DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Additifs alimentaires et cancers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Additifs alimentaires et cancers   Mer 18 Aoû 2010, 12:52














suite
Revenir en haut Aller en bas
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Ven 20 Aoû 2010, 09:40

Notre époque est confronté a des problèmes difficiles, d'une part le profit de la grande distribution.

Il faut être très clair la dessus, les moyens d'échange ne passant plus par le petit épicier du coin mais par la grande distribution est une calamité.

Les gens ont été inconscients, en quittant le petit revendeur pour aller pousser le caddy dans la grande surface, ils se sont leurrés.

Aujourd'hui, nous payons beaucoup plus cher que si nous étions restés par la petite distribution.

La finalité de l'hyper distribution est l'hyper profit, et ça, ça se fait à la fois sur le dos du producteur et du consommateur.

En rapport des coûts de production, la nourriture est jusqu'à trois fois plus cher que dans les années 50, ça c'est un scandale que personne dénonce.

le grand perdant est la qualité.

Le producteur n'a pas le choix, quand la grand distribution le rançonne, il est sous la contrainte de produire à très bas coût.

Même le Bio n'échappe pas à cette règle.

L'autre grand problème est au niveau planétaire.

Comment aujourd'hui parvenir à nourrir plus de 6 milliards d'humains, plus du double qu'il y a 35 ans.

C'est un défi,

Et là encore, on s'aperçoit que la grande distribution et le monopole des grandes marques ne font qu'aggraver le problème.

Maintenant, comment revenir en arrière, avec une production et une distribution de proximité ?

ça paraît impossible, et je pense que c'est impossible.

En attendant, on laisse dire à la télé, à la radio, un escroc coimme Meclerc dire qu'il se bat pour une vie moins chère.

Mais encore une fois, c'est nous, les consommateurs qui sommes les responsables, personne nous obligeait à aller poussier le caddy dans la grande surface,

et nous n 'avons pas eu d'égard pour le faire par rapport à l'épicier du coin,

ça reste encore le sport national préféré des français,

le vendredi soir, le samedi, la ménagère prend son jogging, et hop, à la grande surface,

quand on est sot, c'est pour la vie,

c'est comme la Foi, Jésus est venu pour nous, l'immense majorité s'en tape,

eh bien quand ce serai l'heure d'aller en enfer,

ce sera pas le moment de se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Dim 12 Sep 2010, 22:08





"Il est maintenant scientifiquement prouvé qu'il existe effectivement un lien entre certains produits chimiques et l'apparition de maladies telles que des cancers, la stérilité, des maladies dégénératives du système nerveux centralet des allergies." CPME - Standing Committee of European Doctors, 2005



"Il existe très peu de preuves directes d'effets nocifs sur la santé, ou d'un écosystème endommagé par l'usage de produits chimique fabriqué par l'homme." Alan Perroy, Director General of the European Chemical Industry Council, in a 2001 letter to European Members of Parliament.



Il était une fois un roi qui avait accumulé tout l'or de son royaume. Ses sujets vivaient dans la misère, sans une terre pour produire quelque nourriture. Quand ils commencèrent à mourir de faim et voir leurs familles dépérir, il réalisèrent alors qu'ils n'avaient rien à perdre. Ils envahirent le chateau et trouvèrent le roi couvant ses montagnes d'or dans une pièce immense, les suppliant de ne pas voler son or. Les sujets ne volèrent pas l'or, mais ils quittèrent la pièce et y enfermèrent le roi. En partant, ils lui lancèrent : "maintenant tu saura la vraie valeur de ton or." Le roi, piégé sans eau ni nourriture , réalisa alors que l'or était parfaitement inutile. Cette histoire a inspiré The Idiot Cycle - un film sur le cancer.



"Tout le monde devrait savoir que la 'guerre contre le cancer' est une fraude." Dr.Linus Pauling, Prix Nobel de la Paix et Prix Nobel de chimie



Le film décrit le cycle mis en place par les plus grands industries chimiques du monde: Dow Chemical BASF Bayer Dupont Astrazeneca Monsanto et comment ces industries, qui fabriquent et diffusent des substances cancérigènes, développent, produisent et financent les traitements (pour) le cancer : la maladie la plus lucrative de la planète. Aujourd'hui on nous bombarde de 18 millions de produits chimiques, dont beaucoup se mélangent dans l'environnement pour en créer de nouveaux.

Seulement 2 000 de ces produits chimiques fabriqués par l'homme ont subis une analyse toxicologique complète. Aucun gouvernement au monde ne sait quels produits de consommation contiennent des produits chimiques, lesquels et en quelles quantités.



"Pour la première fois dans l'histoire du monde, tout être humain, de sa conception à sa mort, est maintenant exposé à des produit chimiques dangereux." Rachel Carson, Silent Spring



Maintenant ces industries chimiques lancent la biotechnologie, dernière "innovation", tout comme les produits chimiques synthétiques il y a cinquante ans. Ces compagnies développent et promeuvent maintenant les organismes génétiquement modifiés, dont les effets à long terme sur la santé, comme le cancer, n'ont jamais été testés.



"La commercialistaion d'organismes génétiquement modifié semble avoir été basée sur des relations publiques et non sur une analyse scientifique complète et fiable. La science a commencé à ressentir les conséquences d'avoir priviliégé le commerce à une totale transparence et au débat scientifique." Professor Joe Cummins, University of Western Ontario



"Euh, donc ils sont, euh, dans le domaine alimentaire, probablement le domaine scientique le plus étudié et testé qu'on ait jamais vu. Si vous regardez la FAO, ou WHO, ou même l'Union Européenne, vous pouvez allez sur le site de l'Union Européenne, il y a tout un truc sur la sûreté de ces technologies, alors, euh oui, elles sont sûres." Hugh Grant, PDG de Monsanto interrogé sur la sûreté des OGM durant la "Fortune's Brainstorm Green Conference".



Une fois encore, comme les produits chimiques, les OGM ont été diffusés sur le marché, sans aucune habilitation gouvernementale ou consentement de la population. Une fois de plus, ces produits seront testés sur vous. Il tourne, il tourne, le cycle idiot. "Quand les mêmes erreurs sont sans cesse répétées, il est temps de concidérer la possibilité que ce ne sont pas des erreurs du tout." Naomi Klein, La Doctrine du Choc

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Lun 13 Sep 2010, 01:35

Cher Joker, en même temps, vos messages font un amalgame de plein de choses dont certaines choses très inoffensives comme la gélatine de porc ! clown

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Lun 13 Sep 2010, 08:36

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Joker, en même temps, vos messages font un amalgame de plein de choses dont certaines choses très inoffensives comme la gélatine de porc ! clown

C'est inoffensive mais dégueulasse ...
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Lun 24 Jan 2011, 08:49

PAR AGNÈS ROUSSEAUX (16 SEPTEMBRE 2010)


Vitamines A, B ou C, Oméga 3, oligo-éléments, fer... Les nutriments sont indispensables à notre organisme et à sa longévité. Plusieurs études nous alertent sur la faiblesse des fruits et légumes « modernes » en nutriments. Alors qu’une pêche suffisait en 1950 pour absorber une bonne ration de vitamine A, il faudrait aujourd’hui en croquer une vingtaine ! Où sont passées ces vitamines ? Que disent les chercheurs ? L’industrie agro-alimentaire en profite-t-elle ?Basta ! a mené l’enquête.









« Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour », recommande le Programme national nutrition santé. Peut-être faudra-t-il bientôt en manger cinquante... Côté nutriments, nos aliments semblent montrer quelques faiblesses. Prenez une orange : celle des années 2000 aura sans doute meilleure mine que les oranges des années 50. Et pourtant… L’orange moderne contient cinq fois moins de fer. Idem pour les pêches. Plusieurs études révèlent cette perte de « densité nutritionnelle ». C’est la quantité de nutriments (vitamines, minéraux...) qu’un aliment contient comparé à son nombre de calories. Des chips ou une pizza ont, par exemple, une très faible densité nutritionnelle comparés à des lentilles ou des brocolis [1]. Ce problème commence à être soulevé aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne (voir en fin d’article). En France, silence radio du côté des pouvoirs publics et des instituts de recherche. Nos fruits et légumes échapperaient-ils à cette malédiction ?

Vitamine A : 1 pêche de 1950 = 26 pêches de 2010

Depuis 1950, des chercheurs mesurent le contenu nutritionnel de l’alimentation. À côté des glucides, protides et autres lipides, la présence de micro-nutriments – vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras et acides aminés – est indispensable à notre santé. Or dans les années 1950, manger une banane, une orange et une pêche, suffisait à pourvoir les « apports journaliers recommandés » (AJR) d’une personne en vitamine A. Aujourd’hui, vu les teneurs en nutriment, il faudrait 5 bananes, 10 oranges, et 26 pêches pour avoir sa dose de vitamine A ! C’est ce que révèle une étude menée au Canada en 2002 et publiée par le premier quotidien du pays, The Globe and Mail, et la chaîne de télévision CTV News. Cette étude compare les tableaux de nutriments publiés à différentes époques, avec les taux de vitamines et minéraux contenus dans 25 fruits et légumes.

Résultats ? En un demi-siècle, la pomme de terre a perdu plus de la moitié de sa vitamine C et de son fer, plus d’un quart de son calcium. Et 100 % de sa vitamine A, un nutriment indispensable au développement des cellules et au fonctionnement du système immunitaire ! Selon cette étude canadienne, quasiment 80 % des aliments testés ont vu leur teneur en calcium et en fer diminuer.

Où sont passées nos vitamines ?

Des chercheurs remettent en question ces analyses, au motif que les mesures se sont grandement affinées depuis un demi-siècle. L’évolution des méthodes de test et le manque de fiabilité des données historiques fausseraient donc les résultats. Mais des études récentes, qui consistent à planter des variétés végétales modernes et historiques côte à côte, avec des pratiques agronomiques comparables, viennent confirmer la perte d’éléments nutritifs dans les aliments. Le rapport Still No Free Lunch de Brian Halweil, du World Watch Institute (États-Unis), publié en 2007 fait le bilan des études existantes. Et met en évidence cette « dilution en nutriments » généralisée.

Quelles sont les causes de ce phénomène ? Les méthodes agricoles d’abord : l’utilisation intensive de pesticides et d’herbicides, les excès d’engrais qui augmentent la vitesse de croissance des plantes et diminuent proportionnellement le temps de fixation des micronutriments. Les techniques intensives épuisent aussi les sols, dont la teneur globale en nutriments diminue dans certaines zones. En cause également, selon Brian Halweil, les traitements de conservation et les rallongements du temps de transport. Un aliment parcourt en moyenne 2.500 kilomètres avant d’être consommé ! Certains fruits, cueillis trop tôt, n’ont pas le temps de développer les nutriments liés à l’ensoleillement, comme les anthocyanines ou polyphénols, ces composants qui nous protègent contre le cancer ou la détérioration des cellules du cerveau. Quant au taux de vitamine C dans les pommes et abricots cueillis verts : il est proche de zéro !

Obèse et sous-alimenté

En cause également, les pratiques de sélection des plantes selon leur rendement. Les agriculteurs préfèrent les plantes qui poussent vite, produisent beaucoup et ont une belle apparence. Mais plus le rendement est élevé, moins la plante dépense d’énergie à absorber des oligo-éléments, et plus la teneur en nutriments est faible.

Nos régimes alimentaires sont déjà pauvres en nutriments. 70 % de ce que nous mangeons provient de produits industriels, beaucoup moins riches en vitamines. Nous consommons de plus en plus de « calories vides » : des aliments contenant des quantités élevées de gras et de sucre ajouté et très peu de nutriments par calorie. Si même les fruits et légumes ne nous assurent plus notre ration quotidienne...

Pour Brian Halweil, il s’agit d’un « paradoxe moderne unique » : nous pouvons à la fois trop nous nourrir (en calories) et rester sous-alimenté (en nutriments). Si près d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, plus de 3 milliards – soit la moitié de la planète – subissent une déficience en nutriments. Avec des conséquences qui vont de l’anémie, en cas de déficience en fer, à la cécité pour ceux qui manquent de vitamine A. L’étude Suvimax (Supplémentation en vitamines et minéraux antioxydants) menée de 1994 à 2003 en France par l’Inserm, a testé l’effet d’un apport en vitamines et minéraux antioxydants [2] à des doses proches de celles qu’on peut attendre d’une alimentation saine. Au bout de sept ans et demi, on observe chez les hommes une diminution de 31 % du risque de cancers et une diminution de 37 % du risque de décès. Les nutriments, c’est vraiment bon pour la santé !

Faut-il manger 3 kg de brocolis par jour ?

« Pour se développer et fonctionner au mieux, les humains ont besoin d’une diversité d’aliments et de nutriments dans leur alimentation. Notre système immunitaire ne fonctionne pas de manière optimale quand nous sommes déficients en certains nutriments. Notre capacité à éviter les maladies, du cancer au simple rhume, est compromise », souligne Brian Halweil. Selon le ministère de l’Agriculture états-unien, notre « régime alimentaire est plus compromis par la consommation de nourriture industrielle que par le déclin des niveaux de nutriments dans les fruits et légumes » [3]. Est-ce une raison pour laisser nos fruits et légumes se vider de leurs substances ?

Certains scientifiques pointent le fait que la densité en nutriment baisse dans chaque grain de blé ou la moindre feuille de salade. Mais grâce aux progrès en terme de rendement, il y aurait au final plus de nutriments produits par hectare. Ce qu’illustre le généticien Mark Farnham, spécialiste du brocoli au « US Vegetable Laboratory » : grâce à la taille plus importante des brocolis modernes, on trouve sans doute plus de calcium et de magnésium dans chacun d’entre eux, nuance-t-il. « Mais la plupart des gens ne mangent pas un brocoli entier en une seule fois », rétorque Brian Halweil.

En France, on s’enthousiasme pour les nano-capsules...

Du côté de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), ce genre de débat semble bien lointain. « La baisse de densité nutritionnelle des fruits et légumes ? C’est une rumeur, le type d’information qui circule… mais est-ce avéré scientifiquement ? », s’interroge Jean-Michel Chardigny, directeur de l’Unité nutrition humaine de l’INRA à Clermont-Ferrand, la plus grosse unité s’occupant d’alimentation humaine. « Je n’ai pas connaissance d’études là-dessus, ce n’est pas un sujet très documenté », explique-t-il à Basta !... Au moins sept études sur le sujet ont été publiées depuis 15 ans (lire ci-dessous).

À l’INRA, on travaille surtout sur « le nutriment ». Les chercheurs « sont mal armés pour mesurer la complexité des apports des aliments », justifie Jean-Michel Chardigny. « La question de la densité nutritionnelle ne se pose pas. Il est important que les gens consomment des quantités élevées de fruits et légumes. C’est lié au volume global, pas à la densité », ajoute Cécile Renard, directrice de recherche à l’INRA et responsable d’une équipe qui travaille sur la qualité des fruits et légumes.

On préfère s’occuper « d’adressage » ou de « vectorisation » : trouver la formulation qui permette au nutriment – des Omégas 3, par exemple – d’aller sur la bonne cible plutôt que de se diluer dans l’organisme. Une façon d’associer les molécules entre elles pour qu’elles ne se dégradent pas de la même façon une fois ingérées. Des recherches qui incluent aussi les nanotechnologies. « Il faut être prudent. On peut court-circuiter la régulation mise en place par l’organisme, avertit Jean-Michel Chardigny. Le fer par exemple, ingéré à l’échelle nano, est absorbé à 100 %, alors que ce taux est de 30 % normalement car il ne franchit pas la barrière intestinale. Avec les nanos, c’est comme si on avait une perfusion en intraveineuse. Cela peut être positif ponctuellement ». Réjouissant, non ?

Éveillez votre « conscience nutritionnelle » !

Quand il n’y aura plus de nutriments dans les produits agricoles, on pourra toujours se les injecter manuellement, via des nano-capsules… De quoi révolutionner la configuration des repas de familles ! Autre solution proposée par l’industrie : manger des nutriments artificiels ou des aliments enrichis. « Depuis quelques années et grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs – corps médical et scientifique, pouvoirs publics, industriels – la conscience nutritionnelle des consommateurs français s’est éveillée », se félicite le Syndicat de la diététique et des compléments alimentaires.

Selon un sondage mené en 2008 pour cet organisme par TNS Sofres, 37% des Français « consomment des compléments alimentaires afin de conforter leur capital santé ». Un marché qui représente un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard d’euros (en 2008). Quitte à gérer la santé comme un capital, il peut paraître plus rentable d’acheter des doses de vitamines ou d’oligo-éléments, que d’essayer de repenser les politiques agricoles et alimentaires. Surtout quand cela arrange l’industrie agro-alimentaire. Au moins pourrait-on espérer que les instituts de recherche en France puissent nous dire exactement ce que nous mangeons, et surtout si ces aliments nous nourrissent encore. Ce qui n’est même pas le cas.

Agnès Rousseaux

Notes



[1] Voir la définition du Programme national nutrition santé (PNNS)

[2] Vitamines E et C, zinc et sélénium, bêtacarotènes.

[3] United States Departement of Agriculture, Agricultural Research Service : USDA Nutrient for Database Reference, Release 13, 1999
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Lun 19 Déc 2011, 23:00

Les Français ont plus de pesticides agricoles dans le sang que les
Américains et les Allemands. C’est ce qui ressort d’une étude
inédite de l’Institut national de veille sanitaire (INVS).



Les Français devancent les Allemands et les Américains au concours de
celui qui a le plus de pesticides dans le sang. Les concentrations
biologiques de plusieurs substances chimiques ont été mesurées, entre
2006 et 2007, par l’Institut national de veille sanitaire
, sur un échantillon représentatif de la population (2000 adultes
pour les métaux, 365 pour le mercure, 400 pour les pesticides et les
PCB): les trois conclusions qui en découlent sont alarmantes.

Si les niveaux de plomb, cadmium, mercure, arsenic organique, sont
stables ou en baisse, les pesticides, eux, sont présents dans notre
sang à des niveaux au moins trois fois plus élevés que dans celui des
Américains ou des Allemands. Ces pesticides sont largement utilisés en
agriculture, en horticulture et pour un usage domestique (idéaux
pour se débarrasser des insectes à la maison, désherber les allées,
protéger les plantes du jardin, en finir avec les tiques et les puces de
nos animaux de compagnie, ou les poux chez l’enfant).

Pire encore, les PCB
. Malgré leur interdiction totale dès 1979, ils sont encore largement
présents dans notre environnement. Ils se sont disséminés dans l’air, le
sol, l’eau, les sédiments, contaminant les plantes, les animaux et
enfin les hommes. Présents à l’époque dans les encres d’imprimerie et
les adhésifs,le site du ministère de l’Ecologie
rappelle qu’ils ont aussi été utilisés comme huile pour les
transformateurs et les condensateurs, ainsi que dans certains radiateurs
ou autres équipements électriques. Ils ont servi de lubrifiant dans les
turbines et les pompes, le traitement du métal, les soudures, les
peintures et les papiers autocopiants sans carbone. Par ailleurs, il va
peut-être falloir apprendre à aimer les trous dans les vêtements
ou changer la ventilation dans les toilettes. En effet, les substances
que l’on retrouve dans les produits antimites ou les désodorisants pour
toilettes, véhiculent d’autres types de pesticides, dits
“organochlorés”. Or, mauvaise nouvelle, le taux de ces produits
chimiques dans notre sang est dix fois supérieur à celui trouvé dans le
sang des Allemands!

Toujours selon cette étude, la concentration des PCB dans le sang des
Français est plus élevée que chez nos voisins allemands et
américains.

Annabel Benhaiem

source : lexpress.fr

http://www.wikistrike.com/
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 12:08

Citation :
Cher Joker, en même temps, vos messages font un amalgame de plein de choses dont certaines choses très inoffensives comme la gélatine de porc !

le porc est un aliment très "inflammatoire". Sur la majorité des gens, la gélatine de porc n'aura aucune conséquence, mais il y a des personnes souffrant de maux tels que fybromialgie, syndrome du colon irritable, etc.... qui sont tellement sensibles au contenu de leur assiette que même un yaourt est une substance qui leur donne des maux.... (les yaourts contiennent de la gélatine de porc). mais bon, c'est vrai qu'il ne faut dramatiser, mais quand on a des problèmes de santé il faut quand même se poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 12:16

Cher Cath, en même temps, plus on se fragilise, plus on devient fragile.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 12:33

oui, c'est vrai Arnaud, c'est pour çà qu'il faut faire preuve de bon sens. Manger ce qu'on a préparé soi même, n'avoir recours aux aliments "préparés" que dans de rares cas.

Mais les aliments industriels sont quand même douteux et justement, fragilisent les gens. tout doit être aseptisé, sans microbe, parfait au niveau hygiène. Or , exemple le lait. le lait UHT ne contient plus aucune bactérie, or, beaucoup des bactéries du lait nous sont bénéfiques. de plus en plus de personnes sont intolérantes au lactose mais bizarrement, si elles se tournent vers le lait cru (à condition que les règles d'hygiène soient correctes à la ferme) elles n'ont plus de problème d'intolérance.

idem pour les farines. de plus en plus de gens ont des soucis avec le gluten. toutes les céréales ont été génétiquement modifiées (augmentation du gluten dans la céréale) pour pouvoir donner une pâte à pain qui lève beaucoup plus et plus vite. quand les pétrins "cassent" la farine plus que le pétrissage à la main. Alors pour l'industrie, on a du prévoir des farines adaptables aux pétrins industriels.

En fait, faites le test. faites un pain vous même avec une farine "courante" et un autre avec une farine bio. Vous verrez qu'avec la farine bio, pour que le pâte monte bien, il faudra 6 à 7 heures (plus pour de l'épeautre) pour une farine ordinaire, la moitié du temps. Faites des yaourts aussi, çà vaut le détour.... une fois au lait entier et ensuite essayer avec du lait demi écrémé. la consistance n'a rien à voir avec celle du commerce, or la recette du yaourt, c'est deux ingrédients: lait + ferments. Et si vous essayez avec du lait totalement écrémé (du light en somme), çà ne prend tout simplement pas.... donc, ceux du commerce ont une consistance différente que le fait maison, parce qu'on rajoute des poudres de perlinpin....
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 12:45

Cher Cath, moi je ne m'inquiète pas. Je mange ce qu'il y a dans les magasins car je constate qu'on vit bien et de plus en plus longtemps. Alors les aliments bio d'il y a 60 ans, je m'en moque un peu !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 12:57

cher Arnaud, si vous avez une bonne santé, c'est vrai qu'il n'y a pas lieu de commencer à s'inquiéter, dans ce cas, pourquoi changer? les questions arrivent quand on souffre de maux divers et pour lesquels la médecine semble inefficace. Alors parfois certaines personnes essaient de trouver la cause de leur problème et parfois c'est dans l'alimentation.

mais soit, il est vrai que ce n'est pas ce qui entre dans la bouche de l'homme qui le souille, mais bien ce qui en sort Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 16:18

Cath, si tu t'y retrouves dans les régimes, tu as de la chance ! moi je m'y perds et je mange ce que j'ai envie de manger et... cuisiner... flower

Par contre, pour l'eau, là c'est différent : nous n'avons pas l'eau du réseau,c 'est l'eau du puits et en 25 ans, les nitrates ont passé le seuil de la normale. Alors, nous avons mis un épurateur et tout va bien. C'était ça ou ... déclarer la guerre aux cultivateurs...

Tu sais le test que je fais ? : si mon chien boit l'eau, c'est qu'elle est bonne sunny

Sinon... comment comprendre par exemple que les anciens comme mon père ont fumé toute leur vie comme des pompiers mais n'ont pas eu de cancer du poumon !

Question à 100 balles comme diraient les enfants : il faut consommer des produits laitiers ou pas ?

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 16:48

oui, bien moi aussi je m'y perds, un jour on dit blanc, un jour c'est noir. mais il y a quand même des infos qui reviennent régulièrement.

je fais mon pain moi même et mes yaourts aussi. motif: je trouve çà meilleur au goût, c'est moins cher aussi et surtout et d'abord, c'est parce que j'aime faire çà!

mes yaourts maisons ne me perforent pas l'estomac comme ceux du commerce. pourquoi? je n'en sais rien, donc je continue mes yaourts (de plus, c'est des pots en verre que je lave et je diminue mes déchets).

pour le reste, je ne suis pas une "intégriste" des produits bio. quand je vois du beau bio pas trop cher, je le privilégie, mais sans plus. pas question de me faire arnaquer sous prétexte de labels qui ne veulent souvent rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 17:02

Je fais comme toi Cath : le pain moi-même (encore que depuis qu'il est en retraite, c'est mon mari qui le fait).

Quant aux yaourts, c'est quelque chose de bizarre : mon mari aimait les yaourts aux fruits mais je ne les supportais plus. Depuis quelques mois, je prends des yaourts nature de la marque du magasin, donc pas bio : hé bien, c'est beaucoup plus digeste.

J'ai pensé aussi les faire moi-même, mais j'ai plutôt la flemme...

Oui, il faut faire gaffe de ne pas se faire arnaquer, j'ai une cousine qui est vendeuse dans un magasin bio et nous en a raconté de pas belles du tout là-dessus... :twisted:

(merci pour ton envoi, je vais lire toute à l'heure)

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 17:07

Citation :
J'ai pensé aussi les faire moi-même, mais j'ai plutôt la flemme...
çà prend 5 minutes... un yaourt acheté, mélangé à un litre de lait et hop, dans la yaourtière qui fait le reste. (y a moyen de faire sans yaourtière aussi)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Additifs alimentaires et cancers   Mar 20 Déc 2011, 18:11

cath1250 a écrit:
(y a moyen de faire sans yaourtière aussi)

ah oui ? et comment ? Laughing

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
 
Additifs alimentaires et cancers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toxiques, additifs alimentaires : mise en garde‏
» Additifs alimentaires testés
» Additifs alimentaires
» Additifs alimentaires danger Corinne Gouget
» additifs autorisés ou non dans la loi Française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: