DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 17:02

Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 17:29

Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

Question pas façile; une personne que je connais a un problème de conscience avec cela. Lui et sa femme ont utilisé la méthode naturelle dès le début de leur mariage mais n'ont pas eu à faire très attention car lorsqu'ils ont voulu des enfants, ce fût très difficile et ils ont eu recours à l'insémination artificiel après consultation avec un prêtre qui leur a dit que probablement que l'Église changerait sa position sur ce point concret de l'insémination artificiel. Ils ont eu ainsi 2 enfants. Par la suite, sans faire attention, un troisième enfant est venu et a été accueilli avec bonheur.
Par contre, depuis le troisième, la dame ne veut plus prendre de chance car ils commencent à être avancé en âge (mi-quarantaine) et le dernier accouchement a eu son lot de difficulté (elle a failli en mourir). Elle voudrait que son mari se fasse vasectomiser. Lui refuse cette solution ainsi que d'autres moyens de contraceptions car cela lui cause des problèmes de conscience car contraire à la doctrine de l'Église. Elle, ne veut plus utiliser la méthode naturelle, ce qui cause certaines tensions dans le couple. Il n'est pas façile de trouver la réponse juste pour conseiller dans un cas semblable. Saint Paul parle d'abstinence dans un couple, mais seulement pour un moment, et non pas comme un voeux de chasteté.
Je n'ai pas encore trouvé de réponse juste à leur apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 17:47

Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?
Salut,

personnellement,
1° je considère la chasteté totale, l'abstinence périodique bien calculée, et l'utilisation du préservatif, dans le couple, comme étant un peu la même chose.

et que
2° l'union doit se concrétiser par un enfant, et l'enfant non prévu acclamé (et c'est là que l'on voit si le couple est ouvert ou non à la vie !)

mais que
3° comme la pilule qui joue sur les hormones donc le corps, elle doit vraiment être évitée
Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:07

Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

Très bonne question. D'abord, il est important de faire la distinction entre les méthodes naturelles, dont l'objet n'est pas la ''contraception naturelle'' mais bien l'espacement des naissances, et la contraception qui est «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation».


Citation :

EXHORTATION APOSTOLIQUE FAMILIARIS CONSORTIO

C'est en partant de la «vision intégrale de l'homme et de sa vocation, non seulement naturelle et terrestre, mais aussi surnaturelle et éternelle»(87), que Paul VI a affirmé que la doctrine de l'Eglise «est fondée sur le lien indissoluble, que Dieu a voulu et que l'homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l'acte conjugal: union et procréation»(88). Et il a conclu en réaffirmant qu'il y a lieu d'exclure, comme intrinsèquement mauvaise, «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation»(89).

Lorsque les époux, en recourant à la contraception, séparent ces deux significations que le Dieu créateur a inscrites dans l'être de l'homme et de la femme comme dans le dynamisme de leur communion sexuelle, ils se comportent en «arbitres» du dessein de Dieu; ils «manipulent» et avilissent la sexualité humaine et, avec elle, leur propre personne et celle du conjoint en altérant la valeur de leur donation «totale». Ainsi, au langage qui exprime naturellement la donation réciproque et totale des époux, la contraception oppose un langage objectivement contradictoire, selon lequel il ne s'agit plus de se donner totalement à l'autre; il en découle non seulement le refus positif de l'ouverture à la vie, mais aussi une falsification de la vérité intérieure de l'amour conjugal, appelé à être un don de la personne tout entière.

En revanche lorsque les époux, en observant le recours à des périodes infécondes, respectent le lien indissoluble entre les aspects d'union et de procréation de la sexualité humaine, ils se comportent comme des «ministres» du dessein de Dieu et ils usent de la sexualité en «usufruitiers», selon le dynamisme originel de la donation «totale», sans manipulations ni altérations(90).

A la lumière de l'expérience de tant de couples et des données des diverses sciences humaines, la réflexion théologique peut saisir - et elle est appelée à l'approfondir - la différence anthropologique et en même temps morale existant entre la contraception et le recours aux rythmes périodiques: il s'agit d'une différence beaucoup plus importante et plus profonde qu'on ne le pense habituellement et qui, en dernière analyse, implique deux conceptions de la personne et de la sexualité humaine irréductibles l'une à l'autre. Le choix des rythmes naturels comporte l'acceptation du temps de la personne, ici du cycle féminin, et aussi l'acceptation du dialogue, du respect réciproque, de la responsabilité commune, de la maîtrise de soi. Accueillir le temps et le dialogue signifie reconnaître le caractère à la fois spirituel et corporel de la communion conjugale, et également vivre l'amour personnel dans son exigence de fidélité. Dans ce contexte, le couple expérimente le fait que la communion conjugale est enrichie par les valeurs de tendresse et d'affectivité qui constituent la nature profonde de la sexualité humaine, jusque dans sa dimension physique. Ainsi, la sexualité est respectée et promue dans sa dimension vraiment et pleinement humaine, mais n'est jamais «utilisée» comme un «objet» qui, dissolvant l'unité personnelle de l'âme et du corps, atteint la création de Dieu dans les liens les plus intimes unissant nature et personne.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:21

Je trouve ces réponses très bonnes.

Voila mon petit apport:

Pour la "methode naturelle",par rapport à un préservatif,elle a déjà ceci pour elle que la semence de l'homme demeure dans la femme au lieu de partir à la poubelle ou ailleurs.

Pour ce qui est de la pilule ou du stérilet,ne sont-ce pas des mini-avortements ? N'y a-t-il pas déjà le risque de fécondation de l'oeuf à certains moments ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 11833
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:23

En tout selon ta conscience. Bien faire et laisser dire.
Et de tt façons c'est pas les prêtres qui élèvent les enfants...

Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:30

Enlui a écrit:
Je trouve ces réponses très bonnes.

Voila mon petit apport:

Pour la "methode naturelle",par rapport à un préservatif,elle a déjà ceci pour elle que la semence de l'homme demeure dans la femme au lieu de partir à la poubelle ou ailleurs.
Pour ce qui est de la pilule ou du stérilet,ne sont-ce pas des mini-avortements ? N'y a-t-il pas déjà le risque de fécondation de l'oeuf à certains moments ?

Je ne comprends pas l'importance que la semence demeure dans la femme et de toute façon ce n'est pas tout à fait exacte.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:33

adamev a écrit:
En tout selon ta conscience. Bien faire et laisser dire.
Et de tt façons c'est pas les prêtres qui élèvent les enfants...


La conscience doit être formé; personne ne naît avec une conscience formé alors "bien faire" n'est pas aussi simple que de le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5786
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:37

Pour résoudre ce problème, nous avons deux textes du Magistère qui pourront nous aider:

de Pie XI, l'Encyclique Casti Connubii:

http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_31121930_casti-connubii_fr.html

Ainsi que le discours aux sages-femmes de Pie XII du 21 oct. 1951:

http://www.fsspx.org/fr/la-foi-enseignement/mariage/les-lois-des-rapports-conjugaux-allocution-de-ss-pie-xii-aux-sages-femmes-automaticaly-imported/
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 18:55

Rex Tremendae a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

Très bonne question. D'abord, il est important de faire la distinction entre les méthodes naturelles, dont l'objet n'est pas la ''contraception naturelle'' mais bien l'espacement des naissances, et la contraception qui est «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation».

J'entends bien.
Je tiens à préciser (ceux qui me connaissent s'en doutent) que je ne cherche pas à défendre la pilule en la comparant à la méthode naturelle, mais à l'inverse je m'interroge sur la légitimité des méthodes naturelles en les mettant en parallèle avec des méthodes déjà condamnées.

Pour en revenir à ce que vous dites, le caractère seulement régulateur des naissances, "d'espacement", ne me paraît pas pertinent pour distinguer décisivement la pilule ou le préservatif de la méthode naturelle, parce que ni la pilule ni le préservatif ne sont des moyens définitifs de contraception : il suffit normalement de ne plus les employer pour laisser la voie libre à la vie, de la même manière qu'il suffit normalement (sauf difficultés, dont on a eu un témoignage plus haut) d'arrêter la méthode naturelle pour ouvrir à la vie.

Donc, lorsque vous dites que la contraception est «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son
déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles,
se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la
procréation
», la méthode naturelle me paraît correspondre tout à fait à la définition : le but est, à un moment donné, de ne pratiquer le rapport sexuel que s'il est sans risque d'enfant.
Ce qui distingue la méthode naturelle des méthodes artificielle, c'est bien sûr une certaine obéissance aux fonctions naturelles : s'abstenir quand il y a fertilité au lieu de supprimer artificiellement cette fertilité.
Mais le but poursuivi, lui, est le même : se fermer (même seulement temporairement) à la vie tout en gardant une activité sexuelle "optimale".

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 19:04

Citation :
A la lumière de l'expérience de tant de couples et des données des
diverses sciences humaines, la réflexion théologique peut saisir - et
elle est appelée à l'approfondir - la différence anthropologique et en
même temps morale existant entre la contraception et le recours aux
rythmes périodiques: il s'agit d'une différence beaucoup plus importante
et plus profonde qu'on ne le pense habituellement et qui, en dernière
analyse, implique deux conceptions de la personne et de la sexualité
humaine irréductibles l'une à l'autre. Le choix des rythmes naturels
comporte l'acceptation du temps de la personne, ici du cycle féminin, et
aussi l'acceptation du dialogue, du respect réciproque, de la
responsabilité commune, de la maîtrise de soi.
Accueillir le temps et le
dialogue signifie reconnaître le caractère à la fois spirituel et
corporel de la communion conjugale, et également vivre l'amour personnel
dans son exigence de fidélité. Dans ce contexte, le couple expérimente
le fait que la communion conjugale est enrichie par les valeurs de
tendresse et d'affectivité qui constituent la nature profonde de la
sexualité humaine, jusque dans sa dimension physique. Ainsi, la
sexualité est respectée et promue dans sa dimension vraiment et
pleinement humaine, mais n'est jamais «utilisée» comme un «objet» qui,
dissolvant l'unité personnelle de l'âme et du corps, atteint la création
de Dieu dans les liens les plus intimes unissant nature et personne.

Ce passage me semble très important. il met notamment au jour une chose éclairante : en fin de compte, la "méthode naturelle" doit, pour être vraiment légitime, n'être pas qu'une pratique, mais être vécue comme une véritable expérience spirituelle.
Si ce n'est pas le cas, elle risque de ressembler à d'autres moyens de contraception, en devenant non un moyen d'ouverture à l'autre, mais de fermeture à la vie (même provisoire), qui plus est hypocrite, parce que dénaturant le sens profond donné par ce texte.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 19:25

Philippe Fabry a écrit:
Rex Tremendae a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

Très bonne question. D'abord, il est important de faire la distinction entre les méthodes naturelles, dont l'objet n'est pas la ''contraception naturelle'' mais bien l'espacement des naissances, et la contraception qui est «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation».

J'entends bien.
Je tiens à préciser (ceux qui me connaissent s'en doutent) que je ne cherche pas à défendre la pilule en la comparant à la méthode naturelle, mais à l'inverse je m'interroge sur la légitimité des méthodes naturelles en les mettant en parallèle avec des méthodes déjà condamnées.

Pour en revenir à ce que vous dites, le caractère seulement régulateur des naissances, "d'espacement", ne me paraît pas pertinent pour distinguer décisivement la pilule ou le préservatif de la méthode naturelle, parce que ni la pilule ni le préservatif ne sont des moyens définitifs de contraception : il suffit normalement de ne plus les employer pour laisser la voie libre à la vie, de la même manière qu'il suffit normalement (sauf difficultés, dont on a eu un témoignage plus haut) d'arrêter la méthode naturelle pour ouvrir à la vie.

Donc, lorsque vous dites que la contraception est «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son
déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles,
se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la
procréation
», la méthode naturelle me paraît correspondre tout à fait à la définition : le but est, à un moment donné, de ne pratiquer le rapport sexuel que s'il est sans risque d'enfant.
Ce qui distingue la méthode naturelle des méthodes artificielle, c'est bien sûr une certaine obéissance aux fonctions naturelles : s'abstenir quand il y a fertilité au lieu de supprimer artificiellement cette fertilité.
Mais le but poursuivi, lui, est le même : se fermer (même seulement temporairement) à la vie tout en gardant une activité sexuelle "optimale".

Cher Phillippe, je vous renvoie au texte suivant pour nourrir la réfélexion.

Citation :


Humane Vitae

16. A cet enseignement de l'Eglise sur la morale conjugale, on objecte aujourd'hui, comme Nous l'observions plus haut (n. 3), que c'est la prérogative de l'intelligence humaine de maîtriser les énergies offertes par la nature irrationnelle et de les orienter vers un but conforme au bien de l'homme. Or, certains se demandent: dans le cas présent, n'est-il pas raisonnable, en bien des circonstances, de recourir au contrôle artificiel des naissances, si on obtient par là l'harmonie et la tranquillité du foyer et de meilleures conditions pour l'éducation des enfants déjà nés ?

A cette question, il faut répondre avec clarté l'Eglise est la première à louer et à recommander l'intervention de l'intelligence dans une œuvre qui associe de si près la créature raisonnable à son Créateur, mais elle affirme que cela doit se faire dans le respect de l'ordre établi par Dieu.

Si donc il existe, pour espacer les naissances, de sérieux motifs dus, soit aux conditions physiques ou psychologiques des conjoints, soit à des circonstances extérieures, l'Eglise enseigne qu'il est alors permis de tenir compte des rythmes naturels, inhérents aux fonctions de la génération, pour user du mariage dans les seules périodes infécondes et régler ainsi la natalité sans porter atteinte aux principes moraux que Nous venons de rappeler (20).

L'Eglise est conséquente avec elle-même quand elle estime licite le recours aux périodes infécondes, alors qu'elle condamne comme toujours illicite l'usage des moyens directement contraires à la fécondation, même inspiré par des raisons qui peuvent paraître honnêtes et sérieuses. En réalité, il existe entre les deux cas une différence essentielle: dans le premier cas, les conjoints usent légitimement d'une disposition naturelle; dans l'autre cas, ils empêchent le déroulement des processus naturels. Il est vrai que, dans l'un et l'autre cas, les conjoints s'accordent dans la volonté positive d'éviter l'enfant pour des raisons plausibles, en cherchant à avoir l'assurance qu'il ne viendra pas; mais il est vrai aussi que dans le premier cas seulement ils savent renoncer à l'usage du mariage dans les périodes fécondes quand, pour de justes motifs, la procréation n'est pas désirable, et en user dans les périodes agénésiques, comme manifestation d'affection et sauvegarde de mutuelle fidélité. Ce faisant, ils donnent la preuve d'un amour vraiment et intégralement honnête.

Graves conséquences des méthodes de régulation artificielle de la natalité

17. Les hommes droits pourront encore mieux se convaincre du bien-fondé de la doctrine de l'Eglise en ce domaine, s'ils veulent bien réfléchir aux conséquences des méthodes de régulation artificielle de la natalité.

Qu'ils considèrent d'abord quelle voie large et facile ils ouvriraient ainsi à l'infidélité conjugale et à l'abaissement général de la moralité. Il n'est pas besoin de beaucoup d'expérience pour connaître la faiblesse humaine et pour comprendre que les hommes - les jeunes, en particulier, si vulnérables sur ce point - ont besoin d'encouragement à être fidèles à la loi morale, et qu'il ne faut pas leur offrir quelque moyen facile pour en éluder l'observance. On peut craindre aussi que l'homme en s'habituant à l'usage des pratiques anticonceptionnelles, ne finisse par perdre le respect de la femme et, sans plus se soucier de l'équilibre physique et psychologique de celle-ci, n'en vienne à la considérer comme un simple instrument de jouissance égoïste, et non plus comme sa compagne respectée et aimée.

Qu'on réfléchisse aussi à l'arme dangereuse que l'on viendrait à mettre ainsi aux mains d'autorités publiques peu soucieuses des exigences morales. Qui pourra reprocher à un gouvernement d'appliquer à la solution des problèmes de la collectivité ce qui serait reconnu permis aux conjoints pour la solution d'un problème familial ? Qui empêchera les gouvernants de favoriser et même d'imposer à leurs peuples, s'ils le jugeaient nécessaire, la méthode de contraception estimée par eux la plus efficace ? Et ainsi les hommes, en voulant éviter les difficultés individuelles, familiales ou sociales que l'on rencontre dans l'observation de la loi divine, en arriveraient à laisser à la merci de l'intervention des autorités publiques le secteur le plus personnel et le plus réservé de l'intimité conjugale.

Si donc on ne veut pas abandonner à l'arbitraire des hommes la mission d'engendrer la vie, il faut nécessairement reconnaître des limites infranchissables au pouvoir de l'homme sur son corps et sur ses fonctions; limites que nul homme, qu'il soit simple particulier ou revêtu d'autorité, n'a le droit d'enfreindre. Et ces limites ne peuvent être déterminées que par le respect qui est dû à l'intégrité de l'organisme humain et de ses fonctions, selon les principes rappelés ci-dessus et selon la juste intelligence du " principe de totalité " exposé par Notre prédécesseur Pie XII (21).
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 19:29

Rex Tremendae a écrit:

Cher Phillippe, je vous renvoie au texte suivant pour nourrir la réfélexion.

Citation :

En réalité, il existe entre les deux cas une différence essentielle: dans le premier cas, les conjoints usent légitimement d'une disposition naturelle; dans l'autre cas, ils empêchent le déroulement des processus naturels. Il est vrai que, dans l'un et l'autre cas, les conjoints s'accordent dans la volonté positive d'éviter l'enfant pour des raisons plausibles, en cherchant à avoir l'assurance qu'il ne viendra pas; mais il est vrai aussi que dans le premier cas seulement ils savent renoncer à l'usage du mariage dans les périodes fécondes quand, pour de justes motifs, la procréation n'est pas désirable, et en user dans les périodes agénésiques, comme manifestation d'affection et sauvegarde de mutuelle fidélité. Ce faisant, ils donnent la preuve d'un amour vraiment et intégralement honnête.

Merci.

En même temps, j'ai un peu honte de n'être pas directement allé lire Humanae Vitae pour répondre à mes questions. Embarassed

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
christianK



Masculin Messages : 941
Inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 20:56

Philippe Fabry a écrit:
Voilà, je réfléchissais tantôt à l'idée de contraception naturelle, celle jugée légitime par l'Eglise (faire gaffe aux cycles, sans recours à des substances (pilule) ou accessoires (préservatifs)).

Si j'ai bien compris, au sein du couple, les moyens de contraception "artificiels" sont rejetés parce que fermant à la vie, qui est un des buts de l'union des époux.

Ce que je ne comprends pas, c'est en quoi le fait de "faire attention" en suivant les cycles naturels est mieux sur ce point précis. Je comprends la supériorité qu'il peut y avoir dans le respect de l'ordre naturel institué par Dieu (les cycles de fécondité) mais il me semble que persiste l'idée de se fermer à la vie, puisque le point central reste la recherche du rapport sexuel sans risque de grossesse.

Or si le but est le même (ne pas risquer la grossesse) la seule supériorité de la méthode naturelle, qui lui vaut son autorisation par l'Eglise, est-elle précisément qu'elle est naturelle ? Mais dans ce cas, faut-il considérer comme légitime la fermeture à la vie au prétexte qu'elle suit un moyen "naturel" ?

Alors quid ?

C'est subtil mais le but n'est pas le même (et c'est peut être ca qu'on a dans l'idée d'espacement): l'union à tel moment n`a pas pour but d'utiliser les fonctions CONTRE une naissance, puisque ce sont ces fonctions elles-mêmes qui sont moins aptes à une naissance à ce moment. Le but subjectif se soumet au but objectif. En fait ce n'est PAS sur la période inféconde qu'il faut porter attention, mais sur la période féconde: la méthode naturelle consiste essentiellement à S'abstenir dans les périodes fécondes, et cela fait une différence morale: la différence saute aux yeux entre une abstention et un acte avec contraceptifs.
C'est vrai que l'abstention se ferme à la vie. Mais aucun couple n'est obligé à poser des actes , si certaines raisons les déconseille. Cette abstention est donc légitime.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 21:01

Philippe Fabry a écrit:
Citation :
A la lumière de l'expérience de tant de couples et des données des
diverses sciences humaines, la réflexion théologique peut saisir - et
elle est appelée à l'approfondir - la différence anthropologique et en
même temps morale existant entre la contraception et le recours aux
rythmes périodiques: il s'agit d'une différence beaucoup plus importante
et plus profonde qu'on ne le pense habituellement et qui, en dernière
analyse, implique deux conceptions de la personne et de la sexualité
humaine irréductibles l'une à l'autre. Le choix des rythmes naturels
comporte l'acceptation du temps de la personne, ici du cycle féminin, et
aussi l'acceptation du dialogue, du respect réciproque, de la
responsabilité commune, de la maîtrise de soi.
Accueillir le temps et le
dialogue signifie reconnaître le caractère à la fois spirituel et
corporel de la communion conjugale, et également vivre l'amour personnel
dans son exigence de fidélité. Dans ce contexte, le couple expérimente
le fait que la communion conjugale est enrichie par les valeurs de
tendresse et d'affectivité qui constituent la nature profonde de la
sexualité humaine, jusque dans sa dimension physique. Ainsi, la
sexualité est respectée et promue dans sa dimension vraiment et
pleinement humaine, mais n'est jamais «utilisée» comme un «objet» qui,
dissolvant l'unité personnelle de l'âme et du corps, atteint la création
de Dieu dans les liens les plus intimes unissant nature et personne.

Ce passage me semble très important. il met notamment au jour une chose éclairante : en fin de compte, la "méthode naturelle" doit, pour être vraiment légitime, n'être pas qu'une pratique, mais être vécue comme une véritable expérience spirituelle.
Si ce n'est pas le cas, elle risque de ressembler à d'autres moyens de contraception, en devenant non un moyen d'ouverture à l'autre, mais de fermeture à la vie (même provisoire), qui plus est hypocrite, parce que dénaturant le sens profond donné par ce texte.

Oui mais je crois qu'il est important de se questionner sur ce que l'on entends par "ouverture à la vie".

Rex Tremendae semble mettre l'accent sur l'espacement des naissances lorsqu'il parle des méthodes naturelles. Mais dans ce cas, combien d'enfant devons-nous avoir ? et je nous invite à faire une introspection avant de répondre sur le nombre d'enfant que nous avons nous-même et les raisons. À une époque au Québec, la plupart des familles avaient 10 enfants et plus mais il s'agissait plus d'une pression sociale imposée par une position dominante du clergé que par une décision libre et responsable des parents.

Je pense pour ma part qu'il est possible pour un couple chrétien lorsque la famille est établie de ne plus désirer avoir d'enfant mais que l'ouverture à la vie dans le cadre des méthodes naturelles signifie plutôt que le couple doit rester ouvert à la volonté divine si une fécondation survenait.
Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 21:42

giacomorocca a écrit:


Oui mais je crois qu'il est important de se questionner sur ce que l'on entends par "ouverture à la vie".

Rex Tremendae semble mettre l'accent sur l'espacement des naissances lorsqu'il parle des méthodes naturelles. Mais dans ce cas, combien d'enfant devons-nous avoir ? et je nous invite à faire une introspection avant de répondre sur le nombre d'enfant que nous avons nous-même et les raisons. À une époque au Québec, la plupart des familles avaient 10 enfants et plus mais il s'agissait plus d'une pression sociale imposée par une position dominante du clergé que par une décision libre et responsable des parents.

Je pense pour ma part qu'il est possible pour un couple chrétien lorsque la famille est établie de ne plus désirer avoir d'enfant mais que l'ouverture à la vie dans le cadre des méthodes naturelles signifie plutôt que le couple doit rester ouvert à la volonté divine si une fécondation survenait.

Les méthodes naturelles, comme je l'ai indiqué plus haut, ne sont pas des méthodes contraceptives , mais bel et bien, comme l'Église l'enseigne, un moyen pour espacer les naissances. Autrement dit, user des méthodes naturelles avec une intention contraceptive est désordonné (il faut demeurer conscient du fait que l'acte sexuel reste ouver à la vie).

Je suis d'accord avec vous que chaque couple doit évaluer les circonstances dans lesquelles la décision d'espacer les naissances s'effectue. Il ne s'agit pas d'une question de nombre. Par exemple, un couple qui a déjà plusieurs enfants peut être justifié d'utiliser les méthodes naturelles avec plus de rigueur pour concentrer leur effort et leur ressource à éduquer leurs enfants.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 21:50

Je ne veux pas jouer seulement à l'avocat du diable, mais un autre problème existe au niveau des relations sexuelles pour une femme; le désir sexuel de même que le plaisir est plus grand pour une femme en période d'ovulation que vers la fin du cycle ou une sécheresse s'est installée. Les méthodes naturelles exigent de la part de la femme un plus grand sacrifice qui n'est pas contraire à la vie chrétienne mais que l'on ne peu pas nier non plus.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Jeu 06 Jan 2011, 22:07

Rex Tremendae a écrit:
giacomorocca a écrit:


Oui mais je crois qu'il est important de se questionner sur ce que l'on entends par "ouverture à la vie".

Rex Tremendae semble mettre l'accent sur l'espacement des naissances lorsqu'il parle des méthodes naturelles. Mais dans ce cas, combien d'enfant devons-nous avoir ? et je nous invite à faire une introspection avant de répondre sur le nombre d'enfant que nous avons nous-même et les raisons. À une époque au Québec, la plupart des familles avaient 10 enfants et plus mais il s'agissait plus d'une pression sociale imposée par une position dominante du clergé que par une décision libre et responsable des parents.

Je pense pour ma part qu'il est possible pour un couple chrétien lorsque la famille est établie de ne plus désirer avoir d'enfant mais que l'ouverture à la vie dans le cadre des méthodes naturelles signifie plutôt que le couple doit rester ouvert à la volonté divine si une fécondation survenait.

Les méthodes naturelles, comme je l'ai indiqué plus haut, ne sont pas des méthodes contraceptives , mais bel et bien, comme l'Église l'enseigne, un moyen pour espacer les naissances. Autrement dit, user des méthodes naturelles avec une intention contraceptive est désordonné (il faut demeurer conscient du fait que l'acte sexuel reste ouver à la vie).

Je suis d'accord avec vous que chaque couple doit évaluer les circonstances dans lesquelles la décision d'espacer les naissances s'effectue. Il ne s'agit pas d'une question de nombre. Par exemple, un couple qui a déjà plusieurs enfants peut être justifié d'utiliser les méthodes naturelles avec plus de rigueur pour concentrer leur effort et leur ressource à éduquer leurs enfants.

Alors ma question demeure: est-il possible pour un couple chrétien d'espacer indéfinément les naissances ?

Je lis dans votre réponse qu'il ne s'agit ici que des enfants:
espacer les naissances
acte sexuel reste ouvert à la vie
éduquer leurs enfants

Je me demande ou est l'autre dimension du couple, l'union et l'importance qu'a la relation sexuel dans cette dimension importante de l'union du couple. L'église à une époque a mis l'accent uniquement sur la reproduction lorsqu'il traitait de l'acte sexuel et avait tendance à avoir un regard puritain sur la sexualité, presque désincarné; je crois que les deux dimensions sont intimement liées et inséparables. C'est dans l'union du couple lorsque la famille est établie que l'ouverture à la vie prends une autre signification: le couple doit rester ouvert à la volonté divine si une fécondation survenait.
Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 00:49

Bonsoir,

Il me semble que l'Amour spirituel est étroitement lié à l'Amour physique, c'est en tout cas ce que je ressens. J'ai réellement envie physiquement de mon mari uniquement lorsque je ressens au tréfonds de moi-même son Amour spirituel.

J'ai l'impression que ça n'a rien à voir avec une quelconque monté d'hormone, de testostérone ou je ne sais quoi d'autres de physiologique. Que nous passions ensuite à l'acte avec préservatif ou pas, ne change rien à la pureté de l'intention et je n'ai aucun sentiment de culpabilité par rapport à ce que l'église considère comme un péché.

Voilà ce que je voulais dire pour mon premier message.

Tania

Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 01:29

Tania a écrit:
Bonsoir,

Il me semble que l'Amour spirituel est étroitement lié à l'Amour physique, c'est en tout cas ce que je ressens. J'ai réellement envie physiquement de mon mari uniquement lorsque je ressens au tréfonds de moi-même son Amour spirituel.

J'ai l'impression que ça n'a rien à voir avec une quelconque monté d'hormone, de testostérone ou je ne sais quoi d'autres de physiologique. Que nous passions ensuite à l'acte avec préservatif ou pas, ne change rien à la pureté de l'intention et je n'ai aucun sentiment de culpabilité par rapport à ce que l'église considère comme un péché.

Voilà ce que je voulais dire pour mon premier message.

Tania


Bonsoir Tania et bienvenue sur ce forum.

Pour nous catholiques, l'amour conjugal a plusieurs dimensions.


C'est avant tout un amour pleinement humain, c'est-à-dire à la fois sensible et spirituel. Ce n'est donc pas un simple transport d'instinct et de sentiment, mais aussi et surtout un acte de la volonté libre, destiné à se maintenir et à grandir à travers les joies et les douleurs de la vie quotidienne, de sorte que les époux deviennent un seul cœur et une seule âme et atteignent ensemble leur perfection humaine.

C'est ensuite un amour total, c'est-à-dire une forme toute spéciale d'amitié personnelle, par laquelle les époux partagent généreusement toutes choses, sans réserves indues ni calculs égoïstes. Qui aime vraiment son conjoint ne l'aime pas seulement pour ce qu'il reçoit de lui, mais pour lui-même, heureux de pouvoir l'enrichir du don de soi.

C'est encore un amour fidèle et exclusif jusqu'à la mort. C'est bien ainsi, en effet, que le conçoivent l'époux et l'épouse le jour où ils assument librement et en pleine conscience l'engagement du lien matrimonial. Fidélité qui peut parfois être difficile, mais qui est toujours possible et toujours noble et méritoire, nul ne peut le nier. L'exemple de tant d'époux à travers les siècles prouve non seulement qu'elle est conforme à la nature du mariage, mais encore qu'elle est source de bonheur profond et durable.

C'est enfin un amour fécond, qui ne s'épuise pas dans la communion entre époux, mais qui est destiné à se continuer en suscitant de nouvelles vies.

Pour nous, toutes ces dimensions sont présentes dans l'acte conjugal. On ne peut les dissocier sans porter atteinte aux lois inscrites dans l'être même de l'homme et de la femme.


Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 10:16

Rex Tremendae a écrit:
Tania a écrit:
Bonsoir,

Il me semble que l'Amour spirituel est étroitement lié à l'Amour physique, c'est en tout cas ce que je ressens. J'ai réellement envie physiquement de mon mari uniquement lorsque je ressens au tréfonds de moi-même son Amour spirituel.

J'ai l'impression que ça n'a rien à voir avec une quelconque monté d'hormone, de testostérone ou je ne sais quoi d'autres de physiologique. Que nous passions ensuite à l'acte avec préservatif ou pas, ne change rien à la pureté de l'intention et je n'ai aucun sentiment de culpabilité par rapport à ce que l'église considère comme un péché.

Voilà ce que je voulais dire pour mon premier message.

Tania


Bonsoir Tania et bienvenue sur ce forum.

Merci Rex Smile

Rex Tremendae a écrit:


Pour nous catholiques, l'amour conjugal a plusieurs dimensions... ...Pour nous, toutes ces dimensions sont présentes dans l'acte conjugal. On ne peut les dissocier sans porter atteinte aux lois inscrites dans l'être même de l'homme et de la femme.


Oui, probablement sur terre, mais qu'en sera-t-il au ciel? Les anges ont-ils un sexe? Je suppose que ce que l'on fait ici ne sera pas ce qu'on fera là haut...

Ensuite, il s'agit de définir avec plus de clarté quelles sont les lois inscrites dans l'être même de l'homme. Je suis d'avis que ces lois sont définies par notre propre conscience.
Vous êtes-vous posé la question des dérives d'un comportement sexuel à la fois conforme à la religion et socialement irresponsable? Mon père est issu d'une famille de 19 enfants dont 8 sont décédés. Les onzes restant ont eu un mal fou pour survivre. N'êtes-vous pas scandalisé par la vue de tous ces enfants Africains qui meurent de faim et qui n'ont jamais demandé à personne de venir en ce monde?

Tout mettre en oeuvre pour le bonheur de deux ou trois enfants ne vous parait-il pas un acte spirituel supérieur à la procréation en chaîne au détriment de l'avenir de chaque enfant? N'est-ce pas l'intention qui compte et non l'acte?

Tania
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 10:38

Tania a écrit:
(...)Vous êtes-vous posé la question des dérives d'un comportement sexuel à la fois conforme à la religion et socialement irresponsable? (...) Tout mettre en oeuvre pour le bonheur de deux ou trois enfants ne vous parait-il pas un acte spirituel supérieur à la procréation en chaîne au détriment de l'avenir de chaque enfant? N'est-ce pas l'intention qui compte et non l'acte?

Tania
Et bien oui, préservatif alors.

Mais c'est pas du Jésus qui dit que les oiseaux "ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit.",
c'est du nilamitp.

Pourquoi le préservatif ?
parce que ne touchant pas au corps, mais n'étant pas infaillible,
c'est le meilleur contraceptif pour les couples,
et c'est aussi la meilleure protection pour les fornicateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 10:55

nilamitp a écrit:
Tania a écrit:
(...)Vous êtes-vous posé la question des dérives d'un comportement sexuel à la fois conforme à la religion et socialement irresponsable? (...) Tout mettre en oeuvre pour le bonheur de deux ou trois enfants ne vous parait-il pas un acte spirituel supérieur à la procréation en chaîne au détriment de l'avenir de chaque enfant? N'est-ce pas l'intention qui compte et non l'acte?

Tania
Et bien oui, préservatif alors.

Mais c'est pas du Jésus qui dit que les oiseaux "ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit.",
c'est du nilamitp..

Je ne comprends pas. Je ne vois pas le parallèle avec les petits Africains...

nilamitp a écrit:

Pourquoi le préservatif ?
parce que ne touchant pas au corps, mais n'étant pas infaillible,
c'est le meilleur contraceptif pour les couples,
et c'est aussi la meilleure protection pour les fornicateurs.

Probablement que oui. Car, pour en revenir au sujet, si le rapport doit être calculé c'est qu'il a un fondement purement physique. Le désir ne devrait être stimulé que par l'Amour spirituel. Alors, concernant les fameuses lois de Rex, seule notre conscience peut correctement nous diriger...

Faut-il se considérer "hors de la bergerie"? Smile

Tania
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 11:09

Je comprend le "problème" du préservatif, et pourquoi l'Eglise, surtout romaine, refuse d'en parler.

Pour le monde, le préservatif c'est le symbole de l'hédonisme,
la légitimation totale de ce que l'on devrait encore appeler la "fornication",
et le refus de voir les conséquences que cela a.

Cependant, et c'est là le problème, notre monde n'est PAS CHASTE, et il me semble que le préservatif a de très grandes qualités en matière de :
- anti-dommage collatéraux pour la fornication
- maîtrise de la fécondité (surtout que, et c'était l'objet du débat initié par Philippe, la différence entre capote et continence périodique est vraiment hypocrite vis-à-vis de l'accueil de la vie, pour un couple marié avec enfants...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 11:10

Tania a écrit:
Je ne comprends pas. Je ne vois pas le parallèle avec les petits Africains...
Je vois bien.

Jésus dit que le Ciel nous nourrit.
Nilamitp dit que la terre nous nourrit pas toujours.

C'est la différence entre Dieu et un pragmatique.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6297
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 12:16

Je vais peut être vous choquer mais ces débats autour de la sexualité pour importants qu'ils sont ne doivent pas devenir centraux.

Pendant des siècles, le catholicisme s'est assez bien débrouillé avec la chose sexuelle.

Les protestants et leur puritanisme n'ont-il pas fichu par terre un bel équilibre ?

Concurence puritaine entre l'Eglise et le monde protestant, voilà peut être une erreur pastorale dont on ne parle jamais.

Ce n'est pas parce qu'un catholique met un préservatif qu'il révèle qu'il n'est pas prédestiné.

En la matière le catholique doit reconnaitre qu'il pèche, le regretter et être rendu humble par ce péché qu'il est trés difficile de réprimer.

Mais faire tourner sa relation à Dieu autour de la sexualité comme certain protestants, non merci.



Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 12:42

4 ou 5 jours d'abstinence de relation sexuelle, sur 30 jours, font grandir le corps et l'âme....jusqu'à donner la vie.

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 12:47

Rex Tremendae a écrit:
Tania a écrit:
Bonsoir,

Il me semble que l'Amour spirituel est étroitement lié à l'Amour physique, c'est en tout cas ce que je ressens. J'ai réellement envie physiquement de mon mari uniquement lorsque je ressens au tréfonds de moi-même son Amour spirituel.

J'ai l'impression que ça n'a rien à voir avec une quelconque monté d'hormone, de testostérone ou je ne sais quoi d'autres de physiologique. Que nous passions ensuite à l'acte avec préservatif ou pas, ne change rien à la pureté de l'intention et je n'ai aucun sentiment de culpabilité par rapport à ce que l'église considère comme un péché.

Voilà ce que je voulais dire pour mon premier message.

Tania


Bonsoir Tania et bienvenue sur ce forum.

Pour nous catholiques, l'amour conjugal a plusieurs dimensions.


Bonjour Tania,
J'au quelques difficultés avec la façon dont Rex Tremendae a commenté votre première réponse en disant "pour nous catholique", comme si il y avait 2 classes; nous les catholiques qui vivent parfaitement bien le christianisme et les autres qui seraient des gens de seconde classe qui n'ont pas encore tout compris. Vous n'êtes certainement pas hors de la bergerie à moins de le déclarer tel; vous êtes tout simplement en cheminement comme moi je le suis et comme tous le monde.

D'autant plus que l'amour conjugale est une institution naturelle et donc que la base est la même pour tout le monde. Vous n'avez qu'à regarder les musulmans faire des enfants pour comprendre qu'ils n'ont aucun problème sur l'amour fécond. Et ce n'est pas une question de religion non plus. L'être humain est naturellement ouvert à l'autre, à la fidélité, à la fécondation.

La réflexion de l'Eglise ne fait que reprendre la loi naturelle et cherche à démontrer que certains comportements vont à l'encontre de cette loi naturelle pour diverses raisons: édonisme, orgueil, idolâtrie de l'état qui se met au dessus de l'individu (je pense à la Chine qui impose des règles dans la fécondation), etc.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 12:51

Arc-en-Ciel a écrit:
4 ou 5 jours d'abstinence de relation sexuelle, sur 30 jours, font grandir le corps et l'âme....jusqu'à donner la vie.

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!

Si c'était si simple; le cycle n'est certainement pas de trente jours pour tous et est souvent irrégulier. De plus, 4 ou 5 jours d'abstinence me semble jouer avec le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 12:57

giacomorocca a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
4 ou 5 jours d'abstinence de relation sexuelle, sur 30 jours, font grandir le corps et l'âme....jusqu'à donner la vie.

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!

Si c'était si simple; le cycle n'est certainement pas de trente jours pour tous et est souvent irrégulier. De plus, 4 ou 5 jours d'abstinence me semble jouer avec le feu.
Je reconnais là, le raisonnement bien masculin. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 13:14

Arc-en-Ciel a écrit:

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!

Remarque d'autant plus pertinente que, semble-t-il, la pilule a un effet néfaste sur la libido d'un nombre non négligeable d'utilisatrices.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 13:24

Arc-en-Ciel a écrit:
giacomorocca a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
4 ou 5 jours d'abstinence de relation sexuelle, sur 30 jours, font grandir le corps et l'âme....jusqu'à donner la vie.

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!

Si c'était si simple; le cycle n'est certainement pas de trente jours pour tous et est souvent irrégulier. De plus, 4 ou 5 jours d'abstinence me semble jouer avec le feu.
Je reconnais là, le raisonnement bien masculin. ;)

C'est bizarre, je pensais avoir un raisonnement plutôt féminin en disant cela; à moins que vous pensez que je cherche à faire l'apologie de la pilule. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 13:26

Philippe Fabry a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête.
Remarque d'autant plus pertinente que, semble-t-il, la pilule a un effet néfaste sur la libido d'un nombre non négligeable d'utilisatrices.
C'est ce qu'elle vient de dire.
Laughing


Dernière édition par nilamitp le Ven 07 Jan 2011, 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 13:30

SJA a écrit:
Ce n'est pas parce qu'un catholique met un préservatif qu'il révèle qu'il n'est pas prédestiné.
qu'est-ce qui est prédestiné dans cette phrase ?

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 13:47

Arc-en-Ciel a écrit:
4 ou 5 jours d'abstinence de relation sexuelle, sur 30 jours, font grandir le corps et l'âme....jusqu'à donner la vie.
Question Serait-ce à dire, chère Arc-en-ciel, qu'il est normal, voire naturel, d'avoir des relations sexuelles journalières?

Si nous n'avons aucun rapport avec mon mari pendant 2 semaines nous n'avons pas l'impression d'avoir fait abstinence de quoi que ce soit.
Je répète, pour moi, pour qu'il y ait rapport il faut qu'il y ait d'abord joie, sinon, pas de rapport. La joie et l'équilibre psychologique ne sont pas des états d'âme qui se maîtrisent ou qui se commandent.

Arc-en-Ciel a écrit:

En prenant la pillule, ne vous étonnez messieurs, que vos femmes auront souvent des maux de tête. lol!

Toute relation saine passe d'abord par le respect de l'autre. Je ne me suis jamais sentie obligée d'avoir mal à la tête. Maintenant, est-ce que mon mari pratique "une hygiène sexuelle" en solitaire? Je n'en sais rien. Tout ce que je sais c'est qu'il y a harmonie. Si l'harmonie spirituelle est au prix d'une "hygiène sexuelle" cachée, je ne vois là aucun péché, bien au contraire!

Nilamitp a raison, il faut en finir avec le conformisme hypocrite. Je répète que pour moi c'est l'intention et la qualité de l'âme qui importe. Ceci dit, on peut comprendre la position de l'église qui ne s'adresse pas forcément qu'à des âmes matûres. Un enfant (spirituel) doit savoir où se situent ses limites. Mais l'église devrait savoir s'adresser également aux adultes (spirituels)...

Tania


Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 14:29

nilamitp a écrit:


personnellement,
1° je considère la chasteté totale, l'abstinence périodique bien calculée, et l'utilisation du préservatif, dans le couple, comme étant un peu la même chose.
Cher Nilamipt, Ce n'est pas la même chose. Dans un cas, vous forcez la nature humaine dans un domaine SACRE (où Dieu intervient) et qui est la sexualité humaine.

Dans l'autre cas, vous usez d'un moyen VOULU DE DIEU puisque c'est lui, Dieu, qui a créé ce cyvckle naturel de la fécondité.


Là où, parfois, c'est la même chose, c'est que l'intention peut être VRAIMENT mauvaise dan,s les deux cas, à savoir une intention CONTRACEPTIVE, prête à aller jusqu'à l'avortement en cas d'échec.

Cher Philippe, ce qui est essentiel, c'est l'ESPRIT qui doit accompagner la méthode naturelle : l'enfant, même s'il vient par accident, n'est PAS UN RISQUE. C'est une joie. A partir du moment où cet esprit chrétien et naturel est là, la méthode naturelle prend toute sa dimension.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
giacomorocca



Masculin Messages : 1298
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 14:47

Arnaud Dumouch a écrit:
nilamitp a écrit:


personnellement,
1° je considère la chasteté totale, l'abstinence périodique bien calculée, et l'utilisation du préservatif, dans le couple, comme étant un peu la même chose.
Cher Nilamipt, Ce n'est pas la même chose. Dans un cas, vous forcez la nature humaine dans un domaine SACRE (où Dieu intervient) et qui est la sexualité humaine.

Dans l'autre cas, vous usez d'un moyen VOULU DE DIEU puisque c'est lui, Dieu, qui a créé ce cyvckle naturel de la fécondité.


Là où, parfois, c'est la même chose, c'est que l'intention peut être VRAIMENT mauvaise dan,s les deux cas, à savoir une intention CONTRACEPTIVE, prête à aller jusqu'à l'avortement en cas d'échec.

Cher Philippe, ce qui est essentiel, c'est l'ESPRIT qui doit accompagner la méthode naturelle : l'enfant, même s'il vient par accident, n'est PAS UN RISQUE. C'est une joie. A partir du moment où cet esprit chrétien et naturel est là, la méthode naturelle prend toute sa dimension.
Cela peut également être perçu dans un premier temps comme une souffrance et une épreuve dépendamment de la situation du couple; mais avec l'aide de la grâce, cela peut véritablement se transformer en joie profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 14:58

Arnaud Dumouch a écrit:
...
Là où, parfois, c'est la même chose, c'est que l'intention peut être VRAIMENT mauvaise dan,s les deux cas, à savoir une intention CONTRACEPTIVE, prête à aller jusqu'à l'avortement en cas d'échec.

Il faut peut-être un peu nuancer: L'intention contraceptive n'est pas forcément mauvaise si l'acte sexuel est un acte de joie et la contraception ne va pas forcément jusqu'à l'avortement en cas d'échec. C'est une question de conscience personnelle, il peut y avoir une base, mais il ne peut y avoir une règle absolue qui résolve entièrement le problème du rapport sexuel.

Arnaud Dumouch a écrit:
...Cher Philippe, ce qui est essentiel, c'est l'ESPRIT qui doit accompagner la méthode naturelle : l'enfant, même s'il vient par accident, n'est PAS UN RISQUE. C'est une joie. A partir du moment où cet esprit chrétien et naturel est là, la méthode naturelle prend toute sa dimension.

Je pense que l'esprit doit accompagner toutes les méthodes en général. Je ne vois pas où est la différence entre la méthode naturelle et le préservatif si l'acte se limite à être un plaisir exclusivement physique.

Tania
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 15:09

Arnaud Dumouch a écrit:
nilamitp a écrit:
personnellement,
1° je considère la chasteté totale, l'abstinence périodique bien calculée, et l'utilisation du préservatif, dans le couple, comme étant un peu la même chose.
Cher Nilamipt, Ce n'est pas la même chose. Dans un cas, vous forcez la nature humaine dans un domaine SACRE (où Dieu intervient) et qui est la sexualité humaine.

Dans l'autre cas, vous usez d'un moyen VOULU DE DIEU puisque c'est lui, Dieu, qui a créé ce cyvckle naturel de la fécondité.
Cher M. Dumouch,
OK je veux bien, le préservatif n'est pas "naturel" même s'il est en latex naturel
Very Happy

mais dans le fond, nous n'en sommes vraiment pas à ces subtilités.

En vérité, c'est que votre dogmatisme dans la Loi, vous fait mettre sur le même plan, le préservatif avec le reste, sous prétexte de l'enchaînement suivant :

préservatif > fornication > maladies et grossesses non désirées > avortement

Or si vous prenez le problème par l'autre bout, non du côté du pharisien, mais du publicain, on voit bien que le préservatif BEAUCOUP MIEUX que tout le reste : pilule, stérilet, stérilisation, pilule du lendemain, du surlendemain, pilule abortive etc...
et il peut les remplacer en tout.

AUCUNE implication physiologique sur le corps, AUCUN phénomène abortif.

S'il touche à un domaine SACRE il y touche de manière spirituelle et non corporelle ;

et même si l'un et l'autre sont liés, et qu'avec JÉSUS c'est "oui? oui ; non? non"

c'est quand même pas PAREIL d'avoir eu à l'occasion un regard fuyant vers une jolie dame que d'être allé régulièrement payer les faveurs de filles de mauvaises vies.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 15:15

Et la preuve M. Dumouch,

vous vous êtes vous aussi enfoncé dans vos contradiction, en venant à soutenir qu'on pouvait DÉTRUIRE de manière collatérale des embryons, si c'était pour de la procréation médicalement assistée donc dans un but d'ouverture à la vie.

Et après, vous combattez le préservatif !

"oui? oui ; non? non" jusqu'à ce sa craque dans la pratique,

le raisonnement, pas le préservatif Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 15:33

Tania a écrit:
[

Je pense que l'esprit doit accompagner toutes les méthodes en général. Je ne vois pas où est la différence entre la méthode naturelle et le préservatif si l'acte se limite à être un plaisir exclusivement physique.

Tania

Cher Tania, Le rapport entre l'esprit (qui est essentiel) et le préservatif ou la méthode naturelle est le même rapport qu'entre le moine et l'habit.

Il est certain que l'habit n,e fait pas le moine et que ce qui fait un moine, c'est son esprit.

Cependant, habillez un moine d'un jean crasseux et d'un pull-over à colle roulé rouge, vous verrez son comportement se déliter.

Il en est de même de la contraception artificielle. On est prêt à user de tous les moyens (y compris une pilule fort probablement cancérigène pour la femme). Il est évident que, dans ce moyen, si un enfant arrive tout dfe même, la voie la plus directe sera l'avortement.

Il n'y a pas de respect de la nature et de la santé de sa femme (dans le cas de la pilule)?. Comment voulez vous qu'il y ait respect de l'enfant conçu ?

Au contraire, dans la méthode naturelle, il y a un effort mutuel à faire : 15 jours de chasteté au bas mot par mois. Cet effort de respect de la nature est une voie qui induit un respect de l'enfant s'il est conçu par accident.

Je ne dis pas que le mécanisme que j'indique là est valable à 100 %. Mais il est fréquemment valable.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 16:11

Arnaud Dumouch a écrit:
Tania a écrit:
[

Je pense que l'esprit doit accompagner toutes les méthodes en général. Je ne vois pas où est la différence entre la méthode naturelle et le préservatif si l'acte se limite à être un plaisir exclusivement physique.

Tania

Cher Tania, Le rapport entre l'esprit (qui est essentiel) et le préservatif ou la méthode naturelle est le même rapport qu'entre le moine et l'habit.

Il est certain que l'habit n,e fait pas le moine et que ce qui fait un moine, c'est son esprit.

Cependant, habillez un moine d'un jean crasseux et d'un pull-over à colle roulé rouge, vous verrez son comportement se déliter.

Vous raisonnez de cette manière parce que vous partez du principe absolu que la contraception c'est mal et que c'est un péché. J'ai connu des pasteurs mariés qui menaient une vie spirituelle exemplaire. Ce n'est qu'une question de croyance. Ceci dit, je ne suis pas vraiment pour la pillule, je préfère les contraceptions plus naturelles.

Arnaud Dumouch a écrit:
Il n'y a pas de respect de la nature et de la santé de sa femme (dans le cas de la pilule)?. Comment voulez vous qu'il y ait respect de l'enfant conçu ?

C'est pourtant possible. C'est votre croyance qui ne vous permet pas de le comprendre.

Arnaud Dumouch a écrit:
au contraire, dans la méthode naturelle, il y a un effort mutuel à faire : 15 jours de chasteté au bas mot par mois. Cet effort de respect de la nature est une voie qui induit un respect de l'enfant s'il est conçu par accident.

Je ne dis pas que le mécanisme que j'indique là est valable à 100 %. Mais il est fréquemment valable.

ça reste à prouver, 15 jours de chasteté par mois indique une maîtrise du corps par l'esprit, mais ça n'a selon moi rien à voir avec le respect d'un futur enfant.

Mais quelque part je vous rejoins un peu. Une âme capable d'être chaste pendant 15 jours a plus de chance de démontrer une grandeur d'âme que celle qui en est incapable, mais ce n'est pas une vérité absolue. La qualité de la libido est très différente d'une personne à l'autre et les efforts peuvent être conséquents pour certains et infimes pour d'autres.

Pas évident tout ça... Confused A la finalité c'est entre nous et notre conscience que ça se joue.

Tania

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 16:19

Tania a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
(...)
Vous raisonnez de cette manière parce que vous partez du principe absolu que la contraception c'est mal et que c'est un péché.
La contraception est un péché.


Dernière édition par nilamitp le Ven 07 Jan 2011, 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 16:20

[quote]
Tania a écrit:


C'est pourtant possible. C'est votre croyance qui ne vous permet pas de le comprendre.

Absolument. C'est pourquoi j'ai comme vous une pensée nuancée.

D'où ce que j'écris :

Arnaud Dumouch a écrit:


Je ne dis pas que le mécanisme que j'indique là est valable à 100 %. Mais il est fréquemment valable.



Citation :
Pas évident tout ça... Confused A la finalité c'est entre nous et notre conscience que ça se joue.

Tania

L'appel de l'Eglise reste simple. Elle invite les chrétiens et les hommes de bonne volonté à respecter l'ordre naturel de la sexualité qui est lié :
1° A un amour spirituel et fidèle d'un homme et d'une femme.
2° A une expression de leur amour, qui s'exprime aussi et au dessus de cela par une vie commune harmonieuse.
2° A la possibilité de la joie de voir une vie se présenter.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 16:54

nilamitp a écrit:
Tania a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
(...)
Vous raisonnez de cette manière parce que vous partez du principe absolu que la contraception c'est mal et que c'est un péché.
La contraception est un péché.

C'est une opinion, pas une vérité absolue. Ses avantages sociaux sont prouvés, alors que le pseudo désavantage spirituel est loin d'être évident.

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 17:08

Tania a écrit:
nilamitp a écrit:
Tania a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
(...)
Vous raisonnez de cette manière parce que vous partez du principe absolu que la contraception c'est mal et que c'est un péché.
La contraception est un péché.

C'est une opinion, pas une vérité absolue. Ses avantages sociaux sont prouvés, alors que le pseudo désavantage spirituel est loin d'être évident.

Pour être précis : Le refus absolu de lm'enfant dans le couple est un péché grave, qui dénature la finalité du couple et l'une des deux finalités de la sexualité.

Ceci dit, il peut y avoir aussi bien dans la contraception artificielle que dans la méthode naturelle des gens qui ont cette intention et des gens qui sont ouvert à la vie si elle arrive.

Cependant, il faut être clair : le respect de la nature conduit plutôt au respect de la vie si elle se présente.
Le fait d'écraser la nature par un moyen artificiel conduit plutôt au refus de la vie (avortement) si elle se présente.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 17:29

Arnaud Dumouch a écrit:

Cependant, il faut être clair : le respect de la nature conduit plutôt au respect de la vie si elle se présente.
Le fait d'écraser la nature par un moyen artificiel conduit plutôt au refus de la vie (avortement) si elle se présente.

Alors à quel degré pèche le couple fermement décidé à accueillir la vie si elle se présente mais employant un contraceptif artificiel par facilité ?

Les textes cités par Rex Tremendae, en particulier l'extrait d'Humanae Vitae, ne semblent pas réduire la question à l'ouverture ou à la fermeture à la vie, qui n'est qu'un critère parmi d'autres (si j'ai bien compris). Il semble y avoir en soi, et non par rapport à ce problème d'ouverture, un problème avec la contraception artificielle.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 17:42

[quote]
Philippe Fabry a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:

Cependant, il faut être clair : le respect de la nature conduit plutôt au respect de la vie si elle se présente.
Le fait d'écraser la nature par un moyen artificiel conduit plutôt au refus de la vie (avortement) si elle se présente.

Alors à quel degré pèche le couple fermement décidé à accueillir la vie si elle se présente mais employant un contraceptif artificiel par facilité ?
Ca peut être un péché véniel si on a VRAIMENT l'intention qui plait à Dieu (amour fidèle, acceptation de l'enfant). MAIS ATTENTION : le MOYEN en soi, n'est pas anodin (voir ci-dessous).

Le DÉSORDRE que la pilule ou le préservatif apportent EN SOI est double :
- 1° Le fait d'avoir des actes sexuels dès que l'envie est là abîme souvent une sexualité durable. En effet, je connais beaucoup de jeunes couples qui, après un ou deux ans, n'ont plus du tout de sexualité !!! Ils l'ont usée ! Ils n'en ont plus envie !!!

- 2° Par rapport à l'enfant qui arrive par accident. Mais j'en ai déjà parlé.

Encore un point :

Il y a cependant un gros problème avec la pilule (qui fait penser que, souvent, on est près au péché mortel pour son confort) : Il faut être FOU pour choisir un tel moyen à une époque où on fait des tas d'histoires pour les ondes radios cancérigènes.


Citation :

Les textes cités par Rex Tremendae, en particulier l'extrait d'Humanae Vitae, ne semblent pas réduire la question à l'ouverture ou à la fermeture à la vie, qui n'est qu'un critère parmi d'autres (si j'ai bien compris). Il semble y avoir en soi, et non par rapport à ce problème d'ouverture, un problème avec la contraception artificielle.

La contraception artificielle est EN SOI un désordre par rapport au plan de Dieu sur la sexualité. Mais un désordre MATERIEL n'en est un vrai (péché mortel) que s'il est porté
- Soit par l'INTENTION de faire de l'enfant un risque et un malheur.
- Soit par l'intention de jouir du sexe pour le sexe.




_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 17:52

Philippe Fabry a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:

Cependant, il faut être clair : le respect de la nature conduit plutôt au respect de la vie si elle se présente.
Le fait d'écraser la nature par un moyen artificiel conduit plutôt au refus de la vie (avortement) si elle se présente.

Alors à quel degré pèche le couple fermement décidé à accueillir la vie si elle se présente mais employant un contraceptif artificiel par facilité ?

Les textes cités par Rex Tremendae, en particulier l'extrait d'Humanae Vitae, ne semblent pas réduire la question à l'ouverture ou à la fermeture à la vie, qui n'est qu'un critère parmi d'autres (si j'ai bien compris). Il semble y avoir en soi, et non par rapport à ce problème d'ouverture, un problème avec la contraception artificielle.

C'est ici qu'il faut comprendre que l'utilisation des contraceptifs artificiels est un acte qui est toujours ''intrinsèquement désordonné'' par son objet. Dans ce cas, même l'intention de rester ouvert à la vie tout en utilisant des contraceptifs est un péché.

Citation :


Veritatis Splendor

Si les actes sont intrinsèquement mauvais, une intention bonne ou des circonstances particulières peuvent en atténuer la malice, mais ne peuvent pas la supprimer. Ce sont des actes « irrémédiablement » mauvais ; par eux-mêmes et en eux-mêmes, ils ne peuvent être ordonnés à Dieu et au bien de la personne : « Quant aux actes qui sont par eux-mêmes des péchés (cum iam opera ipsa peccata sunt) — écrit saint Augustin —, comme le vol, la fornication, les blasphèmes, ou d'autres actes semblables, qui oserait affirmer que, accomplis pour de bonnes raisons (causis bonis), ils ne seraient pas des péchés ou, conclusion encore plus absurde, qu'ils seraient des péchés justifiés ? » .

De ce fait, les circonstances ou les intentions ne pourront jamais transformer un acte intrinsèquement malhonnête de par son objet en un acte « subjectivement » honnête ou défendable comme choix.

Donc, si les actes sont intrinsèquement mauvais (comme dans l'exemple donné) , une intention bonne ou des circonstances particulières peuvent en atténuer la malice, mais ne peuvent pas la supprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle   Ven 07 Jan 2011, 17:53

Arnaud Dumouch a écrit:

Citation :

Les textes cités par Rex Tremendae, en particulier l'extrait d'Humanae Vitae, ne semblent pas réduire la question à l'ouverture ou à la fermeture à la vie, qui n'est qu'un critère parmi d'autres (si j'ai bien compris). Il semble y avoir en soi, et non par rapport à ce problème d'ouverture, un problème avec la contraception artificielle.

La contraception artificielle est EN SOI un désordre par rapport au plan de Dieu sur la sexualité. Mais un désordre MATERIEL n'en est un vrai (péché mortel) que s'il est porté
- Soit par l'INTENTION de faire de l'enfant un risque et un malheur.
- Soit par l'intention de jouir du sexe pour le sexe.

J'avoue avoir du mal à trouver un espace pour une troisième intention. scratch

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Petite question (polémique ?) sur la contraception naturelle
» La Bible est une polémique, pas un message de paix universel
» La Corée du Sud ravive la polémique sur le clonage
» Colloque sur le "bien-être" animal & polémique
» La Loi Carle sur l'enseignement privé fait polémique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: