DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Alain Juppé, un poids lourd pour les armées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Alain Juppé, un poids lourd pour les armées   Lun 15 Nov 2010 - 12:54

Alain Juppé, un poids lourd pour les armées Jean Guisnel, Le Point.fr dimanche 14 novembre 2010,
Avec la nomination d'Alain Juppé au poste de ministre de la défense, Nicolas Sarkozy retrouve une tradition gaullienne : celle consistant à nommer à ce poste exposé et prestigieux des hommes politiques de premier plan. Ceux qui furent, sous la Ve république, ministre de la Défense et Premier ministre n'étaient que deux jusque-là ; deux piliers du gaullisme : Pierre Messmer qui, de 1960 à 1969, occupa ce poste avant de s'installer à Matignon de 1972 à 1974, et Michel Debré, son successeur à l'hôtel de Brienne de 1969 à 1973, après avoir été Premier ministre.

Avec ce remaniement, Alain Juppé, locataire de Matignon de 1995 à 1997, occupe le second rang protocolaire du gouvernement, et avec cela, le nouveau ministre de la Défense gagne neuf places, devient ministre d'Etat et guérira le petit complexe qu'avaient nourri les militaires avec son prédécesseur Hervé Morin sur ce point. Ministre poids-lourd, le maire de Bordeaux devra surtout faire comme tous les autres : montrer qu'il est capable de défendre... son budget ! C'est à ce tournant-là qu'il est attendu, tout comme il devra asseoir son autorité - dans les jours et les semaines qui viennent - sur des chefs militaires qui n'aiment rien tant que faire comprendre à leurs ministres qu'ils ne prennent leurs ordres qu'à l'Elysée.
Le nouveau titulaire de la Défense devra également gérer des dossiers industriels complexes, la situation afghane, les questions relatives à l'Europe de la défense et à l'OTAN. Tout en sachant que c'est à l'Elysée que les décisions sont prises par le chef des armées. Qui a choisi son nouveau ministre en toute connaissance de cause...

Désarmement nucléaire
Voici un an, Alain Juppé avait signé avec Michel Rocard, Alain Richard et le général Bernard Norlain, un appel au désarmement nucléaire, qu'on nomme également "l'option zéro". De la part d'anciens Premier ministre, il ne fallait pas s'attendre à un brûlot antinucléaire, et le texte est conforme pour l'essentiel à des propositions si bien connues aux États-Unis qu'elles ont été reprises par le président Barack Obama. S'agissant de la France où la dissuasion nucléaire est un dogme quasi-religieux, la proposition d'Alain Juppé a choqué.
Et pourtant ! Ceux qui lui contestent le droit de s'exprimer sur ce point ont en réalité quelque mal à percevoir que la dissuasion nucléaire mourra de sa belle mort si elle ne fait l'objet dans l'opinion publique d'aucun débat, ni d'aucune discussion sur ses fondements politiques et sa pertinence stratégique. Le message vaut autant pour des militaires devenus de chauds partisans de cette arme après l'avoir tant combattue, que pour une classe politique dont l'intelligence est calcifiée, sur ce sujet, depuis des décennies. Tous ceux-là verront dans l'arrivée d'Alain Juppé un problème ennuyeux, mais commettront une erreur d'analyse.

Lien transatlantique
Il est vrai qu'il a réfléchi sur cette question de l'arme nucléaire, et qu'il possède un avis. En 1995, il avait proposé sans succès à l'Allemagne de bénéficier du parapluie nucléaire français, ce qu'il appelait la "dissuasion concertée". Et dans ce même discours, il ajoutait : "Je crois qu'à l'heure où nous nous fixons comme objectif de parvenir à une politique de défense commune avec nos partenaires européens, dont la Grande-Bretagne, tout en parvenant à la rénovation du lien transatlantique, nous devons apprendre à introduire la dimension collective comme un facteur constitutif de notre doctrine."
Quinze ans plus tard, à l'heure où la France et le Royaume-Uni entrent dans une démarche de rapprochement nucléaire, constatons que ce n'était pas si mal vu... Il ajoutait alors : "On ne construit pas une politique de défense sur de bonnes intentions ou sur des émotions. Tant que d'autres pays posséderont des armes nucléaires, la France, bien évidemment, en conservera.
Cette position est inspirée par la prudence, la sagesse et l'expérience." L'an dernier avec Michel Rocard, il ne demandait pas l'abandon unilatéral de la bombe par la France, mais appelait à l'engagement d'un processus en constatant que "La pertinence stratégique de la dissuasion connaît des "angles morts" de plus en plus larges."
On notera aussi pour la petite histoire que dans le couple Juppé, ce n'est pas le ministre qui a fréquenté le plus longtemps l'hôtel de Brienne. Avant de devenir son épouse, Isabelle Legrand-Bodin a longtemps suivi les affaires de défense pour les quotidiens Le Matin de Paris, puis La Croix, et était accréditée au ministère. Elle pourra le lui faire visiter sans trop de difficultés...
URL de la source : http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/remanieme (...)

REMANIEMENT - Juppé, Bertrand, Ollier... tout le nouveau gouvernement Fillon Le Point.fr Reconduit à son poste, le Premier ministre va être entouré d'un nouveau gouvernement © Vincent Kessler /Reuters La composition du nouveau gouvernement Fillon a été dévoilée, dimanche soir, après de longues tractations entre Nicolas Sarkozy et le Premier ministre, reconduit à son poste dimanche matin. Le chef de l'État, qui avait annoncé sa volonté de remanier le gouvernement au lendemain des régionales, met ainsi un terme à huit mois d'intenses interrogations.

Le nouveau gouvernement :
- François Fillon, Premier ministre
- Alain Juppé, ministre d'Etat, ministre de la Défense et des Anciens combattants ;
- Michèle Alliot-Marie, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes ;
- Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement ;
- Michel Mercier, garde des sceaux, ministre de la Justice et des Libertés ;
- Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration ;
- Christine Lagarde, ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie ;
- Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé ;
- Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative ;
- François Baroin, ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat, porte-parole du gouvernement ;
- Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ;
- Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire ;
- Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication ;
- Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale ;
- Maurice Leroy, ministre de la Ville ;
- Chantal Jouanno, ministre des Sports ;
- Patrick Ollier, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;
- Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique ;
- Henri de Raincourt, ministre auprès de la ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération ;
- Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration, chargé des collectivités territoriales ;
- Laurent Wauquiez, ministre auprès de la ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes ;
- Nadine Morano, ministre auprès du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle.
- Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration, chargée de l'Outre-mer ;
- Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé du commerce extérieur ;
- Nora Berra, secrétaire d'Etat auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé ;
- Benoist Apparu, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé du logement ;
- Georges Tron, secrétaire d'Etat auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, chargé de la fonction publique ;
- Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale ;
- Thierry Mariani, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des transports et du Logement, chargé des transports ;
- Frédéric Lefèbvre, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, des Finances et de l'industrie, chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation ;
- Jeannette Bougrab, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alain Juppé, un poids lourd pour les armées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le blog d'Alain Juppé sur l'éducation
» Alain Juppé : "Mes Chemins pour l'école" - parution le 26 août 2015
» 2008 : Alain Juppé promet qu'il ne sera jamais ministre tant qu'il sera maire de Bordeaux
» permis poids lourd
» Alain Juppé et signes ostentatoires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: