DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ils ne valent pas plus qu'une plante verte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 18:32

Bonjour,
J'ai pris la décision d'écrire ce post dans lequel je livre des choses dont je n'ai jamais parlé sur le forum (de toutes façon, je n'ai vraiment plus grand chose à perdre). Je le fais surtout au nom de mes frères et soeurs de souffrance qui ne peuvent parfois pas s'exprimer et que j'aime par dessus tout.
Il est une pauvreté qui n'existe pas aux yeux de l'Eglise.
C'est la pauvreté de la maladie mentale.
L'Eglise choisit "ses" pauvres à aider :
Pauvreté matérielle : ok
Pauvreté de la maladie connue : ok
Pauvreté de la fin de vie : ok
Pauvreté des gens endeuillés :ok
Pauvreté de la solitude "classique" :ok
Etc...
Pauvreté des autistes, schizophrènes et autres psychotiques, ça c'est autre chose!
L'Eglise s'en débarrasse en disant trop facilement qu'ils ont chopé quelque possession démoniaque et qu'ils n'avaient pas à fricoter avec l'ennemi en faisant du spiritisme.
Or, quand bien même les psychotiques seraient tous possédés ce qui est très loin d'être le cas, ils ont plus que quiconque besoin de délivrance et de présence de l'Eglise ne serait-ce que par la prière même à distance!
Sachez par ailleurs que l'esprit peut se disloquer, se briser exactement comme peur le faire un squelette et malheureusement, les causes sont encore méconnues en grande partie. La psychose est une maladie.
L'Eglise en a très peur et c'est encore pire que si elle excommuniait les psychotiques, elle les ignore totalement!
Moi, je suis schizophrène et j'ai beaucoup de chance car la maladie est derrière moi, du moins, mon esprit est "recollé". Je suis passée par des souffrances innommables. J'ai à présent les idées très claires, je peux m'exprimer tout à fait normalement.
Dans le calvaire que j'ai enduré, ma bonne petite paroisse, mon bon petit curé qui me considéraient comme une gentille paroissienne bien sympathique m'ont rayé de la carte dès qu'ils ont su que j'étais entrée à l'hôpital psychiatrique. Pourtant, juste avant, point de tapage, nous étions tous en très bon termes. Je faisais partie du conseil paroissial depuis plusieurs années, je lisais à la messe.
Bref, je me suis rendue compte que c'était soudain comme si je n'avais jamais existé dans cette paroisse. Aucune visite, aucun coup de fil à mon mari pour avoir de mes nouvelles... et ce pendant des mois et des mois. Si j'étais morte, le curé aurait fait mon enterrement et ça aurait été autre chose que cette négation de moi pour cause de maladie probablement jugée honteuse.
C'est exactement comme le prêtre qui passait à côté de l'infortuné blessé dans la parabole. Ses plaies n'étaient surement pas belles à voir...
Les plaies d'un psychotique en crise sont effrayantes: regard de terreur interne, confusion mentale, cheveux arrachés parfois, balancements d'angoisse...
Et alors, cela n'est pas contagieux!
Oui, cela fait peur! Oui, l'Eglise a peur et en s'évertuant à nous ignorer, elle nous laisse seuls dans notre souffrance immonde nous les psychotiques. Elle nous laisse comme si nous ne valions pas plus qu'une plante verte malade.
Voilà pourquoi mon dégoût est immense, voilà pourquoi je me demande ce que je fiche encore à la messe chaque dimanche.
Je parle de l'Eglise en général et non uniquement de mon ex paroisse avec son curé (où je n'ai plus jamais remis un orteil depuis des années d'ailleurs).Si je parle de l'Eglise en général donc, c'est que j'ai cherché, cherché, cherché et encore cherché un ou une guide spirituel (le) parmi les consacrés. Tous se sont habilement débinés quand je leur ai dit que j'avais eu des grandes souffrances psychiques qui avaient nécessité des hospitalisation longues et éprouvantes. Je leur avais pourtant précisé que je menais une vie tout à fait normale, que mon mari, ma belle-famille et mes nombreux amis pouvaient témoigner de ma bonne santé mentale retrouvée.
Vous voyez, alors même que maladie psychique grave est dépassée, il n'est pas de bon ton d'en parler dans l'Eglise.
Mais voilà, quand vous êtes sorti de la tourmente ce ce genre de pathologie, vous vous posez de profondes questions spirituelles croyez-moi.
Les portes qui se ferment font alors très très mal!
Désolée, mais l'Eglise est sélective. Il y a, chez elle, des souffrances et des pauvretés tolérées et d'autres non.
Par cette lamentable sélection, l'Eglise se fait pleutre et inconsistante.
Elle ressemble à une petite sainte-Nitouche frileuse qui s'offusque devant l'humain qui se tord de douleur quand son esprit est cassé.

Après avoir lu mon post, inutile d'aller vous laver les yeux avec de l'eau bénite, je vous le répète, la psychose, ce n'est pas contagieux.

Bien à vous

Nanou
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 18:58

Et l'église n'est pas seule à pratiquer cet ostracisme , chère nanou . Vous le savez aussi , sûrement .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 19:35

Non seulement je le sais, mais je le vis. Mais je le supporte encore moins de l'Eglise qui se réclame de l'Evangile. L'incohérence, dans ce cas, est insupportable bien plus qu'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 19:59

Chère Nanou, La pauvreté de la maladie mentale, surtout de la psychose, est effectivement la chose la plus terrible et dont les hommes d4Eglise s'occupent le moins pour une raison simple : en général, les hommes d'Eglise sont des gens intellectuels. Or, pour s'occuper de ces personnes, il faut juste du coeur, de l'intelligence du coeur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Poisson



Masculin Messages : 1825
Inscription : 29/10/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 21:10

Ma très chère Nanou,
Votre post, je l’ai lu et relu, tellement il m’a paru sincère, vrai, bouleversant, enfin, vous comprenez ce que je veux exprimer.
Ce que je peux vous répondre, c’est qu’il ne faut pas vous focaliser sur l’Eglise, qui n’y est pour pas grand-chose dans votre rejet. Les prêtres ne sont que des hommes, comme vous et moi, ils sont soumis aux mêmes peurs (irrationnelles) que tous ceux qu’ils côtoient (voire même plus, car, à force de voir ceux qui n’ont que des défauts… [dont je je suis]).
Surtout, ne désespérez pas, il en existera bien un qui vous prendra sous son aile protectrice, qui saura vous guider avec bonté et humanisme. Ils existent, ces prêtres ! Encore faut-il les trouver, allez-vous me rétorquer ! C’est vrai, il se peut que cela ne se produise que dans un an, 10 ans, mais aussi, pourquoi pas, demain !
Courage, ma chère Nanou, ici, vous avez beaucoup de « supporters » !
Revenir en haut Aller en bas
titeyo



Féminin Messages : 203
Inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 21:39

Nanou chérie, petite soeur, mon petit coeur.....
Il y a déjà deux ans, alors que je me prenais par la main pour parler un peu de ma souffrance et pour appeler à l'aide sur un forum, quelqu'un m'a envoyé un MP.
C'était toi.
Nous avons sympathisé, nous avons parlé, des heures et des heures. Puis tu m'as raconté ton calvaire.
L'indifférence tue.
Nos proches et moins proches n'ont pas le courage, ni la générosité nécessaire pour poser un regard d'amour sur les blessures. Encore moins sur les blessures invisibles.
Les préjugés mènent le monde, au même titre que l'argent et le sexe ; et Ce n'est pas parce qu'on se dit chrétien, qu'on l'est.

En ne s'impliquant pas, les personnes qui devraient apporter leur aide, laissent leurs frères crever la gueule ouverte en se disant, pour apaiser leur conscience, qu'ils ne savaient pas... qu'ils n'avaient pas compris. Il faut essayer de prier pour ces gens la (pas évident du tout). Mon Dieu, pourquoi ont 'ils le coeur au congélo ?

Merci Seigneur de ne pas m'avoir faite frileuse. Car si cela avait été le cas, je serais passée à coté d'une des plus belles choses de ma vie... NANOU I love you .

Comme je t'aime ma petite fleur, comme tu es belle et grande !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 22:40

I love you Merci de m'avoir lue et de votre compréhension!
Voyez-vous, les prêtres sont soumis aux mêmes peurs irrationnelles que les autres personnes, là je suis d'accord. Cependant, quand j'ai commencé à chercher un guide spirituel, j'étais déjà rétablie. J'étais cohérente, j'avais retrouvé ma vie normale avec mon mari et ma fille. Eux n'ont pas peur de moi et pour cause, je suis bien à présent. Mes amis aussi passent de bons moments avec moi et moi avec eux (n'est-ce pas ma Titeyo? I love you ). Alors quand je dis à des prêtres que j'aimerais qu'il m'aident sur le plan spirituel à "étudier" avec moi quelques questions qui me taraudent par rapport à la maladie psychique et qu'ils me renvoient à un psy j'ai la moutarde qui me monte au nez, grave! Vous savez, la psychose pose des questions très profondes sur le plan existentiel! Ex: où est l'âme dans ces moments là? Que faire de ce sentiment d'avoir été abandonné par Dieu corps et âme? Que faire quand vous n'avez même plus la sensation d'exister? Où parle-t-on de ces horreurs dans les écritures?
Enfin, des questions difficiles mais si l'on a un minimum de c........ cran, dira -t-on, pas de quoi se débiner lâchement. Surtout quand la personne en face de vous est en "liberté" et peut vous fournir, à la demande, un certificat de bonne conduite et de rétablissement signé de ses proches, des gens de son village s'il fallait vraiment rassurer ces messieurs dames....
Pourquoi je me focalise sur l'Eglise? En plus du manque de charité élémentaire envers les dits "fous", parce que les questions que j'ai écrites plus haut, je n'ai pas l'intention d'aller les poser à un psy ni à un Bouddhiste ni à Madame Soleil mais que je ne vois que l'Eglise de mon baptême pour me répondre.
Merci de me dire de garder espoir de trouver un guide spirituel, mais je suis lasse et fatiguée et la messe et tout le tralala, je supporte de moins en moins. Croyez-moi, ce n'est pas de la mauvaise volonté de ma part.
Amitié à tous
Revenir en haut Aller en bas
Poisson



Masculin Messages : 1825
Inscription : 29/10/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 10 Jan 2011, 23:17

Ma chère Nanou,
Moi qui voulais aller me coucher, c’est raté !
Le poème de Victor Hugo que je viens de poster vous était, en quelque sorte, dédicacé. Il s’intitule « Espoir en Dieu ». Vous vous désolez de ne pas avoir trouvé un confesseur à la hauteur de votre mal, et je le comprends très bien. Ce que je peux vous dire, c’est que l’homme ou la femme d’Eglise qui saura vous comprendre existe quelque part., vos chemins ne se sont pas encore croisés.
La question qui vous taraude est, si j’ai bien compris, où était votre âme durant votre maladie ? Mais là où elle a toujours été, en vous ! Certes, enfouie sous votre maladie, mais la flamme ne s’est jamais éteinte, sinon, seriez-vous sur ce forum, à converser avec d’autres fous, dont je suis ?
Durant ma longue errance d’athée, mon âme a toujours survécu, sinon comment expliquer ma « renaissance » ?
Quant à la messe, ne soyez pas si intransigeante : vous êtes encore dans une période de révolte ! Laissez-vous prendre par sa magie (sans aucune parole blasphématoire de ma part). Tous ceux qui assistent à l’office sont vos égaux, et vous n’imaginez pas ce qu’ils ont pu endurer. Si d’aventure vous me croisiez, vous seriez plus qu’étonnée de me voir souriant, urbain, etc. Et pourtant ! Mes nuits n’en sont plus : insomnies, cauchemars, sont désormais mon lot quotidien. Pourquoi ? Parce que j’ai fait la guerre, mais pas celle des feuilletons télés.
Courage !
Revenir en haut Aller en bas
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 01:27

Chère Nanou,

L'Eglise n'abandonne personne, même si elle est composée de pécheurs dont je fais partie.

Il y a beaucoup d'oeuvres et d'associations qui s'occupent de personnes étant passées par ce que vous avez vécu.

Je n'en citerai que deux puisque je les connais et que j'en ai fait moi-même l'expérience.

http://anne-peggy-agape.org/
Cliquez aussi, en haut de la page, sur l'onglet "L'Agapè" pour avoir plus d'infos.

et

http://stluc.beatitudes.org/ Cliquez sur Retraites Nicodème

N'hésitez pas à téléphoner et/ou à écrire.

Merci de me tenir au courant si vous faites cette démarche et si vous souhaitez m'en informer par MP.


Dernière édition par Jeb le Mar 11 Jan 2011, 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 10:11

Merci à vous tous I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 19:26

Chere nanou;

je ne connais pas les mots qui pourraient vous reconforter Sad

alors permettez moi simplement de vous serrer dans mes

bras comme ma petite soeur en CHRIST



Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 19:52

Je me joins à Tobie et tous les autres,Nanou.

Peut-être es-tu appelée un jour à t'occuper d'un groupe d'accueil pour de telles personnes,que ce soit en église ou non.Car toi ,au moins, tu as connu les carences de l'église et les affres d'une telle maladie. :bisou:
Revenir en haut Aller en bas
titeyo



Féminin Messages : 203
Inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 21:37

Thumright Oui EnLui, j'ai au coeur depuis pas mal de temps, que ma Nanou est appellée à être la voix de ceux qui ne l'ont pas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 21:46

Tobie, Enlui , Ma Titeyo, et tous les autres, de tout coeur : merci, vos paroles me vont droit au coeur!
Je vous embrasse! I love you
Il faudrait peut-être que j'écrive des textes avec des mots éloquents mais pas trop affolants et que je les envoie à des évêques dans le but d'attirer leur attention sur la réalité de ces maladies.
Je suis persuadée que nombre de schizophrènes et autres psychotiques vivent des solitudes et des questionnements spirituels extrêmement éprouvants comme moi et qu'ils se sentent en marge de l'Eglise qui en a peur. Aussi, de votre côté, si l'occasion se présente, peut-être pourriez-vous intervenir dans ce sens tout simplement, tout petitement? Rien qu'en disant autour de vous, par exemple (quand l'occasion se présente), que l'on peut se poser des questions sur ce que vivent les dits "fous" dans leur tête y compris sur le plan spirituel.
De plus, je suis persuadée que l'Eglise aurait beaucoup à y gagner car:
-elle ne fuirait plus devant des souffrances effrayantes certes, mais qui concerne des hommes et femmes qui font aussi partie du peuple des enfants bien-aimés du Père,
-elle se montrerait ainsi plus "adulte" et responsable
-elle pourrait s'enrichir des expériences de ces malades qui ont, bien contre leur gré exploré les tréfonds de la dilution de l'esprit (quand ils recouvrent un minimum de santé pour pouvoir en parler.)

A vous tous, encore merci pour votre soutien que je considère également comme des pensées d'amour pour tous mes frères et soeurs psychotiques si chers à mon coeur. Ils sont hélas des milliers et des milliers.

I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 21:57

Enlui a écrit:
Je me joins à Tobie et tous les autres,Nanou.

Peut-être es-tu appelée un jour à t'occuper d'un groupe d'accueil pour de telles personnes,que ce soit en église ou non.Car toi ,au moins, tu as connu les carences de l'église et les affres d'une telle maladie. :bisou:

Un église paroissiale ne représente pas les carences de toute l'Eglise.
Comme Jeb, l'a indiqué plus haut, il existe en Eglise, des services et communautés à l'écoute de toutes les pauvretés.

Je connais beaucoup de personnes, qui à la suite d'une Agapè, (voir le site de Jeb), ont ressenti l'appel de Dieu d'un accompagnement, après une formation.

Nanou, la Vierge Marie et toute l'Eglise te serre sur son coeur. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Poisson



Masculin Messages : 1825
Inscription : 29/10/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 22:11

Nanou a écrit:
que l'on peut se poser des questions sur ce que vivent les dits "fous" dans leur tête y compris sur le plan spirituel.
Mais qui est fou, ma chère Nanou ? Pour un athée, je suis fou, car je crois en Dieu !
Très bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 11 Jan 2011, 23:33

Chers Arc-en-Ciel, cher Poisson,
La folie dont je parle, c'est celle "brute de pomme" des malheureux qui peuplent les hôpitaux psy dont j'ai fait partie. Elle effraie beaucoup. Je peux comprendre mais il ne faut pas se voiler la face.
Merci pour les idées de formation, de retraite, je vais me renseigner.
La mise à distance de ces pathologies n'est pas le seul fait de ma paroisse.
Je n'ai pas assez de mes dix doigts pour dire combien de portes se sont fermées dans l'Eglise à l'évocation de ces réalités qui sont une partie de moi. Très gentiment, très habilement mais elles se sont fermées quand même. La plupart du temps, en me disant d'aller en parler à mon psychiatre silent !
L'accueil chaleureux et fraternel que vous faites dans ce forum de ma galère est presque du jamais-vu pour moi! Merci de tout coeur!
Je joins une vidéo pleine d'espoir et qui peut vous aider à comprendre un peu mieux la schizophrénie.
Amitié à vous tous I love you
Nanou

Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 12 Jan 2011, 00:54

Ma chère Nanou,
J'ai cotoyé ce type de folie que tu décris.
Un, au sein de ma famille, et une relation amicale et que j'ai perdu de vue.
Je n'ai rien fait, sauf prier et surtout les écouter.
Je remercie le Seigneur, pour t'en avoir sorti. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 12 Jan 2011, 17:04

Ma chère Nanou , bonjour !

Je viens de lire ton émouvant témoignage , je me joins aussi à tous pour te soutenir par la prière, je suis certaine que le Seigneur t'entend et qu'Il vit ta souffrance en toi et un jour Il te montrera ta voie , l'heure viendra......

Comme Tobie je ne trouve pas les mots pour te réconforter,

Aussi je te prends dans mon coeur et te porte dans la prière !

Tu es notre soeur dans le Christ et tous nous avons nos failles, nos faiblesses, nos maladies, moi je souffre souvent de dépression saisonnière ..... j'ai souffert il y a des années d'une grave dépression , l'entourage ne comprend pas, je me sentais comme dans un tunnel dont je ne parviendrais pas à sortir...... pourtant je me suis accrochée à Dieu et au psy qui me soignait, les préjugés de certains font que des gens pensent que si on consulte un psy on est fou ! et quand bien même j'aurais été folle l'amour du prochain doit se manifester..... ces maladies sont des maladies comme des autres...

Des amis m'ont abandonnée,

Aussi je ne vais pas orgueilleusement te dire que je te comprends tout-à-fait car il faut le vivre mais je peux deviner les souffrances que tu as endurées.

Courage Chère Nanou... n'abandonne pas la Sainte Eucharistie c'est une nourriture spirituelle VITALE et qui te donnera des forces pour garder courage.. nous avons tous besoin de ce Pain de Vie ne t'en prive pas tiens bon !!!!!!!

Sois bénie

fleur 6 :sts: fleur 6

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 12 Jan 2011, 17:35

Merci chère Julienne! I love you I love you I love you
Que Dieu te bénisse !
Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 12 Jan 2011, 17:47

Nanou a écrit:
Bonjour,
J'ai pris la décision d'écrire ce post dans lequel je livre des choses dont je n'ai jamais parlé sur le forum (de toutes façon, je n'ai vraiment plus grand chose à perdre). Je le fais surtout au nom de mes frères et soeurs de souffrance qui ne peuvent parfois pas s'exprimer et que j'aime par dessus tout.
Il est une pauvreté qui n'existe pas aux yeux de l'Eglise.
C'est la pauvreté de la maladie mentale.
L'Eglise choisit "ses" pauvres à aider :
Pauvreté matérielle : ok
Pauvreté de la maladie connue : ok
Pauvreté de la fin de vie : ok
Pauvreté des gens endeuillés :ok
Pauvreté de la solitude "classique" :ok
Etc...
Pauvreté des autistes, schizophrènes et autres psychotiques, ça c'est autre chose!
L'Eglise s'en débarrasse en disant trop facilement qu'ils ont chopé quelque possession démoniaque et qu'ils n'avaient pas à fricoter avec l'ennemi en faisant du spiritisme.
Or, quand bien même les psychotiques seraient tous possédés ce qui est très loin d'être le cas, ils ont plus que quiconque besoin de délivrance et de présence de l'Eglise ne serait-ce que par la prière même à distance!
Sachez par ailleurs que l'esprit peut se disloquer, se briser exactement comme peur le faire un squelette et malheureusement, les causes sont encore méconnues en grande partie. La psychose est une maladie.
L'Eglise en a très peur et c'est encore pire que si elle excommuniait les psychotiques, elle les ignore totalement!
Moi, je suis schizophrène et j'ai beaucoup de chance car la maladie est derrière moi, du moins, mon esprit est "recollé". Je suis passée par des souffrances innommables. J'ai à présent les idées très claires, je peux m'exprimer tout à fait normalement.
Dans le calvaire que j'ai enduré, ma bonne petite paroisse, mon bon petit curé qui me considéraient comme une gentille paroissienne bien sympathique m'ont rayé de la carte dès qu'ils ont su que j'étais entrée à l'hôpital psychiatrique. Pourtant, juste avant, point de tapage, nous étions tous en très bon termes. Je faisais partie du conseil paroissial depuis plusieurs années, je lisais à la messe.
Bref, je me suis rendue compte que c'était soudain comme si je n'avais jamais existé dans cette paroisse. Aucune visite, aucun coup de fil à mon mari pour avoir de mes nouvelles... et ce pendant des mois et des mois. Si j'étais morte, le curé aurait fait mon enterrement et ça aurait été autre chose que cette négation de moi pour cause de maladie probablement jugée honteuse.
C'est exactement comme le prêtre qui passait à côté de l'infortuné blessé dans la parabole. Ses plaies n'étaient surement pas belles à voir...
Les plaies d'un psychotique en crise sont effrayantes: regard de terreur interne, confusion mentale, cheveux arrachés parfois, balancements d'angoisse...
Et alors, cela n'est pas contagieux!
Oui, cela fait peur! Oui, l'Eglise a peur et en s'évertuant à nous ignorer, elle nous laisse seuls dans notre souffrance immonde nous les psychotiques. Elle nous laisse comme si nous ne valions pas plus qu'une plante verte malade.
Voilà pourquoi mon dégoût est immense, voilà pourquoi je me demande ce que je fiche encore à la messe chaque dimanche.
Je parle de l'Eglise en général et non uniquement de mon ex paroisse avec son curé (où je n'ai plus jamais remis un orteil depuis des années d'ailleurs).Si je parle de l'Eglise en général donc, c'est que j'ai cherché, cherché, cherché et encore cherché un ou une guide spirituel (le) parmi les consacrés. Tous se sont habilement débinés quand je leur ai dit que j'avais eu des grandes souffrances psychiques qui avaient nécessité des hospitalisation longues et éprouvantes. Je leur avais pourtant précisé que je menais une vie tout à fait normale, que mon mari, ma belle-famille et mes nombreux amis pouvaient témoigner de ma bonne santé mentale retrouvée.
Vous voyez, alors même que maladie psychique grave est dépassée, il n'est pas de bon ton d'en parler dans l'Eglise.
Mais voilà, quand vous êtes sorti de la tourmente ce ce genre de pathologie, vous vous posez de profondes questions spirituelles croyez-moi.
Les portes qui se ferment font alors très très mal!
Désolée, mais l'Eglise est sélective. Il y a, chez elle, des souffrances et des pauvretés tolérées et d'autres non.
Par cette lamentable sélection, l'Eglise se fait pleutre et inconsistante.
Elle ressemble à une petite sainte-Nitouche frileuse qui s'offusque devant l'humain qui se tord de douleur quand son esprit est cassé.

Après avoir lu mon post, inutile d'aller vous laver les yeux avec de l'eau bénite, je vous le répète, la psychose, ce n'est pas contagieux.

Bien à vous

Nanou

Chère Nanou,
Merci de votre courageux témoignage. Vous avez été abandonné par le curé de votre paroisse et cela est terrible.
Cependant s'il vous plaît ne faites pas d'une exception la règle. L'Eglise ce n'est pas que le Pape, les Eveques, les prêtres, c'est vous aussi et c'est nous aussi l'Eglise. N'oubliez pas que l'Eglise est le prolongement de la Passion/Résurrection du Christ.
Il y a des laïcs comme Jean Vanier par exemple qui s'occupent de personnes aux handicapes lourds ou autres. Cependant lorsqu'une personne est atteinte d'une maladie psychiatrique cela nécessite des compétences précises ce qui n'empêche pas la bienveillance, la présence et l'amour des proches.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 12 Jan 2011, 19:14

Tout d'abord, je tiens à remercier Arnaud de tout coeur car il m'a beaucoup aidée par mail il y a quelques temps. Je n'oublie pas cela!.
J'ai fait le pas de partager mes "préoccupations" avec le forum et cela m'aide à avancer encore.

Paco a écrit:
L'Eglise ce n'est pas que le Pape, les Eveques, les prêtres, c'est vous aussi et c'est nous aussi l'Eglise. N'oubliez pas que l'Eglise est le prolongement de la Passion/Résurrection du Christ.
Il y a des laïcs comme Jean Vanier par exemple qui s'occupent de personnes aux handicapes lourds ou autres. Cependant lorsqu'une personne est atteinte d'une maladie psychiatrique cela nécessite des compétences précises ce qui n'empêche pas la bienveillance, la présence et l'amour des proches.
C'est vrai Paco, vous avez raison et même si ma démarche est teintée d'amertume envers l'Eglise (conséquences de grandes souffrances), ce n'est pas une démarche empreinte d'agressivité. Je veux être positive et constructive. C'est cette envie de sensibiliser à une souffrance méconnue, celle de la psychose et non uniquement pour mon compte personnel, mais pour tous mes frères et soeurs de souffrance qui ne peuvent parfois pas parler.
"Une maladie psychiatrique nécessite des compétences précises" là aussi je suis d'accord avec vous mais si je voulais ouvrir un autre chapitre là dessus, il y aurait matière. Dans la rubrique "j'ai testé pour vous", en matière de soins psychiatriques vous n'imaginez pas le cloaque et les inepties monstrueuses qui existent dans notre pays. Les seuls à tirer profit des soi-disant compétences précises sont les portes-monnaies des labos pharmaceutiques. Nos camisoles chimiques "tue-cerveau" leur rapportent de l'or en barre et il y tiennent comme Arpagon tient à sa cassette!
En attendant, il nous faut survivre à ces traitements. Les séquelles sont là. J'y ai laissé beaucoup, beaucoup de plumes.
Je n'avais pas parlé de ce versant "chimique" des choses qui vous tombe automatiquement dessus en plus de la maladie avec aux manettes, la cupidité.
Pour info:http://www.cnvp84.fr/accueil_035.htm
Ca doit se savoir ce genre de chose d'autant plus que personne n'est à l'abri.
Pourquoi, à votre avis, je cherche à susciter l'envie de connaitre et de dédramatiser la psychose (esprit en pièces, moi morcelé) particulièrement dans l'Eglise? C'est parce que oui, cette maladie demande des soins très spécifiques et spécialisés (qui si seulement ils existaient), mais elle est aussi, et surtout, une maladie qui ébranle la personne dans l'essence même de son être et en cela, l'Eglise a sa pierre à apporter. Puisse-t-elle un jour considérer ce que l'on appelle vulgairement la folie, comme un sujet de réflexion digne d'intérêt puisqu'il concerne l'âme, la condition humaine, l'essence de l'être.
Pour vous expliquer, je joins un texte que j'ai écrit il y a quelque temps. Peut-être saisirez-vous plus facilement ce que je tente d'exprimer.
En tout les cas, merci de me lire et merci surtout de vos réponses qui m'aident beaucoup! Very Happy
Nanou

"Saint -Jean de la Croix, Sainte-Thérèse de Lisieux, Saint-Bernard et tous les autres saints et saintes dont le coeur a brûlé pour Dieu sur la terre d'une manière tellement incandescente,
J'aime beaucoup vous lire, vous me transmettez votre flamme ardente pour notre Bien-Aimé.
Souvent, vos magnifiques "carnets de route" pour le pèlerinage sur terre, pour le temps de l'exil, me sont des aides précieuses pour tenir bon.
Cependant, lequel ou laquelle d'entre-vous a déjà traversé la déstructuration psychotique?"

Comme j'aurais aimé avoir des "consignes de route" de saints ayant traversé un tel chaos.
Ces gouffres psychotiques sont des trous noir où votre "moi" se dissout, éclate en mille morceaux.
Le corps parait en bonne santé mais votre esprit vous file entre les doigts, vous vous perdez, vous avez l'impression de n'être plus.
Paradoxalement, il reste la conscience. Suffisamment de conscience pour vous rendre compte du naufrage.
Un peu comme si, sur le plan corporel, vous vos os se dissolvaient et ne pouvaient ainsi, plus porter votre chair.
Des termes comme "nuit de l'esprit", comme "aridité spirituelle", comme "désert" ne s'appliquent pas à ce genre d'épreuve.
Je dirais plutôt "traversée du néant de l'esprit", de "l'explosion de l'esprit."
Croyez-moi, vraiment, ce qu'il reste de conscience dans ces cas là vous plonge dans une solitude qu'aucun mot ne peut qualifier.
J'ai traversé cela et même si mon esprit est à peu près recollé, cette solitude "d'outre chaos" est encore ma compagne amère de chaque jour.

"Mes chers saints et saintes, aidez-moi! C'est difficile à comprendre la dilution psychotique pour qui ne l'a pas vécu mais essayez d'imaginer.
Vous aviez un coeur broyé , Dieu a pu y entrer et le faire briller de mille feux.
Que donneriez-vous comme conseil à une âme qui a été disloquée au point de ne plus se sentir exister?"

Avant de de tomber dans ce chaos psychotique j'avais déjà eu des chagrins, des tristesses, des vagues à l'âme, des "cafards"... comme tout le monde, des crises de "foi" aussi comme tout croyant.
Et puis ce fût la grande descente aux enfers. Je me souviens que, dans le chaos, je me disais "Est-ce possible? Est-ce possible? Comment est-il possible de souffrir de la sorte? Ce n'est plus humain!"

Et voilà, je dois me débrouiller avec ce passé. Je lutte chaque jour pour vivre "normalement" . J'y parviens par je ne sais quel miracle mais c'est plus que difficile.
Je m'entends très bien avec Dieu à qui je parle tout le temps mais je lui ai expressément demandé de me donner des explications précises sur ce qui m'est arrivé et sur mon sentiment d'abandon dans le vide sidéral et sidérant du chaos.
Il le fera c'est certain, mais peut-être pas dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Jeu 13 Jan 2011, 20:34

Chère Nanou
j'ai trouvé cette annonce sur Zenit aujourd'hui :

Citation :
France : Souffrance psychique et soutien des familles
Journée nationale du mouvement « Relais d’amitié et de prière »
ROME, Jeudi 13 janvier 2011 (ZENIT.org) - « Souffrance psychique d'un proche, épreuve ou conversion pour la famille » : tel est le thème de la grande journée nationale d'information qu'organise à Paris, le samedi 19 février prochain, l'association Relais d'amitié et de prière, qui, depuis 28 ans, tente de répondre à l'angoisse des personnes atteintes de troubles psychiques, à celle de leurs familles, développant entre elles et autour d'elles une grande chaine de foi et solidarité.
La rencontre, qui a lieu chaque année, prévoit la participation de Mgr Jean-Charles Thomas, évêque émérite de Versailles et conseiller spirituel national du mouvement, et Monique Durand Wood, en mission d'aumônerie en hôpital psychiatrique, pendant 15 ans, auteur de l'ouvrage « Ajouter foi à la folie », titulaire d'une maitrise en théologie.
Des centaines de personnes concernées par l'accompagnement de malades psychiques sont attendues à cette rencontre qui réunira des proches de malades psychiques, parents, conjoints, amis.
« Il s'agit de faire connaître les souffrances des personnes atteintes par la maladie psychique, et leur impact sur la vie des familles qui les accompagnent », souligne le mouvement Relais d'amitié et de prière.
Sachant par expérience qu'« on ne s'en sort pas seul », le mouvement souhaite aider les familles à vaincre la tentation de repli sur elles-mêmes et de culpabilisation.
L'association comprend aujourd'hui 34 groupes en France, principalement en Ile-de-France et dans le Grand Ouest, mais aussi dans l'Est, le Nord, le Midi Méditerranéen, le Centre et le Sud Ouest. Elle compte 550 familles adhérentes et touche plus de 1200 familles au travers de ses diverses activités.
En 2012, l'association fêtera son 30ème anniversaire, et organisera à cette occasion un pèlerinage à Lourdes.
Pour toute information : www.relaisamitiepriere.fr

il existe donc bien un mouvement qui essaye de se structurer.
Vous avez raison de protester contre le rejet dont vous avez été l'objet.
Mais je peux vous inciter à pardonner, car en fait ce qui est en cause c'est la peur .
Et l'Eglise catholique finalement n'a pas développé de pastorale des malades mentaux avec projet thérapeutique , car elle s'en remet entièrement à la psychiatrie et à la médecine , c'est à dire bien souvent à des "thérapies " inhumaines qui enfoncent et chronicisent les troubles , pour parfois mieux vendre de la pharmacie . l'affaire du mediator est là pour essayer de nous ouvrir les yeux sur ces conflits d'intérêts massifs.
Et comme vous avez raison concernant les neuroleptiques , mais aussi les antidéprésseurs où beaucoup d'effets secondaires graves sont systématiquement minimisés par rapport à un pronostic souvent systématiquement péjoré.
Face à la maladie , l'eglise n'a pas développé de critique de la raison et du discours médical matérialiste . n'est-elle pas finalement matérialiste quant à la maladie ?
Elle s'en remet entièrement aux médecins pour décider de qui sera... béatifié ou canonisé !( par la reconnaissance de l'authenticité des miracles ) et aussi sur la santé mentale et les orientations sexuelles des candidats au sacerdoce !!
bref l'eglise constate passivement les miracles retrospectifs mais ne promeut pas d'en faire une école de guérison même timidement , a-t-elle peur de faire mieux que les psychiatres ??
Vous avez parlé de la psychose , mais il y a encore plus douloureux dans les démences
comme L'alzheimer où en fin de course, on a l'impression que la conscience de la personne s'est dissoute dans l'absence et le non être . La aussi sans autre remède que la tendresse au prix parfois de l'épuisement des proches et des soignants .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Jeu 13 Jan 2011, 21:55

Merci cher Occulus pour les précieuses info dont je n'avais pas connaissance.
C'est porteur d'espoir!
Je vais y regarder de plus près.
Nanou
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Jeu 13 Jan 2011, 23:19

« Ajouter foi à la folie »

Nous entrons dans l’univers de l’hôpital psychiatrique, qui est un monde en soi, en compagnie d’une femme avisée qui relate et analyse ce qu’elle découvre. Monique Durand- Wood, par ses compétences théolo­giques et ses aptitudes relationnelles, s’engage dans l’intelligence de la foi quand elle vivifie la folie. Elle le fait à partir de sa fonction d’aumônerie en santé mentale : le respect fonde ici chaque propos, chaque perception et toute recherche, hors repères. Ce texte parle de douceur dans l’approche des personnes mais la met en oeuvre aussi envers le lecteur – la construction et la phrase revêtent cette même douceur qui permet d’entrer dans l’épreuve et dans ce qui est initialement perçu comme une expérience de chaos. Rien n’est occulté, ni la douleur psychique, ni les fermetures relationnelles, ni le désordre réflexif, ni la violence et la crainte qu’elle induit. Mais rien non plus n’est relégué hors de ce qui est possible et nécessaire. Or la nécessité est ecclésiale : est cherchée l’Eglise du lieu. Sa fantaisie qui, c’est étrange à dire, rafraîchit et allège l’Eglise entière. Sa radicalité en tant que lieu où les désespoirs et les espérances fondamen­tales se remettent entre les mains du Créateur, ultime recours. Enfin, le corps collectif de l’Eglise est désigné ici, dont les membres souffrants ne sont pas indignes mais légitimement indis­pensables. Ainsi, lire ce livre est un exercice de fraternité : l’élégance du ton accompagne une entrée dans des relations fragiles qu’il faut adoucir, environner d’un amour délicat.
Claire-Anne Baudin

http://www.revue-etudes.com/Questions_religieuses/Ajouter_foi_a_la_folie_/46/13069

Ajouter foi à la folie est une superbe tentative pour donner sens à une pratique pastorale « auprès de » et « avec » les malades mentaux. Il s'agit d'une réflexion théologique et spirituelle qui, dans un langage simple et souvent poétique, ouvre sur les questions essentielles quand la vie est devenue « chaos ».

La folie a ses lieux de soins, elle est un langage avec ses surprises, ses impasses et son sens. L'humanité qui s'y laisse entrevoir y est déchirée pour longtemps. Et pourtant elle jaillit là, pleine de puissance, dans cette faiblesse même. Monique Durand-Wood sait nous entraîner sur ces chemins remplis de paradoxes. L'apport des sciences humaines y est précieux. Il donne des repères à la démarche de foi. Mais pas de théorie, ici, sans enracinement dans la pratique ! Les vignettes cliniques sont très suggestives. L'approche du délire, subtile et bien documentée, évite les pièges bien connus d'une spiritualisation naïve des phénomènes psychiques.

Ajouter foi à la folie : le titre prend alors tout son sens. Il s'agit bien d'accueillir, depuis le coeur de la folie de l'autre, la foi qui se cherche ; il s'agit bien de pratique pastorale. Il s'agit aussi et surtout de croire qu'au coeur même de la folie de l'autre des « questions d'homme », radicales et vertigineuses, se posent.

Jean-Daniel Hubert,

bénédictin et psychanalyste.

http://www.laprocure.com/livres/monique-durand-wood/ajouter-foi-la-folie-petite-theologie-pratique-la-maladie-mentale-pastorale_9782204089661.html
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Jeu 13 Jan 2011, 23:27

Le site d'Oculus est très bon et devrait t'ouvrir des pistes Nanou.Il y a peut-être dans ton coin un relais.Il ne sera pas difficile de trouver un contact et pourquoi pas de proposer l'ouverture d'un relais.J'imagine cependant que cela ne se fait pas comme ça!!!

Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 03:24

Nanou a écrit:
Tobie, Enlui , Ma Titeyo, et tous les autres, de tout coeur : merci, vos paroles me vont droit au coeur!
Je vous embrasse! I love you
Il faudrait peut-être que j'écrive des textes avec des mots éloquents mais pas trop affolants et que je les envoie à des évêques dans le but d'attirer leur attention sur la réalité de ces maladies.
Je suis persuadée que nombre de schizophrènes et autres psychotiques vivent des solitudes et des questionnements spirituels extrêmement éprouvants comme moi et qu'ils se sentent en marge de l'Eglise qui en a peur. Aussi, de votre côté, si l'occasion se présente, peut-être pourriez-vous intervenir dans ce sens tout simplement, tout petitement? Rien qu'en disant autour de vous, par exemple (quand l'occasion se présente), que l'on peut se poser des questions sur ce que vivent les dits "fous" dans leur tête y compris sur le plan spirituel.
De plus, je suis persuadée que l'Eglise aurait beaucoup à y gagner car:
-elle ne fuirait plus devant des souffrances effrayantes certes, mais qui concerne des hommes et femmes qui font aussi partie du peuple des enfants bien-aimés du Père,
-elle se montrerait ainsi plus "adulte" et responsable
-elle pourrait s'enrichir des expériences de ces malades qui ont, bien contre leur gré exploré les tréfonds de la dilution de l'esprit (quand ils recouvrent un minimum de santé pour pouvoir en parler.)

A vous tous, encore merci pour votre soutien que je considère également comme des pensées d'amour pour tous mes frères et soeurs psychotiques si chers à mon coeur. Ils sont hélas des milliers et des milliers.

I love you I love you I love you


Bonjour Nanou,


tu sais il y a peu de personnes assez solide tant dans leur foi qu'en leur propre équilibre internes qui soient capable de ce lancer dans l'aide a ceux qui sont disloqués.
si tu parles un peu en profondeur avec les gens beaucoup se sentent mal a l'aise avec eux même et ne sont pas certaines d'être saine d'esprit , la faiblesse est grande pour beaucoup la peur de perdre pieds rien que dans le fil des jours est fréquentes ! alors se lancer a aider des personnes en difficultés intérieur quand on ne sait pas tenir son propre équilibre , ils craignent de jouer aux quilles ; t'en pousse une et toutes les autres tombent ! :no

les gens équilibrés et solides sont très sollicités et puis pour parler franchement, aimer en conservant la main, on sait assez facilement le faire , mais Aimer et être happé par le besoin d'Amour là c'est déjà plus difficile !
ce que tu écris au commencement du fil, est une demande de se perdre sans réfléchir juste parce que c'est vrai Dieu va jusque là ! on l'a tous bien compris que derrière toi c'est Jésus qui appel a l'aide , mais voila notre malheur c'est d'être sage et prudent et la Vérité du Royaume nous sera encore caché un moment puisque " Le Royaume de Dieu est caché au sage et aux prudents !" !!

c'est pas pour rien qu'IL a Vécu LA PASSION :jesus: , l'AMOUR n'est pas Sage mais PASSIONé !
j'ai encore beaucoup a perdre , LUI en 3ans a tout donné :sts:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 09:54

Enlui a écrit:
« Ajouter foi à la folie »

Nous entrons dans l’univers de l’hôpital psychiatrique, qui est un monde en soi, en compagnie d’une femme avisée qui relate et analyse ce qu’elle découvre. Monique Durand- Wood, par ses compétences théolo­giques et ses aptitudes relationnelles, s’engage dans l’intelligence de la foi quand elle vivifie la folie. Elle le fait à partir de sa fonction d’aumônerie en santé mentale : le respect fonde ici chaque propos, chaque perception et toute recherche, hors repères. Ce texte parle de douceur dans l’approche des personnes mais la met en oeuvre aussi envers le lecteur – la construction et la phrase revêtent cette même douceur qui permet d’entrer dans l’épreuve et dans ce qui est initialement perçu comme une expérience de chaos. Rien n’est occulté, ni la douleur psychique, ni les fermetures relationnelles, ni le désordre réflexif, ni la violence et la crainte qu’elle induit. Mais rien non plus n’est relégué hors de ce qui est possible et nécessaire. Or la nécessité est ecclésiale : est cherchée l’Eglise du lieu. Sa fantaisie qui, c’est étrange à dire, rafraîchit et allège l’Eglise entière. Sa radicalité en tant que lieu où les désespoirs et les espérances fondamen­tales se remettent entre les mains du Créateur, ultime recours. Enfin, le corps collectif de l’Eglise est désigné ici, dont les membres souffrants ne sont pas indignes mais légitimement indis­pensables. Ainsi, lire ce livre est un exercice de fraternité : l’élégance du ton accompagne une entrée dans des relations fragiles qu’il faut adoucir, environner d’un amour délicat.
Claire-Anne Baudin

http://www.revue-etudes.com/Questions_religieuses/Ajouter_foi_a_la_folie_/46/13069

Ajouter foi à la folie est une superbe tentative pour donner sens à une pratique pastorale « auprès de » et « avec » les malades mentaux. Il s'agit d'une réflexion théologique et spirituelle qui, dans un langage simple et souvent poétique, ouvre sur les questions essentielles quand la vie est devenue « chaos ».

La folie a ses lieux de soins, elle est un langage avec ses surprises, ses impasses et son sens. L'humanité qui s'y laisse entrevoir y est déchirée pour longtemps. Et pourtant elle jaillit là, pleine de puissance, dans cette faiblesse même. Monique Durand-Wood sait nous entraîner sur ces chemins remplis de paradoxes. L'apport des sciences humaines y est précieux. Il donne des repères à la démarche de foi. Mais pas de théorie, ici, sans enracinement dans la pratique ! Les vignettes cliniques sont très suggestives. L'approche du délire, subtile et bien documentée, évite les pièges bien connus d'une spiritualisation naïve des phénomènes psychiques.

Ajouter foi à la folie : le titre prend alors tout son sens. Il s'agit bien d'accueillir, depuis le coeur de la folie de l'autre, la foi qui se cherche ; il s'agit bien de pratique pastorale. Il s'agit aussi et surtout de croire qu'au coeur même de la folie de l'autre des « questions d'homme », radicales et vertigineuses, se posent.

Jean-Daniel Hubert,

bénédictin et psychanalyste.

http://www.laprocure.com/livres/monique-durand-wood/ajouter-foi-la-folie-petite-theologie-pratique-la-maladie-mentale-pastorale_9782204089661.html

J'achète ce livre aujourd'hui même! 1000 merci pour l'info. Voici, ci dessus, exactement des pensées que je tente d'exprimer de puis si longtemps et je trouve enfin un écho. Si vous saviez le bien que ça me fait! Merci de tout coeur .
Théodéric, je comprends tout à fait que cette pathologie fasse très peur, et pour cause.
Je ne demande jamais aux gens de m'aider par rapport aux troubles de la maladie (dissociation, dépersonnalisation...) que je gère et ne pourrai jamais gérer que seule en apprenant à naviguer sur ces eaux troubles jour après jour. Avec les années qui passent, j'y parviens de mieux en mieux.
Ce qui est difficile, c'est que autant cette peur des gens est compréhensible, autant leur fuite relègue les psychotiques dans la solitude de leur vécu douloureux. Il ne s'agit pas pour les personnes qui sont face à des malades psychiques de les porter à bout de bras quitte à se perdre eux même bien évidemment, mais de voir que derrière le schizophrène, il y a une personne qui comme eux peut souffrir de solitude suite au rejet.
De plus, en dépassant cette peur en prenant bien soin de discuter avec des psychotiques qui ne sont pas en crise, qui parviennent à ne pas happer l'autre dans leur souffrance, la personne peut apprendre beaucoup de choses sur l'"humain", sur l'expérience de la perte des repères psychiques vitaux. Personnellement, tout ce magma de souffrance dont je me serais bien passée m'a appris beaucoup. C'est une façon de voir les choses de façon positive même si chaque jour est encore un combat.
Bien à vous tous
Votre Nanou
Revenir en haut Aller en bas
Vincent01



Masculin Messages : 1283
Inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 11:38

L'indifférence c'est vraiment pas beau.
Malheureusement on est bien trop souvent centré sur nos petits soucis que sur ceux du prochain, et moi le premier.

Je vous avoue que j'ai longtemps eu du mal avec les gens avec des problèmes psychologiques, j'avais tout simplement peur, et la peur que cela soit du prochain ou d'autres choses en général fait reculer et empêche beaucoup de choses.
Aujourd'hui j'ai moins peur, c'est différent parce que j'ai envie de toujours plus m'ouvrir aux autres et je le demande à Dieu chaque jour.

Alors voilà j'espère pouvoir donner même aux gens malades, car eux aussi ont besoin d'aide, et bien trop souvent il n'y a personne pour leur tendre la main.

Bisoux à vous Nanou.

Que Dieu vous garde. fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 16:51

de l'indépendance de la médecine et de la psychiatrie :

http://www.formindep.org/IMG/pdf/DrVM-NYT.pdf

http://www.atoute.org/n/article95.html

Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 19:42

Ne pas oublier la date donnée par Oculus:"la grande journée nationale d'information qu'organise à Paris, le samedi 19 février prochain, l'association Relais d'amitié et de prière"

Et je le redis,son lien est super:http://www.relaisamitiepriere.fr/

Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Ven 14 Jan 2011, 19:54

Au fait Nanou,as-tu lu quelque peu le sujet intitulé "la terrible épreuve du flunch" du membre "pieds crouteux" qui se dit atteint d'autisme d'Asperger en voie de guérison?

Tu remarqueras que plusieurs ont manifesté une attention et tenté des réponses, mais que dans le fond nous étions bien incapables d'entrer dans son monde,(enfin chacun a tenté de s'en approcher et de le comprendre),à tel point que ce fut message sur message qu'il écrivit comme une catharsis personnelle.



http://docteurangelique.forumactif.com/t10536-la-terrible-epreuve-du-flunch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Sam 15 Jan 2011, 10:18

Cher (e) Enlui, merci pour les renseignements.
Je vais lire le sujet "La terrible épreuve du Flunch" avec attention et je donnerai mes impressions. Le temps me manque....et ce forum et si riche!!! geek
Très bon week-end à tous! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Lun 17 Jan 2011, 22:58

J'ai lu le fil "La terrible épreuve du Flunch".
Je ne souhaite pas porter de jugement sur tout ce que dit "Pieds Crouteux".
Je vous livre néanmoins ma réflexion issue de mon vécu qui par certains aspects rejoint le sien. Ce qu'il y a de commun, c'est la psychose. Ainsi, j'ai perdu le fil de la réalité par deux fois sous forme de crises aigües. Je suis à présent rétablie avec une faiblesse résiduelle que je garderai toujours. Cet ancrage dans le réel, j'ai bataillé pour le reconstruire, je l'ai ardemment désiré après les crises. J'avais un choix à faire: me laisser aller à la dilution ou me cramponner pour rester dans la réalité. Je ne dis pas que cela est toujours possible car il est un degré de la maladie où certaines personnes sont irrémédiablement "parties". Je choisis de proscrire totalement certaines choses pour moi.
Par exemple: l'introspection "sauvage", l'hypnose, les "madames soleil", etc. Je ne crois pas que cela soit très bon pour qui que ce soit, mais en ce qui me concerne ce serait fatal pour l' objectif auquel je tiens: l'ancrage dans le réel. Il faut dire que mes délires me laissent un goût très très amer et que je fais vraiment tout pour ne pas y retourner. Les efforts sont payants et j'acquiers une certaine expérience pour garder mon équilibre. C'est un peu comme la gestion du diabète. Naviguer sur les eaux troubles de la maladie mentale demande un certain savoir-faire. Je recherche une certaine sagesse en la matière. C'est mon choix. J'ai horreur de la dilution, du morcellement, je ne m'y sens pas bien. Pieds-Crouteux n'a peut être pas cet objectif là en vue. C'est son option. Tout ce que j'espère c'est qu'il y trouve son bonheur. Il est le seul à pouvoir le dire. S'il souhaitait coller au réel, il lui faudrait abandonner l'introspection telle qu'il la pratique, devenir très "terre à terre" du moins pendant un bon moment, mettre au panier les médiums, hypnotiseurs, énéagrammes, et autre "évaporants". Rien de tel dans cette période que des activités manuelles même "basiques" (passer la serpière, mettre pendre la lessive...). En ce qui me concerne, après cette période très "terre à terre" de deux ans environ, j'ai demandé à mon psychiatre si je pouvais m'intéresser de nouveau à ma religion car cela me manquait. Il m'a dit "pas de problème si vous continuez à garder les deux pieds sur terre". Tout s'est fait très progressivement. Des questionnements spirituels très profond se sont fait jour en mon esprit par rapport à ce que j'avais vécu. Ils me taraudent mais j'ai une certaine sérénité qui me les fait appréhender dans le calme.
Exactement comme pour tout le monde en matière de choix de vie, il arrive pour certains psychotiques qu'il y ait un choix à faire: la "dilution" ou l'ancrage dans le réel. Le mien est fait et je ne cache pas que c'est un combat mais c'est possible. Il faut choisir de ne pas se balader en terrain miné (décrit plus haut). Je sais que s'il me prenait l'idée de fumer ne serait-ce qu'un seul joint ou de prendre une seule cuite, tout mon "travail" de consolidation pourrait être fichu par terre. Je n'ai jamais rien fumé d'autre que du tabac mais il parait que le cannabis peut générer des psychoses. Donc, un schizo qui fumerait du cannabis, c'est qu'il "choisit" de s'envoler encore plus, du moins, il ne fait rien contre. Je fais également très attention au rythme de vie (sommeil).
L'histoire de cette personne schizophrène guérie de la vidéo ci-dessus ressemble beaucoup à la mienne sauf que les causes de sa maladie ne sont pas du tout les mêmes que pour moi.
La foi chrétienne est bien ancrée dans le réel. Les Evangiles relatent des histoires de la vie quotidienne à travers lesquelles Jésus qui est Dieu, est bien incarné.
C'est cette foi que j'ai choisi!

Et enfin, j'ai vraiment beaucoup aimé la manière dont vous êtes intervenus auprès de Pied-Crouteux!
Il est bien normal que vous vous soyez sentis impuissants!
Beaucoup de fraternité, de patience, de tolérance, des VRAIS chrétiens quoi! thumleft
Amitiés à vous tous
Nanou
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 18:37

Pour ce que tu dis de la voie que suit "pieds crouteux",qui me semble périlleuse,je penche pour ta démarche,Nanou.

Les textes que tu as écrit sur tes expériences de morcèlement m'ont troublés.Ils m'ont renvoyés à une époque où je me trouvais dans un vécu de douleurs et d'angoisse et où j'employais les mêmes mots que toi pour en décrire l'expérience .

Il doit y avoir d'autres perturbations que la schizophrénie qui apportent ce genre d'état!
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 20:15

Les antipsychiatres ont montré que chacun avait une définition personnelle de la schizophrénie . De façon provocatrice , ils en ont conclu qu'elle n'existe pas .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 20:59

Enlui a écrit:


Il doit y avoir d'autres perturbations que la schizophrénie qui apportent ce genre d'état!

C'est possible, je ne sais pas. Ce qui doit être commun aux crises existentielles et à la schizophrénie, c'est la perte des repères. C'est probablement cela qui vous a donné ce sentiment très angoissant d'éclatement. Dans ces moments là, on navigue en "haute mer" n'est-ce-pas?
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 21:02

Au bord du suicide Nanou.

A Boudo:

Pour cela voir Ronald Laing:"Le moi divisé","Soi et les autres".
C'est ce que je lisais alors.David Cooper aussi.
Le mouvement anti-psychiatrique anglais.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 21:21

boudo a écrit:
Les antipsychiatres ont montré que chacun avait une définition personnelle de la schizophrénie . De façon provocatrice , ils en ont conclu qu'elle n'existe pas .

Qu'on l'appelle schizophrénie ou schmilblik ou "truc machin", je sais que l'esprit morcelé, la dilution du moi, la sensation de ne pas exister, tout cela est pathologique et l'Homme n'est pas conçu comme ça originellement. Je remarque également qu'il existe des symptômes très caractéristiques de cette pathologie.
Je ne dirai pas comme les antipsychiatres que celle-ci n'existe pas.
Là où la psychiatrie classique a vraiment tout faux par contre, c'est dans la prise en compte de ces troubles. La marée noire chimique, c'est une horreur croyez-moi, c'est même criminel. Si vous saviez tout ce que ces messieurs dames en blouses blanche vous balancent comme molécules dans le cerveau alors que tous les scientifiques s'accordent à dire que celui-ci est la structure la plus complexe du vivant et que l'on ne connait qu'une infime partie de son fonctionnement. ce n'est vraiment pas logique , enfin c'est la logique de business.
Dans ce domaine des traitements chimiques, l'antipsychiatrie a probablement beaucoup plus de bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mar 18 Jan 2011, 21:25

Enlui a écrit:
Au bord du suicide Nanou.




Rassurez-moi, vous allez mieux chere Enlui?
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 19 Jan 2011, 19:44

Oui Nanou.

C'était avant.
Depuis ce n'est plus si grave,si long et si compact.
Les difficultés d'être sont devenues de proportions humaines.
Et tu sais,quand on va bien ou mieux,on en oublie la "haute mer" affraid

Pensées pour toi sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 19 Jan 2011, 21:31

Enlui a écrit:
Oui Nanou.

C'était avant.
Depuis ce n'est plus si grave,si long et si compact.
Les difficultés d'être sont devenues de proportions humaines.
Et tu sais,quand on va bien ou mieux,on en oublie la "haute mer" affraid

Pensées pour toi

cheers I love you
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Mer 19 Jan 2011, 22:17

Penses à nous dire les suites si tu contactes l'association http://www.relaisamitiepriere.fr/ :hello:
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël



Masculin Messages : 2334
Inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Dim 23 Jan 2011, 01:08

Salut Nanou!
Je voulais te poster quelque chose de réconfortant la dernière fois, mais impossible également de trouver les mots... Sad


Oui, l'Eglise à milles défauts, ce qui ne doit pas nous empêcher de faire tout notre possible pour y remédier, car l'Eglise, c'est aussi toi, moi, et tous les baptisés. S'il est arrivé des erreurs, ou si des "chrétiens" ont rejeté le Christ souffrant, à nous de l'accueuillir en nos frères. Au moins, tes souffrances t'auront permis de connaître un peu plus celles de nos frères que Dieu aime, et qui sont en proie à des tourments pareil aux tiens autrefois. Tu peux les approcher de plus près, ce sera une façon pour Jésus d'être proche d'eux. Et rassures-moi: tu vas à l'Eglise pour être en communion avec le Christ et avec les chrétiens de tous temps et de tous lieux (y compris nous) ou simplement pour faire plaisir à ton curé de paroisse? Smile

Ensuite, si tu cherches un sens à tes souffrances, je dirais, vu la façon dont tu décris ce vécu, comme un purgatoire sur terre. Cette détresse à l'extrême, ce sentiment de vide, était peut-être en vue d'une purification.
Ou bien, tout simplement, pour que tu te rapproche un peu plus de Jésus par ces souffrances. Ce vide qui te donnes envie de crier "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonnée?", cette souffrance qui te pénètre dans tout l'être, abandonnée même par tes frères, en qui tu avais confiance, car devenue un sujet de scandale pour eux, cette soif au moment le plus pénible du calvaire... J'éspères que tu ne m'en voudra pas d'appeler cela de la grâce, car le Seigneur élève les humbles, et comme le disais si bien Mère Thérèsa, il ne peut remplir que ce qui est vide.

En tout cas, j'ai l'impression de remarquer une chose, c'est que Dieu pour toi à été un point d'ancrage dans la "Haute Mer". Combien de personnes vont perdre la foi dès que la tempête se lève! Et toi, tu as su malgré tout tenir bon, bien ancrée au navire, et tu as traversé l'océan en furie. Par ta confiance en Dieu, tu as réussi à Garder le cap, et à naviguer vers la terre promise! C'est le genre d'exploit qui ferais dire: "ta foi t'a sauvée."

Bon, Vais dormir I don't want that , demain la messe. J'espère que tu restera fidèle à l'Eglise malgré tout. T'es pas la première qui s'en éloigne car fatiguée des "bienpensants"; sauf que lorsque viendra une personne en détresse se tournera vers Dieu et ira chercher de l'aide vers ces "bienpensants", si tu n'es pas là pour l'accueuillir, et qu'elle se fait "jeter" comme toi-même auparavant, ben elle s'en ira encore plus seule et la faute sera autant sur eux que sur toi.
Remarque, j'aime bien faire des sermons Smile mais rien ne dit que je n'aurais pas pris mes distances moi aussi. Les gens ont tedance à être facilement intimidés, et s'il se trouve que la skisophrénie est une maladie qui fait peur à voir, alors évidemment, les plus faibles et les moins affermis prendront les jambes à leurs cous. Pas très chrétien, mais tout bassement humain. Rien ne dit qu'ils n'ont pas prié pour toi dans le secret, même s'il n'ont pas pris la peine de t'encourager dans ton calvaire.

Et puis, sans plante verte, on n'aurait pas d'oxygène. Tout ce dont elles ont besoin, c'est de lumière, de chaleur et d'eau vive; et même, il y en a qui donnent des fleurs... fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ils ne valent pas plus qu'une plante verte   Dim 23 Jan 2011, 13:03

Bien cher Raphaël,
Je viens de lire ton petit sermon plein de tendresse ...et de poésie.
Merci I love you
Là, je m'absente pour la journée, je te répondrai plus longuement dès que possible.
Très bon dimanche!
Nanou flower
Revenir en haut Aller en bas
 
Ils ne valent pas plus qu'une plante verte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ils ne valent pas plus qu'une plante verte
» Chenille parasitant une plante verte
» Se sceller dans une plante.
» Quel engrais pour mes plantes vertes?
» Mes plantes et moi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: