froid, le projet politique de mettre sur pied une Union occidentale paraîtra, au pire, utopique, au mieux, inutile. Il y a en effet un obstacle politique évident à ce rapprochement : l'Amérique est nettement plus libérale, l'Europe nettement plus sociale-démocrate. Mais il y a aussi des libéraux en Europe (ils sont même de plus en plus nombreux) et des sociaux-démocrates en Amérique. Il ne faut évidemment pas confondre les débats idéologiques, internes aux démocraties libérales occidentales, avec les clivages civilisationnels. Organisée selon les principes de la démocratie libérale, l'Union occidentale ne présupposerait nullement une unanimité idéologique, mais seulement un consensus sur des règles constitutionnelles. On peut espérer que la conscience de l'identité occidentale, et la conviction qu'il convient de l'incarner formellement dans une organisation institutionnelle, n'auront pas à progresser avec des crises internationales 'chaudes", où il apparaîtra que la survie même de la civilisation occidentale est en jeu. Si une telle Union voyait le jour, en tout cas, elle rassemblerait les Occidentaux autour d'une identité objectivement fondée, et non d'identités bâties sur du vent, exposées à voler en éclat au moindre choc géopolitique, qu'ils s'agisse des identités surannées que sont les anciens nationalismes, ou des identités artificielles qu'on rêve de créer en élargissant arbitrairement l'Europe à l'est et au sud. L'érection des pays occidentaux en une confédération ferait se rejoindre identité subjective et identité objective, ce qui est à l'origine de toutes les entités politiques durables de l'Histoire. Et, du coup, cette communauté pourrait envisager son avenir et ses relations avec les autres civilisations de manière plus claire et plus sereine."

"Néo-libéral", ça ne veut rien dire. Il y a toujours eu des libéraux depuis trois siècles.

L'adjectif "néo" dans la novlangue socialo-communiste a pour but de discréditer l'adversaire, en évoquant le "néo" de "néo-nazis".
Ainsi on a des "néo-libéraux", des "néo-conservateurs", alors que ce sont seulement des libéraux et des conservateurs qui ont toujours été là mais qu'il s'agit de rejeter comme "nau-séabonds".

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Ven 11 Fév 2011, 23:02

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
P.Nemo ou le rêve d'une fusion de l'occident en un bloc...C'est du Attali version droite néo-libérale .

Citation P. Nemo.

"ont été successivement effacées les frontières de nations et de classes qui empêchaient les Occidentaux de percevoir la similitude profonde de leurs valeurs et de leurs institutions. Le fait objectif de l'identité occidentale était resté, jusqu'au XXe siècle, largement ignoré ou récusé."
Proposé à froid, le projet politique de mettre sur pied une Union occidentale paraîtra, au pire, utopique, au mieux, inutile. Il y a en effet un obstacle politique évident à ce rapprochement : l'Amérique est nettement plus libérale, l'Europe nettement plus sociale-démocrate. Mais il y a aussi des libéraux en Europe (ils sont même de plus en plus nombreux) et des sociaux-démocrates en Amérique. Il ne faut évidemment pas confondre les débats idéologiques, internes aux démocraties libérales occidentales, avec les clivages civilisationnels. Organisée selon les principes de la démocratie libérale, l'Union occidentale ne présupposerait nullement une unanimité idéologique, mais seulement un consensus sur des règles constitutionnelles. On peut espérer que la conscience de l'identité occidentale, et la conviction qu'il convient de l'incarner formellement dans une organisation institutionnelle, n'auront pas à progresser avec des crises internationales 'chaudes", où il apparaîtra que la survie même de la civilisation occidentale est en jeu. Si une telle Union voyait le jour, en tout cas, elle rassemblerait les Occidentaux autour d'une identité objectivement fondée, et non d'identités bâties sur du vent, exposées à voler en éclat au moindre choc géopolitique, qu'ils s'agisse des identités surannées que sont les anciens nationalismes, ou des identités artificielles qu'on rêve de créer en élargissant arbitrairement l'Europe à l'est et au sud. L'érection des pays occidentaux en une confédération ferait se rejoindre identité subjective et identité objective, ce qui est à l'origine de toutes les entités politiques durables de l'Histoire. Et, du coup, cette communauté pourrait envisager son avenir et ses relations avec les autres civilisations de manière plus claire et plus sereine."

"Néo-libéral", ça ne veut rien dire. Il y a toujours eu des libéraux depuis trois siècles.

L'adjectif "néo" dans la novlangue socialo-communiste a pour but de discréditer l'adversaire, en évoquant le "néo" de "néo-nazis".
Ainsi on a des "néo-libéraux", des "néo-conservateurs", alors que ce sont seulement des libéraux et des conservateurs qui ont toujours été là mais qu'il s'agit de rejeter comme "nau-séabonds".

Voici la définition de libéralisme: libre entreprise,droit à la propriété,faible ingérence de l'état.Tout cela dans un cadre national...seul échelon possible pour que la démocratie soit effective !

Voici la définition de néo-libéralisme: libre entreprise d'une oligarchie,ingérence d'un super-état.Tout cela dans cadre mondialisé seul échelon possible pour rendre la démocratie utopique.


Donc j'en déduit que capitaine Nemo,en prônant un bloc occidental, s'inscrit d'avantage dans une perspective néo-libérale selon la définition exprimée plus haut...

Ceci-dit j'aime à 90% ses analyses !


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Jeu 07 Avr 2011, 11:30

Je sens qu'il y a une prise de conscience collective en Europe, et pour la première fois avec le discours de Grenoble du président de la République, c'est remonté jusqu'aux plus hautes sphères du pouvoir, qui nous ont montrédes signes tangibles.

Ainsi, il paraitrait que Claude Guéant souhaite réduire l’immigration légale ; ceci est une remise en cause de l'immigration de peuplement pour lequel les peuples n'ont jamais été consulté et ont systématiquement été mis devant le fait accompli.

Effectivement les fractures identitaires et culturelles qui peuvent parfois en résulter -en cas de refus d'intégration et allant jusqu'à des intentions racistes et conquérantes- ne sont pas anodines, et peuvent présenter des dangers politiques sur le long terme.

Finalement, nous pouvons avoir garder confiance en nos élites. Elles ne méprisent pas toujours systématiquement le petit peuple.

--

Claude Guéant veut réduire l’immigration légale

http://www.france-info.com/france-politique-2011-04-07-claude-gueant-veut-reduire-l-immigration-legale-528224-9-10.html
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Jeu 07 Avr 2011, 11:49

L'Europe que l'on a fabriquée, n'est pas celle voulue par De Gaulle et Adenauer, qui eux voyaient une Europe allant de l'Atlantique à l'Oural. Celle que nous avons, va de l'Atlantique aux Etats-Unis, qui n'ont aucun intérêt à ce que l'Europe pensée par les Pères, puisse s'épanouir sans sa tutelle...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 09:39

Nous sommes liés, et inférieurs, aux USA, c'est un fait. Il faut l'accepter

Maintenant, "l'épanouissement" de l'Europe a eu de nombreuses conséquences positives, mais aussi quelques négatives, et non des moindre : notamment un recul de notre démocratie. Autant notre président nous pouvons le décapiter, selon notre notre coutume, tous les cinq ans. Autant les commissaires et autres hauts fonctionnaires européens dont on ne comprend même pas la langue sont totalement intouchables. Et pourtant ce sont eux nos maîtres. C'est un scandale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 09:40

Pourquoi le pouvoir veut réduire l'immigration légale

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, doit fixer «la semaine prochaine» des «objectifs» chiffrés.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a annoncé vendredi qu'il fixera «la semaine prochaine» ses «objectifs» de baisse du volume de l'immigration légale. Son entourage n'hésite pas à parler d'une «rupture». Jamais jusqu'alors le gouvernement n'avait affiché son intention de s'engager dans cette voie. Le chef de l'État, Nicolas Sarkozy, avait prôné un rééquilibrage de l'immigration familiale, immigration «subie», selon lui, vers une immigration «choisie», axée sur l'accueil de travailleurs qualifiés répondant aux besoins économiques nationaux. Mais l'ancien secrétaire général de l'Élysée, devenu ministre de l'Intérieur et de l'Immigration, a réalisé un audit du système d'accueil des étrangers en France. Et il en tire la conclusion que certains dispositifs méritent d'être «recalibrés».

• Réduire l'immigration économique

Sur plus de 31.000 entrées en France pour motif économique l'an dernier (voir notre infographie), «20.000 arrivées», selon Claude Guéant, ont correspondu à un visa accordé pour établissement professionnel. Ce chiffre devrait donc diminuer dès cette année. Raison invoquée : le contexte économique. «Il n'y avait pas la crise quand, en 2007, le gouvernement s'est lancé dans une politique privilégiant l'immigration professionnelle», explique l'un des proches du ministre. «Aujourd'hui, fait-il valoir, le taux de chômage des étrangers (hors CEE) vivant sur le territoire français atteint 24 %, soit deux fois environ le niveau que connaissent les nationaux.» Et ce préfet d'ajouter : «La France, terre d'accueil, doit procéder à des ajustements pour mieux intégrer les étrangers admis régulièrement.»

• Recadrer le regroupement familial

Près de 15 000 étrangers en ont bénéficié l'an passé (9.000 conjoints et 6.000 enfants environ). Ils étaient plus de 20.000 en 2002, mais une nouvelle hausse se profile. «Nous allons continuer à réduire le nombre d'étrangers venant en France au titre du regroupement familial», assure Claude Guéant. À ce jour, quatre nationalités (algérienne, marocaine, tunisienne et turque) regroupent «plus de 70 % des membres de familles» concernés, selon l'Office français de l'immigration et de l'intégration, présidé par Dominique Paillé. Les conjoints qui bénéficient de la mesure sont à 85 % des femmes.

• Déjouer les détournements du droit d'asile

Le ministre de l'Intérieur reprend le chiffre diffusé par l'Ofpra de 10.000 demandeurs environ ayant bénéficié de la protection de la France l'an dernier. Pour plus de 52.000 dossiers déposés. Les demandes ont grimpé de 20 % en 2008, puis encore 10 % en 2009. «Il n'est pas question de laisser la demande d'asile devenir un passeport pour la clandestinité», avait déjà prévenu Brice Hortefeux, il y a quelques mois. Le phénomène touche d'ailleurs également l'Allemagne et la Belgique. Faut-il y craindre le développement d'une filière d'immigration illégale ? «En matière d'asile, notre pays est plus généreux, malgré les restrictions apportées, que l'Allemagne ou le Royaume-Uni, alors que nous appliquons les mêmes conventions internationales !», constate Claude Guéant. «S'il apparaît des anomalies dans nos pratiques, des modifications interviendront», prévient-il.

• Tarir la filière des étudiants étrangers fantômes

Les étrangers acceptés en France au titre des «études» ont été plus de 65.000 l'an dernier. Une hausse de près de 30 % en seulement une année. «Il y a un gros travail à faire», en déduit un haut responsable à Beauvau. Selon lui, ces évolutions pourraient confirmer le développement d'une filière d'«étudiants fantômes». «Tout cela est très difficile à contrôler», nuance un professeur d'université. «Il est fréquent cependant, poursuit-il, que des étudiants étrangers soient invisibles durant toute l'année et ne réapparaissent que le jour de l'examen.» Une formalité qui conditionne le maintien de leur statut, ouvrant droit notamment à la mutuelle étudiante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 10:05

Les libéraux (économiques) sont dégoûtés, en effet :
- moins d'immigration légale (c'est-à-dire un pays un peu moins ouvert, et non pas, plus fermé)
c'est dans un premier temps moins de mains d'œuvre légale, moins de clandestins (la clandestinité est pour partie la nappe d'accompagnement de la légalité), moins de main d'œuvre illégale, moins de sur-chômage chez les non-qualifiés, moins de pression sur les bas salaires.

Donc un risque de spéculation à la hausse sur les bas-salaires. Le drame.

---

Après les déclarations du ministre de l’Intérieur, le monde économique réagit

Jeudi, Claude Guéant fustigeait la décision de Rome d’accorder des permis de séjour temporaires aux migrants tunisiens fraîchement débarqués en Italie. Ce qui permettait aux migrants de circuler à l’intérieur de l’espace Schengen. Donc en France. Hier, le ministre de l’Intérieur français posait devant les photographes main dans la main après une rencontre à Milan avec son homologue italien, Roberto Maroni.

La France et l’Italie ont décidé d’envoyer des « patrouilles communes », dans le cadre de Frontex (l’agence européenne de surveillance des frontières) au large des côtes tunisiennes pour « bloquer les départs » d’immigrants illégaux. « Ni l’Italie ni la France n’ont vocation à accueillir les migrants tunisiens », a estimé M. Guéant. Le ministre de l’Intérieur, en marge de la rencontre, a annoncé qu’il fixera « la semaine prochaine » ses « objectifs » de baisse du volume de l’immigration légale qu’il appelle de ses voeux. Sans plus de précision.

Après la réaction de Christine Lagarde, qui a, semble-t-il , essayé de se démarquer de Claude Guéant en annonçant que l’immigration devait être « protégée et sécurisée », c’est Laurence Parisot qui monte au créneau. « C’est très dangereux un pays qui se ferme », a déclaré la présidente du Medef au terme d’une réunion des organisations patronales des pays du G8, à Paris.

« Il faut savoir sur ce sujet trouver le bon équilibre entre la nécessité de rester un pays ouvert, […] et en même temps il faut avoir un rythme suffisamment raisonnable pour pouvoir correctement, décemment, intelligemment, intégrer tout le monde », a-t-elle fait valoir. D’autres acteurs du monde économique estiment que cette volonté de limiter l’immigration du travail est en contradiction avec la politique suivie ces dernières années et surtout avec les besoins de l’économie française. Selon Michel Godet,professeur au Conservatoire national des arts et métiers, il va manquer «au moins 35 millions d’actifs d’ici à 2030» à l’Europe. L’immigration légale en France a augmenté de 10,6 % en 2010, à 188.780 arrivants, sous l’effet notamment d’une forte hausse du nombre d’étudiants, selon France Terre d’Asile.

Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 12:19

Tout ça, c'est de la blague. J'attends de voir un gouvernement expulser tous les immigrés entrés illégalement en France, même s'ils ont été régularisés ensuite.

Ca fait du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 15:40

personne n'a jamais parlé de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Sam 09 Avr 2011, 16:51

Justement.
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Lun 11 Avr 2011, 08:44

Jésus Christ est mon pote a écrit:
Justement.
thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Lun 11 Avr 2011, 08:49

C'est qd même trop gros que toutes ces mesures arrivent peu de temps après les sondages qui donnent Marine Le pen à 20 % aux présidentielles, et des cantonales où elle bouscule le aysage politique; c'est peut-être une prise de conscience au niveau gouvernemental, mais beaucoup trop tardive, et bien trop coincidentielle avec les évènementsq suscités pour être prise au sérieux; ce n'est, comme toujours, que de la démagogie, d'ailleurs très limitée dans ses effets, puisqu'il n'est question que de mesurer l'immigration légale, ce qui laisse dans l'ombre les clandestins qui eux, sont incontrôlables -du moins tant qu'on ne se donnera pas les moyens de les expulser.
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Lun 11 Avr 2011, 11:34

Je rejoint le capitaine Nemo, sauf que je n'ai pas l'intention de me transformer en sous-marin. C'est quand même incroyable qu'un Chirac, tranquillement, prêche l'entrée de la Turquie dans l'UE malgré le génocide Arménien et les persécutions Chrétiennes systématiques de celle-ci, refuse les racines Chrétiennes, dise qu'il y a en Europe autant de racines Chrétiennes que musulmanes (lesquelles ?) sans qu'on lui demande d'avantage de précision. Où veut-t'il en venir, quelle était son idée, qu'est-ce que ça cache ? Est-il oui ou non franc maçon en secret, car on aurait eu besoin de le savoir, car un groupe invisible a, de son invisibilité, une force incroyable.

L'Europe, oui. Mais laquelle ? Celle d'Hitler, celle de Napoléon ? Ou encore celle d'Attali qui dit que dans cinquante ans l'Europe ressemblera plus à l'Afrique que l'Afrique ressemblera à l'Europe ?

On pourrait dire la même chose du mondialisme. Le mondialisme, oui, mais lequel ? Celle du Christ, du Kalifa Islamique, maçonnique ou je ne sais quel antichrist de science fiction ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Lun 11 Avr 2011, 14:33

Article du figaro récapitulant les différentes familles "de droite ou centre-droit" actuelles.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/04/10/01002-20110410ARTFIG00242-les-8-familles-de-la-droite-et-du-centre.php

Une page de l'histoire de la droite s'est tournée jeudi avec le départ de Borloo de l'UMP. Censé les regrouper, le parti majoritaire s'est effrité au fil des années.

La famille Borloo

La famille Morin

La famille Villepin

La famille Bayrou

La famille UMP

La famille Boutin

La famille Dupont-Aignan

La famille Villiers

...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes   Mer 22 Juin 2011, 16:16

André Gerin a blasphémé !

il est retourné dans la masse de perdition !

:beret:

l'objet du crime :
http://www.blogandregerin.fr/2011_06/110620.html

Réaction indignée du PCF et de leur presse:

Citation :
Immigration : « André Gérin s'est perdu » (Olivier Dartigolles - PCF)

Les déclarations d'André Gérin sur l'immigration sont indignes. Elles soulèvent le cœur. Par ses luttes et ses engagements, le Parti communiste Français a toujours combattu de tels discours.

Si pour André Gérin, « l'immigration n'est pas une chance pour la France », alors il est à la fois dans le mensonge et le reniement de ce qui fait justement la grandeur, l'identité et le rayonnement universel de notre pays dans le monde.

André Gérin s'est perdu.

Olivier Dartigolles, Porte-parole du PCF

Paris, le 20 juin 2011.

Citation :
André Gerin dérape sur l’immigration

Le député (PCF) du Rhône n’écarte pas la possibilité de se présenter en 2012.

Jusqu’où ira André Gerin ? La question se pose après la conférence de presse qu’a tenue, hier, le député communiste du Rhône. N’acceptant pas le choix majoritaire (59,12 %) des militants du PCF de faire de Jean-Luc Mélenchon le candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle, André Gerin a non seulement annoncé qu’il ne voterait pas pour lui, mais qu’il « n’excluait pas » de se présenter en 2012 pour porter les combats auxquels il croit. Certains d’entre eux ne manqueront pas de provoquer, à gauche, dans les milieux associatifs, colère et indignation. Notamment les thématiques qui, associant le mal-être dans les cités et l’immigration, l’amènent à dénoncer « la gauche qui a abandonné les quartiers » et qui aurait « épousé les thèses du grand patronat avec le discours irresponsable où il faudrait régulariser tous les sans-papiers ». Il poursuit, flirtant avec la xénophobie, que « nous serions ainsi contraints d’accepter tous ceux qui viendraient dans notre maison France. Il faut refuser cette réalité ». Voulant « limiter y compris l’immigration régulière », André Gerin affirme ainsi vouloir, par ses déclarations, « endiguer le Front national » !

La réaction du PCF ne s’est pas fait attendre. Pour son porte-parole, Olivier Dartigolles, « les déclarations d’André Gerin sont indignes. Elles soulèvent le cœur. Par ses luttes et ses engagements, le PCF a toujours combattu de tels discours ». Revenant sur l’un des propos d’André Gerin affirmant que « non, l’immigration n’est pas une chance pour la France », 
Olivier Dartigolles déclare : 
« Il est à la fois dans le mensonge et dans le reniement de ce qui fait justement la grandeur, l’identité et le rayonnement universel de notre pays dans le monde. » Et de conclure : « André Gerin s’est perdu. »

Max Staat
l'humanité
Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Nemo sur l'immigration l'idéologie de gauche et les lobbies capitalistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La République Française est une double oligarchie - Philippe Nemo
» La charité selon Philippe Nemo
» Philippe Nemo : "Beaucoup d'inspecteurs sont des crétins illettrés", "Trois quarts des professeurs sont à moitié illettrés".
» La responsabilité de l'idéologie de gauche dans les pillages en Angleterre
» Réforme des Retraites : un pays paralysé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: