DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Délinquance : la justice en accusation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Délinquance : la justice en accusation   Sam 04 Déc 2010, 11:34

Par Jean-Marc Leclerc
Citation :


Le palais de justice de Saint-Gaudens.
Analysant les statistiques de la Chancellerie, un député UMP dénonce un système de moins en moins efficace.


Combien de malfaiteurs ont été réellement sanctionnés par des tribunaux depuis 2002? Combien de personnes condamnées à un an de prison ferme ont-elles été effectivement placées sous écrou? En clair, la justice prend-elle comme il faut le relais de l'action policière? Depuis le début de l'année, Éric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes et rapporteur de la loi d'orientation pour la sécurité, bientôt débattue à l'Assemblée, a posé des dizaines de questions écrites à l'ancienne garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, afin de réaliser son propre audit du système pénal. Au cœur de cette analyse, la «réponse pénale», correspondant au nombre de malfaiteurs poursuivis devant les tribunaux ou faisant l'objet de mesures alternatives (rappel à la loi, travaux d'intérêt général…).

«Failles et incohérences»
Des 136 réponses qu'il a obtenues, et dont il livre la primeur au Figaro, il déduit que «la réponse pénale a connu une amélioration en trompe l'œil», pointant du doigt de multiples «failles» et «incohérences». Ce député, souvent reçu à l'Élysée, appelle de ses vœux «une grande loi d'orientation pour la justice» (voir interview ci-dessous), convaincu, dit-il, que «ce chantier sera une priorité pour le vainqueur de la prochaine présidentielle». Voici sur quoi il fonde son diagnostic.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

Première surprise: alors que la Chancellerie annonce crânement avoir fait grimper le taux de réponse pénale depuis 2002 de «68% à 87%», l'on découvre que seules ont augmenté les réponses dites alternatives, comme les rappels à la loi, fort peu contraignants, ou les tentatives de réparation, de conciliation et autres rendez-vous dans les maisons de justice. Le taux d'affaires réellement poursuivies devant les tribunaux a même baissé depuis huit ans, passant de 46% en 2002 à 45% en 2009. Éric Ciotti constate d'autres évolutions surprenantes: le nombre de jugements correctionnels a, par exemple, baissé de 15% entre 2002 et 2009, le nombre de mises en examen de 13% et les mandats de dépôts de 16%. «Dans le même temps, le taux de comparution immédiate est passé de 10% à 8%», révèle-t-il. «C'est bien simple, s'exclame Bruno Beschizza, l'ancien patron du syndicat Synergie-Officiers aujourd'hui conseiller régional en Seine-Saint-Denis, un glissement sémantique s'est opéré: là où la justice parle de réponse pénale accrue, il s'agit en fait d'une augmentation des substituts aux sanctions, qui sont autant d'outils imaginés pour masquer la pénurie judiciaire.»

Un grand préfet résume d'un trait le problème: «Les policiers ont trop souvent le sentiment de ne pas être suivis par certains magistrats.» À l'entendre, les gains de productivité de la police, ces dernières années, ont été totalement absorbés par «un système qui n'ose pas assez sanctionner, en tout cas, pas au sens où l'entendent les victimes». Un procureur général nuance pourtant le propos: «La justice a simplement changé d'approche, dit ce haut magistrat, elle condamne certes moins par le biais des comparutions classiques, mais ceux qu'elle renvoie devant les tribunaux sont des cas plus sérieux, sanctionnés plus lourdement.»

Le député Éric Ciotti en convient. Mais il constate que «pour les petites affaires, celles dont l'auteur encourt moins de deux ans de prison, la consigne est de privilégier le placement alternatif, bref la solution molle. Quel message adresse-t-on alors au délinquant?», interroge-t-il. D'autant que la sanction prononcée n'est pas toujours exécutée. Dans les documents que lui a aimablement transmis la Chancellerie, le nombre de peines non exécutées, qui s'accumulent au fil des ans, figure à l'unité près: «82 153», selon une étude de l'Inspection des services judiciaires. Les rédacteurs de ce document, se voulant rassurants, indiquent, sans rougir, que «75% de ces peines environ devraient faire l'objet d'un aménagement».

Sylvie Feucher, la secrétaire générale du syndicat des commissaires, le déplore pour sa part: «Aujourd'hui, dit-elle, la sanction n'intervient qu'au bout d'une longue chaîne de récidive, surtout pour les mineurs, alors qu'il faudrait une réponse immédiate et ferme.» Dans Le Nouvel Observateur, le mois dernier, le socialiste François Rebsamen ne disait pas autre chose: «Pour être efficace, déclarait le maire de Dijon, il faut que la sanction tombe au premier acte de délinquance, qu'elle soit immédiate, proportionnée aux faits et surtout qu'elle soit appliquée!» Le nouveau garde des Sceaux, Michel Mercier, a du pain sur la planche.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Délinquance : la justice en accusation   Mar 07 Déc 2010, 02:44

bah oui y peuvent pas arrêter moitié de la population et leurs coller des amendes pour un excés de vitesse de 2kmH ou les accuser de délinquance et les juger comme de grands criminels, et en me^me temps s'occuper des proxénètes des mafioso de tout poils !

donc un flic au radar un juge pour arrêter les dangereux assassins du 45kmh en excès ça rapporte plus d'argent a l'état que de ce risquer une balle aa courir ou juger les vrais malfrats !

donc on encombre les palais de justices (quel escroquerie ce nom c'est des palaces de la loi voir du légalisme idiot) avec des gens qui allaient au boulot et a qui ont supprime le permis (plus de 150 000 cette année, merci le chômage) et on laisse courir ceux qui eux après un braquage ce contre fiche des excès de vitesse parce qu'ils ont de fausses plaques !
mais faut pas dire tout cela, seul truc même les flics en on marre de ce petit jeu d'idiot !
comme ci on ne voyez pas ce qui ce fait !! ils doivent croire qu'on les croit ? ou que l'on habite pas en France ou dans les villes ; c'est comme la poste qui n'avance plus a rien coute un prix fou pour une enveloppe mais se paye une campagne de com et croit que l'on gobe le baratin d'auto satisfaction !!

mais y a rien a dire tout est verrouiller alors chacun devient passif en attendant que ça casse ; la misère c'est que quand ça casse c'est pas doux !

mais allons z'enfants de la patte rie
le joug des loirs est arrivée
entre nous et la tire a Annie
l'étang d'art, cent gland est lové !

et ainsi de suite ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Délinquance : la justice en accusation   Mar 07 Déc 2010, 15:12

Crise de l'autorité car crise de la masculinité et donc crise de l'obéissance?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Délinquance : la justice en accusation   Mer 08 Déc 2010, 18:59

La justice n'a pas les moyens d'enfermer tout le monde. C'est impossible.

La délinquence d'aujourd'hui est la fille de "Il est interdit d'interdire".

Ils ont voulu un monde sans valeur, le voilà.

Et ce qui se plaignent de la délinquence ne pensent qu'a eux aussi, parce qu'ils ont peur, mais ne pense pas au mal qui est fait.

La violence des déllinquents d'un côté, la violence des possèdants de l'autre. Le droits au bonheur partout. La charité nulle part.

Revenir en haut Aller en bas
 
Délinquance : la justice en accusation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Melchisedeck, le roi de justice
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» le billet de L'équipe de Sos Justice et Droits de l'Homme
» Saint Amédée de Savoie et commentaire du jour "Le soleil de justice : la nouvelle Loi dans le Temple"
» la justice devient folle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: