DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Chrysostome



Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Ven 11 Juin 2010, 23:16

Tourterelle a écrit:
Citation :
Patrick Lagacé qui a félicité l’abbé Raymond Gravel d’avoir eu le « courage » de dénoncer Marc Ouellet. Il a imploré tous les prêtres et évêques qui ne sont pas d’accord avec le cardinal de se prononcer sur la place publique et de ramener à l’ordre cet épouvantable intégriste qu’il a comparé aux pires imams de Téhéran. (La presse, 17 mai 2010)

Je dirais que la position critique du père Gravel (qui n'est vraiment pas la position de l'église), a "boustée" (donnée un élan) à ce mouvement de haine envers le Cardinal Ouellet. C'est triste... La position de l'église a toujours été clair, elle n'approuvera jamais les avortements. Ce qui serait étonnant serait le contraire. Mais la position critique du père Gravel envers le cardinal Ouellet à vraiment ouvert la porte à cette hystérie de haine collective.

Vous devez vous attendre à ce que plusieurs quittent l'église. Évidement, ils le feront avec grand fracas... Mais ces catholiques auront en réalité quittés l'église (dilués ou renier leur foi catholique) depuis longtemps... Se sera d'avantage un drame théâtrale pour appuyer une révolte de haine hystérique collective.. Soudainement, il y aura beaucoup de caholiques dans la collectivité qui quitteront l'église et en réalité se seront pour la part d'entre eux des caholiques qui auront reniés leur foi depuis très longtemps (caholique parce que baptisé mais non croyant ou relativement croyant)... Finalement cette situation (avortement) est simplement un prétexte qui permet d'affirmer une révolte et une haine envers l'église qui est présente depuis longtemps dans la collectivité.

Que l'église expose clairement sa position (ce qu'elle a pourtant toujours fait), je suis d'accord.. Mais il est certain que cela amènera une clarification (faire le ménage) même parmi les croyants, ce qui finalement serait d'avantage le reflet de la réalité. Et cet haine des québécois envers l'église catholique demeura. Il sera de plus en plus difficile d'être catholique au Québec par la suite. Je conseillerais d'avantage d'attendre que la tempête passe... Attendre que ce mouvement de haine histérique s'apaise de lui-même afin de ne pas l'alimenter... Mais bon...

Il est clair pour moi que certaines personnes (prêtres et certains catholiques qui n'ont plus rien de catholique puisque finalement ils renie depuis longtemps leur foi catholique) font d'avantage de dommage en étant à l'intérieure de l'église que si ils étaient hors de l'église... Un "ennemie" de la foi fera moins dommage hors des mures qu'à l'intérieur des mures... Cela est la position du loup qui s'infiltre dans la bergerie... Dans les faits, ils sont hors de l'église depuis longtemps. Et un prêtre qui renie la foi catholique ne peut pas être un prêtres, de même que pour les "croyants" qui renie leur propre foi catholique.. Faire le ménage, solidifierait l'église contrairement au apparence de fragilité. La fragilité vient de ces croyants à la foi très relative (même prêtres à la foi qui me semble très relative) qui appuis la moralité d'une société athées qui est pourtant contraire à la moralité spirituelle (cette moralité est énernelle et non passagère)...

Je suis peut-être un peu trop ferme, je ne sais pas... Mais cette fermeté me semble d'avantage de la sagesse... L'église doit se méfier du relativisme qui est vraiment une forme d'abomination... Le relativisme tuera la foi de plusieurs (qui n'auront même pas conscience que leur foi agonise).. Vaut mieux être réaliste et être peu (moindre en nombre) que plusieurs relativistes qui finalement dilueraient la foi de l'église catholique dans presque tout son ensemble.

L'abbé Gravel devrait peut-être arrêter de critiquer l'Église dans les médias. Je sais bien qu'il n'aime pas certaines positions de l'Église mais il ne fait qu'amener de l'eau au moulin des anticléricaux prêts à lyncher Mgr Ouellet dès qu'ils le verront dans la rue.

Il y a eu une vague d'apostasies l'an dernier suite à l'affaire du Brésil et aux propos du pape sur le sacro-saint préservatif et il y en aura encore cette fois. Je ne sais pas s'il faut s'en désoler ou dire "bon débarras"... :| En tout cas, je crois toujours que l'Église ne doit pas changer ses positions pour être à la mode. C'est au monde à suivre l'Église et non l'Église suivre le monde.
Revenir en haut Aller en bas
PaxetBonum



Messages : 426
Inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 15:31

Je ne connais pas assez bien le droit canon pour en être certains, mais les positions de l'Abbé Gravel ne l'ont-ils pas excommunié de facto ?

Pour moi ce n'est rien qu'une taupe…


Quant au débat sur l'avortement il est tout le temps envisagé comme toutes nos lois françaises : on prend un cas particulier et hop on en fait le cas général pour pouvoir établir une loi…
Alors que l'on doit faire une loi sur le cas général puis étudier particulièrement les cas particuliers.

J'entends par là que si vous discutez de l'avortement avec un quidam il va tout de suite vous sortir l'argument du viol. Ce cas particulier cri vengeance car c'est un dilemme au sens propre du terme.
Statistiquement je crois que cela représente mois de 1% des avortements…

La solution ? Punir comme il se doit les coupables
La récidive en matière de crime sexuel est proche de 100%…
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 19:40

Mais je remarque tout de même une chose...

Le cardinal Ouellet a appuyé le mouvement pro-vie, ce que l'église (au Québec) n'a jamais fait avant. Bien sûre l'église affirmait clairement sa position en matière d'avortement, mais elle se dissociait des manifestations du mouvement pro-vie qui bien souvent déviaient vers l'agressivité (excessif). En fait, elle demandait même à ses prètres et religieux(se) de ne pas s'associer à ce mouvement. Mais le cardinal Ouellet semble avoir décidé de passer à l'action (il a franchi un pas que l'église n'avait jamais franchi avant)... Cela a aussi contribué à ce mouvement de révolte... L'église a toujours été prudente en évitant ces révoltes prévisibles...

Ce que vise le cardinal Ouellet ce n'est pas seulement d'affirmer clairement la position de l'église (qui est déjà connue effectivement, donc se n'est pas ce qui a créée cette manifestation d'agressivité)... Mais il vise l'aspect politique de l'avortement, faire réouvir le dossier de l'avortement (il passe donc à l'action et cela en s'alliant relativement, tout de même, au mouvement pro-vie qui est un précieux appuis dans sa démarche)... Ce que la société québécoise ainsi que les politiciens n'apprécies vraiment pas... Et là, soudainement, on se retrouvent vraiment en pleine guerre rambo (ce que l'église a toujours évitée mais ce à quoi le mouvement pro-vie a l'habitude évidement). C'est une guerre de société et une guerre politique... Je pense que le cardinal Ouellet savait très bien ce qu'il faisait (c'est un homme intelligent et subtile)... Mais il est possible qu'il ne s'attendait pas à autant de manifestation d'agressivité envers sa propre personne (mais il s'attendait certainement à une certaine révolte de la part de la société et de la polique)...

Je suis forcer de conclure, qu'il sera difficile pour l'église d'appuyer ouvertement le cardinal Ouellet tout en évitant d'appuyer les manifestations bien souvent excessives, du mouvement pro-vie (ce qu'elle a toujours évitée de faire)... Elle attendra d'avantage, bien sagement, que la tempête se calme... En tous cas ça m'étonnerait beaucoup qu'il en soit autrement... Mais bon...


Dernière édition par Tourterelle le Sam 12 Juin 2010, 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 20:55

Chère Tourterelle, Attaquée par le monde, l'Eglise trouvera dans cette affaire son vrai renouveau. Enfin elle se situera dans sa fidélité à Jésus et non dans une soumission au diktats du monde.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 21:07

Citation :
Chère Tourterelle, Attaquée par le monde, l'Eglise trouvera dans cette affaire son vrai renouveau. Enfin elle se situera dans sa fidélité à Jésus et non dans une soumission au diktats du monde.

Oui, effectivement se serait l'occasion pour elle de se dégager de cette emprise (soumission) à une forme de dictature de la société (ce qui serait un peu héroïque)... Mais je ne suis pas certaines qu'elle décidera de le faire (dans cette situation précise)... Il faudrait qu'elle arrive à le faire tout en ce dissociant du mouvement pro-vie... Jusqu'ici elle ne semble pas avoir réagit (pas d'appuis, ni critique par contre, au cardinal Ouellet) , je ne sais pas... J'attends...

Il est possible qu'elle décide de le faire face à une autre situation que celle-ci (ou le mouvement pro-vie ne serait pas présent)...


Dernière édition par Tourterelle le Sam 12 Juin 2010, 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 21:14

En Belgique, nous avons eu un cardinal mou pendant 25 ans. Et voici que, depuis deux mois, un vrai "domini canes", un vrai chien du Seigneur qui aboie a été mis sur le siège de Bruxelles. Et lui aussi parle nettement de l'avortement, sans soucis d'être attaqué.

Voici une vidéo lors de sa nomination :

http://fr.gloria.tv/?media=50326

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 21:29

Citation :
un vrai chien du Seigneur qui aboie a été mis sur le siège de Bruxelles

Je trouve qu'il aboie tout en délicatesse (il n'est pas agressif), tout comme le cardinal Ouellette d'ailleurs (le cardinal Ouellet est un homme ferme mais calme)... Il est très bien ce nouvel évêque de Belgique. Very Happy

C'est vraiment cette situation (délicate) où il y a association avec le mouvement pro-vie (qui est bien souvent très virulent donc mord), qui peut amener l'église (au Québec) à être prudente (je dirais) face à cette situation précise..

Mais j'aimerais bien que l'église (par ses dirigeants, tout comme le pape le fait), ose s'exprimer sans peur des attaques effectivement... Sinon elle deviendra soumise à une société qui imposera sa morale à l'ensemble d'une société (bientôt l'avortement se fera systématiquement dans certains cas.)... Et le relativisme risque d'infester subtilement l'église de l'intérieure (cela serait vraiment terrible)... Je pense que l'église se positionnera dans ce sens (avancer sans crainte des attaques, des menaces des "relativistes" catholiques et des athées qui s'allieront contre l'église) mais peut-être pas dans cette situation précise... Ça viendra certainement... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 22:56

Si l'Église est contre l'avortement, elle doit le dire fermement, sans se soucier des réactions du monde. Pourquoi n'y a-t-il que le cardinal Ouellet qui monte au front ? Et les autres, évêques, prêtres, diacres, laïcs, ou sont-ils ? Ont-ils peur de perdre les quelques fidèles qui vont à la messe le dimanche ? Le Saint-Père s'est fait lancer de la boue pas à peu près et il continue de dénoncer le mal qu'est l'avortement. Mgr Ouellet fait de même ici et les réactions sont les mêmes et il n'abandonne pas. Le clergé québécois devrait en tirer une leçon: sommes-nous avec l'Église et le Christ ou avec le monde et Satan ?
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Sam 12 Juin 2010, 23:28

Il est clair que l'église se prononce déjà fermement contre l'avortement...

Citation :
Et les autres, évêques, prêtres, diacres, laïcs, ou sont-ils ?

J'ai justement expliquée le pourquoi de ce silence de l'église pour l'instant (ce qui me semble être la principale raison mais je peux me tromper)...

À mon avis l'église s'avancera d'avantage dans la suite des évènements (lorsqu'on aura un peu dissocié l'action de l'église à l'action du mouvement pro-vie)... C'est mon impression... Ce qui explique que pour l'instant, en apparence (il s'agit vraiment que d'une apparence), le cardinal Ouellet semble être seul sur le "front"..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 08:59

Je ne connais pas les mouvements pro-vie au quebec, que leur reprochez vous Tourterelle?
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 09:38

Je ne sais pas comment il sont aujourd'hui... Mais ils étaient très virulent à une certaines époques. Ils traitaient les femmes qui avortaient comme des criminelles (meurtrières!!) et ils les harcelaient pour qu'elles changent d'avis devant les cliniques d'avortement. Ils étaient vraiment excessif. Ils leurs aient même arrivés de vandaliser des cliniques d'avortement etc... Disons qu'ils n'étaient pas très paisibles (ils n'étaient pas pacifique)...

Je me souviens qu'ils avaient demandée la permission à l'église afin de manifester devant l'oratoire st-Joseph et l'église avait refusée et demandée à ses prêtres de ne pas participer à leurs manifestations. Elle ne voulait pas s'associer à ce mouvement (même si elle était contre l'avortement) puisqu'ils manifestaient violemment et sans respect pour les autres. Ils manifestaient pour le respect de la vie mais ils ne respectaient pas les autres. Un peu comme celui qui manifesteraient violemment (tout en se disant pacifiste) pour la paix dans le monde. Ce qui serait un peu contradictoire... Comme dans la chanson de Gérard Lenormand (qui est français) "je turai celui qui voudra tuer les oiseaux" (je ne souviens pas des paroles exactes désolée)...

Mais bon, peut-être sont-ils plus paisibles (pacifistes) maintenant. Je ne sais pas... Mais il fut un temps où ils ne l'étaient vraiment pas (rambo ).
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 09:56

http://www.youtube.com/watch?v=CXYY4fCV2YA&feature=related

Voici la chanson de Gérard Lenormand: chanson d'innocence
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 16:34

Tourterelle a écrit:
Je ne sais pas comment il sont aujourd'hui... Mais ils étaient très virulent à une certaines époques. Ils traitaient les femmes qui avortaient comme des criminelles (meurtrières!!) et ils les harcelaient pour qu'elles changent d'avis devant les cliniques d'avortement. Ils étaient vraiment excessif. Ils leurs aient même arrivés de vandaliser des cliniques d'avortement etc... Disons qu'ils n'étaient pas très paisibles (ils n'étaient pas pacifique)...

Je me souviens qu'ils avaient demandée la permission à l'église afin de manifester devant l'oratoire st-Joseph et l'église avait refusée et demandée à ses prêtres de ne pas participer à leurs manifestations. Elle ne voulait pas s'associer à ce mouvement (même si elle était contre l'avortement) puisqu'ils manifestaient violemment et sans respect pour les autres. Ils manifestaient pour le respect de la vie mais ils ne respectaient pas les autres. Un peu comme celui qui manifesteraient violemment (tout en se disant pacifiste) pour la paix dans le monde. Ce qui serait un peu contradictoire... Comme dans la chanson de Gérard Lenormand (qui est français) "je turai celui qui voudra tuer les oiseaux" (je ne souviens pas des paroles exactes désolée)...

Mais bon, peut-être sont-ils plus paisibles (pacifistes) maintenant. Je ne sais pas... Mais il fut un temps où ils ne l'étaient vraiment pas (rambo ).

On a eu la même accusation en France avec le Docteur Xavier Dor qui faisait réciter le chapelet devant les cliniques de l'avortement.

Cependant, je pense que le Docteur ne faisait rien de plus et que c'était suffisant pour provoquer la violence des avorteurs qui se sentaient, au fond de leur conscience, violemment culpabilisés.

Il y a de moins en moins de médecins qui veulent pratiquer l'IVG malgré le cachet énorme que cela leur vaut (250 E par IVG) car on ne fait pas 7 ans d'études de MEDECINE pour passer sa vie à faire cet acte objectivement déstructurant.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 22:33

Citation :
Il y a de moins en moins de médecins qui veulent pratiquer l'IVG malgré le cachet énorme que cela leur vaut (250 E par IVG) car on ne fait pas 7 ans d'études de MEDECINE pour passer sa vie à faire cet acte objectivement déstructurant.

J'imagine que pour certains médecins cela doit être extrêmement contradictoire avec leur principe de base qui est de sauver des vies et soulager la souffrance. Le médecin qui avorte une femme sait très bien qu'il est face à une vie. Il lui sera difficile de nier cette réalité puisqu'il est médecin... Seul les médecins qui sont très attachés à l'aspect lucratif (coeur extrêmement endurcie) de l'avortement arriveront à se dissocié de cet réalité. Il est certain que le fait qu'on s'opposent visiblement à l'avortement est un rappel constant à leur conscience...


Mais si je prend le cas du dr Morgentaler (qui est un cas un peu particulier), il est vraiment persuader d'agir pour le bien et il n'est pas motivé par l'aspect lucratif des avortements. Il est le fondateur des premières cliniques d'avortements au Québec. Toute sa vie, il s'est vraiment acharné pour que l'avortement soit légalisé au Québec. Ce médecin, étrangement, est un survivant de l'holocauste. Son cas m'intéresse tout particulièrement.... Il me vient une images à l'esprit, l'amoncellement des corps des juifs dans une fosse commune et l'amoncellement des corps des enfants avortés dans une autre fosse. Le jour ou il comprendra qu'il a été lui-même un "hitler", se sera terrible pour lui! Cet image s'imposera probablement à sa conscience le jour de sa mort... Jusqu'ici, rien n'a pu touché, ni ébranlé sa conscience...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 13 Juin 2010, 22:54

Il y a eu une manifestation pro-mort aujourd'hui à Montréal:

Citation :
Avortement
Les militantes pro-choix inquiètes

Au moins 250 personnes, en majorité des femmes, ont manifesté dimanche après-midi à Montréal. Elles ont dénoncé le refus du gouvernement Harper d'inclure l'avortement dans le plan du G8 pour la santé maternelle. Cette action symbolique se tient dans le cadre de la Marche mondiale des Femmes.

Vêtues de noir, les manifestantes se sont réunies à la Place du Canada munies d’un cintre. «On veut illustrer que même s’il n’y a pas d’accès à l’avortement, les femmes quand même y recourir, parfois elles vont s’auto-avorter», a expliqué plus tôt en entrevue à LCN Nathalie Parent, de la Fédération pour le planning des naissances.

Selon elle, le gouvernement Harper commet une grave erreur en omettant d’aborder la question de l’avortement au G8. «On ne peut pas parler de santé maternelle sans parler d’accès à l’avortement, s’offusque-t-elle, puisqu’encore aujourd’hui, c’est 20 millions de femmes qui auront accès à des avortements dans des circonstances non sécuritaires. C’est près de 70 000 d’entre elles qui vont en mourir. Le manque d’accès à des avortements sécuritaires est en cause dans 13% des décès maternels.»

Même si Nathalie Parent souligne que ce problème est particulièrement criant en Afrique, elle mentionne également qu’«il y a encore certaines provinces canadiennes qui n’ont pas accès à des services d’avortement.»

Appelée à réagir aux récents propos du cardinal Marc Ouellet, la militante pro-choix y voit le symbole d’une recrudescence du mouvement pro-vie. «Ce qui est très dangereux avec les propos du cardinal Ouellet, c’est qu’il l’a fait parce qu’il sent qu’il a l’oreille attentive du gouvernement à Ottawa. Ce n’est pas pour rien qu’il l’a fait maintenant. On sent que le mouvement pro-vie a le vent dans les voiles, et ça nous fait peur.»

http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/national/archives/2010/06/20100613-112447.html

Remarquer la pancarte mensongère: "Nos corps, nos choix". L'enfant à naître qui est dans vos ventres, chères féministes, n'est pas votre corps, c'est une autre personne. En conséquence, vous n'avez pas le droit de disposer de l'enfant comme s'il était un organe de votre corps.

Elles ont raison d'avoir peur de la montée du mouvement pro-vie ! Le combat contre l'avortement est celui du bien contre le mal, de Dieu contre Satan.
Revenir en haut Aller en bas
PaxetBonum



Masculin Messages : 426
Inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 08:31

Tourterelle a écrit:
Ce médecin, étrangement, est un survivant de l'holocauste. Son cas m'intéresse tout particulièrement.... Il me vient une images à l'esprit, l'amoncellement des corps des juifs dans une fosse commune et l'amoncellement des corps des enfants avortés dans une autre fosse. Le jour ou il comprendra qu'il a été lui-même un "hitler", se sera terrible pour lui! Cet image s'imposera probablement à sa conscience le jour de sa mort... Jusqu'ici, rien n'a pu touché, ni ébranlé sa conscience...

Méfiez-vous avec de tels propos vous allez finir en prison !
Vous ne vous souvenez pas du tollé quand le pape Jean Paul II a parlé de génocide pour l'avortement ?
Il s'est fait conspuer par tous au nom du dogme qui dit qu'il n'y a que la shoah qui soit un génocide…

J'adhère totalement, nous partagerons nos oranges… ;)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 09:05

Cher PaxeBonum, il y a une comparaison possible par le nombre de victime et par le fait que, dans les deux cas, le statut d'être humain a été refusé aux victimes...

Il y a une différence que dans un cas, on VOIT que ce sont des être humains. Dans l'autre cas, on le CROIT et on est sûr que cela se manifestera lors de notre entrée dans l'autre monde.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
PaxetBonum



Masculin Messages : 426
Inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 12:48

Je ne m'opposait pas à cette comparaison bien au contraire
Je relevais seulement que le politiquement correct de notre époque condamne ce genre de propos…

Pour la question de l'avortement je me souviens d'un Abbé qui me disait comment il faisait pour en parler en cours avec des lycéens : il faisait le cheminement inverse :

A 9 mois à la naissance c'est un homme qui naît ?
A 8 mois c'était déjà un homme…
Et ainsi de suite… pour leur faire comprendre qu'à aucun moment cet être n'était pas un homme
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 17:19

Le salon beige a écrit:
L'avortement explicitement et directement provoqué et réalisé, est toujours un péché

Belle mise au point de l'évêque de San Cristobal de Las Casas (Mexique), monseigneur Felipe Arizmendi Esquivel, traduite par Jeanne Smits - que nous remercions encore - :

"L'avortement explicitement et directement provoqué et réalisé, est un péché, condamné depuis toujours dans le cinquième commandement de la Loi de Dieu. L'Église, par une pédagogie séculaire, lui a imposé la peine d'excommunication, pour faire comprendre la gravité du péché. Le canon 1323 contient une série de circonstances atténuantes, qui exonèrent non pas du péché, mais de la peine imposée par la législation de l'Église. Et là se trouve le nœud de l'interprétation tendancieuse.

Dans quels cas peut-on ne pas subir cette peine ? Le canon 1323 répond : « N’est punissable d’aucune peine la personne qui, lorsqu’elle a violé une loi ou un précepte : 1 n’avait pas encore seize ans accomplis ; 2 ignorait, sans faute de sa part, qu’elle violait une loi ou un précepte ; quant à l’inadvertance et l’erreur, elles sont équiparées à l’ignorance ; 3 a agi sous la contrainte d’une violence physique ou à la suite d’une circonstance fortuite qu’elle n’a pas pu prévoir, ou bien, si elle l’a prévue, à laquelle elle n’a pas pu s’opposer ; 4 a agi forcée par une crainte grave, même si elle ne l’était que relativement, ou bien poussée par la nécessité, ou pour éviter un grave inconvénient, à moins cependant que l’acte ne soit intrinsèquement mauvais ou qu’il ne porte préjudice aux âmes ; 5 a agi en état de légitime défense contre un agresseur qui l’attaquait injustement, elle-même ou une autre personne, tout en gardant la modération requise ; 6 était privée de l’usage de la raison, restant sauves les dispositions des can. 1324, § 1, n. 2, et 1325 ; 7 a cru que se présentait une des circonstances prévues aux nn. 4 ou 5. »
Ce canon exonère-t-il du péché de l'avortement. Non. Quand il est librement et consciemment provoqué, l'avortement est un acte intrinsèquement mauvais ; il est mauvais en lui-même, puisqu'il prive un être humain, innocent et sans défense de la vie ; un être qui n'est pas un injuste agresseur. Il peut y avoir exemption de la peine d'excommunication, mais non du péché.

Ne vous laissez pas impressionner par une publicité mensongère. Si vous voulez être véritablement catholique, tenez compte de ce que dit l'Eglise, et non les faux catholiques. Si vous voulez exercer votre droit de décider, vos décisions doivent être conformes à la Parole de Dieu, qui interdit de tuer un être humain, pour petit qu'il soit. Si vous décidez d'être membre de notre Eglise, vous devez respecter notre interprétation de nos lois ; si vous faites le contraire, vos décisions seront très à vous mais elles ne seront pas catholiques".

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/06/lavortement-explicitement-et-directement-provoqu%C3%A9-et-r%C3%A9alis%C3%A9-est-toujours-un-p%C3%A9ch%C3%A9.html

salut
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 20:25

Citation :
Il s'est fait conspuer par tous au nom du dogme qui dit qu'il n'y a que la shoah qui soit un génocide…

Et ben... Je ne connais pas ce dogme (forme de tabou d'une société). Peut-être qu'il n'existe pas en Amérique (autre pays, autre mentalité)... Je ne sais pas... scratch Bien sûre qu'il peut et pourrait exister des génocides en dehors de la shoa (holocauste), C'est un peu étrange de vouloir associé ce "mot" définitivement à un seul peuple. C'est très mal connaître la nature humaine... Et c'est très risqué de faire cela... Cela pourrait très bien nous aveugler face à la réalité d'un autre génocide présent ou future... Une telle tragédie pourrait très bien se reproduire face à un autre peuple ou une autre race ou même face à la race de l'homme dans son ensemble (dans ce cas, l'homme serait l'auteur de son propre génocide sans en avoir conscience)... C'est comme vouloir éliminer le mot race du dictionnaire (et que du dictionnaire de la langue française), alors que les races sont une réalité commune a tout être vivant (animaux, homme, donc un fait scientifique tout simplement), pensant éliminer ainsi le racisme... What the fuck ?!? drunken Le racisme dans ce cas prendrait tout simplement un autre nom (mot) ou aucun nom et continuerait d'exister dans l'esprit et l'attitude humaine...

Cela est probablement dû à de la fausse pudeur qui aurait pour but de cacher un sentiment de culpabilité face à une attitude raciste latente ou ayant déjà exister (tendance à une attitude raciste de par le passé). Chaque peuples a ses histoires de racismes qu'il voudrait n'avoir jamais vécues (culpabilité refoulée)... Je risque de toucher une corde sensible effectivement! Mr. Green

La culpabilité refoulée peut faire dévier quelques fois vers des raisonnements bizarres (des bizarreries) toute une société (ce qui devient une névrose de société).

Citation :
Cher PaxeBonum, il y a une comparaison possible par le nombre de victime et par le fait que, dans les deux cas, le statut d'être humain a été refusé aux victimes...

Exactement!

Mais il est possible que maintenant le nombre des victimes de l'avortement est dépassé celui des victimes de l'holocauste... Mais je n'en suis pas certaine...


Dernière édition par Tourterelle le Lun 14 Juin 2010, 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PaxetBonum



Masculin Messages : 426
Inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 20:55

Tourterelle a écrit:

Mais il est possible que maintenant le nombre des victimes de l'avortement est dépassé celui des victimes de l'holocauste... Mais je n'en suis pas certaine...


En 2006, dans l’Europe des 27, 1 167 775 avortements ont été pratiqués, ce qui représente 3 199 avortements par jour, soit 133 avortements par heure, soit 1 avortement toutes les 27 secondes. "Chaque année, l’Europe perd par avortement l’équivalent de la somme de la population du Luxembourg et de Malte, ou de la population de la Slovénie ou de Chypre." Le rapport précise qu’une grossesse sur cinq se termine par avortement.

A eux seuls six pays totalisent 900 000 avortements par an : la France (206 311), le Royaume-Uni (194 353), la Roumanie (150 246), l’Italie (129 072), l’Allemagne (119 710) et l’Espagne (101 592).

L’avortement est « la première cause de mortalité en Europe », conclut le rapport.


En 2006 : 1 million en Europe donc depuis 1975… 35 milllions ?
J'exagère ici car c'est en progression chaque année
Mais une chose est sûre : Hitler et même Staline font figure de poids léger en face
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 22:03

Citation :
On estime généralement que le nombre de victimes juives de l'Holocauste se chiffre entre 5,1 et 6 millions.

http://www.ushmm.org/research/library/faq/details.php?lang=fr&topic=03

Citation :
Actuellement, plus de 105 000 avortements par année sont pratiqués au Canada. Nous sommes l’un des rares pays occidentaux qui n’a aucune restriction légale à l’avortement.



http://www.avortementaucanada.ca/Historique/L_avortement_legal_au_Canada.html

Citation :
En 2006, dans l’Europe des 27, 1 167 775 avortements ont été pratiqués, ce qui représente 3 199 avortements par jour, soit 133 avortements par heure, soit 1 avortement toutes les 27 secondes. "Chaque année, l’Europe perd par avortement l’équivalent de la somme de la population du Luxembourg et de Malte, ou de la population de la Slovénie ou de Chypre." Le rapport précise qu’une grossesse sur cinq se termine par avortement.

A eux seuls six pays totalisent 900 000 avortements par an : la France (206 311), le Royaume-Uni (194 353), la Roumanie (150 246), l’Italie (129 072), l’Allemagne (119 710) et l’Espagne (101 592).

L’avortement est « la première cause de mortalité en Europe », conclut le rapport.


En 2006 : 1 million en Europe donc depuis 1975… 35 milllions ?
J'exagère ici car c'est en progression chaque année
Mais une chose est sûre : Hitler et même Staline font figure de poids léger en face

Si ces évaluations sont juste, je pense que le nombre des victimes de l'avortement a largement dépassé le nombre des victimes de l'holocauste depuis longtemps effectivement... Nos société dites "humanistes" seraient finalement totalement déshumanisées...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 14 Juin 2010, 22:52

Tourterelle a écrit:
Citation :
Il s'est fait conspuer par tous au nom du dogme qui dit qu'il n'y a que la shoah qui soit un génocide…

Et ben... Je ne connais pas ce dogme (forme de tabou d'une société). Peut-être qu'il n'existe pas en Amérique (autre pays, autre mentalité)... Je ne sais pas... scratch Bien sûre qu'il peut et pourrait exister des génocides en dehors de la shoa (holocauste), C'est un peu étrange de vouloir associé ce "mot" définitivement à un seul peuple.

Un politicien québécois s'est fait critiquer parce qu'il avait dit à un Juif que son peuple n'était pas le seul à avoir souffert. C'est un fait. Peut-être que certains Juifs ont trop tendance à considérer que leur peuple est le seul à avoir souffert... :| En tout cas, c'est toujours délicat d'utiliser le terme "Shoah" en-dehors du contexte qui lui est particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Mar 15 Juin 2010, 07:55

Je n'avais jamais "entendue" ce mot "shoah avant de le lire sur ce forum... Mais semblerait que ce mot est de l'hébreux. Personnellement j'emplois le mot holocauste et effectivement je l'associe tout partuculièrment au peuple juif... Je vais donc y réfléchir...

Citation :
Le terme « Shoah » est le nom officiel que l’État d’Israël donne à la « Solution finale ». Il s’agit d’une décision du Parlement israélien (Knesset) du 12 avril 1951, à l’occasion de la fixation du jour national du souvenir (Yom Ha-Shoah Ve Mered Ha-Getaot).

Cela ne veux pas dire que le mot génocide est systématiquement associé qu'au peuple juif...

Mais effectivement lorsqu'un peuple ou une personne a été victime d'un traumatisme terrible, elle croira être la seule victime ou celle qui a le plus souffert et que personne ne peut comprendre ou très peu (donc la plus grande victime qu'il puisse exister). Cela fait partie des traces que laisse dans l'esprit un très grand traumatisme. Se n'est pas par caprice, c'est tout simplement une attitude (conséquence) suite à un grand traumatisme. Et effectivement une personne ou un peuple ayant vécue un très grand traumatisme aura tendance à percevoir les souffrances des autres comme étant moindre. Cette attitude est partagée par toute les victimes de très grand traumatisme. Elles ont en quelques sortes besoin de reconnaître leurs propres souffrances (donc leur traumatisme) et que celles-ci soient aussi reconnues par les autres. Se n'est pas mauvais en soit... Cette reconnaissance de sa propres souffrances (donc du traumatisme) est un pas nécessaire vers la guérison (pour qu'une blessure puisse guérir, elle doit faire mal. Donc la personne sera un peu centré sur sa propre souffrance pendant une certaine période plus ou moins longue). Mais cette position douloureuse de la reconnaissance d'une souffrance terrible, n'est pas censée être confortable... N'empêche que lorsqu'il s'agit de la souffrance traumatisante de tout un peuple, ce besoin de reconnaissance du traumatisme peut être nécessaire pendant plusieurs générations (ce qui est le cas du peuple juif)... Il faut juste leurs faire réaliser, avec tout même une certaine délicatesse puisqu'il s'agit de très grandes souffrances suite à un très grand traumatisme, que d'autres personnes peuvent aussi avoir souffert beaucoup ou souffrir beaucoup (même s'ils ne sont pas juif), c'est un fait effectivement...
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Dim 20 Juin 2010, 17:19

Citation :
Mgr Ouellet serait promu dès le 1er juillet
QUÉBEC - Un quotidien italien alimente les rumeurs de nouvelles fonctions pour le cardinal Marc Ouellet, dès le premier juillet.

Selon La Stampa de Turin, l'archevêque de Québec remplacerait dans dix jours le cardinal Giovanni Batista Re, préfet de la Congrégation des évêques, à la demande du pape Benoît XVI.

Le journal soutient que Mgr Ouellet n'était pas le premier choix du pape, qui avait au départ jeté son dévolu sur le cardinal australien George Pell. Mais la candidature de l'archevêque de Sidney, qui aurait notamment caché une histoire d'agression sexuelle de la part d'un prêtre, a dû être abandonnée en raison des «risques médiatiques» qu'elle aurait comportés.

Le poste de préfet de la Congrégation des évêques est prestigieux. Il confère à son titulaire le pouvoir de sélectionner les évêques en vue de leur nomination par le pape. (Le Soleil)

Dans la hiérarchie, il n'a pas l'importance du secrétaire d'État ou du préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi, mais il fait partie de la «garde rapprochée» du pape et entretient des contacts réguliers avec lui.

;)
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 21 Juin 2010, 00:04

Tourterelle a écrit:
Citation :
Mgr Ouellet serait promu dès le 1er juillet
QUÉBEC - Un quotidien italien alimente les rumeurs de nouvelles fonctions pour le cardinal Marc Ouellet, dès le premier juillet.

Selon La Stampa de Turin, l'archevêque de Québec remplacerait dans dix jours le cardinal Giovanni Batista Re, préfet de la Congrégation des évêques, à la demande du pape Benoît XVI.

Le journal soutient que Mgr Ouellet n'était pas le premier choix du pape, qui avait au départ jeté son dévolu sur le cardinal australien George Pell. Mais la candidature de l'archevêque de Sidney, qui aurait notamment caché une histoire d'agression sexuelle de la part d'un prêtre, a dû être abandonnée en raison des «risques médiatiques» qu'elle aurait comportés.

Le poste de préfet de la Congrégation des évêques est prestigieux. Il confère à son titulaire le pouvoir de sélectionner les évêques en vue de leur nomination par le pape. (Le Soleil)

Dans la hiérarchie, il n'a pas l'importance du secrétaire d'État ou du préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi, mais il fait partie de la «garde rapprochée» du pape et entretient des contacts réguliers avec lui.

;)

S'il doit être nommé à cette fonction, je suis certain qu'il fera un excellent travail. D'aucuns se réjouissent déjà; ce sont des pro-mort que le cardinal a choqué avec ses idées "rétrogrades" sur l'avortement... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?   Lun 21 Juin 2010, 00:16

Que le Seigneur bénisse au centuple Mgr Ouellet et que notre Mère le garde et sois sa force toute humble. :stefamille:
Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il tuer l'enfant conçu à la suite d'un viol ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» l'enfant conçu un sujet de droit ?
» il faut tuer tous les producteurs de lait
» Mon python
» Site extrémiste athée
» "Fuyez le péché, mes enfants. Fuyez le péché," nous demande la Très Sainte Vierge Marie!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: