DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 La terrible épreuve du flunch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 12 Sep 2010, 20:01

boudo a écrit:
pieds croûteux a écrit:
...
je ne censure pas non plus le "délire" psychologique... j'en parle même sans gêne, et en parcourant les forum je viens de voir que c'est rare... je me suis demandé, les autres gens ils n'osent pas le dire?, ou il n'ont pas ACCÈS à ces trucs?, sur le forum d'hynose par exemple, ils devraient avoir eu accès, donc en parler, ou alors, réveillés ils oublient.

À moins d'un MIRACLE donc je souffrirai au flunch...


Il ne t'est pas interdit de demander à Dieu un miracle , cher pieds croûteux ; c'est même recommandé . Mais il faut toujours ajouter : " Que Ta Volonté soit faite . " .

Ou bien si cela n'est pas contre ta volonté.
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
pieds croûteux



Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 12 Sep 2010, 20:37

Que Ta Volonté soit faite .
j'essaie de comprendre... c'est pour que toujours il y ait 'humilité, le non égoïsme, et le bien des autres.
dans le bouddhisme, c'est l'interdépendance qui me semblent correspondre.
le moindre grain de sable que l'on bouge en râve change la destinée du monde dans la bonne ou mauvaise direction suivant l'état mental de notre intention.
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 12 Sep 2010, 21:45

pieds croûteux a écrit:
La folie est une métanoïa
http://agenda.ipc.univ-paris-diderot.fr/confluence.php?id_article=62

intéressant.

Pour le miracle déjà j'en vit un... d'avoir cette thérapie qui m'a fait avancer plus en quelques mois qu'en 20 ans. j'ai commencé aujourd'hui à travailler avec la musique.
...j'ai repéré que qu'il y a des rapports de fréquence particulières qui font la tétanie qu'on trouve aussi bien dans des cigales que dans la techno que dans du mozart.



Merci mille fois pour les articles de rétrospective de Jean-loup Motchane , cher pieds croûteux .

Bravo d'avoir repéré des rapports de fréquence communs à des mélodies si différentes .
Il faut peut-être maintenant comparer ces rapports avec ceux expérimentés par un bébé avant sa naissance . Ce pourrait être intéressant .

Peux-tu supporter tes crises de tétanie ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 13 Sep 2010, 10:02

pieds croûteux a écrit:
Que Ta Volonté soit faite .
j'essaie de comprendre... c'est pour que toujours il y ait 'humilité, le non égoïsme, et le bien des autres.
dans le bouddhisme, c'est l'interdépendance qui me semblent correspondre.
le moindre grain de sable que l'on bouge en râve change la destinée du monde dans la bonne ou mauvaise direction suivant l'état mental de notre intention.
J'aime bien écouter public enemy en ce moment fight the power
est-ce que tu connais? :hello:
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 13 Sep 2010, 11:52

http://beemp3.com/download.php?file=2816309&song=Fight+The+Power
je suis allé voir (c'est un extrait de 1mn30 qui permet de se faire une idée, c'est pratique, c'est gratuit et légal, quoicque je me demande... trouvé tous les vieux disques de mon adolescence en entier!) mais vu le texte en anglais je ne comprend pas trop. (le message doit être dans le texte)
La musique bof. En tout cas depuis les soins d'hier je crains moins, ça m'a déjà bien guéri, je suis moins stressé après avoir fait de la tétanie "exprès" hier, et du coup la musique me traumatise moins...

édit : un sacré gisement j'ai trouvé là... 3 Go de mp3! (j'ai bien travaillé avec la période des années huitante (surtout 1980 à 1986)



Dernière édition par pieds croûteux le Dim 03 Oct 2010, 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mar 14 Sep 2010, 22:24

boudo a écrit:


Peux-tu supporter tes crises de tétanie ?
oui, c'est même presque agréable dans les bras de "jésus", mais sinon sans être entouré, quand c'est lors des crises clastiques c'est dangereux, ou ça peut dégénérer en crise clastiques, alors là avec de l'aide, ça s'évacue en larme, l'émotion peut sortir.
c'est marrant comme un état qui est de la pure souffrance devient quelque chose de bien avec ce détail, une guérison même avec simplement ce détail en plus... recevoir de l'affection, de la sécurité et de la protection... Quand les état mentaux sont moins extrêmes il est déjà possible de le faire un peu en ressentissant la compassion (en fait l'Amour universel) par la méditation ou la prière, mais il semble, quand le cas de l'autisme asperger dont je suis atteint, que se sugestioner pour avoir des états mentaux à volonté est beaucoup plus difficile. beaucoup plus difficile de décrocher du monde réel envahi des perceptions trop intensément vécus. une personne neurotypique (cerveau ordinaire) s'évade plus facilement par le mental, (s'illusionne peut être plus facilement aussi).

pour la prière mon mantra préféré c'est 3.141592565358979323846264338327950288419716939937510582097494459...
il y'en a long... d'ailleurs tiens, je vais me remettre à apprendre des décimale. ça fait parfois revivre du passé aussi ça... réciter PI...
mais pas pareil (sans les émotions, quoicque si un peu, avec des images).
la badinerie de J.Sébastien bach jouée à la flute, très vite me faisait le même effet... mais je dois guérir le traumatisme de la musique pour m'y remettre.

il y a un gros pi
ici
http://thevenet.jean.free.fr/pi.txt
et de quoi en faire exploser les ordi ici
ftp://pi.super-computing.org/

le plus beau mantra pour prier...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 15 Sep 2010, 11:06

En musique électronique je me réfère à Kraftwerk ou tangerine dream
J'aime bien aussi tout ce qui est garage ou encore soft machine la musique expérimentale l'école allemande Fluxus
Sinon la messe
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 15 Sep 2010, 11:53

Arc-en-Ciel a écrit:
...

Mais je pense, peut-être à tord, qu'elle ne t'intéressera pas.

Mais dans le doute, voici un lien : Accueil et Agapè
http://www.anne-peggy-agape.org/

J'ai été guérie, libérée, d'une blessure intra-utérine, que j'ignorais Very Happy

un amie de ma mère a dit que c'était très bien... à l'origine un couple de laïque qui a recuillé un abandonné mongolien...
peut être bien que j'y irais y voir, au printemps...

Kraftwerk je connais... je décodais d'ailleurs le morse de radio activity, et j'ai dans mes archives celle du téléphonne.

j'arrive maintenant à écouter un peu de musique, j'en télécharge quelque unes pour ma thérapie, j'ai bien guéri car je peut en écouter un peu des extraits pui l'arrêter de ma tête ensuite (alors qu'avant ça se mettait en boucle et me paralysait pour des heures, parfois des jours), mais si je n'ai pas à interragir (si je n'ai pas à utiliser des fonctions du cerveau liées à la parole), mais les émotions remontent difficilement où seraient dangereuses non accompagné (c'est une protection en fait). il me faut être entouré (dans les bras de mon "chaman") pour tout lâcher, mais il y a du progrès!
je pense tenter un voeux de silence de 15 jours entre deux séances, et si possible, terminer par du rêve lucide (rester conscient dans un rêve nocturne),
faut y souhaiter très fort et en avoir ensuite 'l'intention pour que ça se produise (prier pour ça en fait), pour la conscience en rêve.
-------
pour le copain schizo, j'ignore si une seour qui a réussi dans la vie et est indépendante (mène sa vie loin) est dans le déni (la honte de la maladie) ou dans l'ignorance...

j'hésite à envoyer ce mail, à quelques mots près, à cette seour... c'est terrible cette maladie (verrou de déni autour de l'influence de la mère, encore UN POINT DE DIAGNOSTIC DE PLUS...)

Citation :

j'espère que vous savez déjà mais sinon j'aimerais vous le confier ce que je sais de votre frère.
pas eu de réponse lors de ma première tentative de vous contacter mis à part votre mère qui m'a éjecté et interdit de prendre contact avec vous dans la peur que j'influence votre frère, après qu'il aient, tous les deux brisé une amitié qui était très importante pour moi.
Je n'espère plus trop être ami avec votre frère car j'ai compris ce qu'il avait, mais ne voudrait pas l'abandonner comme ça sachant sa maladie...
est ce diagnostiqué au moins?! il est en danger sinon!

Vous le savez? Si oui tant mieux, sinon, peut être est t'il temps d'agir, auquel cas je vous explique juste briévemment ce qu'il en est de mon interprétation et vous allez voir vos docteurs et vos psycho, compétents et de confiance pour vous qui adapterons...

à bientôt peut être...


en danger oui, car à force, ce refoulement, ce déni et cette manipulation dans chaque tournure de raisonement du cerveau de cet pauvre être "envoyé des anges" cause carrément des dommages physiciochimiques à son cerveau... il n'est pas encore trop abîmé mais il va pas tarder à dépasser le point de non retour (33-40 ans)
diagnostiqué ? en france c'est pas encore ça (méthodes en retard de 25 ans pour traîter la schizophrénie, il faudrait l'envoyer au québec)... mais ça change vite vu ce que m'a dit mon psychiatre (des universitaires font déjà de la catharsis en groupe, soignant non pas "le schizphrène", mais sa famille avec lui)





Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 15 Sep 2010, 22:46

En Belgique , cela s'appelle la thérapie systémique , expérimentée par le docteur Mony Elkaïm ( maintenant à la retraite ) .
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Jeu 16 Sep 2010, 10:46

Merci... deux petits mots qui font sortir des documents...



Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 17 Sep 2010, 13:45

11:48 envoyé... à la grâce de Dieu... montre nous tes pouvoirs maintenant... Dieu...

en tout cas mon "jésus" lui... ne croît pas dieu ... étrange...
c'est un comble.
il croit en l'esprit par contre (donc en dieu mais pas avec le même nom)

(il est jeune).


Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Jeu 30 Sep 2010, 20:12


Mais l'envoyé des anges laisse des traces. on le voit dans un club de sport, il se défoule bien... mais il n'a pas trop le sourire

stand by... bon... si il se grille pas le cerveau à délirer il y a plus qu'a attendre...


Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 01 Oct 2010, 22:03

Bonjour petits pieds (pieds crouteux), Very Happy

Je n'avais pas vue ton sujet, excuse moi...

Tu réfléchis beaucoup trop. Tu réflichis de manière symbolique et cela peut nuire aux connection des traumatismes.

L'autisme à mon avis est lié au traumatisme de naissance. Pour ce qui est de ta méthode (thérapie), elle est excellente. Il est vrai que le Christ est le thérapeute par excellence. Il a la compréhension, la compation et l'amour qu'il faut pour sécurisé (athmosphère sécurisante) et permettre à la souffrance de s'exprimer enfin. Par contre le contacte physique (prendre dans les bras) peut avoir l'effet d'une consolation. D'un côté cela permettra à la souffrance de s'exprimer un peu mais l'effect consolation peut l'empècher de s'exprimer jusqu'au bout. La consolation deviendra une défense psychologique contre la douleur du traumatisme. Les réflexions symboliques auront aussi cet effet de défense psychologique contre la douleur. Il serait préférable que tu pense moins (ne pas analyser au moment oü tu ressens).

EMDR, serait très bien. Elle permet de ressentir la souffrance mais les connections aux traumatismes seront beaucoup plus rapide (plus efficasse). Comme les connections liées au évènements traumatisants seront rapide, le temps de souffrance sera beaucoup moins long. Tu devrais faire une recherche sur les EMDR, cela serait une grande découverte pour toi.


Pour ce qui est des sons, il n'y a pas necessairement un traumatisme sonore, lié à cela. Les sons peuvent être interprété de manière symbolique par le cerveau comme étant une agression venant de l'extérieur. Ce qui est important est le sentiment d'être agressé et non les sons eux-même. L'agression peut être tout simplement le traumatisme de naissance lui-même. Chez l'autiste, il y a de très fort sentiment de mort (sentiment d'être entrain de mourir). Tout ce qui est extérieur à lui-même pourrait être perçue comme dangereux. Alors il se fixera dans des pensés ou mouvements (presque contemplatif) pour éviter ce qui est extérieur à lui-même et qui risquerait de faire remonté à la surface ce sentiments de danger qui vient de l'extérieur (sentiment de mort). Il s'enfermera donc à l'intérieur de lui même pour éviter une agression extérieur (ne pas bouger pour ne pas mourir, rester à l'intérieur sans bouger). L'agression qui vient de l'extérieur et qui est interpréter comme un danger de mort, est en réailté, le corps de la mère au moment de la naissance du bébé. Le bébé est donc resté coincé dans le ventre de la mère ou dans le passage du vagin de la mère. Avancer était risqué de mourir, reculé était impossible. Il n'y avait que cette position d'inertie qui pouvait lui sauver la vie. Mais même dans cette position d'inertie (ne pas bouger), il pouvait mourir (sentiment de mourir). Le corps de la mère est devenue le facteur extérieur agressant qui menaçait la vie de l'enfant. Une mère pousse pour faire naître son enfant (son corps participe à la naissance). Mais ces mouments du corps de la mère qui font avancer l'enfant vers l'extérieur, pouvait être une menace pour le bébé qui risquait sa vie s'il avancait. L'aspect intérieur et extérieur est très présent chez l'autiste. Ce qui est exétérieur à lui-meme est une menace (son, sentiment d'affections des autres etc...), il se cache donc à l'intérieur de lui-même pour survivre à une menace de mort qui est extérieur (cette menace est le corps de la mère qui participe à la naissance).

Donc, la méthode serait d'utiliser des coussins (qui imiterait le corps de la mère) contre ton corps et non des bras consolants. Ne pas penser, ressentir avec ton corps les émotions. Un bébé ressent avec tout son corps, il n'analyse pas la situation (et encore moins de manière sybolique).

Aurevoir, prend soin de toi...

salut I love you




Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 02 Oct 2010, 00:47

Ta réflexion, chère tourterelle, est très intéressante.
"Ne pas penser, ressentir avec le corps" j'ai fais cette expérience, avec "la mémoire" de mes mains sur le travail de la glaise. C'est impressionnant. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 02 Oct 2010, 10:04

Merci beaucoup... j'étudierais plus après le voeux de silence. que j'ai rompu par l'écriture pour ce matin puisqu'il fallait expliquer un peu à ma mère ce qui se passe (par écrit sur des bouts de papiers. du coup j'ai été écrire un peu et les conseils de la pratiques sur le web m'aident.
il y a aussi ceux là. j'ai déjà à peu près planifié ma "catharsis" du mois... (!)

le voeux de silence j'ai justement pour mieux méditer (être dans le ressentit et ne pas analyser).
curieusement c'est très différent d'écrire que de parler, mais ça perturbe quand même.

J'ai le 19 septembre vécu des trucs qui semblent de la naissance (sensation d'étouffer), il y avait vraiment besoin que l'ami me serre de toutes ses forces pour que la respiration reparte. (quand il me serre ça me sort de la tétanie.. et ça devient des pleurs, mais si je suis tout seul je tétanise, et puis je crise et me tape la tête contre les murs).
avec les coussins je l'avais fait, il y a longtemps, non ça ne marche pas, il faut un accompagnement affectif.
comme expliqué ici.
http://holotropique.free.fr/respiholo.htm
(une pratique qui ressemble à la mienne sauf que moi m'hyperventile pas, puisque avec "jésus" ça marche déjà comme ça)

Je prend des véritables crises, il faut quelqu'un de costaud.
J'ai semble t'il résolu beaucoup du traumautismes liés aux sons (je peut rester plus calme avec le bruit de frigo, des tracteurs et réécouter de la musique sans qu'elle boucle ensuite dans la tête), depuis la grosse crise faite sur la 40eim de mozart (j'ai eu mal aux abdos 2 jours, impression d'avoir été faire de la musculation).
J'ai eu aussi une modification des perceptions (moins de "douleur" à voir des éléments d'architectures ostentatoires), c'est bon signe. Je suis moins affecté par "les horreurs". le négatif "pathogène" c'est déjà bien résolu.

là, je vais "charger" en émotions par la méditation toute ma détresse affective (en fait ça se fait tout seul, c'est "sous la couche de la mentalisation", jêuner (pour des raisons d'accouphènes et par ce que les souvenirs remontent mieux), et tenter une pratique de plusieures heures pour y évacuer, qui pourrait se faire la nuit (seul moment de disponibilité de cet ami) 1h vite fait ça ne suffit pas, la remontée, seule, est douloureuse)

j'ai semble t'il une mémoire de mort violente et de fortes émotions liés à l'inde ou l'indonésie
---------------
ça vient du grand père il semble
------------



Dernière édition par pieds croûteux le Sam 07 Mai 2011, 19:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 02 Oct 2010, 14:10

Alors cher ami..
avez-vous un peu explorer les vidéos de kraftwerk sur le net?./
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 02 Oct 2010, 15:25

non... pourquoi? (remarque, je vais rester quelque jours sans connexion)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 02 Oct 2010, 15:28

Pour le plaisir..
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 03 Oct 2010, 18:15

je ne sais pas... j'ai le morceau du téléphonne, et j'ai vu une fois quelques vidéos (sur ARTE), bof... on voit deux mecs planté devant un ordinateur. c'est rigolo. star treck j'aime bien, et en plus il y'en a un qui a un peu mon syndrome (asperger), c'est Spoke.

tourterelle a écrit:
le contacte physique (prendre dans les bras) peut avoir l'effet d'une consolation. D'un côté cela permettra à la souffrance de s'exprimer un peu mais l'effect consolation peut l'empècher de s'exprimer jusqu'au bout. La consolation deviendra une défense psychologique contre la douleur du traumatisme. Les réflexions symboliques auront aussi cet effet de défense psychologique contre la douleur. Il serait préférable que tu pense moins (ne pas analyser au moment oü tu ressens).

C'est justement là la thérapie... je lie le passé au présent en me consolant, ainsi la charge traumatique est moins forte, et l'obstacle que cela constituait saute... après ça remonte plus loin dans le passé, laver alors un autre souvenir d'amour (et le rincer aux larmes), pour aller plus loin.. en fait ça se fait tout seul, pas chercher à comprendre, souvent dans le désordre.
Normallement le manque affectif devrait être comblé, justement en consolant les mémoires où la détresse s'est produite.
" ne pas analyser au moment oü tu ressens"... Tu verrais l'état à ce moment... comment analyser quelque chose?! c'est carrément de la crise...

tourterelle a écrit:
L'agression peut être tout simplement le traumatisme de naissance lui-même.
J'au fait une grosse avancée le 19 septembre, j'ai vécu des trucs qui semble la naissance, enfin, quand on est bébé tout petit et qu'on étouffe ça y ressemble, et l'ami a compris au bon moment et m'a serré de toute ses forces... et depuis, et ça a l'air de tenir, je peut écouter de la musique sans qu'elle me tourne dans la tête ensuite (avant cette guérison, ça me paralysait au point d'en trébucher en marchant, ou de criser); je vais vérifier. La musique associé à la parole c'est différent (ça va tout seul là, je ne parle pas, voeux de silence)
Il reste encore un gros manque affectif... j'ai encore des trucs à revivre. Mais il faut du temps: (en fait le phénomène commence après 45' à 1h30, il faut donc 3h, et j'ai jamais eu "jésus" plus qu'une heure, il passe me faire chialer vite fait lors d'un trou dans son planning, du coup, ça remonte après et c'est douloureux. Je vais essayer de faire moins souvent mais plus longtemps... il n'a pas le temps la journée... peut être faire ça la nuit..; j'aurais 8-10h une bonne crise le soir, j'ai sa présence pour m'en remettre, et peut petre du demi sommeil en conscience holotropique, mais si il dort il sera peut être moins efficace. il sera là quand même, je pourrais me blottir contre, c'est mieux qu'un coussin, c'est vivant..

tourterelle a écrit:
Ne pas penser, ressentir avec ton corps les émotions. Un bébé ressent avec tout son corps, il n'analyse pas la situation (et encore moins de manière sybolique).
c'est bien comme ça que je vois le truc...
les symboles ça sert à "charger" avant de ressenti pour que ça marche mieux... Quand je suis bien préparer, je ressens bien plus fort l'affection, l'amour de cet ami.

et il se passe exactement... ceci. mais alors vraiment...... ça alors! (et c'est sur ce sujet que j'ai eu cette citation... je venais de le ressentir le 26 août (remonté le passé, drôle d'effet la première fois)
Citation :
Notre Père, met à la lumière un trait de ton passé. Il le fait remonter en surface pour le guérir et non l'effacer. C'est une blessure dont il cicatrise, mais qu'IL n'efface pas. Elle fait partie de toi et appartient à LUI Seul. Cette cicatrice, pansée et guérie, mais présente , visible qu'à toi, c'est l'empreinte de SON Amour que tu ne dois pas oublier.

après avoir compris que Notre père c'était dieu, que dieu = amour et que ce fluide d'affection que j'appelle le "flux guérisseur" c'est l'amour. ça m'a vraiment interpellé... c'est ça la catharsis.

En "chargeant" au préalable, j'ai mon amour en plus du sien, ça aide.

ça rejoint aussi le LYING de denyses Desjardins (femme que j'ai d'ailleurs rencontré), sur le principe de lier le passé au présent pour le guérir.

à bientôt.



Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 04 Oct 2010, 02:05

Citation :
Il reste encore un gros manque affectif... j'ai encore des trucs à revivre. Mais il faut du temps: (en fait le phénomène commence après 45' à 1h30, il faut donc 3h, et j'ai jamais eu "jésus" plus qu'une heure, il passe me faire chialer vite fait lors d'un trou dans son planning, du coup, ça remonte après et c'est douloureux. Je vais essayer de faire moins souvent mais plus longtemps... il n'a pas le temps la journée... peut être faire ça la nuit..; j'aurais 8-10h une bonne crise le soir, j'ai sa présence pour m'en remettre, et peut petre du demi sommeil en conscience holotropique, mais si il dort il sera peut être moins efficace. il sera là quand même, je pourrais me blottir contre, c'est mieux qu'un coussin, c'est vivant..

Trois heures, c'est beaucoup... Mais il est vrai qu'il y a un temps de préparation. En réalité se serait 2 heures (sans le temps de préparation). Deux heures à ressentir profondément une émotion traumatisante est tout à fait normal pour un début (débutant). Il y a beaucoup de pression qui demande qu'à sortir et cela depuis très longtemps... Ce temps diminuera avec le temps (expérience et connection plus rapide).

J'ai un petit peu de difficulté à te suivre (comprendre ton texte). Qui est ce il? "il n'a pas le temps la journée..." Ce il est Jésus (sentiment de la présence du Christ en toi)? Ce coussin vivant est Jésus?

Pour répondre à ta question "Je vais essayer de faire moins souvent mais plus longtemps..." Oui, il est préférable de faire (ressentir) moins souvent et plus longtemps. Tu dois laisser s'accumuler la charge émotive (pression émotive) pour qu'elle sorte avec puissance (cela permettra aux connections de ce faire). Finalement c'est l'émotion qui prendra le controle et toi tu n'aura qu'à te laisser allé à la ressentir. Il te viendra des images de ton passé (image d'évènements traumatisants passé, athmosphère familialle passé ect...). Et quelques fois, simplement le sentiment qui sera en lui même la connection (sans image).

Citation :
il faut donc 3h, et j'ai jamais eu "jésus" plus qu'une heure, il passe me faire chialer vite fait lors d'un trou dans son planning, du coup, ça remonte après et c'est douloureux.

Oui, d'accord, je comprend (en tous cas, il me semble avoir compris)... Il faut vraiment que tu laisse ces sentiments sortir jusqu'au bout, sinon sera douloureux effectivement. Il est étonnement, beaucoup plus douloureux de retenir une souffrance émotive que de la ressentir jusqu'au bout (lalaisser sortir).

Essais la nuit, comme tu l'as dis. Et tu peux communiquer avec moi sur ce file (sujet)... Je viendrai te voir (te lire) de temps en temps sur ce fil (comme cela tu te sentira un peu en sécurité, coussin vivant)... Smile





Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 04 Oct 2010, 10:50

HOULA...Un oiseau!!! c'est un prédateur des papillons...

Je crois bien que finalement la méthode est assez au point, il faut juste s'organiser en mettant la priorité principale sur la garantie de disposer de 3h.
l'idéal c'est bien 3h, si on compte la présentation, bonjour et tout, s'installer... et se parler un peu après, le temps que les larmes sèchent...
Je voudrait aussi tenter le rêve lucide (la fois ou on y passe la nuit) mais pas évident (et peut etre moins utile, c'est bien aussi mais beaucoup plus de préparation pour y arriver une fois sur 5, pratique à faire en monastère avec une présence plus assurée...ou peut être seul et plus tard car les traumatismes affectifs évacués, je n'aurais logiquement plus besoin de ce subterfuge)

c'est comme un ordinateur linux finalement un humain... quand ça bugue il faut le mode ... "je te consoles"..

merci...

Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 04 Oct 2010, 11:03

Citation :
HOULA...Un oiseau!!! c'est un prédateur des papillons...

Laughing

Ha non, vraiment pas... Rien à voir avec un prédateur... Smile

Mais c'est ok. Oui ça semble au point...

Alors prend bien soin de toi petit pied.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 04 Oct 2010, 15:54

bon, si t'es granivore tant mieux...
Bon je me concentre... faut que quand je revois l'ami que j'ai les jambes en coton et des foumillement d'émotion... ça marchera mieux. Je m'y prépare... à l'aimer très fort!
(le comble... c'est un étudiant en psycho... voyez l'exception)

salut et merci. ça été pour rire plutôt que d'en pleurer, au début... de mystifier cette histoire! mais ça aide bien. Maintenant il vaut mieux en pleurer qu'en rire...(faut que l'ami me cache ses yeux sinon je rigole, ça me déconcentre et je pleure moins...) c'est le comble!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Lun 04 Oct 2010, 19:42

Et le clip de sid vicious la reprisde my way avec les incursions de public bourgeois
l'avez-vous regardée??
Moi j'aime beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mar 05 Oct 2010, 08:39

Non... pas très vidéo (la qualité me rebute aussi)
Mais j'ai retrouvé 10h de musique des années huitante qui me servent pour "guérir" du traumautisme de la musique (je ne pouvais plus en écouter), avec Reaper (logiciel de montage) je peut les enchaîner, les mixer (pas de blancs et écoute continue)

découvert tangerine dream en passant, j'aime pas trop (les sons pas assez riches) préfère Yello


http://beemp3.com
http://www.flash80.com pour trouver nom et titres des disques. d'ailleurs il y a un flux mais en 128Kb/s c'est pas très bon (écouter seulement avec le son faible)
http://listen.radionomy.com/flash80-radio

ça ma bien fait chialer quelques heure tout ça...

et aussi chercher
"Beemp3 Firefox Search Toolbar" "Year: 1980" "Bitrate: 192" (adapter la date et le bitrate c'est pour trouver des pas trop mauvais son)
Google en trouve plein.
remplacer dans la barre d'adresse les sitescopie de Beemp3 tels que
www.pzou.com/index.php?q=lagu+persib+bandung
par
http://beemp3.com/index.php?q=lagu+persib+bandung

Autrement pour les catharsis, c'est Mozart, des prises de son des forêts tropicales, et des raggas indiens. (mais avec mon ami "jésus", ça marche sans).
Voilà. J'y retourne d'ailleurs, faut que je l'aime la prochaine fois (méditation pour ça) au point d'en avoir les jambes qui flageolent quand il arrive (car quand ça fait ça c'est direct l'enfance ensuite, sans besoin de musique, ça marche mieux)

salut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 06 Oct 2010, 15:16

Non mais vraiment tu trouves pas ça trop marrant la vidéo de sid vicious où il est sur un plateau télé a chanter une reprise de my way en punk avec le montage en incursion (regarde bien) d'un public bourgeois exalté..
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 06 Oct 2010, 15:21

Je ne sais pas en détail (j'ai pas de quoi regarder), mais vois pas bien le rapport avec... le flunch!
les musiques me servent actuellement pour retrouver des émotions refoulées (thérapie déclanchée par l'éperuve du flunch), critère de date de première écoute car ça aide à revivre ce qui s'est passé à cette date (le post d'avant c'est pour montrer qu'on peut rechercher par critère de date), alors que là... c'est pour partager un point de vue social qui aurait un rapport? (il doit falloir avoir aussi de références cultirelles). Je n'ai vu dans "public enney" un message quelconque... une musique un peu rap avec des paroles anglaises, peut être dans les paroles....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 06 Oct 2010, 15:34

Il y a sûrement un rapport mais je comprends pas tout
et beaucoup de choses me dépassent
à la base c'est pour parler musique..
l'énergie du punk est historiquement importante pour moi et ça me fait du bien d'en écouter
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mer 06 Oct 2010, 15:41

La musique aide à sortir certaines émotions, et en ce sens là ça peut soigner (si on revis les souvenirs, et qu'on a l'émotion... en la réécoutant, une manière de catharsiser aussi... c'est un moyen puissant aussi.

on vient de me montrer ce document.


http://www.abchypnose.fr/index.php/alliances-therapeutiques.html

mais j'y trouve un truc qui correspond bien à ce qui doit se passer, l'état dans lequel je me met pour pleurer quand je me sens "bébé" (et la méditation c'est justement pour renforcer le coté droit du cerveau)
-------------
Pour le psychanalyste Didier Dumas, les états de conscience chamaniques s'apparenteraient à des états de pensées et des formes de perception d'un enfant de moins de trois ans.
En effet, on retrouverait ainsi la télépathie originaire qui est celle du bébé en nous. Comme si le chamanisme était une plongée dans "la psyché originaire" de même nature que le rêve. Cela permettrait d'explorer les structures préverbales autrement que par le rêve et sa compréhension. Dès notre troisième année la psyché du nourrisson est refoulée sous ce que Freud a appelé "la barrière du refoulement originaire". Rappelons à ce propos que le cerveau droit est celui de la construction des formes et des images, la psyché originaire se constituant dans le cerveau droit au cours des trois premières années. C'est cette forme d'activité, refoulée par l'acquisition du langage à partir de trois ans, qui réapparaîtrait dans le chamanisme.
------------------

et pour la musique... ceci

---------
Le tambour n'est pas sans rappeler le battements du coeur de la mère notamment ce qu'en perçoit le foetus pendant la grossesse. Les chants psalmodiés ne sont-ils pas ce qu'il perçoit de sa mère pendant et après la grossesse?
---------------

et ceci aussi
-----------
Si l'on envisage l'entrée en transe chamanique au moyen du tambour, il faut savoir que le tambour chamanique, à 180 battements par minute, rythme comparable à la musique techno nous dit Jean-Patrick Costa dans son livre "le chamanisme hier et aujourd'hui", induit chez tout individu une modification de l'état de conscience.Cependant les effets puissants du tambour ne sont pas totalement élucidés. L'on sait qu'un rythme monotone et répétitif induit chez l'individu une production d'ondes alpha et théta qui sont celles d'un état de conscience modifié. D'après la représentation électroencéphalographique de Maxwell Cade, le Miroir Cérébral, les ondes théta (4-7 cycles par seconde) sont liées à la créativité, à une forte imagerie mentale et à des états extatiques. Beaucoup d'Amérindiens parlent du battement du tambour comme "du pouls de la terre".
----------------------

peut être essayer "now dance party mix" au lieu de la 40eim de mozart la prochaine fois (pour "descendre" les areignés des plafonds)
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 08 Oct 2010, 10:00


chez les pyschologues ça ne passe pas de parler de "traumatismes" culturels religieux comme la crucifixion de jésus et la culpabilité qui en résulte:
banni de leur forum pour 1 mois, il y a certes ma manière de m'exprimer pas assez sérieuse à leur goût, mon histoire de proposer une idée de thérapie (en fait c'est la régression holotropique), mais aussi ils ne veulent pas mélanger religion et thérapie... alors que pour moi c'est essentiel... c'est une partie de l'éducation, même pour les hâtés qui baignent dedans du fait de leur appartenance à un peuple...
les hypnologues semblent plus ouvert à ces questionnements.

voilà..



Dernière édition par pieds croûteux le Sam 07 Mai 2011, 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 09 Oct 2010, 14:09

Oui en tout cas vous avez l'air de vous y connaitre bien mieux que nombre de médecins en la matière
ça me fait penser quand je parlais (je ne vais plus les voir) aux médecins de mes difficultés émotionnelles qui se répercutent sur mon physique et qu'ils me prescrivent des neuroleptiques..
aussi on m'a souvent taxé d'hyper-affectivité et que soi-disant je dois me raisonner
alors que j'ai découvert que cela provenait d'un manque réel à tous les niveaux de la société
..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 10 Oct 2010, 11:13

Sinon j'écoute beaucoup la musique des années 80
en plus c'est ma génération j'avais 12 ans quand sortaient à la radio michael jackson et madonna
pour moi je dis que la vraie musique électro c'est la musique pop fm des années 80
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 10 Oct 2010, 12:50

oui, les années 80 c'est ma période aussi, surtout de 1980 à 1986, après ça devient pauvre.

c'est très riche comme période, aussi du point de vue social... il y avait les radios libre. je tenais 18h de programmation à Radio canut 102.2 Lyon, vers 1987 je crois, je préparais 3h de programmes qui tournaient en boucle 18h par jour entre les émissions animés. Je mettais absolument de tout: des musiques politiques aux chansons paillardes en passant par les musiques à la mode et le classique.

autrement ça été une grande nuit... mon "ami jésus" est passé la nuit, carrément. D'abord la soirée j'ai vidé des émotions sur une compiliation des années 1994:NOW DANCE PARTY MIX j'ai osé (descendu donc les areignées du plafond!) pourtant pas tellement mes musiques, mais c'est ce qui faisait le plus chialer, maintenant guéri de ça je supporterait la techno!

puis la nuit j'ai tenté un yoga du rêve, pas atteint la lucidité mais bien consolé des périodes très lourdes de ma vie en les revivant en rêve mais cette fois étant "accompagné" pas seul dans la détresse le vécu en aura changé...
Je me sens bien mieux... je crois que cette fois j'ai pratiquement guéri cette dépression et tous ces traumatismes qui me rendaient encore plus sensibles.

voici mes notes...
UN GRAND JOUR (j'attendais ça depuis 1998), En début de nuit des décharges dans le dos (comme le 30 avril lors de son premier contact), puis des visions de fragment de réalité (par exemple un triangle qui passe avec une traînée de fumée, la poignée d'un récipient mais pas le récipient, des lignes ou des cercles, c'est bizarre, que des fragments de détails). Ensuite période de rêve, et j'ai surtout consolé l'échec des 20 ans (abandonné la FAC, devenu malade), fait des rêves semi lucides en y ressentant la consolation de "jésus", surtout la passage triste ou je paumais mon groupe et me trouvais dans les mauvaises salles de cours... (finalement, même si "jésus" ronfle il est bien là quand même). Réconciliation aussi avec l'ami "manipulateur pathologique" qui m'a fait un joli clin d'oeil complice vert fluo, fortes émotions, là, en fait cette rupture d'amitié est très lourde (c'est ce qui m'a fait crier au secours affectif à envoyé des anges, je ne pouvais pas faire pire: compter sur l'amitié fidèle... avec un schizo! (c'était pour chialer tout mon passé en fait... qu'il m'a été envoyé. Là mais envoyé des anges a été absent de cette nuit, pas une seule allusion en rêve). Il aurait fallu peut être faire une chialerie mais "jésus" dormait.
Matin avec le voisin, recherche d'une position qui marcherait pour les régression: pas la même qu'avec "jésus" (jésus prend dans les bras en étant assis, avec le voisin il semble qu'il faille se coucher dessus la tête sur son épaule, et il essaie aussi ses massages chinois de sa future profession. je note les différences au niveau des phosphènes.
La dépression s'éloigne ça devient moins facile de chialer (pour les prochaines régressions il faudra trouver un truc, s'épuiser avant, et provoquer des émotions).
Ça va être différent maintenant... moins de "jésus" (je le libère enfin il a sa vie à faire, il viendra plutôt pour passer un moment sans que ce soit à chialer! genre une sortie, une marche ou réparer la voiture), il y aura maintenant une amie qui revient, le voisin régulièrement et peut être d'autre.
-------------------------
cette nuit a été la guérison de la fixation des détails qui par exemple m'empêchait d'aider dans un atelier
--------------

"Jésus" m'a bien réparé le passé et m'a sauvé, le voisin donne de l'énergie pour le présent (massages énergiques), l'amie probablement pour faire de l'amour mystique pour le futur... (associer son amour à des souhaits et intentions dans le futur... "la route du temps")

Je tiens le bon bout... Je ne sais pas avec qui je le ferais, mais peut être aller un jour au flunch...
j'aimerais quand même renouer, temporairement avec le schizo (définitivement ça voudrait dire qu'il aurait guéri, peu probable avant 10 ans, et encore, mal parti le pauvre), juste pour aller au flunch, symboliquement...


Dernière édition par pieds croûteux le Sam 07 Mai 2011, 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 16 Oct 2010, 21:10

Viennent encore des réponses énormes qui expliquent tout...

Le traumatisme de la musique, c'est le deuil du père qui n'était pas fait, mais aussi, ce besoin d'être entouré, c'est le père autiste asperger qui n'a pas entouré maman alors que j'était en foetus, qui n'a pas assumé l'enfance, qui n'a pas aidé... et cette recherche d'affection dans les copains, c'est le père asperger, gamin, au comportement d'ados (qu'on retrouve que vers 20 ans)... avec qui je passa l'adolescence à pirater une bibiothèque de location de CD pour faire tourner une radio libre... à peu près un millier d'heure de musique écouté plusieurs fois...
Compris et revécu ça... c'était les musiques de 1994-1996 la dernière séance, après je ne les supportait plus... mon père était mort et depuis cette date entendre de la musique me traumatisait... je n'avais pas fait le rapprochement... fallais passer la nuit avec "jésus"... pour ça.

la prochaine fois, projet donc d'écouter les disque de PAPA (années 1980-85 les premiers CD) , et se blottir en position de Foetus dans les bras de "jésus" (l'étudiant en psycho) incarnant MON père (c'est mieux que Dieu, pour l'instant!), pour réparer le manque prénatal, révêlé par un rêve.

ça le fait bien... "jésus", il a une connection chamanique presque animale, et aussi il a 20 ans, mon âge de blocage psychologique et aussi l'âge mental de mon père...

----------

j'écris le compte rendu à l'ami schizo (qui lira ou pas, dans des années peut être)...

Citation :

à mon ami guérisseur qui boude... (et à son psychologue si jamais...)

Tu vois mine de rien, quand on avais regardé le film chez moi et que tu as déliré et pris dans tes bras, je te l'avais dit que c'était important. (c'était le 11 mars 2010 je pouvais prendre de l'excéma sur le coup!)
j'espère que tu avances comme je le fait avec mon étudiant avec ton psycho... mais il te faudrait un peu de coup de bol de temps en temps... tu en avais eu un le 13 mai 2010... c'est le cas de le dire...

Moi avec toi ça en été un gros...
tu m'as donné les premiers câlins de mon père... me donne l'espoir de combler ce manque affectif que tu réveille ainsi et puis tu me lâches, mais alors... bien (coup de maître).
ça m'aura bien soigné à la suite ça. quelle thérapie j'ai eu... c'était... à chialer! (c'est bien le mot)

Mais alors qu'est ce qu'il a fallu chialer! et l'étudiant en psycho qui croyait juste me consoler comme ça... il aura consolé... ma vie et du coup il se retrouve pas vraiment un psycho mais plutôt un "chaman": avec un psycho on parle on parle... avec un chaman on est comme un enfant en bas âge et on pleure on pleure... et on comprend après sans avoir à parler, dans cet état d'ailleurs... on ne sait pas parler!

car voilà ce que j'ai retrouvé. Je ne supportait pas la musique (le seul point sur lequel on s'opposait) par ce que en fait, la seule chose que j'ai partagé avec mon père c'est... d'écouter le la musique, on a passé ensemble des milliers d'heure à pirater des CD. C'est depuis sa mort, comme par hasard que je crains comme ça la musique, et c'est juste pour ça (peur d'en entendre dans un lieux public) que je n'ai pas pu aller au flunch fêter ton anniversaire et que tu m'as abandonné...
c'est con, hein... mais enfin, en faisant ça tu m'a soigné...

Tu sais le chagrin que j'ai eu... ça m'a donné l'occasion de pleurer ensuite ce que je n'avais pas pleuré pour ma vie entière... je t'ai pleuré toi 40 jours et puis après, ça été le tour de mon père...
maintenant j'en écoute de la musique, et j'ai presque fini le deuil de papa. L'étudiant en psycho qui m'a consolé de toi a ensuite représenté mon père à son tour pour consoler toute mon enfance, il reste sans doute encore à consoler la vie prénatale pour éviter ce besoin de câlins que je te demandais tant mais ça s'organise... et voilà... tu aura peut être, un jour, un ami (un vrai, bien exorcisé larmes séchées vu le temps à attendre... pas un en détresse qui te demande des câlins et t'isoles dans la nature loin de tous, mais qui écoute des tas de disques avec toi ou qui va aux fêtes).

merci pour cette guérison...

c'est toi qui m'a donné les clefs, ma thérapie... tu le sais ça? c'est fort!

Tu me dorlote... première leçon.. voilà ce qui manque!.
2eim leçon, tu me montre ce qu'il faut aussi faire: Lors de la prière à la compréhension, tu pleures et tu me dit que ça fait du bien en précisant bien que "il y a des trucs négatifs qui remontent": pleurer, revoir le passé, le refoulé...
Je ne savais pas, ça m'avait surpris... mais tu chiales! c'était juste pour souhaiter de comprendre pourquoi tu niait une partie de toi... et tu te "purifie"... juste un peu, j'ai arrêté les larmes en te massant, je voulais pas que tu souffres... ha bon... ça fait du bien?!

je suis autiste asperger, mais asperger c'est pas suffisant, il faut laver à grandes eaux (avec l'eau des yeux... le film tibétain a confirmé la méthode: se dorloter... en plus de "ta leçon" du 13 mai "ça fait du bien de pleurer")
Alors tu m'initie... Tu me prive de me dorloter, et du coup je pleure, mais alors... pour toute ma vie, et je remonte tout les trucs négatifs depuis la naissance... purifié... merci maître... oui, ça fait du bien... j'ai vu ça... vérifié... mais alors... quelque chose.
Pleurant des litres dans les bras de l'étudiant en psycho, je revis le passé, et puis quelques mois après je trouve le nom que c'est une thérapie "holotropique" avec des variantes diverses. Moi j'ai foncé dedans, pas envie de me droguer encore 10 ans.

c'est approuvé maintenant par des docteurs (4 que j'ai rencontré, et il y a des autres sur internet) J'y ai pris goût... à tel point que au bout d'un moment... bien mince alors... je ne pleures plus!
il n'a pas l'air trop traumatisé l'étudiant qui m'a offert ses bras, mais je l'ai bien arrosé...
et puis je lui demande de rester la nuit pour qu'il finisse de me consoler... et comprend enfin par les rêves...

quel con! il n'y avait que toi pour déclencher ça...

bon... c'est peut être passé à la poubelle mon mail, non lu, mais un jour, peut être si on se revoit... il y aura la copie dans ta boite envoyedesanges@free.fr

j'y crois pas trop mais bon... ça ne fait pas encore plusieurs années que tu as rompu... t'a pas encore 42 ans... j'ai traîné moi aussi. il a fallu que tu me secoue... j'ai bien essayé de te secouer aussi pour virer ta foutue schizophrénie mais bon, vous êtes toute la famille soudés entre vous j'ai bien compris le truc... plus tard peut être tu aura une seconde chance, dans 10 ans peut être... mais crame toi pas trop le cerveau en attendant...

le bonjour à ta mère et ton père de ma part... tu pourrais copier ce mail pour ton psycho. ça l'intéresserait...
réveilles le un peu ton père... qu'il fasse un peu des trucs avec toi! t'en as un toi, encore vivant, profite...

salut mon ami...
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Mar 26 Oct 2010, 12:15

il y a eu des réponses... le père a réagit. plutôt bien. ils se sont recconus. le déni est cette fois conscient... mais la conscience est prise. espoir.
bien sur il n'est pas question de nous revoir et de communiquer à nouveau avec eux... mais... ils savent ce que j'ai eu, ce que leur fils a fait avec moi, et ce que je dis sur eux. (et bien sur, c'est moi qui est le fou)...
le père a particulièrement réagit aux descriptions de pères de schizophrènes... il s'est BOUGÉ... cela est bon signe... ça pourrait être le tout début d'une guérison dans cette famille.

et de mon coté je suis maintenant apte à subir un flunch et à écouter de la musique mais suis en train de guérir des trucs plus graves, plus profonds...

le traumatismes d'avoir été dans le coma avec relativement peu de chance de survivre, à l'âge de 4 ans puis m'en réveiller dans l'abandon, sans présense, dans un hopital... était à la source d'un sentiment d'abandon que je ressentais anormalement en cas de non réponse à une demande d'affection...
mais je ne le savais pas encore, je pensais seulement que c'était de me faire battre à l'école sans père pour m'accompagner pendant les crises d'angoisses (le père, pas la mère qui renforce les angoisses en prenant la trouille elle même)
Mon "jésus"... un peu traumatisé (il y a de quoi), justement m'a abandonné, ayant trop peur (sans se l'avouer) de passer une nuit à soulager des angoisses nocturnes que j'ai remonté par la symphonie fantastique de Berioz... ce fut affreux car alors je vécu l'abandon du traumatisme plus l'abandon sans l'aide..

mais le lendemain on se rencontre, par hasard, c'était justement prévu d'éviter de se voir pour éviter des crises émotionnelles... ce fut réussi... pour rassurer "jésus" du coup de tombe en crise de tétanie car tout cet émotionnel remonte à sa simple vue... je le vois, je tombe raide sur le parquet... après être un peu réanimé, puisqu'une crise de chialé dans les bras prendrait trop ce temps, j'ai idée qu'il faudrait "dormir" un peu vite fait puis se réveiller pour faire le même effet que la nuit de soin qu'il ne m'a pas donné...

je fait une pratique d'hyperventilation pour tomber dans un coma hyperoxique et en ressortir...
et du coup, j'ai vécu un retour de coma sans abandon et pu sortir le traumatisme du coma de la petite enfance à l'hopital...
guérit un truc qu'on ne voulait même pas toucher, mais réserver à un centre de soin avec des professionnels pour ça, un traumatisme trop grave... hop, fait comme ça même pas chez nous vite fait. sans faire exprès...

ça va mieux... je peux faire une pause dans la thérapie!

Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Jeu 28 Oct 2010, 18:52

Ce que tu vis est trop énigmatique pour moi,trop inconnu pour je sache quoi te dire.

Tu sais pas,tu me fais penser à Celine "Voyage au bout de la nuit" en livre de poche :pr:

pieds crouteux,chemin clouteux.....!!!!
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 29 Oct 2010, 09:37

Cela a été très curieux... j'ai réussi à me "psychanalyser" en devenant... "schizo".. tout en ayant une forme d'autisme (asperger) qui normallement interdit de se psychanalyser et fait échouer les psychothérapies...
comme le l'avait enseigné "mon maitre"... cet "envoyé des anges" j'ai "copié" sa maladie sur quelques point CELLE DE SE PROGRAMMER DES ÉMOTIONS SUR DES SYMBOLES CACHÉS pour RESTER EN DEHORS DE CES ÉMOTIONS EN CONSCIENCE "RÉVÉLÉE"
Nous avions "flasché" sur une connexion que seuls peuvent avoir ensemble "deux malades mentaux"... la... non conventionnelle: une amitié "de fou"... ça impressionne les témoins ça... ça fait deux êtres qui communiquent sans que les autres comprennent rien. Lui a choisi de NIER une des deux consciences, la non conventionnelle, c'est pas présentable... mais moi, atteint du syndrome d'asperger a utilisé des vues différente pour "courir après l'autre conscience"... celle qui porte les empreintes émotives, ne perçoit pas le temps, et qui s'ancre sur les symboles et qui, habituellement sert de support à la religion et siège dans l'inconscient... et ne sort que pendant les VÉRITABLES rituels...
n'ayant pas vraiment de religion.. ni de maitre. j'ai fait avec ce que j'ai trouvé sur place... et j'ai tout noté pour recycler le "délire".
un schizophrène qui nie en être un mais semble bien l'être comme guide et déclencheur d'une épreuve initiatique... il "m'aide" à dénicher des indices... par sa manipulation "anti autre conscience"... et comme moi... veux me connecter sur celle qu'il refuse qui est "anti norme sociale", il m'a mis à l'épreuve.. et je fut secouru, en fait je l'ai "attrapé" le pauvre... par un étudiant en psychologie très gentil qui est devenu, en me consolant... sans le savoir un psychanalyste pour que je lui chiale ma vie entière dessus puis que je "meurt et rescucsite" dans ses bras.... et avec l'analyse sur le web pour la conscience N°1, et les décharges d'émotions pour la conscience N°2... avec... une mise au point après que conscience N°1 et N°2 s'étaient rencontrées à l'occasion d'état mentaux obtenus en me mettant en "transe" dans les bras de l'étudiant... cette mise au point provoquais alors... une décharge d'émotion: c'était À CHIALER!!!

Avec cet étudiant en psychologie nous avons en fait fait TOUT CE QUE DÉTESTE un psychologue... Se rendre "amoureux"... ne pas analyser... ne pas trop savoir ce qu'on fait... surtout lui... on a fait du Dorlotage et du chamanisme, peut être un peu de l'hypnose, et du délire mystique... pour finir par une psychanalyse en passant par "le coté droit" du cerveau sans psychanalyste (pour me psychanalyser dans les règles, il aurait du en faire une avant!) Quand je tente de raconter ça sur les forums de psycho, ça me fait bannir (plusieurs fois)..

un vrai scandale...

Et ce jeu de cache cache a duré jusqu'à la sortie du traumatisme racine... entrer dans la vie après un coma pour y découvrir l'ABANDON... Juste 3 minutes avant la guérison... mon "psychologue" commençait à réaliser, moi lui expliquant bien... qu'il m'avait assisté dans une psychanalyse... 3 minutes chrono avant la fin!
Je me suis guéris de tout cela par suprise en faisant, au moyen d'une pratique "chamanique" d'hyperventilation un COMA de quelques secondes... dans les bras de cet étudiant en psycho et en revenant à la vie SANS ÊTRE ABANDONNÉ je fut... guéri, souriant... voilà. à dégager..... et en ayant bien expérimenteé les 5 états de consciences dont, c'est important, celui où il n'y a pas de temps... donc depuis toujours, ça été ainsi...

mais l'envoyé des anges... lui... il m'avait DONNÉ LA CLEF... c'était un merveilleux maître... était t'il guidé??? je lui écrit...

Citation :
énorme... le Tu m'ABANDONNES

mais c'est que tu m'as fait guérir!!! UNE CLEF... mais alors bien...
ton mail du 24 octobre 2009 contenant... "jE NE T'ABANDONNERAi pas "... il m'avait vraiment SÉDUIT...
Je fête son anniversaire... JOUR POUR JOUR en guérissant le PLUS GROS TRAUMATISME DE MA VIE... L'ABANDON au retour à la vie d'un coma à 4 ans en OCTOBRE 1972... En refaisant... dans les bras de "Jésus"... un coma duquel je reviens... ENTOURÉ, NON ABANDONNÉ... Je tenais vraiment à faire cela le 24 octobre... C'EST RÉUSSI.
Envoyé des anges... t'as été fort... manipulé par je ne sais quoi pour me donner les clefs de ma guérison! tu m'as vraiment aidé à ressentir l'ABANDON mais alors, au point que j'en fus traumatisé doublement et que cela fit SORTIR le traumatisme racine... CELUI QUI A FOIRÉ MA VIE. Fait manquer de père, pas eu de copines et planté mes études...
Et tu m'as DORLOTÉ pour qu'au passage... je fasse le deuil de mon père et guérisse de la MUSIQUE!!!
c'est absolument MERVEILLEUX de se faire.... "défoncer" par un "schizo"... Mais... c'est un peu... CONTAGIEUX!!!

-----------
être autiste est un antidote (activité glutamatergique très élevée chez l'autiste et faible chez le schizo: l'autiste se sert du délire comme une symbolique, le schizo l'hallucine et le confond avec le réel)
------------
e traumatisme racine?
non c'est pas encore ça, la compulsion domine, il semble que ce soit simplement un manque affectif ç combler en conscience régressé, c'est plus la même chose, il reste une reconstruction à faire qui n'a pas été faire (JÉSUS en effet n'a pas fini son travail, ne pouvant pas assumer son renvoi à lui même)
--


Dernière édition par pieds croûteux le Sam 07 Mai 2011, 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 29 Oct 2010, 18:33

Son abandon fut donc un déclic révélateur!

Je te souhaite un nouveau chemin moins éprouvant!
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 29 Oct 2010, 19:32

Oui.
c'est le traumatisme racine qui s'est révélé après les autres couches qui étaient dans l'ordre

- la manipulation du à la schizophrénie d'envoyé des anges: une partie de sa conscience, niée oeuvrait à détruire notre amitié et à transformer l'affection en rejet (cas typique)... ce système m'est apparu clairement après la catharsis du 25 juin (15 jours après la rupture), je mis 400 heures à le formuler par écrire et à y rattacher à des documents...
- Le deuil de mon père... J'avais fait le transfert de tout ce qui me manquait chez mon père sur cet ami schizo qui m'avait séduit sur le même mode de partage que mon père: se comporter comme un gamin... mais en plus, il me dorlota, ce que je restait frustré de mon père (qui ne m'a jamais touché plus enfant.
ce lien apparu à une régression le 26 août.
Ensuite, je pleura donc mon père et guéri d'un trouble obsessionel qui me rendait insupportable la musique.. je fini ça le 10 octobre 2010 en comprenant que la seule chose que j'avais fait avec mon père était de pirater des CD (rien d'autre)
- mais le besoin d'être entouré par un homme se révéla plus fort et son lien avec l'abandon se révéla enfin... sur cette dernière étape...
Abandonné au sortit d'un coma,, 1 semaine en bulle stérile... avec mère qui eu la peur de venir me
mais avec cette guérison par la clef de l'ABANDON que je retrouve partout dans ma vie (abandon des études, abandon de ce que je commence, crainte d'abandon... etc) je découvre aussi qu'en partie de ma conscience s'était "tirée" pour faire ses magouilles à "mon" insu en fixant des dates, des symboles et en organisant des plans avec des ancrages émotifs... et je ne devenais "entier" que en dehors de ce sentiment d'abandon... uniquement donc... dans les bras de "jésus" je comprenant donc tout en déchargeant les émotions...
j'étais devenu "un peu schizo", ce qui serait incroyable chez un autiste... on l'est tout un peu, j'ai peut être pris conscience de processus normal de "symbolique"... mais c'était surtout, pour résister à la souffrance de l'ABANDON et "cacher" le problème... J'AI RECCONU L'ENVOYÉ DES ANGES EN MOI nous faisons PAREIL pour un problème... lui il fait ça par rapport à une culpabilité avec sa mère.... ce qui m'a sauvé de ça est l'ordinateur et cette espèce de pinaillage caractéristique du syndrome d'asperger... un antidote de schizophrénie apparemment, heureusement, car c'est contagieux... voyez. ça s'attrape par contact!

et si je regarde mes notes, quand j'aborde le coma... je ne parlait jamais d'abandon alors que ce mot constelle tous les autres récits... ça "fuyait"...

ça fait drôle de guérir de tout cela... en 15 secondes! (il faut une semaine pour s'y habituer et surveiller que la conscience ne se redivise pas, c'est assez acrobatique.

ça s'est réuni enfin...
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 29 Oct 2010, 19:42

a jesus

Ça t'as fait quoi ma plus grosse guérison?

tu a du me sentir inerte un moment, et moi je revivais un truc incroyable, je suis mort et suis revenu à la vie avec une alternative à ce que je connaissais jusqu'alors qui était "abandonné"... Les 5 états de conscience d'entrée dans la vie et le dernier, je l'ai enfin vécu NON ABANDONNÉ (et c'était... avec toi!!!). il ya en a bien 5 état de conscience quand je les décrits. J'ai réussi... ça n'avait jamais marché ce truc... là ça l'a fait..




ÇA C'EST DE LA THÉRAPIE!
surtout! mais alors surtout... ne pas faire de la psychologie...



Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Ven 29 Oct 2010, 23:25

pieds croûteux a écrit:
...



ÇA C'EST DE LA THÉRAPIE!
surtout! mais alors surtout... ne pas faire de la psychologie...


C'est pourtant ce que tu n'arrêtes pas de faire mais de façon syncopée et sauvage .
Je me réjouis de ta guérison mais je dois bien constater que tu t'es comporté comme un vampire ( sans connotation morale aucune de ma part ) . Mais manifestement , tu ne pouvais pas faire autrement .
Certains psychologues anti-conformistes opèrent de la façon que tu as décrite . Mais ils restent presque toujours discrets , pour des raisons de sécurité .

Je prie pour ton ami , que tu as quand même un peu déstabilisé ...

Souhaites-tu modifier à l'avenir ta syntaxe chaotique ? Elle est liée à la difficile relation père-enfant de la petite enfance mais elle est à l'heure d'aujourd'hui fort banale .
Et elle fait très " nouveau roman " , en plus fort que Sollers .
Peut-être devrais-tu publier l'histoire de ta guérison sous forme de nouvelle .
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 30 Oct 2010, 12:58

et un livre vient d'arriver... juste après ma guérison pour décrire... ma thérapie...
j'ai conscience de ce qui est arrivé au pauvre étudiant... mais il est content de cette expérience... maintenant que ça a réussi... j'ai ENFIN PU discuter avec lui (on ne l'avais pas fait depuis juin... en ami!)...
il aura, dans son avenir professionnel une sacré ouverture, et c'est l'avenir.. ce qu'il apprend... c'est périmé et il en aura eu la preuve sous ses yeux!

STANISLAS GROF Nouvelles perspectives en psychiatrie, psychologie et psychothérapie...

jamais ça n'avait réussi... pas la patience, pas la coopération, faire une ruse.. etc... voyez un peu les conditions! le réveil n'était pas génial...
en 1974 j'essayais DÉJÀ cette guérison... et ça se sera fait finalement... le 24 octobre 2010







Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 30 Oct 2010, 13:15


.
Citation :
Souhaites-tu modifier à l'avenir ta syntaxe chaotique ? Elle est liée à la difficile relation père-enfant de la petite enfance mais elle est à l'heure d'aujourd'hui fort banale .

ha bon? c'est pas éttonnant... car avant ce coma... c'était ce traumatisme là, le deuil du père qui était enviseagé... il est résolu alors ça devrait se modifier..
noter moins à chaud, plus me connaitre et avec cette partie de conscience récupérée ça devrait aussi changer tout ça...

je suis asperger aussi. ce style se retrouve souvent chez les aspergers, mais ils ont souvent aussi... un père asperger, c'est héréditaire...
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 30 Oct 2010, 17:46

boudo a écrit:
pieds croûteux a écrit:
...



ÇA C'EST DE LA THÉRAPIE!
surtout! mais alors surtout... ne pas faire de la psychologie...


C'est pourtant ce que tu n'arrêtes pas de faire mais de façon syncopée et sauvage .
de la pyschologie ENTIÈRE en effet, au strict opposé de ce que apprend "jésus"... mais vraiment. Mentionner cette aventure m'a conduit immanquanblement à me faire bannir des forums de psychologues... je vais retenter une version maintenant que je suis au bout, version "acceptable psycho"...
c'est syncopé car c'est DÉCHARGE ÉMOTIONELLE/ANALYSE:DÉCHARGE/ANALYSE...
Citation :

Je me réjouis de ta guérison mais je dois bien constater que tu t'es comporté comme un vampire ( sans connotation morale aucune de ma part ) . Mais manifestement , tu ne pouvais pas faire autrement .
"JÉSUS" a été excellent, il est resté neutre et sans bouger... il s'est préservé. il a eu par contre peur de me voir fou à un moment, et par rapport à ce qu'il apprend, tout seul a expérimenter un truc subversif mais QUESTION comment lui rendre? il demande rien en retour en plus... plus tard... un livre, des notions, peut être des idées professionelles de son coté
Citation :

Certains psychologues anti-conformistes opèrent de la façon que tu as décrite . Mais ils restent presque toujours discrets , pour des raisons de sécurité .
des lobbies, amalgames sexuel, écoles... professions concurrente???
Citation :

Je prie pour ton ami , que tu as quand même un peu déstabilisé ...
merci...
Citation :

Souhaites-tu modifier à l'avenir ta syntaxe chaotique ? Elle est liée à la difficile relation père-enfant de la petite enfance mais elle est à l'heure d'aujourd'hui fort banale .
c'est la souffrance qui fait ça: on "se coupe en deux" pour dissocier émotions et langage, alors c'est chaotique... je pense. mais c'est aussi que j'ai tout noté à chaud et que il y a eu plein de bifurcations, au fur et à mesure des "voiles" traumatiques levés
Citation :

Et elle fait très " nouveau roman " , en plus fort que Sollers .
Peut-être devrais-tu publier l'histoire de ta guérison sous forme de nouvelle .
ça l'est déjà, sous forme de page internet... il faut nettoyer les doublons, en faire une synthèse, mais je vais conserver la version noté à chaud, on découvre les étapes de la conscientisation, des versions du même problèmes après chaque changement d'état, par exemple le fait que le mot "abandon" est mentionné partout mais remplacé par "loin des parents" ou autre synonyme pour ne pas être associé au coma, quand c'était encore refoulé... ça fait un document intéressant, je compte bien prendre 1 ans pour faire un vrai livre
j'ai par contre, remarqué, en "codifiant" ma thérapie qu'elle nécessite...
une condition physique quasiment d'athlète... cela élimine disons 9 patients sur 10, ou il faut au moins une ascèse (il ne fait pas avoir de la graisse sur le corps et aussi un coeur qui bat lentement mais qui peut taper fort et longtemps si besoin), il faudrait, marcher avant de commencer cela... au moins 3000km (dans le bouddhisme 8000 en équivalent (les 100000 prosternations)... pour l'état physique seulement, mais mental aussi c'est à prendre...
ensuite il faut l'absence de traumatisme sexuel avec tabou, ce qui en élimine je pense... 29/30..
donc, c'est applicable à une personne sur 300... à moins de faire une pratique préliminaire... tel que un pélerinage et une pratqiue sportive-méditative

mais c'est... je le sais maintenant, la seule façon de guérir un autiste... comme il y en a 1 sur 400 à peu près...
11 ans de psychologues (4 thérapeutes), en plus de quelques psychiatre et divers médocs... m'ont RIEN mais alors RIEN de RIEN apporté...
ça a commencé à avancer avec le YOGA, et la méditation Vipassana... pour préparer le terrain, et 9 ans de sport de haut niveau, l'aviron, qui avait une forte composante de concentration... et qui, ho miracle, m'a conduit à me trouver un jour avec un coéquipier... qui était... l'envoyé des anges "en touriste"... je voulais faire une rencontre en m'inscrivant à l'aviron... ce fut réussi. c'était... le 9 avril 2009... cette rencontre.
"jésus" est aussi le copain d'enfance d'un coéquipier! qui fut rencontré vers 2002, un enfant... de 13 ans avec qui j'ai eu fait des sorties de parfois 65km d'un coup en double... le "jésus" n'avait que 12 ans!... je ne m'imaginais pas. J'ai enseigné vipassana à ce coéquipier qui avait envie de se suicider à cause d'une relation de "manipulateur pathologique" entre lui et ses parents (semi échec, car il a repris l'ancien vice en début d'âge adulte)... mais il l'a transmise à "jésus" quand il avait 13-14 ans, un âge où l'apprentissage est maximal pour la méditation... "jésus" était à peine ado et a pris le plus direct et plus simple de cette méthode et est resté "pur" dans cette pratique... ça m'est retombé dessus... le 30 avril 2010 il me prenait dans ses bras mais méditait et je me suis "connecté à lui" et c'est ça qui lui a permi de me soigner!!!
le plan a mis 7 ans à se mettre en place! le temps d'une pyschanalyse classique qui... n'aurait sans doute pas marché (un asperger est DÉJÀ en psychanalyse constante puisque s'autoanalysant pour penser, avec sa partie analyse)... il FAUT PASSER par le cerveau droit pour ce qui "coince"... SANS LE LANGAGE.
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 06 Nov 2010, 09:25

IL Y AVAIT encore LE JUMEAU PERDU à 8-10 semaines...
C'EST LUI qui hantait l'envoyé des anges, puis "jésus"... je l'ai tracé depuis ma petite enfance à une sensation physique au reins...

il est partit, ça y'est... désensorcelé "le jésus"...

ça été horrible. j'étais tout seul pour le deuil

vu "mon jésus" sans fluide!
c'est ces nuits à pleurer tout seul que le jumeau est partit
il n'a plus son fluide... il est déhanté...
en fait ça c'est produit dans la nuit du 4 novembre


il n'a pas eu de crève,
il refoule (ne se rappelle pas)
t'a pas eu des coups de chaleur?

non...
il disait 04.11.2010 07:56
Citation :

Salut Jean !

N'hésite pas à écrire, je lis toujours avec joie.
Je suis très content que tu ailles bien.
Moi je suis retourné dans la routine, je travaille, à la fac, chez moi, je regarde quelques films aussi.
Aujourd'hui je suis crevé, j'ai rien dormi de la nuit, j'avais trop chaud, alors que la pièce était à 15 degrés, j'ai quelque chose qui cloche Very Happy



Passe une bonne journée, et bonjour à ta maman!

mince il avait appris un truc terrible... il est un 2

pas moyen de chialer dans ses bras,
hyperventilation... ça détend, j'ai pu fusionner en le tout, pas expérience franchement mystique, mais j'ai eu le sentiment d'être seul mais toutefois bien, je ne suis pas abandonné... et j'ai pleuré un peu mais ça n'a pas duré,

je lui dit t'a sentit quoi?..
"une deconnexion"..
et après un moment... il ne s'en rapelle plus, alors qu'il l'a dit quelques minutes avant.

la nuit du 4 novembre de mon coté...
Nuit presque normale mais une forte conscientisation du jumeau perdu... Et un sentiment de moins manquer de "jésus"...
Reste encore une immense envie de le voir, mais pour consoler les frustrations et moments difficiles plutôts subis cette année.
et fêter ça!

mais c'était la conscientisation, et le départ du jumeau
j'ai tanné "jésus" pour qu'il vienne mais le jumeau devait déjà être dissocié.

Vendredi 5 novembre
Pleuré beaucoup jusqu'à 1h du matin... fait mail pour "jésus" (demande d'aide pour de prochaine soirées et nuit) et du coup, pu dormir, et j'ai cerné les manques,


Vendredi 6 novembre...
à jésus..

c'est affreux! quand je penses que tu es à 1km. j'écris à chaud je sors de crises de larmes terrible, c'est le manque, purement le manque, pas de vieux souvenir si c'est celui là qui doit être le fait d'être tout seul.....

Si tu savais... mais tu sais, peut être que ça te défonces
....je ne voulais pas te tanner et du coup que tu t'écartes encore plus à l'avenir de moi alors que je suis dans le besoin, énorme en fait.
je vais tenter de te rencontrer demain, samedi matin, pour faire un truc vite fait comme le 24 octobre, ça pourrait faire un miracle... t'es pas là, mais on sait jamais, quand tu viens de déjeuner.


trop tard, j'ai chialé la nuit, j'ai eu ensuite des bouffées de chaleurs, rechialé très fort de 6h50 à 7h03 GMT... et vu arriver "un jésus" sans fluide... enfin, si, là il l'avait encore, mais c'est vague (émotion de voir l'ami)
pas eu de chagrin de le voir partir.

Je vais pouvoir connaître (enfin) cet ami... non hanté!
j'espère ne pas me tromper.

il a rêvé cette nuit à moi en train de "pirater" une médiathèque (le but premier de la thérapie était... guérir de la musique, ce qu'il fit en me permettant le deuil du père... et ce que je faisait avec mon père était d'emprunter des piles de CD pour aller les copier, avec 6 ou 7 comptes d'inscrits 3 disques chacun

c'est mystique...

Tout ce qui s'est passé entre nous, est quasiment inconscient pour lui...
c'est pour ça qu'il a survécu!

il aura de la lecture...
GLOUPSSE

"jésus"... c'était extraordinaire.


Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 06 Nov 2010, 11:54

en tout cas moi je suis d'accord avec toi que la musique des années 80 c'est en quelque sorte l'apogée du style de jean-sébastien bach
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 06 Nov 2010, 12:33

romuald1972 a écrit:
en tout cas moi je suis d'accord avec toi que la musique des années 80 c'est en quelque sorte l'apogée du style de jean-sébastien bach


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 06 Nov 2010, 12:39

TOBIE a écrit:
romuald1972 a écrit:
en tout cas moi je suis d'accord avec toi que la musique des années 80 c'est en quelque sorte l'apogée du style de jean-sébastien bach
vous aimez bien tout casser??
vous n'avez aucune culture générale??
j'ai des pistes pour vous aider mais je ne peux pas le faire contre votre volonté!! What the fuck ?!? What the fuck ?!? What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Sam 06 Nov 2010, 16:54

C'est allé très loin la séance chamanique d'aujoud'hui...
et c'était du vite fait à l'arrache... mais avant ça 2 nuits à chialer tout seul.

guéri le traumatisme d'abandon TRANGÉNÉRATIONNEL de la FAMILLE.

grand père ABANDONNÉ à la vie (bébé déposé dans la rue)
drame que je vécu aussi en entrant ABANDONNÉ à la vie au retour d'un coma...
Cela a été guéris par la séance du 24 octobre qui me permis un retour à la vie non abandonné.

Il restait à résoudre le traumatisme d'ABANDON lors de la mort...

moi jeune de 20 ans m'écoutait tranquillement MARS pump of the volume à l'étage du dessus, alors que GRAND PÈRE attendait d'être entouré de mes bras pour finir de mourir..; il avait demandé, j'ai interiorisé, mais refoulé cette demande, et moi, alors jeune de 20 ans n'osait pas entourer un homme, puis j'étais en examen et avait envie de me détendre avec la musique...

J'ai INDUIT inconsciemment (ou les entité l'ont manipulé c'est selon) mon chaman "jésus" pour qu'il me fasse revivre cela... (par cette connexion que "le schizo" nous a faite en nous "passant" sa "schizophrénie" qui est en fait, une connexion par le coté droit du cerveau (pathologique quand elle est due à de la culpabilité, chamanique quand elle est induite pour un usage mystique)

"jésus" est un jeune de 20 ans qui m'a laissé, malgré mes demandes, entrer dans le sommeil seul avec le besoin d'être entouré non assouvi, lors de ces remontés de traumatisme... malgré mes appels...j'avais l'impression de crever, j'avais du mal à respirer, mais il avait pas envie, est allé à la musique et a été insousciant malgré mes appels..., est allé à LA MUSIQUE! il est en période d'examen, a envie de se détendre... il m'a laisse "crever" cette nuit..
jusque dans les détails mis à part que moi c'était "dormir" = "comme mourir"

il m'a fait revivre ainsi ce que j'ai fait subir au grand père


compris la punition... je subissais ce genre de demande (demande d'être entourée, réprimée par confusion d'homosexualité), avec des abandons, 3 fois (avec un sadique qui faisait ça pour faire souffrir les mamans des amis, avec un gentil schizo qui ne me trouva pas à ses goût car je n'aime pas le flunch, et avec un "jésus" qui est un 2 alpha à l'extrême incapable de structurer le futur et une coupure forte entre cerveau gauche et droit... une sorte de "schizo" pas malade...

conscientisé ainsi cela, l'abandon... d'entrée et de fin de vie... qui était un traumatisme d'abandon qui remonte... à des ancêtres indonésiens (entrevus les paysages et l'habitat là bas, et bien reconnu les cigales), et qui se répétait.
Envoyé des anges ne serait pas "venu", ma mère serait morte sans câlins, peut être moi aussi... et ça se serait répété...

sachant cela, en ayant dormi 4h pleuré le reste du temps, fait du "chamanisme" le matin... je bat de 2 minutes sur le grand colombier face sud celui qui tient le record qui date de 40 ans sur la face ouest...
en me promenant... pour récupérer, et conscientiser... tout un pan de conscience est débloqué d'un coup dans une pente à 14% (c'est un col cycliste de 250 à 1500m alti), mentalisé la séance à peine 1h plus tard.

on se sent plus léger sans le jumeau perdu, le père, et le grand père qui nous parasitait, nous deux, moi et Quentin... (le "jésus" maintenant... non hanté!)

incroyable... ma foi. çà en est là...

j'ai mon orteil de pieds de singe qui me démange, faudra régler ça un jour...

j'ai idée que cette "malédiction résolue"... les "acteurs" de cette scène guérissent de leur "boucle"... "envoyé des anges" sera peut être libéré; Quentin aura t'il accès consciemment à son cerveau droit?
ça serait bien.

on a défait un gros noeud là..

"envoyé des anges", induit par moi qui avait fait un rituel de "demande d'aide" (prise de refuge bouddhiste) m'avait donné les clefs...
enfance abandon, musique, père, jumeau.

cela défit deuil du père (partage de la musique)
abandon dans l'enfance (le coma enfant)
traumatisme du jumeau perdu à 8-10 semaines.

et guida vers l'abandon par la musique: grand père et moi... et nous remontâmes ainsi au trauma familial...

guidé... par qui?

il suffisait de demander!




Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 07 Nov 2010, 12:56

---
bon conseil... puis je vais moins écrire...
puis effacer le. trop de koneries, perte de confiance en cas de therapie future

ca ressemble trop a une psychose


Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 07 Nov 2010, 19:14

pieds croûteux a écrit:
...

bon conseil... puis je vais moins écrire...

Pourquoi moins écrire ? L'écriture laisse le lecteur libre . Il décroche quand il ne peut plus supporter .
Par contre , les transferts d'émotions lient le thérapeute , qu'il soit professionnel ou amateur
ou les deux ( étudiant ) .
Feu mon frère a également perdu un jumeau ( à l'âge de 5 ans ) . Il ne s'en est vraiment jamais totalement remis , je crois .
Revenir en haut Aller en bas
pieds croûteux



Masculin Messages : 203
Inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 07 Nov 2010, 20:22

Pourquoi moins écrire ?
ça me fatigue nerveusement... et il faudrait, comme le dit "jésus" que je prenne du recul... j'en sens le besoin...

mais le cerveau symblique ne fait que ça d'orienter une vie sur des "symboles" anodins (un chiffre, des dates, un scénario récurent...


je suis un 4.5, et c'est "mon" problème (et autiste asperger en plus)
http://www.enneagramme.com/Theorie/9_centre.htm
jésus et un 2 alpha à l'extrême...

nous sommes... nos contraires...
voilà. un peu de repos avec la hâte de connaître cet ami...

symboliquement, qui a recconu sa faiblesse et ses besoins, et "écrit" un conseil marque un tournant...
après tout ce qui est arrivé... c'est ÉNORME...


Dernière édition par pieds croûteux le Jeu 28 Avr 2011, 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La terrible épreuve du flunch.   Dim 07 Nov 2010, 21:14

pieds croûteux a écrit:
...
après tout ce qui est arrivé... c'est ÉNORME...

Merci , Seigneur . Loué soit Jésus-Christ !
Revenir en haut Aller en bas
 
La terrible épreuve du flunch.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dieu, le Chrétien, et l'épreuve
» Du méthane dans l'atmosphère marsienne. Preuve d'une vie biologique ?
» Horloge et son Horloger , la preuve mathématique de Dieu
» Enterrement des morts: preuve de l'esprit chez l'homme?
» Que savez-vous de l'épreuve de français 2011?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: