DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les 10 commandements des manipulations de masses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les 10 commandements des manipulations de masses   Jeu 07 Oct 2010, 21:40

Les 10 commandements des manipulations de masses

Une présentation de 10 "Commandements" qui aident à imposer aux gens une société qui les prive de leur libertés en les empêchant de s’en rendre compte par exemple en détournant leur attention sur des sujets futiles ou en leur faisant croire que ce sont des mesures nécessaires pour les protéger, tout en causant sans le montrer ce qui nécessite ces mesures de protection.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Trouvé sur :
http://www.reopen911.info/News/2010/09/28/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masse
Revenir en haut Aller en bas
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Les 10 commandements des manipulations de masses   Jeu 07 Oct 2010, 21:52

Merci pour nous passer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les 10 commandements des manipulations de masses   Ven 08 Oct 2010, 14:15

Gouverner par le chaos


Écrit par Michel Drac


En 2009 est paru sur le web un livre étrange : « Ingénierie sociale et mondialisation ». L’ouvrage était signé « comité invisible ». L’éditeur du bouquin « L’insurrection qui vient », Eric Hazan, confirma que ce « comité invisible »-là n’était pas celui qu’il avait publié. La franchise avait été volée, par un, ou plusieurs anonyme(s) ! L’affaire amusa le landernau du web mal pensant, et une journaliste du monde, Aude Lancelin, rédigea même un petit article à ce sujet. Fin du premier épisode.

En 2010, Max Milo sort « Gouverner par le chaos ». Renseignement pris, il s’agit de la version définitive du texte dont « Ingénierie sociale et mondialisation » était le brouillon. Signature ? Néant. Le ou les anonyme(s) a (ont) renoncé à capter la franchise « comité invisible » – mais restent anonymes. Il n’est pas interdit de voir dans cette rocambolesque publication une stratégie de communication bien pensée…


En attendant de savoir qui se cache derrière cette affaire, ouvrons l’objet, et disséquons-le.

Thèse numéro un : le chaos n’est plus l’ennemi des classes dirigeantes. Il est au contraire devenu la stratégie privilégiée du pouvoir. La politique, dans les très grands systèmes fédérateurs, est toujours l’art du contrôle de la majorité par les minorités ; le contrôle, désormais, utilise le chaos plutôt que l’ordre.

Cette mutation est le produit d’une révolution intellectuelle : les conseillers du Prince ne pensent plus à partir des idées générales qu’ils doivent promouvoir ; ils appréhendent l’art de gouverner comme une pure extension des techniques d’ingénierie sociale, elles-mêmes développées à partir des sciences du comportement et leurs diverses applications (marketing, management, cybernétique, toutes regroupées ici sous l’intitulé générique de « sciences de la gestion »). La politique est donc, pour dire les choses simplement, devenue en pratique une technique du contrôle social – cela, et cela seulement.

Le pouvoir ne veut plus se préoccuper de l’intersubjectivité construite par le corps social ; il entend régner grâce au conditionnement, via le Spectacle et la Technologie. Son objectif n’est donc plus de dominer le monde des idées, mais d’automatiser les comportements.

Au final, il s’agit de mettre sur pied un gouvernement mondial, doté d’un système de surveillance universelle fondée sur la traçabilité des objets et des personnes. Il s’agit, donc, de bâtir progressivement un univers où ceux dont le comportement sera automatisé (la masse) seront constamment placés sous la surveillance de ceux qui détermineront le conditionnement, et donc l’automatisme (l’élite).

Thèse numéro deux : pour détruire toute forme d’intersubjectivité et réduire le comportement des foules à leur conditionnement, il importe au pouvoir, avant toutes choses, de détruire le lien entre le réel et la raison. Ainsi, le retour du réel étant en quelque sorte indéfiniment différé, le discours du pouvoir devient le paradigme de la pensée.

La technique utilisée pour atteindre cet objectif intermédiaire se situe au croisement de toutes les sciences de la gestion, et c’est « l’ingénierie des perceptions ». Il s’agit de construire une « espace de vie » en trompe-l’œil, un pur virtualisme, au sein duquel la masse pourra évoluer sans jamais toucher au réel (que nous définirons ici, pour clarifier le propos de « Gouverner par le chaos », comme les faits préexistants à l’observation).

La construction de ce vaste trompe-l’œil repose sur les techniques du cognitivisme, du behaviourisme, de la PNL (programmation neuro-linguistique), du storytelling, du social learning et du reality-building. Toutes techniques dont le point commun est d’anéantir les espaces d’incertitude au sein de la représentation mentale des cibles, destruction de l’incertitude qui, de fait, implique aussi la destruction de toute capacité de questionnement. Le monde devient ainsi un système d’information, dont l’enjeu n’est que la régulation de ses propres flux. La confrontation du sens signifiant au réel, à travers le sens significatif, se trouve ainsi biaisée, le sens significatif étant réduit au sens significatif au regard de l’espace modélisé lui-même.

Thèse numéro trois : pour justifier l’entreprise de surveillance universelle et la reconstruction d’un espace mental collectif modélisé, qui doivent rendre possible le déploiement d’une ingénierie des perceptions complète, le pouvoir a besoin du chaos. Le chaos financier permet de justifier la concentration du pouvoir par les grandes banques d’affaires : c’est le seul moyen de reconstruire une gestion des flux d’information au sein du système. Le 11 septembre 2001 permet de justifier le Patriot Act. Mettre les systèmes de protection sociale en faillite permet de justifier leur privatisation. Etc.

Thèse numéro quatre : pour qu’une stratégie du choc soit efficace, pour que le chaos pousse les dominés à se réfugier dans la matrice symbolique constituée par le système de pensée des dominants, il faut que les dominés aient préalablement régressé intellectuellement. Il faut qu’on leur ait ôté toute forme de virilité intellectuelle (allusion à la « Théorie de la jeune fille » du collectif TIQQUN). En somme, il faut qu’on ait détruit en eux l’envie de relever les défis de l’incertitude.

Cette destruction des capacités d’autonomie des dominés passe par l’abolition des frontières de leur être, individuel et/ou collectif. Tant qu’une frontière existe, il est possible d’opposer un mode de pensée à un autre mode de pensée. Tant qu’une frontière existe, un principe d’incertitude, puisque d’incohérence, vient contrarier la mise en place d’une ingénierie des perceptions unifiée. C’est pourquoi il y a isomorphie parfaite, sur deux plans bien distincts de l’histoire, entre mondialisme et consumérisme régressif (tittytainment). Le mondialisme détruit les frontières nationales, le consumérisme régressif abolit les frontières de l’être individuel. Au final : un monde unifié, comme un utérus symbolique, pour servir de prison à des individus revenus au stade fœtal. L’occupation du « temps de cerveau disponible » par un système médiatique omniprésent participe de cette entreprise de destruction de toute forme d’autonomie.

Thèse numéro cinq : il y a engendrement mutuel entre les deux conditions d’atteinte de l’objectif intermédiaire, la destruction du lien réel/raison (voir thèse deux). Ces deux conditions sont, rappelons-le, d’une part le chaos (voir thèse trois), d’autre part la régression infantile (voir thèse quatre). En effet, plus la régression progresse, moins les individus et les groupes sont capables de penser l’intersubjectivité, donc plus ils sont naturellement enfermés dans une alternative brutale (soumission au pouvoir / chaos) ; et plus le chaos s’étend, plus les individus ont tendance à se replier sur leurs perceptions biaisées, faute de pouvoir concevoir une intersubjectivité (régression). C’est dans cet engendrement mutuel que se trouve, si l’on ose dire, le « principe actif » des nouvelles techniques de pouvoir : le gouvernement par le chaos.

L’ouvrage se conclut par un appel à la résistance, autour d’une référence présentée comme exemplaire : le programme du Conseil National de la Résistance.

Que dire de « gouverner par le chaos » ?

D’abord, force est de constater que sur le diagnostic, il n’y a rigoureusement aucune différence entre ce qui est dit ici presque constamment, sur ce blog, dans les ouvrages de notre maison d’édition, et ce qui est dit dans « Gouverner par le chaos ». A la limite, si on nous avait demandé de résumer notre diagnostic, nous aurions écrit le même bouquin, à quelques nuances près.

Quelles nuances ? Vraiment infimes. Peut-être aurions-nous davantage souligné le rôle spécifique de certains réseaux d’influence (financiers principalement, idéologiques secondairement). Disons que nous aurions, plus que le ou les auteurs de « Gouverner par le chaos », cherché à identifier un adversaire charnel. Peut-être aussi aurions-nous davantage souligné le lien qui peut exister entre le modèle culturel et anthropologique des milieux centraux dans le mondialisme contemporain (nomadisme juif, libéralisme anglo-saxon) et les formes précises que prend la démarche mondialiste à ce stade de son développement. Et sans doute, plusieurs d’entre nous étant croyants, aurions-nous davantage insisté sur la dimension antireligieuse de la démarche de l’adversaire (destruction du Père). Mais ce ne sont là, vraiment, que des nuances, qui traduisent plus une question de point de vue qu’une quelconque divergence sur le fond.

Nous aurions aussi, plus que le ou les auteurs de « Gouverner par le chaos », prêté attention aux différences qui peuvent exister entre la forme occidentale du « globalitarisme » et sa variante chinoise – et sans doute ici, aurions-nous débouché sur une interrogation sur la faisabilité du projet mondialiste en termes géopolitiques (une interrogation totalement absente de « Gouverner par le chaos », ce qui constitue sans doute un véritable angle mort).

Mais encore une fois, ce ne sont là que des nuances. Sur le fond du diagnostic, il faut bien dire que tout le monde ici, sous réserve d’inventaire, sera d’accord avec l’étrange « comité invisible numéro deux », le comité furtif disons… Et que donc, si, comme on peut le supposer, « Gouverner par le chaos » émane de la mouvance d’ultragauche, ou réputée telle, il existerait, de l’autre côté de l’échiquier, des gens finalement assez proches de nous. C’est intéressant.

C’est sans doute sur la question du remède que nous nous séparerons. A peine esquissée dans « Gouverner par le chaos », elle devrait pourtant constituer l’essentiel du débat. Si l’on a bien compris la fin du livre, il s’agit en gros, pour le comité furtif, de réhabiliter le CNR. Ma foi, à titre personnel, j’y vois une entreprise hautement louable, mais vouée à l’échec.

C’est ma conviction, exposée dans « De la souveraineté » par exemple, qu’il est impossible de lutter frontalement contre le chaos promu par les classes dirigeantes – et que, donc, puisque nous ne pouvons jouer force contre force, il faut faire du judo.

Partir sur une logique de type CNR nous amène à promouvoir au fond une démarche que je qualifierais, en référence au lexique retenu par le ou les rédacteurs de « Gouverner par le chaos », d’utérine. Non que le CNR en lui-même ait constitué une régression, bien sûr, mais parce que c’est bien ainsi, comme la constitution d’un espace protecteur clos, que la démarche sera perçue aujourd’hui par la population, telle qu’elle est – ou plutôt : telle que quarante ans d’ingénierie sociale l’ont faite. En ce sens, il faut se demander si une telle démarche n’est pas par nature hautement récupérable par l’adversaire. Mon opinion est que, dans l’hypothèse où l’oligarchie ne parviendrait pas à nous imposer DSK en 2012, et où elle serait obligée de se rabattre sur une Martine Aubry, nous en aurions d’ailleurs très vite la preuve.

A l’opposé de la démarche unitaire et égalitaire du CNR, je pense au contraire que c’est une démarche radicalement sécessionniste et franchement élitiste que nous devons promouvoir. Il faut prendre appui sur le chaos pour reconstituer un ordre libérateur à l’intérieur des éléments fragmentés. Il faut jouer sur les nombreuses apories qui vont progressivement se révéler à l’intérieur de la logorrhée bien-pensante contemporaine : s’il est interdit d’interdire, alors il est aussi interdit d’interdire d’interdire ; si l’identité (présentée comme une quête de l’authenticité) est une valeur non négociable, alors l’émergence d’une identité en rupture radicale avec le système dominant est, elle aussi, non-négociable. C’est ainsi que nous reconstituerons une frontière : si le chaos est le paradigme du pouvoir, alors il faut s’organiser pour bénéficier du chaos, afin de contester le pouvoir. Il faut attaquer l’adversaire non sur sa démarche (il est trop puissant pour que nous l’empêchions de la déployer), mais sur les conséquences de sa démarche (il est trop puissant pour limiter ses propres succès). Bref, puisque le pouvoir utilise « l’avant-guerre civile » comme paradigme de son emprise, il faut se mettre en situation non pas de revenir un pas en arrière de lui, mais au contraire d’aller un pas au-delà de lui.

Une opinion, évidemment, qui ne prétend pas être autre chose, à ce stade, qu’une proposition tactique…

http://scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=570:gouverner-par-le-chaos-anonyme&catid=53:politique&Itemid=55

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les 10 commandements des manipulations de masses   Ven 08 Oct 2010, 14:29

Eh oui : les programmes tv sans intérêt, les fêtes à tout va,
les protections-privations, les entreprises sponsorisantes-licençiantes-dupersonnel-les-baisses-de-salaires-pour-une-retraite-misérable-,la manipulation mentale (mot moderne de la propagante), etc.

Qui se plaint ? Personne !

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Les 10 commandements des manipulations de masses   Sam 06 Nov 2010, 23:48



Bon le mec n'est pas le plus grand comique du siècle mais fallait quand même des corones pour faire ça devant Eliz La Bête Lévy et Finki le procureur de la philosophie mémorielle .

Observez la liquéfaction de Finkielkraut au fil des minutes quand on touche à son Bizness sacré ... Jouissif.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les 10 commandements des manipulations de masses   Dim 07 Nov 2010, 09:00

Les 10 commandements des manipulations de masses par lephenix soi-même!!!

Protocoles des sages de sion, toronto et autres absurdités complotistes... par morts

Ne dites pas à sa mère qu'il est ... elle le croit intelligent.
Et en plus y en a des qui le suivent et en rajoutent.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les 10 commandements des manipulations de masses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 10 commandements des manipulations de masses
» Les deux commandements dont tout dépend
» Les 10 commandements de l'automédication
» Poème: Les 13 commandements de la vie
» LIAISON EQUIPOTENTIELLE - LIAISON DES MASSES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: