DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'à-propos des dogmes mariaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clotilde
Invité



MessageSujet: L'à-propos des dogmes mariaux   Mar 04 Avr 2006, 23:56

Extraits de "A la recherche du Jardin perdu - Du protestantisme évangélique à la foi catholique" de Richard Borgmann

Avant de comparer les sept paroles de Marie aux sept enseignement sur Marie, voyons rapidement avec quelle sagesse l'Église proclame les dogmes mariaux en temps opportun. J'avais cru qu'elle les proclamait sur un caprice d'un pape ou d'un concile. En étudiant l'histoire de l'Église, j'ai découvert que ses décisions sur Marie ne faisaient que reprendre des affirmations de la foi des origines qui avaient besoin d'ête réexpliquées pour mettre fin à une hérésie ou à une philosophie humaine erronées. Nous, américains, nous disons que Christophe Colomb a découvert l'Amérique. En fait, l'Amérique existait bien avant sa découverte. Il a fallu longtemps pour définir ses limites. De même, les vérités concernant Jésus et Marie ont toujours été là. C'est souvent quand quelqu'un commence à élever une fausse limite ou à dire que l'Amérique n'existe pas que l'église redéfinit ces vérités. Voici trois exemples de l'à-propos avec lequel le Saint-Esprit conduit l'Église à proclamer une vérité connue depuis longtemps au sujet de Jésus et Marie: la proclamation par l'Église de Marie mère de Dieu; l'Immaculée Conception et l'Assomption de Marie.

Marie fut proclamée mère de Dieu à Éphèse en 431. Les évêques de l'Église universelle (catholique) étaient réunis en concile à Éphèse. Ils affirmèrent que Marie était la Theotokos, "celle qui porte Dieu" pour arrêter l'hérésie du nestorianisme. Nestorius, évêque de Constantinople, affirmait qu'il y avait deux personnes distinctes en Christ incarné: l'une humaine, l'autre divine. L'Église condamna le nestorianisme et réaffirma ce que l'on savait déjà: que Jésus-Christ est une personne divine en laquelle sont unies la nature divine et la nature humaine. Le bébé que portait Marie ne devint pas Dieu à sa naissance, Il était Dieu-bébé dès sa conception (Lc 1.43). (les partisans del'avortement auraient aimé Nestorius.) Aussi, dire que Marie est mère de Dieu ne concerne pas tant marie que Jésus. Quand j'étais évangélique, je n'ai jamais pensé étudier les origines de la Theotokos. Si le concile d'Éphèse n'avait pas statué sur le Dieu-bébé dans le sein de marie, le virus de l'hérésie nestorienne se serait répandu dans toute la chrétienté. En 431, il y avait sans doute énormément de chrétiens qui ne comprenaient pas combien il était important de définir Marie comme Theotokos. Fort heureusement, à cette époque, je n'étais pas là pour faire campagne contre ce dogme.

L'Immaculée Conception fut aussi définie par l'Église fort opportunément en 1854, dans le contexte historique de la "conception" du monde moderne. Dans les six mois qui suivirent les apparitions de Marie à Lourdes, où elle a dit: "Je suis l,Immaculée Conception", Charles Darwin écrivit De l'origine des espèces, Karl Marx termina sa Critique de la philosophie du droit de Hegel ("la religion, c'est l'opium du peuple") et John Stuart Mill publia son essai La liberté. Ces philosophies humaines aboutissent à la conclusion que l'homme est naturellement bon et capable de déification par ses propres efforts. Il s'ensuit que tout le monde est conçu immacu;é, lepéché n'existant pas vraiment puisque nous avons évolué à partir de formes inférieures. L'Église éleva une protestation et affirma qu'il n'y avait qu'une seule personne au monde à avoir été conçue immaculée. Le ciel savait que bien peu de gens accepteraient cette parole de l'Église, aussi Dieu envoya-t-il Marie à Lourdes pour illustrer de manière spectaculaire que l'homme est enclin au péché et que la liberté d'une créature est mieux préservée quand, à l'image de Marie, elle répond : "Fiat" à la volonté divine.

Malheureusement, le monde court aprés les philosophes qui garantissent le succès par l'effort personnel. Après de nombreuses guerres et des millions de morts, les philosophes jugèrent que l'homme n'était pas naturellement bon. La bête humaine sans Dieu créée par Darwin, Marx et Mill agissait comme les animaux dont elle était soi-disant issue. L'échec de l'optimisme athée ouvrait la porte au pessimisme athée.

Dans les années cinquante, à cause de la situation désespérée dans laquelle les philosophes avaient laissé le monde, le Saint-Esprit dut pousser l'Église à définir clairement la doctrine de l'Assomption de Marie. Les philosophes du désespoir, Freud (primauté du sexe qui mène au désespoir), Sartre, Heidegger..., menaient désormais les foules à un pessimisme dénué de toute espérance. L'hédonisme déçu conduisait de plus en plus au suicide. L'Assomption donna l'espérance à cette créature de désespérance. L'amour de Marie pour Jésus fut si grand que son corps suivit son âme au ciel. L'Église nous disait que si seulement notre regard se portait sur Marie plutôt que surle monde qui nous entoure, nous garderions l'espérance. Si Marie avait été élevée au ciel, nous, ses enfants, ne pouvions-nous pas nous cramponner à l'espérance de la vie éternelle?

Comme nous venons de le voir dans les 3 cas précédents, la synchronisation est capitale. Bien que l'on y ait cru et quel'on ait enseigné ces dogmes depuis des siècles, il fallait que l'Immaculée Conception et l'Assomption soient clairement et publiquement définies dans "la plénitude des temps". Je pense que les évangéliques seraient moins enclins à critiquer s'ils conprennaient le raisonnement sur lequel se fondent ces vérités et la date de leur proclamation, ainsi que leurs origines bibliques. Je suis époustouflé par la capacité de l'Église à écouter la voix du Saint-Esprit lui dire si elle doit s'exprimer et quand. Les trois dernières doctrines concernant Marie corédemptrice, médiatrice et avocate sont bibliques et acceptées par l'Église; peut-être seront-elles un jour officiellement définies comme dogmes. L'Église parlera en temps voulu, et pas avant. Tout est dans l'à-propos.


à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 01:17

Citation :
Marie fut proclamée mère de Dieu à Éphèse en 431. Les évêques de l'Église universelle (catholique) étaient réunis en concile à Éphèse.

Lorsque l'on dit l'Église universelle (catholique), il faut savoir que l'orient et l'occident étaient unis à cette époque. En effet, l'Église Orthodoxe est aussi catholique. Il faut faire cette distinction.

Curieusement, le pape de Rome n'assistera pas à ce concile. Il envoie des légats et la plupart des évêques d'occident seront absents. L'occident est au prise à cette époque avec l'invasion des Vandales en Gaule, Italie et l'Afrique. Le concile sera donc presque uniquement oriental, mais par le sujet qui va s'y traiter, il intéresse l'Église entière. (livre sur l'histoire des conciles)

Les autres dogmes, je suis d'accord qu'ils sont de l'Église catholique de Rome.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 09:32

Citation :
Les autres dogmes, je suis d'accord qu'ils sont de l'Église catholique de Rome.

La question est: "Sont-il du Saint Esprit?"

L'Esporit Saint a-t-il continué à faire cheminer son Eglise après le schisme? A-t-il agi comme il l'a fait en Israël après le schisme politique qui sépara le culte en plusieurs sanstuaires.

D'après Jésus à la Samaritaine, l'Esprit Saint a continué à inspirer le Magistère Juif:

Citation :
Jean 4, 22 car le salut vient des Juifs.

Mais Jésus annonce que l'unité viendra après, lorsque la subsistance politique du peuple Juif n'aura plus d'utilité.

Citation :
Jean 4, 23 Mais l'heure vient - et c'est maintenant - où les véritables adorateurs adoreront le Père dans l'esprit et la vérité, car tels sont les adorateurs que cherche le Père.

Est-ce une annonce que l'unité spirituelle des chrétiens se fera APRES, quand l'utilité des Eglises religieuses aura disparu, donc au Ciel?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 12:11

Cher Arnaud,


Citation :
Est-ce une annonce que l'unité spirituelle des chrétiens se fera APRES, quand l'utilité des Eglises religieuses aura disparu, donc au Ciel?

Vous reprenez mon idée Shocked

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 14:10

Citation :
La question est: "Sont-il du Saint Esprit?"

Bonne question. Les premiers dogmes de l'Église étaient, comme dans l'extrait de Clotilde,
Citation :
"En étudiant l'histoire de l'Église, j'ai découvert que ses décisions sur Marie ne faisaient que reprendre des affirmations de la foi des origines qui avaient besoin d'ête réexpliquées pour mettre fin à une hérésie ou à une philosophie humaine erronées. "

Donc dans le but de protéger la foi contre les hérésies en particulier celles concernant la Maternité Divine de Marie et beaucoup de questions ont été débattues sur la Divinité de Jésus et son humanité.

Après la mise en forme du Credo, est-ce qu'il fallait d'autre dogmes ? Est-ce que la foi transmise ne suffisait pas ? Est-ce que adhérer à la foi de tout notre cœur n'est pas préférable à l'adhésion de force. Car si je ne crois pas à tous les dogmes déclarés par l'Église Catholique, je ne suis pas Catholique, de mémoire no 88 du Catéchisme. Si je n'adhère pas à tout, je me place hors de l'Église et ainsi je compromets mon salut éternel.

Je crois que dans la définition des dogmes catholiques il manque l'éclairage de la foi Orthodoxe qui a conservée la Tradition depuis le début de l'Église.

Pour l'Assomption ou la Dormition chez les Orthodoxes voici ce que j'ai trouvé.

Citation :
Extrait du père LEV GILLET

Elle se trouve exactement exprimée dans cette phrase chantée aux vêpres : " La source de vie est mise au sépulcre et son tombeau devient l'échelle du ciel ". La première partie de la phrase – " la source de vie est mise au sépulcre " – indique que nous commémorons la mort de la très sainte Vierge. Si nous célébrons pieusement, chaque année, les anniversaires de la mort du Précurseur, des apôtres et des martyrs, à plus forte raison célébrons-nous la mort de la Mère de Dieu, qui est aussi notre mère, et qui dépasse en sainteté et en gloire tous les élus. Mais la fête du 15 août est plus que la commémoraison de la mort de Marie. La deuxième partie de la phrase dit : " … et son tombeau devient l'échelle du ciel ". La tombe de quiconque est mort dans le Christ est, d'une certaine manière, une échelle qui conduit au ciel. Cependant le cas de Marie est exceptionnel. Les textes liturgiques que nous chantons impliquent autre chose : " Ouvrez larges vos portes et… accueillez la Mère de la lumière intarrissable… Car, en ce jour, le ciel ouvre son sein pour la recevoir… Les anges chantent ta très sainte Dormition… que nous fêtons avec foi… Que tout fils de la terre tressaille en esprit… et célébre dans la joie la vénérable Assomption de la Mère de Dieu ". On le voit, il ne s'agit pas seulement de la réception de l'âme de Marie dans le ciel. Quoique la fête du 15 août ne porte pas, dans le calendrier liturgique byzantin, le nom de fête de l'Assomption (comme c'est le cas dans l'Église latine), nos textes expriment la croyance en l'assomption corporelle de Marie. Selon cette croyance, le corps de Marie n'a pas connu la corruption qui suit la mort ; il n'est pas resté dans le tombeau ; Marie ressuscitée a été transportée au ciel par les anges (l'Assomption diffère de l'Ascension en ce que le Christ s'est élevé lui-même au ciel).

L'Assomption de Marie est située en dehors – et au-dessus – de l'histoire. La croyance en l'Assomption ne s'appuie ni sur un récit biblique, ni sur des témoignages historiques scientifiquement recevables. Elle n'a été l'objet d'aucune définition dogmatique. L'Église n'a, jusqu'ici, imposé à aucun fidèle d'affirmer le fait de l'Assomption corporelle de Marie. Mais, si l'affirmation (intérieure ou extérieure) n'est pas exigée par l'Église, on peut dire que la conscience orthodoxe considérerait la négation active de l'Assomption non seulement comme une témérité, mais comme un blasphème. D'ailleurs, comment nier un fait qui n'est susceptible d'aucune vérification historique ? La croyance en l'Assomption ne se fonde pas sur des preuves documentaires. La conscience catholique, éclairée par le Saint-Esprit, s'est peu-à-peu persuadée que, si " le salaire du péché, c'est la mort (Rm 6,23) ", Marie a dû remporter sur la mort une victoire spéciale. Ainsi que Jésus (et toutes proportions gardées), elle a été glorifiée dans son corps. C'est cette glorification de la toute pure et toute sainte Mère de Dieu dans son âme et dans sa chair – et non point tel ou tel symbolisme matériel et telles ou telles circonstances historiques – qui constitue l'objet de la fête du 15 août.

L'Assomption est la fête, non seulement de Marie, mais de toute la nature humaine. Car, en Marie, la nature humaine a atteint sa fin. Une semaine après le début de l'année liturgique nous célébrons la naissance de la très Sainte Vierge. Deux semaines avant la fin de l'année liturgique, nous célébrons la mort et la glorification de Marie. Ainsi, associé et subordonné au cycle de la vie de Jésus, le cycle de la vie de Marie manifeste le destin et le développement d'une nature humaine entièrement fidèle à Dieu.

Avec Marie, c'est le genre humain qui est emporté et reçu au ciel. Marie a des privilèges qui ne peuvent pas être les nôtres. Mais ce parfait épanouissement de la grâce en Marie, que nous admirons le 15 août, nous suggère quelle pourrait être la ligne de développement d'une âme qui s'appliquerait à faire fructifier en elle-même les grands dons reçus au cours de l'année liturgique, – le don de Noël, le don de Pâques, le don de la Pentecôte.


Note : le père Lev Gillet, est un prêtre catholique converti à l'Église Orthodoxe.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 14:34

Citation :
Après la mise en forme du Credo, est-ce qu'il fallait d'autre dogmes ? Est-ce que la foi transmise ne suffisait pas ? Est-ce que adhérer à la foi de tout notre cœur n'est pas préférable à l'adhésion de force. Car si je ne crois pas à tous les dogmes déclarés par l'Église Catholique, je ne suis pas Catholique, de mémoire no 88 du Catéchisme. Si je n'adhère pas à tout, je me place hors de l'Église et ainsi je compromets mon salut éternel.

Chère Sylvie,

Donc si un orthodoxe ne crois pas à tous les dogmes déclarés par l'Église orthodoxe, il reste orthodoxe ? Si il n'adhère pas à tout, il ne se place pas hors de l'Église et ainsi il ne compromet pas son salut éternel?

Je ne savais pas...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 15:05

Laughing

Code:
L'Esporit Saint a-t-il continué à faire cheminer son Eglise après le schisme? A-t-il agi comme il l'a fait en Israël après le schisme politique qui sépara le culte en plusieurs sanstuaires.

Jean 3 : 8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 16:14

Je remets une partie de l'extrait ci dessus.

Citation :
Elle n'a été l'objet d'aucune définition dogmatique. L'Église n'a, jusqu'ici, imposé à aucun fidèle d'affirmer le fait de l'Assomption corporelle de Marie. Mais, si l'affirmation (intérieure ou extérieure) n'est pas exigée par l'Église, on peut dire que la conscience orthodoxe considérerait la négation active de l'Assomption non seulement comme une témérité, mais comme un blasphème.


Il est question ici de négation active. C'est-à-dire que quelqu'un se mette à prêcher quelque chose d'autres que ce que l'Église enseigne. Comme cela s'est passé pour le concile d'Éphèse.

Il faut comprendre que ce qui est dit dans l'Évangile ne change pas. C'est la Révélation. Nous croyons aussi ce qui est dit dans le Credo. Il a été défini lorsque tous étaient unis. Nous croyons que Jésus est Vrai Dieu et Vrai homme. C'est Biblique cela. Pas besoin de dogmes pour le définir. Mais il a fallu des Conciles pour combattre certaines hérésies en cours. La vrai foi était en danger.

Il y a aussi la Tradition de l'Église. Ce sont en partis les pensées des pères de l'Église qui ont été transmises oralement et par écrit. Pour être pris en considération, il faut qu'une idée soit retrouvée chez plusieurs pères. Deux têtes valent mieux qu'une. Si la mort de Marie est racontée chez plusieurs Pères, il y a de fortes chances que ce soit vrai. Libre d'y croire, mais aller enseigner quelque chose d'autre que ce qu'ont enseigné les pères, c'est téméraire et blasphématoire. Libre d'y croire, parce que la foi individuelle peut évoluer avec le temps et le secours de l'Esprit Saint. C'est ainsi que le bébé peut recevoir l'Eucharistie. Pas besoin de tout connaître pour participer à la Vie de l'Église. C'est la confiance que nous avons en l'Esprit Saint qui rappelle toute choses.

La tradition nous est transmise par les prières des fêtes. Beaucoup de prières ont été écrites à partir des livres apocryphes. Ces livres ne font pas été choisis pour faire partie des Évangiles car ils pouvaient contenir des éléments douteux et non prouvés historiquement. La tradition a conservé ce qui pouvait être bon et édifiant pour la foi.

Un exemple de prière pour la Présentation de Marie au temple à l'âge de 3 ans, fêtée le 21 nov.,.

Citation :
MÉGALINAIRE

Devant l'entrée au temple de la Vierge, les anges s'émerveillèrent, s'étonnant de voir comme elle s'avançait jusqu'au Saints des Saints.
Que de l'arche vivante de Dieu aucune main profane n'ose s'approcher, mais que nos lèvres fidèlement redisent sans cesse à la Mère de Dieu le salut de l'ange Gabriel et dans l'allégresse lui chantent : Vierge pure, Dieu t'a élevée plus haut de toute créature.

Est-ce que cela s'est réellement passé comme cela ? Libre d'y croire. J'aime y croire sans y être forcée.

Citation :
Histoire de la fête de la Présentation :

D’après les évangiles apocryphes (le pseudo-Jacques, le pseudo-Matthieu, etc.), Marie aurait été amenée au temple par ses parents, à l’âge de trois ans, et elle y serait demeurée. La fête de la Présentation a d’abord été célébrée en Syrie (qui est justement le pays des apocryphes) vers le VIe siècle. Au VIIe ou VIIIe siècle, des poèmes liturgiques grecs étaient composés en l’honneur de la Présentation. Néanmoins le ménologe de Constantinople, au VIIe siècle, ne mentionne pas encore cette fête. Elle était cependant célébrée à Constantinople au XIe siècle. Les papes d’Avignon, au XIVe siècle, introduisirent la Présentation dans l’Occident latin. C’est en vain que le Pape Pie V, plus soucieux de vérité historique, la raya du bréviaire et du calendrier romains, au XVIe siècle. Le pape Sixte V, au même siècle, l’y remit.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 16:23

Chère Sylvie,

On dirait que l'Eglise orthodoxe, à défaut de Magistère solennel, fait comme elle peut: "L'avis de deux docteurs".

En fait, on trouvera 4, 8, 16 docteurs pour affirmer ou infirmer n'importe quelle thèse, et cela à toute époque. C'est vrai chez les catholiques:
Saint Thomas, saint Bonaventure (Docteurs de l'Eglise) nient l'Immaculée Conception.

Duns Scot, simple Bienheureux, l'affirme.

Alors, voilà comment je prends les dogmes: comme une goutte d'eau du Ciel venant de Dieu.

Vous vous rendez compte: je SAIS, avec la certitude de sa force, que Marie est montée au Ciel avec son corps (Assomption).

Et je sais que, à la dernière génération, l'Eglise qui sera sur terre l'imitera:

Citation :
1 Corinthiens 15, 51 Oui, je vais vous dire un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés.
1 Corinthiens 15, 52 En un instant, en un clin d'oeil, au son de la trompette finale, car elle sonnera, la trompette, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons transformés.
4, 17 après quoi nous, les vivants, nous qui serons encore là, nous serons réunis à eux et emportés sur des nuées pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons avec le Seigneur toujours.
1 Théssaloniciens 4, 18 Réconfortez-vous donc les uns les autres de ces pensées.

Je ne suis pas obligé d'y croire. Pas de contrainte dans la confiance.

J'y crois, c'est tout.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 16:56

Citation :
On dirait que l'Eglise orthodoxe, à défaut de Magistère solennel, fait comme elle peut: "L'avis de deux docteurs".

C'était comme cela au début de l'Église. Relisez les actes des apôtres et leur réunion pour discuter sur le problème de la circoncision des paiens. C'est saint Paul qui apporte le problème et la solution et c'est saint Jacques qui affirme la démarche à suivre.

Au début de la Chrétienté, Rome n'était pas catholique. Il y a eu plusieurs martyrs donnés aux lions du colisé avant d'être déclaré de foi catholique. Je ne sais toujours pas sur quel diocèse saint Pierre a érigé sa chaire.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 17:28

Un peu d'histoire ?

L'empereur Galère met fin aux persécutions officielles en 311, peu avant sa mort. C'est alors le moment de l'ascension de Constantin, le premier empereur converti au christianisme. Le dieu des chrétiens passe pour lui avoir donné la victoire en 312 contre son rival Maxence, lors de la bataille du Pont Milvieus qui lui livre Rome. Seul au pouvoir depuis 324, il favorise ouvertement le christianisme et le clergé chrétien. Il réunit le premier concile oeucuménique de l'église en 325, à Nicée, pour mettre fin aux querelles théologiques sur la nature du christ qui divisent les chrétiens. Sans oser supprimer la religion traditionnelle, il en interdit certaines pratiques et confisque les biens des temples au profit du fisc impérial. Ses successeurs sont tous chrétiens, sauf Juien qui tente vainement de restaurer le paganisme. Il faut attendre les empereurs Gratien et Théodose pour que l'empereur renonce au titre de grand pontife qui sera plus tard repris par l'évêque de Rome…En 392, Théodose interdit toute forme de culte traditionnel, qu'il soit public ou privé : l'État romain est alors devenu officiellement chrétien.

extrait du livre Histoire romaine de Bernard Kein, ed. Librio

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 18:13

:twisted:

Code:
Il (Constantin) réunit le premier concile oeucuménique de l'église en 325, à Nicée, pour mettre fin aux querelles théologiques sur la nature du christ qui divisent les chrétiens.

La visée politique de Constantin est claire ; c'est celle de tous les empires : conforter l'unité politique par une unité idéologique (religieuse dans le cas présent). C'est ce qui conduit directement au totalitarisme et à l'impérialisme. En Occident, on a bien connu ça.

Code:
Sans oser supprimer la religion traditionnelle, il en interdit certaines pratiques et confisque les biens des temples au profit du fisc impérial. Ses successeurs sont tous chrétiens, sauf Juien qui tente vainement de restaurer le paganisme. Il faut attendre les empereurs Gratien et Théodose pour que l'empereur renonce au titre de grand pontife qui sera plus tard repris par l'évêque de Rome…En 392, Théodose interdit toute forme de culte traditionnel, qu'il soit public ou privé : l'État romain est alors devenu officiellement chrétien.

On ne peut pas plus clairement décrire le partage des rôles entre la partie politique et la partie idéologique du gouvernement des empires.
Et il apparait clairement aussi que, une fois le pouvoir bien établi, on élimine les opposants.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 18:32

Je crois que le pouvoir politique et pouvoir religieux a joué un grand rôle dans toutes ces divisions et que nous avons perdus ce qui était au tout début de l'Église.

On dirait l'histoire de la tour de Babel mais au niveau de la Chrétienté. Quel orgueil a pu causer cela ?

Comme disait Jésus : "Au début il n'en était pas ainsi. "

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: L'à-propos des dogmes mariaux   Mer 05 Avr 2006, 20:43

suite...

Aujourd'hui comme autrefois, des philosophies erronées sapent la dignité et la valeur des êtres humains. Ce que je vois, ainsi que ma prière, me conduit à penser qu'il est nécessaire de faire une déclaration sur la dignité de la vie, celle de la femme en particulier. Il faut un traitement par électrochoc avant qu'il ne soit trop tard. Comme par le passé, une déclaration sur Marie redonnera de la vitalité à une humanité affaiblie et désorientée. Mes idées n,engagent que moi et ne traduisent pas forcément les opinions des autres catholiques. Je sens qu'on a besoin d'une déclaration dogmatique au sujet de Marie, ce qui suscitera une prise de conscience de la valeur de la vie de la conception à la mort. Selon le philosophie du monde présent, ne sont vraiment vivants que ceux qui ont la santé, l'intelligence et la beauté. De façon plus insidieuse, l'idée se répand qu'il vaut mieux se débarasser d'une vie si elle n'est pas dotée de santé, d'intelligence et de beauté apparentes, car elle porterait atteinte à la "super-race" que nous proposent les nouveaux Darwin.

Concrètement parlant, à quoi ressemble cette philosophie du surhomme? Elle s'est modelée sur le besoin "hollywoodien" de perfection dans l'apparence comme dans l'action. La chirurgie esthétique est le côté docile d'une philosophie qui rejette la vérité de Dieu selon laquelle toute vie humaine est belle, particulièrement dans son imperfection. Pascal a dit que la nature était àla fois parfaite pour révéler l'image de Dieu et imparfaite pour révéler qu'elle n'était pas l'image de Dieu . Pascal croyait en Dieu, contrairement à bien des philosophes. L'apparence est tout si nous ne trouvons pas notre identité en Dieu. Comme nous trouvons notre identité dans ce que les autres voient de nous, nous devons paraître parfaits pour nous sentir bien. Dès la conception, tout est fait pour cacher les imperfections et faire comme si elles n'existaient pas. Un homme comem l'a été le pape Jean-Paul II dans ses dernières années, viex, courbé, malade, lent, faible, est un affront à la philosophie qui prône "la santé ou la mort". Ce pape fut une icône de la grande valeur de tout être humain, et c'est une des raisons pour lesquelles nous l'aimions tant. Selon le point de vue de Dieu, la valeur ne se mesure pas à l'apparence mais au seul fait d'être, car Il vous a créés. Le simple fait d'exister vous confère une valeur éternelle.

Nous pensons qu'il y a une attaque particulièrement diabolique sur le féminité et la maternité. Satan a toujours haï la mère de Jésus plus que toute autre créature. Il est furieux parce que Marie a toujours choisi de dire oui, même si cela pouvait être douloureux pour elle (Ap 12,17). Marie est à la fois l'icône de la liberté de l'homme et celle de la soumission à Dieu et nous le voyons soumise et silencieuse au pied de la croix. Satan fut détruit par le oui de Marie, une simple créature. Comme il ne peut pas détruire le Fils de Dieu, il cherche à blesser la mère en détruisant ses enfants, particulièrement ses filles.

Dans ce monde du XXIè siècle,un phénomène se répand, qui défie tout entendement humain: il s'agit du choix de la mort que font des personnes des deux sexes, mais particulièrement les filles, à tous les stades de la vie. [i[A la conception[/i], la pilule RU 486 détruit la vie toute nouvelle. Dansle sein maternel: dans le monde un nombre croissant de gens et de gouvernements approuvent l'avortement. A la naissance, on tue légalement des milliers de bébés à terme par la pratique des avortements par accouchement partiel. Dernièrement quelqu'un voulait poursuivre le gouvernement parce qu'il n'avait pas été avorté dans le sein de sa mère. (Comme tous les animaux ont un instinct naturel les empâchant de tuer leurs petits avant la naissance, nous tenons peut-être là une preuve que nous ne descendons pas d'eux.) Pendant l'enfance, on place les mongoliens et les victimes de malformations dans des institutions plutôt que de leur donner la possibilité de vivre parmi nous. Pendant le jeunesse, c'est l'excision, la vente des filles et des garçons par milliers pour la prostitution, lapédophilie, l'esclavage, la mort...en allant, pour tuer, jusqu'à enrôler des filles dans des armées de jeunes. A l'adolescence, le nombre de suicides ne cesse de croître, ainsi que les débats sur "le droit" au suicide. Dansla vieillesse, suicide assisté, ou personnes âgées délaissées. Nous plaçons nos aînés dans des maisons et, au fond de nous, nous leur souhaitons de mourir.

Ce sont les femmes, jeunes et vieilles, qui souffrent le plus. Elles portent la vie, comme Marie a porté la vie éternelle. Le désir de paraître parfait et d'éviter toute souffrance sans nous prendre en charge, nous et les autres, nous coûte notre dignité alors que c'est elle qui fait de nous des hommes. C'est la présence de Dieu en l'homme qui humanise l'homme. Enlevez Dieu, et l'homme a tout le potentiel pour devenir inhumain.

Qu'est-ce que cela a à voir avec Marie corédemptrice, médiatrice et avocate? Quand j'ai entendu parler pour la première fois de femmes qui se faisaient exploser, j'ai senti que nous entrions dans un nouvel âge de "mort à la féminité". C'est une philosophie de sélection contraire àla nature où seuls les sans-Dieu survivent. L'ironie de tout cela, c'est que les meutres sont souvent perpétrés au nom "du libre choix" (en fait le droit à l'avortement) et au nom de Dieu, comme si Dieu voulait qu'une femme choisisse de tuer son enfant à naître ou de se transformer en bombe vivante au nom de la paix et de la liberté. Il est peut-être temps que Dieu parle de la valeur de la féminité. Dieu pourrait s'exprimer avec un maximum de force en passant par une déclaration de l'Église sur Marie corédemptrice, médiatrice et avocate.

Une des grandes forces de l'Église catholique, c'est que lorsqu'elle fait une déclaration, elle a le poids d'un milliard de voix plus Une. Une déclaration faite par une, ou par cent Églises évangéliques, n'aura pas le même poids. Fait étonnant, catholiques et évangéliques sont pratiquement d'accord sur la situation critique de la femme, mais nous avons du mal à accepter de dire que nous sommes d'accord. (Je pensais que si j'étais d'accord avec les catholiques sur des questions comme la valeur de la vie cela voulait dire que j'acceptais toutes les erreurs commises, selon moi, par l'Église catholique)

La compréhension du rôle de Marie comme corédemptrice, médiatrice et avocate est un moyen puissant de restaurer l'identité de la femme, porteuse de vie et non de mort. Une jeune fille, une jeune femme ou une femme âgée qui se cherchent n'ont qu'à regarder Marie pour se trouver. Moi qui suis un homme, je me retrouve en regardant Marie. Combien plus les femmes pourraient-elles se retrouver en Marie, leur mère? Si elle a aidé son Fils pour la rédemption de l'homme, ne peut-elle pas nous aider, nous ses fils et ses filles, à restaurer notre dignité?


à suivre
Revenir en haut Aller en bas
 
L'à-propos des dogmes mariaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'à-propos des dogmes mariaux
» Bientôt la Proclamation du cinquième dogme marial ?
» Les 4 Dogmes a propos de la Vierge Marie
» Quels sont les quatre premiers Dogmes Marials proclamés par l'Église Catholique ?
» a propos de youtube, daylimotion koreus etc..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: