DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Réforme des Retraites : un pays paralysé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 18 Oct 2010, 15:48

Objet : TR: AMENDEMENT N° 249 Rect. présenté par M. de Rugy, M. Yves Cochet, M. Mamère et Mme Poursinoff (le soviétique Strauss Kahn n'est pas loin !)


Objet : FW: TR: AMENDEMENT N° 249 - Rect. présenté par M. de Rugy, M. Yves Cochet,


Oyé Oyé ! une Réforme juste...

Ils se gardent bien d'en parler ! et pour cause : Par un vote du 3 septembre 2010, les députés ont rejeté à la quasi-unanimité l'amendement n°249 Rect. proposant d'aligner leur régime spécifique de retraite (dont bénéficient également les membres du gouvernement) sur le régime général des salariés.

Alors qu'ils n'ont de cesse d'expliquer l'importance de réformer rapidement un régime de retraite en déficit, les parlementaires refusent donc d'être soumis au régime de retraite de la majorité des Français.

C'est ce qu'ils appellent une réforme "juste" paraît-il !

Les Français ont le droit de savoir ...

Faire un copier/ coller sur le site ci-dessous.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/2770/277000249.asp
Revenir en haut Aller en bas
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 18 Oct 2010, 17:54

Cher Loup Ecossais,

Je n'aurais jamais cru à une pareille chose, cependant, on a vite percuté et on s'aperçoit que nous sommes trahi par nos élites, toutes nos élites, politiques......
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12220
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 18 Oct 2010, 18:23

Si je comprend bien l'esprit de ce post les "larbins" en question sont d'abord et avant tout les parlementaires de droite (majoritaires).

Parce que (et sous réserve de la vérification des votes) c'est plutôt à l'honneur de ceux de gauche - et à tout le moins des trois précités - d'avoir présenté un texte de justice sociale.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 18 Oct 2010, 22:15

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28468
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Un pays paralysé   Lun 18 Oct 2010, 23:24

Richard Martineau a écrit:

Un pays paralysé

Avez-vous vu ce qui se passe en France? Les émeutes, les incendies, les affrontements?

Tout ça parce que l'État veut faire passer l'âge de la retraite de 60 ans à... 62 ans!!!!

(Ce qui est tout à fait normal dans une société où il y a de plus en plus de vieux et de moins en moins de jeunes...)

Bordel!

Comment pouvez-vous changer quoi que ce soit quand la moindre petite réforme donne lieu à des débordements pareils ?

Quel pays sclérosé... Que dis-je? Fossilisé...

Personne ne veut remettre ses acquis en question... C'est la grève générale à la moindre promesse de changement...

Ici, l'âge de la retraite est à 65 ans, et personne n'est mort!

Pas étonnant qu'autant de Français quittent leur pays pour s'établir ici.

À côté de la France, le Québec est un modèle d'innovation et de flexibilité!

http://martineau.blogue.canoe.ca/2010/10/18/un_pays_paralyse
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 09:30

Simon1976 a écrit:
Richard Martineau a écrit:

Un pays paralysé

Avez-vous vu ce qui se passe en France? Les émeutes, les incendies, les affrontements?

Tout ça parce que l'État veut faire passer l'âge de la retraite de 60 ans à... 62 ans!!!!

(Ce qui est tout à fait normal dans une société où il y a de plus en plus de vieux et de moins en moins de jeunes...)

Bordel!

Comment pouvez-vous changer quoi que ce soit quand la moindre petite réforme donne lieu à des débordements pareils ?

Quel pays sclérosé... Que dis-je? Fossilisé...

Personne ne veut remettre ses acquis en question... C'est la grève générale à la moindre promesse de changement...

Ici, l'âge de la retraite est à 65 ans, et personne n'est mort!

Pas étonnant qu'autant de Français quittent leur pays pour s'établir ici.

À côté de la France, le Québec est un modèle d'innovation et de flexibilité!

http://martineau.blogue.canoe.ca/2010/10/18/un_pays_paralyse

Pour être très précis, c'est passage de l'âge autorisé de départ de 60 à 62 ans, et passage de l'âge de départ avec retraite à taux plein de 65 à 67 ans.

Et j'en ai effectivement marre de la sclérose de mon pays.

Cela dit, comparé à ce que j'ai connu depuis que je suis capable de comprendre quelque chose à l'actualité politique et économique, il me semble que les mentalités évoluent. Sarkozy arrive à faire des choses, certes encore insuffisantes, mais qui sortent peu à peu les esprits du socialisme.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 19:13

Le Medef en rêvait, Woerth l’a fait (en douce)Nous poursuivons avec cette deuxième édition quotidienne notre grève du zèle en soutien au mouvement pour les retraites et adressons un avertissement solennel au gouvernement : nous ne relâcherons pas les plumonautes tant qu’il n’aura pas retiré sa loi ! Voici plumedepresse-Nuit.Cette contre-réforme des retraites est décidément une réelle calamité : outre tous les aspects dénoncés ici à longueur de pages, il en est un que nous n’avions pas encore abordé : le sort fait à la médecine du travail. Du reste, presque personne n’en parle, mais il est plus que temps de combler ce trou noir médiatique. Parce que l’affaire est gravissime : « Bernard Salengro, médecin du travail et secrétaire national de la CFE-CGC, dénonce le retour en arrière de la médecine du travail sous l’impulsion du Medef, de la majorité et du ministre du travail, Eric Woerth », annonce l’introduction d’un chat sur le site du Monde, qui titre carrément : « On revient à la médecine du travail instituée par Pétain » ! L’article date du 16 septembre dernier déjà et qu’il n’ait pas fait davantage de bruit a de quoi désespérer. Les propos qui suivent, aussi alarmants soient-ils, ne sont pourtant pas ceux d’un crypto-gauchiste : pour ceux qui l’ignorent, les initiales CFE-CGC signifient Confédération française de l’encadrement – Confédération générale des cadres et c’est peu dire qu’il ne s’agit pas d’un repaire de bolchéviques ! Ça n’en donne que plus de poids aux dires de Bernard Salengro, secrétaire national de l’organisation et – ça tombe bien – médecin du travail. Que dit notre homme ? L’intégralité du chat est en ligne icimais nous avons sélectionné pour vous les extraits les plus significatifs. Accrochez-vous, c’est du lourd.Un internaute pose la première question suivante : « Pourquoi le fonctionnement de la médecine du travail a-t-il été amendé au milieu d’un texte sur la réforme des retraites ? En aviez-vous été informé ? » Réponse de Bernard Salengro : « Non. On nous avait annoncé une réforme, mais qui viendrait après la réforme des retraites, qui serait publique, annoncée. Alors qu’on a eu un amendement glissé en dernière minute, en catimini, comme si on avait honte de la zizanie qu’on faisait. L’amendement est essentiellement l’amendement 730, déposé par le gouvernement, qui transforme le service de santé au travail, qui était un service protecteur des salariés, en un service protecteur des entreprises. (…) c’est ce que les employeurs demandent depuis toujours. Reprenez les éditoriaux du Dr Georges Clemenceau, l’homme politique qui était médecin du travail, dans L’Aurore, en 1906. Il disait déjà, pour défendre la reconnaissance de la maladie du plomb : les médecins du travail sont considérés comme des gêneurs par les employeurs. Et il y a toujours eu la pression des salariés pour que les médecins du travail les protègent – c’est ce qui s’est passé en 1946 – et la pression des entreprises pour que les médecins du travail les aident à rentabiliser le système. La tentative du Medef sur les députés UMP et sur Eric Woerth, le ministre du Travail, a réussi, puisqu’ils présentent textuellement la demande du Medef qui avait été présentée il y a deux ans aux organisations syndicales et que toutes avaient refusée à l’unanimité. C’est aussi simple que de dire : on va organiser la lutte antidrogue en la confiant aux dealers. Ce n’est pas possible, ça ne marche pas. (…) Le système de médecine dans les usines existe depuis longtemps. C’était une médecine sous l’autorité de l’employeur, chargée d’optimiser le matériel humain par la sélection, par l’entretien. C’est la médecine du travail avec sélection génétique instituée par Pétain. A la Libération, on a repris les outils et les hommes en leur donnant un objectif opposé – cela a été voté à l’unanimité des députés : éviter toute altération de la santé du fait du travail. Avec cet amendement, on retourne vers le système de Pétain, car les médecins du travail avaient une indépendance garantie par la loi, protégés contre le licenciement par l’inspecteur du travail, et bénéficiant d’un agrément renouvelé tous les cinq ans par l’autorité des services déconcentrés du ministère. Tout cela saute au profit d’une mention indiquant que c’est sous l’autorité de l’employeur. On imagine que la direction du poulailler par le renard n’est pas une grande garantie… (…) Le fait qu’on en parle peu, c’est ce que voulait Eric Woerth en glissant cet amendement dans le grand brouhaha de la retraite. Heureusement, des syndicalistes et la CFE-CGC ont repéré cet amendement et ils ont tiré la sonnette d’alarme pour que petit à petit la population s’aperçoive de la rouerie qu’est ce cavalier législatif. Car c’est une loi cachée derrière une autre loi. C’est normalement illégal et anticonstitutionnel. Mais on n’est plus à ça près… » Enorme !Interrompons un instant le médecin syndicaliste pour souligner la fourberie du ministre, qui accomplit en douce, discrètement, le rêve du Medef de soumettre le travailleur au joug de l’employeur jusque dans le cabinet médical. Quand on pense que d’aucuns ont le toupet de prétendre que Woerth est honnête, malgré tous les mensonges qu’il a accumulés dans le bettencourtgate… Voici une nouvelle preuve de sa malhonnêteté foncière. Et au-delà de son cas personnel, de celle de l’UMP, qui gouverne au service du patronat et des privilégiés contre le peuple. Ensuite, lorsque Salengro se félicite de ce que « des syndicalistes et la CFE-CGC ont repéré cet amendement et ils ont tiré la sonnette d’alarme pour que petit à petit la population s’aperçoive de la rouerie qu’est ce cavalier législatif », on est tenté de lui demander : « et ça change quoi ? » Ce gouvernement fait ce qu’il veut, contre le monde entier et les Français en particulier, et tirer la sonnette d’alarme, qui tintinnabule faiblement dans un désert médiatique, s’avère en définitive bien dérisoire. Salengro en convient d’ailleurs lui-même dans la suite de l’entretien : « Les médecins du travail se mobilisent pour avertir les députés, les sénateurs et l’opinion publique. Mais au bout du compte, si la loi est votée, elle sera appliquée. C’est dire le danger de la situation actuelle. Car les médecins du travail feront ce que la loi dit. Ce n’est pas tellement un problème de médecins du travail, c’est surtout un problème du système de protection des salariés. Et c’est là où c’est dommage – mais c’est voulu – qu’ils n’aient pas conscience de ce qui se passe. » Dernière question du chat : « Peut-on craindre, dans un prochain avenir, une disparition totale de la médecine du travail ? » Réponse de Salengro : « Je crois qu’on peut le craindre, effectivement, et un habillage « Canada Dry » de santé au travail par des techniciens divers et variés à la solde des employeurs. L’important, quand quelqu’un a la fièvre, c’est de casser le thermomètre. Là, c’est ce qu’on fait. C’est dire l’importance de cet amendement et la gravité de cette manipulation que représente ce cavalier législatif, qui entraîne une perte de liberté et de protection des salariés. Et j’espère que les députés sauront interpeller le Conseil constitutionnel pour cette loi glissée derrière une autre loi, sans aucun rapport avec celle-ci, et pour un sujet aussi grave. » On peut toujours espérer… En attendant, voilà une raison de plus de s’opposer de toutes ses forces à cette contre-réforme qui apparaît comme une véritable forfaiture. Grève générale jusqu’au retrait total ! A demain dans la rue.http://www.plumedepresse.net/le-medef-en-revait-woerth-la-fait-en-douce-la-medecine-du-travail-passe-sous-lautorite-de-lemployeur-comme-sous-petain/#more-1322
Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 19:31

Philippe Fabry a écrit:

Cela dit, comparé à ce que j'ai connu depuis que je suis capable de comprendre quelque chose à l'actualité politique et économique, il me semble que les mentalités évoluent. Sarkozy arrive à faire des choses, certes encore insuffisantes, mais qui sortent peu à peu les esprits du socialisme.

C'est vrai.
Cependant, un peu comme Philippe Nemo, d'un point de vue politico-social j'ai longtemps été optimiste quand à l'avenir de notre pays. Mais aujourd'hui je suis pessimiste, je reconnais comme lui et par expérience que les carottes sont cuites et que le mal est fait. Il nous reste plus qu'à nous serrer les coudes, à être des serviteurs de la vérité et essayer d'éveiller les intelligences...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 19:47

Je vous conseil de regarder les deux émissions de c dans l'air de hier et d'aujourdhui sur le sujet :
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/

ou vous pouvez suvre ce sujet sur youtube:
http://www.youtube.com/results?uploaded=d&search_query=retraites&search_type=videos&suggested_categories=25&uni=3
Revenir en haut Aller en bas
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 20:16

Merci Joker,
Je les regarderai un peu plus tard, je dois partir.
Je vous renvois quand même à cet article de P.Nemo (posté par Philippe Fabry), qui est très important pour bien discerner où se trouve le vrai problème.

http://www.catallaxia.org/wiki/Philippe_Nemo:La_double_oligarchie_de_la_Vème_République
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 19 Oct 2010, 22:07



Ils se gardent bien d'en parler !
Par un vote du 3 septembre 2010, les députés ont rejeté à la quasi-unanimité l'amendement n°249 Rect. proposant d'aligner leur régime spécifique de retraite (dont bénéficient également les membres du gouvernement) sur le régime général des salariés.
Alors qu'ils n'ont de cesse d'expliquer l'importance de réformer rapidement un régime de retraite en déficit, les parlementaires refusent donc d'être soumis au régime de retraite de la majorité des Français.
C'est ce qu'ils appellent une réforme "juste" paraît-il !

Une bonne petite video.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Ven 22 Oct 2010, 15:58




retraite à 50 ans avec 9.000 euros par mois pour les fonctionnaires de l’UE
par Sandra De Soie
A DIFFUSER LE LARGEMENT POSSIBLE S.V.P. !!!
Hier, l’émission « les auditeurs ont la paroles » sur RTL commentait la présentation du livre de ‘papa’ Daerdenne sur les pensions.
J’ai voulu intervenir sur l’antenne pour faire remarquer aux politiciens (même Leterme premier) qui reconnaissent que nous devrons travailler plus longtemps qu’ils devraient montrer l’exemple en effet : un parlementaire belge peut profiter de sa pension (pas la pré-pension) à l’âge de 52 ans et une carrière COMPLETE de 20ans de service.
Bien sûr, on ne m’a pas fait passer à l’antenne, mais ce matin je reçois le mail ci-après… A méditer ! Je précise qu’un article sur les pensions est paru dans « Le Vif » et confirme ce qui suit en ajoutant même qu’un parlementaire européen peut avoir une pension après seulement 5 années d’exercices.
Travaille bon peuple, il te faut assurer le train de vie de tous ces INDISPENSABLES fonctionnaires ! Luc Thierry Bruxelles !
Intéressant au moment on le gouvernement parle de réforme des retraites! Vous avez remarqué que nos politiques se battent comme des fous pour rentrer dans l’administration européenne Et pourquoi ? *Scandaleux, tout simplement.* *Envoyez ceci aux Européens que vous connaissez !!!

Cette année, 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 Euros par mois.
Oui, vous avez bien lu ! Afin d’aider l’intégration de nouveaux fonctionnaires des nouveaux états membres de l’UE (Pologne, Malte, pays de l’Est…), les fonctionnaires des anciens pays membres ( Belgique , France , Allemagne..) recevront de l’Europe un pont d’or pour partir à la retraite.
POURQUOI ET QUI PAIE CELA ?
Vous et moi travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère, alors que ceux qui votent les lois se font des cadeaux dorés.
La différence est devenue trop importante entre le peuple et les « dieux de l’Olympe » !
Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs.. Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la « Rolls » des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu’ils touchent… C’est dire ! Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de « contrôleur adjoint de la protection des données », aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € / mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète (40 ans). Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, lui aura droit à près de 9 000 ¤ de retraite / mois. C’est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont bien décidé d’en profiter. C’est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc. En plus, beaucoup d’autres technocrates profitent d’un tel privilège : 1. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12 500 € de retraite par mois. 2. Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12 900 € / mois. 3. Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, 14 000 € / mois. Consultez la liste :
http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Etude_27.pdf
Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot ( 73 ans) avec une retraite de 4 728.60 € de retraite pour 5 années de commissaire européen aux transport. A cela il faut ajouter sa retraite d’ancien député , celle d’ancien ministre , d’ancien président du Conseil général de la Haute Loire , de maire d’Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, il a été aujourd’hui 23 février 2010 nommé au Conseil Constitutionnel. Pour eux, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Car, c’est à peine croyable… Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 41 ans.
Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problème, le taux plein c’est 15,5 ans… De qui se moque-t-on ? A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires.
Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc. Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable… Nous, nous cotisons plein pot toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c’est la déferlante : rappels, amendes, pénalités de retard, etc. Aucune pitié.
Eux, ils (se) sont carrément exonérés. On croit rêver ! Rendez-vous compte, même les magistrats de la Cour des comptes européenne qui, pourtant, sont censés « /contrôler si les dépenses de l’Union européenne sont légales, faites au moindre coût et pour l’objectif auxquelles elles sont destinées…/ « , profitent du système et ne paient pas de cotisations. Et, que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les « gendarmes de Bruxelles » et ne cessent de donner des leçons d’orthodoxie budgétaire alors qu’ils ont les deux mains, jusqu’aux coudes, dans le pot de confiture ?
A l’heure où l’avenir de nos retraites est gravement compromis par la violence de la crise économique et la brutalité du choc démographique, les fonctionnaires européens bénéficient, à nos frais, de pensions de 12 500 à 14 000 € / mois, après seulement 15 ans de carrière et sans même cotiser…
C’est une pure provocation ! Mon objectif est d’alerter tous les citoyens des états membres de l’Union Européenne. Ensemble nous pouvons créer un véritable raz de marée. Il est hors de question que les technocrates européens continuent à jouir, à nos frais et en toute impunité, de telles retraites. Nous allons leur remettre les pieds sur terre. Sauvegarde Retraites a réalisé une étude précise et très documentée qui prouve par « A B » l’ampleur du scandale. Elle a déjà été reprise par les médias.
_http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867___ *_Diffusons, diffusons massivement auprès de tous les relais de vingt-sept pays de l’Union Européenne, il en restera bien quelque chose !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Ven 22 Oct 2010, 16:30

Paralysé mais par quoi??
quand on voit ce qui s'est passé à lyon nanterre seine st denis et autres./§
tout le monde semble penser à la même chose mais personne n'ose aboerder le sujet de la violence extrème de bandes animées par un sentiment anti-français cultivé par les réseaux al_qaîda et autres mercenaires venus des pays sous-développés
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Ven 22 Oct 2010, 16:41

romuald1972 a écrit:
Paralysé mais par quoi??
quand on voit ce qui s'est passé à lyon nanterre seine st denis et autres./§
tout le monde semble penser à la même chose mais personne n'ose aboerder le sujet de la violence extrème de bandes animées par un sentiment anti-français cultivé par les réseaux al_qaîda et autres mercenaires venus des pays sous-développés
... n'importe quoi..
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2557
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Ven 22 Oct 2010, 23:34

Cher Joker, les occasions d'indignation et de dégout sont évidemment multiples
et justes par rapport aux faits que vous rapportez, mais d'une façon ou d'une autre , il va bien falloir sortir de ce conflit en trouvant une solution acceptable pour tous .
Le Peuple français est un peuple éminemment politique .
Sarkozy a voulu symboliquement se faire celui qui aura mis fin à la retraite à soixante
ans et en faire les lauriers de sa prochaine réelection .
Il se serait contenté de jouer sur la durée de cotisation , ce qui revient au même pour l'équilibre des régimes , cette réforme serait passée comme une lettre à la poste.
on ne manifeste pas contre la démographie ...
mais toujours ce besoin d'image , de surjouer en permanence, le génie des réformes, puis l'inflexible face aux conflits , etc... le pervers narcissique qui jouit de ses effets d'images
à tout propos , voilà le fond de cet histrion qui hystérise la vie politique française par ses manières provocatrices de procéder, de "cliver " comme il dit .
face à cela , il y a un énorme malaise politique et une énorme angoisse en france qui a un seul nom : l'Emploi. Car c'est l'Emploi qui financera les retraites et rien d'autre .
s'il y a trop de chomage , on tranfèrera le déficit des caisses de retraites sur celui des caisses du chomage , de l'Unedic , comme il a été dit sur ce forum dans un autre fil !
face à cela il y a 3 révoltes :
1) face à l'Europe
2) face à la crise des subprimes et les réponses qu'on lui a données
3) face à l'Injustice d'un pouvoir qui ne favorise que les hyper-riches du "premier cercle ", ses clients !

1) face à l'Europe : qu'on a construite avec une BCE dont la seule fonction est de lutter contre l'inflation et qui en jouant les idiots utiles de la mondialisation permet à l'Euro de monter indéfiniment face aux autres devises et donc aux emplois européens de filer ailleurs , en chine
ou partout . On ne remerciera jamais assez jean-Claude Trichet à la BCE , Pascal Lamy à l'OMC, ou dominique Strauss-Kahn au FMI de se faire les chantres inlassables de la désindustrialisation ,
de la perte de compétitivité et de la fuite des emplois européens , merci à ces grands malfaiteurs indirects envers tous les européens ! faut-il rappeler que cette Europe- là
les français en avaient rejeté le traité constitutionnel au suffrage universel , qu'un certain
sarkozy a bafoué en validant sa version votée par les deux chambres ?

2) face à la crise des subprimes: comment comprendre qu'on ait trouvé , pratiquement en quelques jours des centaines de milliards d'euros qu'on a prétés aux banques , pour qu'elles ne changent strictement rien à leurs manières de procéder, et mieux , pour qu'on devienne
encore plus l'otage d'agences de notation internationales , dont on dénonçait hier , la malhonnêteté et leur dépendance structurelle envers les conflits d'intérêt!
et c'est cet argument de la note de la dette française AAA ( détenue à 60% par des étrangers)
qu'on ressort aux français pour leur imposer l'équilibre des caisses de retraite, alors que les prochaines bulles sont en train de gonfler et de prospérer sous l'inondation de la création monétaire américaine dont un des buts est de faire baisser le dollar à tout prix !!
On sauve la peau des banques , puis pour remercier les états, celles-ci leur imposent une cure d'austérité maximale , comme en angleterre! voici ce que les honnêtes citoyens n'arrivent pas à comprendre : que leurs impôts aient servi à les endetter puis à les apauvrir,
n'est-ce pas la définition d'un crime de haute trahison envers le bien commun?

3) et puis le clou du spectacle , le nec plus ultra c'est évidemment l'affaire tentaculaire et aux ramifications incroyables de Mme Bettencourt et de Mr Woerth :
On peut ne pas en avoir suivi les développements , mais il n'en demeure pas moins le fait établi que le pouvoir Sarkozyste repose sur une collusion de tous les instants entre la politique et les pouvoirs financiers des hyper-riches du "premier cercle".
Dès lors avoir choisi Mr Woerth qui à lui seul symbolise l'Injustice fiscale et la confiscation de
l'indépendance de la Justice sur sa misérable figure de "brave type " bien comme il faut ,
pour porter une réforme qui demande des sacrifices et des restrictions à la grande majorité
des français , ne faut-il pas être d'une inculture consternante , ou d'un cynisme démesuré ,
pour penser que ça ne serait pas vécu comme l'ultime provocation , celle qui fait déborder la coupe que nous voyons aujourd'hui inonder la france ?

Où sont passées les notions du bien commun , de l'honnêteté , de l'Intégrité ?
Comment garder confiance dans l'action Politique , quand on cerne mieux par qui on est gouvernés et quelles collusions d'intérêts nous manipulent ? Comment rester rationnel , garder son sang froid et apporter des réponses
honnêtes et justes à ces angoisses, c'est ce qui travaille la France , certes de façon confuse
et sans réponses claires , mais nous sommes tous concernés et à très court terme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 12:23

joker911 a écrit:
romuald1972 a écrit:
Paralysé mais par quoi??
quand on voit ce qui s'est passé à lyon nanterre seine st denis et autres./§
tout le monde semble penser à la même chose mais personne n'ose aboerder le sujet de la violence extrème de bandes animées par un sentiment anti-français cultivé par les réseaux al_qaîda et autres mercenaires venus des pays sous-développés
... n'importe quoi..
ah bon?
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Pourquoi la France est impossible à réformer    Sam 23 Oct 2010, 12:49


Pourquoi la France est impossible à réformer - titre L'EXPRESS de cette semaine.

Voici une information très peu diffusée qui donne un élément de réponse édifiant sur la mentalité profonde de notre pays :

Le 19 octobre dernier - pour la première fois dans toute l'histoire du Sénat - LES FONCTIONNAIRES DE CETTE HAUTE ASSEMBLEE ONT FAIT GREVE !

Rejoignant ainsi la cohorte des grévistes du moment.
Motif invoqué par le syndicat maison qui revendique 632 adhérents sur 1200 fonctionnaires : "On veut nous faire travailler plus pour gagner moins"

Rappelons que le salaires des fonctionnaires du Sénat est de 3.000 € par mois pour un administrateur stagiaire, 4.800 € pour un jeune titulaire et 17.000 € en fin de carrière, sans compter les primes.

"Femmes de ménage, jardiniers et chauffeurs, tous travaillent 32 heures par semaine et ont près de 4 mois de vacances par an. Même les jardiniers touchent des primes de nuit", notent Robert Colonna d'Istria et Yvan Stefanovitch dans leur livre enquête : "Le Sénat - Enquête sur les superprivilégiés de la République"

Avec les grèves : En France, on n'a pas d'essence mais on ne manque pas d'indécence
Revenir en haut Aller en bas
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 13:15

Nous vivons dans un pays d'abrutis, quand je vois que les jeunes de 14 ans ont les mêmes icônes, (toujours le poster du Che dans la chambre), que leurs parents, toujours la sempiternelle clope au bec comme si ça les aidait à réfléchir, les mêmes manifs avec les mêmes slogans, j'ai l'impression que le disque est rayé, on repasse inlassablement la même chanson, c'est la France Alzheimer.

Avec ça, on a des élites dirigeantes qui se foutent de notre gueule.

On a ce qu'on mérite. D'ailleurs la plupart des français sont contents, une dame à la tv disait qu'elle avait eu deux heures de retard avec son tgv, mais qu'elle était contente, qu'elle était solidaire, votons les blocages, grèves illimitées, etc... Je m'y fais aussi, ma femme est mise en chômage partiel jusqu'au retour du calme, je sens que ça va être Noël de bonheur champagne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 15:31

Atomic a écrit:
Nous vivons dans un pays d'abrutis,
merci

Citation :
quand je vois que les jeunes de 14 ans ont les mêmes icônes, (toujours le poster du Che dans la chambre), que leurs parents, toujours la sempiternelle clope au bec comme si ça les aidait à réfléchir, les mêmes manifs avec les mêmes slogans, j'ai l'impression que le disque est rayé, on repasse inlassablement la même chanson, c'est la France Alzheimer.

Avec ça, on a des élites dirigeantes qui se foutent de notre gueule.

On a ce qu'on mérite. D'ailleurs la plupart des français sont contents, une dame à la tv disait qu'elle avait eu deux heures de retard avec son tgv, mais qu'elle était contente, qu'elle était solidaire, votons les blocages, grèves illimitées, etc... Je m'y fais aussi, ma femme est mise en chômage partiel jusqu'au retour du calme, je sens que ça va être Noël de bonheur champagne
tu serais pas un peu râleur, "des fois" ?
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 15:33

En peu d'humour ))

Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 15:44


Ils disent non à la retraite à 62 ans, mais partent à 50 !
En ce début d'octobre, les grévistes des transports publics sont, de tous les Français, les moins concernés par la réforme !

Ubuesque. Les cheminots et les agents de la RATP mènent le mouvement de grève contre le recul de l'âge de la retraite à 62 ans. Or, pas un seul des 160 000 salariés de la SNCF n'est "menacé" de partir à 62, ni même à 60 ans ! Et 90 % des 44 000 agents de la RATP pourraient en dire autant. Tous partent soit à 55 ans, soit même à 50 ans, pour les conducteurs des locomotives de la SNCF et ceux des rames de la RATP.

Un avantage qu'il leur serait bien difficile de justifier par la "pénibilité" de leur emploi : voilà beau temps que les locomotives ne fonctionnent plus au charbon ; et un conducteur de RER, sur la ligne A, ne roule pas plus de 2 h 50 par jour !

La réforme n'y touche pourtant pas : loin de les aligner sur le régime général, elle prévoit qu'ils prendront leur retraite à 57 ou à 52 ans, soit toujours entre cinq et dix ans avant le commun des Français... et cela partir de 2023 seulement, alors que le report à 62 ans s'appliquera aux salariés du privé dès 2018.

Rappelons en outre que le départ précoce à la retraite n'est que l'un des multiples avantages parmi tous ceux que procurent à ces personnels des transports publics deux des régimes spéciaux les plus favorables qui existent en France – et même sur la planète :

Calcul de la pension
RATP ....................Sur les 6 derniers mois de salaire
SNCF .....................Sur les 6 derniers mois de salaire
Régime général ......Sur les 25 meilleures années dans le régime général et la totalité de la carrière pour les complémentaires

Montant de la retraite garanti

RATP ....................A 100 %
SNCF......................A 100 %
Régime général........... Non garanti

Réversion
RATP....................Sans conditions
SNCF ...................Sans conditions
Régime général .....A partir de 55 ans et sous condition de ressources

Age légal de départ à la retraite après la réforme

RATP.....................52 ou 57 ans en 2023
SNCF.....................52 ou 57 ans en 2023
Régime général.......62 ans dès 2018

C'est la plus stupéfiante des "exceptions françaises" : dans ce pays, ce sont les privilégiés qui font la grève. Et le plus beau, c'est que c'est encore eux qui nous prennent en otages !

Bien cordialement,

Marie-Laure Dufrêche
Déléguée Générale
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 16:15

Voila une petite emision que j'aime voir tout les samedi sur france 2.


regarder bien le discours de Sarkozy a la fin de la video.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2557
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 17:04

Atomic a écrit:
Nous vivons dans un pays d'abrutis, quand je vois que les jeunes de 14 ans ont les mêmes icônes, (toujours le poster du Che dans la chambre), que leurs parents, toujours la sempiternelle clope au bec comme si ça les aidait à réfléchir, les mêmes manifs avec les mêmes slogans, j'ai l'impression que le disque est rayé, on repasse inlassablement la même chanson, c'est la France Alzheimer.

Avec ça, on a des élites dirigeantes qui se foutent de notre gueule.

On a ce qu'on mérite. D'ailleurs la plupart des français sont contents, une dame à la tv disait qu'elle avait eu deux heures de retard avec son tgv, mais qu'elle était contente, qu'elle était solidaire, votons les blocages, grèves illimitées, etc... Je m'y fais aussi, ma femme est mise en chômage partiel jusqu'au retour du calme, je sens que ça va être Noël de bonheur champagne

les jeunes partagent simplement l'angoisse généralisée des français : l'EMPLOI .
Que fait l'Europe et sa BCE pour l'Emploi des Européens ?
Que font les banques qui confondent clientèle de détail et casino financier pour l'Emploi?
Que fait le Président de la république pour l'Emploi?
Qui va payer les retraites sinon l'EMPLOI ? des jeunes et des plus de 55 ans ?
le Bien commun , l'Intérêt général , l'honnêteté, l'Intégrité , la Compétence , la solvabilité, la croissance ne peuvent exister que parceque Chacun dans une société mérite un Emploi.
Lorsque les gouvernants Mondiaux, Européens et Français perdent ça de vue , ils scient la branche sur laquelle ils sont assis et préparent des lendemains de colère ...
Je ne trouve pas les jeunes si caricaturables que cela , que n'avait-on dit lors du vote sur la constitution Européenne de ces minables français qui rejetèrent à 55% un Traité européen
qui voulait inscrire dans le marbre le principe de libre concurence universelle et de libre régulation par les forces du marché en premier dans sa constitution ?
Ils ont fait quoi les marchés lors de la crise des subprimes , ils se sont autorégulés?
et pour les crises qui arrivent à grand pas comme le "Foreclosuregate" où presque toutes les saisies immobilières américaines seraient illégales avec environ 1500 milliards de dollars
de créances à rembourser , elles vont faire appel à la libre concurrence les banques ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 18:51

bonjour a tous


La generation mai 68 est responsable de tout ce merdier!!!

elle est arrivée au pouvoir en 1981 et elle s'est voté ses petites lois a la c____n

la retraite a 60 ans,alors qu'il fallait au moins la reculer de quelques années

c'est pas grave les gosses paieront pendant que nous sillonneront la FRANCE en CAMPING

CAR


Allez Simone fait les valises ;j'ai fais le plein de gas oil pendant que ces anes etaient au

boulot;je t'emmene a Arcachon manger des huitres :beret:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 19:29





Pas besoin d'etre un savant pour comprendre Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28468
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Sam 23 Oct 2010, 22:48

TOBIE a écrit:




Pas besoin d'etre un savant pour comprendre Mr. Green

Tout ça au nom du "droit" à l'avortement et à la jouissance illimitée... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2557
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 13:26

Citation :
Tout ça au nom du "droit" à l'avortement et à la jouissance illimitée... Rolling Eyes

ça n'explique quand même pas tout ...

Comment expliquez-vous que la très Catholique Italie n'a qu'un taux de fécondité de 1.4
enfant / femme alors que la france est la 2ème d'europe après l'irlande avec un taux de quasi 2 enfants/ femme ? De plus ,avec le solde migratoire , elle assure probablement mieux que tous ses voisins le renouvellement de ses générations . D'ailleurs sa population croit plus vite qu'ailleurs .

il y a des problèmes de psychologie de la décision d'avoir un enfant qui demandent à être
approfondis ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 13:43

Oculus a écrit:
Citation :
Tout ça au nom du "droit" à l'avortement et à la jouissance illimitée... Rolling Eyes

ça n'explique quand même pas tout ...

Comment expliquez-vous que la très Catholique Italie n'a qu'un taux de fécondité de 1.4
enfant / femme alors que la france est la 2ème d'europe après l'irlande avec un taux de quasi 2 enfants/ femme ? De plus ,avec le solde migratoire , elle assure probablement mieux que tous ses voisins le renouvellement de ses générations . D'ailleurs sa population croit plus vite qu'ailleurs .

il y a des problèmes de psychologie de la décision d'avoir un enfant qui demandent à être
approfondis ...



Bonjour a tous et bon Dimanche

Heureusement que la FRANCE a ouvert ses frontières aux émigrés !!!!

Imaginez la pyramide des ages que nous aurions Mr. Green

vous pouvez tirer ;je suis prêt :beret:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 13:56

Dans la "très catholique" Italie, on se marie de plus en plus tard...

En plus de la fécondité française qui s'est relativement maintenue, l'immigration et sa descendance a permis, et c'est heureux, le renouvellement de la dernière génération.

C'est un des aspects positifs de la dernière vague migratoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 15:28

nilamitp a écrit:

l'immigration et sa descendance a permis, et c'est heureux, le renouvellement de la dernière génération.

C'est un des aspects positifs de la dernière vague migratoire.

Jehan sort de ce corps :beret:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 17:51

TOBIE a écrit:
nilamitp a écrit:
l'immigration et sa descendance a permis, et c'est heureux, le renouvellement de la dernière génération.

C'est un des aspects positifs de la dernière vague migratoire.
Jehan sort de ce corps :beret:
Et oui, je n'ai jamais nié les aspects positifs de l'immigration.

Mais je ne vais pas pousser l'espièglerie jusqu'à dire que notre président est un des aspects positifs issus de l'immigration hongroise !

:beret:
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 19:04

Inlassablement, ils repartent au combat. Tous les 15 jours. Puis toutes les semaines. Et puis même le week-end. Ils y vont. Malgré tout. À cause de tout. Déterminés. Joyeux. Féroces. Ils sont là.

Bien sûr, il y a les abonnés du pavé. Comme une grande confrérie. Manif après manif, ils se retrouvent toujours, immanquablement, comme guidés par un tropisme atavique. Ce sont les vieux gauchos, les soixante-huitards fatigués, le poil blanchi sous le harnais de la lutte permanente et continue contre l'ordre qui broie, qui ronge, qui reprend, patiemment, miette par miette, tout ce que les anciens avaient gagné au terme de bras de fer immenses et acharnés. Je me souviens de quelques soirées électorales où on s'est retrouvés à cinq autour d'une table, dans la pénombre d'une salle municipale déserte. Et de quelques marches désabusées, à filer droit, quelque pelés bravant un ciel qui fait aussi la gueule. Les vétérans de la lutte. Les poilus du refus. Les militants de toujours, qui se traîneront avec leur perf' de chimio s'il le faut, on s'en fout, il faut y être et c'est tout! Toujours dans le mauvais camp. Celui de ceux qui ne sont pas au pouvoir. Le camp du peuple. De la populace qui ennuie et qui effraie, aussi, ceux qui sont censés la gouverner.

Bien sûr, il y a les jeunes. Avec leur enthousiasme gigantesque. Leur esprit de contradiction. Leur envie d'en découdre. Leur envie d'exister, d'être entendus, de compter comme des citoyens à part entière. Pas toujours très au fait des subtilités de la pensée politique, mais souvent bien plus lucides, bien plus pertinents que ne le pensent généralement les vieux cons. Ils ne lâchent rien. Jamais. Ils restent toujours au milieu de la place bien après que les vieux militants se soient prestement dispersés pour retourner à une vie normale. Ils aiment plus que tout prolonger le chaos, le faire durer. Ils ne cherchent pas à être là où ça bouge, ils font bouger la foule, la font danser, la font crier. Ils ont la vie devant eux et pas l'intention de la laisser filer. Ils sont notre avenir et ils ne peuvent pas fuir.

Et puis, il y a les nouveaux. Nombreux. Toujours plus nombreux. La majorité silencieuse qui a décidé qu'elle n'en pouvait plus. La masse de ceux qui pensaient que la politique, ce n'est pas pour eux. Jusqu'à ce que la politique s'occupe d'eux. Les poursuive. Dans leur salon. Dans leur boulot. Même pendant les courses au supermarché. Devant l'école des gosses. Ceux qui ont fini par comprendre que la politique actuelle ne fait pas de quartier, pas de prisonniers. Ceux qui ont pris la crise dans la gueule, dans les tripes. Les salaires qui patinent, les boulots qui disparaissent, la gangrène hideuse du chômage qui les talonne, la santé trop chère, l'école qui se déballonne. Toutes ces fausses promesses qui n'ont engagé que ceux qui y ont cru. Toutes ces paroles creuses qui éclatent sur une réalité sociale qu'on ne peut plus faire semblant de ne plus voir.
Et puis là, le truc de trop : deux années de plus à trimer pour des clous. La goutte d'eau qui fait déborder le trop-plein d'amertume. Ils en ont juste eu marre, ils ont posé des RTT, ils ont pris les gosses sous le bras et les voilà à faire nombre dans les cortèges. Ras-le-bol général. Refus total de lâcher une seule petite chose de plus. Refus de se laisser récupérer, d'adhérer, de se faire compter. Refus total. Et ivresse de la foule.

Et puis, il y a tous les autres. Les 71 % de gens qui en ont ras la cafetière de tout, qui veulent que ça pète, qui veulent que ça change, qui aspirent à autre chose, mais qui comptent sur les potes pour faire le sale boulot à leur place. C'est à tous ceux-là que je parle. C'est à toi que j'écris.

Je comprends.
Tu as toujours une bonne raison de ne pas y aller, même si tu soutiens le mouvement de tout ton cœur, de toutes tes forces. Tu as un boulot. Et tu as peur de le perdre. Ou tu es irremplaçable. Je t'ai déjà dit que les étagères de Paul Emploi sont blindées de gens irremplaçables. Tu as une famille. Et personne pour garder les mômes. Tu n'as plus de boulot. Tu as besoin de ton salaire. Tu as le crédit de ta baraque à rembourser, ta banque te tient les bollocks au creux de la pogne. Et puis, dans ta branche, les « rouges », les syndicalistes, les grandes-gueules, les fouteurs de zut, tous ces gens-là, c'est vachement mal vu quand même.
Tu es l'armée de réserve. Tu attends que ça pète pour te jeter dans l'arène à ton tour. Parce que là, tout de suite, les petites randos de santé en centre-ville, tu y crois moyen. Et puis, tu n'aimes pas les vieux militants, les syndicalistes bornés, les gamins en roue libre et les braillardes à banderoles. Tu n'aimes pas la foule. Et les retraites, tu sais que c'est grave ce qui se passe, mais d'un autre côté, ça fait un bon moment que tu en avais fait ton deuil. C'est que tu es un lucide, toi. C'est que tu vois les choses globalement : d'un peu plus haut. D'un peu plus loin. Tu me dis qu'on n'a pas besoin de toi. Qu'un mec tout seul, ça ne changera rien au final.
Alors, tu nous regardes passer sous les fenêtres de ta boîte que tu détestes et tu continues ton boulot qui n'a pas de sens pour gagner un salaire en peau de chagrin. Et tu nous soutiens. De toutes tes forces, camarade!

Sauf qu'au combat, tu le sais bien, camarade, chaque soldat compte. Tout comme tu sais, même si ça te fait bip de te l'avouer, que nous sommes au cœur d'une véritable guerre des classes, une guerre sociale et comme tous les gonzes qui défilent à tes pieds, je sais que tu as compris que les mecs en face n'ont pas l'intention de faire de prisonniers. Tu sais qu'à partir de maintenant, nous n'avons plus le droit à la défaite. Tu sais, camarade, que si nous fléchissons maintenant, ils nous achèveront demain. Nous faire trimer jusqu'à la tombe n'est que le début, camarade, c'est juste la partie émergée de l'iceberg libéral, ce n'est qu'une étape vers le véritable objectif de ceux qui tiennent les manettes : le retour au temps joyeux de Zola, où nous n'avions rien et où ils avaient tout.
Toi aussi, tu les vois, camarade, en train de dépecer notre tissu social comme une meute de charognards excités par l'odeur lourde et collante de la misère et du malheur des exploités. Tu as encore tant de choses à perdre, camarade, que tu refuses encore de descendre dans la rue. Tu as tant de choses à perdre, et eux ne voient là qu'autant de choses à te reprendre. Et ils le feront. Petit à petit. Morceau par morceau. Jusqu'à ce qu'il ne te reste rien de ce que tu t'échines à construire depuis tant d'années.

Ce n'est pas qu'une question de retraite, camarade. Et tu le sais bien. C'est une vision du monde, un choix de société. Ce sont les forces de l'argent qui ont décidé qu'elles en avaient marre de concéder des miettes aux pauvres pour avoir la paix. Ce sont nos exploiteurs qui ont décidé que nous étions des gêneurs, des surnuméraires, des empêcheurs de jouir de tout comme des porcs. Alors, ils reprennent tout : le droit de se reposer après une vie de labeur, le droit de ne pas vieillir dans la misère, le droit d'être soigné, le droit d'être instruit, le droit d'être convenablement nourris, le droit d'être correctement logé, le droit à une vie décente.

Tu sais tout cela, camarade, toi qui nous regardes défiler de ta cage climatisée. Tu sais tout cela et tu nous soutiens.
Mais cela ne suffit plus, camarade.
Si nous faiblissons, nous sommes perdus. Ils sont à l'affût, avec la suite de leur programme ignoble : encore une journée de travail en plus, pour les vieux, encore des remboursements en moins, encore des subventions qui s'assèchent, encore des taxes qui frappent dur les plus pauvres, encore des restrictions, encore de la rigueur, encore de la déconstruction sociale, encore, encore, comme une litanie, encore, encore, comme notre sang qui s'écoule doucement sur les pavés, encore, encore, comme la curée de la meute, encore, encore...

Tu sais qu'on y est, camarade. Cela fait même pas mal d'années qu'on y est. Et là, c'est la position qu'on ne doit pas lâcher. C'est le point de résistance où se joue la déroute en rase campagne. Si on on perd maintenant, camarade, ils vont nous dépecer vivants.

Ce n'est plus le temps de la palabre. Plus le temps des stratégies. Plus le temps de la neutralité.

Choisis ton camp, camarade : tu es avec nous dans la rue ou tu continues à nourrir la main qui t'étrangle, lentement!


AFP 24/10/10
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Dim 24 Oct 2010, 23:07

La Rafle de Bellecour
Lyon, 21 octobre 2010




Ce qui c'est passé place Bellecour à Lyon, le 21 octobre 2010, ne peut pas être la simple décision d'un préfet. Le gouvernement est aux abois, et comme tout monstre à l'agonie, il peut être très dangereux. Ces gens qui nous gouvenenent sont des malades, sans grande culture et pas très intelligents, mais ils ont un réflexe de survie et un pouvoir de malfaisance aigus. Le gouvernement a donc choisi que la grande leçon soit donnée à Lyon, place Bellecour le 21 octobre 2010. Alors, apprenons cette leçon, découvrons ce gouvernement dit d'ouverture qui enferme les jeunes tout un après-midi, pour les gazer, les matraquer, les affoler.

Le hasard ne fait pas toujours bien les choses, puisque nous devions nous retrouver, avec quelques collègues, dans un restaurant de la place Bellecour. À 20 heures, calme et désertée, la place était encore bloquée. Après avoir parlementé avec des robocops qui interdisaient l'accès, et ne semblaient pas comprendre grand-chose : oui, non, faites le tour, c'est aussi bloqué, l'un d'eux nous a accompagnés, un collègue et moi, jusqu'au restaurant, devant lequel était garée une fourgonnette d'autres robocops. Des collègues étaient déjà là. Nous avons trinqué, et de l'autre côté de la vitre, un robocops qui ôtait son harnachement, a symboliquement trinqué avec nous, brandissant une bouteille de vin presque vide, heureux d'être con et vulgaire, comme son pote à la Rollex et aux talonnettes.




Retour sur l'action des forces de l'ordre place Bellecour 21/10/10


Le témoignage de 5 étudiants
parqués comme des bêtes




En ce 21 octobre, nous avons vécu ce que l'on pourrait appeler une garde à vue à ciel ouvert Place Bellecour à Lyon.

Tout commence en début d'après-midi, nous savons qu'un rassemblement pacifque est organisé place Antonin Poncet par l'UNL et la CGT (dans son petit break blanc). En tant que citoyens et concernés par l'amalgame jeune = casseur il nous semble important d'aller manifester dans le calme avec les jeunes et les syndicalistes.

Le dispositif policier déployé est impressionnant et dès la rue Victor Hugo on assiste à des barrages fltrants. Les CRS nous laissent passer sans aucun contrôle à notre grand étonnement. Nous sommes donc sur la place Bellecour.

Un grand nombre de personnes tentent d'accéder à la place Antonin Poncet, nous avons le cortège en visu. Cependant, le GIPN est présent et lourdement armé. Une ligne de CRS bloque de tous les côtés l'accès à la place d'où doit débuter la manifestation. Nous pensons qu'il s'agit juste d'une mesure temporaire.

Nous tentons de regagner la place en passant par la rue de la Barre. C'est alors que nous découvrons deux blindés anti-émeutes armés de canon à eau placés respectivement à l'entrée de la rue du Président Édouard Herriot et à la rue Gasparin. Ça commence à chauffer là où les CRS bloquent l'accès à la manifestation : premiers tirs de gaz lacrymo sur les personnes agglomérées dans la place Antonin Poncet et celles de l'autre côté de la ligne de démarcation.

Nous demandons alors aux CRS disposés en ligne rue de la Barre si nous pouvons sortir de cette place. « On ne veut pas se prendre des cailloux, ni des gaz nous voulons juste manifester pacifquement de l'autre côté de la rue» . Réponse sèche nous disant que de toute façon le secteur est bouclé et que les ordres sont clairs. Personne ne sort. On nous dit alors d'aller nous mettre au fond de la place (côté Saône) pour éviter les gaz et que « peut-être » là bas nous pourrions sortir.

La situation est inédite, nous faisons le tour de la place, toutes les rues adjacentes sont bloquées, à chaque barrage où nous demandons de sortir on nous répond toujours que c'est impossible. Et pourtant nous voyons des personnes qui arrivent à passer sans problème les barrages de CRS. Les personnes de plus de 25-30 ans sortent sans problème de cette place. Il est clair que le mot d'ordre est de laisser entrer les « jeunes » dans la place et de ne pas les laisser sortir pour une durée indéterminée.

Nos inquiétudes sont confrmées par un CRS qui nous dit que de toute façon « vous les jeunes vous ne sortirez pas avant 20h et même 21h si cela est nécessaire ».

Cela fait déjà 1h30 que nous attendons. Pas de mouvement, on croirait que le temps s'est arrêté. Il semble que le commandement central soit muet, les CRS au milieu de la place en petit groupe sont plus que détendus, enlèvent leurs casques, fument et parlent même avec les jeunes. L'hélicoptère de la gendarmerie ne cesse de tourner au-dessus de nous, équipé d'une caméra il passe et repasse au dessus des jeunes. Le climat est presque détendu. Mais il ne le restera pas longtemps : des groupes de CRS font des rondes, passent et traversent la place Bellecour pour « réveiller » les jeunes, peut-être trop calmes ? Deux policiers de la BAC tournent sur une moto depuis une bonne demi-heure dans la place.

Nous attendons, encore, toujours. C'est au bout de 3 heures que le harcèlement policier commence à porter ses fruits. Les jeunes au début très dispersés et calmes commencent à se rassembler et demandent à sortir.

Les jeunes sont pris dans un mouvement de foule, la police toujours en bloquant les sorties de la place, tire des grenades lacrymogènes sur le groupe nouvellement formé.

Des jeunes après s'être fait gazer se font matraquer. Il est impossible de sortir.

Les forces de l'ordre délivrent alors un message hallucinant depuis les fourgons blindés anti-émeutes : « Attention. Si vous ne vous dispersez par maintenant, nous allons devoir faire usage de la force ». Mais comment vont se disperser les jeunes alors que tout est bloqué ?

Au même moment, nous étions bloqués à un barrage en tentant de sortir pour la « 10e » fois. Les forces de l'ordre donnent l'assaut et balance la sauce sur des jeunes non armés, totalement encerclés et sans aucune protection : Canon à eau, gaz lacrymo sous toutes ses formes, matraquages, fumigènes, bangs, ...

Après cet assaut insensé il nous est ordonné de nous présenter à une sortie (enfn ouverte !) direction quai de Saône. L'humiliation continue : Contrôle d'identité avec des agents recensant toutes les infos sur chaque personne présente, fouilles corporelles et photographies. De plus la presse est là pour flmer la prise du jour. Tutoiement et petites blagues racistes de rigueur. On fait passer tous les « beurres » chez le photographe des RG. Ceux qui n'ont pas de pièce d'identité seront systématiquement mis en garde à vue et « stockés » dans les cars que nous voyons au loin sur le pont Bonaparte.

Voici comment l'État français traite sa jeunesse et ne résout en rien les problèmes d'insécurité. Il faut noter que seulement FR3 Rhône-Alpes et TLM ont fait état de ce qu'il s'était passé (à demi-mot cependant). FR2, chaîne de service public, à quand même réussi à dire que la place Bellecour était prise « toute l'après-midi par des casseurs ».

J'hallucine, les casseurs il n'y en avait que très peu, le reste est resté bloqué sous l'œil des caméras qui ont pu tourner des images et contribuer à la désinformation gouvernementale.

Ce sont des méthodes dignes d'un régime fasciste :

  • Humiliation
  • Violence gratuite
  • Atteinte au droit fondamental d'aller et venir




Un seul mot me vient à l'esprit : RÉSISTANCE.
5 étudiants
parqués comme des bêtes
Sources et informations complémentaires



  • Source
  • Autre source
  • De nombreux témoignages dans Rebellyon.info
  • Lyon info : Quelque 200 jeunes encerclés à Bellecour
  • Audioblog ARTE : Les yeux fermés
  • L'express : Manifestation à Lyon : « On était comme des rats dans une cage »
  • Rue 89 : Lyon : gardé à vue cinq heures en plein air près de la manif
  • Rue 89 : Comment la police empêche les journalistes de travailler en manif
  • Belles photos du mouvement



La journée en 1 vidéo + 1 (du 19) et photos




Lyon le 19 octobre, des policiers déguisés en manifestants.




14h00 : Les manifestants pacifiques sont bloqués
place Bellecour par la gendarmerie

Et voilà la crème de la police.
Comme on peut le voir,
impossible d'accéder à la place Antonin Poncet

... Armés de fusil à pompe.
Si c'est pas de la provoque ça...
QUI à vu un seul manifestant avec un « gun » !?

Le GIPN du jamais vu à Lyon

Et ils ne bougent pas...

Voici comment on traite les manifestants.
On bloque et on devise le cortège en deux
pour nier lʼ évidence :
il y avait du monde pour cette manifestation pacifque !

Fourgon blindé anti-émeute surmonté d'un canon à eau

Il y en a même deux !

Voici les « casseurs, très actifs et dangereux »

L'hélicoptère qui tourne pendant des heures
au-dessus de la place.
Le bruit créé prend la tête et stresse.


Les CRS bloquent les accès aux cours intérieures
refuge de nombreuses personnes
contre la violence policière.


Et pendant ce temps on gaze...


Les CRS chargent sur un groupe isolé
dans un espace clos
cherchez l'erreur !


De petits groupes mobiles se glissent
parmi les « otages »
de la place Bellecour


La BAC parade au milieu de la place
parmi les jeunes gens bloqués depuis 2h30 !


La rue Victor Hugo est bloquée
comme toutes les autres d'ailleurs


Le dispositif est hors du commun.
Depuis la venue de Brice Hortefeux
la milice gouvernementale est en force à Lyon


Au bout de 4h30 bloqué sur la place après les lacrymo,
coups de matraque, canon à eau,
dernière humiliation :
Contrôle, fouilles, photos, railleries et racisme d'État.


Ceux qui n'ont pas de carte dʼ identité
iront direct dans ces bus
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 08:58

joker911 a écrit:
La Rafle de Bellecour
Lyon, 21 octobre 2010





C'est pas bientôt fini votre propagande anarchiste ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 09:17

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
La Rafle de Bellecour
Lyon, 21 octobre 2010





C'est pas bientôt fini votre propagande anarchiste ?

ou est la propagande ?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: uch   Lun 25 Oct 2010, 10:33

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
La Rafle de Bellecour
Lyon, 21 octobre 2010





C'est pas bientôt fini votre propagande anarchiste ?

ou est la propagande ?

Un article qui nous explique que tout est de la faute des flics, comme s'il ne s'était rien passé à Lyon, qu'il n'y avait pas eu une énième foule de gros tarés ne manquant pas une occasion de défoncer des magasins et de les piller en toute impunité.
Forcément, l'extrême-gauche dont vous relayez les propos se moque des dégradations subies par les commerçants, puisque pour elle tout individu qui fait son beurre honnêtement est un suppôt du grand capital.

Parler de "milice gouvernementale" en parlant des forces de police, c'est tenir des propos révolutionnaires séditieux. Des propos qui ne mènent qu'au sang.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 16:46

Le phenix a écrit

Citation :
Ubuesque. Les cheminots et les agents de la RATP mènent le mouvement de grève contre le recul de l'âge de la retraite à 62 ans. Or, pas un seul des 160 000 salariés de la SNCF n'est "menacé" de partir à 62, ni même à 60 ans ! Et 90 % des 44 000 agents de la RATP pourraient en dire autant. Tous partent soit à 55 ans, soit même à 50 ans, pour les conducteurs des locomotives de la SNCF et ceux des rames de la RATP.

Un avantage qu'il leur serait bien difficile de justifier par la "pénibilité" de leur emploi : voilà beau temps que les locomotives ne fonctionnent plus au charbon ; et un conducteur de RER, sur la ligne A, ne roule pas plus de 2 h 50 par jour !

D'abord précisons que les salariés de la RAPT ne sont plus en grève depuis le début du mouvement. Ensuite quel sont vos sources pour dire qu'un conducteur de la ligne A ne conduit que 2H50 par jour.Et le travail d'un conducteur ne se résume pas seulement aux heures de conduite mais à la préparation de sa rame ( essai des freins, des systèmes de sécurité, etc), préparation de la journée de travail ( savoir ou sont les zones de travaux pour ne pas être surpris des ralentissements entre autre), à la fin de la journée rapport sur les incidents rencontrés. sans compter les temps de retournements (aller à la cabine inverse) qui ne sont pas compter dans le temps de conduite.

Un ancien collègue dans l'usine m'avait dit que les conducteurs de marchandise se reposaient 4 jours quand ils faisaient une nuit, ce qui est faux archi faux ils sont susceptible de faire 6 nuits d'affilé avec parfois seulement 9 heures de repos entre deux journées de travail, alors je ne croirais les 2H50 de conduite de la ligne A que par une source sur.

Pour la pénibilité de l'emploi, c'est toujours l'argument du charbon mais ces métiers demande une bonne condition physique, pour la vision, l'audition, et l'attention( d'ailleurs quelque uns doivent arrêter ce métier à cause de ces problèmes). De plus il existe une procédure ou si les systèmes de sécurité ne sont pas disponibles on doit parcourir 2 km le plus vite possible dans des voies remplis de cailloux pour faire arrêter les trains par des systèmes manuels. rarement appliqués mais il suffit d'une fois.

J'aimerais aussi savoir le départ à la retraite des aiguilleurs du ciel, et pilote de ligne. Surtout depuis que j'ai appris que les chauffeurs poids lourd pouvait partir à 55 ans ( si il a 25 ans de métier) pardon maintenant c'est 57, et j'en suis heureux car un chauffeur de plus de 60 ans, si vous trouvez ça sécurisant.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 17:56

louis74 a écrit:
Le phenix a écrit

Citation :
Ubuesque. Les cheminots et les agents de la RATP mènent le mouvement de grève contre le recul de l'âge de la retraite à 62 ans. Or, pas un seul des 160 000 salariés de la SNCF n'est "menacé" de partir à 62, ni même à 60 ans ! Et 90 % des 44 000 agents de la RATP pourraient en dire autant. Tous partent soit à 55 ans, soit même à 50 ans, pour les conducteurs des locomotives de la SNCF et ceux des rames de la RATP.

Un avantage qu'il leur serait bien difficile de justifier par la "pénibilité" de leur emploi : voilà beau temps que les locomotives ne fonctionnent plus au charbon ; et un conducteur de RER, sur la ligne A, ne roule pas plus de 2 h 50 par jour !

D'abord précisons que les salariés de la RAPT ne sont plus en grève depuis le début du mouvement. Ensuite quel sont vos sources pour dire qu'un conducteur de la ligne A ne conduit que 2H50 par jour.Et le travail d'un conducteur ne se résume pas seulement aux heures de conduite mais à la préparation de sa rame ( essai des freins, des systèmes de sécurité, etc), préparation de la journée de travail ( savoir ou sont les zones de travaux pour ne pas être surpris des ralentissements entre autre), à la fin de la journée rapport sur les incidents rencontrés. sans compter les temps de retournements (aller à la cabine inverse) qui ne sont pas compter dans le temps de conduite.

Un ancien collègue dans l'usine m'avait dit que les conducteurs de marchandise se reposaient 4 jours quand ils faisaient une nuit, ce qui est faux archi faux ils sont susceptible de faire 6 nuits d'affilé avec parfois seulement 9 heures de repos entre deux journées de travail, alors je ne croirais les 2H50 de conduite de la ligne A que par une source sur.

Pour la pénibilité de l'emploi, c'est toujours l'argument du charbon mais ces métiers demande une bonne condition physique, pour la vision, l'audition, et l'attention( d'ailleurs quelque uns doivent arrêter ce métier à cause de ces problèmes). De plus il existe une procédure ou si les systèmes de sécurité ne sont pas disponibles on doit parcourir 2 km le plus vite possible dans des voies remplis de cailloux pour faire arrêter les trains par des systèmes manuels. rarement appliqués mais il suffit d'une fois.

J'aimerais aussi savoir le départ à la retraite des aiguilleurs du ciel, et pilote de ligne. Surtout depuis que j'ai appris que les chauffeurs poids lourd pouvait partir à 55 ans ( si il a 25 ans de métier) pardon maintenant c'est 57, et j'en suis heureux car un chauffeur de plus de 60 ans, si vous trouvez ça sécurisant.

1) Mon beau père (le père de ma femme) était chauffeur de bus. Lui, il conduisait son bus pendant huit heures par jour en centre ville. Il est parti à la retraite à 60 ans après avoir commencé à travailler à 16, soit 44 ans de cotisation.
Alors la pénibilité du conducteur de train...

2) La SNCF, c'est moins d'1% des salariés du pays, et pourtant c'est 10% des jours de grève recensés par an dans le pays. Donc, les gars de la SNCF font entre dix et 20 fois plus grève que toutes les autres professions. Question : de qui se moque-t-on ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 20:34

Philippe Fabry a écrit:
louis74 a écrit:
Le phenix a écrit

Citation :
Ubuesque. Les cheminots et les agents de la RATP mènent le mouvement de grève contre le recul de l'âge de la retraite à 62 ans. Or, pas un seul des 160 000 salariés de la SNCF n'est "menacé" de partir à 62, ni même à 60 ans ! Et 90 % des 44 000 agents de la RATP pourraient en dire autant. Tous partent soit à 55 ans, soit même à 50 ans, pour les conducteurs des locomotives de la SNCF et ceux des rames de la RATP.

Un avantage qu'il leur serait bien difficile de justifier par la "pénibilité" de leur emploi : voilà beau temps que les locomotives ne fonctionnent plus au charbon ; et un conducteur de RER, sur la ligne A, ne roule pas plus de 2 h 50 par jour !

D'abord précisons que les salariés de la RAPT ne sont plus en grève depuis le début du mouvement. Ensuite quel sont vos sources pour dire qu'un conducteur de la ligne A ne conduit que 2H50 par jour.Et le travail d'un conducteur ne se résume pas seulement aux heures de conduite mais à la préparation de sa rame ( essai des freins, des systèmes de sécurité, etc), préparation de la journée de travail ( savoir ou sont les zones de travaux pour ne pas être surpris des ralentissements entre autre), à la fin de la journée rapport sur les incidents rencontrés. sans compter les temps de retournements (aller à la cabine inverse) qui ne sont pas compter dans le temps de conduite.

Un ancien collègue dans l'usine m'avait dit que les conducteurs de marchandise se reposaient 4 jours quand ils faisaient une nuit, ce qui est faux archi faux ils sont susceptible de faire 6 nuits d'affilé avec parfois seulement 9 heures de repos entre deux journées de travail, alors je ne croirais les 2H50 de conduite de la ligne A que par une source sur.

Pour la pénibilité de l'emploi, c'est toujours l'argument du charbon mais ces métiers demande une bonne condition physique, pour la vision, l'audition, et l'attention( d'ailleurs quelque uns doivent arrêter ce métier à cause de ces problèmes). De plus il existe une procédure ou si les systèmes de sécurité ne sont pas disponibles on doit parcourir 2 km le plus vite possible dans des voies remplis de cailloux pour faire arrêter les trains par des systèmes manuels. rarement appliqués mais il suffit d'une fois.

J'aimerais aussi savoir le départ à la retraite des aiguilleurs du ciel, et pilote de ligne. Surtout depuis que j'ai appris que les chauffeurs poids lourd pouvait partir à 55 ans ( si il a 25 ans de métier) pardon maintenant c'est 57, et j'en suis heureux car un chauffeur de plus de 60 ans, si vous trouvez ça sécurisant.

1) Mon beau père (le père de ma femme) était chauffeur de bus. Lui, il conduisait son bus pendant huit heures par jour en centre ville. Il est parti à la retraite à 60 ans après avoir commencé à travailler à 16, soit 44 ans de cotisation.
Alors la pénibilité du conducteur de train...

2) La SNCF, c'est moins d'1% des salariés du pays, et pourtant c'est 10% des jours de grève recensés par an dans le pays. Donc, les gars de la SNCF font entre dix et 20 fois plus grève que toutes les autres professions. Question : de qui se moque-t-on ?

Alors la pénibilité du conducteur de train, elle n'est pas fictive, contrairement à ce que vous voulez faire croire, vous croyez que conduire un train c'est jouer à la console.

Je sais très bien qu'il existe des tas de métier très pénible, j'ai travailler en usine dans des conditions malsaine (plomb et acide, en 3:8).Jj'ai un frère qui est routier. Est ce une raison pour vouloir à ce qu'on ait les mêmes conditions de vie mais plutôt faudrait il pas améliorer le quotidien des routiers.

Pardon je dois arretter ma femme a besoin de moi..
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Lun 25 Oct 2010, 20:55

louis74 a écrit:


Alors la pénibilité du conducteur de train, elle n'est pas fictive, contrairement à ce que vous voulez faire croire, vous croyez que conduire un train c'est jouer à la console.

Je n'ai jamais dit ça.

Ce que je dis c'est que la pénibilité est un sujet très délicat parce qu'à peu près tout le monde est enclin à trouver son travail pénible.
Et que, de fait, le métier de conducteur de train n'est probablement pas plus pénible que celui de conducteur de bus ou de routier.
Mais alors il faut se poser la question du chauffeur de taxi.
Et aussi de la caissière à plein temps.
De tous les maçons, ouvriers de chantier, plombiers, carreleurs (un métier où on a plus de genoux à 40 ans). Les artisans boulangers, etc, etc...
Et de fil en aiguille vous vous apercevez que la majorité des métiers est pénible, à des degrés divers, souvent infimes ou plutôt impossible à mesurer. Généralement, les métiers les plus pénibles sont ceux qui demandent le moins de qualifications. C'est bien pour cela qu'on dit aux enfants de bien travailler à l'école.

On a reproché au gouvernement de compter la pénibilité en pourcentage d'incapacité en fin de carrière. Mais si on n'est pas amoché par son travail qu'est-ce qui permet de dire qu'il est plus pénible qu'un autre ? L'incapacité a le mérite d'être mesurable.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 26 Oct 2010, 16:33

C'est tout a fait juste ce que vous dites Philippe.

En fait j'avais poster pour faire remarquer que les agents de la RAPT ne peuvent mener le mouvement puisqu'ils ne font plus grève depuis le début du conflit. Et que j'avais de sérieux doute sur l'horaire de travail des conducteurs de la ligne A, et que l'on pouvait facilement dire n'importe quoi aux chiffres.

Par exemple on peut dire qu'un plombier ne fait que 5 heures de travail par jour si vous retirez les temps ou il se déplace, range ses outils, réfléchit à la manière dont il va faire son travail etc. De même vous pouvez faire de même pour le conducteur de la ligne A si vous lui enlevez les temps de préparer le train, changer de poste de conduite, faire son rapport en fin de journée...

Comme on ne peut non plus jeter la pierre aux aiguilleurs du ciel qui ont 32 heures de travail par semaine avec 25% de pause pendant leur temps de travail.
C'est une question de sécurité
Certains métier ont besoin déménagement d'horaire.

PS: cela s'écarte du sujet des retraites, je voulais dire à Phénix de s' abstenir de critiquer les autres métiers qu'il ne connait pas, c'est tout
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mer 27 Oct 2010, 18:51

Le Parlement français a définitivement adopté la réforme très contestée des retraites après le vote final du texte par l’Assemblée nationale mercredi et celui du Sénat mardi. Et ce en dépit d’un vaste mouvement de protestation.

Cette approbation a été obtenue par 336 voix contre 233 à l’Assemblée nationale. La veille, le Sénat avait confirmé son vote positif de la réforme qui recule de 60 à 62 ans l’âge minimal de départ à la retraite.

Les deux chambres du Parlement français avaient déjà approuvé une première fois cette réforme phare du président Nicolas Sarkozy. Ce deuxième vote ouvre la voie à la promulgation de la loi, prévue à la mi-novembre. La promulgation du texte par le président français permettra de la mettre en oeuvre.

Cette réforme est très vivement contestée depuis des mois par l’opposition et les syndicats qui ont organisé plusieurs journées de grèves et de manifestations depuis le printemps. Une nouvelle journée d’action est prévue jeudi.

Ces deux dernières semaines, des grèves reconductibles dans le secteur de l’énergie ont notamment provoqué des pénuries de carburant et le pays a frôlé la paralysie. Mais le mouvement donnait cette semaine de nets signes d’essoufflement.

Le président français Nicolas Sarkozy espère désormais pouvoir tourner une longue et douloureuse page sociale, pour entrer dans une nouvelle phase politique, marquée en particulier par un remaniement gouvernemental.

(ats / 27 octobre 2010 17:05)
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Ven 29 Oct 2010, 17:54


Revenir en haut Aller en bas
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Réforme des Retraites : un pays paralysé ?   Mar 09 Nov 2010, 16:59

Après tout ce bruit... et si on se posait les questions de fond ?


Citation :
De la réforme des retraites en particulier…
Et de le politique sociale en général…
Citation :
La réforme des retraites était nécessaire. Il fallait l’entreprendre dès le second choc pétrolier en 1978. Les émeutes de Téhéran en septembre 1978, suivies de la sinistre révolution islamiste furent la cause du second choc pétrolier et aggravé par le conflit irano-irakien déclenché en septembre 1980.
Les conséquences de la hausse brutale et excessive des énergies fossiles annonçaient un bouleversement économique et industriel qui devait logiquement alerter les pays industriels. Une telle alerte aurait exigé des réactions prioritaires, mais notre élite, dès cette époque, manqua singulièrement de vision et de courage :

La première priorité eût été que les puissances industrielles s’entendissent sur un socle commun afin de renforcer la régulation des marchés financiers. Il fallait empêcher à ce qu’ils n’interférassent pas avec les acteurs de la production ; il n’en fut rien ! Bien au contraire, on assista à sa dérégulation pour aboutir à la crise que nous venons de vivre . Une dérégulation qui se fit également dans le mépris des pays en voie de développement alors qu’on les exploitait sans vergogne... aller à l'article pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
 
Réforme des Retraites : un pays paralysé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réforme des Retraites : un pays paralysé ?
» Réforme des retraites = déficit de l'UNEDIC
» L'objectif de la réforme des retraites
» Qui n'a pas voulu soutenir la grève contre la réforme des retraites et pourquoi ?
» THEME 1 - RETRAITE du 11/10 au 17/10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: